Archives par mot-clé : exposition

Exposition et séminaire : Les silences – Témoignages du trauma colonial algérien

Du mardi 17 octobre au jeudi 19 octobre 2023, la Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) à Aix-en-Provence accueille l’événement Arts-Sciences « Les silences, témoignages du trauma colonial algérien ».  Après une première journée, mardi 17 octobre, réservée aux étudiants de l’Ecole d’Art d’Aix, deux temps forts sont proposés, à toutes et à tous, à la MMSH : Continuer la lecture de Exposition et séminaire : Les silences – Témoignages du trauma colonial algérien

Une exposition sur la photographie à la Médiathèque de la MMSH

Lundi 26 juin s’est tenu salle Seurat, l’inauguration d’une exposition sur l’histoire de la photographie qui s’appuie sur quatre fonds photographiques qui sont conservés au sein du Secteur archives de la recherche de la Médiathèque SHS de la MMSH : Paul Bonnenfant, Achille Dassonville, Marceau Gast et Lucien Golvin et André Raymond.

Yacine Beghour, Ouijdane Hachimi, Komi Odah et Moctar Niang, tous les quatre étudiants en histoire à Aix-Marseille Université, à l’origine de cette exposition, ont présenté les fonds devant l’un des chercheurs-photographes, Paul Bonnenfant.

Txistu erakustaldia

L’exposition se tient tout au long du mois de juillet, vous y êtes bienvenu·e·s !

Note de l’équipe du secteur archives de la recherche de la Médiathèque de la MMSH : les photographies présentées dans le cadre de cette exposition ont été numériques par Paul Bonnenfant lui-même pour ses collections, par le Ministère de la Culture (DRAC Sud) pour Achille Hector Dassonville, par la plateforme technique de la Médiathèque de la MMSH pour Marceau Gast et Lucien Golvin et par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche (MESR) pour André Raymond.

 

Crédits photographiques : A. Boissel et V. Ginouvès, 26 juin 2023, CC-BY.

 

Journées du patrimoine 2022 : une exposition sonore et des projections au Centre Hospitalier Montperrin

Dans le cadre des Journées européennes du Patrimoine 2022 le secteur Archives de la recherche de la médiathèque SHS de la MMSH s’associe au  service Archives et documentation du Centre Hospitalier Montperrin et au Centre d’arts contemporains d’intérêt national 3 bis f,  situés à Aix-en-Provence, pour proposer une exposition autour d’un évènement intitulé “Mémoire et Création” sur le patrimoine cinématographique, architectural et vivant, la création in situ et l’hôpital en récits. Un parcours autour de la mémoire, du soin et de la psychiatrie à travers des témoignages, des images et des réalisations au sein du plus grand, et parmi l’un des plus anciens, établissement psychiatrique des Bouches-du-Rhône. Continuer la lecture de Journées du patrimoine 2022 : une exposition sonore et des projections au Centre Hospitalier Montperrin

Sites of memory: oral history project in Jordan

This #WorldDayForAudiovisualHeritage, Sites of Memory presents memories and personal testimonies about places of importance to modern Jordanian history.  Carving up a space for dissonance and incoherency, the exhibition is an invitation to consider the role of the aural in the construction of historical narratives and rethink the representation of “the event” in relation to various sites across the country1.

The exhibition is the final public event of the research project Our Memory which is jointly realized by the Goethe-Institut, the Institut français de Jordanie (IFJ), the Institut français du Proche Orient (Ifpo), the National Library of Jordan as well as the University of Yarmouk (YU), the University of Mutah, the University Hussein Bin Talal and the University of Jordan. Realized as part of the Cultural Heritage Days in Jordan, the exhibition was made possible with a fund from EUNIC and the EU. The project “Our Memory” received funding from the Franco-German Cultural Fund.

