Archives par mot-clé : consultation des archives

Qui est qui ?

Déposé en 2009, aux Archives départementales du Tarn, le fonds Témoignages oraux d’anciens mineurs de charbon du Tarn, collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines, a été décrit de façon détaillée par Charlotte Devals, stagiaire en master 2 Archives et Images de l’université de Toulouse Jean Jaurès. Ce travail de description est présenté dans un billet de ce carnet sous le titre « Au charbon ! ».

Charlotte Devals a également réactivé les démarches relatives aux droits d’utilisation, restées inabouties en 2009. Parallèlement, elle a traité les demandes d’ anonymat souhaitées par certains témoins au moment de la collecte.

Situation juridique

Au moment de la collecte, en 2000, le Musée avait enregistré un accord oral de la part des témoins à l’issue de leur entretien sans faire signer de contrat de cession de droit.

La rédaction de ce dernier et son envoi, aux témoins ou à leur ayant droit, s’est donc fait a posteriori en 2008, presque dix ans après la collecte. Continuer la lecture de Qui est qui ?

Nòvas istòrias de las Cevenas – Nouvelles histoires des Cévennes

Gageons que, sans Jean-Noël Pelen, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne (MMSH) n’existerait pas. Lorsque la collection d’archives sonores a été créée en 1979 à l’université d’Aix-en-Provence, il n’y avait quasiment pas de dépôts d’enregistrements. Au sein du CREHOP, le centre de recherches et d’études sur l’histoire orale et les parlers populaires, ce sont les enquêtes de terrain de Jean-Noël Pelen qui ont commencé à nourrir le fonds, avec ceux de ses collègues et ami(e)s qui travaillaient dans son sillage. Tous ces chercheurs étaient soucieux que la parole des anonymes qu’ils enregistraient et sur laquelle il s’appuyaient pour leurs publications, puissent être un jour écoutée. Si un poste d’archiviste du son a été créé en 1997, lorsque la phonothèque a été intégrée à la MMSH, c’est bien parce que Jean-Noël Pelen avait continué à travailler avec cette source qui pourtant n’a pas toujours été très appréciée dans le petit monde des sciences humaines et sociales…

Tout a commencé avec le conte en Cévennes en 1973 suivi d’échappées sur des thématiques particulières comme le vieux Donzère (1978) ou la question de la mémoire autour du châtaignier (1987), pour quitter ensuite la terre cévenole et s’ouvrir sur des travaux collectifs comme le Pays d’Arles par ses gens (1983-1987) ou L’homme et le taureau (1987-1990), puis se diriger vers des sujets novateurs et plus urbains avec La Résistance à l’exclusion, dernier grand corpus qu’il a constitué (1994-1998). Jean-Noël Pelen, par sa méthode de travail, a également fait évoluer le monde des archives orales déplaçant l’auteur de l’enregistrement, place que s’est longtemps arrogée le chercheur, vers le témoin. C’est ainsi qu’à la publication de Jours de Provence  (1990-1994), son informateur Laurent Merlo se trouvait à ses côtés sur la couverture de l’ouvrage, en tant qu’auteur. La réflexion qui a accompagné la constitution de corpus enregistrés a toujours été clairement affichée,  sa méthodologie toujours en évolution et mise à l’épreuve de la discussion. C’est ainsi que pendant quatre années (1997-2000) se sont succédées de séminaires pluridisciplinaires sur un thème qui lui tenait à coeur : le récit collectif, posé comme objet de recherche dans toutes ses dimensions.

Les 16 et 17 décembre prochain, la municipalité de Sainte-Cécile-d’Andorge présentera une exposition sonore et visuelle, accompagnée de conférences en hommage à Jean-Noël Pelen qui vient de terminer sont temps de travail au CNRS, sous le titre « Echos des Cévenols d’autrefois – Jean-Noël Pelen en Vallée-Longue (1971-1976) ». Ce chercheur originaire de la Haute-Levade par son grand-père maternel, a enregistré il y a presque quarante ans la mémoire des anciens et voilà que son travail, conservé à travers les années par la phonothèque de la MMSH, vont pouvoir être entendues à nouveaux dans les villages alentours.

L’inauguration de l’évènement aura lieu le vendredi 16 décembre à 18h dans la salle des associations de la Haute-Levade et l’exposition sera visible du samedi 17 au dimanche 18 décembre de 14 h à 17 h. Vous pourrez également écouter des entretiens de terrain enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Raoul Pic et Gabriel Teissier, qui seront mis à disposition dans la salle paroissiale du village de Sainte-Cécile-d’Andorge. Puis le lendemain, samedi 17 décembre,  sous le chapiteau dressé place de la Haute-Levade à 16 h Jean-Noël Pelen tiendra une conférence sous le titre « L’expérience des Cévennes : un chemin d’ethnographie ». La journée se clôturera à 18h  par une série de concerts, reprenant les cants et danses populaires des Cévennes avec Le collectif Manja Pélos, Tornamai, Marianne Evezard, Pascal Jaussaud, Les violoneux de la Cola’Ophane, Clair de Terre, les chanteurs du Galeison… Le lendemain, dimanche 18 décembre dans la Salle municipale du Collet-de-Dèze à 15 h, vous pourrez écouter d’autres entretiens enregistrés par Jean-Noël Pelen auprès de Zénobie Hours, Gabriel Teissier et Raoul Pic.

Profitez de la visite, venez nombreux et en famille ! Ce jour là se tiendra au village un marché de Noël sur la place avec une dégustation de soupe tout la soirée… Les anciens cévenols doivent être bien joyeux de savoir que leurs histoires font encore rire le monde et que leurs chants font toujours danser la jeunesse.

Programme du 16-17 decembre 2011à télécharger

 

 Crédits photographiques : Arènes, attaque du cheval du picador par le taureau, Toulouse, 14 juillet 1906. Fonds Trutat – Photographie ancienne. Cote : TRU C 1418, Localisation : Fonds ancien (S 30), Lieu de création : Toulouse (Haute-Garonne), Mesures : : 9 x 12 cm, Observations : Note manuscrite de Trutat : Toulouse, course de toros, 14 juillet 1906, Goerz-Anschutz. Négatifs sur plaque de verre. Collection de la Bibliothèque de Toulouse. Domaine public.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Polyphonies des archives sonores en Corse : chacun cherche sa voix

En 2004 a eu lieu à Corte une formation sur l’initiation à la collecte : il s’agissait d’une des premières actions du Centre musiques et danses traditionnelles de Corse en lien avec la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT). L’objectif affiché de ce nouveau centre était la promotion et de développement des pratiques des musiques, des danses et du chant traditionnel corse. Depuis, le CMT a grandi et Damien Delgrossi, son nouveau directeur1, vient d’inviter la FAMDT à tenir son assemblée générale à Corte. Cet évènement a été l’occasion d’organiser des tables rondes sur des sujets au coeur des questionnements des musiciens traditionnels. L’une d’entre elle portait sur le traitement et la valorisation des archives sonores.  Dastum et la phonothèque de la MMSH y ont présenté leurs archives ainsi que le portail du patrimoine oral et deux institutions corses exposaient leurs projets : l’association Voce et le musée régional d’Anthropologie de la Corse.

Le centre culturel Voce a été évoqué plusieurs fois sur Les carnets de la Phonothèque. Créée en 2099, la base de données Repertorium qu’il a développé, met en ligne plus de 100 heures de collectage2. Ecoutez par exemple, ce chant d’un bouvier enregistré en 1978 à Pigna, le lamentu di Guagnu inteprété par Anghjula Maria Leca née en 1910  à Ortu ou encore les paghjelles issues du répertoire de mesdames Luiggi et Volpei, deux merveilleuses chanteuses de Pioggiola. Originalité du projet, le centre fait directement appel aux corses pour documenter les enregistrements qui sont mal informés : dans la rubrique à analyser, vous pouvez écouter des enquêtes pour lesquelles le centre Voce posséde peu d’éléments et signaler les informations dont vous seriez détenteurs à Sarah Mallet, responsable du projet documentaire.

Le projet Estru paisanu3 a pour objectif de partager la mémoire des territoires sonores de la Corse à travers des séances d’écoute d’archives issues des collections de la phonothèque du musée régional d’Anthropologie de la Corse. Antoine Leonelli, du service de la médiation musique traditionnelle du musée, se déplace pour quadriller les différentes Pievi4 et restituer dans les villages les voix enregistrées des anciens paysans qui ont été capturées par les collecteurs. Mémoire et territoire se tissent ainsi dans des micro régions, sans mise en scène mais plutôt dans une dans une démarche intimiste, volontairement hors de la période touristique. Chaque année, de février à mai, sont prévues six séances. Chacune réunit une cinquantaine de personnes, souvent émue d’entendre une voix familière et joyeuse de retrouver le fil de sa culture.

Les archives sonores qui sont valorisées dans le cadre de ces séances d’écoute sont puisées dans le fonds de la phonothèque du musée, créée en 19965 et située au sommet de la citadelle de Corte. Bernardu Pazzoni est le responsable de cette phonothèque dont les missions principales sont à la fois le traitement documentaire du fonds sonore « historiques », sa mise à disposition auprès de tous les publics et l’enrichissement de la collection par des campagnes de collectages. Il faut noter que cette phonothèque est la seule en France, qui ait bénéficié d’une copie numérique d’une collection sonore importante de la part de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il s’agit du fonds Félix Quilici, enregistré entre 1948 et 1963. L’objectif de la BnF était alors de mettre à disposition en région des enquêtes de terrain enregistrées et favoriser l’accessibilité de ces ressources. Dans le même démarche, le musée a également bénéficié d’une copie des collections enregistrées en Corse par les chercheurs de l’ancien musée national des arts et traditions populaires (aujourd’hui le MuCEM). L’intérêt du projet Estru paisanu au sein du musée est amplifié par le fait que, pour le moment, la phonothèque du musée ne permet pas encore d’accéder facilement à un inventaire ou d’écouter les archives en ligne ; étant donné que l’amplitude de ses horaires d’ouverture pour la consultation sur place est très limitée (la phonothèque est ouverte deux après-midi par semaine), l’attente de la population, des spécialistes ou tout simplement des curieux et des amoureux de la musique corse est grande. Bernardu Pazzoni constate d’ailleurs que la demande est telle qu’il existe aujourd’hui sur le web des dizaines de blogs de musique traditionnelle corse qui permettent l’écoute de collectes ou de groupes actuels. Pour ne pas être en reste, en attendant la consultation des archives du musée, le CMT a mis en place un « Youtube de la musique traditionnelle corse » qui permet d’entendre une quarantaine d’airs interprétées par des musiciens et des chanteurs issus de la tradition orale de Corse.

Crédits photographiques : Corte, 5 mai 2011, V. Ginouvès

  1. Il a pris ses fonctions en octobre 2009 []
  2. Pour les documentalistes, il peut être intéressant de noter que leur base de données est présentée sur le Joomla, une façon originale de détourner ce CMS très puissant qui finalement permet beaucoup de choses dans le domaine de l’IST puisque c’est aussi avec Joomla que le portail Crévilles.org s’est développé []
  3. L’expression pourrait être traduite par « l’esprit paysan » []
  4. La pieve correspond aux anciennes circonscriptions territoriales et religieuses dirigée par une église rurale avec un baptistère en Corse, calquée sur l’Italie du moyen-âge. Ethymologiquement, le mot « pieve » dérive du latin plebspeuple désignant une tribu, une peuplade. L’objectif est donc bien de passer sur les découpages administratifs pour retrouver des territoires plus anciens []
  5. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article de Libération d’Annick Peigne-Giuly (18 novembre 1996), sous le titre « Une quatrième voix pour la Corse », qui réalise une sorte de synthèse sur les acteurs de la musique traditionnelle Corse à ce moment là et reprend plusieurs informations sur la collecte de Quilici []

Une matinée sur « Les données de la recherche : droits et obligations des chercheurs en matière de conservation et d’archivage », 27 mai 2011, Paris

Le groupe de travail sur les archives scientifiques du Réseau AURORE (Archivistes des Universités, Rectorats, Organismes de Recherche et mouvements Etudiants) organise en partenariat avec l’Université Pierre et Marie Curie une matinée sur le thème Données de la recherche : droits et obligations des chercheurs en matière de conservation et d’archivage des données » à l’Université Pierre et Marie Curie (4 place Jussieu, Paris 5e). Les titres des interventions risquent encore d’être modifiés, le programme « officiel » n’est pas encore diffusé, mais voilà dans les grandes lignes, le déroulement de la matinée du vendredi 27 mai :

9h00 – 9h30 Accueil des participants

9h30 – 9h45 Discours d’ouverture

Jean CHAMBAZ, Vice-Président Recherche à l’UPMC

9h45-10h00 Introduction générale

Fabien OPPERMANN, Chef de la mission des archives et du patrimoine culturel, Ministère de l’Education nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative, Ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche

10h00 – 10h45 Droit d’auteur et droit des archives : un dialogue méconnu

Présidence : Marie-Laure BACHELERIE, responsable du service archives du CNRS

– Valentine DELEUZE, Bureau des accords institutionnels et de la propriété intellectuelle, DGRTT de l’UPMC : Conservation et confidentialité des données liées aux brevets.
– Emmanuel PIERRAT, Cabinet PIERRAT – Questions de droit.
– Sarah CADOREL, projet ELFE – Intégration de la problématique de la gestion et de la conservation des données à un projet de recherche.
Échanges avec les participants

