Archives par mot-clé : chanson

Avent -20 : La fête à tue-tête – Celebration at the top of your voice

Il saisit un luth, pris son inspiration, puis s’accompagnant, chanta. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 18)

In the early 1970s Danielle Musset, ethnologist, had recorded a series of field recordings at the north end of Transylvania, in the village of Moiseni,in Oas countries (or Oach). Twenty years later, three ethnomusicologists, Lortat Bernard Jacob, Bernard, Jacques Bouet and Speranta Radulescu, traveled  to the same places and saved celebrations songs and dances. The sound archives of CREM and MMSH offer a trip over the life in this amazing country,  consisting of a quarantine villages, where when people start singing the shrill way that characterizes this world end zone, “look like they came from another country ». This is a great example of what allows archiving sound sources through the common catalog of Europeana: comparisons across the time, contextualized by databases, accessible and reusable by all.

Continuer la lecture de Avent -20 : La fête à tue-tête – Celebration at the top of your voice

Avent -23 : Disparition d’Anne Sylvestre

Qui aurait cru voir surgir la Mort dans un Paradis où tout paraît si doux ? (La disparition, Georges Perec, 1969).

Lorsque l’équipe de la phonothèque a lancé le projet du calendrier de l’Avent des disparitions nous pensions à celles des objets numériques, des formats et plateformes et en oubliant les personnes… Nous avons bouleversé notre organisation bien huilée hier en apprenant celle d’Anne Sylvestre (1934-2020). Rien de très relié au numérique sans doute mais cet adieu brutal à une histoire sonore nous interroge… comment l’archiviste du son peut continuer dans le temps à faire partager, avec le répertoire, tout le contexte social, culturel et politique qui accompagne une interprète et ses chansons  ? voilà une question à garder en tête au moment de la documentation de ses fonds…

Nous reprendrons demain le cours de notre Avent des disparitions numériques – avec des mélodies d’Anne Sylvestre dans la tête…

 

Image « à la une » : coucher de soleil sur Beyrouth, juin 2018, photographie V. Ginouvès, CC-BY-NC.

Quand j’étais dans mon jeune âge…

L’équipe de la phonothèque de la MMSH est toujours très ravie lorsque les archives sonores ou audiovisuelles sont reprises dans d’autres recherches, citées dans des articles scientifiques ou des ouvrages de tout type, réutilisées dans des expositions ou des conférences ou des écoutes collectives1… L’équipe travaille donc sans relâche pour systématiquement cerner les droits d’utilisation des enregistrements et préciser aux utilisateurs éventuels ce qu’ils peuvent faire de ces archives. Dès que nous retrouvons la trace d’anciens témoins, nous leur faisons signer des contrats d’utilisation dans l’objectif d’offrir le plus large spectre de possibilités aux futurs auteurs/réutilisateurs et jusqu’ici nous n’avons essuyé aucun refus. En retour, lorsqu’un.e artiste nous informe d’une re-création ou d’une ré-interprétation de ces archives, il s’agit toujours d’un moment troublant, en général très joyeux. Continuer la lecture de Quand j’étais dans mon jeune âge…

  1. Pour citer des exemples rapidement il peut s’agir de la fille d’un témoin qui nous demande la  copie d’un entretien pour une écoute familiale autour de la mémoire d’un défunt, du musée de Salagon qui organise une exposition, du lancement du « Prix Seurat » en 2017 où un extrait de l’entretien réalisé entre le chercheur et Jean Métral est diffusé avant le lancement de la conférence introductive… La prochaine intervention publique sera d’ailleurs, en lien avec le projet Territographie, mené par le MAP, l’organisation d’un atelier participatif le 12 mars au MuCEM. []

Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite

C’est le travail de toute une vie qui a été confié à la Phonothèque de la MMSH. Fatima Al-Baydani-Alzawiya, aujourd’hui accueillie en France par l’IREMAM, a déposé le contenu d’une collecte unique  du patrimoine oral yéménite : un fonds composé de plus de 13.000 documents multi-supports. Un premier travail d’indexation et d’évaluation du fond a été fait entre octobre 2016 et janvier 2017 en collaboration avec Neila Thouabia, doctorante à l’IREMAM et Fatima Al-Baydhani-Alzawiya. Continuer la lecture de Fonds Fatima Al-Baydani-Alzawiya : pour la sauvegarde du patrimoine immatériel yéménite

« We Say GoodBye, We say Hello! »

Europeana Sounds project comes to its end on January 31st 2017. Since 2014, 24 organizations from 12 European countries have brought together their sound libraries on a common platform, in order to provide access to their audio contents, to share, to aggregate and to enrich them. The goal of one million of sounds collected by January 2017 was successfully reached!

