Archives par mot-clé : collectage

Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Trois journées de formation ont eu lieu les 24, 25 et 26 juin 2013 sur le site INA-Expert de Bry-sur-Marne.

Organisées pour la deuxième année consécutive (voir présentation de la formation 2012) par le pôle Enseignement-Formation-Recherche de l’INA, elles déclinaient le cadre méthodologique d’un projet de collectage et de ses objectifs, de l’écriture du cahier des charges jusqu’aux travaux de captation d’images et de sons et de montage documentaire. Cette formation commençait logiquement par une journée et une matinée consacrées à la présentation des archives sonores dans leur développement historique,  l’écriture du projet et la réalisation d’entretiens avec des témoins rencontrés sur le  site, le traitement documentaire des matériaux, l’intérêt des métadonnées Dublin Core et les possibilités de valorisation de corpus numériques. Ce premier temps de la formation, commandé à la phonothèque de la MMSH, a été présenté par Corinne Cassé.
Christophe Lizot et Dominique Bloch pour l’INA ont respectivement encadré les modules de captations et montages sonores et audiovisuels ainsi que la présentation des outils techniques. Continuer la lecture de Formation INA-expert « Collecter, produire et enregistrer des témoignages »

Les collectages d’Alan Lomax accessibles en ligne

L’association nord américaine Association for Cultural Equity (ACE) met à disposition sur son site internet une partie des archives d’Alan Lomax. Images, enregistrements, photographies, vidéos : vous pouvez vous promener sur une carte du monde à travers plus d’un demi siècle1 et découvrir ses collectes : chant de Galice ou du Turkmenistan, ambiance sonore dans les souks d’Errachidia et Meknès au Maroc, entretiens avec des musiciens de République Dominicaine ou avec d’anciens prisonniers qui évoquent les chants en prison et les interprètent…

C’est une merveille de pouvoir parcourir le monde avec Alan Lomax. Il manque certes certains voyages, comme l’Italie ou les premiers enregistrements réalisés pour la Bibliothèque du Congrès entre 1933 et 1942, mais quelques 17 000 fichiers sonores sont accessibles mais aussi les photographies, les émissions radiophoniques et les vidéos. D’autres ressources pédagogiques sont proposées en ligne. Il faut fouiller dans le site car il n’est pas toujours simple à utiliser, mais les découvertes sont nombreuses et belles. Les documents sont citables mais pour toute diffusion il faut prendre contact avec l’association (pour l’utilisation de ces images j’ai eu un retour dans la journée).

 

Crédits photographiques : Musiciens aux tambours lors d’une cérémonie dédiée à Kali à Capesterre Belle-Eau, Basse-Terre (Guadeloupe) en 1962 ; Pêcheur de Sciacca (Agrigento), Sicile (Italie) en 1954 ; Danseurs de sévillane à Sangonera la Verde (Murcia), Espagne en 1952. Photos by Alan Lomax, Courtesy of the Association for Cultural Equity, http://www.culturalequity.org 

  1. Le site donne accès aux archives enregistrées de 1946 à 1990. Les disques d’acetate et d’aluminium gravés entre 1933 et 1942 en collaboration avec la Library of Congress ne sont pas accessibles ici. []

Echos des Cévenols d’autrefois. Jean Noël Pelen en Vallée Longue. (1971-1976) Une exposition sonore et visuelle

De gauche à droite: Pascal Jaussaud, Basile Brémaud, Gwennaël Baronnet, Jean Noël Pelen, Annie Courtan, Clément Gauthier, Nicolas Roche, Mana Seranno
Le collectif Manja Pelos.

L’occasion était trop belle, découvrir et redécouvrir les travaux de Jean Noël Pelen, écouter « la voix des ancêtres » mais aussi les voix d’aujourd’hui. Appréhender le microcosme monde, pour être au monde ; une idée de la vie et du temps quoi !

L’exposition montrée dans la salle communale de Sainte Cécile d’Andorge du 16 au 18 décembre 2011, élaborée par Jean Noël Pelen à la demande de la municipalité, nous a donné la possibilité de voir ou revoir les divers et nombreux ouvrages et collaborations de son parcours d’ethnologue et d’écrivain en Cévennes et en Provence. Apprécier aussi les photographies d’André Nicolas, compagnon de route de Jean Noël et Daniel Travier à l’époque où tous trois sillonnaient les Cévennes pour édifier leur monumental Temps Cévenol. Entre les recueils manuscrits de contes, de chansons populaires, les magnifiques paniers en éclisses de châtaigniers qui ont longtemps fasciné Jean Noël, des textes. Des textes bouleversants et acerbes du grand père Pelen qui raconte la mutinerie épineuse qu’il vécu au sein même de son jardin dans « La révolte des chardons », les mots lumineux de « Récit aux miroirs », textes inédits (J.N. Pelen) ou encore la correspondance époustouflante de Georges Fontanes, auteur des « Quatre temps » ou la vie d’un mineur cévenol.

