Archives par mot-clé : Europe

Compte rendu de l’édition 2013 du colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale

Les 5 et 6 juillet derniers, le colloque annuel de la Société britannique d’histoire orale s’est déroulé à Brighton (R.-U.) au sein du Centre for Life History and Life Writing Research. Cette année, ce rendez-vous des professionnels britanniques et anglo-saxons de l’histoire orale portait sur « l’histoire orale dans l’administration et dans l’entreprise ».

Dans l’optique1 de contribuer à la diffusion des pratiques françaises de l’histoire orale au Royaume-Uni et à la connaissance des expériences anglo-saxonnes en France, j’y ai coordonné une session sur la place du patrimoine immatériel dans l’histoire française des entreprises et des administrations. Avec Marie-Noëlle Polino2 et Arthur Mettetal3 , nous avons proposé, à travers quatre cas d’études, une réflexion sur l’histoire de ces structures en France et son inflexion récente vers les archives orales.

Après avoir exposé le contexte français de l’histoire orale et de l’histoire des entreprises et des administrations, nous avons présenté quatre projets de collecte d’entretiens, élaborés avec des méthodes, des moyens et dans des cadres différents. Ont ainsi été détaillées les collectes menées par l’association French Lines sur l’histoire des grandes compagnies maritimes, par l’Office Français pour la Protection des Réfugiés et demandeurs d’Asile auprès de ses anciens agents, par le collectif Anachronique Symposium Committee sur les anciens employés de l’usine Panarroya-Metaleurop et par l’Association pour l’histoire des chemins de fer sur la vie et le travail des cheminots pendant la Deuxième Guerre mondiale.  

Marie-Noëlle Polino a animé notre discussion sur les usages du patrimoine immatériel dans ces milieux. Le public, qui a rempli notre petite salle de séminaire, a été invité à contribuer à notre comparaison des usages de l’histoire orale en France et dans les pays anglo-saxons.

 

Nos présentations se sont inscrites dans une réflexion portant sur de multiples aspects de l’histoire orale des entreprises et des administrations. Je vous propose un petit aperçu4 des questions soulevées et des approches adoptées dans les différents pays et projets représentés durant ces deux jours.

 

Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l'aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.
Photo des participants, Brighton, juillet 2013. Avec l’aimable autorisation de Stuart G. Robinson, University of Sussex.

Un défi pour l’histoire orale

Dans son introduction générale, Rob Perks (British Library, R.-U.) nous a rappelé qu’il s’agissait de la première des conférences annuelles de l’Oral History Society, depuis la première édition en 1971, à aborder le thème des entreprises. Cela s’explique notamment par les origines politiques de l’histoire orale au Royaume-Uni : elle a été lancée avec le mouvement de « history from bellow », par les chercheurs s’intéressant à  l’histoire des dominés (sous-représentés dans la recherche : les ouvriers, les immigrés, les femmes, les enfants…).

Malgré tout, l’histoire orale s’avère être un bon moyen pour permettre aux entreprises de garder une trace des savoir-faire, pour apporter une reconnaissance aux employés, pour tirer les leçons des échecs, ou encore pour construire une image de marque.

Les défis qui se posent à l’historien oral sont nombreux s’il veut aborder le thème du business : dépasser sa réticence vis-à-vis des grandes entreprises et institutions, se confronter aux relations de pouvoirs de ce milieu, négocier un cadre de travail, garantir la polyphonie et enfin établir si l’enquêteur doit être interne ou externe à l’établissement.

 

Le business de l’histoire des entreprises

La valeur de l’histoire vivante : pourquoi les entreprises compétitives investissent dans des projets d’histoire orale (allocution plénière de Bruce Weindruch, fondateur et CEO de The History Factory, E.-U.) :

L’entreprise The History Factory a été créée en 1979 à Washington D.C. et emploie aujourd’hui 35 personnes dont les différents métiers (archiviste, graphiste, historien…) sont mis à profit pour répondre à des commandes d’histoire orale d’entreprises et d’institutions dans le monde entier. Les entretiens, réalisés auprès d’employés de structures telles qu’Adobe, McDonalds ou Western Union, sont sauvegardés dans l’un des 35 bâtiments servant à l’archivage des projets. 

L’intervenant remarque que les entreprises qui le contactent (sa politique est de ne jamais démarcher de possibles clients) sont très préoccupées, non par le changement, mais par la perte de leur identité. Par ailleurs, beaucoup des projets sont commandés après l’enterrement d’un haut dirigeant d’entreprise : ces cérémonies servent de déclencheur pour les autres responsables qui s‘inquiètent de la mémoire qu’ils laisseront derrière eux, à leur départ de l’établissement. 

Les projets de collecte revêtent des formes très différentes : le kit de collecte (selon le concept du « Do It Yourself »), les enquêtes téléphoniques, les entretiens collectifs, la discussion filmée entre membres d’une équipe… Une fois collectés, les entretiens sont transformés en des produits utilisables par l’entreprise à l’avenir (mini site internet, film, livre, etc.). Ainsi, la devise de The History Factory est « Start with the future, and walk back ».

La compagnie revendique le respect d’une éthique professionnelle rigoureuse : les entretiens font l’objet de contrat de cession de droits d’auteur, les commanditaires reçoivent un dossier expliquant le déroulement de la collecte et les enquêtés obtiennent des conseils pour se préparer à l’entretien. Chaque entretien coûte en moyenne 10 000$ (environ 7 500€) en incluant le coût de toutes les étapes depuis la recherche préparatoire jusqu’à la réalisation du produit final. 40% du temps utilisé dans ce processus est dédié à la recherche.

Les entretiens ne se concentrent pas que sur les dirigeants, les employés en bas de la hiérarchie d’entreprise ont aussi la parole car les commanditaires reconnaissent souvent que ce sont ces employés qui possèdent la connaissance de terrain. De même qu’est généralement accepté que les personnes qui ont démissionné ou ont été renvoyées aient aussi la parole, de peur que, si elles ne sont pas interviewées, les informations qu’elles ont à transmettre ne se retrouvent dans les médias.

Le plus grand défi qui se pose à The History Factory aujourd’hui vient des nouvelles technologies qui permettent de s’auto-enregistrer : beaucoup des entreprises qui prennent contact demandent en quoi elles ont encore besoin d’historiens alors que leurs employés pourraient réaliser leur propre entretien avec des outils tels que les lunettes Google. L’intervenant répond à cela qu’on ne peut comparer l’utilisation ponctuelle d’un gadget à la mode et la construction méthodique d’un projet de collecte.

Par manque de temps l’intervenant n’a pas pu être interrogé sur la diffusion des entretiens enregistrés et stockés dans les bâtiments de The History Factory. Il reste à comprendre qui, en dehors du commanditaire, pourra avoir accès à ces milliers d’heures de son et de vidéo. Et la question majeure qui se pose est sans doute celle de la nature du travail qui est réalisé : si ce n’est pas tout à fait de l’histoire orale, comme le reconnait l’intervenant, comment qualifier ce type de méthode ?

 

L’histoire des entreprises et du business

L’histoire du monde des affaires en Egypte à l’aide de l’histoire orale : une expérimentation institutionnelle (allocution plénière d’Abdel Aziz EzzelArab, American University of Cairo, Egypte)

L’ Economic and Business History Research Center  a été créé en 2004  à l’initiative de 5 économistes américains et égyptiens, parmi lesquels figure l’intervenant. Ses activités incluent la collecte et l’archivage d’entretiens avec des acteurs de la vie économique du pays, la formation d’étudiants, la publication et l’organisation d’évènements scientifiques. Le centre est soutenu par de nombreuses institutions comme les universités de Harvard, Princeton, ou Washington. Une personne y est actuellement employée de façon permanente.

La collecte d’archives orales est au cœur du projet de création de ce centre, bien qu’aucun des fondateurs n’ait eu une expérience préalable en histoire orale. Ils se sont formés par la suite. Ce besoin de créer de telles sources résulte de l’importance de la censure dans le milieu des affaires égyptien et de l’absence de politique d’archivage à l’université. Ce centre de recherche tente de produire de nouvelles sources pour comprendre les processus de prises de décisions dans le monde des affaires et notamment les politiques de privatisation mises en place en Egypte depuis plusieurs décennies. Les témoins enregistrés sont des anciens ministres ou des personnes qui ont été influentes dans les prises de décisions économiques.

L’analyse des entretiens révèle le poids des dynamiques informelles dans la prise de décision, un phénomène qui explique l’absence de trace des débats ou des décisions dans les médias ou les documents officiels. Par ailleurs ces entretiens mettent en lumière l’écart entre les lois votées et les intentions initiales de leurs promoteurs. Contrairement à  ce qui aurait pu être pensé au vu de l’opacité de ce milieu, les témoins sont enthousiastes à l’idée d’être enregistrés car cette sollicitation leur donne le sentiment que le pays se souvient d’eux. A la suite des entretiens, plusieurs d’entre eux ont commencé à écrire leurs mémoires. Et lorsqu’ils ont été invités à participer à des séminaires pour discuter de leurs entretiens, ils l’ont accepté.

Le centre de recherche utilise deux vecteurs principaux de diffusion des entretiens. La transcription et l’archivage constituent un de ces moyens. Le second vecteur de diffusion prend la forme de séminaires, regroupant des étudiants, des chercheurs et les témoins. L’intervenant remarque que la rencontre a un fort impact sur les étudiants lorsqu’ils entendent d’anciens politiciens faire des erreurs dans la chronologie des faits ou affirmer qu’ils n’ont jamais débattu les décisions politiques qu’ils ont prises. L’opinion des étudiants quant aux preneurs de décision de leur pays s’en trouve bouleversée. Enfin, la cession des droits d’auteur a été demandée pour tous les entretiens afin de permettre que ces nouvelles sources soient étudiées à l’avenir.

 

Histoires invisibles : chansons et récits des emplois perdus de Salford (par Neil Dymond-Green, Working Class Movement Library, R.-U.)

Il s’agit du premier projet de collecte mené par la Working Class Movement Library, qui a porté sur les anciennes usines de cette banlieue de Manchester. L’appel à témoignage a été diffusé au moyen d’affiches dans les bibliothèques municipales et d’annonces dans la presse locale. 24 entretiens ont pour l’instant été recueillis, auprès d’employés de 3 lieux différents : une mine de charbon, une usine de plastiques et une usine de coton.

Pour la valorisation et la diffusion des entretiens, l’équipe du projet s’est inspirée d’un autre projet local mené dans les années 1960 par des chanteurs de la région qui ont enregistré et diffusé à la radio des ballades racontant l’histoire locale. En partenariat avec une des écoles de Salford et des musiciens locaux, l’équipe du projet d’histoire orale est en train de créer de nouvelles chansons utilisant des extraits des entretiens collectés sur fonds de mélodie hip hop. Leur objectif principal est de faire en sorte que ces histoires restent vivantes. Les chansons seront bientôt disponibles sur leur site internet, sur Youtube et Audioboot.

 

L’histoire des institutions politiques et des fonctionnaires

Observer le changement dans une institution traditionnelle : l’histoire orale dans le Sénat américain (par Donald Ritchie, US Senate Historical Office)

Le fort sentiment de continuité propre aux membres du Sénat américain explique leur intérêt pour l’histoire de leur institution. Ce projet d’histoire orale sur l’évolution du Sénat a ainsi débuté en 1966, année où l’intervenant a été embauché comme enquêteur. Les entretiens sont menés lorsque les témoins sont proches de l’âge de la retraite. Outre les sénateurs et d’autres politiciens, le projet entend capter l’évolution de tous les métiers qui permettent de faire fonctionner l’institution.

Malgré leur sentiment de continuité, les sénateurs ont connu de nombreux changements, en raison notamment des avancées technologiques. Ainsi, avant qu’il soit possible de traverser les Etats-Unis en quelques heures en avion, les sénateurs déménageaient systématiquement à Washington avec toute leur famille ; aujourd’hui leurs billets d’avion sont payés par l’Etat fédéral pour qu’ils puissent rentrer chez eux toutes les semaines.

Alors que le nombre d’employés est passé de 1000 dans les années 1960 à plus de 7000 aujourd’hui, plusieurs autres grandes évolutions sont mises en valeur par les entretiens. Afin de permettre que les employés fassent connaissance, l’institution doit organiser des évènements pour les réunir. Le rapport à la technologie est passé d’une forte réticence (notamment pour s’adapter à l’ordinateur dans les années 1980) à une acceptation générale des outils informatiques, qui  sont désormais omniprésents. Enfin, jusqu’aux années 1970 les assistants des sénateurs pouvaient rédiger des projets de lois pour des sénateurs de bords différents ; aujourd’hui les assistants ne peuvent travailler que pour un seul parti.

 

Les politiques racontent des histoires : le projet d’histoire orale du Parlement britannique (par Paul Seaward, Priscilla Pivatto et Emma Peplow, membres du projet History of Parliament, R.-U.)

Cette collecte qui a débuté en 2011 s’insère dans un vaste projet de recherche sur l’institution et ses membres, en cours depuis les années 1960. L’enregistrement de récits de vie de parlementaires vise à saisir le parcours de vie qui a amené des centaines d’hommes et de femmes à siéger au Parlement britannique, à comprendre leur caractère et à recueillir leurs observations des évolutions de l’institution. L’un des enjeux du projet est d’arriver à faire sortir ces anciens politiciens de leurs discours rodés ou souvent répétés.

La collecte est réalisée par une vingtaine d’enquêteurs bénévoles, qui ont été choisis pour leur connaissance de l’histoire ou de la politique britannique. La sélection des parlementaires se fait en fonction de leur origine géographique et de leur appartenance politique, avec l’objectif d’obtenir un corpus d’entretiens équilibré. 60 personnes déjà ont été interviewées et les intervenants projettent de rencontrer une centaine de témoins d’ici à la fin de leur projet.

Les archives orales sont destinées à être déposées au département des archives sonores de la British Library. Pour les prochaines étapes du projet, les responsables envisagent d’élargir l’enquête à l’histoire des circonscriptions, des militants et des bloggeurs impliqués dans la vie politique locale. Le projet vient de recevoir un financement de la part de la Loterie nationale (Heritage Lottery Fund) pour mener cette nouvelle enquête dans une première région, qui servira de test.

 

Les scientifiques au service de l’Etat britannique entre la Deuxième Guerre mondiale et les années 1990 (par Sally Horrocks, University of Leicester, et Tom Lean, National Life Stories, R.-U.)

Ce projet s’inscrit dans le programme de collectes d’entretiens menées depuis 1987 par le département d’histoire orale de la British Library sous le nom de National Life Stories qui entend créer des archives orales couvrant le plus grand nombre possible de thèmes de l’histoire de la société britannique contemporaine.

Le projet présenté lors de cette session porte sur le volet « Made in Britain »  de la collecte sur l’histoire de la science au Royaume-Uni qui a débuté en 2009 grâce au financement de l’association caritative Arcadia Fund. L’objectif de cette collecte sur l’histoire de la science est de regrouper environ 200 témoins, avec lesquels sont menés des entretiens d’une durée 10 à 15 heures chacun.

Le propos des intervenants portait sur les entretiens réalisés auprès de scientifiques entrés au service de l’Etat britannique pendant la Deuxième Guerre mondiale. En 1949, 9 000 scientifiques qualifiés travaillaient dans les ministères.

La plupart avaient été embauchés pendant la guerre. En acceptant de devenir fonctionnaires, ils ont fait le choix de placer leur carrière au service des besoins de la nation, quitte à mettre entre parenthèse leurs ambitions professionnelles. Beaucoup des personnes rencontrées expliquent cette décision par le sentiment d’avoir été sauvés par l’Etat en étant requis loin du front et d’avoir un devoir à accomplir en retour. Cependant plusieurs témoins expliquent qu’ils ont été contraints de ne pas aller sur le front, contre leur volonté, par la menace d’être envoyés en prison s’ils refusaient de devenir fonctionnaires et de rester en Grande-Bretagne.

Le sens du service à la patrie persiste après la guerre : jusqu’aux années 1960, beaucoup de témoins se désignent comme des « soldats scientifiques ». A partir des années 1980, leur opinion sur leur métier change fortement, en raison notamment du contexte politique de tournant libéral initié par le gouvernement de Margaret Thatcher. Ils reçoivent désormais la consigne de faire en sorte que la science devienne rentable. Les passages des entretiens portant sur cette période de leur carrière sont caractérisés par la nostalgie et le ressentiment.

 

L’histoire orale par et sur les universités

Qui sommes-nous ? L’histoire orale de l’Université de Sussex (par Margaretta Jolly, Dorothy Sheridan et Suart Robinson, University of Sussex)

A l’occasion de l’anniversaire des 50 ans de cette université, son Centre for Life History and Life Writing Research a mené un projet d’histoire orale sur l’institution. De 2009 à 2011, 50 entretiens ont été collectés, avec un financement de £18 000 (environ 21 100 €) apporté par l’université.

Les entretiens ont tous été accompagnés de la réalisation d’un portrait du témoin sur le campus universitaire. Comme l’expliquait le photographe de l’établissement, qui s’est lui aussi retrouvé interviewé sur sa longue carrière dans l’institution, il a laissé  le choix du cadre de la photo à chaque personne pour qu’elle représente un lieu fortement associé à sa mémoire des années passées dans l’université.

De nombreux enseignants-chercheurs ont été sollicités, et parmi eux une des intervenantes, le professeur Sheridan, qui fut enseignante en sociologie puis directrice du Mass Observation Archive jusqu’à sa récente retraite. Elle nous a livré ses réflexions sur l’expérience d’être interviewée pour la première fois après avoir mené de nombreuses enquêtes au cours de sa carrière. Elle a admis avoir eu peur que ses propos soient inadéquats pour un projet mené dans le cadre de la célébration d’un anniversaire. Par ailleurs, l’expérience l’a fait réfléchir sur l’effort de présenter un visage serein et un récit de vie avec lequel on est à l’aise. La notion qu’elle a utilisée (celle de « composure ») renvoie au besoin de négocier avec soi-même pour livrer une narration qui nous satisfasse et qui soit acceptable à entendre pour l’autre. Enfin, elle a reconnu que l’histoire de vie qu’elle a racontée pour ce projet aurait sûrement été très différente si elle avait été interviewée à une autre étape de son parcours.

.

Le Centre for Popular Memory : dilemmes institutionnels pour l’histoire orale dans le contexte académique (par Sean Field, University of Cape Town, Afrique du Sud)

Le professeur Sean Field nous a proposé une réflexion sur les 10 dernières années d’existence du Centre for Popular Memory, dont il a été le directeur de 2001 à 2012. Ce centre de recherche en histoire orale a été créé pour prendre le relais du Western Cape Oral History Project qui avait commencé son activité en 1985. Son équipe a réalisé de nombreux projets de collecte d’entretiens, des expositions, des documentaires radio, des publications scientifiques.

Dans les années 2000, soit la phase de réconciliation nationale qui faisait suite à l’apartheid, l’histoire orale a connu dans tout le pays un essor et a bénéficié de financements importants avec une demande accrue de formation en technique de collecte pour la société civile, notamment pour les enseignants du secondaire, les personnels des ONG et les responsables de centres communautaires. L’université qui abrite ce centre de recherche a encouragé l’équipe à se concentrer sur la formation, la diffusion auprès du grand public et l’archivage.

Si entre 2001 et 2005 l’université a soutenu et financé les activités de diffusion des méthodes et résultats de l’histoire orale, à partir de 2006 le centre de recherche s’est retrouvé pris en contradiction entre les demandes de formation au niveau local (l’histoire orale est devenue obligatoire dans les écoles de la région) et les exigences pour la recherche au niveau national (seule la recherche en sciences dites « dures » est financée). En outre, au niveau institutionnel, la pression exercée par l’université abritant le centre de recherche oblige l’équipe à publier pour obtenir des financements supplémentaires. L’Université de Cape Town étant la seule université africaine présente dans le classement international qui désigne chaque année les 100 meilleures universités, l’institution exige que les équipes de recherche se concentrent sur la publication, au lieu de la diffusion et des partenariats avec la société civile. Aujourd’hui le Centre for Popular Memory ne fonctionne qu’avec deux personnes permanentes, dont une est à mi-temps.

Suite à cette présentation il était intéressant de réfléchir au fait que l’histoire orale a pour principal objet la production de sources audio-visuelles, qui ne peuvent seulement être analysées dans un second temps et faire l’objet d’une production écrite. A moins de changer en profondeur la nature et la méthode de l’histoire orale, le problème que pose la réponse aux exigences de publications référencées n’est-il pas sans solution? Est-il possible de concilier le caractère chronophage de la constitution et du traitement de corpus d’archives orales avec cette exigence institutionnelle, sans avoir pour cela de moyens supplémentaires en ressources humaines ?

Cette situation problématique est observée par beaucoup de professionnels présents à cette séance du colloque: l’université valorise les partenariats que peuvent susciter des projets d’histoire orale avec la société civile mais elle ne donne pas les moyens financiers pour assurer le travail de recherche nécessaire à la réalisation et à la diffusion de ces projets.

La revue publiée par l’Oral History Society (Oral History Journal, une des principales revues européennes dans le domaine) pâti aussi du système international de classement universitaire: bien qu’accessible sur la plateforme JStor, cette revue n’est pas référencée et le comité de rédaction ne reçoit pas suffisamment d’articles à évaluer.

.

Pour plus d’informations sur ce colloque, il est possible de consulter le programme et les résumés des papiers présentés.

  1. Historienne orale exerçant en France après une formation au Royaume-Uni, je suis cheffe de projet d’une collecte d’archives multimédia à l’Association pour l’histoire des chemins de fer. []
  2. Secrétaire scientifique de l’Association pour l’histoire des chemins de fer et spécialiste du patrimoine industriel. []
  3. Président de l’association Anachronique Symposium Committee et responsable du patrimoine pour le Réseau Empreintes de Haute-Savoie. []
  4. Je remercie Marie-Noëlle Polino et Arthur Mettetal pour leur relecture de ce texte. []

Solar : un groupe de travail sur les sources orales de la recherche

casadellamemoria

Le groupe Solar (Sources OraLes et Audiovisuelles de la Recherche en sciences humaines et sociales) s’est réuni à Rome, à la Casa della memoria e della storia ces jours derniers, accueilli avec une chaleureuse hospitalité par Alessandro Portelli et son équipe.

Solar est un groupe de travail européen qui centre ses réflexions sur l’utilisation des sources orales et audiovisuelles de la recherche en sciences humaines et sociales, en respectant la multiplicité et la diversité des auteurs impliqués dans leur création.  Solar regroupe des chercheurs et des archivistes originaires de Belgique, de France, d’Italie, du Luxembourg et de Suisse qui s’intéressent aux questions relatives à la valorisation et l’exploitation des archives orales et audiovisuelles et veulent favoriser le dialogue avec les institutions patrimoniales qui conservent ce type d’archives. Il vise l’étude, dans une perspective interdisciplinaire, des récits individuels et collectifs produits par la création de telles archives, l’histoire et la sociologie des contextes de leur production, l’analyse des méthodes de production, la possibilité d’exploitation et de valorisation dans un cadre de recherche autre que celui qui l’a produit, dans un souci de comparaison au niveau régional, national, européen et international. Il s’intéresse aux mémoires collectives régionales, nationales et européennes. Il porte attention aux problèmes techniques spécifiques posés par l’exploitation de ce type d’archives, telles la transcription ou la numérisation.

Ainsi à Rome, la question de la transcription a été abordée du point de vue des chercheurs, des enseignants et des éditeurs. Pour partager ses connaissances sans multiplier les outils de la communauté qui sont encore peu nombreux, le groupe a décidé de publier les interventions présentées lors des rencontres (qui se tiennent maintenant depuis décembre 2007) sur le site de l’AFAS (association française des documents sonores et audiovisuels)  dans une rubrique spécifique qui sera créée prochainement. Les chercheurs souhaitent également investir la liste Archives sonores et audiovisuelles afin que les questions épistémologiques puissent se développer dans la communauté. Solar essaiera aussi d’être présent lors des prochaines journées de l’association internationale d’histoire orale qui se tiendront à Prague en 2010. Un programme de formation européenne sur les enquêtes de terrain, de leur collecte à leur valorisation, commence également à se mettre en place. Beaucoup de projets et d’attentes donc dans ce groupe de travail dont j’espère vous donner rapidement des nouvelles.


Crédit photographique : Réunion du 22 juin 2009 à la Casa della memoria e della storia, Véronique Ginouvès

Menaces sur la mise en ligne des archives sonores

Les responsables des phonothèques de l’oral suivent de près l’évolution de la législation sur les modifications éventuelles de la durée des droits d’auteurs. En effet, le vote d’un amendement à la directive 2006/116/EC en réunion plénière du parlement européen en mars 2009 pourrait avoir de lourdes conséquences sur les nouveaux projets de mise en ligne des archives sonores.

Lorsqu’au cours d’une enquête de terrain un témoin est enregistré, il est informé de la problématique du chercheur. En général, si il accepte de témoigner, c’est qu’il a aussi conscience de transmettre, à travers cette recherche, son point de vue ou celui de la communauté à laquelle il appartient. Les collections de la phonothèque de la MMSH fourmillent d’exemples significatifs. Le plus récent est celui de l’enquête menée par l’association Paroles Vives sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône où les 170 informateurs ont tous accepté que leur témoignage puisse être diffusé librement en ligne. Autre exemple, les enquêtes d’Hélène Bracco sur les actes de refus civils et militaires pendant la guerre d’Algérie réalisées en 2008, là encore tous les témoins ont souhaité que leur parole puisse être écouté par tous. Mais il s’agit là de corpus créés récemment et réalisés par des chercheurs préoccupés par la restitution des enregistrements. Ils ont fait signer à leurs informateurs des contrats de diffusion et d’utilisation qui permettent aujourd’hui à la phonothèque de la MMSH de les mettre en ligne. Pour les corpus plus anciens que faire ? Ils ont été créés à un moment où la question du droit de la personne enregistrée, et plus particulièrement de l’artiste interprète n’était pas aussi draconienne. Dans les années 1970, ceux qui parcouraient les campagnes françaises à la recherche d’une culture populaire en train de disparaître enregistraient des personnes anonymes, qui souhaitaient transmettre le « bien commun » qu’elles avaient engrangé par la transmission orale : leur savoir-faire, leur répertoire conté ou chanté, leurs récits…

Aujourd’hui, poussée par les lobbys de l’industrie du disque, la législation européenne risque d’interdire ou, en tout cas d’étouffer dans l’oeuf, la diffusion du patrimoine oral auprès du grand public. En effet, après la commission culture en décembre 2008, la commission des affaires juridiques du Parlement européen a adopté jeudi 12 février 2009 le rapport Crowley qui modifie la législation européenne pour étendre à 95 ans la durée de protection des droits des artistes-interprètes et des producteurs de chansons.  Qui pourra s’opposer au vote de cet amendement à la réunion plénière de mars 2009 ?  Pour le moment, on sait que Monica Frassoni, coordonnatrice des verts à la commission juridique européenne a rejeté ce vote. Elle l’a commenté ainsi : Avec le vote d’aujourd’hui la musique ira désormais uniquement dans les oreilles des grandes maisons de disques et dans celles d’une élite de stars de la musique. Ils tireront les bénéfices des mofications proposées à la législation sur le droit d’auteur tandis que les artistes mons connus et les consommateurs paieront le prix fort. L’ère numérique demande une révision innovante de la législation sur le droit d’auteur. Une nouvelle approche pourrait permettre de trouver une meilleur accord pour les artistes-interprètes mais aussi pour développer autrement la consommation des contenus créatifs de la part du public. (trad. V. Ginouvès). Cette législation obsolète ne se préoccupe en rien des questions de diffusion du patrimoine oral qui participe de plus en plus activement à la construction de ce qui est appelé aujourd’hui sur l’Internet le « bien commun« . Les phonothèques de l’oral mettent en ligne des fichiers son créés à partir de la parole de ceux qui ont souhaité témoigner, volontairement et sans rétribution, de leur histoire, de leur culture, de leur identité et partager ce savoir avec le reste du monde.

Ce texte de loi est d’autant plus aberrant que nombre d’articles et de témoignanges vont à l’encontre de ce type de solution. Un des plus intéressant est sans doute le rapport de Rufus Pollock paru en 2007 sous le titre Forever minus a day ? Some theory and empirics of optimal copyrigth. Il démontre, formules de mathématiques à l’appui, que la durée optimale de protection d’une oeuvre devrait être de 15 ans après sa création car la durée de protection devrait baisser à mesure que le stock d’oeuvres disponibles augmente. Malheureusement, l’auteur est conscient du fait que le niveau de protection n’est en général pas déterminé par un législateur bienveillant et rationnel, mais plutôt par le lobbying*. En mars prochain, face aux lobbysites intéressés par une protection forte (maison de disques, presse écrite, éditeurs, studios de cinémas, dessinateurs, compositeurs, artistes interprètes…) comment les phonothèques de l’oral pourraient-elles exprimer leurs revendications ?

* p.16 du rapport : « The obvious answer to this conundrum is that the level of protection is not usually determined by a benevolent and rational policy-maker but rather by lobbying ».

Crédit photographique : David De Maus (photographe), Ship Garthsnaid, ca 1920s (plaque de verre) – Reference No. 1/2-014494-G / De Maus Collection, Alexander Turnbull Library, National Library of New Zealand – Aucune restriction de copyrigth connue – http://flickr.com/photos/nationallibrarynz_commons/3057385436

Conseils européens sur la sauvegarde des fonds audiovisuels

Le projet européen DPE (Digital preservation Europe) vient de proposer en langue française plusieurs de ses rapports (intitulés « briefing papers »). Parmis eux, celui sur la préservation du contenu de l’audio visuel numérique nous intéresse tout particulièrement. Ce rapport, publié en septembre 2008, insiste sur trois changements majeurs que les gestionnaires de fonds audiovisuels devront prendre en compte dans les années à venir :

1) Les technologies existantes de la préservation numérique et des silos de stockage devraient etre utilisées pour les collections audiovisuelles ;

2) Il faut surveiller les technologies qui vont évoluer afin de prendre en compte les médias dépendant du temps ;

3) Les technologies de l’information, en général, et des supports de masse devraient aussi évoluer afin de prendre en compte les besoins spécifiques des fichiers audiovisuels.

Beaucoup de travail en perspective puisque il nous est dit en introduction que l’existant européen (dans les archives et autres collections officielles) est estimé à 50 millions d’heures de vidéo, de films et de bandes sonores la plupart en formats analogiques. Déjà 10 millions d’entre elles ont été numérisées… Pourtant, environ 70 pour cent de ces objets sont en danger aujourd’hui, et cela ne fera qu’empirer dans les années à venir à cause des dégradations diverses, des détériorations et de l’obsolescence des formats !

Après avoir abordé tous les écueils et les problèmes que rencontrent les gestionnaires de fonds audiovisuel, des conseils très pratiques leurs sont proposés pour engager leur préservation :

Préserver l’objet : conserver « l’original », même s’il est compressé et sa « chaîne de bits ». Le contenu audiovisuel a un avantage : il est très volumineux, mais en un relativement petit nombre de formats.

Décoder sans compression puis sauvegarder toujours sans compresser (en plus de conserver l’original). Ceci est une obligation contraignante pour la vidéo (100 GB /heure pour la télévision 625 lignes), mais le stockage est maintenant peu onéreux.

Renforcer les métadonnées : l’extension de fichiers (ex .wav, .avi) n’est pas suffisante. Il existe plus de 50 variantes d’encodage pour la définition de .wav ; MPEG-1 et MPEG-2 sont sous l’extension .mpg. Au mieux, il y aura un outil d’extraction des métadonnées.

– Dernier conseil qui n’est pas des moindres, après les journées d’étude appelant à la collaboration : Vous n’êtes pas seul. Utilisez les centres d’enregistrement des types de fichiers, les entrepôts de progiciels, les plates formes d’émulation, et les publications citées en références dans le rapport.

Texte du rapport en langue anglaise : Micha Richard Wright (BBC) – Traduction : Jean-Pierre Hazel Teil