Archives par mot-clé : chaîne de numérisation

Digitalizar archivos audiovisuales en la fonoteca de la MMSH

Desde su creación la fonoteca recibe en deposito documentos audiovisuales además de complementos de archivos sonoros1 No obstante, hasta ahora la fonoteca se conformaba con conservarlos sin procesarlos, sin excepción, ya que no sabía cómo afrontar la cuestión de la multiplicidad de los formatos et de la capacidad (colosal) ocupada por los archivos de vídeo. La evolución rápida del material informático y el apoyo de los servicios de la TGIR Huma-num permitió planear la digitalización de los soportes de vídeo y desde enero del 2017, la fonoteca está, de ahora en adelante, equipaba de una nueva estación.

¿Por qué digitalizar los videos en la fonoteca?

Continuer la lecture de Digitalizar archivos audiovisuales en la fonoteca de la MMSH

  1. Este billete describe la metodología de la digitalización de los archivos audiovisuales. Para los archivos sonoros, la digitalización es descrita en varios artículos, uno de ellos Véronique Ginouvès. « La sauvegarde du patrimoine immatériel sonore : quelles perspectives pour les phonothèques de l’oral à l’heure de la dématérialisation des contenus ? ». Les entretiens de Bibracte, 2006, Bibracte, France. Parc naturel régional du Morvan, pp.12-14, 2008, Cahiers scientifiques du Parc. <halshs-00095603>. []

De la bande collante au flux binaire : vers des zéros et des uns. Récit d’expérience pour la mise en place d’un secteur audiovisuel aux Archives départementales du Tarn

Lorsque l’on lance une recherche sur un moteur généraliste en associant les termes « archives-départementales archives-sonores » le résultat est très hétérogène et peu représentatif. Au mieux, vous pouvez être aiguillés vers des états des fonds audiovisuels de services d’archives départementales (AD).  Certaines AD commencent à proposer des fichiers sonores impliquant en amont des choix, en termes de protocole et de formats d’archivage ainsi qu’un équipement. En lisant les listes de diffusion spécialisées on se rend compte que de plus en plus les AD tentent d’enclencher un travail dans cette voie. Pourtant, rares sont les récits d’expérience autour de la mise en place d’un secteur sonore et visuel et de mise en ligne des collections. Il serait intéressant de constituer un espace qui rendrait compte du travail accompli en matière de traitement d’archives sonores et visuelles sur l’ensemble des services d’AD. Responsable de la réorganisation d’un département audiovisuel aux Archives départementales du Tarn, il m’est paru important de présenter mon travail et de partager mes questionnements. J’ouvre donc sur les Carnets de la Phonothèque, en accord avec Véronique Ginouvès, une nouvelle catégorie « Le son du Tarn », en espérant qu’il suscite des retours d’expériences similaires et engage un espace de dialogue avec des commentaires.

Le secteur dédié aux archives sonores des Archives départementales du Tarn a été créé en 1989. Depuis sa création il a pour vocation de collecter, documenter, conserver et valoriser le patrimoine immatériel, fixé sur tout type de support audio, ayant valeur d’information historique et patrimoniale sur le département du Tarn.

Les fonds portent principalement sur des répertoires de chants et de musique instrumentale traditionnelle, des répertoires de contes, légendes, des traditions et expressions orales, des témoignages historiques locaux ou nationaux, des témoignages ethnographiques (coutumes, savoir-faire), des récits de vie.

Les AD disposent à ce jour d’un fonds audio constitué de près de 500 heures d’enregistrements. A ce fonds audio est venu s’adjoindre en 2003, un fonds audiovisuel constitué d’environ 1200 heures, cassettes montées et rushes confondus.

Les fonds sonores et plus particulièrement les fonds audiovisuels des AD81 se trouvent fixés sur des supports variés et dans de multiples formats. Les AD sont confrontées aux dégradations, inéluctables, de support et de signal qui peuvent intervenir naturellement en fonction de la nature physico-chimique des documents. Ainsi, il devenait urgent de passer aux zéros et aux uns, en transférant par un procédé de numérisation le contenu de ces documents sur un support pérenne et d’enclencher un processus régulier de réactualisation de format. Conserver les collections par le procédé de la numérisation permettra, outre la préservation de l’intelligibilité du document, la mise en place cohérente de leur communication au public et de leur valorisation.

En octobre 2008 nous avons actualisé l’équipement audio, en partie existant depuis 1989, et nous nous sommes dotés d’une station de transfert vidéo à partir d’un cahier des charges. Par chance, l’entrée d’un fonds audiovisuel en 2003 avait été accompagnée du matériel de lecture correspondant aux différents formats vidéo contenus dans ce fonds ; un point non négligeable quand on sait qu’une des difficultés pour la conservation de ces documents vient de la difficulté d’acquérir les lecteurs d’ancienne génération.