Grâce à la collaboration active de la phonothèque de la MMSH (Véronique Ginouves et Corinne Cassé), deux séances d’écoute de documents d’archives issus des collectes de Jean Noël Pelen ont été l’objet d’un vif intérêt de la part du public, y compris de la part de nombreux locaux, cévenols d’adoption ou de cœur. Ces écoutes ont donné la possibilité à tout un chacun de plonger dans une parole vive ancrée dans l’expérience du lieu et du temps.

Dans la soirée, la veillée a réuni amis et musiciens, Collectif Manja Pelos, Clair de Terre, Tornamai, Cor Galeisonenc autour du répertoire musical collecté par Jean Noël lui même dans ses enquêtes de terrain, Claudette Castell et Nicole Coulomb et Pierre Laurence, ethnologues ayant travaillé également sur le territoire cévenol.

C’est un réel enjeux que celui du traitement d’archives sonores avec toute les difficultés inhérentes à ce type de matériau, mais la mémoire doit s’entretenir, se réveiller, devenir outil, un atout.  La restitution de ces collectes auprès du public sous la forme d’écoute, de réinterprétations musicales permet d’entretenir cette mémoire, plus que cela, de la retrouver vivante, la faire sienne.

 Crédits photographiques : Laurent Aiglon, Sainte-Cécile-d’Andorge, décembre 2011.

 

Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l’inventaire

Le vendredi 23 mars aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (salle 02) une journée d’étude et de formation sur la collecte du patrimoine culturel immatériel (PCI). Le PCI est aujourd’hui l’objet d’appropriations diverses par les acteurs du terrain. Le Ministère de la Culture a mis en place une démarche d’inventaire basée sur la collecte de fiches. Ces journées s’adressent à tous ceux qui souhaitent  échanger sur la méthodologie des enquêtes liées à la collecte du patrimoine culturel immatériel. Après une présentation du cadre général du PCI et d’expériences déjà réalisées, des ateliers consacrés aux exemples des jeux, des musiques et des danses veulent envisager concrètement l’utilisation de ces fiches d’inventaire.

PROGRAMME

Matin

9h

Présentation de la convention UNESCO sur le PCI

Sylvie Grenet, chargée de mission à la Mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication

9h45 discussion

10h

Expérience d’une approche régionale de l’inventaire du PCI

Jean-Jacques Casteret, Responsable du Pôle Culture & Société, InÒC Aquitaine

10h30

La collecte du PCI en Aquitaine : de l’Inventaire à la mise à disposition des données

Patricia Heineger, Maître de conférences à l’Université de Pau

11h discussion

11h30

Cartographier le PCI en Algérie : la musique et la danse

Maya Saidani, Ethnomusicologue, Chercheur au Centre national de la recherche préhistorique, historique et anthropologique.

12h discussion

Après-midi

14h

Un projet d’inventaire des jeux traditionnels en France

Laurent Sébastien Fournier,  Maître de conférences à l’Université de Nantes et MMSH  (IDEMEC UMR 7307 CNRS)

14h20

Exemple d’une collecte en cours : les jeux et les sports traditionnels bretons

Baptiste Monchablon,  confédération FALSAB  (Fédération des amis de la lutte et

des sports athlétiques bretons).

14h40

Utiliser les enquêtes orales dans la collecte du PCI

Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH

15h  Discussion et pause

15h30

Travaux pratiques : discussion sur la méthodologie des fiches d’inventaire, avec la participation d’étudiants collecteurs :

Marie-Véronique Amella et Mickaël Boyer, étudiants en Licence, Département d’anthropologie, Université de Provence

Mathilde Lamothe, doctorante en anthropologie, laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002, UPPA (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Cendrine Lagoueyte, post-doc en anthropologie, laboratoire ADES (Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Société) UMR 5185, Université Bordeaux Ségalen

Réalisation d’une fiche d’inventaire sur les jeux, la musique ou la danse et échanges avec les participants et les acteurs de terrain
17h

Conclusion par Sébastien Fournier, Maître de conférences à l’Université de Nantes et MMSH (IDEMEC UMR 7307 CNRS)

18h

Diffusion du film  Murmures de la foggara un film sur sur les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar (52 minutes) réalisé par Maya Saidani et Mohamed Yargui (amphithéâtre de la MMSH)

 

Entrée libre, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh.univ-aix.fr

Journée organisée avec le soutien de l’USR 3125 (Programme inter MSH Archives de terrain) l’IDEMEC UMR 7307 CNRS et du Ministère de la culture ; préparée en collaboration avec l’Arcade-PACA (contact: Philippe Fanise, Service des musiques et danses traditionnelles du monde).

