Archives par mot-clé : collectage

Musiche tradizionali in Abruzzo : les collectes de Diego Carpitella

Diego Carpitella (1924-1990) était un ethnologue et ethnomusicologue qui a longtemps arpenté l’Italie pour collecter des enregistrements, des images et des films de la société rurale italienne qu’il voyait disparaître. Entre 1968 et 1970, il est nommé professeur d’histoire de la musique à l’Université de Chieti, dans les Abruzes. A cette époque, il a déjà enregistré plus de 5000 chants de tradition orale sur tout le territoire en collaboration avec Ernesto de Martino (entre 1952 et 1958) et Alan Lomax (entre 1952 et 1954). Lorsqu’il prend son poste à l’Università D’Annunzio, il est convaincu qu’il en est fini de la transmission orale, que la société industrielle et l’exode rural ont bouleversé le monde paysan et que le collectage sur le terrain n’apporte que des bribes de mémoire d’une vie culturelle qui n’existe déjà plus. Pourtant, à l’occasion d’un travail de « Tesi » d’un étudiant de lettres, Ferdinando d’Amario originaire de la région de Chieti, il va participer à une série d’enregistrements et se laisser surprendre par la vitalité des chants et de la musique traditionnelle de cette région pauvre et montagneuse.

Cette aire géographique il la connait bien pour avoir écouté les enquêtes de son collègue Giorgio Nataletti, enregistrées entre 1948 et 1949 et celles d’Alan Lomax en 1954. Il connait certainement aussi celles de Don Nicola Jobbi, enregistrées en19681 et celles d’Elvira Nobilio en 1958 et 19592. Il a lu les différents catalogues établis par les folkloristes du 19e siècle, et en particulier Gennaro Finnamoro, médecin arpenteur infatigable de la région de Chieti qui a transcris de nombreuses chansons et dont Flippo de Cinque a établi les partitions. Enfin, il a beaucoup collecté dans la région voisine des Molises, à la fois proche et lointaine culturellement.

Sur le terrain, fidèle à sa démarche d’ethnomusicologue à la recherche de littérature orale, Diego Carpitella n’enregistre sur ses 19 bobines que ce qu’il considère comme des « oeuvres orales » : chanson, proverbe, comptine, poésie, morceau instrumental, conjuration… En tout, entre le 28 juin et le 6 juillet 1970, il recueille 148 documents sonores. C’est cette collecte que publie aujourd’hui l’Academia di Santa Cecilia dans sa collection aEM et que Domenico di Virgilio nous présente, accompagnée d’un disque compact qui nous donne à entendre trente-neuf extraits sonores. Un article de la linguiste Annunziata Taraschi3 vient éclairer la langue des textes interprétés. Elle s’appuie là encore sur Gennaro Finnamore, lui même natif de Gessopalena – un des lieux de la collecte -, qui publia en 1880 un Vocabolario dell’uso abbruzzese (1880).

Ainsi, dans la province de Chieti, en neuf jours, Diego Carpitella a enregistré dans les villages de Civitella-Messer-Raimondo, Palena, Gessopalena et Quadri. La voix, et surtout la voix des femmes, domine la collecte (119 morceaux sont pour voix seule) ; une trentaine sont des morceaux instrumentaux et là c’est l’accordéon diatonique qui l’emporte. Dans ces années 1970, il a déjà remplacé tous les autres instruments (zampogna, guitare battante, violon) avec, comme fonction principale, l’accompagnement de la danse.

Une voix grave nous salue : “Ora me ne varzë sòpra un petalo di vasanicòlë, mille buongiòrno lë lascio al fratello Nicolë” (Maintenant je m’en vais sur un pétale de basilic, mille bonjour au frère Nicolas – plage 25). Ce disque est un voyage étrange dans des traditions ancestrales qu’il nous semble connaître. Les chants issus du travail collectifs, la récolte du blé et son battage, la cueillette des olives (plages 4, 6, 10, 11, 13), sont quasiment hurlés. Domenico Di Virgilio démontre cette énergie en visualisant des sonogrammes mais l’auditeur ressent à l’écoute la contraction excessive des muscles du cou du chanteur. Dans ce répertoire, il y a aussi des expériences à partager. Par exemple, si votre fils est atteint de la teigne ou de “crispella” (streptocoque de Fehleisen), essayez donc les exorcismes formulés à Palena (plages 16 à 19), comme alternative à la médecine classique. Pour endormir un bébé, tentez de reproduire ces redoublements de la dernière vocale des refrains que l’on entend dans les berceuses (plages 35-36), la sensation de sanglot le calmera. Les modes musicaux et des timbres des voix nous transportent dans un monde oublié. Parmi les enregistrement les plus archaïques, écoutez le “chant à la balançoire” (plage 15) que Gennaro Finamore avait lui même collecté au début des années 1900.  Son interprétation est bien loin de la littérature enfantine où ce type de chant a été relégué par les folkloristes. Ce voyage à travers le temps dans lequel nous plonge cette documentation sonore est émouvant ; il nous aide à reconstruire le monde des musiques traditionnelles.

