Archives par mot-clé : écouter

« We Say GoodBye, We say Hello! »

Europeana Sounds project comes to its end on January 31st 2017. Since 2014, 24 organizations from 12 European countries have brought together their sound libraries on a common platform, in order to provide access to their audio contents, to share, to aggregate and to enrich them. The goal of one million of sounds collected by January 2017 was successfully reached!

As far as the French National Center for Scientific Research (CNRS) is concerned, Europeana Sounds was a great opportunity to create an efficient sustainable network between four laboratories: the Mediterranean Social Science Center (MMSH), the Research Center for Ethnomusicology (CREM-LESC), the Historical Researches Laboratory of Rhône-Alpes Region (LARHRA) and the Center for Researches on Sound Spaces and Urban Environments (CRESSON). This collaboration allowed each structure to upgrade and enrich their sound archives. A nice example here: “cartophonies” by the CRESSON. Continuer la lecture de « We Say GoodBye, We say Hello! »

Participez au mois du crowdsourcing d’Europeana Sounds…

Avez-vous l’oreille musicale  ? Sauriez-vous distinguer quel instrument de musique est en train de se jouer ? Testez donc vos capacités à le faire en écoutant les collections mises à disposition par le projet Europeana Sounds. En fin de parcours, le mois de décembre est dédié à une campagne de crowdsourcing autour de quelques 30 000 instruments de musique, et notamment ceux des archives du CNRS (de la MMSH ou du CREM).

Comment procéder ?  Europeana Sounds a développé un outil qui utilise Pundit en lien avec le thesaurus des instruments de musique MIMO…  ce n’est pas très compliqué, une fois que vous êtes logué, il vous suffira de quelques clics et d’une écoute attentive pour devenir archiviste… À vous de jouer !

Les collections sonores de la MMSH : http://www2.withculture.eu/custom/soundspace/index.html#collectionview/56ed34e675fe24208a57ce19/count/20

Les collections sonores du CREM : http://www2.withculture.eu/custom/soundspace/index.html#collectionview/580e12544c74794092b80107/count/20

Twittez le mois du crowdsourcing d’Europeana Sounds !

 

Crédits photographiques : Des pianos flottants à l’Estaque : hélicon à la mer, 2009. Véronique Ginouvès, CC-BY-NC-SA

Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Compte-rendu de l’ouvrage de Michèle Castellongo, Écoute musicale et acoustique : 420 sons et leurs sonagrammes décryptés, Eyrolles, 2015, 541p. + cédérom.

En 2010, dans la préface de la réédition de l’ouvrage d’Emile Leipp L’acoustique musicale, MIchèle  Castellengo faisait part de son étonnement face à l’intérêt renouvelé du public pour cet ouvrage publié pour la première fois en 1984 Ce fait est d’autant plus surprenant [écrivait-elle] que l’ acoustique a connu depuis un essor considérable, notamment grâce au développement des techniques numériques du son. Les recherches se sont multipliées, complexifiées, spécialisées, et c’est peut-être la raison pour laquelle il n’existe pas encore d’ouvrage équivalent en français, traitant de l’ensemble des questions soulevées par l’acoustique des communications humaines, sous son double aspect physique et perceptif. Trente ans plus tard, cette infatigable spécialiste de l’acoustique musicale publie une somme de connaissances sur la perception de la musique et des sons qui marquera certainement, elle aussi, plusieurs générations de mélomanes. Continuer la lecture de Écoute musicale et acoustique par Michèle Castellengo

Au charbon !

« On vivait que pour ça. La maison et la mine, la famille et la mine. On avait deux maîtresses. » (à écouter)

Les Archives départementales du Tarn conservent depuis 2009 un fonds de témoignages oraux d’anciens mineurs de charbon du Tarn, collecté par le Musée-mine de Cagnac-les-Mines en 2000-2001.

Ce corpus compte une trentaine de témoignages, soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine dans le Tarn.

Décrire…

En 2009, un travail de cotation des supports (cassettes audionumériques) et de numérisation des données a été suivi de la description partielle du fonds qui portait sur des éléments physiques (format et support d’enregistrement) et intellectuels (contexte général de la collecte, identification des témoins, contextualisation de l’enquête).

Les éléments de contextualisation et d’identification du fonds avaient pu être renseignés grâce au matériau rassemblé lors de la collecte (grilles d’entretiens, fiches individuelles relatives aux témoins) et confié aux Archives départementales par le Musée-mine. Toutefois, la description des contenus restait à compléter. Continuer la lecture de Au charbon !