Crédits photographiques : Japanese New Year tradition. The making of silk cords (shimes), a good luck charm to the bearer. Japan, 1934. Collection des archives nationales des PaysBas, SPAARNESTAD PHOTO/Het Leven. www.spaarnestadphoto.nl

Formation aux archives sonores en Martinique du 5 au 9 décembre 2011

Fabienne Zonzon, responsable des archives sonores et audiovisuelles aux archives départementales de Martinique a mis en place un réseau de collecteurs qui arpentent la Martinique pour capturer la mémoire orale de leur île. En mars 2007 elle avait organisé une première formation sur le site des archives départementales, à Fort-de-France, où était intervenue Florence Descamps, maître de conférence en histoire à l’EPHE. La formation programmée cette semaine a pour objectif de renforcer le réseau des partenaires qui organisent des projets de collecte depuis le terrain jusqu’à la valorisation des enregistrements et leur méthodologie.

Ainsi, depuis lundi 5 décembre, nous sommes une petite quinzaine à écouter, échanger, commenter les différentes expériences de chacun.  Les documents, filmés ou enregistrés et documentés, pourront être ensuite consultés sur les lieux des collectes mais aussi aux archives départementales ou encore, bientôt, sur le portail de la Banque numérique des patrimoines martiniquais qui vient d’être créée et qui permet déjà d’interroger de grands corpus de documents écrits, cartographiques et photographiques.

Programme 

La source orale : de la collecte à la valorisation

5 – 9 décembre 2011

Archives départementales de Martinique

Objectifs : A l’issue de la formation, les stagiaires auront pris conscience des enjeux relatifs à la création d’une collection sonore et audiovisuelle dans le contexte antillais. Ils pourront évaluer la nécessité de développer la collecte d’archives orales en Martinique et solliciter les partenaires à leur disposition. Ils auront en main tous les outils nécessaires à la mise en place d’un programme de collecte, de traitement, de conservation et de valorisation d’enquêtes orales. Ils pourront, s’ils le souhaitent, trouver les cadres collaboratifs susceptibles de les soutenir dans leurs projets.

Méthode : Les exposés théoriques s’appuieront sur des exemples concrets, exploités au fil de la session. Une enquête orale enregistrée de courte durée sera écoutée, traitée et valorisée par les stagiaires. Les stagiaires pourront manipuler et prendre en main une caméra numérique pour la réalisation d’enquêtes filmées.

Durée : 5 jours

8h 00- 8h 30 : Accueil des stagiaires, présentation des intervenants et du déroulement du stage

Lundi 5 décembre 2011

8h 30- 12h 00 Approche anthropologique des sociétés antillaises : permanences et mutations

Intervenant : Isabelle Dubost

14h 00- 16 h 30 Présentation du département son et audiovisuel des Archives départementale de la Martinique et des acteurs de l’archivage du son et de l’audiovisuel en Martinique

Intervenante : Fabienne Zonzon

Mardi 6 décembre 2011

8h00- 12h 00

Histoire et utilisation de la source orale en sciences humaines et sociales

14h00- 16h 30

Des méthodes d’enquête en sciences humaine et sociales : filmer et/ou enregistrer

Intervenante : Véronique Ginouvès

Mercredi 7 décembre 2011

8h00- 16h 30

La prise en main d’une caméra numérique

  • prise en main d’un caméscope
  • Technique de prise de vie
  • Esthétique de l’image
  • Approche de l’éclairage

Intervenant : Claude Rosalie

Jeudi 8 décembre 2011

8h00- 12h 00

La prise de son sur le terrain :

  • Choix du matériel et des supports
  • Les formats du son numérique
  • L’utilisation du micro et du haut parleur
  • Savoir spatialiser un entretien
  • Les logiciels de numérisation

14h – 16h 30

Mise en pratique : enregistrer une enquête orale.

Vendredi 9 décembre 2011

8h00- 12h 00

Les missions d’un centre d’archive sonores et audiovisuelles :

  • Collecte : prise de son, recherche des fonds, questions de droit
  • Conservation : formats analogiques et numériques
  • Analyse : le traitement documentaire du son
  • Valorisation : base de données et mises en ligne

Mise en pratique : Ecoute d’une enquête enregistrée : traitement documentaire du document sonore. Bilan de la mise en pratique du jeudi après-midi.

14h 00- 16h 00

Collaborer dans le domaine des archives sonores et audiovisuelles : catalogues collectifs, carnets de recherche, expositions, listes de diffusion.

Rédaction collective d’une charte de qualité d’une collection sonore et audiovisuelle.

Intervenante : Véronique Ginouvès

16h 00-16h 30

Bilan de la semaine, échanges et perspectives. Evaluation du stage

A propos des intervenantes :

Véronique Ginouvès est ingénieure de recherche CNRS, responsable de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme. Elle est l’auteure en collaboration d’un Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (2001) et publie régulièrement sur Les Carnets de recherche de la Phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org

Isabelle DUBOST est anthropologue, Maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane, Membre du Centre de Recherche sur les Pouvoirs Locaux dans la Caraïbe (CRPLC). Elle travaille au sein de l’UMR CNRS n° 8053. Ses recherches en cours s’articulent autour de trois axes. Le premier porte sur les stratégies identitaires de groupes issus de l’immigration, les liens diasporiques et l’économie ethnique des « Chinois », des « Syriens » à la Martinique et des « Chinois » et des « Libanais » en Guyane. Le second interroge les processus d’ethnicisation et de différenciation et catégorisation sociales en cours à la Martinique. Le troisième porte sur la gestion sociale de l’environnement et la problématique de gouvernance à la Martinique (GIZC Baie du Robert). http://www2.univ-ag.fr/CRPLC

Fabienne ZONZON est archiviste, chargée de la collecte des archives orales et audiovisuelles aux Archives départementales de la Martinique.

Crédits photographiques : j’ai utilisé au tout début de ce billet une image prise sur Flickr the Commons. Il s’agit d’une photographie de WG. Cooper, issue des collections de la bibliothèque de SMU (Southern Methodist University) Central University, sous le titre « St. Pierre May. 14 » (1902). La photographie est indiquée comme ne présentant pas de restrictions de copyright connues.  J’ai voulu utiliser une image de la Banque Numérique des Patrimoines Martiniquais mais les restrictions de diffusion sont trop sévères pour pouvoir utiliser les documents dans une publication, d’autant que le logiciel utilisé et l’affichage des images contraint toute capture d’image. Les autres photographies ont été prises sur le lieu de stage : bâtiment des AD, présentation de Fabienne Zonzon, cours de M. Rosalie, par Véronique Ginouvès (décembre 2011).

Voix des Alpes

 

Compte rendu d’écoute : Chansons, contes et histoires. Voix des Alpes du nord (Savoie, Haute-Savoie, Isère, Val d’Aoste, Piémont).

Après avoir soutenu le CMTRA, cela nous réjoui de voir que ses activités continuent avec bonheur : le centre vient de publier deux disques, accompagnés d’un livret, qui présentent un répertoire chanté et conté enregistré entre 1960 et 2010 dans les Alpes du nord (Savoie, Haute-Savoie, Isère, Val d’Aoste et Piémont). L’objet éditorial est très réussi même si lire le livret est un peu malaisé car il est encollé dans la pochette et imprimé dans une petite police. Peu importe, sa lecture en est passionnante et elle vient enrichir l’écoute de ces deux disques qui donnent à entendre une très belle sélection de voix. Elle est aussi l’occasion de retrouver deux spécialistes de la tradition orale qui se sont partagés les rôles pour l’introduire.

Jean-Jacques Casteret, ethnomusicologue créateur du site Son d’aquí, présente avec précision chaque chant, ses techniques d’interprétation mais il trouve en plus les mots pour nous faire entendre autrement. Inscrivant ces chants du territoire dans le monde universel de la tradition orale, il indique, lorsqu’ils existent, les numéros du catalogue Patrice Coirault ainsi que le titre uniforme de la chanson. Certaines pièces historiques nous renvoient vers des mondes inconnus, où nous aimerions pouvoir encore promener. Le plus marquant est sans nul doute le chant presque crié d’Henriette Guichardaz enregistré en 1961, « L’ermite s’en va dans les bois » issu d’une collection de la Bibliomediathèque de l’Academia nazionale di Santa Cecilia à Rome.

Jean-Noël Pelen, chercheur au CNRS, connait bien les récits de tradition orale, et ce depuis longtemps puisque c’est sur le conte en Cévennes que portait son premier travail de thèse à la fin des années 1970. Mais son texte, dans ce livret, va plus loin qu’une simple présentation et bien au-delà de références scientifiques. Sa façon d’aborder ces récits du côté de l’anthropologie narrative nous fait voyager à travers les montagnes alpines. Les séquences de ce deuxième disque sont d’ailleurs conçues comme des paysages sonores : chacun son grain de voix, son personnage fantastique ou imaginaire et son fond sonore issu du monde de la nature, de l’au-delà ou du réel. Le disque se clôt sur un moment joyeux des récits de la vie familiale, sur un de ces fous rires que personne ne peut endiguer… Est-ce que ce récit a été placé là comme un signal manifeste de l’effacement de la mémoire orale ? Face à la complexité du conte de « moitié poulet » dans une version enregistrée en 1960, interprété par la voix chantante de Julie Bayet, l’histoire du « poulet rouge » a traversé les générations mais n’existe pas, il n’y a rien à raconter.

