Archives par mot-clé : Cévennes

JEUDI – Open Access Week 2017 : Explications sur la légende de la vieille morte et le légendaire toponymique

Les chercheurs qui produisent des données sonores au cours de leur travail de terrain peuvent faire le choix de diffuser en libre accès les sources de leur recherche dans une phonothèque. En collaboration avec l’archiviste et selon les thématiques explorées, les chercheurs décident, au moment du dépôt, des modalités d’accès aux données produites. Ils apportent alors tous les éléments de contextualisation nécessaires à la diffusion de leur recherche. Plusieurs outils sont disponibles à la phonothèque de la MMSH pour mettre en œuvre concrètement cette diffusion, en conformité avec les questions éthiques et juridiques. « Open in order to… » est le thème de cette année : l’équipe des archivistes de la phonothèque de la MMSH vous explique chaque jour pourquoi il lui semble important d’ouvrir les enregistrements de terrain à l’écoute de tous les publics sur Les carnets de la phonothèque : https://phonotheque.hypotheses.org/oa  L’occasion également de mettre en avant des archives sonores libres de droit ou qui sont dédiées avant l’heure au domaine public. Bonne écoute !

Un fonds d’enquêtes orales réalisées par Pierre Laurence, ethnologue, a été déposé à la phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence en 2000. Il s’agit d’enregistrements relatifs à une recherche sur la mémoire orale des Cévennes. Ces entretiens ont été numérisés et traités d’un point de vue documentaire et sur la base de données Ganoub. Le corpus « Du paysage et des temps. La mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte » est divisé en enquêtes et items et contient 1 397 notices documentaires. Aujourd’hui, nous avons choisi de partager ce que peut être la réutilisation des archives sonores. Nous vous proposons d’écouter un entretien sur la toponymie locale dans les Cévennes « Explications sur la légende de la vieille morte et le légendaire toponymique« . Continuer la lecture de JEUDI – Open Access Week 2017 : Explications sur la légende de la vieille morte et le légendaire toponymique

Le CNRS fait entendre la musique du monde !

Au cours du mois de décembre , quatre laboratoires du CNRS1 donnent à entendre leurs archives sonores à travers l’Europe sur Europeana Music grâce au projet Europeana Sounds : http://www.europeana.eu/portal/fr/collections/music

Vous pouvez écoutez ainsi, suivant vos choix du moment, Continuer la lecture de Le CNRS fait entendre la musique du monde !

  1. L’équipe du CREM – Centre de recherche en ethnomusiocologie de Nanterre (LESCMAE), le CRESSON –  le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain, équipe grenobloise du laboratoire AAU, le LAHRA – Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) USR2128. []

Recette du mois : La fougasse du 15 août

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain. La recette de la semaine est celle de la fougasse du 15 août.

Dans notre métier de phonothécaire, une grande partie de notre temps de travail se passe à écouter des enquêtes de terrain enregistrées pour les cataloguer. Plongé dans l’analyse d’un corpus sonore parfois sur plusieurs semaines, la voix des témoins et des chercheurs font alors partie de notre environnement sonore quotidien, alors que les enquêtes sont souvent très anciennes. Ainsi en est-il des travaux menés par Nicole Coulomb et  Claudette Castell qui ont parcouru les Cévennes à la fin des années 1970 pour enregistrer des chansons, des contes, des jeux et des témoignages de la vie autrefois. La phonothèque est riche de plusieurs centaines d’heures qu’elles ont récoltées. Je voudrais ce mois ci, en hommage à  Claudette Castell,  décédée accidentellement en 2015, vous proposer d’écouter un extrait de l’enquête n° 390,  enregistré en 1979 à Altier (48880 Lozère), qui fait partie de leur corpus.

Voilà donc la recette:

Ingrédients :
½ paquet de levure de boulanger ou levain 30gr,
100g de sucre,
2 œufs, 40g de beurre,
¼ de verre de fleur d’oranger,
une pincée de sel,
250 g de farine blanche1.

