Archives par mot-clé : ethnologie

De la 2CV en ethnologie…

Avant les début d’Internet, les chercheurs en science humaines et sociales diffusaient déjà leurs recherches sur d’autres supports que le papier. Articles scientifiques et ouvrages n’étaient pas suffisants :  le son, l’image et le film ont été des moyens de médiation et de connaissance largement exploités. Ainsi Annie-Hélène Dufour (1947-2002), ethnologue, auteure d’ouvrages et d’articles publiés dans des revues scientifiques (françaises et internationales) sur des sujets aussi différents que la pêche, l’ethnobotanique, les jeux d’enfants ou les pratiques et représentation de l’espace en Provence s’est essayée au film-documentaire. Quatre expériences jalonnent son parcours professionnel : en 1990, elle collabore avec Jean Arlaud autour de la réalisation du film Des yeux plus grands que les oreilles1 ;  en 1992, elle utilise le film pour « fixer » une technique perdue aujourd’hui mais qui était utilisée dans les années 50 pour fabriquer l’huile de cade2 ; en 1993, elle réalise un film sur les Prud’homies de pêche3 dans lequel elle synthétise les rôles clés de cette institution au cours d’une année – c’est de celui-ci dont il est question dans ce billet ; enfin en 2002, elle collabore avec Christian Bromberger pour la réalisation d’un portrait filmé de Germaine Tillion4.

Continuer la lecture de De la 2CV en ethnologie…

  1. En collaboration avec J. Arlaud, Des yeux plus grands que les oreilles, Production : JBA production, La Sept. Il a obtenu le Prix de la mission du Patrimoine ethnologique au 9e bilan du film ethnographique, Paris en mars 1990. []
  2. En collaboration avec J.-F. Robert, Sève de cade, film vidéo couleur BVU SP, durée 22mn, 1992. IDEMEC. []
  3. En collaboration avec L. Bazin, Le partage des eaux, film vidéo couleur, BETACAM, durée 50mn, ARIS. 1993. []
  4. En collaboration avec C. Bromberger, Germaine Tillion, une conscience dans le siècle, SCTAV, Université de Provence. IDEMEC. 2002. []

La recette du mois : Comme un coq en pâte…

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, une fois par mois le dernier lundi , nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain mais pour Noël, exceptionnellement, nous anticipons la parution d’une semaine. Le choix de ce mois-ci s’est porté sur les galettes, pain et brioches « figuratives »..

En décembre 2014, vous aviez entendu la recette de la crichenta, une brioche dont la recette était extraite de l’enquête 2688 , enregistrée le 11 Novembre 1982  par Danièle Musset1. auprès de Madame Marie Rostagni  habitante de Breil-sur-Roya.

Or, à l’écoute de l’ enquête 2691, enregistrée le 5 décembre 2008 par Danièle Musset auprès de Madame Joséphine Sassi habitante de Breil-sur-Roya Alpes-Maritimes, il est fait mention  d’un usage Continuer la lecture de La recette du mois : Comme un coq en pâte…

  1. ethnologue, ancienne directrice du Musée Ethnologique de Salagon de Haute-Provence []

Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

Des enregistrements en 1975 à                        leur traitement documentaire en 2016

Le fonds des portraits des expatriés français au Liban en 1975, ne représente en réalité qu’un volet sur trois des recherches menées par Jean et France Métral. Le premier volet de leur recherche était une étude statistique menée à partir de 8000 fiches de Français expatriés détenues par l’ambassade de France à Beyrouth. Cette étude, rendue aux autorités libanaises en 1975, a disparu au moment du pillage et de l’incendie qui a détruit l’Administration centrale de la statistiques. Les chercheurs, rentrés en France en juillet 1975, apprirent leur disparition le mois de septembre suivant. Le deuxième volet de l’étude était constitué de témoignages des Français expatriés, enregistrés par le couple de chercheurs en collaboration avec Alain Battegay1. Interrompu par la Guerre civile du Liban survenue en mai 1975, les entretiens n’ont pu tous être menés sans que l’on puisse évaluer combien il en manquait. Quant au troisième volet, l’analyse des institutions françaises de Beyrouth, celui-ci n’a pas du tout pu être commencé. Continuer la lecture de Beyrouth en 1975 : archéologie d’un contexte de production d’archives orales

  1. Alain Battegay était alors en coopération militaire à l’Université Libanaise de Beyrouth, rattaché à l’Université de Lyon, il a été ensuite rattaché au Laboratoire Méditerranéen de Sociologie (LAMES) à Aix-en-Provence de septembre 2006 à juin 2016.  []

Cloches de bovins dans le Haut-Jura

Pierre Laurence, ethnologue1 a déposé en 2013 à la phonothèque de la MMSH les sources orales de ses recherches. Au cours des mois d’avril et de mai 1991 sa collection sonore en lien avec un rapport réalisé en 1991 sur les cloches dans le Haut-Jura a été traitée.  Ces enquêtes avaient été enregistrées en vue de la préparation d’un film qui a été diffusé sous le tire  Petites histoires de cloches, d’hommes et de vaches, réalisé en 1993 par Georges Nivoix pour le Musée des techniques et cultures comtoises. Elle sont désormais accessibles en ligne sur la base Ganoub.

L’étude avait été effectuée à la demande du Musée des Techniques et Cultures Comptoises et du Parc Naturel du Haut-Jura. L’objet était mieux appréhender la culture des cloches pour bovins dans le Jura. Pierre Laurence avait été sollicité en tant qu’ethnologue, bon connaisseur du domaine campanaire en Languedoc-Roussillon2. dont il est originaire.  Dans ce cadre, il a mené entre le 2 et 8 mai 1991, une série d’entretiens auprès d’éleveurs et de fabricants de cloches de bovins. Continuer la lecture de Cloches de bovins dans le Haut-Jura

  1. Après avoir longtemps travaillé à l’Office départemental d’action culturel dans l’Hérault (ODAC), Pierre Laurence est aujourd’hui chef du service patrimoine à la direction des publics de la culture au sein du Pôle Culture-pierres vives à la Direction Générale Adjointe Education jeunesse culture sport loisirs de l’Hérault. Il a déjà déposé à phonothèque de la MMSH les archives sonores en lien avec une étude sur les Cévennes :  Du paysage et des temps : la mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte, Rapport final de recherche (resp. scient. J.N. Pelen), DRAC Languedoc-Roussillon, Parc national des Cévennes, SIVOM des Hauts-Gardons, 1999. []
  2. En 1990, il avait publié à l’ODAC avec Dominique Dalga et Sylvie Groueff, un rapport de recherche sous le titre « Techniques de fabrication, usages et représentations des cloches, sonnailles et grelots » et dans la revue Terrain (n° 16, mars 1991, pp. 27-41) un article sur le thème : « Cloches, grelots et sonnailles : élaboration et représentation du sonore ». Plus tard, en 1994, il a publié deux chapitre d’ouvrages. Le premier sur la fonderie Granier à Saint-Gervais-sur-Mare, un village situé dans le département du Hérault, au nord de Béziers sous le titre « La fabrication des cloches à la fonderie Granier : une technique dans l’histoire », dans l’ouvrage Chants des cloches, voix de la terre. Carillons et traditions campanaires en Languedoc-Roussillon – (Montpellier, Presses du Languedoc, 2000, pp. 69-84). Le second, dans l’ouvrage sur le thème Homme, l’animal et la musique (Collection Modal, n° 4, Niort, U.P.C.P.-Geste Editions, 1994, pp. 10-19), plus orienté sur les cloches animales sous le titre « Les cloches et sonnailles du monde pastoral : une tradition utile ». []

Les archives des ethnologues : pour quoi faire ?

Frédéric Dubois, Éric Jolly et Sophie Blanchy organisent le 3 octobre 2014 une journée d’étude à la Maison d’archéologie & d’ethnologie (MAE), Salle 308 F, 9h30-17h) sur le thème  « Les archives des ethnologues : pour quoi faire ? ». L’ambition de cette journée est double: d’une part, faire le point sur l’intérêt des archives des ethnologues et sur l’utilisation toujours croissante qui en est faite dans des domaines variés (histoire des sciences, partages de données, revisite de terrain…), et, d’autre part, réfléchir à l’évolution numérique des archives avec les divers acteurs concernés, de celui qui dépose ses documents à celui qui les traite ou les consulte. C’est aussi l’occasion de faire un bilan prospectif, avec et autour de Marie-Dominique Mouton, en lui demandant de retracer l’histoire des archives ethnographiques au LESC, qui ont commencé dans les années 1990 et qui ont été à l’origine d’un projet en cours Naissance de l’ethnologie française. Les premières missions ethnographiques en Afrique, dans le cadre du Labex Les passés dans le présent.

Programme

matinée
9h30

1. histoire des archives ethnographiques : pratiques et réflexion 

Modérateur : Gilles Tarabout (LESC) 

Sophie Blanchy (LESC) : Brève introduction
Marie-Dominique Mouton (LESC) : En guise de bilan : des archives d’ethnologues aux données des anthropologues, un tournant décisif
Marion Abélès (LAS) : Histoire des archives ethnographiques au LAS

2. revisite, restitution et réflexivité 

Modératrice : Maria Couroucli (EFA, LESC) 

Antoinette Molinié (LESC) : Les archives de l’ethnologue comme terrain de recherche
Marie Gautheron (ENS Lyon) Vivants objets : un exemple de remise en circulation des archives
Françoise Zonabend (LAS) : D’une archive à l’autre : compléments d’enquête

après-midi
13h45 

3. les chercheurs dans les archives 

Modératrice : Françoise Zonabend (LAS) 

Cécile Van Den Avenne (ENS Lyon) : De la description linguistique à l’enquête orale. Lire les archives pour comprendre la linguistique de terrain
Brice Gérard (Labex Hastec) : Historiciser l’épistémologie. Le statut des notes de terrain dans l’histoire de l’ethnomusicologie
Éric Jolly et Marianne Lemaire (IMAF) : Archives, histoire de l’ethnologie et écriture ethnographique

4. archiver la recherche 

Modératrice : Véronique Ginouvès (MMSH, Phonothèque) 

Frédéric Dubois et Olivier Herrenschmidt (LESC) : Déposer ses archives, archiver la recherche
Nicolas Prévôt (LESC-CREM) : Archiver et partager les données en ethnomusicologie : le patrimoine musical des Nanterriens sur la plateforme en ligne Telemeta

Conclusion 

Yann Potin (Archives nationales) : Des archives à double-fonds ? Transmission et conservation des documents produits et collectés par la recherche ethnologique : une perspective archivistique

La journée se terminera par un pot en l’honneur de Marie-Dominique Mouton, un hommage joyeux à sa curiosité scientifique et archivistique qui réussi à faire en sorte que chercheurs et ingénieurs en France et au niveau international, échangent et réalisent des projets autour des archives scientifiques.

Lieu et horaires : MAE, Salle 308 F, 9h30-17h

Pour des raisons logistiques, merci de signaler votre présence à catherine.beaumont<at>mae.u-paris10.fr

 

Crédits photographiques : Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, by Smithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, bySmithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, RU 371 – Smithsonian Institution, Office of Public Affairs, The Torch, 1955-1960, 1965-1988, Local number: SIA RU000371.(SIA2009-2059). Pas de restrictions de droit connues. L’image a déjà été utilisée sur le carnet pour présenter la journée d’étude sur les matériaux de terrain des ethnologues organisée par Marie-Dominique Mouton les 24 et 25 janvier 2013 : http://phonotheque.hypotheses.org/10200 

Voyage dans des terrains ethnographiques : catalogue des sources orales du terrain de Christian Bromberger

En 1997, Christian Bromberger a été l’un des premiers anthropologues à déposer les archives sonores issues de son terrain dans une phonothèque de recherche, celle de l’UMR TELEMME qui allait ensuite intégrer la Maison Méditerranéenne des sciences de l’homme1. Aujourd’hui, la phonothèque met à disposition plus de 100 heures d’enquêtes orales  issues  des différents dépôts réalisés par Christian Bromberger entre 1997 à 2008. Un catalogue documentaire vient d’être réalisé qui vous propose de découvrir ces corpus auxquels ont été ajouté les conférences déposées à phonothèque dans lesquelles Christian Bromberger est intervenu ainsi qu’un entretien réalisé par Cyril Isnart en 2006 sur le dépôt de ses archives. L’ensemble peut être interroger sur la base Ganoub de la phonothèque.

 

Crédits photographiques : l’illustration du billet est composée des couvertures des livres suivants : Bromberger, Christian, Trichologiques: une anthropologie des cheveux et des poils, 1 vol., Montrouge, France, Bayard, 2010; Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, 1 vol., Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995; Bromberger, Christian, Un autre Iran: un ethnologue au Gilân, 1 vol., Paris, France, A. Colin, DL 2013, 2013 ; Bromberger, Christian, «Les chansons ”populaires” : hétérogénéité et ambiguïtés d’un patrimoine», Gens du val Germanasca contribution a l’ethnologie d’une vallée vaudoise, vol. xiii, 1994. Photo Tussan, 1982, M-H Sibille.

 

  1. Pour suivre l’histoire des différents rattachements institutionnels de cette phonothèque créée en 1979 au sein du CREHOP – Centre de recherche sur les ethnotextes, l’histoire orale et les parlers régionaux -, consultez le numéro spécial de Rives sur « Les 20 ans de l’UMR TELEMME » []

Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe = Ethnographic archives workshop, Nanterre, MAE 24 & 25 janvier 2013

Quelles sont aujourd’hui les réalisations et réflexions menées dans les différents pays européens autour des matériaux de terrain d’ethnologue ? Les deux journées du 24 et 25 janvier voudraient tenter un état des lieux sur les thématiques suivantes : la politique de collecte ; les projets de numérisation, les réalisations en matière de structuration et documentation des données (métadonnées, normes et standards, archivage à long terme) ; la diffusion et la valorisation ; les usages scientifiques ou non scientifiques des archives (histoire de l’anthropologie, ré-analyse des données, revisite de terrain, artiste en résidence) ; les questions éthiques associées à ces différentes thématiques. Plus qu’un recensement de réalisations et projets divers ces journées voudraient être l’occasion de construire, à l’échelle du continent européen, un groupe de travail autour des questions d’archivage et de valorisation des matériaux de terrain des ethnologues.

Entrée libre sur inscription, contact : marie-dominique.mouton@mae.u-paris10.fr
Lieu : Maison René Ginouvès : http://www.mae.u-paris10.fr 

 

Les matériaux de terrain des ethnologues en Europe = Ethnographic archives workshop – Journées organisées par le Consortium Archives des ethnologues (TGIR Corpus),

 Jeudi 24 janvier : Salle du Conseil 4ème étage

10h-10h15

Présentation de la journée, par Gilles Tarabout et Marie-Dominique Mouton (LESC)

10h15-11h

Des archives aux données de la recherche : projets internationaux, par Francis André (DIST, CNRS)

11-11h45

Getting off the verandah: managing the archives of anthropologists and anthropology at LSE, par Sue Donnelly (London School of Economics and Political Science, Great Britain)

11h45-12h – Pause

12h-12h45

Les archives ethnologiques de Leo Frobenius : à la recherche de nouveaux usages, par Richard Kuba (Institut Frobenius, Frankfurt, Germany)

12h45-14h – Déjeuner

Salle 308 – 3ème étage

14h-14h45

Cartographier les archives de la recherche : les enjeux du catalogage pour le partage et la valorisation, par Véronique Ginouvès (Phonothèque de la MMSH), Marie-Dominique Mouton (Bibliothèque Eric-de-Dampierre, MAE, Nanterre)

14h45-15h30

KITLV Leiden = where the twain meet. Research and collections between east and west, par Reinder Storm (Royal Netherlands Institute of Southeast Asian and Caribbean Studies, Netherland)

15h30-15h45- Pause

15h45-16h3o

Le tournant immatériel du patrimoine : nature des données et expériences en Espagne et en Galice, par Anxo Fernández Ocampo (Université de Vigo, Spain)

16h30-17h15

« Consortium géographie : Images des géographes » : archiver des données cartographiques et photographiques, par Caroline Abela (Centre de documentation Regards, Bordeaux)

17h30 – Cocktail

 

Vendredi 25 janvier

Salle du conseil 4ème étage

9h30-10h Accueil – Café

10h-10h45

Archives ethnologiques et minorités nationales: quelques jalons, par Maria Couroucli (IFA, Greece)

10h45-11h30

Le pouvoir des archives : les ontologies numériques sont-elles un danger pour la recherche ? L’exemple d’ODSAS, par Laurent Dousset (CREDO, Marseille, France)

11h30-11h45 – Pause

11h45-12h30

Reflections on ethnographic archiving from UK, par David Zeitlyn (Département d’anthropologie, Université d’Oxford, Great Britain)

12h30-14h – Déjeuner

14h-16h

Round Table: About an European cooperation around anthropological records, animé par Stéphane Pouyllau (Directeur de Corpus IR) avec tous les intervenants.

 

Crédits photographiques : Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, by Smithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, Lucille St. Hoyme (1924-2001), J. Lawrence Angel (1915-1986), and Thomas Dale Stewart (1901-1997), 1967, bySmithsonian Institution Office of Public Affairs, Smithsonian Institution Archives, RU 371 – Smithsonian Institution, Office of Public Affairs, The Torch, 1955-1960, 1965-1988, Local number: SIA RU000371.(SIA2009-2059). Pas de restrictions de droit connues.

L’homme des bois et du charbon

Construction de la cheminée centrale

Voilà qu’à nouveau des entretiens se croisent, effectués à différentes époques et pour différents objectifs de recherche. A quelques 30 ans d’écart, entre 1978 et 2007, dans le Var, les Bouches du Rhône et en Lozère l’histoire de l’exploitation de la forêt se décline, principalement autour de la fabrication du charbon de bois. Ou plutôt l’histoire des charbonniers, de leur famille, de la société et de l’époque dans lesquelles ils vivent. Car en filigrane des descriptions précises des bois utilisés, des techniques de montage d’une charbonnière et de la gestion de l’air pendant la combustion, nous entendons d’autres informations. Sur les savoirs-faire, sur leur transmission d’un homme à un autre, d’un groupe d’hommes à un nouveau venu, qui, patient, écoute, regarde, essaye, et recommence les mêmes gestes jusqu’à les maîtriser et les transmettre à son tour, jusqu’à ce que le groupe décide de l’intégrer tout à fait. La technique est ancienne, elle s’adapte aux terrains, aux bois, aux vents et aux hommes qui la font vivre.

Empilage des morceaux de bois

 

La meule de bois avant qu'elle ne soit recouverte de terre

Les auteurs de ces enquêtes sont ethnologues, Annie-Hélène Dufour, 1978, Claudette Castell et Nicole Coulomb, 1980, Jean-Noël Pelen, 1993, Laetitia Nicolas, 2007 et dialectologue avec Pierre-Jean Chabert en 1981. Chacun y aborde à sa façon, des questions de sciences sociales, et obtiennent des pièces d’un portrait de professionnel ancré dans l’espace sauvage de la forêt. Si les pêcheurs et les chasseurs reviennent dormir au logis, il en va autrement des charbonniers dont les femmes ou les enfants apportent parfois le repas au cœur des clairières.

Extrait de l’enquête 275 à Vauvenargues en 1981 1

Combustion

En effet, au cours de ces enquêtes il est aussi question de choses plus pragmatiques : manger, dormir, se laver, sans quitter la forêt, ni le travail du charbon qui demande une telle surveillance de chaque instant « pour éviter que le feu brûle tout ».

Alors on vit là, on sent la feuille de chêne, la fumée, on se colore petit à petit à la couleur du charbon. Le travail est celui des pauvres, des immigrés italiens, des réfractaires au STO, des maquisards fuyant le fascisme.

Extrait de l’enquête 2426 à Collobrières en 19782

Démontage de la meule

Ces détails ordinaires et cette autonomie sont abordés avec légèreté, sans ostentation ni misérabilisme. A l’imagination de l’auditeur de ces enquêtes de faire le reste. Il suffit d’avoir déjà marché dans un sous-bois, d’avoir entendu ce silence si particulier, empli d’une infinité de bruissements divers et de craquements, d’avoir senti l’odeur prégnante du vert des arbres et de l’humus pour voir ces gens, hommes adultes, adolescents et même enfants, vivre là, au milieu des arbres, dans des cabanes de fortune, loin des villages, loin de la cité.

Extrait de l’enquête 525 à Aureille en 19933

Chargement du charbon de bois

Pas toujours isolés puisque certaines époques relatées ont connu les pacages des troupeaux sous les arbres pour le débroussaillage, la coupe régulière des bûcherons et l’exploitation du rusque (le chêne liège).

Extraits de l’enquête 2607 à Bargème en 20074

La chronologie de ces récits apporte des informations sur les différentes époques de la fabrication du charbon de bois et des savoirs sur la forêt hérités et transmis. Ces savoirs prennent une place toute particulière dans nos sociétés modernes ou les questions des incendies et de la place des forêts interviennent dans le débat citoyen.

 

Crédits photographiques : Fabrication de charbon de bois en Forêt-Noire en Allemagne vers 1900, Ces images sont dans le domaine public car leur copyright a expiré. http://fr.wikipedia.org/wiki/Charbon_de_bois

  1. Le cercle de Vauvenargues, enquête de Pierre-Jean Chabert []
  2. Souvenirs des travailleurs italiens, enquête d’Annie-Hélène Dufour []
  3. Les charbonnières de la colline, enquête de Jean-Noël Pelen []
  4. L’évolution du rapport aux bois par un habitant de Bargème, enquête de Laetitia Nicolas []

« Qui a dit que les stages en entreprise ne déclenchaient pas de vocations ? »

Printemps 2001. Du haut de mes quatorze ans, mes tresses africaines sur la tête et mon « eastpack » sur le dos, je débarque à la phonothèque de la MMSH pour y effectuer mon stage en entreprise de 3ème. Ayant découvert l’existence de l’ethnologie dans la rubrique « lettre E » des métiers listés au CDI du collège, je n’avais pas idée de ce qui m’attendait…

A peine arrivée et en dépit de mon jeune âge, je suis accueillie avec la plus grande déférence et convivialité par Véronique Ginouvès, documentaliste, et Corinne Cassé, anthropologue, assistante à la phonothèque. Si la semaine de stage se déroule dans une bonne humeur joviale, elles ne prennent pas leur rôle à la légère. Au cours de la semaine, présentation de leurs professions, traitement de documents sonores et rencontre avec divers chercheurs sont au programme.

Je suis prise sous leurs ailes : en dehors des heures de travail, elles m’embarquent à la cafétéria, dans une fête du personnel, mais surtout elles me font partager leurs expériences professionnelles et personnelles. Avec Corinne, nous échangeons de longues conversations sur le rôle de l’ethnologue, les difficultés pratiques liées au métier, la méthodologie et l’éthique du chercheur. Elle illustre ses propos d’exemples, et me propose même de l’accompagner sur son prochain terrain. Je jubile !

Les différentes rencontres effectuées à la MMSH vont dans le sens de l’enthousiasme bienveillant de Corinne et Véronique ; tous contribuent à me rendre le métier compréhensible et accessible.

Ainsi, Evelyne Disdier, à la médiathèque, me fait découvrir une carte du monde datant de Louis XV ainsi qu’un album de photos prises en Tunisie dans les années 1950 qui appartiennent aux collections de la MMSH. Mais cela ne s’arrête pas là : nous discutons de l’actualité brûlante de l’époque et du rôle politique des médias, ce qui ouvre sur une discussion profonde sur la dimension subjective des images !

Jean-Noel Pelen, chercheur au CNRS, m’offre aussi de son temps et discute avec moi de sujets très sérieux lié à ses dernières recherches : qui peut-on qualifier d’« exclu » ? Peut-il s’agir d’une catégorie analytique ? La découverte de l’approche inductive me contrarie quelque peu car je ne comprends pas encore que l’on puisse travailler sur un sujet non défini au préalable. Nous parlons aussi de l’étrangeté, de l’aspiration à changer de point de vue, du rêve, de son impact sur le réel, de questions existentielles, du désir de voler…

Aux vues de mes tresses, Marilyne Crivello, professeur d’histoire, me conseille de consulter un mémoire de maîtrise sur de jeunes marseillaises d’origine comoréenne qui doivent effectuer le « Grand Mariage »1. Elle contribue même à me rendre cette recherche palpable en me prêtant la vidéo de l’entretien qui y est associée.

Ma plongée dans la salle des mémoires est initiée, je m’y engouffre littéralement, fascinée par l’originalité des thèmes qui y sont traités. Je me laisse même surprendre à ne plus voir le temps passer. La jeune fille que je suis se tourne vers les titres qui attirent spontanément son attention. Je me souviens être restée longtemps marquée par l’étonnement qui m’a saisie lorsque, à la lecture d’un mémoire sur la perception de la beauté aux Antilles, je réalisais que c’était systématiquement la fille que je trouvais la moins belle sur les photos qui était élue Miss. Comment se pouvait-il que des personnes aient des perceptions si différentes des miennes ?

En fin de semaine, je passais au stade supérieur et me lançais dans la passionnante lecture de Mœurs et Sexualité en Océanie de Margaret Mead, me délectant de à l’inversement des schémas et de l’exotisme des sociétés décrites…Si loin du désenchantement ! Je me souviens que le jour de mon départ, avant de passer la porte, Corinne m’avait lancé: « Je suis sûre que tu vas beaucoup apporter à l’anthropologie ! ». Ma mère m’avait dit qu’elle était gentille. Moi, j’envisageais d’en devenir capable…

A la fin du rapport de stage, il nous était demandé de faire le lien entre nos études et l’avenir. A sa relecture, onze ans plus tard, je me rends compte que j’ai fait exactement ce que j’avais écrit : après un bac général, je suis partie une année à l’étranger afin d’élargir mes horizons et me confronter à l’altérité, après quoi j’ai entrepris des études d’anthropologie. Ce que je n’avais pas prévu, c’est qu’ayant découvert l’Amérique centrale, je les réaliserais à la fac de Nanterre, afin de partir un an en échange au Mexique, puis que j’entrerais à l’EHESS de Paris pour le Master.

C’est lors de la rédaction de mon mémoire, intitulé Des expériences intimes de la translocalité. Usages du « lieu », usages de l’Autre et élaborations identitaires en situation touristique (Tulum, Quintana Roo, Mexique), que j’ai été amenée à me remémorer mes quatorze ans. Tenue d’expliquer le choix de mon objet d’étude, je l’introduisais par le constat suivant :

« Ce mémoire est parti de l’interrogation éminemment générale, commune et sujette à controverse : Qu’en est-il des « identités » dans la « globalisation » ? De fait, il s’agissait de la question à la mode au début des années 2000, quand mon intérêt pour l’anthropologie s’est éveillé. Si son omniprésence dans les médias la rendait intrigante aux yeux de l’adolescente que j’étais, elle s’accompagna du souhait de la disséquer pour mieux la comprendre, bref de la déconstruire. Les années qui suivirent me fournirent le matériel conceptuel et empirique nécessaire à l’entreprise de ce projet. »

La prochaine étape est lancée : me voilà doctorante, de retour dans le sud, où je compose ma thèse dans les locaux familiers de la MMSH

Le plus fou dans tout ça, c’est que je l’avais prévu !

Mélissa Elbez – Contact : Melissa.elbez[@]ehess.fr

Crédits photographiques : Corinne, Mélissa et Véronique photographiées par Benjamin Vettori à la MMSH, 24 janvier 2012.


  1. Elaboration de sources filmiques en histoire : la représentation du grand Mariage pour les jeunes Comoriens à Marseille par Franck Salingardes, maîtrise d’histoire sous la dir. de Maryline Crivello, Université de Provence, 2000, 130 p. []

Ceremonia de căsătorie în Ţara Oasului : nou corpus disponibil la Fonoteca (MMSH, Aix-en-Provence)

În februarie 2011, etnologul Danielle Musset,1 a depus la Fonoteca de la MMSH anchetele de teren realizate pentru teza sa de de doctorat având ca subiect Ceremonia de căsătorie în Moişeni, România 2. Corpusul anchetelor, cu o durată totală de cinci ore, conţine două interviuri cu locuitori din Moişeni,  cântece, dansuri tradiţionale, ritualuri şi peisaje sonore din timpul nunţii. În cadrul practicii obligatorii pentru validarea anului 2 de master numit Monde du livre, am avut ocazia de a documenta cele 41 anchete de teren înregistrate între anii 1974-1977. Corpusul constituit este consultabil în baza de date Ganoub a Fonotecii.

Aceste anchete au fost înregistrate în Țara Oaşului (nord-vestul României),  în Moişeni, Huţa şi Bixad, sate din judeţul Satu Mare, într-o zonă încă puţin studiată în anii 70. În timpul unui voiaj, această zonă a atras curiozitatea etnologului Danielle Musset care s-a hotărât să studieze această piesă fundamentală a vieţii rurale, imediat influenţată atât de evoluţia mentalităţilor cât şi de orice altă schimbare a societăţii ((Danielle Musset, Le mariage à Moişeni, Roumanie, coll. Etudes et documents balkaniques, vol.3, Laboratoire d’Anthropologie sociale, Paris, 1981, p. 1)) care este nunta. Lucrarea a avut ca obiectiv studiul riturilor şi tradiţiilor nupţiale , dar şi acela de a cerceta manifestarea raporturile dintre sexe3.

Doi bărbaţi ne împărtăşesc  momentul propriei nunţi,  povestind cum se desfăşoară şi explicând unele tradiţii. Informatorii detaliază funcţiile  şi intervenţiile diferitelor personaje ale ceremoniei: starostele4, stegarul5, socăciţa6, mirii, naşii. Înregistrările cântecelor, dansurilor, ritualurilor şi a ambianţei din timpul nunţii devin ecoul celor două interviuri, completându-le în acelaşi timp. Casetofonul a surprins atmosfera petrecerii,  pus în funcţiune în numeroase reprize,  chiar şi în timpul deplasării cortegiului spre biserică. Putem asculta chiuituri ale feciorilor şi fetelor din timpul dansurilor, replici ale actorilor nunţii, dialoguri între nuntași, strigatul darului… Cercetătorul a studiat  și activitățile sociale: ca șezătorile sau primirea feciorilor în zi de sărbătoare la Moișeni. Putem asculta cântece interpretate numai de voci feminine, cântece pline de tristețea miresei ce va părăsi casa părintească, despre căsătoria din dragoste sauabordând statutul femeii căsătorite, etc. Pentru o mai bună întelegere a elementelor de literatură orală, comentariile înregistrărilor conțin unele versuri transcrise în română și traduse în franceză. În timpul acelorași șezători, puteți de asemenea asculta melodiile ondulatorii ale fluierelor populare..

Documentarea acestor arhive s-a realizat în colaborare cu doamna Danielle Musset care a avut bunăvoința de a reveni asupra propriilor notițe de cercetare. Fiecare descriere a înregistrărilor ce redau tradiții conține trimiteri la volumul 3 al revistei de Studii şi documente balcanice, lucrare7 pe care autoarea a depus-o odată cu înregistrările. Volumul conține transcrieri și traduceri ale discursurilor de rămas bun (Bulciugul miresei ; Bulciugul mirelui).

Așadar de ce încearcă socăcițele sa vândă nașului găina îndelung pregatită ? Cum se face negocierea ? Sau mai important: înainte sau după Jocul colacilor ?8. Lucrarea lui Danielle Musset și ascultarea înregistrărilor sunt elemente interesante pentru reconstituirea unei realităţi est-europene, o lume probabil demult dispărută – dacă ne gândim la efectele globalizării.

Fotografiile din articol aparțin cercetătorului Danielle Musset, autor al tezei Le mariage en Pays d’Oaș (nord-ouest de la Roumanie) au début des années 1970.

Varianta articolului în franceză: http://phonotheque.hypotheses.org/4761

  1. Danielle Musset este în prezent directoareaMuzeului Salagon []
  2. Această teză a fost scrisă sub îndrumarea lui Paul Henri Stahl şi susţinută în iunie 1978, la Şcoala de  Inalte Studii Sociale (EHESS) din Paris []
  3. Ibidem []
  4. Starostele, cuvânt învechit şi regionalism tradus în franceză prin meneur de jeu (conducătorul ceremoniei), care în contextul nunţii desemna persoana trimisă la părinții unei fete spre a o cere în căsătorie pentru altcineva, adică pețitorul. []
  5. Stegarul este tradus din româna ca porte-drapeau. Aici este vorba de steagul la nuntă, un drapel cu clopoţei. []
  6. Socăciță este cuvânt învechit  şi regionalism pentru bucătărese. În cadrul nunţii erau cele care se ocupau de pregătirea felurilor de mâncare şi a unei găini special preparate pentru a fi negociată cu naşul. []
  7. Această lucrare se va regăsi în catalogul Bibliotecii MMSH []
  8. [explicația în limba franceză a cuvântului « colaci »] []

Alina Zaharia

Professeur de français en Roumanie, titulaire d'un master de Réclame et Publicité de Bucarest, Alina Zaharia suit à présent les cours du Master Monde du Livre à Aix en Provence.

More Posts