La conclusion du livet nous renvoie au au bouche à oreille d’aujourd’hui et ce qu’écrit Jean-Noël Pelen à propos des contes est aussi valable pour les chansons : Les enregistrements collectés dans les toutes dernières décennies [de cet ouvrage] sont une évocation tardive de la tradition orale, telle que celle-ci peut avoir eu cours. La transmission des récits n’existe plus dans son cadre ancien, quasi naturel pourrait-on dire, où ils étaient régulièrement produits. (…). Du point de vue du sens, l’on passe ainsi dans cette évolution, d’une production des narrations qui étaient intégrés à une quotidienneté, dont on ne questionnait pas l’évidence ou la légitimité, à l’évocation d’un patrimoine en train de disparaître et dont on tente de restaurer les souvenirs ou les bribes. Il ne fait pas de doute alors que le sens se modifie, la reliaison des narrations à l’expérience du quotidien étant désormais perdue. Il semble, quoi qu’il en soit, qu’il y ait de plus en plus de monde pour désirer écouter ces cultures devenues inaudibles : le succès de l’anthologie des musiques traditionnelles de France qui a obtenu le grand prix de l’Académie Charles Cros en 2009 en était un exemple et ce disque, dans sa lignée, pourrait connaître une belle diffusion. En attendant, écoutez-le et chantez puis reparlez autour de vous des fées poilues, des hommes verts ou de ceux aux sabots de chamois, donnez vos conseils lorsque les fontaines sont asséchées ou utilisez le bon sens de Jeannette pour vous débarrasser de ceux qui vous agressent… Histoires et chants peuvent continuer de tourner, à vous de vous en emparer !

Référence : Chansons, contes et histoires : voix des Alpes du nord Savoie, Haute-Savoie, Isère, Val d’Aoste, Piémont, Atlas n°21, CMTRA 2011, Livret 48 pages/ 2 disques : chant 19 titres – contes et histoires 9 titres. Prix : 18 euros. Commande sur la boutique du CMTRA : http://www.cmtra.org/Boutique

Cette chronique a été rédigée pour la revue Pastel.

Des bohémiens et de leur musique à Marseille

Babel Med Music débutait hier par une table ronde ouverte à tous sur le thème  « Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder ». Philippe Fanise de l’ARCADE avait choisi de croiser les regards et les  expériences d’ artistes, de programmateurs de festivals, de chercheurs, d’élus et d’acteurs sociaux.

Si vous n’avez pas pu y assister vous pouvez – pour vous mettre en oreille -, commencer par lire Des bohémiens et de leur musique en Hongrie, de Franz Liszt cité dans son introduction par Philippe Fanise.

Dans cet ouvrage, écrit en collaboration avec Caroline de Saint-Cricq, le compositeur hongrois évoque ce répertoire avec une vision romantique qui finalement n’a pas disparue : Outre les auteurs qui ont animé de sentiments conformes à ceux que l’art bohémien exprime, des personnages qui n’ont aucun rapport extérieur avec cette race, et ne sont apparentés à elle que par leurs ineffaçables instincts d’orgueil et de liberté infinie, comme par les mélancolies navrantes qui les poignent: outre les auteurs qui ont pris le Bohémien en qualité de ressort dramatique et de figure étrange, il y eut plusieurs poètes qui, se transportant en idée dans l’un de ce ces individus, essayèrent de surprendre les battements du cœur, les pulsations de sang que provoque une existence comme la sienne, et de nous les redire. Pouchkin intercale dans le poème qu’il leur consacre, et dont la structure est pareille à ceux que Byron nommait a taie, une chanson recueillie par lui de la bouche des Bohémiens de la Russie méridionale, et qui se chante encore parmi eux ; la langue russe donne à ces vers une singulière énergie, par la richesse de ses assonances, par son rhythme rapide et saccadé comme la respiration haletante qui précède le crime (p122).

Justement, la table ronde avait pour objectif de sortir de ces clichés tout en conservant une oreille attentive à la création musicale des roms. Tchoune qui jouait le soir dans un groupe réuni autour des chants sacrés en Provence, Ghista de la fanfare Vagabondu que l’on croise souvent au détour d’une rue marseillaise, Claudio Cavallo Giagnotti qui nous a raconté un peu de la vie des gitans italiens du Salento. Plusieurs projets et festivals autour de la culture rom ont été présentés. Parmi eux, celui porté par l’association Petit à petit en collaboration avec le Museon Arlaten et évoqué Cécile Février devrait aboutir lors de Marseille 2013. « Partage de mémoire gitane » s’inscrit dans une démarche  participative des populations ou dans les comités il y a à les « experts » bien sûr mais aussi les roms présents sur le territoire et un groupe de concertation où tout le monde se rencontre. L’objectif est de former les jeunes à réaliser des collectes auprès de leurs anciens en partant du principe – cher à la convention de Faro – que chacun est expert de sa vie.  Alain Fourest, de « Rencontres tsiganes » nous a fait redescendre sur terre en évoquant les risques d’expulsion constants, dans des conditions inhumaines que vivent les populations roms de Marseille.  Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations, a présenté la politique mise en oeuvre par la Région en direction de ces populations et a annoncé la création d’un centre de ressources sur les populations tsiganes. A cette annonce, le marseillais ne peut que regretter la disparition brutale de la Maison de l’étranger et de son centre de documentation, et penser à la fatigue de  cet éternel recommencement…

Le soir après « le marché » Babel Med redevenait ce lieu où les marseillais peuvent plonger en apnée dans toutes les musiques du monde, en allant d’un concert à un autre. Hier j’avais choisi le combat diatonique, en écoutant cinq samouraïs, voyageurs eux-aussi : Bruno Le Tron (France), Ricardo Tesi (Italie), Markku Lepistö (Finlance), Didier Laloy (Belgique) et David Munnelly (Irlande) ont joué un superbe choral à partir de leurs créations éclectiques et joyeuses, toujours inspirée sdes répertoires de tradition. Leur « unité de combat » internationale n’aurait pu avoir lieu sans une résidence qu’ils ont effectuée à Correns en 2010, un autre lieu encore pour soutenir la création des musiques traditionnelles.

Conférences sur les archives du patrimoine vivant au Centru culturale VOCE, Centre de musique traditionnelle de Corse

Les 25 et 26 février 2011, dans le magnifique village de Pigna – entièrement piéton-, se sont tenues deux journées de conférences sur les archives sonores. Ces rencontres inauguraient un cycle de conférences préparées par la médiathèque du Centre Culturel Voce association de recherche et de formation sur la musique traditionnelle.

Quatre interventions présentaient les modalités de collectage d’archives du patrimoine vivant libres de droits, leur traitement documentaire et leur partage sur l’internet (Corinne Cassé, association Paroles Vives, Véronique Ginouvès, phonothèque de la MMSH), l’expérience de cycle de restitution de ces archives aux populations insulaires ( Antoine Leonelli, chargé du service de la médiation au Musée de la Corse programme Estru Paisanu), et de magnifiques portraits de chanteuses collectées par Nicole Casalonga, présidente de l’association mais aussi chanteuse, musicienne et collectrice et Catherine Perrier, collectrice et chanteuse, spécialisée dans la collecte des musiques et danses traditionnelles.

Il fut question des dimensions affectives de ces archives, de leur portée patrimoniale unique, mais aussi de la qualité des entretiens autant sur un plan technique que sur le plan des relations établies entre les locuteurs, propices à la transmission de la parole, de la mémoire, du sens que chacun pouvait donner à la notion de patrimoine. La place des familles notamment des informateurs et leur histoire de vie dans ces parcours de chanteurs, de témoins fut particulièrement mis en valeur.

Un public hétérogène assistait attentif à ces présentations : musiciens, habitants du village, collecteurs, chanteurs… La présence de plusieurs partenaires et institutionnels, Damien Delgrossi, directeur du Centre des Musiques Traditionnelles de Corse, et Dominique Devaux, directeur des archives départementales de Haute-Corse, ont permis de croiser les regards sur ces archives, les méthodologies employées et d’envisager de nouvelles collaborations.

Il faut saluer le dynamisme des équipes du Centre Culturel Voce, de sa direction et de sa médiathèque, leur volonté d’initier de nouveaux échanges, dans l’île et au dehors, sur le collectage de la musique et du patrimoine oral en général. Les questionnements sur la communication des archives et sur la place des locuteurs, informateurs ou collecteurs, ne connaissent pas de frontières et ne sont pas propres à une seule discipline. Ainsi, le professeur Ignazio Macchiarella, de l’université de Cagliari en Sardaigne, ethnomusicologue, nous a fait partager ses recherches en musicologie menée avec les chanteurs de polyphonies de différentes confréries corses. Les échanges sur le terrain ont abouti à la publication d’un livre, « Tre Voce per pensare il mondo », véritable co-écriture avec ses informateurs. Un grand moment d’émotion nous fut donné lorsque les hommes de ces confréries nous ont rejoints en fin de journée et ont accepté de prendre la parole pour témoigner de cette expérience de questionnement et de restitution culturelle. Au moment de partager les collations de fin de conférence, les petits groupes se sont formés spontanément pour explorer toute la beauté des polyphonies chantées au sein des confréries, comme autant de partages d’émotions.

En parallèle de la richesse de ces échanges, baignés dans la majestueuse beauté du site, se déroulait l’atelier sur les instruments à cordes frottées mené par John Wright, collecteur, musicien et musicologue. Chaque élève, particulier, musicien traditionnel, était venu avec son instrument pour partager les pratiques, les expériences musicales, les sons…

Ces journées, parmi tant d’autres, témoignent de la vivacité du milieu du collectage et de la volonté de s’enrichir des autres trajectoires. Elles prouvent, s’il en était encore besoin, des avancées de la réflexion autour du sens du collectage et de sa restitution. Il est à souhaiter qu’elles préfigurent de futurs partenariats, de nouvelles pistes de terrain et de nouveaux outils communs.

Le Centre Culturel Voce a été créé en 1978. Il collecte, archive et met à la disposition du public des enquêtes de terrain. La phonothèque de la MMSH travaille en collaboration avec ce centre qui a commencé à mettre en ligne nombre d’archives musicales sur sa base Repertorium.

Crédits photographiques : Village de Pigna, l’image est sous Creatives Commons. Salle de conférence à l’hôtel Casa Musicale, Pigna, par le Centru Culturel Voce, et stagiaires des Ateliers de John Wright, par Corinne Cassé, le 25 février 2011.

Musiche tradizionali in Abruzzo : les collectes de Diego Carpitella

Diego Carpitella (1924-1990) était un ethnologue et ethnomusicologue qui a longtemps arpenté l’Italie pour collecter des enregistrements, des images et des films de la société rurale italienne qu’il voyait disparaître. Entre 1968 et 1970, il est nommé professeur d’histoire de la musique à l’Université de Chieti, dans les Abruzes. A cette époque, il a déjà enregistré plus de 5000 chants de tradition orale sur tout le territoire en collaboration avec Ernesto de Martino (entre 1952 et 1958) et Alan Lomax (entre 1952 et 1954). Lorsqu’il prend son poste à l’Università D’Annunzio, il est convaincu qu’il en est fini de la transmission orale, que la société industrielle et l’exode rural ont bouleversé le monde paysan et que le collectage sur le terrain n’apporte que des bribes de mémoire d’une vie culturelle qui n’existe déjà plus. Pourtant, à l’occasion d’un travail de « Tesi » d’un étudiant de lettres, Ferdinando d’Amario originaire de la région de Chieti, il va participer à une série d’enregistrements et se laisser surprendre par la vitalité des chants et de la musique traditionnelle de cette région pauvre et montagneuse.

Cette aire géographique il la connait bien pour avoir écouté les enquêtes de son collègue Giorgio Nataletti, enregistrées entre 1948 et 1949 et celles d’Alan Lomax en 1954. Il connait certainement aussi celles de Don Nicola Jobbi, enregistrées en19681 et celles d’Elvira Nobilio en 1958 et 19592. Il a lu les différents catalogues établis par les folkloristes du 19e siècle, et en particulier Gennaro Finnamoro, médecin arpenteur infatigable de la région de Chieti qui a transcris de nombreuses chansons et dont Flippo de Cinque a établi les partitions. Enfin, il a beaucoup collecté dans la région voisine des Molises, à la fois proche et lointaine culturellement.

Sur le terrain, fidèle à sa démarche d’ethnomusicologue à la recherche de littérature orale, Diego Carpitella n’enregistre sur ses 19 bobines que ce qu’il considère comme des « oeuvres orales » : chanson, proverbe, comptine, poésie, morceau instrumental, conjuration… En tout, entre le 28 juin et le 6 juillet 1970, il recueille 148 documents sonores. C’est cette collecte que publie aujourd’hui l’Academia di Santa Cecilia dans sa collection aEM et que Domenico di Virgilio nous présente, accompagnée d’un disque compact qui nous donne à entendre trente-neuf extraits sonores. Un article de la linguiste Annunziata Taraschi3 vient éclairer la langue des textes interprétés. Elle s’appuie là encore sur Gennaro Finnamore, lui même natif de Gessopalena – un des lieux de la collecte -, qui publia en 1880 un Vocabolario dell’uso abbruzzese (1880).

Ainsi, dans la province de Chieti, en neuf jours, Diego Carpitella a enregistré dans les villages de Civitella-Messer-Raimondo, Palena, Gessopalena et Quadri. La voix, et surtout la voix des femmes, domine la collecte (119 morceaux sont pour voix seule) ; une trentaine sont des morceaux instrumentaux et là c’est l’accordéon diatonique qui l’emporte. Dans ces années 1970, il a déjà remplacé tous les autres instruments (zampogna, guitare battante, violon) avec, comme fonction principale, l’accompagnement de la danse.

Une voix grave nous salue : “Ora me ne varzë sòpra un petalo di vasanicòlë, mille buongiòrno lë lascio al fratello Nicolë” (Maintenant je m’en vais sur un pétale de basilic, mille bonjour au frère Nicolas – plage 25). Ce disque est un voyage étrange dans des traditions ancestrales qu’il nous semble connaître. Les chants issus du travail collectifs, la récolte du blé et son battage, la cueillette des olives (plages 4, 6, 10, 11, 13), sont quasiment hurlés. Domenico Di Virgilio démontre cette énergie en visualisant des sonogrammes mais l’auditeur ressent à l’écoute la contraction excessive des muscles du cou du chanteur. Dans ce répertoire, il y a aussi des expériences à partager. Par exemple, si votre fils est atteint de la teigne ou de “crispella” (streptocoque de Fehleisen), essayez donc les exorcismes formulés à Palena (plages 16 à 19), comme alternative à la médecine classique. Pour endormir un bébé, tentez de reproduire ces redoublements de la dernière vocale des refrains que l’on entend dans les berceuses (plages 35-36), la sensation de sanglot le calmera. Les modes musicaux et des timbres des voix nous transportent dans un monde oublié. Parmi les enregistrement les plus archaïques, écoutez le “chant à la balançoire” (plage 15) que Gennaro Finamore avait lui même collecté au début des années 1900.  Son interprétation est bien loin de la littérature enfantine où ce type de chant a été relégué par les folkloristes. Ce voyage à travers le temps dans lequel nous plonge cette documentation sonore est émouvant ; il nous aide à reconstruire le monde des musiques traditionnelles.

Références de l’ouvrage : Musiche tradizionali in Abruzzo. Le registrazioni di Diego  Carpitella (1970), a cura di Domenico Di Virgilio,  2010, € 20.

Crédits photographiques : Trebbiatura con cavalli, 1953, image reproduite avec l’aimable autorisation de Gino Di Guglielmo, sur le site Com’eravamo.

  1. dépôt à la discoteca di Stato, Rome []
  2. dépôt au Circolo Gianni Bosio, Rome []
  3. Parole, combinazioni e suoni nel dialetto cantato []

Chansons d’amour en Provence

51gOCcwbUxL._SS500_

Depuis la fin des années 1980, Jean-Luc Domenge collecte des témoignages et du répertoire chanté ou conté à travers la Provence orientale, il furète assidûment dans les bibliothèques et les salles d’archives à la recherche d’inédits et publie ses résultats aux éditions Cantar lou Païs. Deux recueils de contes issus de ses recherches ont déjà été publiés, l’un sur les contes merveilleux l’autre sur les contes du diable et de l’ogre. Cette fois, c’est la chanson qui est à l’honneur. Jean-Luc Domenge connait bien le sujet puisqu’il a travaillé à la republication des Chants populaires de la Provence de Damase Arbaud en 1999 chez le même éditeur. Ici, le projet est de présenter le  répertoire qu’il a collecté, en s’appuyant sur le Catalogue de la chanson française de Patrice Coirault, et en proposant pour chacune des chansons le plus possible d’informations (source, partition, contexte, références). Belle entreprise qui débute avec les chansons d’amour, dans la lignée de Coirault. Pour la réaliser, Jean-Luc Domenge nous transmet en grande partie des chansons qu’il a enregistrées au fil de ses collectes et il y ajoute des sources écrites publiées ou inédites. Bien sûr, vous y trouverez nombre de versions prises chez Damase Arbaud, chez Julien Tiersot ou dans l’enquête Fourtoul mais aussi des chansons retrouvées dans les nombreuses revues et almanachs et les ouvrages de félibres qu’il a dépouillés.

Ses infatigables recherches en bibliothèques lui ont permis également de repérer des manuscrits jusqu’ici inédits et ses informateurs ont accepté de lui prêter des cahiers de chansons qu’il a aussi intégrées dans le corpus. Bref, voilà 150 chansons qui vont offrir un paysage renouvelé de la chanson traditionnelle provençale. Trois années de travail lui auront été nécessaires pour préparer l’édition de ces chants. Pour cela, il a travaillé avec son éditeur Patrick Meyer, fondateur de l’association Cantar lou païs ; Laurence Déou, professeur de galoubet tambourin et chanteuse à ses heures, a transcrit les enregistrements sonores ; Gael Princivale, musicien, a mis au service du projet ses connaissances en informatique musicale en reprenant les 140 partitions de l’ouvrage et en réalisant les fichiers MP3 et MIDI accessibles sur un cédérom qui accompagne l’ouvrage ; Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, a rédigé la préface. L’index vous indique au regard du titre l’origine de la version – et il y en a souvent plusieurs : 10 versions pour Diga Janeta, 11 pour Aquestei mountagno, 9 pour Vitorino ou 10 pour Lou gibous. La bibliographie répertorie près de 80 références. Cet ouvrage devient ainsi un outil de travail indispensable pour les chanteurs de langue d’oc de la jeune génération à la recherche de répertoire mais aussi pour ceux qui s’intéressent tout simplement aux archives sonores chantées. Un seul regret, le cédérom joint propose uniquement une ligne de piano pour découvrir les mélodies… certes la musique provençale est avant tout monodique et cette ligne musicale est suffisante pour pouvoir fredonner un air. Tout de même, il aurait été plus précieux – et sans nul doute plus joyeux – de donner à écouter le chant des interprètes qui ont été enregistrés. D’autant que rien n’est dit sur le lieux de conservation et de mise à disposition des archives sonores à la source de l’ouvrage. N’hésitez pas à commander ce livre à l’association Cantar lou pais. 302 chemin plan aux grottes. 06530 St Cézaire sur Siagne (cantarloupais@laposte.net).