Archives par mot-clé : cartographie

Collecter, écouter, partager

Le 30 mai 2018, s’est tenue à Marseille ( I2MP) la sixième séance, du séminaire sur la collecte ethnographique dans les musées de société, organisée par le département de la recherche et de l’enseignement du MuCEM et le Pôle Recherche-Musée de l’IDEMEC.

 Il s’agissait d’évoquer  la collecte du/des son(s) dans divers champs disciplinaires, l’accessibilité rendue possible par les ressources numériques et l’internet et le (ré)usages de ce(s)son(s) dans les domaines des archives,  et des pratiques  artistiques et muséales.

Les interventions, organisées en trois temps, ont  donné à entendre et à appréhender des méthodes, des outils innovants et des réalisations  ou des projets riches et prometteurs.

Enquêter, collecter, valoriser les sons de la recherche en sciences humaines et sociales

Tout d’abord, Continuer la lecture de Collecter, écouter, partager

Épinglez les collections sonores de la phonothèque dans Historypin !

L’après-midi organisée le 17 octobre à la MMSH a été l’occasion d’explorer de façon collaborative les fonctionnalités du média social Historypin pour mettre en valeur deux collections sonores de la phonothèque1.

Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

Récits de vie de français vivant au Maghreb entre 1930 et 1962

L’équipe de la phonothèque explorait pour la première fois cet outil dont le but est d’épingler2 des contenus (photos, vidéos, fichiers audio, textes) sur une carte générée par Google Maps. Après le chargement des fichiers sur SoundCloud, dans une collection spécifique, un tutoriel de l’outil a été réalisé pour guider l’organisation de l’après-midi. La navigation dans Historypin, est possible par deux approches : le lieu (à partir d’une recherche sur la carte) ou bien en se promenant dans les collections thématiques. Une fois inscrit, l’utilisateur peut créer ses propres collections, ou bien enrichir des collections existantes, ce qui a été le cas lors de cet atelier.

Lors de l’après-midi, la majeure partie des participants a choisi d’enrichir les témoignages des Arméniens des Bouches-du-Rhône,  sans doute en raison de la familiarité avec les lieux évoqués. En effet, une des missions principales était de géolocaliser ces entretiens, d’après le lieu principalement évoqué, une des difficultés étant l’itinéraire parfois complexe de la communauté arménienne, d’Asie-Mineure en France.

L’enrichissement a permis d’identifier les lieux d’implantation de cette communauté : leurs lieux de vie dans les différents quartiers de Marseille : Beaumont, Les Trois- Lucs (12e), La Rose (13e) et dans les environs : Bouc-Bel-Air (13320), Le Tholonet (13100), Martigues (13500) ainsi que leurs lieux de culte (église apostolique à Saint Jérôme, cathédrale des Saints-Traducteurs au Prado).

La saisie de mots-clés3 a permis de compléter les lieux évoqués dans les entretiens, mais aussi d’évoquer les thèmes récurrents, comme la cuisine, la musique et les traditions arméniennes. Pour cette première session dans HistoryPin, une modération s’est avérée nécessaire pour rectifier des fautes de frappe ou mots « parasites », qui nuisaient à la qualité de l’indexation.

L’annotation collaborative a également servi à apporter des informations de contextualisation, comme cette précision sur le quartier de Croix-Sainte :
Le quartier de Croix Sainte était là où se situait l’usine d’oléagineux Verminck (route de Port-de-Bouc à Martigues)
ou encore sur la localisation de l’association culturelle arménienne à Aix-en-Provence :
Aujourd’hui elle [l’association] s’appelle « Hay’s club du Pays d’Aix »

Enfin, la possibilité d’épingler de nouveaux éléments a permis a un utilisateur de signaler une exposition sur les Arméniens à Marseille au Musée d’histoire de Marseille.