Préparation :
Utiliser de la levure de boulanger ou faire son levain soi-même2.
Pétrir la farine, le beurre, 75g sucre, la moitié de la dose de l’eau de fleur d’oranger, le sel, la levure (l’autre moitié de l’eau de fleur d’oranger sera utilisée pour imbiber la fougasse et les 25g de sucre restant serviront à saupoudrer la fougasse à la fin de la cuisson). La pâte doit avoir la consistance de la pâte à pain (même un peu plus molle). Laisser lever une heure, en couvrant d’un saladier dans un endroit chaud, au bout d’une heure, repétrir.
Etaler une épaisseur de pâte de 2 cm environ, faire des entailles, couvrir, toujours avec un saladier pour éviter qu’en gonflant elle  se colle. Laisser lever toute une nuit.
Faire cuire à160° pendant 45mn (il faut la cuire doucement donc éventuellement baisser la température).
Sortir du four et arrosez de fleur d’oranger et saupoudrez de sucre  type cassonade de préférence.

Voilà pour clore ce billet un extrait sonore qui donne à entendre la voix – et le rire – de Claudette Castell alors qu’elle interroge une habitante d’un village près de Pont-de-Montvert, Madame Marthe Servières, avec Nicole Coulomb, à propos des récits de peur qui se disaient aux enfants au début du siècle dans les villages cévenols :

Crédits photographiques : Mathilde Bresc CC BY 2.0 FR

  1. bio ici, comme à mon habitude []
  2. Je procède ainsi pour fabriquer mon levain naturel : mélanger à parts égales farine de seigle et eau, et en laisser fermenter plusieurs jours avant de l’utiliser à raison de 30 à 60 % du poids de farine. Il suffit ensuite d’en conserver un peu et de lui redonner régulièrement eau et farine pour en avoir toujours à disposition, les ferments se multipliant à chaque fois que l’on « nourrit » le levain,  mais vous trouverez aisément des recettes en ligne, si le cœur vous en dit d’essayer []

Voyager sur les ailes d’une enquête

Finiels-Img1Lorsque j’étais enfant je regardais passer les avions. J’étais captivée par le fait que, là, derrière ce hublot si minuscule si loin de moi il y avait une autre personne bien réelle. Peut-être une petite fille comme moi, accompagnée d’une autre maman. Je me demandais si elle me verrait, ce qu’elle tenait à la main, quel était son jouet, la langue qu’elle parlait. Elle était là, sous mes yeux pendant quelques secondes. Au milieu de ces autres gens qui voyageaient avec elle, avec leur univers, leur vie, leur destin et leurs projets, leur passé. Tout cela me plongeait dans un rêve d’inconnu. Cet autre si proche de moi qui s’éloignait si vite me fascinait. Cette curiosité m’est restée, comme de connaître l’intime, le dévoiler pour le comprendre.

Fraissinet-de-Lozère_01La définition du voyeur dans le Littré ou le Larousse concerne un individu qui regarde, voit, assiste curieux mais sans participer. La démarche ethnographique s’en écarte du simple fait de l’échange qui se noue entre l’enquêteur et l’enquêté. Échange de confidences, de rires, d’humanité, de plaisirs, d’empathie comme en témoignent les enquêtes de Claudette Castell et Nicole Coulomb. Pendant leurs enquêtes, si elles se tiennent en retrait par souci de placer l’enquêté en posture principale, elles ne sont pas moins présentes, de toute leur humanité et de leur savoir être respectueux, curieux et attentif. Elles respectent leurs interlocuteurs jusque dans leurs restitutions fidèles et si vivantes. Ce que laissent ces enquêtes ? Au delà des connaissances culturelles sur un contexte, elles transmettent un formidable sentiment d’humanité commune. L’interviewé derrière la fenêtre n’est jamais le « sauvage » observé mais bien le « même », l’autre différent mais si proche, comme deux frères qui n’ont pas les mêmes yeux.

Marseille_Accoules

Ces deux dames ont connu, après leurs enquêtes ethnographiques, une carrière de documentaliste. Comme moi. Par souci de transmettre, de faire glisser le savoir d’une étagère à une oreille , disponible, au moment opportun.

Le_Pont-de-Montvert_02

Je ne sais toujours pas ce qui se cache derrière les fenêtres. Sauf certaines du quartier du Panier à Marseille ou des villages du Mont Lozère, grâce à mesdames Castell et Coulomb. Regardez ces images et laissez vous glisser vers cet univers, ce feu qui crépite ou ce grillon qui chante, tendez l’oreille vers ces voix parfois claires et bondissantes, parfois rugueuses, comme soufflées. Écoutez et rêvez. Merci mesdames pour cet infini voyage.

