Archives par mot-clé : disque

DIMANCHE – La semaine de l’Open Access Week : Les anonymes du field recording

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Le 6 septembre 2014, l’émission Culture Musique sur France Culture diffusait une émission sur le thème De l’archet universel au mastering des Daft Punk, avec Vincent Segal, violoncelliste, et Chab, musicien et ingénieur du son.

À la 50ème minute et 17 secondes, Vincent Segal évoque une situation qui se retrouve dans de nombreux document sonores réalisés dans le cadre d’enquêtes de terrain : trop souvent le témoin qui interprète l’oeuvre orale enregistrée est complètement anonyme. Les enquêteurs sont toujours indiqués, les ingénieurs du son aussi. Mais les noms de ceux qui chantent, qui jouent ou qui racontent apparaissent rarement sur les jaquettes de disques ou les emballages de bobines. Cela fait aussi partie du travail de la phonothèque de la MMSH, ce travail de fourmi pour retrouver les noms de tous ceux qui ont été enregistrés au fil du temps sur le terrain des ethnologues ou des historiens,  pour que leur parole puisse être entendue librement – en accord avec les règles éthiques et juridiques -.

Le dernier jour de la semaine de l’Open Access Week vient  rendre hommage à tous les anonymes du field recording à travers cet extrait de l’intervention Vincent Segal transcrit du podcast de l’émission :

« On disait Field Recording en anglais, c’est à dire c’est l’idée d’enregistrer dans les champs,… et c’est ce que je prône pour la plupart du travail que je fait.  A l’époque c’était effectivement fait comme un  travail d’archive et en fait j’ai toujours été touché… parce que, comme c’était enregistré en mono avec un seul micro, on entend l’environnement autant que le chanteur et les instruments et en fait il n’y a pas de mixage, c’est à dire que c’est comme ça… Il y a les collections de Radio France, d’Ocora, je les ai en vinyles, je les adore (…), j’ai les collections du Musée de l’homme, et en 78 tours, celles de la  mission Ogooué, au Congo et au Gabon (…).

Il n’y a pas longtemps un ami m’a dit :
« Je voudrais que tu me donnes ta chanteuse préférée…  »
Et je lui ai donné  – mais j’ai fait exprès, mais ce n’était pas un jeu… -je lui ai donné cette jeune fille qui chante sur le bord du fleuve et je lui ai dit « C’est ma chanteuse préférée… personne ne saura jamais comment elle s’appelle »

Parce qu’en fait ce qui ce qui est assez triste c’est que l’ingénieur du son son nom est marqué,.. c’est marqué le nom des ethnologues… mais par contre les gens ont dit « Une jeune fille chante au bord de la rivière ». Ça c’est la tristesse un peu de cette époque. C’est à dire qu’ils le savaient bien… Je suis sûr, que les gens qui ont enregistré savaient qu’ils avaient des chef d’oeuvre en face mais on ne saura jamais comment elle s’appelle. Souvent dans ces collections là il y a plein de chanteurs que j’écoute et je suis souvent très ému mais je ne saurai jamais qui est la personne qui chante. (…) On ne saura jamais qui chante et ce sont des chefs d’oeuvre. »

Crédits photographiques de l’image « à la une » : [Girl by river] photographie de Scott, Winfield, ca. 1895-1910. Collection : Thomas Hudson Thatcher collection of Mexico and Texas photographs. Service to Southern Methodist University – SMU Central Universities Libraries. Pas de restrictions de droit connues.  

#DisquaireDay

Depuis 7 ans, le troisième samedi du mois d’avril se fête le « Disquaire Day » ou « Record Store Day »1 : concerts, sortie de vinyles et en particulier de tirages limités, signatures et échanges chez les disquaires,… une belle occasion d’écouter, de pratiquer et de parler musique. A suivre sur Facebook et Twitter et en prime une carte de France pour trouver votre disquaire. http Afficher Music Play – Disquaire indépendant sur une carte plus grande Crédits photographiques : [Portrait of Milt Gabler, Herbie Hill, Lou Blum, and Jack Crystal, Commodore Record Shop, New York, N.Y., ca. Aug. 1947] (LOC) Gottlieb, William P., 1917-, photographer. Persistent URL: hdl.loc.gov/loc.music/gottlieb.01631. Rights Info: Mr. Gottlieb has dedicated these works to the public domain, but rights of privacy and publicity may apply.

  1. L’idée vient des Etats-Unis mais s’est rapidement diffusée en Europe []

« Faites moi faire un homme sans tête »* : recueil de chansons et musiques traditionnelles du bocage normand

Le quatrième volume de la collection Sources publiée par l’association La Loure est consacré aux chansons et musiques traditionnelles du sud du Bocage Ornais, un territoire de massifs boisés et de landes où se situent les communes de La-Ferté-Macé, Domfront, Bagnoles-l’Orme,… au cœur du Parc naturel régional Normandie-Maine.

 

L’histoire des collectes réalisées sur ce Domfrontais et pays fertois ressemble de près aux autres constitutions de collections sonores dans les régions de France. Dès le début des années 1960, des ethnomusicologues sont venus collecter les chants de ces habitants, bien avant la découverte du bocage normand par l’ethnologue Jeanne Favret-Saada qui l’arpentera dans les années 1970. Monique Brandily et Donatien Laurent respectivement en 1962 et 1963, ont ainsi recueilli une série de chants à la demande du Musée des arts et traditions populaires (aujourd’hui le MuCEM) qui les a conservé jusqu’à nos jours. Dans les années 1970, des groupes folkloriques, à la recherche de nouveaux airs et de précisions sur les pas de danse, vont aussi s’intéresser aux interprètes. C’est ainsi que Michel Poussier, du groupe « Le trou Normand » de Domfront enregistrera le répertoire du musicien André Grossot à Saint-Siméon en 1974. Le disque est l’occasion de découvrir ce violoniste qui savait animer les bals de son rythme redoutable (plages 5, 25 et 32, 1974 et plage 19, 1979). Ce sera ensuite l’Office départemental de la culture de l’Orne, à l’initiative du sociologue Georges Bertin, qui va demander à deux musiciens François Redhon et Michel Colleu d’engager un travail de collecte sur ce territoire. Ceux-ci retrouveront d’ailleurs des interprètes repérés par le MNATP comme Ernest Bourré (plage 1, 1962 et plage 36, 1979).

Il faut attendre la fin des années 1990 pour que La Loure reprenne le flambeau. L’auditeur peut d’ailleurs  s’étonner de la continuité que l’on perçoit dans la qualité des chanteurs comme dans celle du répertoire, et cela même dans des collecte de cette année (2012) : écoutez Denise Rivière (plage 8 C’était la fille d’un geôlier) ou Cécile Mansalier (plage 22 De l’île des Bourbons). Un des intérêt du disque est aussi de laisse percevoir l’évolution des méthodes d’enquêtes qui, au fil des ans, se font plus sensibles au contexte, cherchant à mieux comprendre la façon dont se transmet la musique, comment s’invente un nouveau morceau ou dans quelles circonstances est interprété le chant. Un refrain traverse d’ailleurs le disque et l’histoire de la collecte : J’avons la gerbe du blé chanté par Ernest Bourré enregistré à Saint-Roch-sur-Egrenne en 1962 (plage 1 et plage 38) est repris par un des chanteurs traditionnels enregistrés au 21e siècle à Saint-Fraimbault, qui raconte le temps de la moisson et de son chant… (plage 14, Georges Sexis, 2001).

Comme pour tous les titres de la collection Sources, une introduction documente et contextualise avec précision les enregistrements à laquelle s’ajoute une carte localisant les airs collectés. Pour chacun d’eux, les paroles sont transcrites et les titres uniformes des catalogues Coirault et Laforte indiqués, lorsqu’ils ont pu être repérés. La Sud Bocage ornais se révèle ainsi comme une des régions proposant une des plus fortes concentration de répertoire traditionnel sur cinquante années. A très bientôt pour la suite des publications des sources de la mémoire du pays Normand.

 

* Titre de la plage 4, « Faites moi un homme sans tête », chanson recueillie en 2000 auprès de Germaine Bulot de Saint-Gilles-des-Marais. Catalogue Coirault N°4903 « Faites moi faire un homme sans tête » et Catalogue Laforte II, O-22, « Faites moi un homme sans tête »‘.

Référence du disque : Chansons et musiques traditionnelles du bocage normand, La loure, 2012, 38 titres + livret (12 p.), collection « Sources »

 Ce billet a été publié également sur la revue Pastel, http://www.pastel-revue-musique.org

L’Italie rendue silencieuse : une loi supprime la Discoteca di Stato

 

En Italie, la Discoteca di Stato a été créée en 19281 et elle a, au fil du temps, engrangé des milliers d’enregistrements sur le terrain : des millers de voix et de musiques qui ont été archivées, cataloguées, numérisées et mises en ligne sur le site de cette institution. La Discoteca di Stato avait aussi la fonction de centraliser le dépôt légal des documents sonores édités, organisation rare en Italie où souvent les institutions culturelles sont dispersées sur le territoire. En 2007, elle avait changé de nom2 pour devenir l’Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi (ICBSA), continuant de développer ses collections et de les mettre à disposition de tous les publics. Mais voilà, elle vient d’être purement et simplement supprimée le 6 juillet dernier, par le Decreto legge 95 6 luglio 2012 (article 12) qui a pour titre « Dispositions urgentes pour la révision de la dépense publique »3

Une pétition vient d’être lancée pour soutenir celle qui est restée pour tous la Discoteca di Stato. De nombreux journaux italiens la relaient et les journalistes se désolent de la médiocrité de ce « gouvernement de techniciens » qui ne s’inquiète que des marchés et ne s’intéresse pas à la conservation de la mémoire orale de l’Italie contemporaine. L’inquiétude est grande pour savoir ce que deviendront les collections sonores et tous sont stupéfaits des économies dérisoires qui seront faires, au regard de la perte irréparable de cette suppression.

Alessandro Portelli publie dans Il Manifesto du 17 juillet 20124 un très bel article, sous le titre Silenzio di Stato. Il y écrit à propos du gouvernement Monti :

« La politique de ce « gouvernement de techniciens » en direction de la culture – les écoles, les universités, les instituts de recherche (comme par exemple l’Institut national de physique nucléaire) – m’a convaincu d’une chose : un technicien n’est pas nécessairement une personne cultivée. Un technicien peut effectuer un certain nombre d’opérations spécifiques dans un secteur défini, mais pour autant il n’est pas tenu  de comprendre tout ce qui peut être en dehors de son territoire, et encore moins d’avoir de l’imagination ou une vision du monde . Comme le seul secteur qui compte pour ce gouvernement et le seul pour lequel il déclare avoir des compétences, est celui de  l’économie et des marchés financiers, voilà que la devise attribuée à Tremonti se réalise : Con la cultura non si mangia (Ce n’est pas avec la culture que l’on peut manger)5 ».

A la manière de Francesco de Gregori, Andrea Sarta dans L’Unità dit adieu à l’Italie qui lutte, qui prie, qui se rebelle, qui danse, qui chante, qui s’amuse et qui laisse des traces (22 juillet 2012).

Angelo D’Orsi, sur La Repubblica du 17 juillet 2012, s’en prend aussi à ce « gouvernement de professeurs »‘, avec un titre sobre mais incisif Salviamo la discoteca di Stato. Il revient sur la richesse et l’importance de cette institution et s’insurge : « C’est une décision absurde, d’un point de vue économique (les coûts de l’Institut sont modestes),  mais aussi honteuse d’un point de vue culturel. Un Etat moderne doit  avoir une institution dont la mission est de recueillir et de conserver le son des témoignages de son histoire nationale, le rendant disponible à la communauté ».

Signez la pétition contre la fermeture de la Discoteca di Stato !

http://www.unita.it/culture/italia-senza-memoria-audiovisiva-br-non-chiudete-la-discoteca-di-stato-1.429068

 

Crédits photographiques : Mount Vesuvius and children from covered homes, par Shaffer, Melvin, 1944. Part Of : World War II photographs, Medical Museum and Arts Service. Place: Italy; San Sebastiano al Vesuvio; Vesuvius. Collection of SMU Central University Libraries. No known copyright restrictions

 

  1. loi du 10 août 1928 []
  2. Le DPR n. 233 du 26 novembre 2007, DM del 7 ottobre 2008 transforme la Discoteca di Stato en ICBSA – Istituto Centrale per i Beni Sonori ed Audiovisivi []
  3. Disposizioni urgenti per la revisione della spesa pubblica con invarianza dei servizi ai cittadini []
  4. Professeur de littérature anglo-américaine à Rome, critique musical et historien spécialiste d’histoire orale Alessandro Portelli travaille sur les collections sonores de la Discoteca di Stato. Il a en particulier publié en 1999 un ouvrage sur le massacre des fosses Ardéatines qui s’appuie sur des témoignages oraux. []
  5. A cette phrase attribuée au Ministre de l’économie italien Giulo Tremonti Umberto Eco a répondu une lettre sur Alphabeta2 L’anorexie culturelle ne nourrit pas, le 27 janvier 2011 []

Le plus grand Jukeboxe du monde

La bibliothèque du Congrès vient de recevoir en don une extraordinaire collection de disques produite entre 1930 et 1950 par Universal Music Group. C’est la première fois qu’un grand label dépose dans une bibliothèque publique la totalité de sa production : 200 000 masters métalliques, 8 à 10 000 bandes magnétiques et 15 000 78 tours vont ainsi venir enrichir les collections de la Library of Congress.  Ils seront stockés sous une colline à Culpepper, en Virginie, dans des bâtiments conçus pour résister à une attaque nucléaire, « Le Packard » (d’après le nom du donateur du site). The Library of Congress Packard Campus for Audio Visual Conservation ou Campus du centre national de conservation de l’audiovisuel est désormais le plus grand musée sonore du monde. Il semble que ce soit un incendie qui a détruit, il y a deux ans, une partie des collections de films et de vidéos de ses studios d’Hollywood qui ait fini par décider Universal Music de confier à une bibliothèque publique cette collection unique. Le temps qui détruit sans relâche les fragiles supports sonores leur a fait accélérer les choses. Universal n’avait pas la capacité de mettre en oeuvre la numérisation et le traitement de tous ces documents : les archives pourront être traitée par des professionnels de la musique et mise à la disposition du public.

Gene DeAnna, directeur du de la section « Recorded Sound » ne cache pas sa joie et raconte volontiers l’histoire magique de ce dépôt qui a nécessité plus de deux ans de négociations. Il est heureux d’imaginer tout ce qu’il a encore à découvrir : d’après une étude seule 14% de la musique enregistrée entre 1890 et 1960 est disponible dans le commerce !

Universal recevra une copie numérique de l’ensemble du fonds et conservera ses droits pour éditer ou rééditer certains titres mais elle abandonne les droits d’écoute sur le site de la Bibliothèque du Congrès. Celle-ci a déjà signé un accord avec une autre grande maison de disques, Sony BMG et dès le printemps elle promet de mettre en ligne en streaming les enregistrements qui auront été traités pour créer le plus grand Jukebox du monde, the Library of Congress National Jukebox.

Crédits photograhiques : Portrait de Louis Armstrong, Carnegie Hall, New York, ca. avril 1947. Photographie de William Gottlieb. Collection de la Bibliothèque du Congrès.  William Gottlieb a cédé cette photographie au domaine public.