En effet, un des atouts de l’outil Historypin est de pouvoir croiser tous types de documents, en intégrant des articles, photographies, vidéos en commentaire. Après avoir utilisé l’outil, il nous a semblé qu’une fonctionnalité  à développer serait le tracé d’itinéraires, qui – dans le cas de la migration des arméniens – mettrait en valeur les trajets des réfugiés, comme pour la collection sonore des réfugiés d’Asie-Mineure.

Comme lors de l’edit-a-thon du 23 octobre 2015,  organisé en partenariat avec la communauté Wikimedia France et Europeana Sounds, les collections sélectionnées par l’équipe de la phonothèque avaient pour objet les récits de migrants. Une idée d’enrichissement pourrait consister à lier ces articles de Wikipedia qui ont été créé lors de l’edit-a-thon directement aux enregistrements via Historypin.

Visitez le blog d’HistoryPin : http://blog.historypin.org/

 

  1. Cette journée a été organisée avec le soutien du groupe « Enrichment & participation » du projet Europeana Sounds, Workpackage 2, dont un des axes est l’enrichissement des données à travers l’usage d’outils collaboratifs. Au préalable, les fichiers  audio sélectionnés par l’équipe de la phonothèque ont été préalablement chargés sur la plateforme SoundCloud sous licence « Attribution » (CC-BY) avec le soutien d’Harry Van Biessum. []
  2. To pin en anglais []
  3. Tags en anglais []

Les sons d’Istanbul

Soundscape of Istanbul : exposition du 24 juin au 23 juillet à Istanbul / Exhibition about the project Soundscape of Istanbul open between June 24th-July 23rd.

Le projet Soundscape of Istanbul a été créé par Pınar Çevikayak Yelmi dans le cadre de sa recherche doctorale à l’Université Koç sous la direction des professeurs Nina Ergin, Sertaç Käki et Asım Evren Yantaç.

Soundscape of Istanbul propose d’approcher la vie quotidienne urbaine, d’hier et d’aujourd’hui, du point de vue sonore. L’objectif est d’accroître la sensibilisation du public aux sons culturels à partir d’un site interactif ; non seulement parce que les sons sont partie prenante de notre vie quotidienne et de notre culture mais aussi parce qu’ils sont essentiels en termes de patrimoine culturel immatériel. Ce patrimoine culturel est en danger à cause des caractéristiques physiques du son lui-même mais aussi de la structure dynamique de la culture immatérielle. Les sons qui ne sont pas protégés ou archivés se perdent à jamais. Dans une ville dynamique comme Istanbul, la vie quotidienne et les sons urbains ne cessent de changer, à une vitesse ultra rapide. Il est donc nécessaire, si l’on veut protéger les repères sonores culturels de la ville, de les archiver aussi rapidement que possible pour maintenir l’identité culturelle et de la mémoire culturelle. Continuer la lecture de Les sons d’Istanbul

Contextualisation d’un corpus sonore : Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros.

Le forum de la Méditerranée, organisé à Marseille avec le soutien du LabexMed, a donné l’opportunité à la phonothèque de la MMSH de présenter, le corpus sonore des Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros, accessible en ligne sur le portail Europeana. Sur ce billet vous trouverez le diaporama de l’intervention que fera l’après-midi du  18 mars 2016 l’équipe de la phonothèque (Véronique Ginouvès, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis). Il est accompagné de différents documents qui vous permettront de mieux comprendre le contexte de production de ce corpus.

Bonne lecture, bonne écoute !


Ci-dessous, vous pouvez écouter l’extrait sonore proposé pendant la présentation (Cf. diapositives 4 & 5) :

Consulter la carte des villes d’origine des réfugiés en Asie-Mineure (Turquie actuelle) :

 

En complément des notices documentaires des entretiens en langues française et grecque, plusieurs billets offrent des éclairages thématiques transversaux :

Crédits photographiques : Port de Smyrne vers 1920, domaine public. Page 30 de l’ouvrage Greece de Puaux, René et Brown, Carroll N. (Carroll Neidé), publié pour la « Greek Government Exhibition », collection de la bibliothèque du Congrès. 