La difficulté dans le choix des formats de conservation et les supports de stockage est venue essentiellement des diverses propositions qui sont faites dans ce domaine et dans notre volonté d’opter pour un archivage pérenne. Nous avons préalablement prospecté auprès d’institutions qui ont fait leur preuve en matière d’archivage pérenne tout en rapportant leurs préconisations à l’échelle d’un service d’AD et au budget d’investissement qui nous a été alloué. Le plus délicat a été d’arrêter des choix en acceptant l’approche par le risque mesuré. De manière à se prémunir de la dégradation et le vieillissement des médias nous avons choisi de diversifier les technologies de stockage. Deux copies d’archivage vont être réalisées. L’une sur bande magnétique LTO 3 et l’autre sur un espace de stockage de masse sécurisation Raid 5. Les fichiers destinés à l’archivage seront encodés dans des formats durables et largement ventilés pour ne pas tomber dans l’impasse de leur disparition et afin de permettre au mieux leur lisibilité au plan technique ainsi que leur échange : wave pour le son et mpeg2 pour la vidéo. Les métadonnées relatives à la constitution technique des fichiers et à leur contenu intellectuel seront renseignées afin de les rendre intelligibles dans l’avenir. Les fichiers de consultation seront compressés au format mp3 pour l’audio et mpeg4 pour la vidéo et hébergés sur un serveur dédié. Ces fichiers de consultation au format compressé seront reliés à leur notice documentaire correspondante afin que les utilisateurs puissent y accéder en salle de lecture sur un poste informatique en écoute individuelle. Dans un premier temps, pour des questions essentiellement juridiques, les documents ne seront pas accessibles sur Internet.

L’environnement informatique choisi pour les deux stations est un environnement Macintosh. Le service des AD possédait différents lecteurs à connecter à la station audio qui est dotée d’une carte son externe mbox2 de la marque Digidesign fournie avec le logiciel d’édition Pro Tools 7 LE. Cette version « Light » du logiciel permet très largement de couvrir les besoins de transfert des fonds détenus par les AD. Il permet d’encoder les fichiers audio aux formats wave et mp3.

Pour ce qui est de la vidéo, un patch bretelles BNC et à des patchs RS-422 fabriqués sur mesure sur site permettent la connexion audio/vidéo, et le pilotage, entre la station, et les différents magnétoscopes existants aux Archives. Nous avons choisi le logiciel de montage vidéo Final Cut studio pro2 qui permet l’encodage des fichiers vidéo aux formats mpeg2 et mpeg4.

Avant de poursuivre l’analyse documentaire des archives sonores et d’initier celle des archives vidéo, un travail de réactualisation des bases de données doit être fait. Le traitement archivistique s’effectuera au fur et à mesure de l’avancée du travail de numérisation des documents et progressivement, les documents seront accessibles en écoute individuelle sur poste informatique dans l’enceinte des Archives départementales. Le moteur de recherche Pleade permettra d’optimiser la recherche en moissonnant la base de données et faire émerger les notices documentaires souhaitées par l’utilisateur.

Dans l’immédiat, les personnes souhaitant écouter ou visionner des documents doivent encore me rendre une petite visite en passant un coup de fil préalable ! La consultation de l’état des fonds détaillé dans sa version papier et des contenus eux-mêmes nécessite pour quelques temps encore un rendez-vous.

Céline Della Savia, chargée du secteur des archives audiovisuelles et sonores aux Archives départementales du Tarn

celine.dellasavia@tarn.fr

Site des Archives audiovisuelles et sonores

Crédit photographique : Céline Della Savia, Zéro et un.

Sauvegarder ses données sur DVD, c’est possible !

Depuis les débuts de la numérisation des archives sonores, les phonothécaires archivent leurs données sur des disques optiques compacts enregistrables (CD-R) mais la capacité de ces disques est limitée à environ 650Mo. Le DVD, malgré une capacité de 4500 Mo, n’était jusqu’ici pas conseillé comme support de stockage. Les arguments majeurs portaient sur la finesse de l’écriture des données sur les DVD enregistrables qui présentaient une plus grande sensibilité que les CD-R aux conditions de gravure et aux dégradations naturelles au cours du temps.

En 2007, la Direction des Archives de France a demandé au Laboratoire National de Métrologie et d’Essais d’évaluer la qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché français et de déterminer si ces supports pouvaient être utilisés pour l’archivage avec une fiabilité comparable à celle des CD-R. Parue en octobre 2008 sous le titre Qualité des DVD+R et des DVD-R disponibles sur le marché pour l’archivage des données numériques, cette étude a réalisée par Jean-Michel Lambert et Jacques Perdereau du LNE. Ils ont sélectionné et testé huit références de DVD enregistrables simple couche d’une capacité de 4,7 Go. Outre l’évaluation de la qualité de gravure des différentes références, pour plusieurs graveurs et pour plusieurs vitesses de gravure, l’étude évalue également la vitesse de dégradation lorsque les DVD sont soumis à des conditions climatiques sévères (température de 80°C et hygrométrie de 85%), afin d’anticiper des pertes de données au bout de plusieurs années. Bref, voilà la lecture idéale pour l’archiviste du son qui a toujours trop peu de temps pour réaliser sa veille d’information…

