Archives par mot-clé : décolonisation des archives

Une enquête dans le cadre de l’ANR PICCH – Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage

Dans le cadre du projet Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage1, l’équipe de l’Université d’Oslo organise une enquête par questionnaire afin d’étudier les pratiques et les besoins d’information des usagers qui consultent les archives sonores et audiovisuelles, en particulier celles de l’INA en lien avec un sujet étant lié (même faiblement) au passé colonial ou aux aspects post-coloniaux plus contemporains. Le questionnaire offre également la possibilité de participer à un entretien en visioconférence d’une durée de 20 minutes en anglais pour celles et ceux qui le souhaitent.

Continuer la lecture de Une enquête dans le cadre de l’ANR PICCH – Polyvocal Interpretation of a Contested Colonial Heritage

  1. L’ANR PICCH est une ANR intégrée aux “Initiatives de programmation conjointe” ou IPC, en anglais JPI, de recherche européenne. Elle est coordonnée par Daniela Petrelli. []

Avent 2021 – Le fonds Akoli Daouel, une introduction à la culture orale nigérienne

Il y a dans l’idée que rien au monde n’est assez
unique pour ne pas pouvoir entrer dans une liste,
quelque chose d’exaltant et de terrifiant à la fois. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.167

Akoli Daouel, né en 1937 à Tchingarène, département d’In-Gall, dans la région d’Agadez (Niger), est un ancien journaliste et homme politique nigérien. Issu d’une famille d’éleveur de bétail dont le père était chef de tribu, il devient dans les années 1960, le premier infirmier touareg du Niger. Son parcours, au cœur du moment de la décolonisation, est marqué par les évolutions liés au besoin d’élite formée dans un pays naissant : infirmier, journaliste, homme de radio, enseignant, entrepreneur dans le domaine du tourisme, acteur politique. Sa vie politique débute en 1970 et se continue avec quelques interruptions jusqu’en 2001 où il occupe deux postes de ministre sous deux gouvernements différents . Pendant cette période, il occupe plusieurs postes à responsabilité  mais il est aussi journaliste ; il couvre les déplacements d’Hamani Diori, devenu le premier président de la République du Niger en 19601. Entre 1961 et 1963, sa carrière de journaliste le mène à devenir directeur de la station régionale de Radio Niger d’Agadez puis, après 1974, il devient directeur des programmes de La Voix du Sahel2. En 1981, il est le directeur d’une société d’Etat, la Société Nigérienne de Télévision (SNT), qui a commencé à introduire la réception en noir et blanc des émissions télévisées au Niger. Continuer la lecture de Avent 2021 – Le fonds Akoli Daouel, une introduction à la culture orale nigérienne

  1. Fiche wikipédia, « Akoli Daouel » : https://fr.wikipedia.org/wiki/Akoli_Daouel []
  2. A la suite du coup d’Etat de Seyni Kountché, Radio Niger, créé en 1958, devient La Voix du Sahel en 1974. Cette station dépend depuis 1967 de l’Office de radiodiffusion-télévision du Niger – ORTN. []

Séminaire sur l’enquête-collecte : pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels (1925-1943)

Durant le séminaire sur l’enquête-collecte, qui s’est déroulé entre 2014 et 2019 et décrit dans sa globalité dans cet article, une des 9 journées thématiques était nommée “Documenter la nature”. Elle était consacrée aux collections naturelles des musées (herbiers, animaux, objets végétaux) ainsi qu’à leur collecte par les ethnologues. Au total, trois conférences ont été présentées durant cette journée. Nous avons choisi de vous présenter celle de Julien Bondaz, anthropologue et maître de conférence à l’université Lyon 2.

Julien Bondaz a intitulé son intervention : Collecter et documenter la nature : «Des témoins desséchés, comme les plantes d’un herbier». Les pratiques d’herborisation des premiers ethnologues professionnels. (1925-1943) dont vous pouvez retrouver la notice dans la base de la phonothèque en cliquant ici. Dans cette conférence, Julien Bondaz nous présente les débuts d’une discipline  de l’ethnologie aujourd’hui reconnue : l’ethnobotanique. Au début du XXe siècle, les universités financent des ethnologues pour une mission particulière : faire des recherches et étudier les écosystèmes dans les colonies françaises en Afrique, notamment la flore, afin de trouver des “plantes tropicales utiles” pour les secteurs de l’alimentation ou du textile.

Il évoque aussi des grandes figures comme André-George Haudricourt (1911-1996), botaniste et ethnologue, ou le célèbre Marcel (1872-1950) ont joué un rôle prépondérant dans l’établissement de ces “premières pratiques d’herborisation”. A une époque où l’ethnologie connaît un grand intérêt auprès des pouvoirs publics et du monde universitaire, les herbiers décrivant les écosystèmes tropicaux sont aujourd’hui conservés dans des musées comme le Museum National d’Histoire Naturelle.

Extrait de la conférence de Julien Bondaz1

Dans cette conférence, Julien Bondaz fait un panorama historique de cette période mouvementée, mais également trouble, de l’ethnologie au début du XXe siècle. Il explique en détails les origines de cet objet qu’on connaît un peu tous, mais sans jamais s’y être trop penché : les herbiers.

Non seulement ce travail peut intéresser n’importe quel amateur d’ethnologie ou de botanique, mais elle peut aussi apporter de précieux renseignements aux étudiants des filières de l’ethnologie et d’anthropologie. En effet, ces disciplines scientifiques ont été très dynamiques durant la période que décrit Julien Bondaz. conférence de donne à entendre plusieurs clés de compréhension sur l’histoire coloniale, le rôle des universitaires ou des musées qui intéressera certainement les amateurs comme les spécialistes du domaine.

Julien Bondaz a donné l’autorisation de diffusion de sa conférence. Les métadonnées qui la décrivent et l’enregistrement sont consultables sur le site de la phonothèque en cliquant ici.

Stevie KOLODZIEJ, M2 au sein du Master Histoire, parcours métiers des archives, bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques.

  1. l’usage du casque audio est conseillé en raison de la faible qualité de l’enregistrement. []

Vers la décolonisation des archives sonores enregistrées en Asie du Sud-Est

Dans le cadre de l’appel à projet Cultural Heritage, Identities and Perspectives: Responding to Changing Societies – CHIP1, un consortium de recherche comprenant la France, les Pays-Bas et la Grande Bretagne, conduit par Barbara Titus et MJ meLê Yamomo – University of Amsterdam, a été sélectionné pour un projet européen de 3 ans (2021-2024). Le projet DeCoSEAS – Decolonizing Southeast Asian Sound Archives2 propose d’améliorer la connaissance, la compréhension et la diffusion de trois fonds emblématiques localisés en Europe comprenant des enregistrements de musiques et de sons rares provenant d’Asie du Sud-Est. Ces collections sont réputées au niveau international en termes de quantité, de qualité et de diversité or elles restent peu accessibles, et en particulier pour les publics extra-européens.

Consulter le site du projet : https://www.decoseas.org
Continuer la lecture de Vers la décolonisation des archives sonores enregistrées en Asie du Sud-Est

  1. Voir : https://www.heritageresearch-hub.eu/homepage/joint-programming-initiative-on-cultural-heritage-homepage/joint-programming-initiative-on-cultural-heritage-about/ []
  2. Vers la décolonisation des archives sonores d’Asie du Sud-Est – Decolonizing Southeast Asian Sound Archives (DeCoSEAS) – 2021-2024,  A Joint Programming Initiative on Cultural Heritage and Global Change (JPICH) Initiative de Programmation Conjointe pour le patrimoine culturel et le changement global. []