« Mappa di communità » ou le territoire redessiné avec ses habitants

L’écomusée urbain de Milan Nord Niguarda (du nom du quartier où il se trouve) a lancé le projet d’écriture d’une « Mappa di communità ». L’objectif affiché est d’aider les habitants à percevoir, avec plus de précision, les contours de leur quartier, ceux de leur patrimoine historique et culturel et les liens sociaux qui se sont établis au fil du temps. Créée par les habitants eux-même, elle donne à lire les histoires du coin de la rue, telle une archive vivante, toujours remise à jour. Un parcours collectif dont la première version date de 2009.

Ces cartes, appelée en Italie  « Mappa di communità », ne cessent de se fabriquer dans les villes – Venise vient de présenter la sienne – ou les campagnes – telle celle du parc national du Vanoï-. Toutes sont construites avec les citoyens du territoire dessiné, où ils transmettent des bribes de leur représentation de leur espace. En Angleterre, on les appelle les Parish maps. et certaines se donnent à voir en ligne comme celles de Combe Martin ou Aveton Gifford dans le Devon.

En France les projets commencent à voir le jour, sans qu’une dénomination précise ait été arrêtée. Plusieurs proposent des enregistrements sonores à écouter. Il est ainsi possible de parcourir  la ville de Paris dans une visite toujours en mouvement à travers des prises de son (paysages, ambiances, promenades perceptions) ou des entretiens sur http://www.ecouterparis.net. Imaginé par l’atelier du bruit, le projet a été  soutenu par la Société civile des auteurs multimédia (SCAM) et la Fondation de France, avec des ateliers dans les quartiers menés en collaboration avec la Cité de la musique. Ecoutez par exemple, la poétique promenade sonore de Nicolas Frize à travers le 10e arrondissement ou les cris d’un chiffonnier ferrailleur dans les années 1950 qui traverse le 2ème arrondissement. A Lyon, le 8e arrondissement a aussi son atlas sonore musical. Après deux années de recherches de terrain et de collectes musicales au sein du centre des musiques traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA) auprès des habitants de ce quartier, Yaël Epstein et Françoise Morel ont mis en ligne leurs rencontres sous forme d’une carte à la fois précise et ouverte à l’imaginaire. Tout au long de la visite, il est possible de prendre dans un panier les fruits de la collecte, objets sonores dans lesquels on peut aller fouiller et en les activant, découvrir les chansons, les mélodies, les témoignages oraux…

La phonothèque de la MMSH, rêve aussi à la constitution d’une carte sonore, alimentée par les bases de données documentaires où pourraient puiser les futurs auteurs de « mappa di communità » ou autres cartes innovantes qui souhaiteraient introduire du son. Imaginez alors les croisements et les stratigraphies de mémoires que cela pourrait engendrer… Il reste à trouver l’outil qui permette de le faire facilement tout en conservant le contexte et les métadonnées des enquêtes de terrain.

 

11e carrefour des possibles à Marseille : où sont les données ?

Mercredi soir, a eu lieu la 11e édition du Carrefour des possibles sur le thème de la ville créative. Difficile de savoir qui avait eu l’idée de venir jusqu’au Point de bascule ce soir là mais plus d’une centaine de personnes s’y sont retrouvés pour échanger. La soirée a débuté par une conférence de Frédérique Entrialgo, professeur à l’école des Beaux-Arts de Marseille. Elle a présenté des installations artistiques mettant en oeuvre des outils numériques expérimentaux à travers le monde, là où il arrive que l’on se laisse glisser dans le corps de la ville à travers des écrans, des jeux, des échanges physiques ou virtuels. Denis Pansu a ensuite définit ce carrefour des possibles en le présentant comme un accélérateur de développement local, un moyen d’émancipation citoyenne et un agitateur de communautés innovantes. Les trois mots-clés de la FING : créativité, diversité, sérendipité… Un programme ambitieux représenté par  trois « coups de projecteurs » et dix « usages innovants » sélectionnés sur le thème de la ville créative, chacun ayant 6 minutes pour présenter son projet.

Le premier coup de projecteur portait sur un projet la FING sur le partage et la récupération des données publiques. La FING, qui n’hésite pas à parler d’une révolutionen train de se faire autour des données, engage une action  avec deux territoires pilotes. Son objectif est de de faire émerger sur ces territoires le plus grand nombre de projets innovants fondés sur la réutilisation de données publiques. La région PACA serait l’un de ces deux territoires. Il est même prévu, dans le cadre de Marseille Provence 2013, d’organiser des assises autour de la réutilisation des données publiques en PACA en collaboration avec la FING. Le citoyen marseillais va-t-il finir par obtenir des informations précises sur les budgets de la ville et leur utilisation ? Sur les heures d’ouverture de ses piscines ? Obtenir un annuaire des agents et de leur fonction ? En tout cas, cette expérimentation devrait ensuite   permettre la production d’un « guide pratique » de la réutilisation des informations publiques territoriales au service de l’innovation et de la proximité.  A suivre donc….

Deuxième coup de projecteur,  la présentation de SAGESS PRO, un outil d’aide à la décision de au service de l’entreprenariat mis en oeuvre par la chambre régionale de l’économie sociale et solidaire de la région PACA. Dommage, quand je me connecte sur le site je ne retrouve pas les informations présentées lors du Carrefour car il faut s’inscrire, gratuitement certes  mais avec un numéro de Siret et toute une série d’informations à fournir : côté mise à disposition publique des données, peut mieux faire.

Le troisième coup de projecteur racontait une jolie histoire de grand-mère qui promène ses petits-enfants en 2050. Ils ont entre 8 à 12 ans et leur mamie leur propose des images et des vidéos futuristes pour les sensibiliser aux évolutions sociétales et technologiques tout en leur faisant exécuter des exercices de créativité.

Ensuite, la présentation des dix projets s’est accélérée. De 6  minutes en 6 minutes nous ont ainsi été présentés une proposition d’objets augmentés pour gérer nos outils numérique en un seul geste, un dispositif permettant de filmer un swing (je ne le savais pas, le swing est un geste au golf) et plus si affinités, un musée électronique (une application embarquée sur téléphonie mobile pour collecter et partager les oeuvres que vous avez vues dans les expositions – sauf que je n’ai pas du tout compris comment il fonctionnaient pour régler les questions de droits d’auteur), un classeur virtuel d’activité numérique (un projet pédagogique), un jeu vidéo interactif géolocalisé sur téléphone mobile, Citywall – un dispositif collectif d’exploration et de découverte sous la forme d’un mur interactif multi usagers destiné à l’espace public -, WAAW – un moteur de recherche des activités culturelles et touristiques du territoire marseillais et de sa région -, un site pour les fans du passé (un genre plus alternatif du « Journal de votre année de naissance »), la galerie virtuelle Tournicoton sur Second Life  et bien sûr le projet de géolocalisation du patrimoine sonore immatériel présenté par l’association Paroles Vives et la phonothèque de la MMSH en collaboration avec une action de captation sonore envisagée en 2013 imaginée par Cyrille Carillon à partir d’un projet bruxellois similaire : « Marseille nous appartient ».

La présentation de tous ces projets était riche et dense, souvent étonnante parfois amusante. Mais une chose est sûre, beaucoup de ces projets envisagent de puiser dans les données publiques libres de droit, très peu en constituent ou en mettent à disposition. Or, il me semble que si le web à venir est bien le web de données, il y a encore beaucoup à faire pour que les données publiques puissent être diffusées librement.

Après les présentations, autour d’une soupe de pois cassés et de gâteaux à l’orange, les participants se pressaient autour des stands de présentation des projets. Pour le patrimoine immatériel, le projet semblait avoir intéressé de nombreuses personnes ravie d’échanger sur l’intérêt et la force de l’enquête de terrain. Toutefois, en discutant avec de possibles financeurs je me suis vite rendue compte que les sociétés sont toujours ravies de récupérer les données  publiques pour les mettre en avant dans des projets dits collaboratifs où leur marque apparaît en sponsors mais elles le sont beaucoup moins lorsqu’il s’agir de participer au financement de leur constitution et leur contextualisation…

A lire en préambule, la présentation de la sélection du projet le 3 décembre 2010 : Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Crédits photographiques :

– Deuxième salle de projection au ¨Point de Bascule. Photographie Véronique Ginouvès.

