Archives par mot-clé : exposition

Raconter l’histoire des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

La collection sonore sur la Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a la volonté de décrire, à travers 120 entretiens,  l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Pour plusieurs raisons, cette collection est emblématiques pour la phonothèque de la MMSH.

– Elle est le fruit d’une collaboration fructueuse entre les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, une association de jeunes chercheurs, Paroles Vives, et la phonothèque de la MMSH1 ;

– Le protocole de la collecte, décrit avec précision dans une annexe méthodologique accessible en ligne, est devenu un véritable outil méthodologique pour la mise en oeuvre de collectes patrimoniales puisqu’il a été réutilisé par diverses institutions avec succès ;

– La totalité des témoins a signé un contrat d’autorisation d’utilisation et de diffusion qui a permis la mise en ligne les 162 heures d’enregistrements et leur réutilisation par tou-te-s sans demande préalable, sous réserve de citer les sources avec précision (noms de l’informateur et de l’enquêteur, date et lieu d’enquête, site d’accès).

– L’ensemble du corpus a été entièrement catalogué et analysé en suivant les normes et formats internationaux en vigueur. L’accès peut se faire à travers la base de données des archives départementales des Bouches-du-Rhône ou de Ganoub, la base de la phonothèque2 mais aussi sur la plateforme Calames, au format EAD.

L’année 2015, année de la commémoration du 100e anniversaire du génocide des arméniens, va ainsi être l’occasion de valoriser ces témoignages et de continuer notre collaboration avec les archives et l’association Paroles Vives. Ainsi, une exposition itinérante, intitulée Mémoires arméniennes dans les Bouches-du-Rhône, accompagnera un cycle de trois tables rondes à travers lesquelles dialogueront des documents d’archives, des extraits d’entretiens sonores, des chercheurs, des membres associatifs et témoins de la collecte.

– Mardi 21 avril à 18h30 Migrations arméniennes : un ancrage dans les Bouches-du-Rhône, avec Véra Fritz, historienne, chercheure associée au laboratoire TELEMME, Aix-Marseille université.
Mon frère est venu en 1929 en France avec nos parents, ils venaient de l’île de Chypre après beaucoup d’errance et ils ont atterri à Marseille parce que, en ce temps-là il y avait du travail. Notre papa était tailleur d’habits. Il est venu en France parce que son cousin qui était venu quelques temps avant l’a appelé en lui disant : “Viens, il y a du travail” et en effet il y en avait. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 84 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2146)

Jeudi 28 mai à 18h30 Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence,  avec Martine Hovanessian, anthropologue, URMIS, Université Paris Diderot et Karine Michel, anthropologue, IDEMEC, Aix Marseille Université.
Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus Arménien que Français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de troisième génération d’Arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2, enquête en ligne sur Ganoub, n°20178).

Mardi 2 juin à 18h30 Une nouvelle vie Avec Marie-Françoise Attard-Maraninchi, historienne, TELEMME, Aix Marseille Université.
Mes parents par leur profession fréquentaient quelques fabricants de chaussures qui sont naturellement d’origine arménienne, ils fréquentaient des commerçants, des détaillants qui étaient pour la plupart d’origine arménienne et puis ils avaient leurs représentants qui étaient ou pas d’origine arménienne. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 89 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2151).

Plusieurs autres animations sont prévues dans le cadre de cette commémoration, en particulier sur le Pays d’Aix :

Faculté de Droit :
– le 7 mars de 9h30 à 18h, colloque sur la problématique du génocide des Arméniens.
– les 15 et 16 septembre, colloque : 1915 – 2015 : La question du génocide des Arméniens aujourd’hui et demain en Turquie.
Salle Armand Lunel :
– le 10 mars à 18h30, conférence sur le génocide des Arméniens par Patrick Donabédian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 15 mars de 10h à 15h, master-class et à 16h, conférence du compositeur Arthur Aharonian suivie d’un mini concert.
– les 24, 25, 26, 27 de 18h à 19h, concerts d’élèves salle Villette et le 27 à 20h30, concert des professeurs du conservatoire à l’auditorium Campra.
Archives départementales d’Aix-en-Provence :
– les 10, 11 et 12 avril, rencontre avec Pinar Selek auteur du livre : Parce qu’ils sont Arméniens.
– du 22 avril au 11 juillet, L’immigration arménienne se raconte au pluriel, exposition sur l’immigration arménienne avec l’association Paroles vives.
– le 21 mai, Fantôme arménien, conférence animée par Christian Artin (ARAM).
Office de Tourisme :
– du 23 avril au 7 mai, exposition sur le génocide des Arméniens.
Allées Provençales :
– le 24 avril, commémoration, stèle du génocide.
Prieuré de Sainte Victoire :
– le 8 mai, procession.
Espace Jeunes Bellegarde :
– du 26 mai au 5 juin, présentation de l’histoire arménienne à l’intention des élèves des écoles.
Institut de l’Image :
– le 4 juin à 18h30, conférence à l’amphithéâtre de la Verrière et à 20h30, projection salle Armand Lunel.
– le 6 à 18h30, rencontre suivie d’une projection.
Hôtel Maynier d’Oppède :
– le 15 juin à 21h30, concert du quintette à vent de Marseille et Araïk Bartikian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 11 août à 20h30, concert, au sein de l’auditorium Campra,de l’Orchestre National de Chambre d’Arménie sous la direction de Vahan Mardirossian.
Entrée libre sauf pour les concerts et les projections.