As far as the French National Center for Scientific Research (CNRS) is concerned, Europeana Sounds was a great opportunity to create an efficient sustainable network between four laboratories: the Mediterranean Social Science Center (MMSH), the Research Center for Ethnomusicology (CREM-LESC), the Historical Researches Laboratory of Rhône-Alpes Region (LARHRA) and the Center for Researches on Sound Spaces and Urban Environments (CRESSON). This collaboration allowed each structure to upgrade and enrich their sound archives. A nice example here: “cartophonies” by the CRESSON. Continuer la lecture de « We Say GoodBye, We say Hello! »

“La compagnie de ce charmant repas est si jolie que je ne la quitte pas”

La commission documentation de la FAMDT doit être de belle compagnie puisque voilà bientôt 20 ans qu’elle échange, archive, publie, valorise des enregistrements de terrain… Pour mieux faire connaître leur travail et faire entendre les voix des anonymes conservées dans les centres de ressources liés à la FAMDT, les documentalistes ont décidé de proposer un tour sonores de leurs archives. Celui qui est proposé dans ce premier billet, présente des chants, des recettes et des ambiances de repas que vous pouvez retrouver et réécouter sur les différentes bases de données du réseau FAMDT ou sur le Portail du patrimoine oral, catalogue collectif de l’ensemble des centres de ressources associés à ce réseau.

imagedastum

La chanson dont les premiers vers donnent le titre du billet, est interprétée par Marie Rigodias originaire de Saint-Rémy-sur-Durolle. Elle a été enregistrée par Jean Dumas un été de 1960 quand il arpentait le Puy-de-Dôme avec son magnétophone à bandes. Aujourd’hui cette chanson peut être entendue et restituée dans son contexte de collecte et avec les documents associés à l’Agence des Musiques des Territoires d’Auvergne – AMTA : http://stq4s52k.es-02.live-paas.net/items/show/5358 (enquête AMTA-0287).

Dans les collectes de Jean Dumas, vous trouverez d’autres chansons issues du répertoire du territoire de Saint-Rémy-sur-Durolle, que Marie Rigodias – surnommée « La Fouine » – aimait chanter. Elle avait une prédilection pour les chansons gaies et sa maîtrise du timbre, ses ornementations, son interprétation au rythme soutenu, lui donnait une place particulière dans les chanteuses de la région1.

Passons aux plats de résistance ! En Catalogne les escargots se mangent grillés dans leur coquilles, simplement accommodés d’herbes, de sel et de poivre. Dans les années 1950, la Compagnie des gais troubadours catalans interprète un chant en l’honneur de la Cargolata composé par un de ses membres, Georges Barthès en 19402. Si vous souhaitez consulter les paroles de ce chant qui précise la recette des escargots au four à l’ail et au piment, vous pouvez vous rendre au CIMP – Centre Internacional de Música Popular où il est archivé3. Vous y découvrirez également un musée des instruments de musiques traditionnelles.

La liste des plats d’un menu se prête bien aux chansons traditionnelles dites énumératives ou randonnées : voilà deux chansons qui viennent illustrer cet exemple.

« La Première partie de la foire à la Loire » a été collectée puis archivée par l’association normande La Loure, a été répertoriée dès 1903 par nombre de collecteurs en France et au Canada. La foire de la Loire. Cette chanson de noces, dresse une table où Pantagruel se trouverait à l’aise.

Enquête  n°0756-02

Dans cette chanson collectée en 1980 et archivée à la Maison du patrimoine oral,  la semaine en Bourgogne débute chichement par une soupe bouillie et se termine de façon satirique comme un air de vêpres au milieu des victuailles, la chanteuse parodiant l’intonation du prêtre qui fait sa messe.