– Véronique Ginouvès (MMSH), Cyrille Carillon (Studio Domino), Florence Mazzella (Paroles Vives) présentent leur projet de géolocalisation du patrimoine immatériel puis sont interviewés par Radio Grenouille. Photographie de Gaëlle Inizan.


Un projet de géolocalisation du patrimoine immatériel sur le territoire Marseillais et sa région

Depuis quelques temps, trotte à la phonothèque de la MMSH l’idée de géolocaliser les archives sonores de la recherche pour permettre de nouveaux accès plus interactifs, plus simples et plus ludiques.  Pour formaliser le projet et trouver les moyens de le mettre en oeuvre, nous nous sommes associés à Paroles Vives, une association d’ethnologues qui réalise des enquêtes  de terrain et a le souci de la contextualisation des données. Ensemble, nous avons constitué un dossier de financement qui a été présenté en juin 2010 auprès d’un fonds de soutien du Conseil Régional Provence-Alpes-Côte d’Azur qui semblait propice à ce type de projet. Il s’agissait d’e-services et territoires qui a pour objectif de développer les usages et les services du numérique en région PACA. Nous imaginions un parcours à travers la ville de Marseille, et de ses alentours, qui provoquerait – au détour d’une rue d’un monument, d’un espace -, une écoute contextualisée de la paroles d’anonymes enregistrés par les ethnologues, les historiens, les linguistes, les sociologues, … ou tous ceux qui ont utilisé la source orale dans le cadre de leur recherche et souhaité qu’elle puisse être écoutée par tous, dans le respect des droits de la propriété intellectuelle, littéraire, artistique.

Le projet prévoyait des modalités d’écoute adaptées à la vie du citoyen : en mobilité ou installé bien au chaud avec un téléphone portable, un lecteur mp3, une tablette, une liseuse multimédia ou tout simplement son ordinateur. Pour le mettre en oeuvre, nous proposions une application multimédia (mashup) avec un wiki et une carte Googlemaps. Nous tirions notre inspiration – entre autre – d’un autre domaine, celui de l’archéologie. Nous avions trouvé exemplaire le travail mené au sein de l’Institut français du Proche-Orient sur l’Annuaire des missions archéologiques françaises au Proche-Orient. Les sites archéologiques y sont très simplement signalés sur une carte du Proche-Orient accompagnés d’une série de métadonnées. Un outil efficace et astucieux qui avait l’avantage d’insister sur la contextualisation. Or ce critère  nous paraissait central pour que les données sonores puissent être comprises, interprétées convenablement et citées avec précisions.

Nous n’avons pas été retenus par le jury de e-services et territoire mais le projet était lancé et nous l’avons conservé dans nos cartons. D’autant que quelques semaines après notre présentation les sound maps n’ont pas cessé d’être publiées en ligne : carte de Londres, carte de Lisbonne, carte de Montréal. Marseille n’a toujours pas la sienne, et nous cherchons encore à présenter le projet, trouver des collaborations, des soutiens techniques et financiers. Aujourd’hui, nouvelle étape, nous avons présenté le dossier devant le Brief collectif de présélection du carrefour des possibles qui se déroulera mi-janvier à Marseille. Une bonne expérience : si vous avez un projet dans le domaine des usages innovants des technologies de l’information et de la communication, n’hésitez pas à entrer dans le processus et proposer de la présenter. Vous aurez beaucoup à y gagner sur la formalisation de votre présentation publique et vous y recevrez des conseils avisés pour consolider la constitution d’un réseau dans le domaine, pour améliorer votre référencement, pour mettre en place une stratégie de communication virale… Ce sera aussi l’occasion de découvrir des projets riches de leurs différences, tous créatifs et innovants. Ce matin là nous avons ainsi découvert un mur communiquant, un projet d’innovation auditive, une plateforme collaborative pour l’enseignement (Jog educ), une galerie d’art créée sur la terre de Metaversel avec Second Life sous le nom de Tournicoton, des objets augmentés en vue d’intégrer les objets numériques dans l’habitat, un moteur de recherche sur la vie culturelle à Marseille… Peut-être à bientôt dans un carrefour des possibles.

A lire : la présentation de la matinée du Brief du 3 décembre par la galerie Tournicoton.

En tête du billet, la page d’accueil de la carte sonore de Lisbonne : http://www.cincocidades.com/en/soundmap/

Cartographie des pratiques musicales en Colombie

Au sein de la bibliothèque nationale de Colombie, le Centre de Documentation Musicale a développé un site de cartographie des musiques traditionnelles nationale avec le soutien du Ministère de Culture. Voilà l’occasion de découvrir un pays d’une diversité peu commune : le seul pays d’Amérique du Sud qui soit à à la fois sur l’océan Pacifique et sur la mer des Caraïbes, qui passe des Andes à l’Amazonie et dont la biodiversité est reconnue comme l’une des plus riches de la planète. Sa musique, elle aussi, est riche, multiple, éblouissante et complexe car elle puise dans les nombreuses cultures et langues qui composent ce pays. Le site vous fait voyager à travers tout le territoire, à partir de deux axes : les musiques traditionnelles et les festivals de musique (de tous types de musique). Des vidéos, des film pédagogiques, des notices documentaires, des enregistrements sonores, des photographies et un thesaurus documentent la musique de Colombie. Dommage que le système choisi pour la mise en oeuvre du site ne permette pas la citabilité des pages,  mais des évolutions sont en cours et il faudra suivre les modifications à venir de ce site car l’occasion est trop rare de connaître et comprendre ces musiques.

Pour vous donnez une idée de cette richesse, écoutez Melba Nancy, de l’île de Providencia, en Colombie calypso traditionnelle interprétée par le groupe Roots Radical avec Roger Fox (guitare, voix), Carlos May – « Suku » (tub-bass, voix), Rolando Brian (jawbone), Esebio Alcàzar (maracas), Tini Martinez (mandoline) et Avelino – « Coyote » Whitaker en invité pour le chant. Ou encore, cette Mazurca traditionnelle , toujours de l’île de Providencia,  interprétée par le groupe El Polvorete, avec Trujillo Hawkins à l’accordéon diatonique, Avelino – « Coyote » Whitaker (guitare, voix), Jorge – « Kepe » Hyman (maracas, voix), Rodolfo Robinson (jawbone, voix) et Max Alex Mac Lean (tub-bass, voix). [Musique en CC]

Notice de présentation du site sur Aldébaran (en langue espagnole, résumé en français) : http://aldebaran.revues.org/6580

Crédits photographiques : musiciens sur l’île de San-Andres, Chevaux dans la mer Caraïbes, île de Providencia. Photographies de Véronique Ginouvès, septembre 2009.

2009, année des archives sonores en ligne ?

L’année toute neuve, sera-t-elle celle des archives sonores en ligne ? Jusque là les exemples d’écoute en ligne d’entretiens de terrain en France se comptaient sur les doigts de la main mais voilà que les projets se multiplient.

