Archives par mot-clé : contrat

Archiver les sources orales d’Histinéraires

Des historiens, des égo-histoires et des archives
Les historiens sont les chercheurs les plus familiers à l’usage des archives, sans lesquelles ils ne peuvent travailler. Or, dans le programme ANR Histinéraires le rapport s’est inversé : devenant objet de la recherche à travers le récit qu’ils font d’eux-mêmes, de leur parcours d’historien, académique comme intellectuel. Racontés d’abord dans les écrits des mémoires de synthèse des activités scientifiques de l’Habilitation à diriger la recherche (HDR), ils sont désormais enrichis par une série d’entretiens menés dans le cadre de l’enquête orale Histinéraires, et des quelques séances enregistrées du séminaire « L’écriture de soi des historiens ». Le programme est l’occasion de mettre en archive l’ensemble de ce corpus inédit. Forte de son expérience des archives orales de terrain et de sa collaboration avec les chercheurs, la phonothèque de la MMSH s‘est vue confier le traitement documentaire et la conservation des enregistrements sonores du projet Histinéraires. Continuer la lecture de Archiver les sources orales d’Histinéraires

Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

« Auriez-vous un souvenir récent de vacances ou de loisirs à nous raconter ? »

C’est le thème choisi cette année dans le cadre des exercices de collectage réalisés par les stagiaires de la formation INA Expert organisée au mois de juin à Bry-sur-Marne.

Huit personnes, issues d’institutions, de collectivités territoriales et du monde associatif, ont suivi durant trois jours une initiation au collectage de paroles de témoins, à leur captation sonore et vidéo. Les idées de projets des uns et des autres étant déjà bien abouties, le besoin de formation était plus fort du côté de la campagne de collectage et de son environnement : quels partenaires techniques, quels moyens mobilisés et quand, quel contrat de cession de droits, pourquoi faire et enfin, comment construire sa grille d’enquête avec quelles questions et sous quelle forme (ouverte, fermée). Continuer la lecture de Collecter, produire et enregistrer des témoignages, formation INA Expert 2016

Histoire orale et « passés sans traces écrites »

Les 16 et 18 mars 2016 se tenait à l’Institut historique allemand (Paris) une conférence sur le thème Les passés sans traces écrites,  sous la direction de Lisa Regazzoni (Goethe-Universität, Frankfurt am Main). La problématique centrale de la conférence était de comprendre comment les savants, les historiens et les chercheurs des sciences historiques – de l’époque moderne à nos jours – ont abordé les « passés sans traces écrites ». L’objectif était de s’intéresser à la façon dont sont appréhendés ces passés et comment sont reconstruits encore aujourd’hui. Par concept « passés sans traces écrites » les organisateurs de cette conférence désignaient à la fois des évènements, des cultures ou encore des acteurs n’ayant laissé aucun témoignage écrit, voir pour lesquels aucun document écrit n’a été transmis ou conservé et appliquaient ce concept également à l’histoire de l’humanité avant l’apparition de l’écriture ainsi qu’à des groupes spécifiques de personnes qui n’ont, volontairement ou involontairement, laissé aucune trace écrite concernant leur culture actuelle et passée. Florence Descamps (EPHE) y était invitée  à présider une séance le 17 mars 2016 sous les auspices de l’histoire orale. Son intervention publiée ici a conservé ses caractéristiques orales.

L’histoire orale et les « passés sans traces écrites »
Quatre paradigmes,
quatre postures de l’histoire orale, hier et aujourd’hui
Colloque « Les passés sans traces écrites »

Introduction

Alors que la science historique a pendant près d’un siècle affirmé et imposé le primat de l’écrit et du document d’archive primaire pour établir la connaissance du passé, il nous semble qu’on peut considérer l’histoire orale, inventée dans les années 1960 et 1970, comme une tentative pour l’histoire en tant que discipline de prendre en charge les « passés sans traces écrites ». Il s’agirait alors autant d’une forme d’expansion de l’histoire vers des territoires et des objets de recherche qu’elle avait jusque-là laissés aux autres sciences sociales que de l’appropriation ou de l’apprivoisement de nouveaux outils d’investigation et de connaissance venus de ces mêmes sciences sociales.

Mais de quelles sortes de « passés sans traces écrites » s’agit-il ? Comment l’histoire orale les désigne-t-elle et se les approprie-t-elle ? Et ce faisant, comment recompose-t-elle la matrice méthodologique et épistémologique de l’histoire, notamment la relation concurrentielle et toujours sous tension des sources orales et des sources écrites ?

Il me semble que si l’on regarde l’histoire de l’histoire orale, on peut distinguer quatre démarches, qui sont apparues de façon bien distincte, mais qui aujourd’hui dans la pratique des enquêtes orales de terrain se mêlent le plus souvent. Quatre démarches dans lesquelles l’histoire orale, de façon intriquée, définit et qualifie les « passés sans traces écrites » auxquels elle veut accéder ainsi que son rapport aux sources tant orales qu’écrites. Quatre paradigmes qui sont autant de postures possibles pour l’histoire orale et dans lesquelles nous pouvons nous reconnaitre aujourd’hui:

I Premier paradigme : le paradigme militant ou la source orale contre la source écrite.

Ce premier paradigme a donné son identité historique à l’histoire orale telle qu’elle a été inventée et théorisée dans les années 1970. En effet, à compter de la fin du XIXème siècle et de l’installation des bases de l’école historique positiviste et méthodique française, la source orale a été saisie dans un rapport négatif et dissymétrique qui la désigne comme une ressource réservée aux peuples sans écriture, aux sociétés de culture orale, dont l’étude sont dès lors laissées à l’ethnologie, l’anthropologie et l’ethnographie, tandis que les sociétés de l’écrit se voyaient dotées de l’histoire, science des écritures et mémoire nationale institutionnalisée. Cette présentation fondée sur le couple antithétique écriture/oralité est largement une construction polémique, réalisée par les historiens oraux qui dans les années 1960 et 1970 ont voulu construire une autre histoire, une histoire alternative, mais alternative à quoi ? A l’histoire dominante, c’est à dire celle des dominants.

En effet, en Europe, à partir des années 1970, se développe une réflexion historiographique offensive, revendicatrice et militante autour de la source orale : les historiens oraux préconisent le recours aux interviews pour faire l’histoire de populations ou de groupes sociaux qu’ils désignent comme les « anonymes », les « invisibles », ou encore les « oubliés » de l’histoire. Pourquoi sont-ils des « oubliés de l’histoire » ? Pour trois raisons principales, nous disent les historiens oraux :

1) parce qu’ils ne savent ni lire ni écrire et qu’ils ne produisent donc pas d’écrits ; les analphabètes par exemple ;

2) parce qu’ils n’ont pas été objets d’écrits et qu’ils n’ont pas laissé de traces dans les archives;

3) et surtout parce que l’histoire telle qu’elle s’écrit à l’époque, – d’est à dire, l’histoire comme production d’un discours sur le passé – les ignore ou les exclut délibérément de ce récit national.

Ces affirmations sont nourries de l’idée que l’histoire en tant que récit sur le passé est aux mains des institutions et des classes dominantes et que les sources écrites, miroir et fruit de cette domination, passent sous silence l’existence de ces groupes sociaux, leur déniant tout rôle historique et tout intérêt historique. Dans cette perspective, l’histoire orale, en donnant la parole aux « sans voix », créée la possibilité d’une histoire autre tout en se faisant l’antichambre ou le support d’un projet politique et social de conscientisation et d’émancipation sociale et politique.

Des travaux comme ceux de Mercedes Vilanova sur les analphabètes catalans de la République espagnole se situent dans cette ambition ; on trouverait la même inspiration dans l’histoire orale de la classe ouvrière ou paysanne italienne (Giovanni Contini, Alessandro Portelli, Luisa Passerini), dans l’histoire orale américaine (Stud Terkel, Louis Starr)…En France, c’est plutôt l’histoire des femmes des années 1970 qui recueille ce type de problématique (Michèle Perrot, Françoise CribierYvonne Kniebiehler etc.) : les femmes sont absentes des sources écrites, donc il faut leur rendre leur existence historique par la source orale.

En réalité, je ne pense pas qu’il existait en France au XXème siècle, même dans sa première moitié chronologique, des groupes sociaux qui n’aient pas laissé de traces écrites, il suffit de penser aux archives policières, aux archives judiciaires, aux archives militaires, aux archives de l’éducation ou de la bienfaisance sociale ou plus simplement encore à la presse locale. Mais en réalité ce n’est pas tant l’existence ou non de sources écrites qui a conditionné le déploiement de cette histoire orale militante que l’idée que les historiens oraux se faisaient des archives : selon eux, quand bien même elles auraient existé, ces sources écrites n’étaient ni justes ni ajustées à l’objet étudié, elles reflétaient le point de vue des institutions, une histoire vue d’en haut, elles ne permettaient pas de saisir la réalité historique des groupes sociaux d’en-bas.

Dans ce cas, on ne peut donc pas parler de « passés sans traces écrites », mais plutôt de passé déformé par les traces écrites. En ce sens, la source orale ici s’inscrit en contre-point à la source écrite, voire contre la source écrite…

L’histoire orale américaine, canadienne, l’histoire orale en Amérique latine, celle qui est portée par l’association internationale d’histoire orale a conservé cette « option préférentielle » pour les pauvres, pour les anonymes, les humbles, les petits, les dominés. Les pays concernés par cette histoire orale se sont multipliés avec la montée des pays émergents, mais les populations interrogées et étudiées restent en grande partie les mêmes : toujours des paysans et des ouvriers analphabètes, toujours des sans-papiers, des migrants, des émigrés, des réfugiés et des exilés ; sans doute moins de résistants de la Seconde Guerre Mondiale, mais toujours des résistants, des militants anti-dictatures ou des membres des mouvements révolutionnaires, alternatifs ou dissidents1. A cet égard, actuellement en France, un des courants les plus dynamiques de l’histoire orale est celle de l’histoire orale de l’immigration, qui croise histoire urbaine, histoire de l’industrie et de la désindustrialisation, histoire du travail et de l’émancipation sociale, culturelle ou politique. Une histoire orale qui s’efforce également d’intégrer l’objet dans ses études, ce qui nous ramène à l’idée que pour saisir « les passés sans traces écrites », il faut non seulement recueillir la parole individuelle mais aussi les gestes et les objets, c’est à dire convoquer l’image, qu’elle soit fixe ou animée2.

Dans l’arborescence de cet axe de travail de l’histoire orale sur les « sans voix » et les « sans papiers », il faut faire une place à part aux « victimes » des grands traumatismes du XXème siècle, qui ont pris une place dominante dans l’histoire orale française à partir des années 1990 : au premier rang, les déportés, les survivants de la Shoah, les prisonniers des camps de travail ou des camps de détention politique, les victimes des guerres coloniales, civiles ou internationales…Dans ce programme, les témoignages individuels non seulement libèrent une parole opprimée, empêchée, clandestine ou rendue inaudible, mais révèlent ce que les archives institutionnelles écrites ne disent pas, taisent ou cachent volontairement. Le répertoire militant de l’histoire orale se loge aussi dans cette critique de la source écrite perçue comme trompeuse ou opacifiante.

II Le paradigme documentaire ou la source orale à la place de la source écrite.

Ce deuxième paradigme est plus modeste dans ses ambitions que le précédent, moins spectaculaire, moins bruyant, mais il a été très fécond et le reste aujourd’hui. A sa racine, on trouve l’affirmation ou le constat (exact ou erroné, peu importe) d’un passé dépourvu de traces écrites et la volonté pragmatique de pallier cette absence des sources écrites et plus particulièrement des archives, en contournant l’obstacle par la création d’autres sources d’informations, par la méthode des histoires de vie ou des récits de vie par exemple. On trouve cette volonté tant lors de la naissance de l’histoire orale vue d’en bas aux Etats-Unis grâce aux sociologues de l’université de Chicago William Thomas et Florian Znaniecki3 que pour l’histoire orale vue d’en-haut née après 1945 grâce à l’action d’Allan Nevins journaliste et historien, biographe et fondateur du département d’histoire orale de l’université de Columbia, qui constata en son temps la pauvreté des archives américaines sur le président Cleveland auquel il voulait consacrer une biographie et qui décida en conséquence de recourir aux témoignages oraux.

La source orale est ici une source-prothèse, une source palliative, fabriquée à l’échelle quasi-industrielle, corpus par corpus, thématique par thématique, groupe social par groupe social, un ersatz, destinée à suppléer au manque de sources écrites et très paradoxalement à créer de la source écrite, puisqu’à l’origine les interviews orales étaient transcrites et les bandes effacées pour pouvoir resservir. Comme si l’histoire ne pouvait s’écrire qu’avec des sources écrites, quitte à les produire par le subterfuge de l’oralité. Aujourd’hui ces corpus de témoignages oraux archivés et conservés sont tout autant des gisements de ressources documentaires que des corpus patrimoniaux, conservatoires de la mémoire d’un événement à un instant T et témoins-miroirs de la préoccupation mémorielle des contemporains.

Cette inspiration documentaire et palliative, c’est la motivation d’origine du département d’histoire orale de Columbia, c’est aussi en France la motivation du Comité d’histoire de la SGM en 1945-19504, du ministère de La Défense, du ministère des Affaires étrangères, de très nombreux comités d’histoire ministériels, d’entreprises et d’associations d’histoire d’entreprise ou de façon générale des institutions patrimoniales. Il s’agit de documenter les événements du passé pour lesquels les sources écrites n’existent pas ou plus, soit parce qu’elles ont été détruites, soit parce qu’elles sont inaccessibles ou lacunaires. Ce fut et c’est encore la grande motivation de nombreux chercheurs en histoire contemporaine : combler les trous et les interstices des archives ou contourner les délais de réserve qui empêchent la libre communication des archives.

Aujourd’hui, l’emprise bureaucratique de l’Etat a beaucoup augmenté, le filet des archives administratives s’étend désormais très largement jusqu’à la vie privée, et surtout les individus laissent désormais un nombre de traces écrites innombrables dans leur vie quotidienne. Existe-t-il encore dans nos pays occidentaux des « passés sans traces écrites » ? En conséquence, devant les masses d’archives et de sources imprimées, audiovisuelles et photographiques à disposition de l’histoire contemporaine, on pourrait imaginer que la motivation documentaire se soit atténuée ces dernières années, mais elle pourrait bien renaître du fait de la croissance des communications et des transmissions numériques, traces immatérielles, fragiles, éphémères et effaçables d’un seul clic…Car à l’heure du SMS, comment restituer les atermoiements et les émotions du processus décisionnel, en l’absence des petits mots manuscrits en marge d’un document d’archive ?

Mais surtout cette motivation documentaire, elle a été relayée et déployée par un troisième paradigme que j’appellerais le paradigme patrimonial ou mémoriel.

III Le paradigme patrimonial et mémoriel ou la source orale sans la source écrite

Le paradigme patrimonial et mémoriel se greffe sur le paradigme documentaire, mais il peut tout aussi bien avoir des racines dans le premier paradigme militant. Ce courant de l’histoire orale établit la source orale comme le moyen de construire des « monuments à la mémoire de », des monuments commémoratifs qui viennent fixer le souvenir d’un événement du passé, d’un groupe social, d’une personnalité individuelle, d’une institution, d’une technique ou d’une activité, et qui visent à en perpétuer la trace chez les générations futures en l’organisant (accessibilité, diffusion, documentation, esthétisation). C’est sans doute celui qui trouve aujourd’hui sa plus grande diffusion dans l’espace social, car il est à la fois porté par le mouvement de patrimonialisation qui a saisi la société française (patrimoine rural ou urbain, patrimoine industriel, patrimoine paysager etc.) et par les problématiques de mémoire nationale ou collective qui clivent cette même société (l’Occupation, Vichy, la guerre d’Algérie, la décolonisation, l’immigration etc.).

On trouvera ce répertoire dans les musées (musées d’histoire, musées ethnographiques, écomusées, mais aussi musées scientifiques ou techniques), dans les mémoriaux de la Seconde Guerre Mondiale, dans les institutions (publiques ou privées), dans les collectivités locales et dans tous les organismes à mission conservatoire (les Parcs naturels régionaux par exemple) et maintenant, sur les portails ou les plateformes internet qui commencent à se multiplier sous des termes divers comme « mémoire orale de » ou « paroles de ». Ce paradigme patrimonial et mémoriel de l’histoire orale se déploie dans des institutions nationales (le Mémorial de la Shoah par exemple) ou, au contraire, met en avant une forte identité territoriale (musée de pays, PNR) ; il mobilise la double charge émotionnelle de l’oralité et de la mémoire et en définitive, n’a pas besoin de la source écrite, il s’en passe même fort bien. En revanche, il affectionne l’objet, notamment dans le cadre des médiations culturelles, muséographiques ou scénographiques (cf. les biographies d’objets).

IV Le paradigme scientifique ou la source orale en interaction avec la source écrite.

Le quatrième et dernier paradigme est le paradigme scientifique est assez logiquement celui des chercheurs en sciences humaines et sociales, des laboratoires de recherche ou des universités.  Il consiste à dire :

1° que l’histoire orale ne dit pas l’histoire, mais produit pour l’histoire et à destination des historiens des matériaux, des documents à analyser, à critiquer et à interpréter , à l’instar des autres sources (opéré en France par Dominique Schnapper avec les archives orales de la Sécurité sociale en 1975-1980) ;

2° que l’histoire orale, ce n’est pas la source orale à la place de la source écrite ou la source orale contre la source écrite, mais l’intrication des sources orales et des sources écrites, en interrelation, en interaction, en convergence (ou en divergence) les unes avec les autres.

3° que ces matériaux peuvent en effet être construits et érigés en sources, mais selon des questionnements et des modes de validation appropriés et que c’est à l’historien ou au chercheur de trouver le moyen de faire « parler » ces documents, y compris « malgré eux »et « par-delà l’erreur et le mensonge » pour reprendre les mots de Marc Bloch dans l’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien.

Ce paradigme suppose en réalité une réflexion spécifique sur les apports cognitifs comparés de chaque source et sur leur fécondité respective : sources archivistiques primaires, sources imprimées, sources audiovisuelles, sources de presse, sources iconographiques, sources secondaires manuscrites ou témoignages oraux rétrospectifs, sources littéraires etc…. De fait on sait mieux aujourd’hui, après quarante ans d’histoire orale, pour quels types de sujets la parole des acteurs est la plus féconde ou la plus efficace: les biographies individuelles et les biographies collectives, la prosopographie des carrières ; l’invisible quotidien et ses « petits faits vrais » ; les conflits, les crises, les traumatismes et les violences ; le fonctionnement concret des systèmes de pouvoir, et plus encore les traces persistantes du vécu et du ressenti, des émotions, des sentiments, des valeurs et des croyances, bref tout ce qui relève des représentations des acteurs, à la fois voilées et épaissies du travail de la mémoire et du temps présent. Dans ce cas de figure, l’histoire orale ne se soucie plus de savoir si elle vient en rejet ou en remplacement de la source écrite, mais elle se conçoit avant tout comme le vecteur premier de l’expression de la subjectivité individuelle, d’un point de vue sur soi, sur les autres et sur le monde.

Pour conclure, je terminerai de façon plus personnelle en disant qu’il me semble que tout historien qui a recours à la parole des acteurs pour ses recherches manie peu ou prou les quatre démarches, selon des degrés qui lui sont propres : donner de l’existence et de l’épaisseur historique à des catégories d’acteurs méconnus, oubliés ou anonymes ; créer des matériaux documentaires nouveaux et complémentaires pour appréhender un passé qui lui semble incompréhensible faute de sources ou d’informations ; faire mémoire d’un monde plus ou moins révolu ; accéder à la subjectivité des individus…

Crédits photographiques de l’image à la une : Martin-Pena Area of Puerto Rico, 04/1972 par Ken Heyman, Archives nationales des Etats-Unis, pas de restrictions de droits connues.

  1. Cf. la BDIC qui en termes de collecte de témoignages oraux est passée chronologiquement de l’interview des résistants FTP-MOI aux militants FLN et aux algériens des cités bidonvilles de Nanterre et organise aujourd’hui une enquête sur les exilés chiliens… []
  2. Cf. la Cité pour la mémoire et l’histoire de l’immigration et tous les groupes de travail, toutes les associations qui multiplient la collecte de corpus, la création de portails de ressources en ligne et les collectes d’objets []
  3. Cf. Le Paysan Polonais 1918-1920 qui met en pratique la méthode des récits de vie []
  4. collecte de témoignages auprès des prisonniers, sur la Résistance, la déportation, les bombardements des villes et des civils []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

SAMEDI-La semaine de l’Open Access Week : Emile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

La phonothèque vous propose de découvrir un extrait de l’enquête « Émile Escalle, violoneux à Molines-en-Champsaur« .

En juin 2010, le petit fils  d’Émile Escalle avait retrouvé son grand père sur la base Ganoub et demandé une copie des enregistrements des différentes enquêtes avaient été déposées à la phonothèque. En février 2014, les ayants droits d’Émile Escalle (son fils et son petit-fils), heureux de diffuser la musique de tradition orale qu’il jouait, se sont rendu à la phonothèque de la MMSH et ont donné toutes les autorisations pour que les archives sonores puissent être diffusées en ligne.

L’enquête de ce corpus nous fait découvrir Émile Escalle violoneux1 et ses interprétations de divers rigodons, de mazurkas dont, de valses, des javas et des troïkas. Les airs issus de compositeurs qui ne sont pas dans le domaine public n’ont pas été mis en ligne. Emile Escalle  raconte la vie des violoneux dans la région de Molines en Champsaur et de l’intérêt des jeunes pour les instruments de musique et de la fabrication des violons dans cette région.

Nous vous proposons un extrait en ligne de cette enquête disponible également sur la base de données Ganoub .

Emile Escalle, violoneux à Moline-en-Champsaur, enquête n°  1532, Interprétation d’un air instrumental par Emile Escalle, n° item 1532-19, enregistré à Moline-en-Champsaur le 2 mai 1973, durée : 1 min45.

Crédit photographique: Watteau, Louis-Joseph, Français : Le violoneux (Palais des Beaux-Arts de Lille)., 1785. Own work. http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Lille_LJ_Watteau_violon.JPG. Domaine public.

  1. le terme de violoneux s’emploie pour un violoniste de village qui a appris la musique de bouche à oreille. []

A qui appartient l’histoire orale ? Proposition de solutions utilisant les licences Creative Commons

Ce texte est une traduction de l’article de Jack Dougherty et Candace Simpson : « Who Owns Oral History? A Creative Commons Solution », in Oral History in the Digital Age, edited by Doug Boyd, Steve Cohen, Brad Rakerd, and Dean Rehberger. Washington, D.C.: Institute of Museum and Library Services, 2012, http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/a-creative-commons-solution. Il est d’abord paru in Jack Dougherty (collectif), On The Line: How schooling, housing, and civil rights shaped Hartford and its suburbs (Hartford, CT: Trinity College, Fall 2011 web-book), http://OnTheLine.trincoll.edu, et partagé sous une licence Creative Commons BY-NC-SA. Cela signifie que vous pouvez réutiliser, partager et modifier ce texte si vous indiquez la citation originale (BY), pour une proposition non commerciale (NC), et que vous le partagez à l’identique (SA).

Qui est «propriétaire» des enregistrements réalisés dans le cadre de projets d’histoire orale ? Quand un témoin enregistré partage son histoire en réponse aux questions d’un enquêteur et que l’enregistrement et sa transcription sont déposés dans un centre d’archive, qui détient les droits sur ces sources historiques? Qui décide si oui ou non ils peuvent être partagées, cités dans une publication, ou téléchargés sur le web? Qui décide si une personne a le droit de gagner de l’argent en commercialisant un livre, une vidéo, un site où sera publié l’entretien ? Est-ce que les licences Creative Commons, mises au point par le mouvement du libre accès pour protéger le droit d’auteur, tout en augmentant la distribution publique, offrent une meilleure solution à ces questions que les protocoles existants dans le domaine de l’histoire orale ?

Les historiens de l’oral ont commencé à se poser ce type de questions lorsqu’ils ont été confrontés aux nouveaux défis posés par Internet. En novembre 2010, au moment de l’organisation du congrès Oral History in the Digital Age : law and technology le professeur Sheldon Halpern posa la question provocatrice : « Et vous, qu’est-ce que vous en pensez ? ». L’archiviste Troy Reeves, qui participait au colloque, réfléchit aux conséquences juridiques dans le domaine de l’histoire orale. Il y a désormais plus d’une décennie, lorsque les témoins accordaient un entretien d’histoire orale, ils signaient un formulaire de décharge qui les informait que l’enregistrement et la transcription audio / vidéo « resteraient sous la surveillance et le contrôle » d’une archive ou une bibliothèque. Celle-ci en détenait les droits de propriété et accordait  l’accès au public de façon appropriée. Mais le Web a modifié radicalement cette façon de procéder. De nombreux centres d’archives orales ont commencé à partager le contenu de leurs enregistrements en ligne ; et l’archiviste de dire  « cela vaut la peine de renoncer à un certain contrôle pour que plus de personnes utilisent les matériaux »1.  Notre réflexion s’appuie sur notre ouvrage, publié en libre accès, sur la façon dont Internet a transformé la profession de l’historien, Writing Historoy in the digital age  = Ecrire l’histoire à l’ère numérique2

Jack Dougherty et ses étudiants-chercheurs ont commencé à utiliser les licences Creative Commons dans les formulaires de consentement de d’histoire orale comme alternative aux protocoles traditionnels lorsqu’ils menaient des entretiens dans la région d’Hartford (Connecticut), dans les villes et les banlieues du réseau des écoles de Trinity College. Plusieurs entretiens sont présentés dans le web-book librement accessible en ligne : On the Line: How Schooling Housing, and Civil Rights Shaped Hartford and its Suburbs ; la totalité de la collection sonore, au format numérique, est conservée et accessible au Trinity College3. En mêlant les interprétations scientifiques, l’écoute d’entretiens et d’autres fonctions interactives, ce web-book raconte la façon, dont dans ces quartiers, les sociétés immobilières ont maintenu la ligne de démarcation raciale, les prêts au logements se sont alignés sur cette frontière, les familles ont cherché des logements en fonction des cartes scolaires et des militants se sont battus pour traverser, redessiner ou effacer ces frontières. Cet essai a d’abord été présenté en 2012, dans le cadre d’une discussion plus large, sous le titre Whose Civil Rights Stories on the Web? = Où en est l’histoire des droits civiques sur le Web ? lors du congrès conjoint de l’OAH (Organization of American Historians) et du NCPH (National Council on Public History)4.

Jack Dougherty

Au milieu des années 1990, j’ai commencé à conduire des entretiens dans le cadre de ma thèse sur les militants Afro-américains de la réforme scolaire à Milwaukee5. J’ai enregistré des récits de vie, j’ai suivi des protocoles standardisés proposant des formulaires de consentement et de dépôt institutionnel et j’ai tenu ma promesse de transcrire les entretiens et de fournir un exemplaire de cette transcription et de l’enregistrement à chacun des 60 participants qui avaient bien voulu partager leur histoire. Mais ces «bonnes pratiques» dans le domaine m’ont laissé insatisfait. A l’origine, je m’étais dirigé vers l’histoire orale et l’histoire publique en l’envisageant comme une forme de responsabilisation collective de l’histoire des droits civiques. Or les guides de bonnes pratiques m’obligeaient à demander aux témoins enregistrés – ceux là même qui m’avaient librement offert leurs récits –, de renoncer à certains de leurs droits.

A cette époque, le guide de référence que j’utilisais pour rédiger les formulaires de consentement s’appuyait sur la brochure de l’OHA (Oral History Association) de John Neuenschwander : Oral History and the Law = L’histoire orale et la loi, qui a depuis été publié dans une édition augmentée6. Sur la question juridique de la propriété intellectuelle, au moment où l’entretien est enregistré dans le cadre d’une enquête orale, le témoin détient initialement le droit d’auteur. Mais, la pratique en vigueur consiste à lui faire signer un formulaire de consentement pour transférer ses droits. Comme l’explique John Neuenschwander « La grande majorité des historiens de l’oral (et de leur programmes de recherche) est de sécuriser  à un moment donné le transfert du droit d’auteur du témoin par la signature d’un accord juridique qui l’en libère »7. Il propose ainsi plusieurs exemples de contrats en annexe de son ouvrage. La Déclaration de l’OHA sur les Principles and Best Practices = Principes et bonnes pratiques va dans le même sens puisqu’elle attend de chaque participant à un projet d’histoire orale de suivre la procédure standard après une entretien :

« L’enquêteur doit obtenir un formulaire d’autorisation par l’informateur, qui doit être signé après chaque session d’enregistrement ou à la fin du dernier entretien avec le témoin, qui transfère les droits du témoin au centre d’archive ou à l’organisme désigné. »8. En m’appuyant sur ces informations, et si je comprenais bien les questions de copyright, dans le cas où je voulais réaliser une transcription de mes entretiens et les citer librement dans mes publications scientifiques, il valait mieux pour moi opérer un transfert du droit d’auteur et exclure le témoin de ces questions.

Mais quelle affligeante ironie : en tant que chercheur blanc appartenant au mouvement des droits civiques, mon formulaire de consentement exigeait des activistes afro-américains de signer « pour renoncer » à leurs droits sur leur propre histoire. A cette époque, le meilleur arrangement que je pouvais envisager était de proposer deux étapes, parce que je travaillais avec deux centres d’archives. Ainsi, je proposais d’abord aux témoins  dans mon formulaire de consentement de me transférer directement leurs droits, et à mon tour, je faisais don des enregistrements et des transcriptions à deux institutions:  le Wisconsin Black Historical Society/Museum (une organisation du Wisconsin tournée vers des publics locaux qui était la mieux placée pour partager ces histoires orales avec la communauté afro-américaine) et les archives de la bibliothèque de l’Université de Wisconsin-Milwaukee (une institution majoritairement blanche, mieux financée et mieux équipée pour partager cette histoire sur les réseaux Internet émergents le plus largement possible). J’ai volontairement réalisé ce partenariat avec les deux centres d’archives, et tenu ma promesse de donner les enregistrements et les transcriptions aux deux parties, pour contrecarrer les générations précédentes d’universitaires blancs et de journalistes, venus dans la communauté noire de Milwaukee chercher des « scoop » dans leurs histoires, tout en ne laissant aucune trace derrière eux. La version 1995 de mon formulaire de consentement incluait ces phrases, paraphrasée de la brochure de Neuenschwander datant de1993 :

Je suis d’accord pour être interviewé et enregistré par Jack Dougherty, dans le cadre de sa thèse sur l’histoire récente de l’éducation afro-américaine à Milwaukee. A la fin du projet de recherche, les bandes originales et les transcriptions seront versées aux Archives Urban Milwaukee de l’Université de Wisconsin-Milwaukee ainsi qu’à la Black Historical Society Museum / Wisconsin. Ces documents seront identifiés par mon nom, et mis à la disposition du public à des fins scientifiques et éducatives, sauf exceptions figurant ci-dessous…

J’accorde également à Jack Dougherty tous les droits d’auteur et de propriété littéraire dans cet (ces) enregistrement (s) ainsi que leur utilisation dans toute publication ou pour toutes reproduction, qu’il s’agisse des transcriptions, des index ou des instruments de recherche produits par cet (ces) enregistrement (s) .

Ma participation à ce projet est entièrement volontaire, et je peux me retirer à tout moment avant sa conclusion et le don des matériaux aux Archives.

Cochez ici pour recevoir gratuitement un exemplaire de l’enregistrement

Cochez pour recevoir une copie de la transcriptions (totale ou partielle). Vous pourrez la relire et préciser vos paroles.

Pourtant, je restais frustré avec ce langage juridique qui impliquait un transfert de droit d’auteur. A mes yeux, la formulation était un mal nécessaire pour conserver ces histoires orales dans des centres d’archives universitaires (dont le personnel me poussait à utiliser ce formulaire de consentement) et me permettre de citer les entretiens dans mon ouvrage (ainsi que l’exigeait mon éditeur). Naturellement, de nombreux noirs de Milwaukee étaient sceptiques ou réticents lorsque j’expliquais les termes du formulaire de consentement. Nombre d’entre eux exprimaient une profonde inquiétude en devant renoncer à leurs droits sur leurs récits de vie, alors que je leur assurais que ce n’était pas le cas. Quelques-uns ont accepté d’être enregistrés, mais n’ont pas signé le formulaire. D’autres ont refusé d’être interrogés. Un témoin m’a convaincu, après l’entretien, de rédiger un formulaire de consentement spécifique préservant son droit d’auteur et m’a accordé la permission de citer des passages précis dans mon ouvrage, sans étendre les droits, comme aux centres d’archives. Finalement, plus de soixante participants à ce projet d’histoire orale ont accepté de signer mon formulaire de consentement, et je leur en suis reconnaissant. Certains ont signé en échange d’un exemplaire gratuit de l’enregistrement et de la transcription, les considérant comme une contribution à leur propre histoire de familiale. D’autres ont été motivés par l’intérêt public de conserver et de partager leurs histoires de droits civiques par un ou plusieurs centres d’archives partenaires. Toutes ces discussions m’ont mis au défi de réfléchir plus profondément sur la question du bénéficiaire de cet arrangement contractuel. Si des militants avaient partagé librement leurs récits sur les droits civiques avec moi, avais-je le droit d’en tirer profit en tant qu’historien ? Cette démarche a élargi ma réflexion sur l’histoire orale et le bien public, et après avoir bénéficié d’un contrat d’édition universitaire, j’ai retourné ma part des droits (et, par la suite, l’argent reçu d’un prix) à la Black Historical Society Museum / Wisconsin pour qu’ils puissent continuer leurs travaux d’histoire.

En tant qu’étudiant diplômé dans le milieu des années 1990, et au regard de ce que je savais de l’histoire orale et du droit d’auteur, c’était la meilleure forme de consentement éclairé que je pouvais imaginer. Avec le recul, des alternatives auraient mérité plus de considérations. Par exemple, j’aurais pu élargir l’autorisation de transfert des droits d’auteur en ajoutant une ligne pour que les témoins puissent bénéficier du droit d’utiliser leurs propres entretiens au cours de leur vie. Mais l’ajout de cette clause ne résolvait en rien le problème latent de transfert de la propriété du droit d’auteur vers les ayants droit à la fin de leur vie9. Une autre alternative que j’aurais pu explorer aurait été de demander aux témoins de placer leurs entretiens dans le domaine public. Mais cette option aurait impliqué l’élimination totale de leurs droits en vertu du droit d’auteur ; et d’autant plus, qu’à cette époque, je ne trouvais aucun exemple de cette approche par les historiens de l’oral. Dans ces circonstances, au milieu des années 1990, ce formulaire de  consentement était le meilleur que je pouvais rédiger10. Il m’a toutefois laissé un goût amer et a accentué ma volonté de trouver un meilleur modèle pour l’avenir.

Candace Simpson

Lorsque j’ai commencé à travailler sur le projet On The Line public history web-book au cours de l’été 2011, une de mes missions était de mener des entretiens enregistrés dans le cadre d’enquêtes orales réalisées avec des militants des droits civiques à Hartford. À ce moment là, notre équipe de recherche avait cessé d’utiliser les formulaires de consentement conventionnels (qui demandaient aux témoins de « se défaire de tous leurs droits sur les entretiens) et elle commençait à utiliser un nouveau formulaire développé par Jack Dougherty à partir des licences Creative Commons. Pour aller vite,  les Creative Commons proposent des licences standards qui permettent à l’auteur original de conserver ses droits, tout partageant largement son oeuvre avec le public. L’auteur peut ajouter certaines restrictions, s’il le désire. Initialement publiées en 2002 avec le soutien du Center for the Public Domain, il y a maintenant six types de licences Creative Commons :

La forme actuelle de contrat de consentement que nous utilisons pour les enregistrements réalisés dans le cadre d’enquêtes orales utilise la licence Paternité – Pas d’Utilisation Commerciale – Partage à l’Identique accompagnée de ces phrases clés :

Je suis d’accord, d’être enregistré volontairement dans le cadre de cette étude d’histoire…

Je comprends que mon entretien (et d’autres éléments ci-dessus) peut être distribué au public à des fins éducatives, y compris toute autre forme comme l’impression, la programmation publique, et la diffusion sur Internet.

Je suis également d’accord pour partager librement mon entretien (et d’autres éléments ci-dessus) aux termes de la licence Creative Commons « Paternité-Pas d’Utilisation Commerciale-Partage à l’identique 3.0 ». Cela signifie que je conserve mon droit d’auteur, mais que le public peut librement copier, modifier et partager ces documents à des fins non commerciales dans les mêmes termes, si elles incluent les informations de la source originale enregistrée.

En retour, l’enquêteur envoie une copie gratuite de l’enregistrement de l’entretien, de la transcription, et des articles connexes à mon adresse ci-dessus.

Nous préférons le formulaire de consentement Creative Commons (CC), car le droit d’auteur est clairement aux mains de la personne enregistrée dans le cadre de projets d’histoire orale, mais il nous permet également de partager librement l’enregistrement et la transcription sur notre site web et dans notre centre de ressources, où chacun peut copier et diffuser les matériaux en indiquant les crédits et la source originale. Dans notre formulaire de consentement destiné aux enregistrements d’histoire orale,  nous avons ajouté la restriction « Pas d’Utilisation Commerciale », afin d’assurer aux témoins que personne ne pourra vendre leurs entretiens. Ainsi que la FAQ du site des Creative Commons l’indique, une fois qu’une licence CC est appliquée à un document, elle ne peut pas être révoquée. Toutefois, toutes les licences CC sont non-exclusives, ce qui signifie que le titulaire du droit d’auteur (dans ce cas, le témoin) peut accorder des licences supplémentaires pour d’autres éléments (comme par exemple un livre ou un film à but commercial)11. En outre, les licences CC ne limitent pas les dispositions « fair use » du droit d’auteur américain, ce qui signifie que tout autre auteur pourra utiliser l’œuvre originale avec les mêmes droits, en la citant. Par ailleurs, les licences CC sont de plus en plus utilisées par des institutions majeures, fondées sur la connaissance, comme le projet OpenCourseWare du Massachusetts Institute of Technology (MIT) et la Public Library of Science (PLoS). En conclusion, il nous semble que cette combinaison d’outils sur la propriété intellectuelle – droit d’auteur traditionnel lié aux licence Creative Commons – correspond mieux à notre objectif principal qui est la conservation des matériaux historique et l’éducation du public, ce que ne fait pas le droit d’auteur traditionnel.

À Hartford, un entretien d’histoire orale, que nous avons mené avec Elizabeth Horton Sheff, militante de l’intégration scolaire, mérite d’être mentionné. Elle a repris notre format de consentement Creative Commons en allant plus loin et en renégociant ses termes, juste avant que nous ne commencions notre enregistrement vidéo. Horton Sheff était d’accord avec notre objectif de conserver pour le bien commun son enregistrements réalisé dans le cadre de programme d’enquêtes orales, mais sa principale préoccupation était d’éviter d’être citée hors contexte ; elle avait vécu cette expérience avec des journalistes dans le passé. Elle voulait que son entretien puisse être disponible dans son intégralité sur le web et ne souhaitait pas que soit possible la création de versions modifiées ou l’obtention d’extraits. Par chance, Horton Sheff connaissait bien les licences Creative Commons parce que son fils travaillait dans le monde de la musique indépendante. Elle a donc demandé la restriction « pas de produits dérivés », et au moment de l’entretien, nous avons modifié la licence sur le formulaire de consentement en indiquant la licence CC By Attribution-Pas d’Utilisation Commerciale-Pas de travaux dérivés. C’est ainsi que son entretien enregistré en vidéo et la transcription apparaissent dans le centre d’archive numérique du Trinity College, mais respectent sa restriction puisque nous avons bloqué la possibilité pour les utilisateurs de télécharger une copie de la vidéo (rendant ainsi rendre plus difficile la possibilité de créer une version modifiée)12. Bien entendu n’importe qui peut déplacer le curseur du lecteur vidéo sur leur navigateur Web pour n’en regarder qu’une partie (par exemple de la 28e à 32e minute). En outre, n’importe qui peut télécharger la transcription de l’interview, et citer le texte sous les directives de « fair use ».