Enquête MPOB n°1257a02_03

amtaA table, il ne suffit pas de chanter, il faut aussi manger ! Les collecteurs du réseau de la FAMDT ne se sont pas limités aux oeuvres orales, ils ont aussi pris en compte le contexte culturel des témoins qu’ils enregistraient. Ainsi, dans ce domaine nombre de recettes anciennes et de façon de se mettre à table sont rapportées par toutes les voix qui se croisent sur le Portail du patrimoine oral :

– Les recettes de beignets, boudin et civet de lapin délivrées en occitan par Angèle Chabeaudie, née au village de Montazeau (commune de Rochechouart) en Haute-Vienne. Son répertoire de chansons traditionnelles et ses récits de la vie au village ont été enregistrés par Robert Dagnas dans le cadre de l’Institut d’études occitane du Limousin, dont les collectages sont conservés et valorisé par le CRMTL – Centre régional musique traditionnelles en Limousin.

– La recette des miques au miel, aux farines de maïs et de blé, enregistrée auprès de Mademoiselle Jamet à La Réole (33) par Jacques Boisgontier. Elle est conservée et valorisée par le COMDT – centre de ressources pour la culture occitane de tradition orale, la transmission et la diffusion des musiques et danses traditionnelles.

Enquête n°2581-2

– Dans le Poitou, Paul et Aline Micheneau, originaires de Moncoutant nous racontent4 comment on fabriquait les tourtisseaux, délicieux petits morceaux de pâtes sucrées frites

Enquête n°003775_55

– Enfin, la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme5 offre dans ses archives de nombreuses recettes et d’enquêtes autour de la commensalité. Voilà ici, en langue occitane dans l’enquête n°4652 enregistrée en 1965, la présentation des plats de fête tout au long de l’année en Provence : http://multimedia.mmsh.univ-aix.fr/phonotheque-4652

C’est avec les plats de fête que nous quittons cette belle compagnie… d’autres tours de France sonores vous seront présentés prochainement. Toutes ces archives peuvent être écoutées à partir de vos recherches sur le Portail du patrimoine oral.

Les auteurs du billet : Stéphanie Coulais (CERDO), Yvon Davy (La Loure), Eric Desgrugillers (AMTA), Eva Durif (CRMTL), Véronique Ginouvès (MMSH), Marie Grollier (CIMP), Marie-Laure Labois et Michaël O’Sullivan (MPOB), Jean-Luc Ramel (Dastum), Gwenaëlle Sarrat (COMDT).

Crédits photographiques :  Repas des anciens a Ploneour Lanvern (N° inv. 3738203)  [s.n.]Le Roy, Y. (Loguivy-Plougras) éditeur ), vers 1903, sur la photo à la une, puis collectage de Jean Dumas dans les années 1960 source AMTA enfin « Environs de la Roche Bernard : Noce bretonne, le repas » vers 1903 issue des archives de l’association Dastum.

MAJ en lien avec le calendrier de l’Avent des disparitions numériques 2020. La phonothèque de la MMSH a quitté la commission de la FAMDT en 2015.

  1. A propos de l’interprétation des chanteurs traditionnels d’Auvergne, nous vous renvoyons à la lecture du mémoire de diplôme de fin d’étude des musiques traditionnelles d’Éric Desgrugillers, documentaliste à l’AMTA accessible en ligne. []
  2. Ce plat local sonore interprété par un orchestre de guitares, mandolines et luths, a été dépeint par l’auteure catalane Llúcia Bartre comme « (…) Una cançó descascada, llisa com un allioli, rica de pebrina i de veritat» – une chanson dépouillées, lisse comme une aïoli, riche de poivrons et de vérités []
  3. L’archive présentée dans ce billet fait partie du fonds de l’ancien Musée national des arts et traditions populaires (MNATP, laboratoire du Centre d’ethnologie française), aujourd’hui MuCEM (Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée). Comme pour l’ensemble du réseau documentaires de la FAMDT, des copies des enregistrements inédits réalisés dans le cadre de missions du CEF ont été déposées dans les centres de ressources. Ce chant fait partie des fonds fonds collectés en Catalogne française (Roussillon) et déposé au CIMP en novembre 2012. Pour la diffusion de ce chant, nous remercions les archives du MuCEM de nous avoir donné l’autorisation de l’écoute en ligne, []
  4. L’enregistrement a été réalisé par l’association ARCuP en 1985. Les recettes ont été publiées chez Geste Editions en 2015. Les archives sont conservées et valorisées au CERDO de l’UPCP Métive. []
  5. N’oubliez pas tous les derniers lundi du mois d’aller sur le carnet de a phonothèque de la MMSH, une recette issue de ses archives sonores vous est présentée []