Après le lancement en Corse de Repertorium, décrit dans les carnets de la phonothèque en décembre, trois sites proposent l’écoute en ligne d’archives de terrain.  Les archives départementales du Cantal (AD15), qui depuis plusieurs années déjà ont créé une section audiovisuelle, viennent tout récemment de proposer une recherche spécifique à ces fonds. A près plusieurs campagnes de collectes et de dépôts, un fonds d’envergure a été constitué. Aujourd’hui vous pouvez écouter des entretiens mais aussi visualiser des films : « L’exemple du mois » est un film couleur muet déposé par un particulier qui a filmé, en 1938 dans les rues d’Aurillac, un défilé organisé pour le millénaire de la naissance de Gerbert, futur pape Sylvestre II. Vous vous repérez dans les collections à travers une recherche simple,  avancée ou en cliquant sur une carte du Cantal. Le site ne propose pas encore de présentation globale des fonds ni du contexte des recherches, il est donc difficile de se faire une idée de l’ensemble des enregistrements et des notices mis à disposition. Ceux qui peuvent être écoutés en ligne sont bien évidemment ceux pour lesquels les archives du Cantal ont obtenu les droits d’utilisation et de diffusion. Il s’agit principalement d’enquêtes récentes réalisées par le directeur des AD15, Edouard Bouyé, et par Frédéric Bianchi, responsable du département audiovisuel, auxquelles s’ajoutent les enregistrements des animations organisées par les archives départementales (forums d’associations, lectures de texte, conférences…) et des émissions radiophoniques de la radio libre Radio 15 (années 1980).

En Basse-Normandie, le CRéCET (centre régional de culture ethnologique et technique) vient de mettre en ligne deux entretiens sélectionnés dans les enquêtes réalisées par l’association. Ici, il s’agit avant tout de valoriser les entretiens dans une démarche de sensibilisation à l’ethnologie en direction du grand public. Il est ainsi possible d’écouter un récit de vie réalisé en 2007 auprès de Lucienne Cabana, ouvrière dans le textile des années 20 aux années 1970, et des extraits d’entretiens enregistrés auprès de différents acteurs du port de Caen-Ouistreham sur le thème de l’escale. L’onglet « base de données du site » ne semble pas encore fonctionner mais il permettra certainement de prendre connaissance des différents entretiens réalisés par l’association.

Le site du patrimoine oral et festif en Aquitaine, Son d’Aquí est plus ancien et les collections documentées sont nombreuses. Vous pouvez écouter en ligne plusieurs fonds sonores dans leur totalité, lorsque les questions des droit ont été réglées, ou sous forme d’extraits. Vous pouvez par exemple accéder au fonds Guy-René Busnel, ancien chercheur du MNATP/MuCEM, qui a enregistré dans le village d’Aas (Vallée d’Ossau) en 1962 ; au archives du festival de Siros (1967-2006) où ont été présentés de nombreux chanteurs et conteurs béarnais ; diverses collectes de Pierre Boissière et de Pierre Corbefin, que l’on retrouve également dans la base de données du centre des musiques et danses traditionnelles en Midi-Pyrénées à Toulouse (mais sans les extraits sonores) ; les archives d’un des pionnier de l’édition discographique occitane, Jean Moureu (1924-1995) créateur de la maison de disques Junqué-Oc (Jurançon, Pyrénées-Atlantiques).

Ainsi les collections sonores inédites deviennent peu à peu accessibles sur la toile. Mais cette expansion montre aussi un paysage documentaire dispersé et morcelé et la cartographie des archives sonores inédites en France reste à faire. C’était déjà une remarque du rapport Cribier/Feller en 2003*. Comment repérer les collections sonores dans leur ensemble ? Les portails pourraient être une solution à cet éparpillement. Ce sera justement l’un des axes des prochaines rencontres nationales de l’ACIM (association pour la coopération des professionnels de l’information musicale). Dans le programme de ces rencontres plusieurs portails, nationaux et européens, seront présentés (Gallica 2, la Cité de la musique, le portail du patrimoine oral et Michael). Ces portails pourraient devenir de véritables outils de partage , de mutualisation, de valorisation mais aussi de repérage et de cartographie du patrimoine sonore inédit.

* Cribier F., Feller E., 2003, Projet de conservation des données qualitatives des sciences sociales recueillies en France auprès de la ‘société civile’., Rapport au Ministère de la recherche, 2 vol., 170 p. [en ligne] http://www.cmh.acsdm2.ens.fr/rapport/Rapdonneesqualita.pdf

Crédit photographique :Drinking to the New Year, New-York [prise de vue entre 1910 et 1915], plaque de verre, Bain News Service, collection George Grantham Bain Collection (Library of Congress).
http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2163812678