Continuer la lecture de Sites of memory: oral history project in Jordan

  1. Ali Pasha Abdyeh Street (Mafraq), Al-Muqariya Village (Shobak- Ma’an), Sheikh Rashid Mosque (Al-Ramtha- Irbid), The Duke’s Diwan (Amman), Palace of Al – Alali – Kleib Shreyda Palace (Tubnah- Irbid), Ma’an Stream (Ma’an), Castle Street (Al-Karak), Old Ma’an Market (Ma’an), Al Rawsha Cafe (Al-Zarqa), Diwan Al Majali (Al-Karak), Diwan Methqal (Um Al Amad, Amman). []

Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

Au moment où la question des collections semble être au coeur de nombre de réflexions1 le Musée d’ethnographie de Neuchâtel présente  cet été une exposition centrée sur les siennes, profitant de la thématique pour revenir sur l’histoire de l’institution, les fantômes qu’elle abrite, les enjeux qu’elle recouvre et les pratiques sociales qu’elle analyse…  Finalement, la notion de collection est-elle toujours pertinentes pour interpréter notre présent ? Comment montrer l’objet sans l’enfermer dans une logique chronologique, géographique, ethnique ou fonctionnelle ? Comment valoriser une collection sans se limiter à exposer le chef-d’œuvre que l’on sait qu’elle renferme  ? Ce retour sur les collections est aussi une façon de rappeler que les regards qui sont portées sur elles au fil du temps, mais aussi avec eux les démarches de ceux qui les ont constituées ou les objets qui les ont constitués, n’ont cessé de se transformer…

Mobile à base d'étiquettes d'objets au musée de Neuchâtel

Continuer la lecture de Écouter l’impermanence des choses, Neuchâtel, été 2019

  1. Outre l’école d’été l’école d’été internationale Understanding Mediterranean Collections organisée en juillet 2019 par la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), en partenariat avec le Musée des civilisations de l’Europe et de la Méditerranée (MuCEM), les Archives Nationales d’outre-mer (ANOM), l’École française de Rome (EFR) et l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo), rappelons que le 145ème congrès du CTHS en avril 2020 aura pour titre Collecter, collectionner, conserver. []

Se promenant dans le jardin des orangers… [Comeback, Tübingen]

Et si nous remontions le cours du temps pour mieux comprendre les artistes du passé ou même pour partager avec eux des moments d’émotions intenses ?  Aujourd’hui, il n’est pas rare de se trouver dans des situations où des acteurs sociaux cherchent à  rembobiner le cours de l’histoire et nous la faire revivre1 ; l’exposition Comeback – Kunsthistorische Renaissancen [Art-Historical Rennaissances] nous confronte à une autre situation toute aussi insolite : les artistes ne s’y limitent pas à copier ou à chercher à maîtriser techniquement les tableaux des “Anciens”. Ils dialoguent avec leurs “Maîtres”, leur répondent librement et ré-inventent un patrimoine collectif à travers des modalités artistiques contemporaines qui passent par tous les médias actuels.

tableau de Markus Schinwald au nez rouge

Continuer la lecture de Se promenant dans le jardin des orangers… [Comeback, Tübingen]

  1. Il y beaucoup à lire sur ces questions ; je vous renvoie vers les travaux de Maryline Crivello (AMU), dont une synthèse se retrouve sur son blog : Muse, Memories and USEs of history – Mémoires et usages de l’histoire dans l’espace public https://muse.hypotheses.org []

La phonothèque au salon Innovatives SHS 2017

En 2017, l’institut des sciences humaines et sociales du CNRS a choisi d’organiser sa troisième édition du salon Innovatives SHS, salon de la valorisation en sciences humaines et sociales au Parc Chanot, à Marseille les 17 et 18 mai prochain1. Pour la première fois, l’équipe de la phonothèque de la MMSH y sera présente avec la présentation d’un projet de valorisation sur les sciences collaboratives.

Continuer la lecture de La phonothèque au salon Innovatives SHS 2017

  1. Ce salon professionnel est destiné à présenter une pluralité d’actions de valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales à destination d’un public composé, en particulier, de décideurs économiques et politiques []

Raconter l’histoire des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

La collection sonore sur la Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a la volonté de décrire, à travers 120 entretiens,  l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Pour plusieurs raisons, cette collection est emblématiques pour la phonothèque de la MMSH.