La descize sur le Rhône et La chanson de Saint-Nicolas : deux chansons de la fête votive de Châteuneuf-du-Rhône

Jean-Claude Bouvier, professeur émérite de l’Université Aix-Marseille1, spécialiste en linguistique provençale (dialectologie, onomastique, ethnolinguistique) a déposé l’ensemble des sources de sa recherche en  2013 à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme – MMSH. Ces archives ont été collectées pendant sa thèse sur Les parlers provençaux de la Drôme, soutenue en 1973, et dans le cadre de l’Atlas linguistique et ethnographique de la Provence2.

Dans ses enquêtes Jean-Claude Bouvier ne s’est pas limité à collecter des listes de termes en langue provençale pour la publication des atlas linguistiques, mais il a enregistré des ethnotextes. Ceux-ci permettent de comprendre le contexte du discours et le lien avec l’identité des témoins.3

Au cours de cette collecte, Jean-Claude Bouvier a recueilli deux chansons dans la commune de Châteauneuf-du-Rhône, dans le département de la Drôme, durant le mois d’août 1968. Toutes les deux se rapportent à l’usage de la batellerie sur le Rhône et sont interprétées par Charles-Louis Brugier4, il s’agit de «La descize sur le Rhône » et de « La chanson de Nicolas ».

Ces deux chansons étaient indissociables de la fête votive traditionnelle de Châteauneuf-du-Rhône qui avait lieu chaque année le 6 décembre pour la Fête de Saint Nicolas5.

Jean-Claude Bouvier a décrit ces deux chansons dans un article publié en 1974 dans la Revue régionale d’ethnologie : Le monde alpin et rhodanien  sous le titre «Chansons de Mariniers à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)».6. Nous vous proposons de lire cet article dans sa version numérisée ci-dessous7. Ce texte est publié avec l’aimable autorisation du Musée Dauphinois a pour projet de mettre en ligne en texte intégral les collections du Monde alpin et rhodanien, d’ici la fin de l’année 2015, en collaboration avec la bibliothèque Diderot de l’ENS de Lyon.

L’intégralité de l ‘enquête menée par Jean- Claude Bouvier peut être entendue sur la base données Ganoub.

 

Crédits photographique : “Man and woman towing a cargo-boat Trough a ship-canal”. The Netherlands, 1931, [Spaarnestad  Photo, SFA001004154], https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/3280638429/.  Aucune restriction des droits d’auteur connue. crédits photographique player SoundCloud: Édouard Baldus, Avignon, Pont St. Bénezet -The Metropolitan Museum of Art, ca 1864. www.metmuseum.org/collection/the-c…ne/search/287332. Domaine Public.

  1. La fusion des université a eu lieu en 2011, Jean-Claude Bouvier était auparavant rattaché à l’Université de Provence. []
  2. Jean-Claude, Bouvier et Claude, Martel, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1975. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel, et Marcel, Gaillard,  Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Éd. du Centre national de la recherche scientifique, 1979. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel et Pierre, Martel, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, CNRS, 1975-1986. Jean-Claude, Bouvier, Claude, Martel et Charles, Rostaing, Atlas linguistique et ethnographique de la Provence, Paris, France, Ed. du Centre national de la recherche scientifique, 1986. []
  3. Vous pouvez retrouver l’ensemble du corpus de l’Atlas Linguistique de la Provence dans la base de données de la Phonothèque. []
  4. Natif de Châteauneuf-du-Rhône, Monsieur Brugier y est né en 1887 []
  5. La paroisse de Châteauneuf-de-Rhône avait comme Patron Saint-Nicolas, évêque de Mire au IXe siècle, patron des bateliers et des enfants []
  6. Jean-Claude Bouvier, «Chansons de Mariniers à Châteauneuf-du-Rhône (Drôme)», Revue régionale d’ethnologie. Le monde alpin et rhodanien., 109–122 p. , vol. 2-4, Grenoble, 1974. []
  7. Nous remercions Christian Champaloux de la Médiathèque de la MMSH qui a numérisé le document. []

DIMANCHE – La semaine de l’Open Access Week : Les anonymes du field recording

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le 6 septembre 2014, l’émission Culture Musique sur France Culture diffusait une émission sur le thème De l’archet universel au mastering des Daft Punk, avec Vincent Segal, violoncelliste, et Chab, musicien et ingénieur du son.