Voyager sur les ailes d’une enquête

Finiels-Img1Lorsque j’étais enfant je regardais passer les avions. J’étais captivée par le fait que, là, derrière ce hublot si minuscule si loin de moi il y avait une autre personne bien réelle. Peut-être une petite fille comme moi, accompagnée d’une autre maman. Je me demandais si elle me verrait, ce qu’elle tenait à la main, quel était son jouet, la langue qu’elle parlait. Elle était là, sous mes yeux pendant quelques secondes. Au milieu de ces autres gens qui voyageaient avec elle, avec leur univers, leur vie, leur destin et leurs projets, leur passé. Tout cela me plongeait dans un rêve d’inconnu. Cet autre si proche de moi qui s’éloignait si vite me fascinait. Cette curiosité m’est restée, comme de connaître l’intime, le dévoiler pour le comprendre.

Fraissinet-de-Lozère_01La définition du voyeur dans le Littré ou le Larousse concerne un individu qui regarde, voit, assiste curieux mais sans participer. La démarche ethnographique s’en écarte du simple fait de l’échange qui se noue entre l’enquêteur et l’enquêté. Échange de confidences, de rires, d’humanité, de plaisirs, d’empathie comme en témoignent les enquêtes de Claudette Castell et Nicole Coulomb. Pendant leurs enquêtes, si elles se tiennent en retrait par souci de placer l’enquêté en posture principale, elles ne sont pas moins présentes, de toute leur humanité et de leur savoir être respectueux, curieux et attentif. Elles respectent leurs interlocuteurs jusque dans leurs restitutions fidèles et si vivantes. Ce que laissent ces enquêtes ? Au delà des connaissances culturelles sur un contexte, elles transmettent un formidable sentiment d’humanité commune. L’interviewé derrière la fenêtre n’est jamais le « sauvage » observé mais bien le « même », l’autre différent mais si proche, comme deux frères qui n’ont pas les mêmes yeux.

Marseille_Accoules

Ces deux dames ont connu, après leurs enquêtes ethnographiques, une carrière de documentaliste. Comme moi. Par souci de transmettre, de faire glisser le savoir d’une étagère à une oreille , disponible, au moment opportun.

Le_Pont-de-Montvert_02

Je ne sais toujours pas ce qui se cache derrière les fenêtres. Sauf certaines du quartier du Panier à Marseille ou des villages du Mont Lozère, grâce à mesdames Castell et Coulomb. Regardez ces images et laissez vous glisser vers cet univers, ce feu qui crépite ou ce grillon qui chante, tendez l’oreille vers ces voix parfois claires et bondissantes, parfois rugueuses, comme soufflées. Écoutez et rêvez. Merci mesdames pour cet infini voyage.

Marseille_Panier

Mes préférées :

La vie du quartier St Jean avant la guerre de 1939-1945

La vie du quartier du Panier par une femme d’origine italienne née à Marseille dans les années 1930

Chansons de l’enfance

Conversation autour des veillées et des chansons : La fille d’une riche

Souvenirs de la vie autrefois, la sociabilité et l’origine de certains contes par une ancienne agricultrice des Cévennes

Crédits photographiques : Entering Finiels, Photographer unknown Issues de Wikimedia, licence CC-BY-SA : Rue de Fraissinet-de-Lozère, Ancalagon, octobre 2008 ; Le Panier, à Marseille, Michiel1972, octobre 2009 ; Le Pont de Montvert, GIRAUD Patrick Août 2005 CC BY-SA ; Le Bazar du Panier, Georges Seguin, octobre 2013 CC BY-SA.

 

Mer en fête 2014 : des archives sonores à bord du Danielle Casanova

Vendredi 23 mai 2014, l’association U Marinu organisait la 21éme édition de la manifestation Mer en Fête. À bord du navire Danielle Casanova, plus de 48 ateliers interdisciplinaires ont animé cette journée en faisant découvrir la Méditerranée à environ 1000 écoliers marseillais. L’atelier embarqué de la phonothèque faisait écouter les témoins de la pêche traditionnelle en Provence aux élèves. L’enjeu de l’atelier était de faire comprendre aux enfants l’utilité des entretiens de terrain pour la recherche en sciences humaines et sociales, leur conservation et leur valorisation dans une phonothèque.

L’atelier de la phonothèque était centré sur des échanges avec les élèves en s’appuyant sur les trois extraits sonores suivant:

Le premier extrait sonore était extrait d’un corpus constitué dans le cadre de la thèse d’Olivier Féraud Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, et donnait à entendre le cri d’un marchand de poisson napolitain.

Enquête n°3200

Les élèves ont aimé entendre le cri et la scansion du marchand de poisson, « comme s’il était en colère ». Sans dire aux enfants le sujet de l’enregistrement, je leur demandais pour qu’elle raison cet homme criait. Ils ont pour la plupart deviné qu’il s’agissait d’un appel à la vente sur un marché. L’écoute était l’occasion de faire prendre conscience aux enfants de l’importance de l’environnement sonore dans une ville. L’enregistrement donnait également l’occasion de souligner l’intérêt de l’archive sonore pour connaître les noms des poissons dans des langues régionales, ici le napolitain.

Les deux extraits suivants étaient extraits de deux enquêtes d’Annie-Hélène Dufour sur les pratiques et les représentations de l’espace maritime par les pêcheurs varois.

Enquête  n°2504

Ainsi, le deuxième extrait donnait à entendre un ancien pêcheur qui racontait comment étaient définies ses zones de pêches puis sa façon de confectionner son filet. L’enregistrement sonore apparaissait là comme un moyen de s’assurer de la transmission d’un savoir-faire qui ne pourrait être appréhender seulement par l’écrit ou la photographie. Cela nous donnait l’occasion de discuter de l’importance du patrimoine immatériel dans notre société et de sa préservation. 

Enquête n°2504

Enfin, dans le troisième extrait un pêcheur donnait les propriétés particulières de la Saupe. Je demandais alors aux élèves toute leur attention à l’écoute de l’intervention de l’enquêtrice. L’objectif était de définir ensuite ensemble les règles à respecter au moment d’un entretien : préparer et choisir ses questions, savoir écouter, respecter la parole de l’autre, demander l’autorisation, éviter de transformer l’entretien en interrogatoire…

Embarquement pour Mer en fête 2014

Vendredi 23 mai 2014, la phonothèque participera à la 21éme  édition de Mer en fête menée par l’association U Marinu à bord du Danielle Casanova.  Cette année, dans son atelier, la phonothèque présentera les enjeux de la constitution de collections d’archives sonores pour la connaissance du patrimoine immatériel Méditerranéen. Elle fera découvrir aux écoliers marseillais sur le navire de la SNCM les voix des pêcheurs de la Provence au cours du 20ème siècle.  Je serai à bord pour vous présenter l’atelier de la phonothèque, portant le  n°28 sur le  pont 10 (localisation : « Espace garderie »).

Programme de l’événement Mer en Fête 2014

En attendant le prochain, vous pouvez lire les compte-rendus des précédents ateliers « Mer en fête » auxquels a participé la phonothèque :
2013 : Sounds Archives travel with a boat
2012 : La phonothèque part en voyage

Crédit photographique: Hoisting the elephant, Tyne & Wear Archives & Museums’, This image comes from a collection of glass slides of fairground scenes found in the stores at Discovery Museum, Newcastle upon Tyne. www.flickr.com/photos/twm_news/sets/72157627692102509/. Pas de restrictions des droits connues.

“On prenait Londres tous les soirs…” : Témoignages sur les usages de la radio dans les années 1930 et 1940

John Frost and daughter listening to radio in their home. Tehama County, California Digital ID: (digital file from original) fsa 8c00054 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsa.8c00054 Reproduction Number: LC-DIG-fsa-8b00054 (digital file from original) LC-USF34-037961-D (b&w film neg.) Repository: Library of Congress Prints & Photographs Division Washington, DC 20540 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/pp.print

Les entretiens de terrain témoignent souvent de pratiques ou d’usages culturels qui ne sont pas toujours les objets d’enquêtes des chercheurs qui les ont enregistrés. Ainsi la radio apparaît régulièrement dans les récits des années 1930-1945, témoignage d’un medium qui diffuse parfois des informations cruciales difficiles à obtenir par d’autres biais ou propose des divertissements. Nous présentons ici une série d’extraits sonores, issus pour la plupart du corpus d’Anne Roche et Marie-Claude Taranger1.

Ainsi, par manque de moyens ou en temps de guerre apparaissent des difficultés pratiques d’accès à l’information que les témoignages individuels peuvent révéler. Par exemple, les mouvements ouvriers ayant lieu en France ne sont pas connus de cet ouvrier habitant l’Algérie dans les années 1930. Contrairement à ses supérieurs, il n’a pas accès aux journaux internationaux et n’a pas de radio :
Extrait de l’enquête n°4124 (voir la notice sur Ganoub)

Dans les années 1940, les difficultés financières ont amené cette informatrice Oranaise à troquer son transistor contre de la nourriture. Ces circonstances l’empêchent de suivre l’actualité et lui permettent de vivre quotidiennement avec moins d’inquiétude et d’attente que les personnes informées :
Extrait de l’enquête n°4134 (voir la notice sur Ganoub)

A cause de la confiscation des postes de radio à Djibouti, le militaire témoignant dans cette enquête ne connaît pas l’existence des Forces Françaises Libres. Il est étonné d’apprendre leur existence, lorsque, ayant refusé l’armistice, il s’évade en 1940 et rejoint les forces alliées à Aden :
Extrait de l’enquête n°4143 (voir la notice sur Ganoub)

Deux extraits montrent en particulier la radio comme un moyen de suivre l’actualité politique et culturelle. Dans cet extrait, l’informateur aborde la presse écrite et se souvient avoir suivi l’actualité de la guerre d’Ethiopie à la radio :
Extrait de l’enquête n°4145 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur exprime le rôle culturel de la radio (et la station Le Poste Parisien) grâce à laquelle il suivait les retransmissions de représentations théâtrales :
Extrait de l’enquête n°4137 (voir la notice sur Ganoub)

Royal Oak, Michigan. A family listening to the radio and reading Father Coughlin's newspaper

Enfin, trois enquêtes contiennent des informations sur les pratiques d’écoute et des récits de l’expérience des discours radiodiffusés. Dans la première, l’informatrice, habitant Marseille, se remémore les discours de Maurice Schuman et les slogans diffusés par la BBC dénonçant Radio-Paris. La formule “on prenait Londres tous les soirs” suggère les efforts que demandait à cette époque la captation des stations :
Extrait de l’enquête n°4150 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur écoutait pendant la deuxième guerre mondiale, chaque dimanche matin, tranquillement couché, les radios en langue anglaise, française et allemande :
Extrait de l’enquête n°4154 (voir la notice sur Ganoub)

Les informations et les discours radiodiffusés donnent lieu à des séances d’écoute collective :
Extrait de l’enquête n°3032 (voir la notice sur Ganoub)

Crédits photographiques : – première photographie :  John Frost et sa fille écoutent la radio chez eux, Tehama County, California (1940) ; Lee Russell (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues. – deuxième photographie : Une famille écoute la radio en lisant le journal « Social Justice » du père Coughlin, Raoyal Oak, Michigan (1939) ; Siegel, Arthur S. (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Cette collection a fait l’objet d’un premier billet qui présentait la nature générale du corpus []

La phonothèque part en voyage (2)

Du 29 mai au 1er juin 2012, l’association U Marinu organisait la 19ème édition du festival Mer en Fête. Durant ces trois jours, plus de 70 ateliers ont permis à plus de 4000 élèves des académies d’Aix-Marseille et de Corse de découvrir la Méditerranée. Sur le Danielle Casanova, au sein d’un pôle audiovisuel informel où avoisinaient un spectacle musical, et des films documentaires sur l’archéologie sous-marine ajaccienne, l’atelier embarqué de la phonothèque accueillait des classes d’élèves pour « écouter les témoins de la pêche ».

Tout en étant fidèle au thème de la mer, l’enjeu était de faire comprendre l’intérêt de l’archive sonore, de montrer les fonctions propres à l’enregistrement sonore, les manques de l’écrit par rapport à l’oral. Ainsi, les extraits choisis parmi les archives sonores de la phonothèque dont le contenu concerne les métiers de la mer et de la pêche, illustrait chacun une dimension de l’oralité.

Chaque présentation d’une demi-heure se déroulait ainsi :

– Dans un premier temps, les cris d’un marchand de poisson napolitain retentissaient aux oreilles des élèves1. Les enfants essyaient de deviner la langue parlée avant de déterminer le rôle de ces cris. Malgré leur ignorance du napolitain, la plupart des élèves ont été capable de donner la bonne réponse. Ce premier extrait donnait ainsi l’occasion d’échanger sur l’utilité de l’enregistrement sonore dans ce cas : la conservation d’une langue régionale transöise oralement, et la captation du rythme et de l’intensité intranscriptible de la voix du marchand.

– Puis, je proposais aux élèves d’écouter les explications d’un pêcheur sur les expressions issues du monde de la mer2, un autre sur les habitudes de la saupe et ses attributs légendaires3 Ce second extrait permettait de souligner que l’enregistrement sonore est l’un des outils permettant d’assurer la transmission des expressions orales tout en en respectant et pérennisant l’intégri, avec la conséquence problématique d’en donner le caractère fixe de l’écrit.

– Lors de ce dernier extrait, les élèves étaient également amenés à remarquer l’intervention de l’enquêtrice. L’écoute sitôt terminée, ils tentaient d’en déduire les principales règles à respecter lors de cette entreprise (respecter la parole de l’autre et savoir écouter, éviter l’interrogatoire, demander l’autorisation). Une fois ces règles intégrées, les élèves étaient invités à se questionner entre eux au sujet de leur pratique de la pêche et leur savoir.

Un montage, réalisé pour l’occasion, des trois extraits issus des enquêtes évoquées plus haut (celles d’Olivier Féraud, d’Henri-Paul Brémondy, d’Annie-Hélène Dufour) est disponible ici en écoute :

Le projet « Mer en fête » a été présenté sur les Carnets de la phonothèque le 28 mai 2012 : http://phonotheque.hypotheses.org/6863

  1. L´enregistrement a été réalisé par Olivier Féraud dans le cadre de sa thèse Voix publiques. Environnements sonores, représentations et usages d’habitation dans un quartier populaire de Naples, sous la dir. de Jean Jamin, Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales, Ecole Doctorale de Sciences Sociales, 2010, 495 p. (pp. 312, 493). []
  2. Ces enquêtes ont été réalisées par Henri-Paul Bremondy dans le Var, dans les des années 1970 dans le cadre de son DEA d’ethnologie La pêche sur le littoral varois, 1978, page 14. Cote médiathèque MMSH GL-20372  []
  3. Extrait du corpus d’enquête de la thèse d’Annie-Hélène-Dufour, Pratiques et représentations de l’espace dans une commune du littoral varois : Six-Fours -Les Plages, thèse de troisième cycle d’ethnologie, Aix-en-Provence, 1983, 316p. []

Les palabres de My baobab à Dak’art

Du 11 mai au 10 juin 2012 avait lieu à Dakar la 10e biennale de l’art africain contemporain. Les dizaines d’expositions disséminées dans la ville témoignaient de la vitalité et du foisonnement de la production des artistes contemporains au Sénégal et dans toute l’Afrique. L’une d’elles, My baobab, installée à la biscuiterie de la Médina1, faisait appel à des enregistrements de terrain et proposait une écoute originale d’archives sonores. Au milieu d’une cour, entre l’exposition photographique Chronique d’une révolte, récit des évènements avant l’élection de Macky Sall,  et les sculptures de Marc Montaret, se dressait – en plein soleil – un arbre couvert de graf qui proposait son ombre et le repos sur huit bancs autour de son tronc où l’on pouvait écouter des palabres, de la musique et des chants.

Pour réaliser cette création, Luciana Penna-Diaw – ethnomusicologue à la Cité de la Musique à Paris- a proposé à DB-Agency une série d’enregistrements, issus de traditions orales ou chantées sur les scènes dakaroises d’aujourd’hui. Lord Alaji Man les a organisés2 sur une playlist que le passant écoute en passant d’une anfractuosité du baobab à une autre. Chacune d’elle dessine un petit monde à travers les grafs de Mow504 et Madzoo, traces de la mémoire collective ou des évènements marquants de l’Afrique. Avis donc à ceux qui souhaiteraient aussi partager ces palabres et transporter ce baobab sur notre continent, prenez contact avec DB Agency en écrivant à contact<@>dominiquebarbe<dot>com.

La playlist :

Tàggu naa mbaar Njaay (chant de circoncision – woyukasag), région du Kajoor

Yaay tiim ma (chant de tatouage – woyu njam), ville de Dakar

Yaa moom bès bi (chant de divertissement lors de la céramonie de dation du nom – taasu), région du Kajoor

Ndaamelosire (chant de fête – woyundaga), région du Saalum

Sàmba Mbayaan (chant destiné au roi, woyu buur), région du Waalo

Sukkeul (chant moderne, mballax), pas de lieu indiqué

Xippil xol (chant moderne, slam), Dakar

Tong tong (chant moderne, slam), Dakar

Prise de son : Luciana Penna-Diaw, enregistrements réalisés entre 2000 et 2002.

Ces enregistrements peuvent également être écouté sur le disque produit par Ocora Radio France en 2006 auquel Luciana Penna a participé.

 

 

 

 

 

Crédits photograhiques : Véronique Ginouvès, Dakar, juin 2012.

 

 

  1. Ancien bâtiment industriel de Dakar, désaffecté depuis 2003, dans un quartier qui porte son nom, la Biscuiterie a été réhabilitée et héberge régulièrement des expositions depuis 2010. []
  2. El Hadj Mansour Jacques Sagna, a été le toaster du groupe de rap Daara []