Archives par mot-clé : Europeana Sounds

Le CNRS fait entendre la musique du monde !

Au cours du mois de décembre , quatre laboratoires du CNRS1 donnent à entendre leurs archives sonores à travers l’Europe sur Europeana Music grâce au projet Europeana Sounds :

Vous pouvez écoutez ainsi, suivant vos choix du moment, Continuer la lecture de Le CNRS fait entendre la musique du monde !

  1. L’équipe du CREM – Centre de recherche en ethnomusiocologie de Nanterre (LESCMAE), le CRESSON –  le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement urbain, équipe grenobloise du laboratoire AAU, le LAHRA – Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (Aix-en-Provence) USR2128. []

Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

On October 17th, in the middle of the Open Access Week, and in the frame of the Europeana Sounds program, we invite you to join us in an afternoon dedicated to the annotation of the MMSH sound archives in order to help us to enrich our sourds with a focus on the geolocation. You will tag on History Pin a set of oral history interviews from the MMSH Sound Archives Center. For this session, we choose two very different historical periods : a collection about oral memory of Armenians living in Bouches-du-Rhône  (South of France), and an other about french people in Algeria in the middle of the 20th century ; both are under creative commons CC-BY. Continuer la lecture de Enriching MMSH’s sound archives : participate in a collaborative afternoon on October 17th

#CrowdsourcingMonth : participez à l’enrichissement des fonds de la phonothèque de la MMSH et d’ailleurs !

A partir d’aujourd’hui, fête de la musique, et jusqu’à la fin du mois, vous pouvez participer à l’enrichissement des collections sonores musicales des grandes institutions culturelles et scientifiques européennes. Pour cela, rendez-vous sur l’espace dédié au projet Europeana sounds sur la plateforme WITH mise en place par l’Université Polytechnique d’Athènes1.

Pour cette première campagne de crowdsourcing, Europeana fait appel à votre oreille musicale pour identifier des instruments de musique. Cette indexation collaborative s’appuie sur le thésaurus d’instruments de musique multilingue MIMO2 qui renvoie à la classification classification Sachs & Hornbostel. Continuer la lecture de #CrowdsourcingMonth : participez à l’enrichissement des fonds de la phonothèque de la MMSH et d’ailleurs !

  1. A noter que le NTUA est également à l’origine de l’outil de mapping MINT pour l’agrégation des données dans Europeana sounds []
  2. Musical Instrument Museums Online []

Europeana Sounds : third data providers workshop (english version)

At the dawn of the third year of Europeana Sounds program, all the partners were invited to the final workshop held in Dublin on 28 and 29 April 2016.

This annual event is always eagerly awaited by the European partners because it’s a real opportunity for all participants to be trained to work together efficiently using tools developed by the program. For this latter practical workshop, we were welcomed into the Clasac resource Center led by the Irish organization Comhaltas Ceoltóirí Éireann1.

During these days, three main areas were discussed:
– The aggregation of MINT2 data and the display on the Europeana portal (WP1 and WP5)
– Data enrichment and participation (WP2)
– Point on licensing (WP3)

The meeting was an opportunity to take stock of the project’s second year. The overall goal published on Europeana platform of 250,000 records has been achieved, and by January 2017, this figure is expected to double with a total of 500 000 records. Statistical tools in place are very encouraging since in Europeana statistics dashboard space, attendance in 2016 is constantly increasing.
For the MMSH record library, there are are more than 1,500 views over 3,500 online references.

1. Data aggregation on MINT and the display on Europeana portal
Since the previous workshop in July 2015, much progress has been made.If the procedure on the mapping tool MINT is still the same3, the beta version of Europeana platform is moving toward a more ergonomic display with a data tree . Thus, from a qualitative point of view, sound archives data modeling has been used as a model at the presentation by Tom Miles, WP1 leader.


Presentation of the Violin Mirecourt collection displayed on a data tree on Europeana platform. during the workshp For this collection, sounds and photographs, are on line.

Finally , work on the metadata quality led by the Europeana Digital Service Infrastructure (DSI) was reported by a member of the group, Anila Angjeli, from the BnF.

2. Data enrichment and participation (WP2)
The second day of the workshop was mainly devoted to the enrichment of music collections by users. With the development of the WITH platform4, users can now annotate these sounds on Europeana via the dedicated space : Space Sounds. This space allows the creation of virtual exhibitions and collections that can be annotated with the Pundit semantic annotation tool. This collaborative tool is linked to the common repository for MIMO5 musical instruments and generates keywords (or tags) as RDF triples, which enable Semantic Web6 integration. In the near future, the Pundit annotation widget could be integrated directly on the institutions of the database. Collaborative modules on Europeana will soon be extended beyond the musical instruments, to annotate descriptive genres (directly from collections) and locations (via the new features Historypin: location suggestions and Historypin API).

Finally, before summer 2016, a crowdsourcing campaign will be launched to encourage fortification around those collections with specific events (edit -a-thon, hackathon, exhibitions…). Depending on the level of involvement of institutions in this campaign, different levels will be awarded: Bronze = selection of collections suitable for enrichment ; Silver = pre-processing of these collections ; Gold = implementation of the annotation widget on institutional database.

