Archives par mot-clé : évolution du métier

FREDOC 2015 – Les évolutions du métier de phonothécaire

Les FRéDoc – Formation des Réseaux de la Documentation – se sont déroulées dans le magnifique Domaine Saint Joseph à Sainte-Foy-Lès-Lyon du 29 septembre au 2 octobre 2015. Le thème de la 9ème édition de ces rencontres était : “Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions de l’IST”. L’équipe de la phonothèque de la MMSH (Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) et Françoise Acquier resposnable du centre de documentation du CRESSON – Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’environnement Urbain- de l’Ecole Nationale Supérieure d’Architecture à Grenoble ont été sollicitées pour y animer une conférence et un atelier.

L’objectif de ces interventions était de présenter les évolutions du métier de phonothécaire à travers l’émergence de nouvelles pratiques à l’œuvre dans le traitement des archives sonores à la Phonothèque de MMSH, résolument tournée vers l’interopérabilité et au CRESSON, centré sur la spatialisation des sons.

L’ intervention orale en plénière a tout d’abord posé les enjeux de la valorisation des archives sonores de terrain : les relations avec les chercheurs, les questions d’éthiques et de droit, les bonnes pratiques à transposer dans chacun des cadres, la valorisation des fonds au sein de plateformes nationales et européennes, la nécessaire formation aux différents outils documentaires.

L’ atelier, intitulé : « De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores », a apporté un éclairage pratique à la conférence.

L’objectif de cette séance de travail collective, d’une durée de 1h30, était de produire une carte mentale à partir du cycle du traitement des archives sonores du dépôt à la valorisation et ainsi partager nos pratiques documentaires quotidiennes.

L’atelier a réuni 13 participants motivés, mis en situation d’écoute avec la diffusion de deux enregistrements issus du fonds des archives sonores de la MMSH. Ces deux extraits ont été écoutés à partir de la plateforme Internet archive, dont les services ont été présentés en début de séance.

Le premier extrait choisi, était un entretien tiré du corpus « Les savoirs de la nature dans la vallée de la Roya » durant lequel l’informatrice, native de Breil-sur-Roya, donne la recette de la tourte à la bourrache, enregistrée en 1982. Cet entretien a donné lieu à une valorisation sur les Carnets de la Phonothèque qui met en avant une recette chaque dernier lundi du mois.


Le deuxième extrait choisi était tiré du corpus “Voix publiques et environnements sonores dans un quartier populaire de Naples”, qui donne à entendre un “paysage sonore composé de cris et de chants de marchands, de dialogues domestiques à distance, de cris d’enfants qui jouent dans la rue, un paysage complété par des chants à danser traditionnels du monde rural”. Cet extrait se rapproche davantage des ambiances urbaines archivées au Cresson. L’entretien est intitulé « Série d’appels aux poissons d’un marchand en dialecte de Puozzoli à Naples ».

Après une session d’écoute, les participants ont fait part de leurs premières réactions face à ce type d’archives, peu familier aux participants. Plusieurs questions ont d’ailleurs porté sur la réception de ces archives (« A qui s’adresse ce type d’enregistrement ? » ou encore « Qui est le client ? ») .

Nous avons rappelé, au-delà du caractère patrimonial de ces archives, leur importance en tant que source de la démonstration scientifique et le rôle de la phonothèque en tant que lieu de dépôt pour les chercheurs qui travaillent à partir d’enregistrements de terrain. Nous avons également expliqué l’intérêt de la mise à disposition de telles sources pour d’éventuelles réutilisations dans le cadre de nouvelles recherches. Enfin, nous avons signalé combien le grand public peut être intéressé par ce type de document, qu’il s’agisse d’artistes qui peuvent les utiliser pour des créations, des conservateurs de musées pour des expositions, de simples auditeurs qui vont s’intéresser au thème, au lieu, à la période ou à la communauté dont il est question.

La question « Qu’est-ce qu’on archive ? Y a-t-il des critères de sélection ? » a été posée. Comme dans toute archive, les phonothèques peuvent opérer des sélections dans les collections qui sont déposées. En particulier, les sources sonores déposées doivent être documentées et en lien avec un programme de recherche. Toutefois, lorsqu’un chercheur dépose son fonds, la totalité des sources sont conservées dans leur intégrité car elles constituent une preuve dans le processus de recherche et donc des éléments clés dans le processus l’évaluation par leurs pairs.

Les participants se sont également interrogés sur notre démarche en tant que phonothécaire : « Allons-nous à la rencontre du chercheur ? » Nous avons expliqué que si le chercheur est soucieux de conserver la source qui est à l’origine de sa recherche, il est néanmoins nécessaire de le sensibiliser aux démarches de traitement / valorisation pour en assurer l’accessibilité. Le dispositif mis en place par la phonothèque, qui prend en considération les questions juridiques et éthiques, correspond à son attente. Par exemple au CRESSON, l’outil Cartophonies qui géolocalise les enregistrements sonores, est apprécié des commanditaires de recherche qui demandent la mise en ligne des enregistrements sonores comme livrable de la recherche financée. Ainsi les chercheurs sont amenés à prendre en compte la durée de traitement de leurs archives dès le début de leur contrat de recherche.

Les participants se sont montrés très curieux des motivations pour le dépôt : « Quel intérêt pour le chercheur ? A qui cela sert-il ensuite ? » Aux chercheurs d’une même discipline ? Il s’avère que les données de la recherche ne sont pas cloisonnées par discipline et peuvent être réutilisées dans d’autres champs d’études. La réutilisation de ces archives est ouverte. Une réflexion collective est menée depuis plusieurs années à l’initiative de la phonothèque de la MMSH sur les questions juridiques et éthiques pour l’utilisation des données en sciences humaines et sociales. Ce travail est publié régulièrement sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org.

Nous avons également eu une question sur les éléments de contexte: « Le chercheur doit-il fournir des informations en complément pour permettre une meilleure intelligibilité des archives ? » En réalité l’apport de ces éléments est assez inégal suivant les cas, d’où l’importance du dialogue avec le chercheur qui est primordial pour la contextualisation de l’archive. Au CRESSON, il est cependant difficile de remobiliser les chercheurs sur des archives sonores anciennes lorsqu’elles sont peu documentées.

Suite à cette première vague de questions, les participants ont été scindés en 3 petits groupes, afin de favoriser les échanges et de produire une carte mentale.

La restitution collective a permis de dégager les éléments récurrents dans l’analyse des différents groupes. La production sous forme graphique a permis d’identifier plusieurs axes d’analyse.

Carte mentale

Tout d’abord, les participants ont séparé les éléments de contexte, (type de projet, équipe de chercheurs, déposant…) des métadonnées descriptives propres à l’enregistrement (titre, auteurs, date, durée, langue…). Une question était de savoir si ces métadonnées sont prédéfinies par le chercheur ou bien élaborées par l’archiviste ? Pour le titre de l’enregistrement par exemple, au CRESSON il est défini par le chercheur, tandis que pour la MMSH il est élaboré au moment du traitement documentaire.

A propos du catalogage des archives se pose la question des normes et standards. Comme tout type de données, les données sonores respectent des standards internationaux. Le Guide des bonnes pratiques pour le traitement documentaire des archives sonores inédites spécifie comment on peut transposer les standards existants au son. Ce document de référence est le fruit de la collaboration entre plusieurs centres d’archives. A la phonothèque de la MMSH, les métadonnées peuvent être exposées en DC (Dublin Core), EDM (Europeana Data Model) et EAD (Encoded Archival Description).

A ensuite été abordée la question des formats et leur lisibilité. Le format de diffusion utilisé comme le format .mp3 a été distingué du format d’archivage utilisé comme le format .wav, avec la question de l’archivage pérenne encadré par le CINES.

Le contenant (ici le support) a également été distingué du contenu (de l’enregistrement), sachant que désormais on traite des enregistrements nativement numériques. Le stockage des données se fait désormais sur des serveurs stockés de manière interne et externe, grâce aux services proposés par Huma-Num.

Enfin, les participants se sont interrogés sur les questions juridiques et éthiques avec la question des données sensibles et du droit d’auteur. Il a également été question des contrats, qui sont de deux types : contrat enquêteur/informateur et contrat enquêteur/phonothèque. Nous avons ici précisé que la base de données de la phonothèque était déclarée à la CNIL.

Le sujet des archives sonores a fait des émules parmi nos participants. Certains détiennent dans leur laboratoire des fonds d’enregistrements sonores de chercheur et souhaiteraient les exploiter en passant par une reconnaissance documentaire qui suivraient les bonnes pratiques de traitement. Nous pourrions bientôt écouter de nouveaux témoignages de résistants ou encore des entretiens de sociologues spécialisés dans le monde contemporain et ce, grâce à cet atelier de sensibilisation.

En guise de synthèse, voici une carte mentale récapitulant les différentes étapes du traitement des archives sonores au CRESSON:

 Traitement_archives_Cresson

 

Consulter le Storify de notre intervention :

Crédits photographiques : Brain-storming des participants, le 30 septembre 2015, Sainte-Foy-lès-Lyon. Photographie d’Ariane Néroulidis pour l’image à la Une et de Gambette38 on twitter pour l’illustration . Pas de restrictions de droits.

L’équipe de la phonothèque aux Frédoc 2015 !

Tous les deux ans sont organisées les FRéDoc, des journées d’action nationale de formation Renatis (Réseau National des Professionnels de l’Information Scientifique et Technique, CNRS). Cette année elles se tiendront du  29 septembre au 2 octobre 2015 près de Lyon, au même moment que la conférence internationale de IASA (International association of sound and audiovisual archives) qui, elle, se tiendra à Paris, du 27 septembre au 1er octobre 2015 dont nous aurons l’occasion de reparler dans les carnets.

La thématique sélectionnée par les FRédoc cette année est un sujet porteur, bousculé par le numérique, celui du changement dans les métiers de l’information scientifique et technique présenté sous le titre « Mieux accompagner la recherche : réalités d’aujourd’hui et perspectives pour les fonctions d’IST ». Deux phonothèque ont été sollicités, celle du CRESSON et de la phonothèque de la MMSh, pour présenter les mutations perçues dans un métier où la veille d’information et l’adaptation aux nouvelles  technologies, doit être constante pour continuer à organiser les données recueillies. Il est d’ailleurs particulièrement intéressant de noter que les deux centre d’archives ont été créés par des chercheurs en sciences humaines et sociales à la même date, 1979. Depuis, le numérique a supplanté l’analogique, les bobines sonores, DAT, minidisc ou cassettes ont été copiés sur des cédés, des cédéroms, des disques durs puis des serveurs. Les archives sonores sont sorties de leurs boîtes où elles étaient bien rangées pour être écoutées en ligne, diffusées à travers différents outils. Les voix des anonymes, qui étaient loin d’imaginer que le monde pourrait les écouter, se font aujourd’hui entendre sur différentes plateforme. Les archivistes ont dû endosser la responsabilité des questions juridiques et éthiques de cette dissémination. La société civile a désormais accès aux données créés par le monde académique dont les données jusqu’ici étaient inaccessibles. L’équipe de la phonothèque de la MMSH avait d’ailleurs participé à l’organisation en 2009 des FRédoc à Fréjus sur la question du protocole OAI-PMH. La formation a été bénfique puisqu’aujourd’hui Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH est moissonnée par Europeana et Isidore. Soyons sûrs que cette 9ème édition sera tout aussi profitable. Les équipes du CRESSON (Françoise Acquier) et de la phonothèque de la MMSH (Ariane Néroulidis et Marine Soubrié) interviendront à la fois en conférence plénière et au cours d’un atelier pratique.

Résumé de la conférence plénière conjointe CRESSON / Phonothèque de la MMSH :  « Du dépôt au partage des archives sonores de la recherche, les évolutions du métier de phonothécaire »
L’accès aux données de la recherche est aujourd’hui au coeur des métiers de l’IST au CNRS. Depuis la fin des années 1970 deux laboratoires de recherche se préoccupent de l’archivage des données enregistrées sur le terrain : la Phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences et de l’Homme à Aix-en-Provence et le Centre de Recherche sur l’Espace Sonore et l’Environnement Urbain à Grenoble. L’intervention a pour objectif présenter comment le métier de phonothécaire se redéfinit autour de nouvelles pratiques : la contextualisation des archives, l’exigence des formats des données, leur interopérabilité, leur archivage à long terme, leur éditorialisation sur des Carnets de la plateforme Hypothèses, la mise en oeuvre de guide de bonnes pratiques alliant éthique et droit. Les archives sonores participent ainsi pleinement de l’essor des “digitals humanities”.

Résumé de la présentation de l’atelier conjoint CRESSON / Phonothèque de la MMSH : « De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores »
Les stagiaires, mis en situation à partir de l’écoute de plusieurs enregistrements sonores, devront résoudre les questions méthodologiques rencontrées par le traitement et la diffusion de ce type de données : comment décrire une enquête de terrain ? Quels formats utiliser pour la conservation et la diffusion ? Peut-on mettre à disposition la totalité de l’enquête ? Comment valoriser ce contenu sur d’autres plateformes (Isidore, Calames, Europeana) ? Comment utiliser les services d’Human-Num ? Le contenu de l’atelier sera restitué par l’écriture collective d’un billet publié sur Les carnets de la phonothèque.

Programme des FRédoc 2015 (en cours)

Mardi 29 septembre : Introduction aux évolutions et besoins de la recherche
13h45-14h00 Allocution de bienvenue, comité d’organisation14h-14h30 Ouverture des journées, Renaud Fabre (DIST CNRS)
14h30-15h30 Quelles évolutions pour l’IST et ses métiers, Francis André (DIST CNRS)
15h30-16h : Pause
16h-17h30 Quels besoins pour les chercheurs de l’ESR (Enseignement Supérieur et la Recherche) ? Table ronde animée par Renaud Fabre (DIST-CNRS). Intervenants : Didier Torny (DAS INSHS), Benoît Pier (Chercheur et Corist INSIS), Caroline Muller (Doctorante en histoire, LARHRA)
17h30-18h15 L’élaboration de la prospective d’emploi au CNRS. Béatrice Simpson (OMES CNRS)

Mercredi 30 septembre : Nouveaux métiers, nouveaux concepts
9h-10h10 Mieux partager l’information scientifique : retours sur l’enquête sur les besoins d’IST des unités de recherche, réalisée auprès des DU du CNRS et sur l’enquête personnels IST, Francis André et Joanna Janik (DIST CNRS)
10h10-10h55 Hier : documentaliste en IST / demain : chargée d’enseignement en ligne pour la réalisation de Mooc : quel chemin parcouru ? Isabelle Rey (INRIA Grenoble)
10h55-11h10 : Pause
11h10-11h55 Intervention thème « Big Data » (titre à préciser), Jean-Michel Salaün (ENS Lyon)
11h55-12h40 Du dépôt au partage des archives sonores de la recherche, les évolutions du métier de phonothécaire, Françoise Acquier (CRESSON, Ecole d’architecture Grenoble), Ariane Néroulidis et Marine Soubrié (Phonothèque MMSH, Aix en Provence, MMSH)

Ateliers et table ronde 14h30-16h00 : 3 ateliers en parallèle
Atelier 1 : Comment mettre en place un MOOC? Quelles sont les étapes du projet ? Comment accompagner les scientifiques ? A vous de jouer… Isabelle Rey (INRIA Grenoble)
Atelier 2 : Produire, traiter, analyser, documenter : les bases de données d’enquête en SHS dans tous leurs états. Viviane Le Haye (Sociologue CNRS)
Atelier 3 : De l’écoute à l’archivage à long terme, méthodologie du traitement d’archives sonores. Françoise Acquier (CRESSON, Ecole d’architecture Grenoble), Ariane Néroulidis et Marine Soubrié (Phonothèque MMSH Aix en Provence)

16h30-17h30 Instances, organismes et processus de formation : Table ronde animée par Jean-Michel Salaün (ENS Lyon) Intervenants : Jean-Philippe Accart (EHL, Lausanne), Claire Denecker (URFIST Lyon), Paolo Laï (INIST), Michel Roland (URFIST Nice, BSN9), intervenant Enssib à préciser
17h30-18h30 Présentation de la synthèse sur l’accompagnement aux chercheurs dans le cadre d‘une réflexion commune inter-réseau. Caroline Martin (ISTREA), Huguette Rigot (Inalco)

Jeudi 1er octobre : Nouveaux métiers, nouveaux concepts
9h00-9h45 2010-2015 – 5 années pour changer l’INIST, par Raymond Bérard. Accompagnement au changement : l’immersion. Retour d’expérience, par Dominique Lechaudel (INIST CNRS)
10h00-10h45 Vers la gestion et le partage des données de la recherche : chercheurs et documentalistes scientifiques des évolutions parallèles. Thierry Beguiristain (LIEC), Marie-Christine Jacquemot (INIST-CNRS)
10h45-11h15 : Pause
11h15-12h00 Communication scientifique et community management dans un institut du CNRS (#CST & #CM @INC_CNRS), Jonathan Rangapanaiken (Institut de Chimie, CNRS) 12h00-12h45 Le pôle Edition Scientifique d’Inria : évolution et nouveau périmètre pour un professionnel de l’IST, Gaëlle Riverieux (INRIA Grenoble).

Ateliers et évènement social
14h00-15h30 : 3 ateliers en parallèle
Atelier 1 : Accompagnement CNRS et autres tutelles dans la communication : comment articuler son activité de professionnel de l’IST ?, Sébastien Buthion (CNRS, Délégation Régionale Rhône-Auvergne)
Atelier 2 : Accompagner les chercheurs : 5 tutoriels à votre disposition pour la rédaction d’un Plan de Gestions des Données dans le cadre d’Horizon 2020, Yvette Lafosse, Françoise Cosserat (INIST-CNRS)
Atelier 3 : Focus sur le lancement d’une épi-revue et l’accompagnement de l’équipe éditoriale, Gaëlle Riverieux (INRIA, Grenoble)
15h30 – 16h Temps de rencontre et d’échanges professionnels : Arrêt sur posters.

A partir de 16h30 : visite musée des Confluences Lyon.

Un appel à poster en direction des participants des journées a été lancé.

Crédits photographiques : Un changement de domicile / A change of domicile. Image Description from historic lecture booklet: « This is somewhat different from moving day of an American family, with a van piled high with household goods. In this instance change of homes is not so inconvenient  » 1915. Oregon State University (OSU) archives. Pas de restrictions de droit connues.

Visio-conférence des Dialogu’IST : les bases de données de la recherche et les services de la documentation

Le deuxième atelier en visioconférence de Dialogu’IST organisé dans le cadre des réseaux métiers Mistral portera sur Les bases de données de la recherche et les services de la documentation : quelles interactions ?  Cet atelier, qui encourage les échanges libres et spontanés des professionnels, se déroulera en présentiel et en ligne le lundi 30 juin 2014 à 9h30 (ouverture des salles à partir de 9h00)   Vous pourrez rejoindre la conférence sur les sites de Nice Sophia Antipolis, Marseille Saint Charles, Marseille Luminy à partir de 9h. Continuer la lecture de Visio-conférence des Dialogu’IST : les bases de données de la recherche et les services de la documentation

Mnemosyme frappe à la porte…

3110865740_084403e284

… et s’invite sur le tout nouveau blog de Goulven Le Brech, archiviste à l’Ecole des hautes études en sciences sociales à Paris.

Un blog qui promet de nous informer sur la question des archives dans le monde du numérique. Le titre,  « En attendant Mnemosyme », est un rappel de la fille d’Ouranos et de Gaïa, qui présidait à la transmission, à la mémoire et donc aux archivistes, avant même que le panthéon des dieux grecs ne commence à s’organiser. Il faut que je pense à lui dédier un ex-voto si je scratche encore un disque dur (oups, je croise les doigts).

Crédit photographique : Ruth St. Denis photographie de Nickolas Muray (1923), New York Public Library http://www.flickr.com/photos/nypl/3110865740 – Pas de restrictions de diffusion connues.