Archives par mot-clé : écouter

La radio et la maîtrise du temps

mary-maguire-1936… C’est le très joli titre d’un article de Jean-François Tétu, professeur à l’IEP de Lyon, paru en 1994 dans la revue Etudes de communication et déposé sur HAL SHS cet été.  L’occasion de le découvrir pour les archivistes du son qui ne connaissent pas tous cette revue en ligne  sur Revues.org (pour ses collections depuis 2002). Ce texte est intéressant car il existe très peu de références sur la question de la perception de la durée d’écoute des « récepteurs » en ligne (j’utilise le champ lexical de l’article). Aussi, si il s’intéresse uniquement à la radio et en particulier à la question du traitement de l’actualité à la radio, l’auteur apporte tout de même quelques éléments à nos interrogations.

Je ne vais pas m’attarder sur les questions de rythme, de contenu et de publics des programmes des émissions radiophoniques d’actualité qui sont les sujets qu’il abordent en profondeur. Le rappel de La guerre des mondes d’Orson Welles, vient en filigrane illustrer la collusion entre les temporalités « actuelles » et « inactuelles ».  Justement, dans l’aventure radiophonique de La guerre des mondes, Jean-François Tétu souligne l’importance de la scénarisation du son dans la perception. Il insiste sur le fait que c’est « à la mise en scène du temps, à la narration que revient le soin de représenter le temps ».  Il démontre ainsi que les règles de l’information écrite ou télévisuelle sont très éloignées des règles de l’information radiophonique. Ainsi, alors que la télévision impose une image de l’évènement (une figure) la radio s’en tient « à une sorte de récit minimal qui vise la seule reconnaissance des catégories de l’action ».

Mais là où les oppositions sont décisives c’est lorsqu’il s’agit de « faire du direct ».  Ainsi, le direct télévisé adhère à la réalité. L’image peut me faire voir autre chose que ce que j’imaginais. A la radio au contraire, les trous dans le récit comme les pauses ou le suspens de la voix me disent que quelque chose « perturbe le sens, traverse ou transperce l’attente narrative ». En bref, le son laisse à imaginer.

Les archivistes de l’audiovisuel se posent beaucoup de questions sur la durée qu’il faudrait allouer aux enregistrements sonores qu’ils veulent mettre en ligne. Les discussions pour savoir si il faut désormais passer du son à l’audiovisuel vont bon train. Un des arguments principal pour faire des collectes en image animées est que la concentration du récepteur serait plus forte si il voit plutôt que si il écoute. A la lecture de cet article, je dirais tout simplement qu’ils devraient laisser les usages s’installer et diffuser leurs archives sonores dans la durée naturelle de l’enquête de terrain. Laisser la place au son. Si il s’agit bien d’une unité intellectuelle qui est mise en ligne (une enquête, une conférence, un environnement sonore), gardons confiance dans l’écoute de l’internaute. Certes,  une enquête orale n’est pas scénarisée et elle est bien loin d’un journal radiophonique ou d’un bulletin météorologique. Mais ces enquêtes produisent du récit (du suspens) dans la temporalité naturelle de l’auditeur et de son imaginaire.

Pour revenir aux images animées, j’ai assisté récemment à plusieurs reprises à la diffusion publique d’enquêtes de terrain filmées non montées et j’ai perçu obscurément des éléments que cet article éclaire. La question du réel par exemple. Concrètement, dans le cadre des enquêtes de terrain, les témoins interrogés sont souvent âgés. Lorsqu’ils sont filmés plusieurs heures, le spectateur les voit petit à petit se fatiguer, perdre physiquement leur énergie.Il se met alors à s’intéresser non plus au discours mais aux objets qui se présentent à sa vue et à l’environnement direct, portant des jugements intérieurs qui vont venir interférer sur l’écoute et rompre avec la temporalité du témoin. Loin de moi l’idée de vouloir supprimer toute image :  voir un visage, un lieu, un espace peut soutenir une écoute. Mais l’image systématique peut aussi engendrer de la confusion. Aux archivistes à imaginer des écoutes d’unités complètes accompagnées de sélections d’images ou de tout autres documents à même de  contextualiser l’enregistrement. Il s’agit finalement de faire de la numérisation et de la mise en ligne de leurs archives non plus un simple travail technique mais un véritable travail d’édition.

A lire ou relire : Tétu, Jean-François. « La radio et la maîtrise du temps ». Études de communication, n°15, 1994, pp. 50-90.

Dépôt dans HAL : http://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/UNIV-LYON3/halshs-00397693/fr/

Crédit photographique : State Library of Queensland, Brisbane (Australie), Magy Maguire est interwievée sur Radio 4BH à Brisbane vers 1936. Pas de restriction de diffusion connue. http://www.flickr.com/photos/statelibraryqueensland/3737277160/

De quelle oreille relire ses notes de terrain ?

HAL induit une nouvelle veille d’information en nous permettant de lire des articles que nous n’aurions pas repéré parce trop loin du domaine dans lequel nous avons l’habitude de fureter. En voilà un, par exemple, qui semble n’avoir aucun rapport avec les questions de terrain des ethnologues. Publiée en 2006 et déposée ces jours derniers sur HAL-SHS, l’étude porte sur des étudiants amenés à suivre des conférences en langue étrangère. Nicolas Guichon, de l’Université de Lyon 2, propose une étude sur la compétence complexe que demande la prise de note rapide sous le titre Le brouillon : aide mémorielle et trace de la compréhension de l’oral. Il rappelle que prendre des notes en écoutant c’est engager ensemble différents processus cognitifs – écouter, écrire, traiter de l’information – qui font appel à la mémoire de travail. Dans l’article, il renvoie vers les différentes stratégies que les étudiants sont amenés à utiliser révélant ainsi une partie des processus de compréhension de l’oral. De quoi s’interroger sur la façon de relire nos notes prises lors d’un entretien de terrain, un jour où le magnétophone a été oublié ou que nous avions tout simplement décidé – pour tout un tas de bonnes raisons – de ne pas l’utiliser.

L’article « Le brouillon : aide mémorielle et trace de la compréhension de l’oral » de Nicolas Guichon est accessible en texte intégral sur HAL-SHS et sur Les Cahiers de l’APLIUT [Association des Professeurs de Langues des. Instituts Universitaires de Technologie], tome 25, n°2, 2006, p. 61-76.

Crédits photographiques : « Untitled » par Thomas Smillie (1843-1917). Premier photographe du Smithsionan il a eut l’idée d’utiliser les images pour cataloguer la collection d’objets du musée. Aujourd’hui ses photographies font elles-mêmes partie des collections du Smithsonian. Ici il s’agit un porte-plume du musée. Droits : no known copyright restrictions, Smithsonian institution archives.