Archives par mot-clé : langue régionale

Fiesole. Le bureau des récits – Fiesole. L’Officina del racconto

 

Le 3 mars prochain se tiendra à Fiesole la première rencontre d’un bureau (une « officina ») tout à fait particulier, celui des récits de Fiesole  (L’officina del racconto. Voci, memorie, territorio = Le bureau des récits. Voix, mémoires et territoire). Promu par l’association culturelle “Fiesole Futura”, ce projet s’insère dans un parcours de connaissances, de savoirs et de valorisation du territoire de Fiesole, engagé à repenser son propre patrimoine culturel. L’objectif de cette journée est d’ancrer le projet de recherche “Ecoute et collecte du patrimoines oral sur le territoire de Fiesole” dans un contexte scientifique, en s’appuyant sur les compétences et les intérêts des différents acteurs du projet.  Les biographies, les témoignanges thématiques, les traditions orales, les perceptions du changement sont des espaces où s’expriment les cultures locales dans le grand mouvement de l’histoire. S’engager dans la reconnaissances des éléments culturels partagés est une entreprise collective dont les protagonistes sont les habitants du territoire, qui peuvent eux-même participer à cette recherche. La journée est ouverte à tous, elle a lieu dans la salle Basolata de la Mairie de Fiesole.

Tout en cherchant, en écoutant, en archivant, en diffusant, en créant…

Le matin,

Modérateur :  Paolo De Simonis

Pietro Clemente, professeur d’anthropologie culturelle, Université de Florence, “I Paesaggi delle voci e lo sguardo antropologico”

Valentina Zingari, anthropologue,  Simbdea, “L’ Officina del racconto: genesi di un progetto. Le trame narrative locali e il patrimonio culturale immateriale come costruzione sociale”

Nadia Breda, Université de Florence et Lilli Bacci, anthropologues, “Osservare, ascoltare e interrogare i luoghi. Gli strumenti dell’etnografo, tra immagini e parole”

Silvia Mantovani, architecte et paysagiste, “Il paesaggio racconta. Mappe di comunità e interpretazioni partecipate come narrazioni della Storia e delle storie di un territorio”

Alessandra Micoli, anthropologue, Ecomusée urbain métropolitain de Milan Nord, “Ecomusei come strumenti di partecipazione. Biografie e patrimonio. Esempi di progetti in corso»

Débats et pause déjeuner

L’après-midi,

Moderateur : Valentina Zingari

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH (Maison Méditerranéenne de Sciences de l’homme) Aix-en-Provence, “Ascoltare gli archivi orali. L’esperienza in corso del portale del patrimonio orale.”

Fabio Dei, Université de Pise, “Politiche e poetiche della memoria per fare territorio”

Giovanni Contini, Ville de Florence , “Verba Manent, voci on-line. Esperienze toscane di raccolta e trasmissione delle fonti orali”

Alessandro Andreini, Région Toscane, “I custodi delle voci, esperienza di censimento di archivi audiovisivi per la Toscana. Ragioni prospettiche”

Silvia Calamai, linguiste, Université de Sienne, “Verso la costruzione di un archivio sonoro di Toscana: il progetto Grammo-foni. Le soffitte della voce (Gra.fo).

Débat

18h Eléments de conclusion par Pietro Clemente

 

Texte italien / Testo in italiano

Scopo della giornata di studio è ancorare il progetto di ricerca, ascolto e raccolta dei patrimoni narrativi e orali del territorio fiesolano in un contesto di studi, competenze e passioni. Promosso dall’associazione culturale “Fiesole Futura”, il progetto “Fiesole Officina del racconto” si inserisce in un percorso di conoscenza e valorizzazione del territorio fiesolano, impegnato a ripensare il proprio patrimonio culturale. Le biografie, le testimonianze tematiche, le tradizioni trasmesse oralmente, la memoria storica del territorio, i saperi e le rappresentazioni narrative dell’ambiente e del paesaggio, le percezioni del cambiamento sono luoghi espressivi delle culture locali nel movimento della storia. Impegnarsi nel riconoscimento di tratti culturali condivisi è impresa collettiva, i cui protagonisti sono gli abitanti del territorio, ma alla quale la ricerca e le tradizioni di studio possono contribuire.

RICERCANDO_ASCOLTANDO_ARCHIVIANDO_DIFFONDENDO_CREANDO

ore 10, Saluti delle autorità

Moderatore: Paolo De Simonis

ore 10,30, Pietro Clemente, professore di antropologia culturale, Università di Firenze, “I Paesaggi delle voci e lo sguardo antropologico”

11, Valentina Zingari, antropologa, Simbdea, “L’ Officina del racconto: genesi di un progetto. Le trame narrative locali e il patrimonio culturale immateriale come costruzione sociale”

11,30 , Nadia Breda, antropologa, Università di Firenze, Lilli Bacci, antropologa, “Osservare, ascoltare e interrogare i luoghi. Gli strumenti dell’etnografo, tra immagini e parole”

12, Silvia Mantovani, architetto e paesaggista, “Il paesaggio racconta. Mappe di comunità e interpretazioni partecipate come narrazioni della Storia e delle storie di un territorio”

12,30, Alessandra Micoli, antropologa, Ecomuseo urbano metropolitano Milano nord, “Ecomusei come strumenti di partecipazione. Biografie e patrimonio. Esempi di progetti in corso»

Dibattito e pausa pranzo

Moderatore : Valentina Zingari

15, Véronique Ginouvès, MMSH (Maison Méditerranéenne de Sciences de l’homme) Aix-en-Provence, “Ascoltare gli archivi orali. L’esperienza in corso del portale del patrimonio orale.”

15,30, Fabio Dei, Università di Pisa, “Politiche e poetiche della memoria per fare territorio”

16, Giovanni Contini, Sovrintendenza di Firenze , “Verba Manent, voci on-line. Esperienze toscane di raccolta e trasmissione delle fonti orali”

16,30, Alessandro Andreini, Regione Toscana, “I custodi delle voci, esperienza di censimento di archivi audiovisivi per la Toscana. Ragioni prospettiche”

16,30, Silvia Calamai, linguista, Università di Siena, “Verso la costruzione di un archivio sonoro di Toscana: il progetto Grammo-foni. Le soffitte della voce (Gra.fo).

 

17, 40, Dibattito

18, Pietro Clemente: note di conclusione

 

Chanter français et parler piémontais. Répertoire chanté en Val Germanasca


Dans les années 1980, Christian Bromberger, Annie-Hélène Dufour,  Mariano Fresta et Danielle Dossetto rencontraient plusieurs habitants du Val Germanasca, vallée vaudoise du Piémont italien. Ils étaient accompagnés de leurs étudiants qui effectuaient leur stage de terrain de licence d’anthropologie.

Autour des questions relatives à la vie quotidienne et à l’histoire orale de cette vallée, les enquêteurs ont pu, entre autres, recueillir 150 chansons de répertoires traditionnels en français et en italien. Ces enquêtes ont été déposées à la phonothèque de la MMSH en 1994. Au coeur de ce fonds, trois chanteurs en particulier révèlent une quantité impressionnante de chants :  Robert Tagliero, Emmanuel Barrus et Aldo Richard. Pour l’un le timbre est clair, travaillé, le vibrato est inspiré des chanteurs italiens du début du 20e siècle, ses conditions de chant exigeantes. Pour les autres la voix est plus rocailleuse, plus proche de ce que l’on croirait pouvoir entendre en plein champ ou au travail. C’est ce qui fait, d’un premier abord, tout l’intérêt du croisement de ces différents types d’interprétation d’une même chanson. Qu’elles relate un amour contrarié ou tragique (soldat tombé au combat, abandon d’une amante), un drame domestique (femme d’un alcoolique, tentative de parricide) ou la vie quotidienne des filles et des gars des campagnes (bergère repoussant des galants, travailleurs migrants) ces chansons témoignent toutes d’un quotidien difficile, commun à toutes les régions paysannes des 19e et début du 20e siècle, d’une pratique du chant comme moyen de se distraire, d’apprendre des nouvelles de l’extérieur et, aussi, des leçons de vie. Ces chants prenaient leur place dans des espaces temps propices à l’écoute (veillées, pacages, travaux divers). Certains, très longs (plus de trente couplets attestés) relatant des événements guerriers ou des faits divers, chantés lors des veillées, se sont perdus par manque de pratique. Les trois chanteurs interprètent quasiment sans accent leurs morceaux en français, alors que leur prononciation du français parlé est plus accidentée. Quelques uns sont en occitan. Ils donnent parfois la version italienne de la chanson lorsqu’elle existe. Ils commentent ces airs en piémontais ou en français et, par analogie ou en lisant leur imposant cahier de chansons, parcourent leur répertoire personnel. Les chansons ont été retranscrites par leur soin ou par leurs parents après avoir été apprises « d’oreille » pour quelques unes.

L’attachement à la langue française est fort, hérité des communautés vaudoises d’origine française1, des liens tissés au fil des générations avec les régions françaises voisines, les migrations saisonnières pour s’embaucher sur différents chantiers. Des chants en ont été ramenés de ces voyages, on peut en retrouver des versions un peu différentes dans d’autres régions françaises et répertoriées dans les travaux de Patrice Coirault (les belles endormies, chansons de conscrits).

Les chanteurs de ces enquêtes possèdent chacun un cahier de chanson, parfois illustré, qui leur vient de leurs parents. Christian Bromberger, dans son article, attribue la richesse exceptionnelle du patrimoine chanté, sa conservation et sa transmission à une forte diffusion de l’écriture, issue des générations vaudoises, lisant directement la Bible et valorisant l’écrit et son apprentissage. Au cours des entretiens, les informateurs se réfèrent sans cesse à leur cahier, feuillé inlassablement, avant d’en interpréter une chanson, même s’ils la connaissent par cœur.

Dans son analyse, le chercheur note que les chants enfantins (berceuses, rondes), les airs à danser et ceux du cycle carnavalesque ne sont pas présents dans ces cahiers, de même que les chants en langue de tradition presque exclusivement orale (provençal ou piémontais). Par contre y sont surreprésentés les complaintes, les chants historiques et les pastourelles, textes en français ou en italien dont l’écriture a fait l’objet d’un apprentissage. En conclusion, Christian Bromberger explique que « la condensation à travers l’histoire d’apports hétérogènes » des différentes migrations, plus qu’un « répertoire spécifique de chants indigènes », ont donné « la richesse et l’originalité du patrimoine vocal du Val Germanasca et des autres vallées vaudoises du Piémont ».

Au sein de la collection d’enregistrements déposés, il nous est permis de découvrir toute l’ampleur esthétique d’un chant, par sa version initialement recueillie auprès d’un ancien mineur, par exemple pour les morceaux « En revenant de Lille j’ai fait l’amour à une fille » ou « Le pauvre vigneron », et leur version polyphonique, par le même informateur accompagné d’un deuxième chanteur.  Dans cet exercice, plus proche du contexte traditionnel de chant, les voix, comme les chanteurs, prennent toute leur place et la musicalité du morceau ses couleurs. Ils nous plongent dans une certaine perception de leur réalité, de leur plaisir du chant et, de leur vécu.

Crédits photographiques : Border Dynamics– Tucson, Arizona, photographie de Daquella manera.  Licence CC.

  1. voir l’article de Christian Bromberger, Les chansons  »populaires » : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine, In ouvrage collectif Gens du Val Germanasca, Contribution à l’ethnologie d’une vallée vaudoise. Documents d’ethnologie régionale, vol. 13 Université de Provence, 1994. []

Concerts recorded by the Mont-Jòia Association during meetings and festivals from 1976 to 1983. A new corpus available for consultation at the Sound Archive center of the MMSH

In 1976, in the very act of rediscovering the French traditional music1, the Mont-Joià Association inaugurated the Mediterranean Musical Encounters from Fontblanche, a district of Vitrolles. This association, active in claiming and reviving the Occitan culture, was also a traditional music group. It would be the engine of a major cultural event for the Occitan movement, oriented towards true Mediterranean identity. This identity, expressed in a manifesto2 was not intended to have space boundaries but to be rebuilt by common questions that arose in the late 1980s. Many of those issues remain pertinent at the present day. Only a few artists and groups (Mont-Jòia deserves special mention) , who performed during these encounters, may be seen live on stage today.

The « Rescontrès de la Mar » proposed between 1976 and 1983: dance workshops, music workshops, singing workshops, stringed-instrument making, musicology conferences and concerts. French artists, North African, Italian, Spanish, Greek, Corsican, but also Portuguese, Hungarian, Yugoslav, Macedonian, Iraqis, Iranians were present, improvising sometimes together and creating new mixtures of sounds. This corpus provides an image of world music, as it emerged in the late 1970s and also reflects the Occitan identity trying to define itself. Beside artists’ presentations, introductions to their works or their country, we can hear the commitment and range of feelings expressed through the universal language of music.

The collection of records was deposited by Mont-Jòia Association to the Sound Archive of Maison Méditerranéenne des Sciences Humaines in 1991. This deposit is as well a way of participating to the « recovery and enrichment of identities movement » that Jean-Mari Carlotti mentioned through the actions of the association.

The French version of the text : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Sound credits : Tura lura lura lo gau canta, played by Mont Joià at a ball hosted with Los del Sauveterre at the Festa de la Lenga in 1978.  Lyrics: http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

Photo credits : « Microphone », photo by ganatronic, from Flickr, under a Creative Commons Attribution-Share Alike Licence

  1. In order to know more about the topic, look for the recent thesis of Benedict Bonnemason: The revival of traditional music in France: the case of Gascon music between 1975-1985, dissertation done under the direction of Jean-Pierre Albert; viva attended in Toulouse, in 2009. []
  2. The presentation of Rescontrès de la Mar is online at http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts

Concerts enregistrés par l’association Mont-Jòia lors de rencontres et festivals entre 1976 et 1983. Un nouveau corpus consultable, sur place, à la Phonothèque de la MMSH

En 1976, en plein cœur de la redécouverte des musiques traditionnelles en France1, l’association Mont-Jòia inaugurait les Rencontres musicales méditerranéennes à Fontblanche, une commune de Vitrolles. Cette association, active dans la revendication et la réanimation de la culture occitane, était aussi un groupe de musique traditionnelle. Elle allait être le moteur d’une manifestation culturelle importante pour le mouvement occitan, orienté vers une véritable identité méditerranéenne. Cette identité, affirmée par un texte manifeste2 ne se voulait pas limitée par l’espace mais reconstruite par la formulation de questionnements qui se posaient dans les années 1980 et qui restent d’actualité. Nombre d’artistes se sont produits dans ces rencontres et, parmi eux, plusieurs ne peuvent plus être écoutés sur scène aujourd’hui, en premier lieu le groupe Mont-jòia, désormais mythique.

Les « Rescontrès de la Mar » ont proposé entre 1976 et 1983 : des ateliers de danse, de musique, de chant, de lutherie, des conférences de musicologie et des concerts. Des artistes français, maghrébins, italiens, espagnols, grecs, corses, mais aussi portugais, hongrois, yougoslaves, macédoniens, irakiens, iraniens se sont côtoyés, ont improvisés ensemble et créé des mélanges inédits de sonorités. Ce corpus sonore offre une image des musiques du monde telles qu’elles émergeaient à la fin des années 1970. Il renvoie également vers une identité occitane qui tentait, à ce moment là, de se définir. Les présentations des différents artistes, de leurs œuvres et de leur pays donnent également à entendre les engagements et  les palettes de sentiments exprimés à travers le langage universel de la musique.

Les enregistrements ont été déposés en 1991 par l’association Mont-Jòia à la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme à Aix-en-Provence. Pour des raisons de droit, les enregistrements peuvent être écoutés uniquement sur place. Ce dépôt est une des façons de participer à ce mouvement de récupération et d’enrichissement des identités que Jan-Mari Carlotti mentionne dans les actions de l’association.

Text in english : http://phonotheque.hypotheses.org/4843

Crédits phonographiques : Extrait de Tura lura lura lo gau canta, interprété par Mont Jòia lors d’un bal animé avec le groupe Los del Sauveterra lors de la Festa de la lenga en 1978. Paroles : http://www.musicanet.org/robokopp/french/turalura.htm

 

 

  1. Pour cela je vous renvoie à la thèse récente de  Bénédicte Bonnemason : Le renouveau de la musique traditionnelle en France : le cas de la musique gasconne 1975-1985, soutenue à Toulouse en 2009 sous la direction de Jean-Pierre Albert []
  2. Le texte de présentation des Rescontrès de la Mar est en ligne sur http://www.mont-joia.com/www.mont-joia.com/html/Rescontres.php []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts