Archives par mot-clé : charbon

Au charbon !

« On vivait que pour ça. La maison et la mine, la famille et la mine. On avait deux maîtresses. » (à écouter)

Les Archives départementales du Tarn conservent depuis 2009 un fonds de témoignages oraux d’anciens mineurs de charbon du Tarn, collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines en 2000-2001.

Ce corpus compte une trentaine de témoignages, soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine dans le Tarn.

Décrire…

En 2009, un travail de cotation des supports (cassettes audionumériques) et de numérisation des données a été suivi de la description partielle du fonds qui portait sur des éléments physiques (format et support d’enregistrement) et intellectuels (contexte général de la collecte, identification des témoins, contextualisation de l’enquête).

Les éléments de contextualisation et d’identification du fonds avaient pu être renseignés grâce au matériau rassemblé lors de la collecte (grilles d’entretiens, fiches individuelles relatives aux témoins) et confié aux Archives départementales par le Musée-mine. Toutefois, la description des contenus restait à compléter. Continuer la lecture de Au charbon !

L’homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu’à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d’écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l’histoire de l’exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l’histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l’époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d’une charbonnière et de la gestion de l’air pendant la combustion, nous entendons d’autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d’un homme à un autre, d’un groupe d’hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu’à ce que le groupe décide de l’intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s’adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d’un portrait de professionnel ancré dans l’espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l’enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant « pour éviter que le feu brûle tout ».

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l’enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l’imagination de l’auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d’avoir déjà marché dans un sous-bois, d’avoir entendu ce silence si particulier, empli d’une infinité de bruissements divers et de craquements, d’avoir senti l’odeur prégnante du vert des arbres et de l’humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l’enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l’exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l’enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d’Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L’évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []

Écouter la mine. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs de charbon du Tarn

Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines
Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines

Alors que le charbon de bois est exploité en forêt par des charbonniers, une autre proto-industrie apparaît au Moyen-âge, lorsque les paysans découvrent à Carmaux le « carbo de pèira » dans leurs champs, la pierre qui brûle, et l’exploitent. Ce charbon de terre supplante peu à peu le charbon de bois comme combustible mais son véritable essor en Carmausin date du milieu du xviiie avec l’arrivée de la famille de Solages et de la Révolution Industrielle au xixe siècle. Il est alors exploité par deux sociétés concurrentes, la SMC (Société des mines de Carmaux) créée en 1865 et la SMA (Société des mines d’Albi) à partir de 1890. Elles sont ensuite nationalisées en 1946 et regroupées sous une même entité, les HBA (Houillères du Bassin d’Aquitaine), elle-même fondue sous l’entité HBCM (Houillères du Bassin du Centre et du Midi) en 1969. De la période moyenâgeuse jusqu’en 1987, le charbon tarnais est exploité par le biais de galeries de mine : c’est l’exploitation par le fond où quelques 106 millions de tonnes sont extraites du sous-sol. Ce mode sera remplacé en 1987 par une exploitation en découverte, définitivement arrêtée en 1997.
Les techniques d’exploitation et d’extraction du charbon ne cessent d’évoluer au cours des siècles, rythmant ainsi une production en constante augmentation. Le métier de mineur suit cette évolution, qui connaîtra pour le xxe siècle un profond changement avec l’arrivée de la mécanisation au fond de la mine à partir des années 1960.

En 2000-2001, le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines, créé en 1989 et désormais musée départemental du Tarn, a conduit une série d’enquêtes orales auprès d’anciens mineurs du Carmausin ayant connu la période antérieure à la mécanisation et celle-ci. Ce projet a été réalisé en partenariat avec les Archives départementales du Tarn qui conservent les exemplaires originaux des enregistrements. Ce fonds compte une trentaine de témoignages soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grands axes : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine. Le premier axe renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. Le second porte sur l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, le dernier jour. Le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

En 2009, l’ensemble du fonds, enregistré sur cassettes DAT, a été entièrement numérisé par le secteur d’archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales. En 2008, un contrat de cession de droit et d’utilisation a été adressé a posteriori à chacun des témoins afin d’être en mesure de communiquer le contenu des enregistrements en salle de lecture et de le diffuser sur Internet. L’autorisation de communication et de diffusion a été accordée par la majeure partie d’entre eux.
Ces entretiens sont à l’heure actuelle en cours de catalogage et les Archives départementales espèrent bien les rendre accessibles avant la fin de l’année. Dans l’attente de leur communication voici un court extrait audio. En espérant que vous suivrez l’aventure sonore…

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001
Numérisation et analyse archivistique : Céline Della Savia, 2009

Céline Della Savia, chargée du secteur des archives audiovisuelles et sonores aux Archives départementales du Tarn

celine.dellasavia@tarn.fr

Site des Archives audiovisuelles et sonores

Crédits photographiques : Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines. Extrait sonore : Guy Batista. Cote : 8AV03.