3. Point on licensing (WP3)
The issue of licenses was discussed with a novelty website, offering 11 standard declarations of rights for online cultural heritage. These proposals are organised as a complement to the Creative Commons licenses, and are organised into 3 categories: Copyright In, No Copyright, Other (for objects whose status is unknown). There is also a withdrawn license: Rights Reserved & Paid Access. This removal demonstrates the willingness of Europeana to propose only open access materials. These new titles will be updated in the Terms and Conditions of Europeana.

Finally, we note the integration of new European partners in the Europeana project sounds : The Fryderyk Chopin Institute (Poland),  Dublin Institute of Technology (Ireland), CRESSON – National School of Architecture of Grenoble (France). The participation of ENSAG involves the Centre for Research on Sonic Space & Urban Environment (CRESSON) as a unit of the CNRS UMR 1563 through the  » architectural and urban atmospheres ».In this context, the sound archives of the MMSH contributes to the launch of aggregation of the ENSAG data during the month of May 2016.

Read more about this new europeana sounds associate partner :


of the  Europeana Sounds third data providers workshop

Thursday 28th April 2015

9.45-10.00 Welcome, introduction to workshop

10.00-11.00 Metadata ingestion plans and year 3 targets

11.00-12.00 Recap of past training sessions

12.00-12.30 Q&A Session

13.30-14.30 Advanced MINT tutorials

14.30-15.30 Issues raised on basecamp/problems/mapping help

15.45-17.00 Data providers working on mapping with assistance from NTUA

Friday 29th April 2016

9.30-10.30 Ingestion and publication on Europeana

10.30-13.00 WP 2 Workshop with Data Providers

Adding data datasets to WITH (60 mins)
Enriching datasets with WITH and Pundit (60 mins)
Exploring options for the crowdsourcing campaign(s) (30 mins)

14.00-15.00 WP Rights Clinic: Applying the Rights Statements in the Europeana Licensing Framework, including an update on

15.00-16.00 Next steps for data providers and how to meet targets

As a crowning final, here is a traditional Irish air : Apples in Winter / Paddy Clancy ‘s Jigs . 1975 Tower Group. Comhaltas Ceoltóirí Éireann. CC BY-NC -SA.(Traditional Irish music concert at the Comhaltas organization).

A French version of this post is available on this blog :

The text of this post was written in french by Ariane Neroulidis reviewed by Véronique Ginouvès and translated by Hanaé Allali.

  1. This organization aims to promote traditional music and Irish culture worldwide. []
  2. Metadata INTeroperability services, MINT services compose a web based platform that was designed and developed to facilitate aggregation initiatives for cultural heritage content and metadata in Europe. It is employed from the first steps of such workflows, corresponding to the ingestion, mapping and aggregation of metadata records, and proceeds to implement a variety of remediation approaches for the resulting repository. The platform offers a user and organization management system that allows the deployment and operation of different aggregation schemes (thematic or cross-domain, international, national or regional) and corresponding access rights. Registered organizations can upload (http, ftp, oai-pmh) their metadata records in xml or csv serialization in order to manage, aggregate and publish their collections. Read more: []
  3. To give some examples of data modeling rules, with the record library of the MMSH we establish a link between the mapping collection and the CHO records – Cultural Heritage Object – using the field dcterms:isPartOf. To return to the original instructions is edm:isShownAt, while edm:isShownBy allows us to link to the stream. []
  4. This platform developed by NUTA works by exposing the API portals and data warehouses. []
  5. Musical Instruments Museums Online []
  6. Principle of Web data or Linked data which aims to publish structured data on the Web in order to connect them. []

Atelier interprofessionnel du Réseau documentaire des archives sonores

Ce vendredi 20 mai, le réseau documentaire des archives sonores en Rhône-Alpes organise sa première rencontre, sous la forme d’un atelier interprofessionnel qui aura lieu au Musée Dauphinois, à Grenoble. Ce réseau régional créé en 2015 est composé d’une douzaine de structures associatives et institutionnelles détentrices de fonds sonores de la région :

L’objectif de ce réseau, coordonné par le Centre des Musiques Traditionnelles Rhône-Alpes (CMTRA), est de mutualiser leurs archives sonores sur la Base Interrégionale du Patrimoine Oral, une banque de données qui rassemble déjà les archives de 6 régions (Normandie, Bourgogne, Auvergne, Limousin, Languedoc-Roussillon et Rhône-Alpes).

L’atelier est avant tout conçu comme un lieu d’échange, laissant une large place à la réflexion collective et aux récits d’expérience des participants. Il sera ponctué par l’intervention de professionnels invités à présenter des études ou des projets illustrant singulièrement la thématique de cette journée :

  • Claire Scopsi, maître de conférence en Sciences de l’Information et de la communication, responsable de la licence professionnelle documentaliste audiovisuel au CNAM Paris et Chercheuse au laboratoire Dicen-IDF ;
  • Rémy Besson (en visioconférence), docteur en histoire culturelle, post-doctorant à l’université de Montréal, auteur de nombreux travaux sur l’intermédialité et les enjeux scientifiques de l’archivage numérique. Il nous présentera le projet « Archiver à l’époque du numérique », qu’il a coordonné en 2013 ;
  • Joséphine Simonnot, ingénieur de recherche, responsable du laboratoire audiovisuel du CREM (Centre de Recherche en Ethnomusicologie), chef de projet de la plateforme Telemeta, responsable scientifique et technique pour le CNRS du projet Europeana Sounds, coordinatrice de l’ANR Diadems (Description, indexation, accès aux documents ethnomusicologiques et sonores) ;
  • Ariane Néroulidis, représentera la phonothèque de la MMSH et le CRESSON, pour présenter le modèle de données de la plateforme Europeana, l’EDM (Europeana Data Model) et l’import des métadonnées dans l’outil de mapping MINT (Metadata Interoperability Services) dans le cadre du programme Europeana Sounds.

Crédits photographiques : (A la Une) Internet Archive Book Images, Image from page 76 of « Kramer’s book of trade secrets for the manufacturer and jobber; ca 1905, Aucune restriction de droit d’auteur connues.

Europeana Sounds Third Data Providers Workshop (version en langue française)

A l’aube de la troisième année du programme Europeana sounds, les partenaires ont été conviés au dernier workshop, qui s’est tenu à Dublin les 28 et 29 Avril 2016.

Ce rendez-vous annuel est toujours attendu avec intérêt par les partenaires européens car c’est l’occasion pour tous les participants d’être formés afin de travailler ensemble sur les outils développés par le programme. Pour ce dernier atelier pratique, nous étions accueillis au sein du centre de ressource du Clasac dirigé par l’organisation irlandaise Comhaltas Ceoltóirí Éireann1. Trois axes principaux ont été abordés durant ces journées :

  • L’agrégation des données sur MINT2 et l’affichage sur le portail Europeana (WP1 et WP5 )
  • L’enrichissement et la participation (WP2)
  • Point sur les licences (WP3)

La réunion a été l’occasion de dresser un bilan de la deuxième année du projet. L’objectif global de 250 000 enregistrements publiés sur la plateforme Europeana a été atteint et d’ici janvier 2017, ce chiffre devrait avoir doublé avec un total de 500 000 enregistrements. Les outils statistiques mis en place sont très encourageants, puisque dans l’espace Europeana statistics dashboard la fréquentation en 2016 est en constant accroissement . Pour la phonothèque de la MMSH, on compte plus de 1,500 vues sur plus de 3,500 notices en ligne.

  1. L’agrégation des données sur MINT et l’affichage sur le portail Europeana

Depuis le précédent workshop en juillet 2015, beaucoup de progrès ont été réalisés. Si la procédure sur l’outil de mapping MINT est toujours identique3, la plateforme Europeana en version beta tend vers un affichage plus ergonomique avec une arborescence des données. Ainsi, d’un point de vue qualitatif, le travail de modélisation des données de la phonothèque a été pris en modèle lors de la présentation par Tom Miles, leader du WP1.


Présentation de la collection des Luthiers de Mirecourt affichée en arborescence sur Europeana

Enfin, le travail sur la qualité des métadonnées mené par la Europeana Digital Service Infrastructure (DSI) a été signalé par une des membres du groupe, Anila Angjeli, partenaire à la BnF.

2. L’enrichissement et la participation (WP2)

La deuxième journée du workshop a été principalement consacrée à l’enrichissement des collections musicales par les internautes :

Grâce au développement de la plateforme WITH4, les usagers pourront désormais annoter des sons présents sur Europeana via l’espace dédié : Sounds Space.
Cet espace permet de créer des expositions virtuelles et des collections, qu’il est possible d’annoter grâce à l’outil d’annotation sémantique Pundit. Cet outil collaboratif est en lien avec le référentiel commun pour les instruments de musique MIMO5 et permet de générer des mots-clés (ou tags) sous forme de triplets RDF, qui permettent l’intégration au Web Sémantique6 . A terme, le widget d’annotation Pundit pourrait être intégré directement sur la base de données des institutions.
MIMOLes modules collaboratifs sur Europeana seront bientôt étendus au-delà des instruments de musique, pour annoter les genres descriptifs (directement à partir des collections) et les lieux (via les nouvelles fonctionnalités d’HistoryPin : suggestions de localisation et l’API Historypin)

Enfin, une campagne de crowdsourcing sera lancée avant l’été 2016 pour encourager l’enrichissement autour de ces collections autour d’événements ponctuels (edit-a-thon, hackathon, expositions…)

Selon le niveau d’implication des institutions dans cette campagne, différents niveaux seront attribués :

  • Bronze = sélection des collections propices à l’enrichissement
  • Argent = pré-traitement de ces collections
  • Or = implantation du widget d’annotation sur la base de données institutionnelle

3. Point sur les licences (WP3)

La question des licences a été abordée, avec une nouveauté, le site :, qui propose 11 déclarations de droit standardisés, pour le patrimoine culturel en ligne. Ces propositions s’inscrivent en complément des licences Creative Commons, et s’organisent en 3 catégories : In Copyright, No Copyright, Other (pour les objets dont le statut est indéterminé).
Parmi elles, on trouve deux nouvelles licences :
No Copyright – Other Known Legal Restrictions
In Copyright Educational Use Permitted

On note également une licence retirée :

Rights Reserved – Paid Access

Ce retrait témoigne de la volonté d’Europeana de proposer uniquement des documents en libre accès.

Ces nouveaux intitulés seront mis à jour dans les Conditions Générales d’Utilisation d’Europeana.

Pour terminer, signalons l’intégration de nouveaux partenaires européens dans le projet Europeana sounds :

The Fryderyk Chopin Institute (Pologne)
Dublin Institute of Technology (Irlande)
École Nationale Supérieure d’Architecture de Grenoble (France)

La participation de l’ENSAG implique le Centre de recherche sur l’espace sonore et l’environnement urbain (CRESSON) en tant qu’unité du CNRS à travers l’UMR 1563 « Ambiances architecturales et urbaines ». Dans ce cadre, la phonothèque de la MMSH contribuera au lancement de l’agrégation des données de l’ENSAG durant le mois de mai 2016.

Pour terminer en chanson sur un air de musique traditionnelle irlandaise :
Apples in Winter / Paddy Clancy’s Jigs
. 1975 Tour Group. Comhaltas Ceoltóirí Éireann. CC BY-NC-SA.

Concert de musique traditionnelle irlandaiseConcert de musique traditionnelle irlandaise à l’association Comhaltas

Vous trouverez ci-dessous le programme de cette troisième session :

Thursday 28th April 2015

9.45-10.00 Welcome, introduction to workshop

10.00-11.00 Metadata ingestion plans and year 3 targets

11.00-12.00 Recap of past training sessions

12.00-12.30 Q&A Session

13.30-14.30 Advanced MINT tutorials

14.30-15.30 Issues raised on basecamp/problems/mapping help

15.45-17.00 Data providers working on mapping with assistance from NTUA

Friday 29th April 2016

9.30-10.30 Ingestion and publication on Europeana

10.30-13.00 WP 2 Workshop with Data Providers

Adding data datasets to WITH (60 mins)
Enriching datasets with WITH and Pundit (60 mins)
Exploring options for the crowdsourcing campaign(s) (30 mins)

14.00-15.00 WP Rights Clinic: Applying the Rights Statements in the Europeana Licensing Framework, including an update on

15.00-16.00 Next steps for data providers and how to meet targets

Une version en langue anglaise du billet, traduit par Hanaé Allali, a été publiée le 25 mai 2016 :

Crédits photographiques :

Véronique Ginouvès (photographie à la Une) Danse irlandaise, août 2013, Dún-Laoghaire

Ariane Néroulidis, photographie durant le Workshop, avril 2016, Dublin

  1. Cette association a pour but est de promouvoir la musique traditionnelle et la culture irlandaise à travers le monde. []
  2. Metadata INTeroperability services []
  3. Pour donner quelques exemples de règles de modélisation de données, à la phonothèque de la MMSH nous établissons un lien entre le mapping de la collection et celui des notices CHO – Cultural Heritage Object – à l’aide du champ dcterms:isPartOf. Pour renvoyer vers la notice originale, c’est  edm:isShownAt qui est utilisé tandis que edm:isShownBy nous permet de faire le lien direct vers le stream []
  4. Cette plateforme développée par le NUTA fonctionne en exposant les API de différents portails et entrepôts de données []
  5. Musical Instruments Museums Online []
  6. Principe du Web des données ou Linked data dont l’objectif est de publier des données structurées sur le Web afin de pouvoir les relier entre elles []

Contextualisation d’un corpus sonore : Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros.

Le forum de la Méditerranée, organisé à Marseille avec le soutien du LabexMed, a donné l’opportunité à la phonothèque de la MMSH de présenter, le corpus sonore des Réfugiés d’Asie-Mineure sur l’île de Syros, accessible en ligne sur le portail Europeana. Sur ce billet vous trouverez le diaporama de l’intervention que fera l’après-midi du  18 mars 2016 l’équipe de la phonothèque (Véronique Ginouvès, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis). Il est accompagné de différents documents qui vous permettront de mieux comprendre le contexte de production de ce corpus.

Bonne lecture, bonne écoute !

Ci-dessous, vous pouvez écouter l’extrait sonore proposé pendant la présentation (Cf. diapositives 4 & 5) :

Consulter la carte des villes d’origine des réfugiés en Asie-Mineure (Turquie actuelle) :


En complément des notices documentaires des entretiens en langues française et grecque, plusieurs billets offrent des éclairages thématiques transversaux :

Crédits photographiques : Port de Smyrne vers 1920, domaine public. Page 30 de l’ouvrage Greece de Puaux, René et Brown, Carroll N. (Carroll Neidé), publié pour la « Greek Government Exhibition », collection de la bibliothèque du Congrès. 

2016, belle et bonne année collaborative et sonore !

Si le bilan de l’année 2015 s’avère extrêmement riche pour la phonothèque de la MMSH, c’est  parce que, avec le soutien de plusieurs financements1, une équipe efficace y a travaillé toute l’année de façon solidaire et soutenue, facilitant la réalisation de plusieurs projets : l’intégration des collections de la phonothèque sur le portail Europeana , le catalogage de nouvelles archives sur Calames, le traitement des données de l’ANR Colostrum,  la valorisation en langues grecque et française d’une collection sur les réfugiés de Smyrne, la valorisation d’archives sonores autour de la commensalité sur Les Carnets de la phonothèque.

Forte de cette équipe, en 2015, la phonothèque s’est résolument engagée en faveur des biens communs de la connaissance. Non seulement en transférant ses métadonnées dans le domaine public (sous la licence Creative Commons CC-0) pour leur exposition dans le cadre du programme Europeana Sounds mais aussi à travers deux projets participatifs originaux. Le premier, l’organisation d’une  journée contributive ou Edit-a-thon, a – pour la première fois – relié des articles de wikipedia à des extraits d’enquêtes d’histoire orale issus des collections de la phonothèque. Le second est encore en cours de réalisation et s’inscrit dans le projet collectif du Consortium des archives des ethnologues coordonné par Huma-Num (la très grande infrastructure de recherche des humanités numériques). Il s’agit de rendre possible la transcription des matériaux de terrain en sciences humaines et sociales, à travers une plateforme présentant des carnets d’ethnologues manuscrits numérisés. Actuellement, la version beta est en face de finalisation… nous auront l’occasion d’en parler plus longuement en 2016.

2015 aura donc été une année riche en réalisations, mais rien n’aurait  été possible sans un travail d’équipe, à partir des projets menés par les phonothécaires Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié, avec le soutien et la participation active de Mathilde Bresc.


Dans le cadre de l’ANR Colostrum, Joël Candau2, son coordinateur, a pris en compte les enjeux de la collecte et de la conservation des données de la recherche. Il a confié à la phonothèque de la MMSH le traitement, l’archivage et la mise en accès des données constituées sur le terrain puisqu’une série d’entretiens a été enregistrée avec la même grille d’enquête dans les 7 pays participants : l’Allemagne, le Brésil, le Burkina-Faso, le Cambodge, le Maroc. Grâce au financement de l’ANR, Marine Soubrié a catalogué l’ensemble des entretiens et les a mis en ligne en prenant en compte les questions éthiques et juridiques . C’est également elle qui a organisé la formation au catalogage EAD (Encoded Archival Description) sur Calames en juin 2015, accompagnant le formateur, Patrick Latour3 dans l’installation technique de l’outil d’édition XML pour Calames, XMETAL. Enfin, elle a  participé au catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger.

Après avoir réalisé son stage de Master 2 « Archives numériques » soutenu à  l’ENSSIB  – Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques, de mars à mai 2015 à  la phonothèque, Ariane Néroulidis a été chargée du catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger appuyée par un financement de l’ABES. Devenue experte dans la structuration des données sonores, elle a représenté la phonothèque de la MMSH au séminaire d’Europeana Sounds à Athènes, et contribué au data mapping4 des données de la phonothèque à travers l’éditeur XML MINT pour l’intégration des archives de la phonothèque sur le portail Europeana

Marine Soubrié et Ariane Néroulidis ont également représenté la phonothèque lors de deux évènements professionnels. Le premier, en collaboration avec Françoise Acquier, documentaliste au CRESSON, lors des journées des FREDOC 2015 à Sainte-Foy-Lès-Lyon (29 septembre – 2 octobre). Le second,  le 26 novembre dernier à la MMSH, avait pour objectif de faire se rencontrer les acteurs des  humanités numériques d »AMU dans le cadre du PR2I5.

23393838423_83001683d6_oHélène Loukou avait  effectué en 2013 un stage Erasmus à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de son master en bibliothéconomie soutenu à  l’université de Thessalonique. A cette occasion elle avait réalisé un  film documentaire sur les activités de la phonothèque.

En 2015, Hélène Loukou a décidé de suivre un second master sur le métier des archives et des bibliothèques, cette fois-ci à Aix-Marseille Université. Dans le cadre de ce stage elle a traité une collection en langue grecque sur les réfugiés de Smyrne sur l’île de Syros qui a fait l’effet d’une convention entre les archives historiques des Cyclades et la MMSH.

23392454944_f383be7fd4_oDepuis l’automne 2014, Mathilde Bresc, également bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, soutien l’équipe de la phonothèque en traitant des collection sonores, en particulier celles en langue provençale. Cuisinière amatrice, elle a  eu l’idée de proposer de rédiger des billets de blogs mensuels pour valoriser les archives sonores évoquant la commensalité, l’alimentation ou les recettes culinaires.  Ainsi, en 2015, vous avez pu écouter et peut-être goûté la soupe de potimarron vert,  les plats du souper traditionnel provençal de Noël, la tourte à la bourrache, les loukoums, le gratin de pissenlits, les panisses à la pomme-de-terre, les ganses, la soupe verte  ou recevoir quelques conseils sur la façon de conserver le fromage dans une courge ou de cuisiner les amandes et les noisettes. Toute l’équipe de la médiathèque en a bénéficié car chaque recette a été testée !

2016 s’annonce…  La fin des financements adossés à ces projets et leur réussite va disperser une partie de l’équipe mais les archives sonores demeureront un lien indéfectible. Nous sommes curieuses de découvrir ce que le web apportera dans l’année à venir et l’expérience de chacune se mêlera à l’aventure pour mettre en avant l’oralité du monde. Nous vous retrouverons peut-être le 14 janvier pour la première journée d’étude de l’année organisée par la phonothèque sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, mais en attendant toute l’équipe  envoie ses meilleurs voeux à tous les lecteurs des Carnets de la phonothèque !

Crédits photographiques : Ariane Néroulidis et Marine Soubrié à la médiathèque de la MMSH puis photographies de l’edit-a-thon du 27 octobre où a participé toute l’équipe de la phonothèque : Mathilde Bresc, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis et Marine Soubrié. Photographies de Véronique Ginouvès, CC-BY-NC. Image à la une : l’équipe olympique de natation anglaise en 1948.


  1. Outre le financement de l’USR 3125, les financements obtenus par la phonothèque en 2015 ont plusieurs sources : l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur – ABES, L’Agence nationale de la recherche – ANR, la Commission européenne dans le cadre du programme Europeana Sounds, Huma-Num à travers le Consortium des archives des ethnologues, le LabexMed. []
  2. Professeur des Universités, Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie «Mémoire, Identité et Cognition sociale» – E.A. 3179 []
  3. Voir le portrait de Patrick Latour sur Arabesque n°80. []
  4. Dans ce cas précis, il s’agissait de réaliser une  correspondance entre deux modèles de données : le DC -Dublin Core, exporté de la base Ganoub dans un fichier en CSV – Comma-separated values, en EDM – Europeana Data Model []
  5. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []

Feedback de l’edit-a-thon

Enrichir Wikipedia à partir de témoignages issus de l’histoire orale, tel était l’objectif de l’edit-a-thon du 23 octobre qui a eu lieu à la MMSH. Le projet, soutenu par le programme Europeana Sounds, était original. En effet, en général, les « journées contributives » ou « edit-a-thon », ont pour vocation d’enrichir les articles de l’encyclopédie à partir d’images ou de textes. Sur Wikipedia, les seuls liens sonores publiés jusqu’ici dans ce cadre, illustraient des chants d’oiseaux. Lors de cette journée, les liens s’annonçaient plus complexes à établir car il fallait qu’un discours s’instaure pour établir un cadre théorique. Qu’allions-nous entendre et publier ? L’équipe de la phonothèque était curieuse de connaître le résultat de cette expérience qui s’est avérée extrêmement  positive pour la valorisation des archives sonores.

Les 20 participants à cette journée étaient d’origine variée : professionnels de l’IST (bibliothécaires, documentalistes, archivistes, chargés de communication au Conseil régional, au Centre Hospitalier de Montperrin, à la MMSH ou retraités du métier), chercheurs (en architecture ou en sociologie), acteurs associatifs (CIMADE, Paroles vives) ou tout simplement curieux de cette expérience… tous étaient réunis ce jour-là autour d’une table avec une dizaine d’ordinateurs à leur disposition.

Trois Wikipédiens bénévoles étaient présents pour encadrer cette journée collaborative. Deux étaient venus de Paris1 : Varmin, membre de l’association Wikipedia et Jules WMFR chargé de projet Education tandis qu’un participant au  portail Wikipedia des Bouches-du-Rhône, était venu en voisin. Car il faut prendre en compte le fait que l’objectif de ces journées est aussi d’initier de nouveaux contributeurs à l’édition de l’encyclopédie collaborative. En effet, si les utilisateurs de Wikipedia sont nombreux, tous ne saisissent pas toujours les valeurs qu’il véhicule, son organisation interne et ne réalisent pas toujours que chacun peut contribuer à la construction de ce savoir collectif.

Pour le bon déroulement du projet, deux plateformes de Wikimedia  nous ont été présentées : l’encyclopédie libre de Wikipedia pour les articles à enrichir et le portail Wikimedia Commons, une médiathèque de fichiers librement réutilisables pour héberger nos archives sonores. Dans le cadre du programme Europeana Sounds, Harry van Biessum avait préparé en amont la journée en organisant une catégorie regroupant les archives sonores de la phonothèque pour lesquelles les droits de diffusion ont été accordés. Une centaine d’heures sont ainsi désormais accessibles sur Wikimedia Commons et peuvent être réutilisées.

Avant de rentrer de se lancer dans l’écoute participative des archives, une introduction sémantique a été amorcée par Sarah Casella Colombeau, docteure en science politique autour d’une thèse sur la surveillance des frontières après la création de l’espace Schengen (1953-2004).

Ont été abordés des enjeux de définition notamment autour des termes migrants vs réfugiés, étrangers vs immigrés à travers une approche tridimensionnelle : la description d’une réalité, le statut accordé par l’état et le ressenti de ces personnes. Dernier terme abordé, celui de l’exil, qui offre une des pages les plus fournies sur Wikipédia. Cette notion est sans aucun doute une des plus complexes à organiser pour mettre en relief les différentes dimensions évoquées. Des discussions, il ressort que bien que Wikipedia encourage la dualité des points de vue, la réflexivité est bien souvent une difficulté pour que les chercheurs en SHS valident les articles de Wikipedia.

Après un court débat amené par ces questions, une écoute collective a été proposée afin de présenter les différents corpus sélectionnés parmi les archives de la phonothèque de la MMSH :

>Italiens immigrés dans les quartiers Saint-Jean et Panier de Marseille

>Mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône

>Grecs d’Asie-Mineure réfugiés à Syros

Pour les archives sélectionnées par le CREM, la plateforme Telemeta a été présentée par Joséphine Simonnot, ingénieure du son. Elle a également expliqué concrètement comment utiliser le logiciel libre Audacity pour découper des extraits et éditer les métadonnées du fichier sélectionné. Wikimedia Commons préconise le format Ogg Vorbis , format libre offrant un taux de compression optimal. Un plan de nommage a également été établi au sein du groupe pour les extraits, se référant au numéro de l’entretien.

Après avoir été préparé le fichier et ses métadonnées, le fichier son est importé dans Wikimedia Commons. Voici quelques conseils récapitulés sous la forme d’un schéma :


Une fois importé, le fichier doit être décrit de manière classique par un titre, une date et un lieu d’enregistrement, des auteurs, une description,  et des catégories. Dans notre cas, les fichiers ont été rattachés à deux catégories : “Europeana Sounds edit-a-thons” et “Media donated by Maison méditerranéenne des sciences de l’homme”. La licence est sélectionnée parmi les Licences Creative Commons en fonction des droits attribués aux archives sonores utilisées. Les 3 collections de la MMSH proposées durant cette journée ont été placées sous licence  :

Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)

Une fois importé, l’extrait sonore peut être intégré dans un ou des articles de Wikipedia  grâce au module « insérer un média ».

A l’occasion de cette démonstration, un premier article a été enrichi dans Wikipedia, à partir de la collection des Italiens qui nous renseignent sur la vie du quartier du Panier. L’enrichissement concerne la rue la rue Lacydon, anciennement rue Bouterie, où étaient installées les familles de migrants italiens (navigateurs, pêcheurs et plongeurs) :

Les participants ont ainsi pu contribuer à leur tour, tout au long de la journée, en sélectionnant des extraits par groupe, selon la thématique de leur choix. Les sujets retenus concernent en grande partie la ville de Marseille qu’il s’agisse des quartiers du Panier ou des Pierres-Plates (où a été construit le MuCEM), d’attestations de faits divers comme l’affaire du Combinatie (1952) ou encore de personnalités politiques comme Simon Sabiani et son opposant Henri Tasso.

Les témoignages de la communauté arménienne ont également servi à illustrer des articles sur le Camp Oddo à Marseille, leur installation à Martigues et la construction d’une église à La Cabucelle.

Enfin, les récits des réfugiés se Smyrne ont permis la création d’une fiche sur l’Orphelinat américain de Syros, éditée en bilingue avec un lien sur le Wikipedia grec.

A lire encore sur cette journée :
– Un autre compte-rendu de la journée est disponible sur le blog de l’association des anciens diplômés en archivistiques d’AMU.
– La page du projet Wikipedia :
– Le Storify :

Crédits photographiques de l’image à la une : Les contributeurs en action, le 23 octobre 2015, photographie de V. Ginouvès.
  1. Le financement de la journée a été pris en charge par le programme Europeana Sounds []

Europeana Sounds : une porte ouverte sur le patrimoine sonore européen

D’ici 2017 plus de 540 000 enregistrements seront  disponibles sur la plateforme en ligne Europeana illustrant la riche variété du patrimoine sonore européen : des performances de musique classique et contemporaine ; de la musique, des chants et des contes issus de la tradition orale ; des bruitages, environnements sonores et sons de la nature ; des langues, accents, dialectes et souvenirs ; des enquêtes de terrain réalisées par des chercheurs en sciences humaines et sociales…

Le projet Europeana Sounds, coordonné par la British Library, regroupe 24 bibliothèques nationales, institutions et centres de recherche sur le son et universités partenaires, répartis dans 12 pays européens (voir la fiche d’identité du projet Eureopeana Sounds au bas du billet). Ces collections reflètent la diversité des cultures, des histoires, des langues et la créativité européenne au cours de ces 130 dernières années. Europeana Sounds est une initiative novatrice puisque, pour la première fois, des établissements patrimoniaux d’envergure internationale dotés de collections audio exceptionnelles unissent leurs efforts pour améliorer l’accès à des enregistrements anciens, et partager leur expertise et leurs compétences. Que ce soit par la télévision, la radio, Internet ou le cinéma, l’audiovisuel constitue depuis des décennies la bande-son de notre vie quotidienne. Pourtant il reste largement ignoré quant à la préservation de notre patrimoine culturel.

Europeana Sounds donnera accès à une multitude d’enregistrements d’exception, illustrant la place significative qu’ont pris les sons dans le paysage social, culturel et scientifique de notre temps. De dialectes oubliés depuis longtemps aux sons d’environnements naturels en voie de disparition ou à la musique contemporaine, Europeana Sounds fera dialoguer passé récent et temps présent, réunissant les citoyens européens autour d’un patrimoine oral commun. Une grande part de ce patrimoine est née à l’âge du droit d’auteur. Le préserver pour les générations futures fera avancer le dossier du libre accès à ces documents protégés. Ces sons forment un nouveau champ de notre expérience culturelle partagée. Garantir son accès au grand public dans l’ère du tout numérique constitue un défi.

Pour Bruno Racine, Président de la BnF et de la Fondation Europeana, « le grand apport d’Europeana Sounds est de mettre en lumière un média fondamental qui, de façon assez surprenante, est soit négligé, soit au contraire considéré comme curieux ou trop complexe à gérer. »

Roly Keating, Directeur général de la British Library affirme : « nous sommes impatients de travailler avec d’autres bibliothèques et archives européennes pendant les trois années à venir pour constituer un nécessaire ‘jukebox virtuel’ réunissant des sons de tout le continent accessibles en ligne à l’ensemble des internautes. La British Library possède à elle seule cinq millions d’enregistrements dans ses collections, couvrant un large éventail de documents sonores : musique, théâtre et littérature, histoire orale et sons de la nature. »

Dans ce projet, le CNRS est représenté par deux grands centres de ressources sonores : les archives du CNRS – musée de l’Homme, gérées par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie (CREM- LESC UMR 7186 CNRS Université Paris Ouest) où à été développé la plateforme web audio Telemeta, et la phonothèque de la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (USR3125).

Suivre Europeana Sounds sur les réseaux sociaux : 
Sur Twitter : @EU_Sounds
Sur Facebook :

Europeana_Sounds_KickOff_British Library_Elizabeth_Hunter_CCBYSA  (47)

Fiche d’identité du projet Europeana Sounds

Durée : 01/02/2014 – 31/01/2017 (36 months)

Co-financement : Information and Communication Technologies Policy Support Programme of the European Commission

Coût total : €6.14m (€4.91m contribution européenne)

24 participants au projet :
8 bibliothèques nationales : British Library (Coordinator, UK), Bibliothèque nationale de France (FR), Deutsche Nationalbibliothek (DE), Music Library of Greece (GR), National Library of Latvia (LV), Österreichische Mediathek (AU), Statsbiblioteket (DA), Österreichische Nationalbibliothek (AU)

5 Centres de recherche et d’archives : Sound & Vision (NL) , Irish Traditional Music Archive (IR), Language Archive at Max Planck (NL), Austrian Institute of Technology (AU), Centre national de la
Recherche scientifique (FR)

2 Autres types d’institution publiques : Istituto Centrale per il Catalogo Unico (IT), Rundfunk Berlin-brandenburg (DE)

3 Associations à but non lucratif : Kennisland (NL), Europeana (NL), Comhaltas Ceoltoiri Eireann (IR)

3 Universités : National Technical University of Athens (GR), Sabhal Mòr Ostaig (IR), Universidade Nova de Lisboa (PT)

3 Sociétés : NET7 SRL (IT), We Are What We Do Community Interest Company (UK), UAB DIZI (LT)

Contacts :
Richard Ranft, Coordonnateur du projet
richard.ranft<@> – +44 207 412 7424

Catherine Gater, Directrice du projet
catherine.gater<@> – +44 207 412 7854

Axelle Bergeret-Cassagne, Coordonnatrice de la communication du projet
axelle.bergeret-cassagne<@> – +33 153 79 52 3

Europeana est le portail numérique multilingue des musées, des bibliothèques, des archives et des collections audiovisuelles européennes. A ce jour, Europeana donne accès à 30 millions de livres, de films, de tableaux, de pièces de musée et d’archives en provenance de quelque 2 200 fournisseurs de contenus de toute l’Europe. Le contenu est issu de tous les États membres et l’interface du portail en ligne est disponible en 29 langues. Europeana est principalement financé par la Commission européenne.

Communiqué de presse du projet en langue française (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue anglaise (27 mars 2014)

Communiqué de presse du projet en langue lettone (25 avril 2014)

Crédits photographiques : Logo d’Europeana Sounds créé en mars 2014, Photo de groupe du KickOffGroupe du projet à la British Library, février 2014, par Elizabeth Hunter (CC-BY-SA).