Archives par mot-clé : écouter

Enquêtes dans les sociétés créoles : le dépôt des archives sonores et audiovisuelles de Jean Benoist, anthropologue de la santé

Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957
Chapelle Gradis, Basse-Pointe, Martinique, 1957

Jean Benoist, médecin et professeur émérite d’anthropologie à l’Université de Provence Aix-Marseille III, est spécialiste des sociétés créoles. Son fonds d’archives sonores et audiovisuelles, basé sur la culture indienne dans les Antilles (Martinique, Saint-Barthélemy) et l’Océan Indien (La Réunion), est essentiellement composé de discours politiques et religieux, de récits, d’entretiens, de conversations et de cérémonies religieuses. Ses enregistrements de terrain ont été déposés à la phonothèque de la MMSH en 2008.

On retrouve trois zones géographiques dans les archives sonores de Jean Benoist. A Saint-Barthélemy, la dominante est la cérémonie du centenaire du rattachement de l’île à la France en 1978. On note également des récits de vie de Saint-Barths. Les discours et les entretiens sont en langue française.

Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961
Jean Benoist et Eugénie Gréaux, Saint-Barthélemy, 1961

En ce qui concerne La Réunion et la Martinique, les enquêtes sont centrées autour de la culture indienne et des traditions hindoues dans les sociétés créoles. Elles alternent entretiens, musique, récits, fêtes et discours. Ces enquêtes ont été partiellement documentées car la plupart est en créole. Au niveau musical, on peut donner l’exemple d’un chant religieux tamoul en langue indienne exécuté par Joseph Tengamen, dit “Zwazo”,  accompagné de percussionnistes et d’un choeur lors d’une cérémonie à Moulin-l’Étang (Martinique). On remarque la virtuosité du chant sur une base rythmique premièrement non-mesurée, puis qui devient ternaire .

Parallèlement à ses archives sonores, Jean Benoist a déposé à la phonothèque, pour conservation et diffusion, un film documentaire intitulé “Offrande aux Dieux exilés. Culte Hindou en Martinique”. Le document original a été numérisé par le Service Commun Audiovisuel et Multimédia (Scavm) de l’Université de Provence. Ce film, tourné en 1958 autour des temples hindous de Moulin l’Etang et d’Hackaert à Basse-Pointe en Martinique, présente une cérémonie indienne offerte par une famille. Elle se déroule en trois étapes : le prélude (apport des offrandes au temple et érection d’un mât portant un drapeau en l’honneur de Nagourou Mira), l’office (dépôt des offrandes, appel de la divinité Maldévirin, possession du prêtre, sacrifices d’animaux, repas sacrificiel) et la soirée de danse (diverses scènes du Ramayana dansées et chantées par des hommes costumés).

Les notices des archives sonores et du film sont disponibles sur la base de données de la phonothèque et les enquêtes sont consultables sur place (MMSH). Après signature d’une convention entre Jean Benoist, la phonothèque de la MMSH et l’Université de Provence, le film a été mis en ligne sur la Web TV de l’Université de Provence en janvier 2010. L’ensemble des publications de Jean Benoist sont téléchargeables sur le site québécois “Les classiques des sciences sociales“.

Crédits photographiques : Jean Benoist.

Marie Doumain

Dans le cadre d'un Master Théorie et Pratique des Arts, Musique et Musicologie, Marie Doumain a rédigé un mémoire : "Enjeux esthétiques de l'évolution d'une musique traditionnelle. Le Gwoka, une identité guadeloupéenne". Elle a travaillé à la phonothèque de la MMSH de juillet 2008 à décembre 2010, avant d'obtenir, en 2011, une licence professionnelle sur les ressources documentaires et numériques. Elle a ensuite été documentaliste, adjointe du patrimoine et assistante de conservation du patrimoine et des bibliothèques à la médiathèque municipale Marcel Pagnol à Aubagne d'avril 2011 à novembre 2014, puis responsable de la bibliothèque du département Satis (Aubagne) d'Aix-Marseille Université.