Marseille_Panier

Mes préférées :

La vie du quartier St Jean avant la guerre de 1939-1945

La vie du quartier du Panier par une femme d’origine italienne née à Marseille dans les années 1930

Chansons de l’enfance

Conversation autour des veillées et des chansons : La fille d’une riche

Souvenirs de la vie autrefois, la sociabilité et l’origine de certains contes par une ancienne agricultrice des Cévennes

Crédits photographiques : Entering Finiels, Photographer unknown Issues de Wikimedia, licence CC-BY-SA : Rue de Fraissinet-de-Lozère, Ancalagon, octobre 2008 ; Le Panier, à Marseille, Michiel1972, octobre 2009 ; Le Pont de Montvert, GIRAUD Patrick Août 2005 CC BY-SA ; Le Bazar du Panier, Georges Seguin, octobre 2013 CC BY-SA.

 

Hommage à Claudette Castell

Au début des années 1980 deux jeunes femmes arpentent les Cévennes pour collecter des musiques et des chansons de tradition orale – dans le sillage de Jean-Noël Pelen qui dix ans auparavant y avait collecté des contes. Elles soutiennent en 1983 une thèse de doctorat sur les Chansons et danses populaires du Mont Lozère1 au sein du département des « Langues et cultures régionales » où, à ce moment là, Jean-Claude Bouvier, Philippe Joutard et Jean-Noël Pelen proposent une réflexion méthodologique autour des ethnotextes. Toutes les deux participent à leurs travaux avec enthousiasme et une grande rigueur méthodologique.

Sur le mont Lozère, elles découvrent un monde humanisé, où la transmission orale demeure, où le chant traditionnel, le légendaire historique et le conte sont encore bien vivants. Les témoins leur transmettent facilement les récits de la vie quotidienne et ceux, plus folklorisés, de la littérature orale. Leur capacité d’écoute et l’empathie qu’elles développent avec eux leur font faire des découvertes inédites. Elles se lient d’amitié avec des chanteurs et des conteurs exceptionnels, en particulier Marcel et Marinette Volpilière, qu’elles vont publier. Soucieuses que la parole des cévenols soit conservée, elles déposent tous les enregistrements qu’elles ont réalisés dans la phonothèque originale créée au sein du CREHOP, le Centre de recherches sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux. Elles deviennent ensuite professeures documentalistes au sein de divers établissement d’enseignement, sans jamais perdre ni leur lien avec les Cévennes et le mont-Lozère où elles retournent régulièrement, ni avec la recherche par leur participation avec l’association Clair de Terre2.

Au fil du temps, leurs collectages sont toujours écoutés et repris par certains chanteurs traditionnels comme en juin dernier, lors des 8èmes rencontres chantées du Galeison3. En 2015, jeunes retraitées, indéfectiblement liées, elles décident de réaliser à deux une édition publiable de leur thèse. Elles retournent à la phonothèque où elles avaient déposé leurs archives sonores – devenue celle de la MMSH – récupérer une copie numérisée de leurs collectes et se mettent au travail : écouter à nouveau ces paroles et ces chants autour du mont Lozère, réécrire leur texte pour proposer une nouvelle édition dont l’association La Talvera sera l’éditeur.

Clo, La Targa, 1986_NEW

 

Mais la vie en a décidé autrement. Claudette Castell, qui avait une maison à Vialas où elle connaissait bien les lieux escarpés et dangereux de la montagne,  a oublié, juste un instant, la férocité de cette terre qu’elle aimait. Elle a fait une chute mortelle  dans le torrent de la Gourdouze qui coule à côté de sa maison le 27 août 2015.

La thèse écrite et retravaillée à quatre mains sera cependant publiée bientôt, et donnera l’occasion, à tous ceux qui l’aimaient, de retrouver Claudette.

Crédits photographiques : photographies de Claudette Castell prêtées par Nicole Coulomb, tous droits réservés.

  1. Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de Jean-Claude Bouvier) à l’université de Provence ((Devenue Aix-Marseille Université []
  2. L’association Clair de Terre a été créée en 1986. Son sous-titre définit bien son objet : Recherche et mise en valeur du patrimoine naturel et culture de la Provence et du Languedoc. Son but est de réunir des acteurs (des personnes agissantes) de la recherche, de la culture, de l’art, autour de la question du patrimoine, considéré non comme un entre-soi figé mais comme « des racines ouvertes sur un devenir ». L’association, inscrite par ses membres dans un territoire, n’a jamais porté aucun drapeau. Elle n’est pas non plus une association de recherche à proprement parler, puisqu’il s’agit d’ouvrir la recherche, de la sortir de l’enfermement institutionnel. Clair de Terre est avant tout un carrefour, un lieu de rencontre et d’échange dans la liberté de parole et dans l’expression d’une certaine sensibilité. Les membres actifs sont Jean-Noël Pelen, Nicole Coulomb, Julie Azoulay, Caroline Darroux, Florie Martel, Pierre Laurence, Anaïs Vaillant et Katia Fersing, la présidente actuelle []
  3. Plusieurs chanteurs issus de la musique traditionnelle ou acteurs d’associations sont venus consulter les archives de Nicole Coulomb et Claudette Castell à la phonothèque de la MMSH ou ont écouté les enregistrements liés à leurs publications pour les ré interpréter ensuite dans les bals ou leurs créations musicales. On peut citer ainsi Clément Gauthier et le groupe Tornamai, le duo Aïga Linda, la compagnie Beline… Si vous connaissez d’autres groupes, musiciens ou conteurs qui se réfèrent aux collectes de Nicole Coulomb et Claudette Castell, ce serait très précieux si vous pouviez en témoigner. []

Echos des Cévenols d’autrefois. Jean Noël Pelen en Vallée Longue. (1971-1976) Une exposition sonore et visuelle

De gauche à droite: Pascal Jaussaud, Basile Brémaud, Gwennaël Baronnet, Jean Noël Pelen, Annie Courtan, Clément Gauthier, Nicolas Roche, Mana Seranno
Le collectif Manja Pelos.

L’occasion était trop belle, découvrir et redécouvrir les travaux de Jean Noël Pelen, écouter « la voix des ancêtres » mais aussi les voix d’aujourd’hui. Appréhender le microcosme monde, pour être au monde ; une idée de la vie et du temps quoi !

L’exposition montrée dans la salle communale de Sainte Cécile d’Andorge du 16 au 18 décembre 2011, élaborée par Jean Noël Pelen à la demande de la municipalité, nous a donné la possibilité de voir ou revoir les divers et nombreux ouvrages et collaborations de son parcours d’ethnologue et d’écrivain en Cévennes et en Provence. Apprécier aussi les photographies d’André Nicolas, compagnon de route de Jean Noël et Daniel Travier à l’époque où tous trois sillonnaient les Cévennes pour édifier leur monumental Temps Cévenol. Entre les recueils manuscrits de contes, de chansons populaires, les magnifiques paniers en éclisses de châtaigniers qui ont longtemps fasciné Jean Noël, des textes. Des textes bouleversants et acerbes du grand père Pelen qui raconte la mutinerie épineuse qu’il vécu au sein même de son jardin dans « La révolte des chardons », les mots lumineux de « Récit aux miroirs », textes inédits (J.N. Pelen) ou encore la correspondance époustouflante de Georges Fontanes, auteur des « Quatre temps » ou la vie d’un mineur cévenol.

Grâce à la collaboration active de la phonothèque de la MMSH (Véronique Ginouves et Corinne Cassé), deux séances d’écoute de documents d’archives issus des collectes de Jean Noël Pelen ont été l’objet d’un vif intérêt de la part du public, y compris de la part de nombreux locaux, cévenols d’adoption ou de cœur. Ces écoutes ont donné la possibilité à tout un chacun de plonger dans une parole vive ancrée dans l’expérience du lieu et du temps.

Dans la soirée, la veillée a réuni amis et musiciens, Collectif Manja Pelos, Clair de Terre, Tornamai, Cor Galeisonenc autour du répertoire musical collecté par Jean Noël lui même dans ses enquêtes de terrain, Claudette Castell et Nicole Coulomb et Pierre Laurence, ethnologues ayant travaillé également sur le territoire cévenol.

C’est un réel enjeux que celui du traitement d’archives sonores avec toute les difficultés inhérentes à ce type de matériau, mais la mémoire doit s’entretenir, se réveiller, devenir outil, un atout.  La restitution de ces collectes auprès du public sous la forme d’écoute, de réinterprétations musicales permet d’entretenir cette mémoire, plus que cela, de la retrouver vivante, la faire sienne.

 Crédits photographiques : Laurent Aiglon, Sainte-Cécile-d’Andorge, décembre 2011.