Nous ne prétendons pas que les licences Creative Commons peuvent résoudre toutes nos questions au sujet de « qui possède » des enregistrements réalisés dans le cadre d’enquêtes orales, et nous ne prétendons en rien avoir une quelconque expertise en droit de propriété intellectuelle. Toutefois, l’histoire orale est en quête d’alternatives et nous pensons que cette combinaison – copyright traditionnel et licence Creative Commons – répond à nos besoins pour préserver à la fois les droits des témoins en tant qu’individu mais aussi le partage de la connaissance avec le public.

Nous vous invitons à nous envoyer vos questions, vos commentaires ou à nous proposer d’autres exemples de projets d’histoire orale qui utilisent les licences Creative Commons.

 

Crédits photographiques : Enquête oral dans le cadre d’un stage sur la collecte à Dar-es-Salam (Tnazanie), septembre 2005; photogr. de V. Ginouvès, CC by-nc-sa.

 

Traduction de Véronique Ginouvès, mai 2012.

  1. Troy Reeves, “What Do You Think You Own,” in Oral History in the Digital Age, 2012, http://ohda.matrix.msu.edu/2012/06/what-do-you-think-you-own. []
  2. Writing History in the Digital Age a born-digital, open-review volume edited by Jack Dougherty and Kristen Nawrotzki, Mai 2013, University of Michigan Press, 59p. []
  3. Jack Dougherty and colleagues, On The Line: How Schooling, Housing, and Civil Rights Shaped Hartford and its Suburbs. Web-book preview edition. Hartford, CT: Trinity College, Fall 2011, http://OnTheLine.trincoll.edu; Oral History Interviews, Cities Suburbs and Schools Project, Trinity College Digital Repository, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp. []
  4. “Whose Civil Rights Stories on the Web?” roundtable session at Organization of American Historians/National Council on Public History joint meeting, Milwaukee, WI, April 20, 2012, available from the Trinity College Digital Repository, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp_papers/40. []
  5. Jack Dougherty, More Than One Struggle: The Evolution of Black School Reform in Milwaukee (University of North Carolina Press, 2004). Voir les différents liens sur le site de l’auteur, http://caribou.cc.trincoll.edu/depts_educ/struggle/, et “More Than One Struggle Oral History Project Records,” University of Wisconsin-Milwaukee archives, http://digital.library.wisc.edu/1711.dl/wiarchives.uw-mil-uwmmss0217. Some interviews  have been digitized and included in the March on Milwaukee Civil Rights History Project website, http://www4.uwm.edu/libraries/digilib/march/index.cfm. []
  6. John Neuenschwander, Oral History and the Law, revised edition. (Oral History Association Pamphlet series no. 1, originally published 1985, revised 1993), mis à jour et renommé en Neuenschwander, A Guide to Oral History and the Law (New York: Oxford University Press, 2009). []
  7. Neuenschwander, A Guide to Oral History and the Law, p. 64. He also cites case law that the copyright may be jointly held by the interviewee and interviewer. []
  8. Oral History Association, “Principles and Best Practices”, 2009, http://www.oralhistory.org/do-oral-history/principles-and-practices/ []
  9. Je me souviens que l’une des raisons de pas inclure cette clause dans le formulaire de consentement a été que, dans mon esprit à ce moment-là, je craignais que le libellé proposé à partir de la brochure de l’association d’histoire orale de 1993 (p. 46) mette l’accent sur la mort du témoin, faisant fuir certains de mes participants : “Je vous autorise à copier, utiliser et publier ma mémoire orale en partie ou en totalité jusqu’à la date de ma mort ou [insérer la date].”  Au contraire, l’édition 2009 de Neuenschwander’s 2009 edition (p. 116) comprend des éléments de langages beaucoup plus accés sur le vivant du témoin : “[En contrepartie de la cession d’auteur], le Centre me concède une licence non exclusive pour utiliser mon entrevue / s au cours de ma vie.” []
  10. Dans l’édition 2009 de Neuenschwander’s il y a maintenant cette phrase, rédigée dans un langage simple : “En faisant ce don, je comprends parfaitement que mon(mes) entretien(s) ne sera(ont) pas protégé(s) par copyright qu’il s’agisse de moi-même ou du programme d’histoire orale, mais sera(ont) placé(s) immédiatement dans le domaine public. Cette décision est destinée permettre une utilisation maximale de(des) entretiens(s) par les futurs chercheurs” (p. 85). []
  11. “How Do CC Licenses Operate?” Frequently Asked Questions, Creative Commons,http://wiki.creativecommons.org/FAQ. []
  12. Elizabeth Horton Sheff, Oral history interview on Sheff v. O’Neill (with video) by Candace Simpson for the Cities, Suburbs, and Schools Project, July 28, 2011. Available from the Trinity College Digital Repository, Hartford Connecticut, http://digitalrepository.trincoll.edu/cssp_ohistory/16. []

Enregistrer sur le terrain : questions d’éthique et de droit

Depuis 2011, le groupe de travail  « Ethique et droit pour la diffusion des données numériques en SHS » travaille à la rédaction d’un guide de bonnes pratiques. Pour mieux connaître les pratiques des chercheurs et des ingénieurs sur ces questions, plusieurs journées d’étude ont été organisées à la MSH de Tours par Crevilles.org (26 septembre 2011), à la MMSH d’Aix-en-Provence (29 novembre 2011), à la MSH de Dijon (19 juin 2012). Les premiers textes commencent à paraître ; ils s’appuient sur ces journées et sur les ateliers d’écriture qui ont été organisés (à la MMSH et à la MESH de Lille).

Pour être au plus près d’une écriture collective, le groupe a choisi de publier ses premiers textes sur un carnet de recherche en invitant les lecteurs à réagir et à les commenter afin de les compléter ou les éclairer par d’autres expériences. Le guide a l’ambition de porter sur toute la chaîne de production, de conservation, de traitement et de diffusion des matériaux d’enquête en SHS par des centres de ressources. Les premiers billets portent sur les entretiens de terrain : quatre viennent d’être publiés sur le carnet A propos d’éthique et de droit sur la question de la préparation du terrain. Vos commentaires sont attendus !

– Peut-on librement diffuser la parole publique ?, 7 novembre 2013 http://ethiquedroit.hypotheses.org/811

– Qui est l’auteur de la transcription d’une enquête de terrain enregistrée ?, 21 mai 2013 http://ethiquedroit.hypotheses.org/711

– Bien rédiger un contrat de cession de droit pour un enregistrement de terrain, 9 mars 2013, http://ethiquedroit.hypotheses.org/545

– Le contrat, un pacte entre le témoin et l’enquêteur… et une nécessité juridique, 28 février 2013, http://ethiquedroit.hypotheses.org/516

– Publier la parole des témoins. Exigences scientifiques et respect des données personnelles, 18 janvier 2013,  http://ethiquedroit.hypotheses.org/397

– Matériaux pour une enquête orale : préambule, 4 décembre 2012, http://ethiquedroit.hypotheses.org/280

Crédits photographiques : photographie prise le 12 juillet 1967 au nord-ouest du Burundi, près du site de la nécropole royale de Budandari. L’informateur est  Sekere, issu d’une lignée de gardiens de ces sites funéraires royaux. L’enquêteur est Jean-Pierre Chrétien, alors professeur à l’ENS de Bujumbura, accompagné d’Emile Mworoha, à l’époque étudiant en histoire à la même ENS de Bujumbura, et dont la famille est originaire de la région de Budandari. La photo a été prise par un autre accompagnateur  lors de ce déplacement, proche d’Emile Mworoha. Le contexte intellectuel de cette enquête peut être retrouvé dans l’article Les tombeaux des bami du Burundi : Un aspect de la monarchie sacrée en Afrique orientale, publié en collaboration avec Emile Mworoha dans les Cahiers d’études africaines, n° 37, 1970, 1, pp.40-79 (“Les tombeaux des bami du Burundi : un aspect de la monarchie sacrée en Afrique orientale”). Diffusion avec l’aimable autorisation de Jean-Pierre Chrétien.

A propos des archives sonores ethnographiques de la British Library

L’UNESCO vient d’inscrire les collections sonores ethnographiques de la British Library (BL) dans le Memory of the World International Register, une sorte d’inventaire international de la mémoire du monde qui peut s’apparenter – pour les documents et les archives – à la liste des sites du patrimoine mondial. C’est une belle reconnaissance de cette collection sonore mais aussi du travail des archivistes qui ont oeuvré non seulement à sa numériser mais aussi, et surtout, à sa mise en ligne. Vous pouvez ainsi écouter en interrogeant la base Archival Sound Recordingsdes complaintes gaéliques enregistrées en 1908, des airs irlandais sifflés (1915) ou encore des chants et des musiques de l’Inde de la fin du 19e siècle et du début du 20e.

Pour cette mise en ligne, l’équipe du département des archives ethnomusicologiques de la BL, sous la direction de Janet Topp-Fargion, a mené une réflexion sur les questions de droit et d’éthique, en travaillant en collaboration avec la World Intellectual Property Organization (WIPO ) et en particulier l’IGC ou Intergovernmental Committee on Intellectual Property and Genetic Resources, Traditional Knowledge and Folklore.  Au moment de l’interrogation des archives ethnomusicologiques, une déclaration conjointe WIPO/BL s’affiche pour les internautes. Cette déclaration, sorte de charte juridique pour les collections, pourrait être intéressante à reprendre sur un site d’archives sonores du même type, si ce n’est en l’état en tout cas dans l’esprit : le texte pourra être discuté lors des réunions de travail qui s’annoncent dans le cadre de la rédaction du Guide de bonnes pratiques sur les questions de  droit et d’éthique pour la diffusion des données en SHS. Je tente ici une traduction, n’hésitez pas à faire d’autres propositions à travers les commentaires.

« La British Library a numérisé ses collections sonores dans un but de conservation mais aussi afin que ces enregistrements puissent être diffusés et utilisés dans le cadre d’exploitations non commerciales pour la recherche, l’éducation ou toute autre utilisation qu’elle soit privée ou appartenant au cercle familial. Ces collectes sont des matériaux sensibles sur la culture de différentes sociétés, enregistrés au cours de recherches ethnographiques. Ainsi, ces enregistrements ne doivent pas être modifiés ou utilisés d’une façon qui pourrait heurter  les communautés autochtones et locales qui sont dépositaires mais aussi vecteurs de la musique traditionnelle et de leurs chants, des savoir faire, des contes, des spectacles et autres matériaux créatifs que l’on trouve dans ces enregistrements sonores.

La British Library, ainsi que ceux qui ont contribué à la constitution des collections, est certes détentrice de la propriété intellectuelle de la numérisations des documents  sonores et propriétaires des supports mais elle reconnait des droits plus étendus à tous ceux qui ont transmis ce patrimoine culturel immatériel, ainsi qu’à ceux qui sont considérés comme les « gardiens traditionnels » de ces matériaux – en vertu des lois nationales, coutumières ou autre -, qu’il s’agisse de musiques, de paroles ou de autres créations enregistrés dans ces collectes. C’est pour cela que, pour toute réédition ou utilisation commerciale de tout ou partie de ces matériaux, il est obligatoire d’obtenir  le consentement préalable de la British Library, comme de tous ceux qui ont contribué à la création de l’archive, mais aussi des « gardiens » de ces cultures.

La British Library est très attentive à la prise en compte des sensibilités culturelles et des interdits religieux en lien avec les sociétés auxquelles appartiennent les témoins enregistrés. Lorsque elle détient les information identifiant l’enregistrement, la British Library le documente le mieux possible, en indiquant en particulier le lieu et la date de de la prise de son, les noms des interprètes, des compositeurs et de tous les témoins qui transmettent leurs savoirs, leurs récits, leurs musiques ou leurs chants. La British Library s’applique à ne jamais déformer ou altérer de quelque façon que ce soit ce matériau. Toutefois, si un représentant d’une communauté ou une communauté se sent lésée par la numérisation et la mise à disposition de ces matériaux, la British Library invite la communauté à la contacter afin d’engager une discussion et résoudre la situation à l’amiable.

 

The following statement has been prepared together with the World Intellectual Property Organization

The British Library has digitised these collections of recordings and made them available purely for the purposes of safeguarding them and for making them available for non-commercial research, study and private enjoyment. The collections include culturally sensitive materials, among them ethnographic sound recordings. These recordings should not be altered or used in ways that might be derogatory to the indigenous and local communities who are traditional custodians of the traditional music, lyrics, knowledge, stories, performances and other creative materials embodied in the sound recordings.

While the British Library, or contributors to its collections, may be the owner of intellectual property in the digitisations of the sound recordings and in the sound recordings themselves, the Library recognises that broader rights and interests in intangible cultural heritage, including traditional music and other creative materials embodied in the sound recordings may, under national, customary and other laws, reside with the traditional custodians of such materials. Therefore the prior informed consent of the British Library and/ or other contributing third parties, as well as the traditional custodians is required for the republication and commercial use of part or whole of these materials.

The British Library always seeks to take account of cultural sensitivities and any religious or other restrictions in the recordings its possesses and/or owns. Where possible, the location and date of the recording, the names of original performers and traditional custodians of the music, and the lyrics, knowledge, stories and performances embodied in the sound recordings have been identified. The Library takes considerable care not to distort or alter this underlying material in any derogatory way. In the event, however, that any community or community representative feels aggrieved by the digitisation and making available of these materials, the British Library invites such community to contact it via the link below in order to resolve the matter amicably through mutual discussion.

 

A propos des collections sonores de la British Library lire aussi http://phonotheque.hypotheses.org/4517

Crédits photographiques : vue extérieure de la Bristish Library, Londres, février 2011, Véronique Ginouvès.