Archives par mot-clé : Ecole de lutherie de Crémone

Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

La luthière Martine Aguila dans son atelier à Pertuis (juin 2019)

Martine Aguila débute sa formation luthière à 17 ans en 1977. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. En dépit d’un milieu familial peu favorable aux activités musicales, elle apprend à jouer de la guitare et s’intéresse à la construction de l’instrument. Avec les moyens du bord, elle tente d’en fabriquer un.
1. Ça ne ressemblait à rien, mais ça me plaisait (Martine Aguila, extrait de l’enquête n°30653)

Vers 15 ans, elle souhaite apprendre la lutherie, mais ses parents veulent qu’elle passe d’abord son baccalauréat. C’est après cette étape qu’elle s’inscrit deux ans plus tard en 1977 à l’école de lutherie de Crémone (pour Mirecourt, elle a déjà dépassé l’âge). L’inscription est très simple, sans examen préalable. Plongée dans le bain linguistique italien, elle apprend la langue rapidement. Continuer la lecture de Sculpter une voûte : le bonheur d’une luthière sensible à la poésie sonore du copeau sortant de la gouge

De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)
Le luthier Pierre Barthel, Paris, juin 2016 (photo HCH)

Pierre Barthel débute sa formation de luthier en 1974 à 18 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ni racines mirecurtiennes mais « par hasard », dit-il. Vers 17 ans, alors qu’il souhaite devenir ingénieur du son, un documentaire lui donne envie de s’orienter vers la lutherie.

Continuer la lecture de De Crémone à Paris. Itinéraire d’un luthier aux aspirations internationales

Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré

Le luthier Pierre Allain devant son atelier, Nice, novembre 2016

Pierre Allain a dix-neuf ans lorsqu’il débute sa formation de luthier à Crémone en 1974, après avoir passé son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût des activités manuelles et artistiques. Parti de sa Normandie natale pour visiter différentes écoles de métiers d’art à Paris (Boule, Etienne), il tombe par hasard sur l’atelier du luthier James Chauvelin.

Un luthier très accueillant (Pierre Allain, extrait d’enquête n°5186)

Intéressé par ce métier qu’il vient de découvrir, il se rend en auto-stop en Italie pour se faire une idée de l’Ecole de lutherie de Crémone. Continuer la lecture de Entré par hasard dans un atelier de lutherie, il décide d’en faire son métier : itinéraire d’un luthier inspiré