Références de l’ouvrage : Musiche tradizionali in Abruzzo. Le registrazioni di Diego  Carpitella (1970), a cura di Domenico Di Virgilio,  2010, € 20.

Crédits photographiques : Trebbiatura con cavalli, 1953, image reproduite avec l’aimable autorisation de Gino Di Guglielmo, sur le site Com’eravamo.

  1. dépôt à la discoteca di Stato, Rome []
  2. dépôt au Circolo Gianni Bosio, Rome []
  3. Parole, combinazioni e suoni nel dialetto cantato []

Chansons d’amour en Provence

51gOCcwbUxL._SS500_

Depuis la fin des années 1980, Jean-Luc Domenge collecte des témoignages et du répertoire chanté ou conté à travers la Provence orientale, il furète assidûment dans les bibliothèques et les salles d’archives à la recherche d’inédits et publie ses résultats aux éditions Cantar lou Païs. Deux recueils de contes issus de ses recherches ont déjà été publiés, l’un sur les contes merveilleux l’autre sur les contes du diable et de l’ogre. Cette fois, c’est la chanson qui est à l’honneur. Jean-Luc Domenge connait bien le sujet puisqu’il a travaillé à la republication des Chants populaires de la Provence de Damase Arbaud en 1999 chez le même éditeur. Ici, le projet est de présenter le  répertoire qu’il a collecté, en s’appuyant sur le Catalogue de la chanson française de Patrice Coirault, et en proposant pour chacune des chansons le plus possible d’informations (source, partition, contexte, références). Belle entreprise qui débute avec les chansons d’amour, dans la lignée de Coirault. Pour la réaliser, Jean-Luc Domenge nous transmet en grande partie des chansons qu’il a enregistrées au fil de ses collectes et il y ajoute des sources écrites publiées ou inédites. Bien sûr, vous y trouverez nombre de versions prises chez Damase Arbaud, chez Julien Tiersot ou dans l’enquête Fourtoul mais aussi des chansons retrouvées dans les nombreuses revues et almanachs et les ouvrages de félibres qu’il a dépouillés.

Ses infatigables recherches en bibliothèques lui ont permis également de repérer des manuscrits jusqu’ici inédits et ses informateurs ont accepté de lui prêter des cahiers de chansons qu’il a aussi intégrées dans le corpus. Bref, voilà 150 chansons qui vont offrir un paysage renouvelé de la chanson traditionnelle provençale. Trois années de travail lui auront été nécessaires pour préparer l’édition de ces chants. Pour cela, il a travaillé avec son éditeur Patrick Meyer, fondateur de l’association Cantar lou païs ; Laurence Déou, professeur de galoubet tambourin et chanteuse à ses heures, a transcrit les enregistrements sonores ; Gael Princivale, musicien, a mis au service du projet ses connaissances en informatique musicale en reprenant les 140 partitions de l’ouvrage et en réalisant les fichiers MP3 et MIDI accessibles sur un cédérom qui accompagne l’ouvrage ; Luc-Charles Dominique, ethnomusicologue, a rédigé la préface. L’index vous indique au regard du titre l’origine de la version – et il y en a souvent plusieurs : 10 versions pour Diga Janeta, 11 pour Aquestei mountagno, 9 pour Vitorino ou 10 pour Lou gibous. La bibliographie répertorie près de 80 références. Cet ouvrage devient ainsi un outil de travail indispensable pour les chanteurs de langue d’oc de la jeune génération à la recherche de répertoire mais aussi pour ceux qui s’intéressent tout simplement aux archives sonores chantées. Un seul regret, le cédérom joint propose uniquement une ligne de piano pour découvrir les mélodies… certes la musique provençale est avant tout monodique et cette ligne musicale est suffisante pour pouvoir fredonner un air. Tout de même, il aurait été plus précieux – et sans nul doute plus joyeux – de donner à écouter le chant des interprètes qui ont été enregistrés. D’autant que rien n’est dit sur le lieux de conservation et de mise à disposition des archives sonores à la source de l’ouvrage. N’hésitez pas à commander ce livre à l’association Cantar lou pais. 302 chemin plan aux grottes. 06530 St Cézaire sur Siagne (cantarloupais@laposte.net).

Musiques traditionnelles du Val di Cogne : les collectes de Sergio Liberovici en 1956

cogneL’Academia nazionale di Santa Cecilia publie depuis quelques années les sources orales inédites puisées dans ses collections sonores. La majorité d’entre elles ont été enregistrées par les chercheurs du Centro Nazionale di Studi di Musica Popolare créé par Giorgio Nataletti en 1948. La précédente publication de l’Academia (2007) portait d’ailleurs sur une des collectes en Ligurie à la fin des années 1960 de cet ethnomusicologue qui a parcouru l’Italie avec son magnétophone à bandes. Sous sa houlette, d’autres chercheurs ou musiciens ont aussi collecté des chants populaires et de la musique. Celles de Diego Carpitella et Alberto Cirese dans les Molises (2005) ou dans le Salento celles de Carpitella accompagné d’Ernesto de Martino (2006) ont déjà été publiées. Cette fois ci, il s’agit de la collecte réalisée par Sergio Liberovici en mars 1956. Ce compositeur a été parmi les acteurs importants de la musique traditionnelle italienne : il est l’un des fondateurs du groupe des Cantacronache, un mouvement pour la création de la chanson populaire et politique en Italie aux côtés de Nataletti, Carpitella ou de Gianni Bosio. Ce groupe avait la volonté de mieux connaître la tradition musicale italienne pour proposer de nouvelles chansons, souvent en collaboration avec des intellectuels comme Italo Calvino ou Umberto Eco. Ainsi entre le 21 et le 25 mars 1956 Sergio Liberovici part à travers le Val de Cogne (une province du Val d’Aoste) dans une société agro-pastorale en pleine transformation où la transmission orale est encore tenace. En cinq jours, il se déplace sur trois villages (Cogne, Gimilla, Epinel) pour enregistrer 66 morceaux (59 chantés, 7 instrumentaux) de répertoires très variés dans des langues multiples. Alternent ainsi le français (51%), l’italien (31,5%), le piémontais (1,5%) et le patois valdostain (1,5%), soit les quatre langues communément parlées sur ce territoire – l’ouvrage est d’ailleurs bilingue en langue française et italienne -. La zone de Cogne est renommée pour avoir développé deux styles musicaux originaux : les chants à retòn et les répertoires sur le tambour de Cogne. Ce petit ouvrage présente l’intérêt de faire le point sur ces spécificités locales, de les expliciter par l’écoute des deux cédés qui correspondent quasiment à la totalité de la collecte (64 titres). Giorgio Vassoney et Mauro Balma ont documenté chaque pièce musicale, traduit les textes littéraires et effectué de nombreuses transcriptions musicales, ils ont aussi présenté les voix et les instruments et proposé une classification du répertoire. Dès les premières pages, nous partons sur les traces du terrain de Sergio Liberovici, pas à pas, jour par jour, rencontre par rencontre. La première plage du premier disque débute par un chant sauvage, d’une femme qui réveille un chardonneret que l’on entend pépier et se superposer à la mélodie. Une société qui n’existe plus à découvrir pendant plus de 2 heures trente de son illustrées de photographies des années 1950.

Les notices de la collecte de S. Liberovici sont accessibles en ligne sur la base de données de l’Académia di Santa Cecilia.

AJOUT LE 4 MAI 2016 : À écouter, sur la Piéròtta, dans la série “Sur les Docks” un documentaire sonore sous le titre  Sergio Liberovici, musicien et collecteur, parcourt le Val de Cogne en Vallée d’Aoste (Italie). Il commence ses enregistrements à l’Hôtel Grivola,  du 21 au 25 mars 1956, réalisée par Péroline Barbet, sur France Culture, diffusé le 14 avril 2016.

Musiche tradizionali della Val di Cogne : Le registrazioni di Sergio Liberovici (1956) par Mauro Balma et Giorgio Vassoney. Squilibri, 2009, 23€.