Je vous laisse lire les 112 pages du rapport pour aller directement à la conclusion, page 24 (les pages suivantes sont constituées d’annexes) que je résume rapidement. Tout d’abord, première information intéressante, la  vitesse de gravure recommandée est la vitesse 8. Ensuite, sur les DVD testés, deux d’entre eux sont retenus pour leur qualité, les MPO et les VERBATIM (on retrouve ici les marques préconisées aussi par la BnF). Enfin, information essentielle, la capacité des DVD à supporter des conditions climatiques sévères comparable à celle des CD-R. Même si les DVD conservent une dégradation de qualité par rapport aux CD-R, pratiquement insensibles aux conditions climatiques sévères, après 1500 heures d’exposition les références retenues sont toujours intégralement lisibles.

Ainsi le rapport conclut sur une bonne nouvelle pour les archivistes qui jonglaient jusqu’ici avec leurs disques compacts : si on tient compte de la qualité des références utilisées, l’archivage de données numériques sur DVD±R serait acceptable au même titre que l’archivage sur CD-R.

Crédit photographique : Sqaurecircle15, galerie Flickr de Fontplaydotcom, Licence CC.

Conseils européens sur la sauvegarde des fonds audiovisuels

Le projet européen DPE (Digital preservation Europe) vient de proposer en langue française plusieurs de ses rapports (intitulés « briefing papers »). Parmis eux, celui sur la préservation du contenu de l’audio visuel numérique nous intéresse tout particulièrement. Ce rapport, publié en septembre 2008, insiste sur trois changements majeurs que les gestionnaires de fonds audiovisuels devront prendre en compte dans les années à venir :

1) Les technologies existantes de la préservation numérique et des silos de stockage devraient etre utilisées pour les collections audiovisuelles ;

2) Il faut surveiller les technologies qui vont évoluer afin de prendre en compte les médias dépendant du temps ;

3) Les technologies de l’information, en général, et des supports de masse devraient aussi évoluer afin de prendre en compte les besoins spécifiques des fichiers audiovisuels.

Beaucoup de travail en perspective puisque il nous est dit en introduction que l’existant européen (dans les archives et autres collections officielles) est estimé à 50 millions d’heures de vidéo, de films et de bandes sonores la plupart en formats analogiques. Déjà 10 millions d’entre elles ont été numérisées… Pourtant, environ 70 pour cent de ces objets sont en danger aujourd’hui, et cela ne fera qu’empirer dans les années à venir à cause des dégradations diverses, des détériorations et de l’obsolescence des formats !

Après avoir abordé tous les écueils et les problèmes que rencontrent les gestionnaires de fonds audiovisuel, des conseils très pratiques leurs sont proposés pour engager leur préservation :

Préserver l’objet : conserver « l’original », même s’il est compressé et sa « chaîne de bits ». Le contenu audiovisuel a un avantage : il est très volumineux, mais en un relativement petit nombre de formats.

Décoder sans compression puis sauvegarder toujours sans compresser (en plus de conserver l’original). Ceci est une obligation contraignante pour la vidéo (100 GB /heure pour la télévision 625 lignes), mais le stockage est maintenant peu onéreux.

Renforcer les métadonnées : l’extension de fichiers (ex .wav, .avi) n’est pas suffisante. Il existe plus de 50 variantes d’encodage pour la définition de .wav ; MPEG-1 et MPEG-2 sont sous l’extension .mpg. Au mieux, il y aura un outil d’extraction des métadonnées.

– Dernier conseil qui n’est pas des moindres, après les journées d’étude appelant à la collaboration : Vous n’êtes pas seul. Utilisez les centres d’enregistrement des types de fichiers, les entrepôts de progiciels, les plates formes d’émulation, et les publications citées en références dans le rapport.

Texte du rapport en langue anglaise : Micha Richard Wright (BBC) – Traduction : Jean-Pierre Hazel Teil

Les conseils de l’été d’Internet Archives

Disque noirVous avez chez vous dans un coin, quelques 33 tours improbables. Ces disques là n’ont pas connu de reprise commerciale sur cédé et vous souhaiteriez les conserver sur un format numérique. Dans un post du mois de juin 2008, le blog What’s new at the Internet Archives ? prodigue des conseils à tous ceux qui souhaitent numériser leurs anciens disques noirs. Sous le titre How to digitize a LP, toute la chaîne de numérisation y est décrite avec précision accompagnée d’images de captures d’écran qui vous permettront de suivre pas à pas cette méthode. L’outil proposé pour le transfert et la réalisation des plages est le logiciel libre Audacity. L’objectif direct est que les apprentis du numérique mettent le son de leurs disques en ligne au format MP3 sur le site d’Internet Archives sous couvert bien sûr d’avoir les droits d’autorisation et de diffusion.

Crédit photographique : Paysage du temps / Festival de musiques électroniques, Lyon du 16 au 20 Mai 2007 www.nuits-sonores.com CC 2.0