More Posts

Anticiper la gestion des sources orales de sa recherche : les enseignements du traitement du fonds Marceau Gast à la phonothèque de la MMSH

Ethnologue, directeur de recherche au CNRS, ancien directeur du LAPMO*, membre actif de l’IREMAM**, aujourd’hui retraité, Marceau Gast a laissé à la phonothèque des cartons de bandes et de cassettes : les sources orales de sa recherche. Celles-ci ont été le support de ses travaux effectués entre les années 1960 et 2000 dans le sud algérien (monde berbère), au Yémen et pour la France, au Queyras. Plusieurs grands thèmes structurent ce fonds: l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

La phonothèque, dans le traitement de ce fonds, se heurte à plusieurs difficultés. Tout d’abord, la qualité des supports conservés est très inégale : bandes et cassettes sont des supports anciens, parfois endommagés ou de mauvaise qualité, le tout restant cependant globalement audible. D’autre part (et surtout), la documentation transmise à la phonothèque par le chercheur est éparse, fragmentée, lacunaire. La contextualisation de chaque enregistrement s’avère être particulièrement difficile, d’autant plus que, dernière difficulté, les langues parlées, la tamahaq (touareg), l’arabe algérien et l’arabe yéménite, exigent que la phonothèque trouve des locuteurs pour comprendre le contenu des enquêtes.

Ce fonds est par conséquent un peu casse-tête mais c’est justement la raison qui en fait un bon support pour mesurer les enjeux et questions que peut soulever le traitement des sources orales de la recherche : pourquoi et comment la phonothèque appréhende-t-elle le traitement et la valorisation d’un fonds « hérité » comme l’est le fonds Marceau Gast ? Et quels enseignements en tirer quant à la manière dont un chercheur peut penser et anticiper l’usage d’une phonothèque dans la démarche de sa recherche en sciences humaines et sociales ?

Pourquoi traiter et valoriser le fonds Marceau Gast ?

Fonds Gast
Le fonds Gast : des supports hétéroclites

Marceau Gast a déposé entre 2004 et 2007 des cartons de bandes et de cassettes à la phonothèque. Ses attentes quant au traitement de son fonds de sources orales nous ont été plus ou moins clairement formulées. Marceau Gast a déposé afin tout d’abord d’assurer la pérennité de ces supports anciens et fragiles par une conservation dans un lieu adapté et proposant la sauvegarde numérique de ces sources. Au-delà de cet aspect matériel, il s’agit pour le chercheur de garder une trace visible de sa recherche voire de patrimonialiser ses sources à l’instar d’autres ethnologues comme Christian Bromberger qui a déposé son fonds sonore à la phonothèque. De manière plus ou moins consciente ou formulée, le chercheur dépose en effet des sources qui avaient jusque là le statut d’éléments informatifs dans le cadre de sa recherche afin qu’elles acquièrent presque la valeur de « documents-témoins » d’un patrimoine, avec le risque bien présent ici de décontextualiser ces archives et de perdre de vue le caractère construit de ces sources. Ainsi, au-delà de cette simple volonté de « garder une trace » ou de « faire trace », on peut se demander si Marceau Gast, en déposant ses sources, a envisagé de les voir écoutées, réétudiées, revisitées (donc son travail soumis à la critique) par d’autres chercheurs. L’ambivalence est bien présente pour ce fonds, comme pour d’autres issus de la recherche en sciences humaines et sociales.

Or, le traitement de ce fonds inédit pourrait présenter un réel intérêt scientifique. Dans la mesure tout d’abord où le terrain de Marceau Gast peut être revisité par d’autres chercheurs. Par ses thématiques, ce fonds peut intéresser en effet plusieurs disciplines. Dans une démarche comparatiste (diachronique), il peut intéresser l’ethnologue qui étudie aujourd’hui les sociétés berbère ou yéménite ; de même le géographe qui étudie systèmes agricoles et économies rurales ou qui travaille la question des calendriers agraires ou de l’alimentation dans la perspective de la géographie culturelle. Il peut interpeller l’historien qui travaille sur les techniques et savoir-faire agricoles ou encore sur l’histoire de la discipline ethnographique elle-même (l’évolution de ses pratiques, des manières de construire son terrain et ses sources..). Enfin la langue, les chants et traditions orales peuvent être une mine pour le linguiste, l’ethnomusicologue etc… Les possibilités de revisites sont donc nombreuses, dans la mesure notamment où ce fonds est assez riche (environ 150 heures en tout), cohérent dans ses thématiques et étalé dans le temps (enregistrements des années 1960 à 1980).

Le traitement numérique et la documentation de ce fonds présentent l’intérêt également de donner la possibilité à la communauté scientifique de retourner à la source des argumentations de Marceau Gast dans une démarche de vérification et de validation critique (comme il est courant de le faire pour des sources textuelles par exemple).

Dans un autre ordre d’idée, la praticabilité des outils numériques rend aujourd’hui l’usage et la découverte de ces sources orales beaucoup plus accessibles au grand public. La communauté scientifique en sciences humaines et sociales a donc intérêt à utiliser ces nouveaux outils, d’autant plus que la valorisation du « patrimoine culturel immatériel » (qui englobe les « connaissances et pratiques concernant la nature et l’univers » ou encore les « savoirs-faire liés à l’artisanat traditionnel ») est encouragée par l’UNESCO (dans sa Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, 2003).

Les intérêts et objectifs du traitement du fonds sont de plusieurs ordres et doivent être définis. La procédure technique n’est alors pas compliquée à mettre en œuvre.

La procédure établie par la phonothèque de la MMSH

La phonothèque de la MMSH a mis en place une procédure maintenant bien rodée pour traiter un fonds d’archives sonores. Toutes les étapes sont reprises dans un ouvrage, le Guide d’analyse documentaire du son inédit pour la mise en place de banques de données (par Bénédicte Bonnemason, Véronique Ginouvès et Véronique Pérennou, en co-édition avec Modal. 2001) qui constitue aujourd’hui un document de référence. Le novice n’a donc pas à se poser de questions sur la procédure technique. Elle est établie et comporte plusieurs grandes étapes :

  • Réception et stockage du fonds : évaluation de l’état des enregistrements, signature des contrats avec le déposant,
  • Classement, numérisation (si besoin) à partir des supports originaux ; éventuellement traitement du son,
  • Documentation des enregistrements : une écoute précise doit permettre de dégager le sens principal, de repérer un certain nombre d’éléments thématiques et de dégager différents « temps » dans l’enquête (création de plages permettant de « feuilleter » le son). Des notices sont alors créées dans une base de données prenant en compte les standards internationaux d’indexation. Il est important à cette étape de trouver des locuteurs afin de renseigner les enregistrements en arabe et en tamahaq,
  • Gravure des cédés (d’archivage et de consultation),
  • Recherche des éléments de mise en contexte des enregistrements et de tout document pouvant « aider » la compréhension et la revisite de ce fonds. La difficulté documentaire est sans doute le principal « écueil » du fonds Gast.
  • Valorisation : édition d’un catalogue et mise en ligne des notices (accessibilité), travail avec les outils Web.
villages du djebel Harraz, Yémen
Villages du djebel Harraz, Yémen

La potentielle inquiétude des chercheurs vis-à-vis de ces données techniques et juridiques n’est donc pas fondée. La procédure est bien établie et le rôle de la phonothèque est justement de proposer des outils et un accompagnement technique au chercheur à toutes les étapes : depuis des conseils pour optimiser l’enregistrement des enquêtes et entretiens jusqu’à la valorisation ultérieure de ses sources. Par contre, comme le montrent les difficultés posées par certains fonds anciens comme le fonds Gast, il est bon que le chercheur pratiquant la source orale anticipe les questions de conservation et de valorisation futures. La procédure sera en effet plus simple, rapide et scientifiquement valable si le chercheur a pris soin de :

  • faire des enregistrements de bonne qualité (technique/méthodologique)
  • bien référencer, identifier au fur-et-à-mesure chaque enregistrement
  • garder tous les éléments qui ont permis de construire son terrain et ses sources (méthodes, problématique, contacts, notes de terrain…)

Pour cela, il s’agit d’aller au-delà de sa propre recherche, d’oser le regard critique de la communauté scientifique. Il s’agit d’envisager l’intérêt que peuvent présenter ses enregistrements pour d’autres et d’appréhender l’enrichissement que supposent la revisite de son terrain, le dialogue, l’intertextualité. La technique n’est donc pas ici la difficulté. Celle-ci réside avant tout dans les choix scientifiques du chercheur et le travail éditorial de la phonothèque tout au long de la démarche de traitement et de valorisation.

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est d’abord s’interroger sur que conserver et comment le valoriser ?

Faut-il en effet tout garder et, si non, quels critères appliquer à cette sélection ? Répondre à cette question suppose, au-delà d’une évaluation de l’état matériel du fonds, de s’interroger sur le projet qui sous-tend la numérisation : quels sont ses buts scientifiques et éditoriaux ? Car il existe toujours une tension entre recherche d’exhaustivité (tout conserver) et approche sélective (mais partielle) d’un fonds. L’essentiel est, somme toute, de justifier ses choix. Dans ce but, une fiche d’évaluation a été établie pour le fonds Marceau Gast. Elle reprend dans sa structure les différents points suivants :

  • Supports: type, nombre, qualité, durée
  • Cotes et numéros d’enquête
  • Type de contrat passé avec l’informateur et le déposant
  • Description des enregistrements (localisation, date, thèmes)
  • Observations sur l’intérêt de la diffusion
  • Décision de numérisation et justification
  • Décision d’analyse et justification
“In the Sahara, man and camel” (between 1910 and 1915)

La démarche de la phonothèque consiste en effet à traiter un fonds dans sa globalité en essayant de comprendre sa cohérence. Cela passe par l’écoute attentive des enregistrements, la compréhension des documents, afin de pouvoir dégager des corpus (géographique, thématique), de sélectionner les documents selon leur qualité technique (sont-ils audibles ?), la qualité de leur contenu (s’agit-il d’enquêtes qui vont en profondeur ou d’une simple succession d’assertions ?), la cohérence du corpus etc…Ce travail n’a donc que peu à voir avec l’archivage d’un livre. Il ne se résume pas à la numérisation : du temps est nécessaire pour traiter un fonds. La fiche d’évaluation du fonds Gast est destinée à être lue par toute personne intéressée par ce fonds. Elle consigne et justifie l’ensemble des choix faits lors du traitement et de la valorisation du fonds, choix éditoriaux qui peuvent « forcer la lecture » du fonds et dont il faut garder trace.  Pour chaque fonds les questions vont être différentes et les réponses varier en fonction des caractéristiques scientifiques du fonds, de sa qualité, de sa cohérence, des attentes du déposant etc…

Faire des choix scientifiques et éditoriaux, c’est également se questionner sur le choix des bons outils. En effet, le paysage de la communication scientifique aujourd’hui s’enrichit de nouveaux espaces numériques. L’enjeu pour le chercheur est la visibilité de sa recherche au sein de réseaux autres que ceux des publications papier traditionnelles. Les outils étant nouveaux, il s’agit d’adopter plus massivement de nouveaux réflexes dans la gestion des sources de sa recherche (formats choisis, modes de conservation et de mise à disposition, citation…). Pour aider la communauté scientifique dans ses choix, s’est développée une nouvelle discipline, les digital humanities (ou « humanités numériques »), bien implantée dans la sphère anglo-saxonne, mais encore trop peu connue dans le milieu français de la recherche. Se situant à l’intersection de l’informatique et des sciences humaines et sociales, cette discipline regroupe informaticiens, éditeurs, documentalistes, webmasters etc… Son objet consiste à mettre en place de nouveaux outils numériques : des plateformes d’échanges, des bases de données ou encore de nouveaux formats d’édition etc.… dans le but d’accompagner la communauté scientifique dans la pratique de ces nouveaux espaces de communication. Le but général est de garantir l’interopérabilité et la pérennité des données numérique (choix des standards et formats). Le chercheur, en inscrivant son projet de recherche dans ces nouvelles pratiques numériques, s’ouvre ainsi à la mutualisation et au dialogue interdisciplinaire, dans le cadre d’un vaste réseau.

Penser l’usage d’une phonothèque dans la démarche de la recherche ce n’est pas s’arrêter à de possibles difficultés techniques ou juridiques : celles-ci sont à fortement relativiser. C’est avant tout faire des choix en fonction de la visibilité que l’on veut donner à sa recherche et de l’accessibilité que l’on veut donner aux sources de sa recherche. Cela pose la question au final de la conception que l’on a de la communauté scientifique et des outils de sa communication.  Dans ce processus scientifique, des structures comme la phonothèque de la MMSH sont là pour proposer avant tout un accompagnement technique et éditorial à toutes les étapes où le chercheur est aux prises avec ses sources orales. Les difficultés que pose la reprise du fonds de Marceau Gast montrent l’importance d’anticiper ces questions de conservation et de valorisation. Celles-ci peuvent paraître accessoires ou secondaires au moment où se fait la recherche mais, de cette anticipation, dépend cependant une part de la validité scientifique ultérieure que devra acquérir cette recherche au moment de sa communication.

* Pour des éléments d’historique du LAPMO (Laboratoire d’Anthropologie et de Préhistoire des Pays de la Méditerranée Occidentale), on peut lire la nécrologie de Gabriel Camps rédigée par Marceau Gast: Marceau Gast, « Gabriel Camps », Préhistoires Méditerranéennes [En ligne], 10-11 | 2002, mis en ligne le 22 avril 2009, consulté le 12 février 2010. URL : http://pm.revues.org/index288.html

** Institut de Recherches et d’Etudes sur le Monde Arabe et Musulman

Ce billet est une synthèse de la conférence donnée par Laure Principaud lors de la journée qui a eut lieu à Grenoble le 27 janvier 2010 sous le titre L’histoire orale : regards croisés et décalés – France, Brésil, Europe, programme : http://calenda.revues.org/nouvelle15388.html ; à propos de cette conférence, lire aussi Deux journées d’études sur les archives sonores en janvier 2010 (billet du 7 janvier 2010) : http://phonotheque.hypotheses.org/2541

Crédits photographiques: cartons du fonds Marceau Gast et vue du djebel Harraz, Yémen (2006): Laure Principaud ; “In the Sahara, man and camel” (between 1910 and 1915), George Grantham Bain Collection (Library of Congress). Pas de restrictions de copyright connues:http://www.flickr.com/photos/library_of_congress/2349964682/

l’artisanat, les pratiques agricoles, les techniques de conservation des aliments et les traditions orales.

Écouter la mine. Corpus d’enquêtes orales réalisées auprès d’anciens mineurs de charbon du Tarn

Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines
Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines

Alors que le charbon de bois est exploité en forêt par des charbonniers, une autre proto-industrie apparaît au Moyen-âge, lorsque les paysans découvrent à Carmaux le « carbo de pèira » dans leurs champs, la pierre qui brûle, et l’exploitent. Ce charbon de terre supplante peu à peu le charbon de bois comme combustible mais son véritable essor en Carmausin date du milieu du xviiie avec l’arrivée de la famille de Solages et de la Révolution Industrielle au xixe siècle. Il est alors exploité par deux sociétés concurrentes, la SMC (Société des mines de Carmaux) créée en 1865 et la SMA (Société des mines d’Albi) à partir de 1890. Elles sont ensuite nationalisées en 1946 et regroupées sous une même entité, les HBA (Houillères du Bassin d’Aquitaine), elle-même fondue sous l’entité HBCM (Houillères du Bassin du Centre et du Midi) en 1969. De la période moyenâgeuse jusqu’en 1987, le charbon tarnais est exploité par le biais de galeries de mine : c’est l’exploitation par le fond où quelques 106 millions de tonnes sont extraites du sous-sol. Ce mode sera remplacé en 1987 par une exploitation en découverte, définitivement arrêtée en 1997.
Les techniques d’exploitation et d’extraction du charbon ne cessent d’évoluer au cours des siècles, rythmant ainsi une production en constante augmentation. Le métier de mineur suit cette évolution, qui connaîtra pour le xxe siècle un profond changement avec l’arrivée de la mécanisation au fond de la mine à partir des années 1960.

En 2000-2001, le Musée-Mine de Cagnac-les-Mines, créé en 1989 et désormais musée départemental du Tarn, a conduit une série d’enquêtes orales auprès d’anciens mineurs du Carmausin ayant connu la période antérieure à la mécanisation et celle-ci. Ce projet a été réalisé en partenariat avec les Archives départementales du Tarn qui conservent les exemplaires originaux des enregistrements. Ce fonds compte une trentaine de témoignages soit près d’une quarantaine d’heures qui éclairent plusieurs pans de l’histoire de la mine. Chaque enquête s’articule autour de trois grands axes : une présentation du mineur, le travail à proprement dit, la vie quotidienne en dehors de la mine. Le premier axe renseigne sur l’état civil du mineur, la durée de l’exercice de son activité. Le second porte sur l’origine de la famille du mineur, ses débuts à la mine, ses souvenirs du premier jour et du dernier, l’évolution de la situation professionnelle, les effets de la mécanisation sur le travail, l’action syndicale, les mouvements revendicatifs, la fermeture des puits, le dernier jour. Le troisième volet insiste sur le(s) lieu(x) d’habitation, l’organisation de la vie familiale à l’intérieur du foyer, les activités extra-professionnelles du mineur et de sa famille, les rencontres des collègues en dehors du travail, les fêtes corporatives (Sainte-Barbe) et populaires (Saint-Privat), les traditions paysannes et les croyances populaires.

En 2009, l’ensemble du fonds, enregistré sur cassettes DAT, a été entièrement numérisé par le secteur d’archives audiovisuelles et sonores des Archives départementales. En 2008, un contrat de cession de droit et d’utilisation a été adressé a posteriori à chacun des témoins afin d’être en mesure de communiquer le contenu des enregistrements en salle de lecture et de le diffuser sur Internet. L’autorisation de communication et de diffusion a été accordée par la majeure partie d’entre eux.
Ces entretiens sont à l’heure actuelle en cours de catalogage et les Archives départementales espèrent bien les rendre accessibles avant la fin de l’année. Dans l’attente de leur communication voici un court extrait audio. En espérant que vous suivrez l’aventure sonore…

Entretiens : Myriam Devalette, 2000-2001
Enregistrements : Christian Marc, 2000-2001
Numérisation et analyse archivistique : Céline Della Savia, 2009

Céline Della Savia, chargée du secteur des archives audiovisuelles et sonores aux Archives départementales du Tarn

celine.dellasavia@tarn.fr

Site des Archives audiovisuelles et sonores

Crédits photographiques : Musée-mine départemental, Cagnac-Les-Mines. Extrait sonore : Guy Batista. Cote : 8AV03.

La radio et la maîtrise du temps

mary-maguire-1936… C’est le très joli titre d’un article de Jean-François Tétu, professeur à l’IEP de Lyon, paru en 1994 dans la revue Etudes de communication et déposé sur HAL SHS cet été.  L’occasion de le découvrir pour les archivistes du son qui ne connaissent pas tous cette revue en ligne  sur Revues.org (pour ses collections depuis 2002). Ce texte est intéressant car il existe très peu de références sur la question de la perception de la durée d’écoute des “récepteurs” en ligne (j’utilise le champ lexical de l’article). Aussi, si il s’intéresse uniquement à la radio et en particulier à la question du traitement de l’actualité à la radio, l’auteur apporte tout de même quelques éléments à nos interrogations.

Je ne vais pas m’attarder sur les questions de rythme, de contenu et de publics des programmes des émissions radiophoniques d’actualité qui sont les sujets qu’il abordent en profondeur. Le rappel de La guerre des mondes d’Orson Welles, vient en filigrane illustrer la collusion entre les temporalités “actuelles” et “inactuelles”.  Justement, dans l’aventure radiophonique de La guerre des mondes, Jean-François Tétu souligne l’importance de la scénarisation du son dans la perception. Il insiste sur le fait que c’est “à la mise en scène du temps, à la narration que revient le soin de représenter le temps”.  Il démontre ainsi que les règles de l’information écrite ou télévisuelle sont très éloignées des règles de l’information radiophonique. Ainsi, alors que la télévision impose une image de l’évènement (une figure) la radio s’en tient “à une sorte de récit minimal qui vise la seule reconnaissance des catégories de l’action”.

Mais là où les oppositions sont décisives c’est lorsqu’il s’agit de “faire du direct”.  Ainsi, le direct télévisé adhère à la réalité. L’image peut me faire voir autre chose que ce que j’imaginais. A la radio au contraire, les trous dans le récit comme les pauses ou le suspens de la voix me disent que quelque chose “perturbe le sens, traverse ou transperce l’attente narrative”. En bref, le son laisse à imaginer.

Les archivistes de l’audiovisuel se posent beaucoup de questions sur la durée qu’il faudrait allouer aux enregistrements sonores qu’ils veulent mettre en ligne. Les discussions pour savoir si il faut désormais passer du son à l’audiovisuel vont bon train. Un des arguments principal pour faire des collectes en image animées est que la concentration du récepteur serait plus forte si il voit plutôt que si il écoute. A la lecture de cet article, je dirais tout simplement qu’ils devraient laisser les usages s’installer et diffuser leurs archives sonores dans la durée naturelle de l’enquête de terrain. Laisser la place au son. Si il s’agit bien d’une unité intellectuelle qui est mise en ligne (une enquête, une conférence, un environnement sonore), gardons confiance dans l’écoute de l’internaute. Certes,  une enquête orale n’est pas scénarisée et elle est bien loin d’un journal radiophonique ou d’un bulletin météorologique. Mais ces enquêtes produisent du récit (du suspens) dans la temporalité naturelle de l’auditeur et de son imaginaire.

Pour revenir aux images animées, j’ai assisté récemment à plusieurs reprises à la diffusion publique d’enquêtes de terrain filmées non montées et j’ai perçu obscurément des éléments que cet article éclaire. La question du réel par exemple. Concrètement, dans le cadre des enquêtes de terrain, les témoins interrogés sont souvent âgés. Lorsqu’ils sont filmés plusieurs heures, le spectateur les voit petit à petit se fatiguer, perdre physiquement leur énergie.Il se met alors à s’intéresser non plus au discours mais aux objets qui se présentent à sa vue et à l’environnement direct, portant des jugements intérieurs qui vont venir interférer sur l’écoute et rompre avec la temporalité du témoin. Loin de moi l’idée de vouloir supprimer toute image :  voir un visage, un lieu, un espace peut soutenir une écoute. Mais l’image systématique peut aussi engendrer de la confusion. Aux archivistes à imaginer des écoutes d’unités complètes accompagnées de sélections d’images ou de tout autres documents à même de  contextualiser l’enregistrement. Il s’agit finalement de faire de la numérisation et de la mise en ligne de leurs archives non plus un simple travail technique mais un véritable travail d’édition.

A lire ou relire : Tétu, Jean-François. “La radio et la maîtrise du temps”. Études de communication, n°15, 1994, pp. 50-90.

Dépôt dans HAL : http://hal-univ-lyon3.archives-ouvertes.fr/UNIV-LYON3/halshs-00397693/fr/

Crédit photographique : State Library of Queensland, Brisbane (Australie), Magy Maguire est interwievée sur Radio 4BH à Brisbane vers 1936. Pas de restriction de diffusion connue. http://www.flickr.com/photos/statelibraryqueensland/3737277160/

De quelle oreille relire ses notes de terrain ?

HAL induit une nouvelle veille d’information en nous permettant de lire des articles que nous n’aurions pas repéré parce trop loin du domaine dans lequel nous avons l’habitude de fureter. En voilà un, par exemple, qui semble n’avoir aucun rapport avec les questions de terrain des ethnologues. Publiée en 2006 et déposée ces jours derniers sur HAL-SHS, l’étude porte sur des étudiants amenés à suivre des conférences en langue étrangère. Nicolas Guichon, de l’Université de Lyon 2, propose une étude sur la compétence complexe que demande la prise de note rapide sous le titre Le brouillon : aide mémorielle et trace de la compréhension de l’oral. Il rappelle que prendre des notes en écoutant c’est engager ensemble différents processus cognitifs – écouter, écrire, traiter de l’information – qui font appel à la mémoire de travail. Dans l’article, il renvoie vers les différentes stratégies que les étudiants sont amenés à utiliser révélant ainsi une partie des processus de compréhension de l’oral. De quoi s’interroger sur la façon de relire nos notes prises lors d’un entretien de terrain, un jour où le magnétophone a été oublié ou que nous avions tout simplement décidé – pour tout un tas de bonnes raisons – de ne pas l’utiliser.

L’article “Le brouillon : aide mémorielle et trace de la compréhension de l’oral” de Nicolas Guichon est accessible en texte intégral sur HAL-SHS et sur Les Cahiers de l’APLIUT [Association des Professeurs de Langues des. Instituts Universitaires de Technologie], tome 25, n°2, 2006, p. 61-76.

Crédits photographiques : “Untitled” par Thomas Smillie (1843-1917). Premier photographe du Smithsionan il a eut l’idée d’utiliser les images pour cataloguer la collection d’objets du musée. Aujourd’hui ses photographies font elles-mêmes partie des collections du Smithsonian. Ici il s’agit un porte-plume du musée. Droits : no known copyright restrictions, Smithsonian institution archives.