Archives par mot-clé : chant provençal

Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

« Puis sa vocation s’amplifiait. Il lui arrivait alors tout un brouillamini d’obscurs avatars qui simulait, mot pour mot, trait pour trait, sauf dans sa conclusion, la Saga aux profonds chaînons, l’amusant, mais pourtant moral, pourtant touchant roman qui avait jadis nourri la Chanson d’un troubadour du nom d’Hartmann, puis qu’un Thomas Mann à son tour avait suivi, y puisant par trois fois son inspiration. » (La disparition, Georges Perec, 1969, P. 18-19).

Dans le cadre de mon stage à la phonothèque de la MMSH, j’ai l’opportunité de travailler sur un fonds d’enquêtes sonores consacré à l’étude de la fabrication des musiques particularistes. Ce fonds, conçu par Élisabeth Cestor1 entre les années 1994 et 2006, est produit autour de diverses études : un DEA (Diplôme d’Étude Approfondies) en Anthropologie sur le renouveau de la musique gaélique à  l’Université d’Edinburgh en Ecosse (1994), une thèse sur la fabrication des musiques particularistes, et la pratique de chanter la langue d’oc en Provence à la fin du XXe siècle (soutenue sous la direction d’Emmanuel Pedler à l’EHESS à Paris en 2004), ainsi qu’un post-doctorat à l’Ifpo de Beyrouth (2006) où plusieurs enquêtes consacrées à la musique orientale sont collectées. Continuer la lecture de Avent -14 : Ces musiques particularistes qui ne disparaissent pas

  1. Élisabeth Cestor occupe aujourd’hui le poste d’adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, Marseille. []

« Le décentralisme méditerranéen » Table ronde autour de la musique et de la culture du monde d’Oc

 

 

Stagiaire des métiers du livre (I.U.T d’Aix-en-Provence) à la phonothèque de la MMSH, j’ai assisté mercredi 29 mars, dans le cadre de Babelmed, à une rencontre de professionnels autour des Musiques et cultures du monde d’oc. Musiciens, chercheurs, acteurs de la culture régionale et de la production musicale, se sont retrouvés pour débattre de l’image de langue aujourd’hui et surtout de sa place sur le marché de la musique et de la culture en général.

J’ai été étonnée en constatant qu’une majorité d’occitanistes présents lors de cette rencontre avaient appris la langue d’Oc sans qu’il y ait eu de transmission familiale. Cela m’a rassurée car cet apprentissage universitaire m’a souvent inhibée pour parler la langue. Étant issue d’une famille où il y a eu rupture de la transmission, j’ai ressenti le besoin de renouer avec cette langue, mais je suis parfois mise à l’écart sans oser la parler. Aquela rencontra m’a fach comprener que podiai la parlar sens vergohna perque soi pas la sola  a la parlar per lo plaser e per envenja. Parlar occitan per se raprochar de sa cultura !

Le territoire occitan s’étend de l’Océan Pacifique aux Alpes italiennes. Une surface très grande et très vaste qui regroupe plusieurs dialectes occitans, comme le provençal, le languedocien, ou encore le gascon communément appelés, de nos jours la “langue d’Oc”. La richesse culturelle de notre territoire nous encourage à nous ouvrir sur le monde pour porter un regard sur les autres cultures de la Méditerranée, pour comprendre la décentralisation et l’ancrage de la langue. On se nourrit des autres pour faire valoir et enrichir notre propre culture. Comment définir cette musique ? Aujourd’hui on chante en occitan sur du rap, du rock ou de la dub. Le chant polyphonique, influencé par la forte présence de corses à Marseille, fait maintenant partie de la culture occitane, alors qu’à son origine le chant provençal est plutôt monodique… Pour le groupe Lo cor de la plana la musique est un bon moyen de se décoincer de l’espace culturel français. Manu Théron, fondateur de ce groupe phare à Marseille,  raconte que la musique lui a permis de découvrir la langue et la culture occitane. Il est chanteur avant d’être occitan et a besoin de travailler sa musique et son métier avant toute chose, quelque soit la culture qu’il porte.

Les festivals sont devenus, aujourd’hui des vitrines de la culture d’oc sur le monde et un rendez-vous attendu pour de nombreuses personnes. La langue régionale est souvent mieux perçue à l’étranger que dans notre propre pays. Il est donc devenu nécessaire de valoriser les scènes occitanes pour les rendre plus visibles et moins vieillotte afin de se sortir des stéréotypes (prenez le temps d’écouter ce clip de Mauresca de l’album Bartàs), d’un régionalisme ambiant et des identitaires nationalistes. Tous les acteurs ont mis en avant leur volonté de s’ouvrir et faire partager leur culture à l’ensemble du monde et des gens côtoyés.

Le manque de connaissance sur les cultures régionales nous empêche de bien les comprendre et donc de bien défendre ce que l’on représente. Il manque aujourd’hui des chiffres sur la pratique de la langue qu’elle soit parlée, chantée ou récitée. De plus, de part la diversité du territoire occitan, il est plus complexe de défendre cette cause comme le font les corses ou les bretons.

A lire sur le sujet, la revue en langue occitane Aquò d’Aquí : http://aquodaqui.jimdo.com

Crédits photographiques: Embouchure de l’Hérault à Agde et la Mer Méditerranée, 18 March 2007. Fagairolles 34, description physique:  320x 213 pixels . Fonds domaine public  http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Herault_enbouchure.JPG

 


Concerts recorded by the Mont-Jòia Association during meetings and festivals from 1976 to 1983. A new corpus available for consultation at the Sound Archive center of the MMSH

In 1976, in the very act of rediscovering the French traditional music1, the Mont-Joià Association inaugurated the Mediterranean Musical Encounters from Fontblanche, a district of Vitrolles. This association, active in claiming and reviving the Occitan culture, was also a traditional music group. It would be the engine of a major cultural event for the Occitan movement, oriented towards true Mediterranean identity. This identity, expressed in a manifesto2 was not intended to have space boundaries but to be rebuilt by common questions that arose in the late 1980s. Many of those issues remain pertinent at the present day. Only a few artists and groups (Mont-Jòia deserves special mention) , who performed during these encounters, may be seen live on stage today.

The « Rescontrès de la Mar » proposed between 1976 and 1983: dance workshops, music workshops, singing workshops, stringed-instrument making, musicology conferences and concerts. French artists, North African, Italian, Spanish, Greek, Corsican, but also Portuguese, Hungarian, Yugoslav, Macedonian, Iraqis, Iranians were present, improvising sometimes together and creating new mixtures of sounds. This corpus provides an image of world music, as it emerged in the late 1970s and also reflects the Occitan identity trying to define itself. Beside artists’ presentations, introductions to their works or their country, we can hear the commitment and range of feelings expressed through the universal language of music.

The collection of records was deposited by Mont-Jòia Association to the Sound Archive of Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines in 1991. This deposit is as well a way of participating to the « recovery and enrichment of identities movement » that Jean-Mari Carlotti mentioned through the actions of the association.

The French version of the text : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Sound credits : Tura lura lura lo gau canta, played by Mont Joià at a ball hosted with Los del Sauveterre at the Festa de la Lenga in 1978.  Lyrics: http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

Photo credits : « Microphone », photo by ganatronic, from Flickr, under a Creative Commons Attribution-Share Alike Licence

  1. In order to know more about the topic, look for the recent thesis of Benedict Bonnemason: The revival of traditional music in France: the case of Gascon music between 1975-1985, dissertation done under the direction of Jean-Pierre Albert; viva attended in Toulouse, in 2009. []
  2. The presentation of Rescontrès de la Mar is online at http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Concerts enregistrés par l’association Mont-Jòia lors de rencontres et festivals entre 1976 et 1983. Un nouveau corpus consultable, sur place, à la Phonothèque de la MMSH

En 1976, en plein cœur de la redécouverte des musiques traditionnelles en France1, l’association Mont-Jòia inaugurait les Rencontres musicales méditerranéennes à Fontblanche, une commune de Vitrolles. Cette association, active dans la revendication et la réanimation de la culture occitane, était aussi un groupe de musique traditionnelle. Elle allait être le moteur d’une manifestation culturelle importante pour le mouvement occitan, orienté vers une véritable identité méditerranéenne. Cette identité, affirmée par un texte manifeste2 ne se voulait pas limitée par l’espace mais reconstruite par la formulation de questionnements qui se posaient dans les années 1980 et qui restent d’actualité. Nombre d’artistes se sont produits dans ces rencontres et, parmi eux, plusieurs ne peuvent plus être écoutés sur scène aujourd’hui, en premier lieu le groupe Mont-jòia, désormais mythique.

Les « Rescontrès de la Mar » ont proposé entre 1976 et 1983 : des ateliers de danse, de musique, de chant, de lutherie, des conférences de musicologie et des concerts. Des artistes français, maghrébins, italiens, espagnols, grecs, corses, mais aussi portugais, hongrois, yougoslaves, macédoniens, irakiens, iraniens se sont côtoyés, ont improvisés ensemble et créé des mélanges inédits de sonorités. Ce corpus sonore offre une image des musiques du monde telles qu’elles émergeaient à la fin des années 1970. Il renvoie également vers une identité occitane qui tentait, à ce moment là, de se définir. Les présentations des différents artistes, de leurs œuvres et de leur pays donnent également à entendre les engagements et  les palettes de sentiments exprimés à travers le langage universel de la musique.

Les enregistrements ont été déposés en 1991 par l’association Mont-Jòia à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Pour des raisons de droit, les enregistrements peuvent être écoutés uniquement sur place. Ce dépôt est une des façons de participer à ce mouvement de récupération et d’enrichissement des identités que Jan-Mari Carlotti mentionne dans les actions de l’association.

Text in english : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Crédits phonographiques : Extrait de Tura lura lura lo gau canta, interprété par Mont Jòia lors d’un bal animé avec le groupe Los del Sauveterra lors de la Festa de la lenga en 1978. Paroles : http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

 

 

  1. Pour cela je vous renvoie à la thèse récente de  Bénédicte Bonnemason : Le renouveau de la musique traditionnelle en France : le cas de la musique gasconne 1975-1985, soutenue à Toulouse en 2009 sous la direction de Jean-Pierre Albert []
  2. Le texte de présentation des Rescontrès de la Mar est en ligne sur http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts