Archives par mot-clé : digital humanities

Le patrimoine écrit était à l’honneur à Albi les 27 et 28 juin 2017

Les journées du patrimoine écrit qui se sont déroulées à Albi, les 27 et 28 juin dernier, ont été riches d’enseignements et d’échanges. La première journée était consacrée aux dernières actualités et au patrimoine mis en danger et la seconde présentait les thématiques actuelles et leurs liens avec le patrimoine ainsi que les expériences qui font l’actualité autour de leurs fonds. Continuer la lecture de Le patrimoine écrit était à l’honneur à Albi les 27 et 28 juin 2017

Appel à contribution : connecter les savoir des bibliothèques, des archives, des musées et des galerie d’art (Morelia, novembre 2017)

Le deuxième congrès international des archives numériques de l’UNAM (Universidad Nacional Autónoma de México) aura lieu les 9 et 10 novembre 2017 sur le thème : Connecter les savoir des bibliothèques, des archives, des musées et des galerie d’art.

Il sera organisé par l’Instituto de Investigaciones Bibliotecológicas y de la Información (IIBI), l’Escuela Nacional de Estudios Superiores Unidad Morelia (ENES Morelia, UNAM ), en collaboration avec la direction générale des bibliothèques du Mexique (DGB) et le Laboratorio Nacional de Materiales Orales (LANMO) ainsi qu’avec les programmes de Master de bibliothéconomie, de bibiologie et d’IST de UNAM, de l’université informatique de Madrid (UCM)  et  de l’Escuelade Altos Estudios en Comunicación Educativa (ESAE) de l’Instituto Latinoamericano de la Comunicación Educativa (ILCE).  L’ensemble de ces institutions vous convient à envoyer vos contributions au colloque international. Continuer la lecture de Appel à contribution : connecter les savoir des bibliothèques, des archives, des musées et des galerie d’art (Morelia, novembre 2017)

Participez à l’enrichissement des archives sonores au salon Innovatives SHS !

L’équipe de la phonothèque vous attend mercredi 17 et jeudi 18 mai , à Marseille, Parc Chanot , Palais de l’Europe pour des ateliers participatifs organisés dans le cadre du salon Innovatives SHS.
Les inscriptions sont gratuites mais obligatoires, ici. Continuer la lecture de Participez à l’enrichissement des archives sonores au salon Innovatives SHS !

Billets d’étudiants du parcours médiation de l’histoire & humanités numériques (Master professionnel AMU)

Les étudiants de la promotion 2016-2017 du Master 2 professionnel « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques » d’Aix-Marseille Université viennent de publier une série billets sur le carnet de leur Master. Ils reprennent différentes thématiques des enseignements qui leur ont été dispensés au cours du premier semestre. Une belle occasion de découvrir les contenus des cours mais aussi de mieux faire connaître ce diplôme. À un moment où les professions d’archivistes et de bibliothécaires convergent,  au coeur des mutations imposée par le numérique,  la spécificité de ce Master est essentielle pour comprendre les nouveaux métiers qui s’offrent aux étudiants qui seront sur le marché du travail à la rentrée prochaine. Continuer la lecture de Billets d’étudiants du parcours médiation de l’histoire & humanités numériques (Master professionnel AMU)

Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

Dans le cadre du Master 1 « Métiers des archives et des bibliothèques. Médiation de l’histoire et humanités numériques », j’ai eu l’occasion de découvrir et de travailler autour des Postes de Consultation Multimédia de l’Institut national de l’audiovisuel. Depuis janvier 2016, deux PCM sont disponibles à la médiathèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme. Ils offrent un accès exceptionnel aux archives du patrimoine audiovisuel français. Le 27 juin 2016, la journée de découverte « Visual Studies et Méditerranée »1 a officiellement inauguré ces postes Les interventions des chercheurs et des professionnels du monde de l’audiovisuel ainsi que l’atelier pratique ont permis de décliner les usages des PCM. Cette rencontre met en perspective l’exploitation du dépôt légal de l’Ina dans le cadre de la recherche en Sciences humaines et sociales. Continuer la lecture de Un accès exceptionnel aux archives de l’Ina à la médiathèque de la MMSH

  1. Les Visual Studies sont un courant de recherche apparu au début des années 1990, qui englobe la pluralité des phénomènes que recouvrent les notions de vision, de visualisation et d’univers visuels. Pour en savoir plus : http://www.cnrs.fr/inshs/recherche/RTP-Visual-Studies/definition.htm [] []

Humanités numériques en Tunisie

Dans le cadre du cycle de conférences sur les Digital Humanities en Méditerranée de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme  – MMSH1 le 17 juin 2016 a été consacré à la Tunisie. La matinée organisée en 4 temps a été retransmise en visio conférence avec l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès (Tunisie) : après une brève introduction Nicole El Ajmi-Granet 2 a présenté les deux conférenciers, Hédi Jallab, directeur des archives nationales de Tunisie, et Kmar Bendana, historienne à l’Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine – ISHTC qui sont intervenus puis un débat s’est s’installé avec le public d’Aix-en-Provence et de Gabès.

En introduction, Nicole El Ajmi-Granet  a présenté le service où elle travaille actuellement, qui rassemble des collections de niveau recherche sur l’histoire de la colonisation française et l’histoire de la Méditerranée arabo-musulmane à l’époque ottomane :

Depuis Gabès, Olfa Njima, la directrice de l’Institut Supérieur des Arts et Métiers, a salué l’auditoire, exprimant son intérêt pour cette première visioconférence sur un sujet comme les humanités numériques pour lequel les étudiants tunisiens ont beaucoup d’attentes en terme de formation, espérant que de tels échanges pourront se renouveler :

Hédi Jallab, directeur des Archives nationales de Tunisie (ANT), a présenté son institution et la méthodologie impulsée depuis la révolution tunisienne avec un focus sur le nouveau projet numérique. Un portail permettra bientôt de rechercher en ligne tous les documents numérisés ces dernières années par les ANT :

Kmar Bendana, historienne à l’Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine – ISHTC3. Insistant sur l’importance de la place des historiens et des des enseignants dans une société en révolution, elle a présenté son carnet de recherche et le livre qui en est issu  :

Un débat extrêmement riche entre les intervenants, les participants aixois et gabésiens a suivi chacune des conférences, avec la conviction profonde que de tels échanges devaient pouvoir continuer à se faire.

27719550341_fefb590c94_z

Billet rédigé par Enzo di Marzo (Master1, métier des archives des bibliothèques, médiation de l’histoire et humanités numériques) et Elliott Tregan (stage de 2de au lycée Thiers).

Cite this article / Citer ce billet : Enzo di Marzo et Elliott Tregan « Humanités numériques en Tunisie, » in Les carnets de la phonothèque, 19 juillet 2016, https://phonotheque.hypotheses.org/19704.

Crédits photographiques : image à la une prise d’une mosaïque romaine du musée national du Bardo (Tunisie) représentant Virgile – domaine public, photographie de la salle où s’est tenue la conférence avec la retransmission vers Gabès, photographie d’Eliott Tregan, CC-BY.

  1. Ces conférences sont organisées par le LabexMed et le Pôle image/son pratiques du numérique en SHS depuis 2014 dans l’objectif est de mieux connaître l’évolution des usages du numérique dans la recherche sur l’aire méditerranéenne []
  2. Responsable du pôle histoire, des études Moyen Orientales et du Cadist – Centre d’acquisition et de diffusion de l’information scientifique et technique SCD AMU []
  3. L’ISHTC est affilié à l’université de la Manouba et relève du Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique, son actuel directeur est Faouzi Mahfoudh, historien, l’institut tunisien cherche à promouvoir l’enseignement et la recherche sur l’histoire du mouvement national Tunisien []

Une matinée sur les humanités numériques en Tunisie le 17 juin 2016 à la MMSH

En collaboration avec le LabexMed et le Pôle image/son pratiques du numérique en SHS, un cycle de conférences sur les Digital Humanities en Méditerranée a été entamé en 2014 avec l’objectif est de mieux connaître l’évolution des usages du numérique dans la recherche sur l’aire méditerranéenne. Après les DH en Espagne puis en Grèce, cette année l’atelier portera sur la Tunisie et se tiendra le 17 juin 2016. Il se déroulera sous forme de discussion entre Hédi Jallab (directeur des archives nationales du Tunisie) et Kmar Bendana, (Institut Supérieur d’Histoire de la Tunisie contemporaine /Université de La Manouba). Les intervenants seront présentés par Nicole El Ajmi-Granet (responsable du Pôle Histoire , des études moyen-orientales et du Cadist – SCD AMU) .

Les Archives nationales de Tunisie : des traditions solides, des ambitions légitimes. Par M. Hédi Jallab (directeur des archives nationales du Tunisie)

Crées en 1874, avant l’établissement du protectorat Français, les Archives Nationales de Tunisie ont une longue histoire et de solides traditions dans la gestion des papiers de l’Etat. Depuis le 02 aout 1988 les Archives nationales ont pour mission de veiller sur la bonne application du système national de gestion des documents et d’archives. Placée sous la tutelle du Présidence du Gouvernement, cette institution œuvre avec les services de gestion de documents et d’archives aux différents ministères et administrations publiques pour la bonne gestion des documents à travers les étapes de leur cycle de vie : dés leur création jusqu’à l’élimination ou la conservation définitive. Elle conserve les documents à valeur historique ou scientifique, organise leur communication au public en tant que source de recherche et une partie intégrante du patrimoine national. Les Archives Nationales se mettent au diapason des nouvelles technologies de l’information et de la communication par la mise en ligne d’un site web dynamique présentant l’activité de l’institution, ses missions et attributions, les textes juridiques qui organisent le domaine ainsi que les différents fonds qui y sont conservés. Les références relatives à ces fonds sont enregistrées dans deux bases de données bilingues consultables en ligne. Un effort de micro filmage et de numérisation est assuré depuis quelques années. Les Archives Nationales assurent également la présidence du comité national pour les documents électroniques institué par arrêté du 1er ministre en date du 14 janvier 2004. Ce comité a pour mission de mettre en place une stratégie nationale de gestion et d’archivage de ces documents selon les normes internationales de création, d’identification, d’utilisation et de leur conservation à long terme.

Kmar Bendana (Institut supérieur d’histoire de la Tunisie contemporaine, université de la Manouba) :  Autour de l’usage du blogging scientifique d’une historienne tunisienne, dans le contexte post-2011. Comment les Digital Humanities entrent-elles en résonance avec les besoins des chercheurs dans un environnement politique qui bouscule les formes et supports du questionnement scientifique ? La « découverte » de ce mode de communication s’avère en phase avec les possibilités et les besoins d’échange qui s’ouvrent après 2011. La rigidité des formes de communication et le manque d’espaces de débat confèrent à l’outil une utilité immédiate qui permet à son utilisatrice d’expérimenter un ton nouveau, de toucher un lectorat plus large et de questionner sa discipline, l’histoire, en relation avec le présent observé.

Quelques références pour préparer la séance :

– HCTC, Histoire culturelle de la Tunisie contemporaine (carnet de recherche) : http://hctc.hypotheses.org/

– Kmar Bendana à La Fabrique de l’histoire, émission « L’histoire à l’ère du numérique » : http://www.franceculture.fr/emissions/la-fabrique-de-l-histoire/l-histoire-l-ere-du-numerique

– « Libre accès et communication scientifique directe : retours croisés sur une expérience de blog en contexte tunisien », Kmar Bendana et Delphine Cavallo, in Libre accès et recherche scientifique : vers de nouvelles valeurs, actes de la Conférence internationale sur le libre accès (Tunis, 2014), pp. 188-203 : http://icoa2014.sciencesconf.org/37942/document

L’atelier est gratuit et ouvert à tou-te-s merci de remplir le formulaire en ligne pour vous inscrire.

Cet atelier sera retransmis par visioconférence en Tunisie, à l’Institut Supérieur des Arts et Métiers de Gabès : http://www.isamgb.rnu.tn

 

Crédits photographiques : image extraite d’un ouvrage de la  British Library : Tunis. Land und Leute geschildert… comportant  40 Illustrations. La photographie « à la une  » est prise page 8 et date de 1882 (domaine public).

La phonothèque de la MMSH au Forum Méditerranée le 18 mars 2016

Le 18 mars 2016 à 14h, l’équipe de la phonothèque sera présente au Forum de la Méditerranée, qui se tiendra à Marseille du 17 au 19 mars à la Villa Méditerranée et au MuCEM.
Ce forum des études méditerranéenne est piloté par le LabexMed, en collaboration avec les labex ArcHiMedE, OT-Med et Resmed, et en partenariat avec le MuCEM. Il a pour but de présenter les projets développés par les laboratoires d’excellence dans le champ des sciences humaines et sociales avec un focus sur la Méditerranée.

Le forum s’organise en 8 sessions thématiques déclinées ainsi :
Session 1 – Systèmes productifs, circulations,interdépendances, évolutions
Session 2 – États, droits, appartenances
Session 3-1 – Humanités numériques et Méditerranée – Espace
Session 3-2 – Humanités numériques et Méditerranée – textes et archives
Session 4 – Patrimoines : enjeux, pratiques,représentations
Session 5-1 – Religions et pratiques sociales –Espaces sacrés et rites : archéologie,production et transmission
Session 5-2 – Religions et pratiques sociales –sources écrites : interprétations et controverses
Session 6 – Savoirs et langages
Session 7-1 – Environnement, sociétés,territoires – Vulnérabilité et transformations environnementales
Session 7-2 – Environnement, sociétés,territoires – Étude des écosystèmes
Session 8 – Exposer la Méditerranée :recherches et musée

La communication de la phonothèque s’inscrira dans le cadre de la session 3-2 : « Humanités numériques et Méditerranée – Textes et archives » qui se tiendra le Vendredi 18 mars 2016, 14h00-17h00 (Villa Méditerranée, salle 1). Elle représentera le LabexMed en mettant à l’honneur le corpus sonore des “Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros en 1922” à travers une communication intitulée “La catastrophe d’Asie-Mineure : usages scientifiques et mémoriels d’un corpus d’archives sonores” et présentée par Véronique Ginouvès, Ariane Néroulidis et Hélène Loukou.

Milad Doueihi (Université    Paris    Sorbonne – Université    de    Laval) sera le modérateur de cette séquence de l’après-midi, riche en présentation de projets numériques :

  • Robert Alessi (Orient    &    Méditerranée / Resmed) Réalisation    en xml d’un lexique grec-arabe-grec ;
  • Didier Alexandre (Université     Paris-Sorbonne / Obvil) : Mesures  de  la Méditerranée dans les corpus littéraires français (1750-1950) ;
  • Sébastien Biston-Moulin (CFEETK / ArcHiMedE) : Le     projet     Karnak : Système d’Indexation des  textes hiéroglyphiques ;
  • Muriel Debié (IRHT / Resmed)) : Voyager dans les manuscrits    syriaques  de  la Méditerranée orientale hier et aujourd’hui :    disciplines de l’érudition et humanités numériques.
  • Véronique Ginouvès, ArianeNéroulidis, Hélène-Giorgiana Loukou (USR 3125 / LabexMed) : La catastrophe de  Smyrne : usages    scientifiques et  mémoriels d’un corpus d’archives    sonores ;
  • Isabelle Régen (ASM / ArcHiMedE), OlivierOnézime et Gaël Pollin (IFAO / ArcHiMedE) : Apports de la photogrammétrie à la documentation des monuments pharaoniques : le cas de la tombe-bibliothèque du prêtre Padiaménopé (Thèbes, 7es. av. J-Chr.) ;
  • Frédéric Servajean (ASM / ArcHiMedE) : VÉgA : vers une pratique    collaborative    de    la    lexicographie à l’ère du numérique ;
  • Daniel Stoekl Ben Ezra (Orient & Méditerranée / Resmed) : CT-Mishna : un    projet    d’édition    numérique    d’un texte    juridique de l’Empire romain.

Retrouvez le programme intégral (en PDF) et le résumé des communications (également en PDF) sur le site officiel de l’événement.

Crédits photographiques : Vue en reflet du MuCEM, Ariane Néroulidis, janvier 2016, CC BY NC

Autour des humanités numériques à Aix-Marseille Université

Où en est-on à l’AMU en matière d’humanités numériques?

Le 26 novembre 2015, une matinée a été organisée, dans la continuité d’un atelier qui avait eu lieu le 12 décembre 2014 sur les questions des “Données en SHS : production, entrepôt, diffusion”.

L’objectif de cette seconde journée était double : permettre aux acteurs des  humanités numériques à AMU de se rencontrer et de se connaître, mais aussi  présenter les activités de l’université de Pise (Italie) où a été créé un Master orienté vers les digital humanities.  En effet, un des projets de l’organisateur de ces rencontres, le PR2I1 Humanités d’AMU,  est de mettre en place un enseignement spécialisé dans ce domaine au sein d’AMU.   Autour de ces questions, la matinée – en présence de Sophie Bouffier, directrice de la MMSH – était animée  par Philippe Blache, directeur du laboratoire Parole et langage (LPL) et Patrice Bellot (Laboratoire des Sciences de l’Information et des Systèmes – LSIS) / OpenEdition). Alessandro Lenci2 invité par le PR2I pour représenter l’Université de Pise . Trois grands axes ont structuré les présentations :
1/ Les différentes initiatives existantes dans le domaine des Humanités numériques par différents acteurs au sein d’AMU ;
2/ La présentation du cursus Humanités numériques à l’Université de Pise par le professeur Alessandro Lenci ;
3/ Les perspectives à AMU en termes de recherche et de formation dans le domaine des Humanités numériques.

Après une brève introduction de Philippe Blache sur la nécessité de développer les Humanités numériques au sein de l’université, Patrice Bellot  a fait une rapide présentation d’un l’acteur central dans le domaine au CNRS, la TGIR Huma-Num, et de ses services.  Puis ont été présentés les  projets émanant de différentes structures et laboratoires de recherche de l’AMU :

*le LEST (Laboratoire d’Economie et de Sociologie du Travail)
a présenté deux associations : l’AIM (Association Information et Management) et l’AGeCSO (Association pour la Gestion des Connaissances dans la Société et les Organisations)

* le LID2MS (Laboratoires interdisciplinaires de droit, des médias et des mutations sociales) a mis en avant ses deux missions : réfléchir aux conséquences du développement du numérique sur les savoirs juridiques et accompagner la création et la connaissance des normes juridiques susceptibles d’encadrer les Humanités numériques

* TELEMME (Temps, Espaces, Langages, Europe Méridionale, Méditerranée) a présenté la base de données d’Ex-Voto provençaux réalisée par Eric Carroll à partir du fonds iconographique issue de la recherche de Bernard Cousin.

* ArkeoGis  Système d’Information Géographique (SIG) pour mutualiser les données géolocalisées de l’archéologie et de la géographie a été présenté par Loup Bernard (MSHA).

* Abdelmajid Arrif (USR 3125) a présenté le projet en cours de réalisation CINUMED (Cité Numérique de la Méditerranée), un  portail de ressources numériques fédérées en SHS sur la Méditerranée

* Bernard Bel a présenté SLDR (Speech and Language Data Repository), développé dans le cadre d’ORTOLANG (Outils et Ressources pour un Traitement Optimisé de la LANGue), exemple de mutualisation et archivage des données de la recherche

* Judith Hannoun (Maison Asie Pacifique) a présenté ODSAS (Online Digital Sources and Annotation System), une plateforme d’archivage et d’annotation utilisée par le CREDO, Centre de Recherche et de Documentation sur l’Océanie

* La Sonothèque « Sons du Sud » est développé au sein du département SATIS (formations aux métiers de l’image et du son). Elle propose une base de données à destination des professionnels du secteur de l’audiovisuel, constituée d’ambiances sonores du bassin méditerranéen

* Au sein de PsyCLE (Centre de Recherche en Psychologie de la Connaissance, du Langage et de l’Émotion), UserLab : laboratoire d’analyse de l’utilisabilité et des usages des nouvelles technologies, étude instrumentée des activités collectives

* L’équipe de la phonothèque de la MMSH (représentée par Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) a présenté la valorisation de ses archives sonores de la recherche à travers différentes plateformes : Isidore, Calames et Europeana sounds, rendue possible grâce à l’interopérabilité de sa base de données Ganoub. En terminant sur la question de l’archivage sur le long terme des données de la recherche par le CINES.

* Enfin l’archivage du web a été abordé à travers un sujet de thèse (soutenue le 12 décembre 2015), présentée en moins de 180 secondes ! – par Sophie Gebeil du laboratoire TELEMME sur « Les mémoires de l’immigration maghrébine sur le Web ».

Le diaporama de la présentation de la phonothèque est disponible ci-dessous :

Dans un second temps a été abordé le sujet de la formation dans le domaine des humanités Numériques à travers l’exemple de l’Université de Pise, représentée par Alessandro Lenci . Depuis 2002, le département de Philologie, littérature et linguistique, en collaboration avec le département d’informatique, propose un cursus axé sur les Digital Humanities : Informatica Umanistica.

Il propose une Licence en tronc commun et un Master donnant le choix parmi 4 parcours :
Edition électronique
Graphisme, interactivité, environnements virtuels
Knowledge management
Technologie du langage

La présentation d’Alessendro Lenci est acessible en ligne.

Ce billet est l’occasion de présenter également un nouveau master de l’Université d’Aix-Marseille tourné vers les Humanités avec une orientation différente par rapport au cursus proposé par l’université de Pise puisqu’il est tourné vers les métiers de l’information. En effet,  le master métiers des archives et des bibliothèques et médiation de l’histoire et humanités numériques propose une formation à la gestion des outils documentaires, des matériaux historiques et des sources utiles à l’historien. Ce master fait le pari de la convergence des métiers de l’information et de leur orientation vers les humanités numériques et et la médiation. La formation est conçue en partenariat étroit avec des professionnels des collectivités locales impliqués dans des missions culturelles (musées, bibliothèques, centres d’archives, acteurs des médias, etc.) permettant l’acquisition des savoirs par des cours théoriques mais aussi une professionnalisation grâce à des stages en situation et des apprentissages techniques.

D’autres formations diplômantes orientées vers les Digital Humanities pourraient être bientôt créées au sein d’Aix-Marseille Université. D’autres réunions seront organisées pour réfléchir à ces futurs enseignements et les organiser.

Crédits photographiques : 
Tyne & Wear Archives & Museums, Office workers in the 1970’s. https://www.flickr.com/photos/twm_news/9717154582/. Pas de restrictions de droits. 

  1. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []
  2. Alessendro Lenci est  professeur agrégé au département de philologie, littérature et linguistique de l’Université de Pise et directeur du  Laboratoire :  linguistique et informatique (CoLing Lab). Il est également chercheur associé de l’Istituto di Linguistica Computationale du CNR (ILC- CNR) à Pise et un membre de l’ILC au Dylan Lab-CNR. []

Compte-rendu de la formation ANF Huma-Num 2015

La TGIR Huma-Num organise et soutient différentes actions de formation autour des Digital Humanities dont des Actions de Formation Nationale (ANF). En 2014, une ANF avait été organisée par Huma-Num autour du thème du Web sémantique (voir le programme). Cette année c’est l’interopérabilité qui a été au cœur des discussions à travers la problématique suivante : “Gérer les données de la recherche : de la création à l’interopérabilité”.

Cette formation a eu lieu à Fréjus du 21 au 25 septembre 2015. Voir le programme détaillé.

Qu’est-ce que la TGIR Huma Num ? Cette très grande infrastructure de recherche est avant tout un ensemble de services destinés à mieux gérer les données de la recherche : afin de stocker, traiter, diffuser, archiver, signaler et exposer ces données.