 

Nòvas istòrias de las Cevenas – Nouvelles histoires des Cévennes

Gageons que, sans Jean-Noël Pelen, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne (MMSH) n’existerait pas. Lorsque la collection d’archives sonores a été créée en 1979 à l’université d’Aix-en-Provence, il n’y avait quasiment pas de dépôts d’enregistrements. Au sein du CREHOP, le centre de recherches et d’études sur l’histoire orale et les parlers populaires, ce sont les enquêtes de terrain de Jean-Noël Pelen qui ont commencé à nourrir le fonds, avec ceux de ses collègues et ami(e)s qui travaillaient dans son sillage. Tous ces chercheurs étaient soucieux que la parole des anonymes qu’ils enregistraient et sur laquelle il s’appuyaient pour leurs publications, puissent être un jour écoutée. Si un poste d’archiviste du son a été créé en 1997, lorsque la phonothèque a été intégrée à la MMSH, c’est bien parce que Jean-Noël Pelen avait continué à travailler avec cette source qui pourtant n’a pas toujours été très appréciée dans le petit monde des sciences humaines et sociales…

Tout a commencé avec le conte en Cévennes en 1973 suivi d’échappées sur des thématiques particulières comme le vieux Donzère (1978) ou la question de la mémoire autour du châtaignier (1987), pour quitter ensuite la terre cévenole et s’ouvrir sur des travaux collectifs comme le Pays d’Arles par ses gens (1983-1987) ou L’homme et le taureau (1987-1990), puis se diriger vers des sujets novateurs et plus urbains avec La Résistance à l’exclusion, dernier grand corpus qu’il a constitué (1994-1998). Jean-Noël Pelen, par sa méthode de travail, a également fait évoluer le monde des archives orales déplaçant l’auteur de l’enregistrement, place que s’est longtemps arrogée le chercheur, vers le témoin. C’est ainsi qu’à la publication de Jours de Provence  (1990-1994), son informateur Laurent Merlo se trouvait à ses côtés sur la couverture de l’ouvrage, en tant qu’auteur. La réflexion qui a accompagné la constitution de corpus enregistrés a toujours été clairement affichée,  sa méthodologie toujours en évolution et mise à l’épreuve de la discussion. C’est ainsi que pendant quatre années (1997-2000) se sont succédées de séminaires pluridisciplinaires sur un thème qui lui tenait à coeur : le récit collectif, posé comme objet de recherche dans toutes ses dimensions.

Les 16 et 17 décembre prochain, la municipalité de Sainte-Cécile-d’Andorge présentera une exposition sonore et visuelle, accompagnée de conférences en hommage à Jean-Noël Pelen qui vient de terminer sont temps de travail au CNRS, sous le titre « Echos des Cévenols d’autrefois – Jean-Noël Pelen en Vallée-Longue (1971-1976) ». Ce chercheur originaire de la Haute-Levade par son grand-père maternel, a enregistré il y a presque quarante ans la mémoire des anciens et voilà que son travail, conservé à travers les années par la phonothèque de la MMSH, vont pouvoir être entendues à nouveaux dans les villages alentours.

L’inauguration de l’évènement aura lieu le vendredi 16 décembre à 18h dans la salle des associations de la Haute-Levade et l’exposition sera visible du samedi 17 au dimanche 18 décembre de 14 h à 17 h. Vous pourrez également écouter des entretiens de terrain enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Raoul Pic et Gabriel Teissier, qui seront mis à disposition dans la salle paroissiale du village de Sainte-Cécile-d’Andorge. Puis le lendemain, samedi 17 décembre,  sous le chapiteau dressé place de la Haute-Levade à 16 h Jean-Noël Pelen tiendra une conférence sous le titre « L’expérience des Cévennes : un chemin d’ethnographie ». La journée se clôturera à 18h  par une série de concerts, reprenant les cants et danses populaires des Cévennes avec Le collectif Manja Pélos, Tornamai, Marianne Evezard, Pascal Jaussaud, Les violoneux de la Cola’Ophane, Clair de Terre, les chanteurs du Galeison… Le lendemain, dimanche 18 décembre dans la Salle municipale du Collet-de-Dèze à 15 h, vous pourrez écouter d’autres entretiens enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Zénobie Hours, Gabriel Teissier et Raoul Pic.

Profitez de la visite, venez nombreux et en famille ! Ce jour là se tiendra au village un marché de Noël sur la place avec une dégustation de soupe tout la soirée… Les anciens cévenols doivent être bien joyeux de savoir que leurs histoires font encore rire le monde et que leurs chants font toujours danser la jeunesse.

Programme du 16-17 decembre 2011à télécharger

 

 Crédits photographiques : Arènes, attaque du cheval du picador par le taureau, Toulouse, 14 juillet 1906. Fonds Trutat – Photographie ancienne. Cote : TRU C 1418, Localisation : Fonds ancien (S 30), Lieu de création : Toulouse (Haute-Garonne), Mesures : : 9 x 12 cm, Observations : Note manuscrite de Trutat : Toulouse, course de toros, 14 juillet 1906, Goerz-Anschutz. Négatifs sur plaque de verre. Collection de la Bibliothèque de Toulouse. Domaine public.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Les voix des Cévennes

Deux nouveaux corpus d’enquêtes orales sur le territoire cévenol viennent enrichir les collections déjà présentes à la phonothèque de la MMSH : celles réalisées entre 1978 et 1986 par Nicole Coulomb et Claudette Castell sur la « Mémoire orale du Mont Lozère » et celles réalisées par les agents du Parc National des Cévennes, encadrés par la même Nicole Coulomb, en 1985 et 1986, Conscience identitaire cévenole.

La première collection visite les répertoires de chants, de contes, d’airs à danser des habitants de la face nord du Mont Lozère. Un recueil de ces contes, extraits du répertoire d’un couple attachant de conteurs et chanteurs, a été édité en 19861. La plupart de ces enquêtes rendent compte de la lente relation de confiance qui s’est établie au fil des années entre les enquêtrices et leurs informateurs. Les sons de l’horloge du salon, du ronronnement de feu de cheminée des enquêtes de novembre, de la cuillère tournant la tisane, accompagnent les contes drôles, les histoires de peurs, les chansons plaisantes. Certaines enregistrements se sont faits pendant des veillées regroupant jeunes et vieux, ou pendant des retrouvailles d’amis, de proches, de voisins, qui rient de retrouver les « bêtises » de jeunesse, les paroles occitanes d’un air de polka ou de bourrée.

L’ai vist passar lo papet davant la pòrta / Je l’ai vu passer le papet devant la porte

L’ai vist passar que pensav’ anar gostar / Je l’ai vu passer qu’il pensait aller goûter

Portav’ un piòch, una pala sus l’espatla / Il portait une pioche, une pelle à l’épaule

Portav’ un piòch e anava beure un còt. / Il portait une pioche et il allait boire un coup.2

A l’époque où ces enquêtes ont été faites, la mémoire des bals à la voix et des activités « avant la télévision » était encore vivace, les accents cévenols bien trempés. L’ensemble du corpus témoigne également de la constitution du savoir des enquêtrices qui, de moins en moins novices, rentrent dans les détails des répertoires, avancent à pas lent en demandant de nouvelles versions, des précisions sur l’orthographe. Auteurs d’une thèse de troisième cycle d’études occitanes sur les « Chansons et danses populaires du Mont Lozère »3;La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). Cote Médiathèque MMSH : F.ME 398COU)), Nicole Coulomb et Claudette Castell, ensemble ou séparément, ont depuis multiplié les enregistrements en territoire cévenol : Mémoire de la vie quotidienne autour du châtaignier, Mémoire des jeux et jouets de l’enfance en Cévennes rurales traditionnelles. Autant de pièces qui complémentent le portrait d’une culture cévenole, comme de savoureuses histoires de bergers, présentes aussi dans des répertoires de contes internationaux.

Le Fossat lié par l’herbe (extrait)

Une autre fois, il était monté là-haut sur le mont Lozère pour garder ses moutons, là dans le mois de juin. Il faisait beau, il avait pris sa biasse et il s’était couché là-haut dans l’herbe. Et quand il s’est réveillé, l’herbe avait tellement poussé qu’elle l’avait attaché par terre. Elle en avait fait le tour et elle s’était nouée au-dessus de lui brindille par brindille, il ne pouvait plus remuer. Alors il s’est dit :

– Aqueste còp, siòi fotut, siòi fotut. Pòde pas bolegar. Mès es pas possible, de qu’es aquò que ti ten ?4

Et il ne voyait presque pas, puis avec sa bouche il s’est mis à manger l’herbe :

– Es pas possible quant erba qu’ai bofat !5

Comme il avait les bras allongés le long du corps, il a pu aller à sa poche et tout doucement, il a sorti son couteau et il s’est mis à couper l’herbe autrement il y restait.6

Lo pastre qu’èra pas d’acòrdi amb lo patron  7

Le berger prenait sa biasse, son manger pour tout le jour. Alors sur la table, le patron lui as mis un os où il y avait un peu de viande et le berger trouvait que pour tout le jour ça ne faisait pas trop. Il  a dit au patron :

– Mais vous croyez que mon brave monsieur, que c’est suffisant pour tout le jour ?

– Oh si, la viande des os c’est la meilleure.

Bon. Le berger prend ça puis il va faire sortir les moutons, il les mène là-bas face à la maison à un endroit où il n’y avait que des pierres, des rochers, pas beaucoup d’herbe. Alors le patron y est allé. Pendant un moment, il lui avait crié de changer d’endroit mais le berger, avec son chien, tenait toujours les moutons dans ces rochers. Le patron lui a dit :

– Mais tu es fou, tu ne vois pas que les moutons crèveront de faim là !

– Si sabiòtz coma l’erba del rònc es bòna, es la melhora. 8

Et le patron a compris. Et le lendemain, il lui a donné une meilleure biasse.

 

Le second corpus traite lui des représentations, opinions et témoignages des habitants du Causse Méjean, attachés à cette terre sauvage, à ce climat rude. Les enquêtes ont été réalisées dans une période charnière pour le pays qui connaît alors une accélération de la modernisation de l’agriculture et l’exode des jeunes générations. Plusieurs classes d’âge ont été interviewées. Les enquêteurs novices ont utilisé systématiquement une grille d’enquête leur permettant de naviguer simplement dans la mémoire des témoins. De ce fait, cette collection a deux intérêts principaux. Tout d’abord elle aborde des questions intemporelles sur l’identité d’un groupe : qui sommes nous, comment nous représentons nous les nôtres, les autres, comment est fixé le périmètre d’un territoire qui nous ressemble, auquel nous nous efforçons de ressembler ? Elle représente aussi une source très riche en terme d’illustrations pédagogiques en méthode de collectage.

 

Pour des raisons historiques et circonstancielles la phonothèque possède un fonds très important sur les Cévennes, soit plus de 28% des notices, issues de recherches d’enquêteurs très différents et couvrant plusieurs territoires des Cévennes : Mont Aigoual, Mont Lozère, Vallée-Longue, Vallée-Borgne, Causse Méjean. Ces collections représentent par leur diversité une ressource unique et autant d’occasions de nouveaux travaux ou projets de valorisation, quelque soit la discipline.

 

Crédits photographiques : Scene at square dance in rural home in McIntosh County, Oklahoma (LOC). Lee, Russell,, 1903-1986,, photographer. http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2178339419 Pas de restrictions de copyright connues

Chevaux de Przewalski sur le Causse Méjean.  Auteur Ancalagon. Creative commons.

 

 

  1.  La barque qui allait sur l’eau et sur la terre : Marcel Volpilière / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Carcassone : ed. Garae/Hésiode, 1986. 268 p. (Classiques de la littérature orale). []
  2. L’ai vist passar. Air à danser de bourrée chanté dans la période de l’entre-deux-guerres sur le mont Lozère. Les différentes versions de cet air abondent et une partie se retrouve dans une bourrée limousine. []
  3. Chansons et danses populaires du Mont Lozère / Nicole Coulomb et Claudette Castell. Doc. dactylogr., 1983, 2 vol. : 1156p. Th. doct. IIIème cycle : Université de Provence : Etudes Occitanes : 1983. Sous la dir. de JC Bouvier. (Cotes Médiathèque : MT-21856(1) ; MT-21856(2 []
  4. Cette fois-ci, jesuis foutu, je suis foutu. Je ne peux plus bouger. Mais ce n’est pas possible, qu’est-ce qui me tient comme ça ? []
  5. Ce n’est pas croyable toute l’herbe que j’ai mangée ! []
  6. Ce conte est répertorié dans la classification des contes d’Aarne et Thompson sous le titre The great vegetable ou AT 1960D []
  7. Le berger qui n’était pas d’accord avec son patron []
  8. Si vous saviez comme l’herbe du rocher est bonne, c’est la meilleure. []