10h45-11h00 Pause

11h00 – 11h45 Bases de données et plateformes de recherche – Des problématiques spécifiques

Présidence : Hélène CHAMBEFORT, responsable du bureau des Archives à l’INSERM

– Sylvain COLOMER, juriste à l’UPMC : Présentation du guide CNIL.
– Aurélien CONRAUX, BNF : Accompagner une collectivité de chercheurs.
– Alain ZASADINSKI, Institut de l’information scientifique (INIST-CNRS) : Présentation du projet SIDR en lien avec les objectifs de conservation pérenne.
Échanges avec les participants

11h45-12h15 Constitution et exploitation du patrimoine scientifique

Présidence : Goulven LE BRECH, EHESS

David AUBIN, professeur en épistémologie, Histoire des sciences et des techniques
Véronique GINOUVES, Phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme : Donner accès aux archives sonores des sciences humaines et sociales : questions éthiques et juridiques.
Nathalie DUCHANGE, INSERM : Des archives ouvertes ? Présentation HAL et MédiHAL.

12h15-12h30 – Discussion libre

En raison du nombre limité de places, l’inscription auprès d’Isabelle GALLOIS est obligatoire avant le 23 mai – isabelle.gallois@upmc.fr.

La conférence se tiendra en Tour 46, salle 101.

Rappel : deux journées sur le droit et l’éthique en SHS seront organisées également en 2011 par les MSH d’Aix-en-Provence, Nanterre et Tours, les 26 septembre (Tours) et 29 novembre (Aix-en-Provence). Le programme sera bientôt publié.

Crédits photographiques : la Restonica, au mois de mai (la photographie n’a rien à voir avec le sujet mais je viens de m’y baigner), V. Ginouvès, mai 2011.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

Après l’installation d’une borne de prêt automatique dans une bibliothèque parisienne du 12e arrondissement (bibliothèque Picpus), un tract a été diffusé à l’initiative du collectif  « Livre de papier », qui se retrouve un peu partout sur Internet (sans la photo jointe ici).

Pour écouter les archives sonores aussi, l’accès en ligne ne peut suffire : il faut pouvoir partager l’écoute avec d’autres, comprendre le contexte de la production de ces récits ou de ces chansons, rencontrer les collecteurs, danser sur les musiques ou les interpréter… Un bon sujet de discussion à aborder dans l’atelier « Besoin de mémoire ? » au cours des rencontres nationales des bibliothécaires musicaux jeudi 1er avril.

Bornes automatiques, puces RFID, livres numériques … Bienvenue dans la bibliothèque du XXIème siècle !

automatic

PLUS RAPIDE ?

PLUS PRATIQUE ?

MOINS CONTRAIGNANT ?

L’automatisation du prêt franchit une nouvelle étape avec l’instauration de bornes de prêt automatique, à Picpus et ailleurs. Grâce à ces bornes, finies les files d’attente (encore que…), finies les erreurs humaines (mais vive les bugs !) et finie l’obligation d’être aimable avec celles et ceux qui nous rendent service. Mais terminée aussi la chaleur du contact humain, envolés les conseils sympas des bibliothécaires qui nous renseignent sur nos emprunts, et très bientôt… terminé aussi avec les bibliothécaires, avant que la bibliothèque elle aussi ne ferme ses portes pour rouvrir sur googlebooks.fr ou toute autre plate-forme dont on ne cesse de vanter l’exhaustivité et l’efficacité (sans même parler de sa juteuse rentabilité !).

Le monde qu’on ne cesse de vouloir nous vendre, censé être plus pratique et plus rapide, obéit en réalité à une double volonté : créer de nouveaux marchés (comme lorsqu’une entreprise privée est payée par les pouvoirs publics pour installer du matériel électronique) et réduire la masse salariale (un vigile prendra la place de dix bibliothécaires avec des bornes de prêt efficaces). Et si pour chaque salarié-e remplacé-e par des machines, la pilule est déjà difficile à avaler, des pans entiers de personnels seront finalement dépossédés des savoir-faire qui les rendait utiles et compétents. Non seulement la machine ne vous fera jamais de sourire, mais c’est ainsi que chaque métier d’aujourd’hui en vient à devenir purement mécanique et répétitif, jusqu’à être vidé de son sens initial : les magasiniers ne sont désormais plus considérés que comme des manutentionnaires au service des machines gestionnaires des livres, et leur connaissance du fonds se perd, tout comme l’ancien savoir-faire des artisans a disparu avec les immenses chaînes de production des usines, véritables bagnes industriels modernes. Plus l’on intègre les savoir-faire professionnels dans des machines, plus les salarié-e-s deviennent remplaçables, c’est-à-dire délocalisables, jetables et donc corvéables à merci.

Enfin, la logique de la numérisation a besoin de chevaux de Troie (telles les bornes de cette bibliothèque ou les puces RFID servant à tracer chaque livre), pour s’insinuer au cœur de la chaîne du livre : les magnats de l’édition électronique (qui sont parfois aussi marchands d’armes) rêvent de profits colossaux grâce à la numérisation intégrale des fonds papier, sans se soucier des éditeurs et libraires, mais aussi correcteurs, imprimeurs, diffuseurs, etc. qu’ils fragiliseront puis démantèleront sans coup férir. Le livre électronique, que les industriels tentent de nous imposer depuis plusieurs années (pour l’instant sans réel succès), vise à transformer le monde de l’écrit en société du zapping numérique généralisé. Il suffit de se rendre au salon du livre pour y voir ces commerciaux en costard vendre leurs e-book comme s’ils étaient au salon de l’auto, tout en faisant croire que les profiteurs sont les éditeurs. Pourtant, une partie de ces derniers reste encore vaille que vaille passionnée, attachée à l’objet livre en tant qu’il est créateur de lieux d’échanges et d’espaces collectifs, au premier rang desquels figurent les librairies et les bibliothèques – ces dernières étant fréquentées par une personne sur deux en France en 2006. Ainsi, à l’inverse de la démagogie populiste faisant d’Internet le contrepoint populaire des librairies et bibliothèques élitistes, nous pensons que le livre est au cœur des possibilités d’émancipation collective et d’élévation culturelle : les bibliothèques, véritables lieux de mixité où se croisent des hommes et des femmes de tous âges, de toutes classes et de tous horizons, sont un des derniers outils de diffusion et de réappropriation collective des savoirs, là ou le numérique ne fournit que des contenus vidés de leur sens à des individus isolés devant leurs écrans. « Élitaire pour toutes et tous » pourrait être notre mot d’ordre, puisque nous persistons à préférer les savoirs, potentiellement émancipateurs, aux contenus, bien souvent interchangeables voire abêtissants.

Le mythe libéral de l’accès au savoir égal pour toutes et tous, sur lequel surfe la déferlante numérique, oblitère le fait que nul-le ne peut prétendre n’avoir pas accès à suffisamment de livres (il suffit de se rendre dans la moindre bibliothèque pour se convaincre qu’on n’aura jamais le temps d’en lire assez), alors que la question de la connaissance pose en réalité celle de la transmission, c’est-à-dire de l’éducation à l’écrit, revendiquée par tous les mouvements d’émancipation antérieurs à Internet : le réseau nous apprend en fin de compte davantage à glisser à la surface des idées qu’à les comprendre et à savoir s’en imprégner pour penser par soi-même. Le Web et le futur livre numérique permettraient d’accéder à tout !? Mais que lira-t-on alors ? Rien, ou plus probablement rien de ce qui s’apparente aujourd’hui au livre, dans lequel on s’immerge longuement, patiemment et tranquillement, en dehors de la société des flux incessants et tourbillonnants d’e-mail, messages msn et autres textos qui nous happent à chaque instant dans leur propre temporalité.

La télévision a contribué à détruire le lien social, et on nous fait croire que l’informatique, en nous simplifiant la vie, va le recréer ? Quand on s’apercevra que le numérique a encore appauvri les relations et échanges collectifs, qu’inventera-t-on pour « recréer » à nouveau du lien social et poursuivre toujours plus loin la spirale d’un monde en perpétuelle déshumanisation ?

Des lecteurs et lectrices, bibliothécaires, libraires, traducteurs et éditeurs.

Livres de papier

c/o Offensive,

21ter rue Voltaire 75011 Paris

livresdepapier@gmx.fr

Lu ici :

http://wwwlamare.blogspot.com/2009/04/hns-info-bornes-automatiques-puces-rfid.html

et là :

http://hns-info.net/spip.php?article18022

et aussi là, avec une annonce de réunion publique :

http://bellaciao.org/fr/spip.php?article83292

Crédits photographiques : Farrington Automatic Address Reading Machine, A postal employee shows off the Department’s new automatic address reading machine. The « Farrington Automatic » machine was developed by Intelligent Machines Research Corporation. Postmaster General Arthur Summerfield tested and purchased a variety of machines to help speed up mail processing in large city post offices in the early 1950s. Photographe non identifié. Smthionian Museum. Pas de restriction de droit d’utilisation connue.  Permalien : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?t=5&id=3400&q=A.2008-36