Alors que la plateforme d’accès Isidore offre un signalement des documents et données numériques en SHS via le processus de moissonnage, l’outil de Nakala permet une exposition des données par les producteurs de données. L’occasion pour Huma-Num de présenter son nouveau service destiné à éditorialiser ces données sous forme d’un “pack bibliothèque numérique” intégrant le logiciel de gestion OMEKA1 à Nakala.

Cette session 2015 a permis la présentation du nouveau directeur d’Huma-Num, Olivier Baude, qui depuis le 1e septembre remplace Marc Renneville.

La conférence inaugurale a été portée par Valérie Tesnière, directrice de la BDIC2, qui a proposé une mise en perspective des professionnels de l’IST impliqués dans l’interopérabilité et pris dans un véritable tournant numérique.

Durant cette formation aux aspects techniques, il a été question de standards (DC, EAD, IPTC…) et de syntaxe d’écriture (XML, RDF, JSON), de  protocole OAI-PMH, de formats de fichier pérennes3 et d’outils permettant de les identifier (DROID, JHOVE, Facile…), de référentiels (IdRef, VIAF, ISNI…) d’identifiants uniques (Purl, Handle, DOI, ARK) et de Web des données : des triplets RDF à l’interrogation SPARQL, en passant par le modèle de données SKOS4

Des retours d’expériences variés ont été partagées : développement de l’application mobile Isidore par Adrien Desseigne, élaboration de bonnes pratiques pour l’encodage des textes en TEI par Vincent Jolivet dans le cadre du consortium CAHIER5, exploitation des données de data.bnf par Philippe Glorieux, membre du Labex OBVIL6. Véronique Ginouvès a présenté des exemples de pratiques d‘interopérabilité au sein d’une phonothèque de recherche.

 

La conclusion de cette semaine  a été menée par Nicolas Larousse et Stéphane Pouyllau sur l’évolution des données et des métadonnées dans la sauvegarde, en soulignant le besoin de documenter le plus possible la donnée. Les services proposés par Huma-Num doivent permettre de répondre à ces impératifs, tout en anticipant  “les ruptures de charge” pour éviter les risques de perte de données et d’incompatibilité des formats dans le processus de transfert des données, du stockage vers l’archivage sur le long terme.

À la fin de ces quelques jours de formation, les stagiaires étaient sensibilisés aux différents aspects de l’interopérabilité grâce à quelques règles à suivre dans le cadre d’un programme de recherche, à savoir :  décrire les métadonnées et savoir anticiper sur sa localisation et son stockage,  choisir les bons formats et  standards à suivre pour préparer le dépôt des données dans les structures adaptées comme le CINES7 et enfin définir et comprendre la complexité des métadonnées qui peuvent être indexées par couches sémantiques.

Pour suivre le fil Twitter #interop2015

Vous pouvez lire  d’autres comptes-rendus sur les Carnets d’Hypothèse :

Alambic numérique – Le blog de la bibliothèque numérique de Clermont-Ferrand

Consortium Archives des Mondes Contemporains – Inventaires et documents numériques

 Crédits photographiques : Ouverture de la semaine de formation ANF-Huma-Num, le 21 spetembre 2015, Fréjus. Photographie de Marine Soubrié. Pas de restrictions de droits.

 

 

 

  1. Omeka est un logiciel Open Source qui se situe à l’intersection entre des systèmes de gestion de contenu web (CMS) comme Drupal ou WordPress, des systèmes de gestion d’archives comme Fedora ou Dspace et des systèmes de gestion de musées tels que TME ou KE Emu. []
  2. Un atelier sur les outils numériques de la BDIC sera proposé le 16 novembre 2015 par le Labexmed []
  3. Voir le Référentiel Général d’Intéropérabilité (RGI) produit par le Système d’Information de l’Etat []
  4. Simple Knowledge Organisation System []
  5. Corpus d’auteurs pour les humanités : informatisation, édition, recherche []
  6. Lien vers son Carnet de recherche []
  7. Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur []