Archives par mot-clé : domaine public

Calendrier de l’avent du domaine public 2017

Depuis 2013 le collectif savoirsCom1 publie un calendrier de l’Avent  qui nous permet de découvrir une sélection des nouvelles œuvres qui entreront dans le domaine public au 1er janvier 2017. Chaque jour du mois de décembre, retrouvez sur Aventdudomainepublic.org un portrait présenté par l’un des membres du collectif ou des contributeurs qui se sont invités. Continuer la lecture de Calendrier de l’avent du domaine public 2017

Soyez en avance pour découvrir les auteurs élevés dans le domaine public en 2016

Il reste encore 8 auteurs à découvrir sur le calendrier de l’avent réalisé par les collectifs collectifs Romaine Lubrique et SavoirsCom1 qui célèbrent comme chaque année avec quelques jours d’avance l’élévation dans le domaine public des œuvres d’auteurs sélectionnés pour vous. Découvrez ainsi qui va avoir le bonheur de rejoindre au 1er janvier de l’année 2016 ceux qui vont participer à enrichir nos biens communs de la connaissance. A nous de nous approprier et partager leurs œuvres, de les remixer ou d’en faire ce que bon nous semble ! Rendez-vous sur http://www.aventdudomainepublic.org

En effeuillant le mois de décembre…

Nous signalions il y a quelques jours le lancement du calendrier de l’Avent du domaine public du collectif SavoirCom1. Ce site reprend l’idée du de la friandise offerte aux enfant chaque jour jusqu’à Noël et poursuit même après le 25 décembre, tant la richesse du Domaine Public est grande. Il vous révèle, quotidiennement, un ou une des artistes, auteur(e)s, voire oeuvres qui s’élèveront dans le domaine public au 1er janvier 2015. Edouard Munch, Jean Giraudoux et Sergueï Prokoudine-Gorski sont les premiers venus… d’autres vont suivre.

Un autre calendrier vous accompagnera tout au long du mois, celui du projet Europeana Sounds. Là encore, chaque jour un des 24 partenaires des 12 pays participants vous propose d’écouter un ou plusieurs extraits sonores. Le 3 décembre le CREM et la phonothèque de la MMSH se sont prêtés à l’exercice et deux billets, en langue française et anglaise, ont été publiés sur le thème de la fête de Noël en Provence. L’occasion d’écouter un conte facétieux inédit en langue provençale enregistré en 1900 lors de l’Exposition Universelle de Paris qui nous présente un Joseph très occupé dans la crèche  ou d’évoquer le petit et le grand souper de Noël avec Ernestine Gonfon, une informatrice née en Provence à la fin du 19ème siècle.

Très beau mois de décembre à tou-te-s !

Accès direct au billet d’Europeana Sounds sur Noël en Provence
En langue française : http://www.europeanasounds.eu/fr/actualites-fr/noel-en-provence-cest-toute-une-histoire
En langue anglaise  : http://www.europeanasounds.eu/news/december-3-celebrate-christmas-just-as-in-provence

Crédits photographiques : Acropole, Athènes, Fronton aux olives, 20134, photogr. V. Ginouvès (CC BY-NC-SA 2.0).

Participez au lancement du calendrier de l’Avent du domaine public

Le 1 décembre 2014 à 18h30, – si vous êtes parisien ou si vous passez par cette ville ce jour là – venez participer  au lancement du calendrier de l’Avent du Domaine Public au NUMA Café (RDC Connect).

A la manière des calendriers de l’Avent, le collectif SavoirsCom1 offrira chaque jour de décembre la friandise d’une oeuvre élevée dans le Domaine Public… Pour 2015 ce sont les oeuvres d’Yvette Guilber, Milena Jesenská, Kandisky, Filippo T. Marinetti, Paul Otlet, Antoine de Saint-Exupéry…  et de bien d’autres encore qui pourront  désormais être diffusées, traduites, interprétées, ré utilisées librement par tou-te-s. Ces nouvelles créations intégreront elles aussi les communs de la culture. Et avant de partir fêter 3ème édition du Calendrier de l’Avent du domaine public, pour participer allègrement aux conversations, n’hésitez pas à lire le billet du 5 novembre dernier sur le site de SavoirsCom1 Pourquoi nous parlerons désormais de communs plutôt que de biens communs.

PROGRAMME

18:30 Accueil

19:00 Ouverture de la soirée et animation, par Alexis Kauffmann C’est quoi le domaine public ? par Lionel Maurel
Pause oeuvre 1, par Véronique Boukali
Calendrier : La genèse du projet, par Julien Dorra
Pause oeuvre 2, par Véronique Boukali
Calendrier : Présentation générale du calendrier par Thomas Fourmeux et Silvère Mercier
Pause oeuvre 3, par Véronique Boukali
Présentation du livre Pages Publiques par Hervé Le Crosnier et Nicolas Taffin
Pause oeuvre 4, par Véronique Boukali
Présentation du BookScanner, par Benjamin Sonntag
Pause oeuvre 5, par Véronique Boukali
Présentation des affiches réalisées pour l’occasion, par Sylvia Fredriksson et ses étudiants de La Sorbone
Pause oeuvre 6, par Véronique Boukali

20h Lancement officiel du calendrier 2015 : Apéro en musique du domaine public et numérisation de livres avec le BookScanner (n’oubliez pas d’apporter vos vieux livres !)

Et dès le mois de janvier une nouvelle fête est à prévoir, celle du 1er festival du domaine public lancé à l’initiative de Romaine Lubrique.

Crédits photographiques de l’image à la une : Miami University Libraries – Digital Collections Follow Meigs & Co., Incorporated Persistent URL: digital.lib.muohio.edu/u?/tradecards,1454 Pas de restrictions de droit connues.

Avent du domaine public 2014

AMERICAN CYANAMID

Le compte à rebours de l’Avent a commencé ! Depuis le 1er décembre le collectif SavoirCom1 réalise un calendrier qui présente en avant-première les cadeaux du domaine public 2014. Une idée originale qui, pour la deuxième année, met en avant chaque jour de décembre un nouvel auteur, nous rappelant, au passage, la richesse et la multiplicité des responsabilités artistiques : peintre, sculpteur(trice), photographe, femme ou homme politique, brevet et invention, écrivain(e)… Ainsi, en 2014, les oeuvres de Chaïm Soutine, Victor Segalen, Beatrix Potter, Vittorio SellaJohn Harvey Kellogg, Marcel Martinet, Alexandre Millerand, et d’autres encore rejoignent nos biens communs de la connaissance.

Le calendrier de l’Avent du domaine public 2014

Crédits photographiques : American cyanamid, Nickolas Muray (1892-1965), 1945, George Eastman House Collection. Pas de restrictions de droit connues.

1er janvier 2013 = 1st Public Domain Day

 

Le Manifeste du domaine public affiche en préambule une phrase prononcée par Victor Hugo lors de son discours d’ouverture du congrés littéraire international le 7 juin 1878  :

Le livre, comme livre, appartient à l’auteur, mais comme pensée, il appartient—le mot n’est pas trop vaste—au genre humain. Toutes les intelligences y ont droit. Si l’un des deux droits, le droit de l’écrivain et le droit de l’esprit humain, devait être sacrifié, ce serait, certes, le droit de l’écrivain, car l’intérêt public est notre préoccupation unique, et tous, je le déclare, doivent passer avant nous. 

Quelques 130 ans plus tard elle est donc toujours d’actualité. Au-delà du Manifeste, le Center for the Study of the Public Domain et le Réseau uropéen Communia ont décidé de dédier une journée à la célébration du domaine public, chaque premier jour de la nouvelle année. Celle du 1er janvier 2013 sera le premier évènement.

Après des décennies de mesures qui n’ont singulièrement cessé de réduire le domaine public, le Manifeste vient réaffirmer avec force à quel point son rôle est précieux ; surtout au moment où Internet et les technologies numériques offrent la possibilité d’utiliser et de redistribuer la culture avec une facilité et une puissance qui ne pouvaient, jusqu’ici être imaginées, sinon par les poètes visionnaires, tel Victo Hugo qui continue ainsi son discours :

Ah ! la lumière ! la lumière toujours ! la lumière partout ! Le besoin de tout c’est la lumière. La lumière est dans le livre. Ouvrez le livre tout grand. Laissez-le rayonner, laissez-le faire. Qui que vous soyez qui voulez cultiver, vivifier, édifier, attendrir, apaiser, mettez des livres partout ; enseignez, montrez, démontrez ; multipliez les écoles ; les écoles sont les points lumineux de la civilisation.

Pour annoncer cette grande fête du domaine public, le groupe de Savoirs Communs a créé en décembre un Calendrier de l’Avent original, vous présentant différents créateurs-trices dont les oeuvres (textes, photographies, dessins et caricatures, sculptures, peintures ou même monuments) rejoindront dès 2013 nos biens communs de la connaissance. Sont ainsi à l’honneur Luigi Antonelli, Guillaume Apollinaire, Roberto Arlt, André Bellessort, Paul Bigot, Jacques-Émile Blanche, Franz Boas, Leonetto Cappiello, Pierre Champion, Charlie Christian, Léon Daudet, Neel Doff, Germaine Dulac, Emma Calvé, Hector Guimard, Miguel Hernández, Joseph Hornecker, André de Lorde, Bronisław K. Malinowski, Victor Margueritte, Tina Modotti, Robert Musil, Biófilo Panclasta, Ernest Pérochon, Bruno SchultzAnnemarie Schwarzenbach, Charles Seignobos, Édith Stein, Grant Wood, Stefan Zweig, illustres créateurs-trices auquel s’est ajouté Pouhiou, en domaine public volontaire. 

Des oeuvres qui premettront -et ce, dès ce nouvel an- à l’ensemble des humain-e-s de se cultiver, s’éduquer, se faire rêver s’enrichir ou s’inspirer en toute liberté. 

Signez le Manifeste !

 

Crédits photographiques : Children in Fort Smith Are Learning That Protecting the Environment Will Take More Than Awareness …, 06/1972 (U.S. National Archives’), Photographer: Olive, Jim Subjects: Fort Smith (Sebastian county, Arkansas, United States) inhabited place Environmental Protection Agency Project. Pas de restrictions de droit connues.

Permalien : http://arcweb.archives.gov/arc/action/ExternalIdSearch?id=553911

« La mélodie de la semaine », à écouter sans modération

Voilà déjà 20 semaines qu’Eric Desgrugillers, musicien et archiviste à l’AMTA1, présente sur le site de son association « La mélodie de la semaine« , offrant ainsi à l’internaute l’occasion rare de mieux connaîttre et comprendre les musiques traditionnelles. A travers 20 airs chantés ou interprétés, enregistrés depuis la fin des années 1960 à nos jours, l’archiviste-musicien nous présente un petit bout des merveilles engrangées par l’AMTA en racontant leur histoire à travers ses oreilles. Il nous laisse ainsi entrevoir les enjeux du collectage et la force patrimoniale des archives sonores.

Antonin Chabrier, le violoneux qui ne lève jamais l’archet de ses cordes tandis que ses doigts articulent la mélodie, interprète avec énergie la bourrée Ond anarem gardar ; deux versions de la chanson Le premier jour des noces nous transportent dans le temps, passant du mode majeur au mineur, du clair au sombre, le mariage apparaissant, dans un couplet final, comme une une vraie souffrance ; Marguerite Tissier, enregistrée au début des années 1980, interprète avec simplicité et émotion La barque aux trente matelots, ou La belle se promène… Autant de morceaux du puzzle qui nous permet de reconstituer le contexte de la tradition orale en Auvergne au 20ème siècle et, plus largement, d’offrir l’occasion aux centres de ressources de proposer aux interprètes des comparaisons de répertoires2. Car c’est bien l’intérêt de cette rubrique d’éditorialiser des archives qui, sans cela, se perdent dans les banques de données comme des aiguilles dans des bottes de foin.

Un grand regret toutefois, qui je l’espère s’effacera rapidement : ces archives issues de la tradition orale ne font-elles pas partie du domaine public ? Il est vraiment triste de les voir soumises à  une formule qui, pour plus d’emphase, s’est parée de l’anglais « All Rights Reserved » (à rechercher tout en bas de la page du site de l’AMTA). Bon la chose est courante chez le bibliothécaire, le documentaliste ou l’archiviste qui n’est pas toujours au fait des questions juridiques mais les choses changent… Réveillez-vous ! pour qu’ils puissent être transmis, les biens communs doivent circuler librement. Il est urgent de pouvoir citer avec précision ces ressources documentaires et de les réutiliser pour que le chant se transmette, encore et encore. Nous voilà impatients d’écouter librement la mélodie de la 21e semaine, les propositions sont claires pour que les lois évoluent dans le bon sens

Crédits photographiques : A mountain fiddler. Barnhill Studios, Asherville, NC, 1920, The New York Public Library. Permalien : URL: digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?833064. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Agence des musiques des territoires d’Auvergne []
  2. Par exemple, la phonothèque de la MMSH possède deux versions de la chanson « La barque aux 30 matelots », une collectée dans les Cévennes, l’autre dans les Hautes Alpessept versions du  Mariage de la vieille ou encore deux versions cévenoles de la bourrée « Ont anarem gardar ». []

Une loi pour le domaine public en France, un rêve ou bien…

 Merci d’abord à Lionel Maurel d’avoir proposé ce texte, à Irène Delse et Daniel Bourrion d’avoir relayé cet appel, en CC, que je reprends à mon tour. N’hésitez pas, vous aussi, à le diffuser…

 

Monsieur le Premier Ministre,

Madame la Ministre de la Culture,

Mesdames et Messieurs du Parlement,

Nous savons tous que nombreux sont les critiques, mais que peu parmi ceux-là contribuent à la réflexion : la cause est entendue. Néanmoins, lorsque de la réflexion critique naît une proposition de loi complète, le geste citoyen de ma part ne peut être que d’attirer dessus, bien respectueusement, votre attention…

C’est un projet signé Lionel Maurel, juriste et bibliothécaire, qui dans l’excellent blog S.I.Lex, ainsi que sur son flux Twitter @Calimaq, fait une veille active « au croisement du droit et des sciences de l’information ».

Monsieur le Premier Ministre, Madame la Ministre de la Culture, Mesdames et Messieurs, vous n’avez pas besoin que l’on vous rappelle que le domaine public est un enjeu de patrimoine, d’accès de tous à la culture et à l’éducation, mais aussi un enjeu d’économie non négligeable à l’heure où le numérique et le réseau des réseaux ne sont plus notre avenir, mais un présent actif et où tout bouge très vite.

Auteure de livres et d’articles moi-même, ainsi que de ce blog (publié sous licence Creative Commons (CC, BY), je me trouve concernée par les dispositions actuelles du Code de lapropriété intellectuelle, de la loi sur les livres indisponibles, des lois sur les contenus en ligne, etc. Tous textes qui, à des degrés divers, laissent, en l’état, à désirer.

C’est pourquoi, Mesdames et Messieurs, je vous suggère bien respectueusement de prendre connaissance du projet de loi Maurel sur le domaine public (ou bien l’appellerons-nous « loi @Calimaq » ?) et de l’inscrire aussitôt que possible au calendrier de vos délibérations.

En vous remerciant d’avance, Mesdames et Messieurs, à mon tour je fais un rêve – le même que Lionel Maurel, et tous ceux et celles qui le soutiennent.

 

La proposition de loi de Lionel Maurel https://scinfolex.wordpress.com/2012/10/27/i-have-a-dream-une-loi-pour-le-domaine-public-en-france

Soutien du texte sur les blogs :

L’extérieur de l’asilehttp://irenedelse.wordpress.com/2012/10/28/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france-un-reve-ou-bien

Face Ecran : http://www.face-ecran.fr/2012/10/28/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france-un-reve-ou-bien

Et d’autres à venir…

« Une loi pour le domaine public en France », Hubert Guillaud, La feuille, blog du Monde, 30 octobre 2012 http://lafeuille.blog.lemonde.fr/2012/10/30/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france/#xtor=RSS-32280322

« Droit d’auteur : une loi pour sacraliser le domaine public », Guillaume Champeau, Numerama, 30 octobre 2012http://www.numerama.com/magazine/24153-droit-d-auteur-une-loi-pour-sacraliser-le-domaine-public.html

« Une loi pour le domaine public en France », Olivier Ertzscheid, Affordance, 30 octobre 2012 http://affordance.typepad.com//mon_weblog/2012/10/une-loi-pour-le-domaine-public-en-france.html 

 

Illustration : I Have A Dream. Par Dr Case. CC-BY-NC. Source : Flickr