– Elle est le fruit d’une collaboration fructueuse entre les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, une association de jeunes chercheurs, Paroles Vives, et la phonothèque de la MMSH1 ;

– Le protocole de la collecte, décrit avec précision dans une annexe méthodologique accessible en ligne, est devenu un véritable outil méthodologique pour la mise en oeuvre de collectes patrimoniales puisqu’il a été réutilisé par diverses institutions avec succès ;

– La totalité des témoins a signé un contrat d’autorisation d’utilisation et de diffusion qui a permis la mise en ligne les 162 heures d’enregistrements et leur réutilisation par tou-te-s sans demande préalable, sous réserve de citer les sources avec précision (noms de l’informateur et de l’enquêteur, date et lieu d’enquête, site d’accès).

– L’ensemble du corpus a été entièrement catalogué et analysé en suivant les normes et formats internationaux en vigueur. L’accès peut se faire à travers la base de données des archives départementales des Bouches-du-Rhône ou de Ganoub, la base de la phonothèque2 mais aussi sur la plateforme Calames, au format EAD.

L’année 2015, année de la commémoration du 100e anniversaire du génocide des arméniens, va ainsi être l’occasion de valoriser ces témoignages et de continuer notre collaboration avec les archives et l’association Paroles Vives. Ainsi, une exposition itinérante, intitulée Mémoires arméniennes dans les Bouches-du-Rhône, accompagnera un cycle de trois tables rondes à travers lesquelles dialogueront des documents d’archives, des extraits d’entretiens sonores, des chercheurs, des membres associatifs et témoins de la collecte.

– Mardi 21 avril à 18h30 Migrations arméniennes : un ancrage dans les Bouches-du-Rhône, avec Véra Fritz, historienne, chercheure associée au laboratoire TELEMME, Aix-Marseille université.
Mon frère est venu en 1929 en France avec nos parents, ils venaient de l’île de Chypre après beaucoup d’errance et ils ont atterri à Marseille parce que, en ce temps-là il y avait du travail. Notre papa était tailleur d’habits. Il est venu en France parce que son cousin qui était venu quelques temps avant l’a appelé en lui disant : “Viens, il y a du travail” et en effet il y en avait. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 84 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2146)

Jeudi 28 mai à 18h30 Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence,  avec Martine Hovanessian, anthropologue, URMIS, Université Paris Diderot et Karine Michel, anthropologue, IDEMEC, Aix Marseille Université.
Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus Arménien que Français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de troisième génération d’Arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2, enquête en ligne sur Ganoub, n°20178).

Mardi 2 juin à 18h30 Une nouvelle vie Avec Marie-Françoise Attard-Maraninchi, historienne, TELEMME, Aix Marseille Université.
Mes parents par leur profession fréquentaient quelques fabricants de chaussures qui sont naturellement d’origine arménienne, ils fréquentaient des commerçants, des détaillants qui étaient pour la plupart d’origine arménienne et puis ils avaient leurs représentants qui étaient ou pas d’origine arménienne. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 89 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2151).

Plusieurs autres animations sont prévues dans le cadre de cette commémoration, en particulier sur le Pays d’Aix :

Faculté de Droit :
– le 7 mars de 9h30 à 18h, colloque sur la problématique du génocide des Arméniens.
– les 15 et 16 septembre, colloque : 1915 – 2015 : La question du génocide des Arméniens aujourd’hui et demain en Turquie.
Salle Armand Lunel :
– le 10 mars à 18h30, conférence sur le génocide des Arméniens par Patrick Donabédian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 15 mars de 10h à 15h, master-class et à 16h, conférence du compositeur Arthur Aharonian suivie d’un mini concert.
– les 24, 25, 26, 27 de 18h à 19h, concerts d’élèves salle Villette et le 27 à 20h30, concert des professeurs du conservatoire à l’auditorium Campra.
Archives départementales d’Aix-en-Provence :
– les 10, 11 et 12 avril, rencontre avec Pinar Selek auteur du livre : Parce qu’ils sont Arméniens.
– du 22 avril au 11 juillet, L’immigration arménienne se raconte au pluriel, exposition sur l’immigration arménienne avec l’association Paroles vives.
– le 21 mai, Fantôme arménien, conférence animée par Christian Artin (ARAM).
Office de Tourisme :
– du 23 avril au 7 mai, exposition sur le génocide des Arméniens.
Allées Provençales :
– le 24 avril, commémoration, stèle du génocide.
Prieuré de Sainte Victoire :
– le 8 mai, procession.
Espace Jeunes Bellegarde :
– du 26 mai au 5 juin, présentation de l’histoire arménienne à l’intention des élèves des écoles.
Institut de l’Image :
– le 4 juin à 18h30, conférence à l’amphithéâtre de la Verrière et à 20h30, projection salle Armand Lunel.
– le 6 à 18h30, rencontre suivie d’une projection.
Hôtel Maynier d’Oppède :
– le 15 juin à 21h30, concert du quintette à vent de Marseille et Araïk Bartikian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 11 août à 20h30, concert, au sein de l’auditorium Campra,de l’Orchestre National de Chambre d’Arménie sous la direction de Vahan Mardirossian.
Entrée libre sauf pour les concerts et les projections.

 

Crédits photographiques : Image from page 262 of “A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise” (1907) Identifier: triptoorientstor00jacorich Title: A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise. Domaine public.

  1. Le projet a obtenu en 2008 le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. []
  2. La phonothèque suit les règles du guide de bonnes pratiques réédité en 2014 par la FAMDT. []

Prolongation de l’exposition “Hors champs” jusqu’au 15 décembre 2013

5243245155_7b60b4abf1_z
Il commence à faire vraiment froid… c’est l’occasion de profiter de l’ambiance polaire du Musée d’ethnographie de Neuchâtel qui explore le thème de la construction et de l’usage des images en anthropologie en s’inspirant du monde des inuits et de l’exploration des pôles. De l’approche muséale à une vision poétique associant l’art et l’ethnographie, en passant par la navigation virtuelle (et des réseaux sociaux), l’exposition s’intéresse au choix du point de vue : ce qui est révélé par l’image et ce qui reste hors du cadre. N’hésitez pas à aller ouvrir les frigos du Musée de Neauchâtel, la réflexion proposée sur le patrimoine culturel immatériel dégèle tous les esprits…

Si vous avez la chance d’être à Neuchâtel le 12 décembre pour la clôture, vous pourrez vivre d’étonnantes aventures culturelles immatérielles : le MEN propose un repas (19h) et un concert original (20h15) du duo Bristophe (Brice Catherin et Christophe Schweizer) : du hors-champs à l’hors-chant les musiciens vont proposer de libérer les auditeurs d’une écoute passive en les lâchant dans un monde sonore inconnu…

Depuis le 7 mars et jusqu’au 15 décembre 2013, informations pratiques sur le site web : http://www.men.ch

Catalogue en vente sur le site du Musée.

 

Revue de presse : 

Chardon, Elisabeth. “A Neuchâtel, plongée dans les frigos de l’ethno”, Le Temps, 10 novembre 2012, http://www.letemps.ch/Page/Uuid/657d2f70-2ab0-11e2-a2c0-14d6685ecc15%7C0

Gonseth, Marc-Olivier “Politics and poetics of displaying Promenade dans un bac à glaçons”, Roots & Routes : research on visual culture, Anno III, n°10, aprile-giugno 2013 http://www.roots-routes.org/2012/11/12/politics-and-poetics-of-displayingprovvisoriodi-marc-olivier-gonseth

Thomas-Bourgnieuf, Martine. “Chez les visages pôles”, Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/chez-les-visages-poles_871728

“Interview par Martine Thomas-Bourgnieuf, : Marc-Olivier Gonseth, directeur du MEN, explique la singularité de son musée”, Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/regarder-le-patrimoine-culturel-immateriel-avec-de-nouvelles-lunettes_871744

 

Crédits photographiques : 

A man from the Umingmaktormiut, an Eskimo tribe that before Rasmussen’s visit had never been described or photgraphed, 1924, Leo Hansen photographer, Smithsonian Archives, no known copyright restrictions.

– Affiche de l’exposition “Hors champs” (MEN).

Déjà vu ?

 

Déjà vu ? L’art de la copie de Dürer à YouTube

Kunsthalle de Karlsruhe 21 avril-5 août 2012

Alors que le monde académique d’aujourd’hui n’a que méfiance ou aversion pour le « copier / coller », la Kunsthalle de Karlsruhe a présenté jusqu’au début du mois d’août une exposition où la copie se faisait la part belle. Des centaines d’œuvres venues de musées d’Europe et des Etats-Unis, offraient l’occasion unique d’observer d’un œil nouveau ce phénomène. Sous des formes parfois inattendues, en traversant sept siècles d’histoire, le cheminement de l’exposition avait l’ambition d’expliciter les fonctions remplies par ces copies ainsi que les raisons qui les motivaient. Malheureusement le magnifique catalogue n’a été publié qu’en langue allemande. Voilà quelques souvenirs visuels d’une captivante visite.

Les premières salles rappelaient le temps où l’image était un bien commun : copier une œuvre pour la transporter avec soi, la faire connaître ou faire connaître son créateur, apprendre à travailler comme les maîtres ou de se former en reproduisant une technique était habituel. Etrange et saisissant de voir côte à côte une descente de croix peinte par le Maître de Strasbourg à côté de celle du Maître de la Passion Karlsruhe, toutes deux du 15e siècle, proches mais différentes. Un regard un peu plus poignant, la précision de certains matériaux ou le signe du propriétaire qui change1, seule une expertise permet de savoir laquelle a été peinte la première.

Un peu plus loin, le visiteur pouvait s’étonner de voir trois versions d’une scène hivernale avec l’impression de les avoir déjà « trop » vues, et pourtant… Reprises de Bruegel l’Ancien (1664), elles ont toutes été peintes dans l’atelier de Pieter Bruegel le Jeune. Chacune a sa différence, un détail que l’on recherche comme dans le jeu des sept erreurs : la forme du radeau de l’enfant sur la rivière, l’expression d’un visage, un objet qui a disparu. La scène a été reproduite en véritable série bien avant les couvercles de boîtes de chocolat qui s’offrent à Noël… Une douzaine d’exemplaires de l’adoration des mages a ainsi été recensée à travers le monde dont la signature ne correspond pas nécessairement au créateur de l’œuvre. Bruegel le Jeune l’utilisait comme une enseigne, garante d’une qualité constante. Le procédé permettait de satisfaire la demande – qui était importante – et les copies pouvaient atteindre des prix élevés. En effet – on l’oublie trop souvent et pourtant c’est aussi ce qu’on attend encore aujourd’hui des copies numériques -, faire copier  un tableau était, le meilleur moyen d’avoir près de soi une œuvre convoitée mais dont l’original était inaccessible, pour des raisons financières ou pratiques.

 L’adoration des mages ici mise en puzzle de 500 pièces

Un vaste espace était consacré à Albrecht Dürer, un des premiers artistes qui ait témoigné de l’importance qu’il portait à l’originalité de son œuvre et des bénéfices qu’il pouvait en tirer. Sur les panneaux de présentation, les commissaires de l’exposition supposent qu’après un procès pour réclamer ses droits, Dürer avait fait directement la demande à Marcantonio Raimondi2 de reproduire sa « Vie de Marie » pour une diffusion en Italie avec son monogramme.  L’affaire est embrouillée car il y reste peu de traces des échanges mais elle est passionnante car elle éclaire l’histoire des questions de droit d’auteur en Europe. Lionel Maurel vient tout juste d’écrire sur Owni un billet qui s’appuie sur cet épisode pour illustrer l’importance de la citation dans la rediffusion d’images sous le titre « Et si Albrecht Dürer avait eu un TUMBLR ? ». L’occasion de mieux comprendre l’importance des monogrammes du maître copié et recopié. L’exposition montrait en exemple plusieurs exemplaires du « Jeune couple et la mort » : au début du 16e, les gravures portaient d’autres monogrammes que celles du véritable créateur, puis, lorsque  l’œuvre de Dürer est devenue renommée et s’est internationalisée, sa signature a été de nouveau imprimée car elle augmentait la valeur commerciale de la gravure3. Plus tard, Rubens va choisir d’employer ses propres graveurs pour bénéficier de l’exclusivité de ses oeuvres et les protéger de la contrefaçon.

Les gravures apparaissent comme les œuvres qui auront été les plus diffusées et reproduites à grande échelle. Une salle entière leur était consacrée et l’accent mis sur le moment où l’habitude se prend, à la fin du 16ème siècle, de citer, pour chaque pièce, le créateur, le graveur et l’éditeur4.

Pour illustrer par des exemples la question de la « copie créative » avec plus de force, l’exposition donnait à voir des œuvres de peintres connus habituellement par leur originalité. Ainsi, Matisse, a repris La desserte de Heems ou Van Gogh, la Pietà de Delacroix5. Mais déjà Delacroix lui-même, Géricault ou Fantin la Tour, eux aussi, copiaient les maîtres ; Titien a été l’un des plus repris, avec en particuler La mise au tombeau. Goya, qui lui même avait copié Las Meninas de Velasquez, fait aussi partie des peintres qui ont souvent été copiés. La reprise, extraite de ses caprichos,  d’El sueno de la razon produce monstruos par l’artiste londonien d’origine nigériane, Yinka Shonibare, qui décline le dormeur, est particulièrement troublante.

El sueno de la razon produce monstruos / Goya

L’ingéniosité des dispositifs dans les salles des oeuvres contemporaines faisait partie de l’intérêt de la viste : tablettes, installations, capteurs qui permettaient de prendre en considération la nouvelle diffusion artistique par le numérique ; Google EarthFlickr et Youtube étant les trois plateformes mises en avant. Les oeuvres choisies pour la période contemporaine étaient également très marquantes mais difficile d’afficher ici les oeuvres, sans les autorisations des artistes.  Même si vous ne comprenez pas l’allemand, n’hésitez pas à visioner ce film qui présente l’équipe qui a réalisé l’exposition. Il vous permettra de visualiser de nombreuses oeuvres exposées et de comprendre comment a été conçue cette exposition réalisée en coopération avec l’Université de Karlsruhe et la Staatliche Hochshule für Gestaltung.

Cette exposition n’était pas seulement belle, inattendue et instructive, elle était souvent drôle. Elle se terminait avec clin d’oeil sur une oeuvre exposée accompagnée des tribulations de sa reproduction : la photographie d’une fleur, imprimée puis photocopiée, puis peinte puis passée au scanner puis ronéotypée puis à nouveau photographiée pour être de nouveau numérisée, imprimée, photocopiée, et accrochée aux cimaises du musée…

Crédits photographiques :

– L’affiche  de l’exposition présentée en tête du billet est une reprise par Aneta Grzeszykowska d’une image de Cindy Sherman, prise de Untitled Film Still #22.

Cycle de la Passion : Le Christ Kreuzannagelung, Maître de la Passion de Karlsruhe (Hans Hirtz?), Strasbourg 1450/55, domaine public

Bruegel, Adoration des mages, domaine public, ici repris dans un puzzle de 500 pièces de la marque Michèle Wilson.

Jeune couple menacé par la Mort Albrecht Dürer v. 1498 19,9 x 12,4 cm; image: 19,6 x 12,1 cm gravure au burin sur papier vergé Ici, gravure acquise en 1956 Musée des beaux-arts du Canada (nº 6817), domaine public

– [Los caprichos]. P. 43, El sueno de la razon produce monstruos : [estampe] / Goya, Francisco de (1746-1828). Graveur, 1799-1937 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84518119

– Film de présentation de l’exposition “Déjà vu” de la Kunsthalle de Karlsruhe, form-art.tv, 2012 : http://www.hfg-karlsruhe.de/features/deja-vu-die-kunst-der-wiederholung.html

  1. Le tableau a d’abord été créé à Strasbourg puis copié sans la figure du donateur, une femme insérée dans le coin inférieur droit. Son emblème a, tout de même, été conservé sur la copie []
  2. Marcantonio Raimondi (vers 1480 – vers 1534) est un graveur italien réputé pour ne reproduire que des œuvres d’artistes sans créer les siennes en propre []
  3. Voir aussi, sur L’Alsace du 29 juin 2012, une autre illustration de l’exposition sur cette période avec Le Chevalier, la Mort et le Diable, gravé par Albrecht Dürer en 1513 et mise en regard avec la peinture de Johann Geminger vers 1600 []
  4. Voir à 4min 50s du film de présentation de l’exposition. []
  5. Des illustrations de la Pietà par Delacroix reprise par Van Gogh sont visibles sur le billet d’Elisabeth Itti, chroniqueuse sur le blog Une dilettante, qui présente l’exposition avec des images diffusées avec l’autorisation gracieuse de la Kunsthalle de Karlsruhe []