À la 50ème minute et 17 secondes, Vincent Segal évoque une situation qui se retrouve dans de nombreux document sonores réalisés dans le cadre d’enquêtes de terrain : trop souvent le témoin qui interprète l’oeuvre orale enregistrée est complètement anonyme. Les enquêteurs sont toujours indiqués, les ingénieurs du son aussi. Mais les noms de ceux qui chantent, qui jouent ou qui racontent apparaissent rarement sur les jaquettes de disques ou les emballages de bobines. Cela fait aussi partie du travail de la phonothèque de la MMSH, ce travail de fourmi pour retrouver les noms de tous ceux qui ont été enregistrés au fil du temps sur le terrain des ethnologues ou des historiens,  pour que leur parole puisse être entendue librement – en accord avec les règles éthiques et juridiques -.

Le dernier jour de la semaine de l’Open Access Week vient  rendre hommage à tous les anonymes du field recording à travers cet extrait de l’intervention Vincent Segal transcrit du podcast de l’émission :

« On disait Field Recording en anglais, c’est à dire c’est l’idée d’enregistrer dans les champs,… et c’est ce que je prône pour la plupart du travail que je fait.  A l’époque c’était effectivement fait comme un  travail d’archive et en fait j’ai toujours été touché… parce que, comme c’était enregistré en mono avec un seul micro, on entend l’environnement autant que le chanteur et les instruments et en fait il n’y a pas de mixage, c’est à dire que c’est comme ça… Il y a les collections de Radio France, d’Ocora, je les ai en vinyles, je les adore (…), j’ai les collections du Musée de l’homme, et en 78 tours, celles de la  mission Ogooué, au Congo et au Gabon (…).

Il n’y a pas longtemps un ami m’a dit :
« Je voudrais que tu me donnes ta chanteuse préférée…  »
Et je lui ai donné  – mais j’ai fait exprès, mais ce n’était pas un jeu… -je lui ai donné cette jeune fille qui chante sur le bord du fleuve et je lui ai dit « C’est ma chanteuse préférée… personne ne saura jamais comment elle s’appelle »

Parce qu’en fait ce qui ce qui est assez triste c’est que l’ingénieur du son son nom est marqué,.. c’est marqué le nom des ethnologues… mais par contre les gens ont dit « Une jeune fille chante au bord de la rivière ». Ça c’est la tristesse un peu de cette époque. C’est à dire qu’ils le savaient bien… Je suis sûr, que les gens qui ont enregistré savaient qu’ils avaient des chef d’oeuvre en face mais on ne saura jamais comment elle s’appelle. Souvent dans ces collections là il y a plein de chanteurs que j’écoute et je suis souvent très ému mais je ne saurai jamais qui est la personne qui chante. (…) On ne saura jamais qui chante et ce sont des chefs d’oeuvre. »

Crédits photographiques de l’image « à la une » : [Girl by river] photographie de Scott, Winfield, ca. 1895-1910. Collection : Thomas Hudson Thatcher collection of Mexico and Texas photographs. Service to Southern Methodist University – SMU Central Universities Libraries. Pas de restrictions de droit connues.  

Polyphonies des collections sonores européennes

Le CNRS est parti prenante du programme européen Europeana Sounds à travers les collections sonores de deux laboratoires de recherche :
– le LESC (Laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative) qui accueille le CREM (Centre de recherche en ethnomusicologie) où sont numérisées et mises en ligne les archives sonores du CNRS-Musée de l’homme et celles des chercheurs en ethnomusicologie grâce à la plateforme web Telemeta  ;
– l’USR 3125 au sein de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence dont la phonothèque recueille, archive et valorise les entretiens de terrain des différents laboratoires qui la constitue sur la base de données Ganoub et sur la plateforme Calames.

Ces deux centres de ressources participent déjà à des catalogues collectifs ou des moteurs de recherche fédérés comme Isidore ou le Portail du patrimoine oral, leurs archives sonores seront bientôt présentes sur Europeana. Ainsi un nouveau territoire polyphonique se dessine en Europe où les voix du passé trouvent leurs auditeurs, se croisent, s’entendent… Ce projet sonore est présenté dans un des derniers billet du blog du programme Europeana Sounds et  illustré par deux chants polyphoniques issus des collections deux laboratoires.

Chant de nuit1, enregistré par Bernard Lortat Jacob dans la province de Nuoro, Sardaigne (archives du CREM).

https://archives.crem-cnrs.fr/archives/items/CNRSMH_E_1981_007_002_001_01/

Chant en langue française et occitane composé par Zéphirin Castellon, interprété à Belvédère en Vésubie, enregistré par Patrick Vaillant en 1989, MMSH

Crédits photographiques : Tenore à Oliena, photographie de Gabriele Doppiu, repérée par Enedina Sanna.

  1. « Le chant a tenore, et notamment les formes a sa seria ou boghe’ notte est chanté pour émouvoir, mais aussi parler des choses du monde et de l’histoire actuelle ou passée de la Sardaigne. » est-il inscrit sur la pochette du disque où est publié ce chant, interprété par : Cristoforo Bottaru, francesco Mulas, Michele Mureddu, Michele Puddu. Editions Musée de l’Homme-CNRS, collection « Les disques microsillons » []

Qui veut entendre une chanson, nouvellement nous la dirons…

oiso

Dans une Ardèche pas si lointaine où la tradition orale se transmettait encore de bouche à oreille, dans les années 1980, de jeunes gens, musiciens ou chercheurs ont enregistré plus de 500 chansons traditionnelles auprès d’anciens dans plusieurs cantons du Vivarais. Ainsi, Sylvette Béraud-Williams a arpenté le pays de Boutières, Aline et Dominique Laperche, les Cévennes et Christian Oller le Haut-Vivarais. Ce corpus n’est pas accessible pour le moment dans une archive (excepté le fonds de Sylvette Béraud-Williams déposé en partie à la phonothèque de la MMSH), mais l’association l’Aigardent en avait publié une partie en 1985 sous la forme d’un 33 tours documenté par un livret. Il réapparaît aujourd’hui, numérisé : il mesure désormais 12 centimètres et il est toujours accompagné de sa brochure.

Sept femmes et huit hommes, nés entre 1899 et 1929, interprètent tour à tour leurs complaintes, chansons d’amour ou chansons grivoises, chant de Noël, de quête ou de Carnaval, chanson à danser ou à rythmer le travail, chanson de noces ou de veillées… Cet « arrêt sur son » nous renvoie trente-cinq ans en arrière, vers une belle histoire, celle qui a permis de bâtir de nombreuses phonothèques à travers la France.

Voilà un voyage dans le temps bien joyeux. Les textes qui contextualisent dans le livret les 24 chansons nous racontent quelques bribes des vies de chaque interprète. Ces hommes et ces femmes étaient pour la plupart paysan-ne ou travaillaient ou comme ouvrier-ère dans des moulins à blé ou des filatures. Les occasions pour chanter ne manquaient pas, souvent en lien avec le travail, le rythme des saisons, les rites de passage, les veillées ou les fêtes de village.

Certains interprètes vous resteront dans l’oreille. Peut-être Rose Derail qui chantait à la voix dans les bals de village (titre 4, face A), ou alors Milou Liotard et son frère Roger qui interprètent à eux seuls huit titres dans le disque ou encore Marie-Victoire Chazel qui nous laisse une jolie interprétation de Rossignolet du bois (titre 11, face B), dont on retrouve des versions du côté des Pyrénées ou en Bretagne et que Malicorne interprétait déjà en 1973 dans son premier disque, Pierre de Grenoble. Ces voix a cappella nous bousculent. Profitez de l’émission en podcast d’Hélène Azéra « Chanson Boum! » du 22 décembre 2013 (France-Culture), qui diffuse à la 25ème minute une chanson issue du disque : « Je suis fillette à plaindre » (titre 7, face B), interprétée par Madame Dumas.

Disque et livret « Apprends moi ton langage » Chansons des Pays d’Ardèche. Enquêtes , enregistrement et réalisation : Sylvette Béraud-Williams, Dominique Laperche, Christian Oller, Aline Sévilla, 12 euros, à commander à famdta@famdt-ardeche.fr ou 06 52 05 48 61.

Crédits photographiques : Roodborstje – European robin (Erithacus rubella) par Martha de Jong-Lantink, 2013, CC BY-NC-ND 2.0.