 

Crédits photographiques : Image from page 262 of « A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise » (1907) Identifier: triptoorientstor00jacorich Title: A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise. Domaine public.

  1. Le projet a obtenu en 2008 le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. []
  2. La phonothèque suit les règles du guide de bonnes pratiques réédité en 2014 par la FAMDT. []

Prolongation de l’exposition « Hors champs » jusqu’au 15 décembre 2013

5243245155_7b60b4abf1_z
Il commence à faire vraiment froid… c’est l’occasion de profiter de l’ambiance polaire du Musée d’ethnographie de Neuchâtel qui explore le thème de la construction et de l’usage des images en anthropologie en s’inspirant du monde des inuits et de l’exploration des pôles. De l’approche muséale à une vision poétique associant l’art et l’ethnographie, en passant par la navigation virtuelle (et des réseaux sociaux), l’exposition s’intéresse au choix du point de vue : ce qui est révélé par l’image et ce qui reste hors du cadre. N’hésitez pas à aller ouvrir les frigos du Musée de Neauchâtel, la réflexion proposée sur le patrimoine culturel immatériel dégèle tous les esprits…

Si vous avez la chance d’être à Neuchâtel le 12 décembre pour la clôture, vous pourrez vivre d’étonnantes aventures culturelles immatérielles : le MEN propose un repas (19h) et un concert original (20h15) du duo Bristophe (Brice Catherin et Christophe Schweizer) : du hors-champs à l’hors-chant les musiciens vont proposer de libérer les auditeurs d’une écoute passive en les lâchant dans un monde sonore inconnu…

Depuis le 7 mars et jusqu’au 15 décembre 2013, informations pratiques sur le site web : http://www.men.ch

Catalogue en vente sur le site du Musée.

 

Revue de presse : 

Chardon, Elisabeth. « A Neuchâtel, plongée dans les frigos de l’ethno », Le Temps, 10 novembre 2012, http://www.letemps.ch/Page/Uuid/657d2f70-2ab0-11e2-a2c0-14d6685ecc15%7C0

Gonseth, Marc-Olivier « Politics and poetics of displaying Promenade dans un bac à glaçons », Roots & Routes : research on visual culture, Anno III, n°10, aprile-giugno 2013 http://www.roots-routes.org/2012/11/12/politics-and-poetics-of-displayingprovvisoriodi-marc-olivier-gonseth

Thomas-Bourgnieuf, Martine. « Chez les visages pôles », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/chez-les-visages-poles_871728

« Interview par Martine Thomas-Bourgnieuf, : Marc-Olivier Gonseth, directeur du MEN, explique la singularité de son musée », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/regarder-le-patrimoine-culturel-immateriel-avec-de-nouvelles-lunettes_871744

 

Crédits photographiques : 

A man from the Umingmaktormiut, an Eskimo tribe that before Rasmussen’s visit had never been described or photgraphed, 1924, Leo Hansen photographer, Smithsonian Archives, no known copyright restrictions.

– Affiche de l’exposition « Hors champs » (MEN).

Déjà vu ?

 

Déjà vu ? L’art de la copie de Dürer à YouTube

Kunsthalle de Karlsruhe 21 avril-5 août 2012

Alors que le monde académique d’aujourd’hui n’a que méfiance ou aversion pour le « copier / coller », la Kunsthalle de Karlsruhe a présenté jusqu’au début du mois d’août une exposition où la copie se faisait la part belle. Des centaines d’œuvres venues de musées d’Europe et des Etats-Unis, offraient l’occasion unique d’observer d’un œil nouveau ce phénomène. Sous des formes parfois inattendues, en traversant sept siècles d’histoire, le cheminement de l’exposition avait l’ambition d’expliciter les fonctions remplies par ces copies ainsi que les raisons qui les motivaient. Malheureusement le magnifique catalogue n’a été publié qu’en langue allemande. Voilà quelques souvenirs visuels d’une captivante visite.

Les premières salles rappelaient le temps où l’image était un bien commun : copier une œuvre pour la transporter avec soi, la faire connaître ou faire connaître son créateur, apprendre à travailler comme les maîtres ou de se former en reproduisant une technique était habituel. Etrange et saisissant de voir côte à côte une descente de croix peinte par le Maître de Strasbourg à côté de celle du Maître de la Passion Karlsruhe, toutes deux du 15e siècle, proches mais différentes. Un regard un peu plus poignant, la précision de certains matériaux ou le signe du propriétaire qui change1, seule une expertise permet de savoir laquelle a été peinte la première.

Un peu plus loin, le visiteur pouvait s’étonner de voir trois versions d’une scène hivernale avec l’impression de les avoir déjà « trop » vues, et pourtant… Reprises de Bruegel l’Ancien (1664), elles ont toutes été peintes dans l’atelier de Pieter Bruegel le Jeune. Chacune a sa différence, un détail que l’on recherche comme dans le jeu des sept erreurs : la forme du radeau de l’enfant sur la rivière, l’expression d’un visage, un objet qui a disparu. La scène a été reproduite en véritable série bien avant les couvercles de boîtes de chocolat qui s’offrent à Noël… Une douzaine d’exemplaires de l’adoration des mages a ainsi été recensée à travers le monde dont la signature ne correspond pas nécessairement au créateur de l’œuvre. Bruegel le Jeune l’utilisait comme une enseigne, garante d’une qualité constante. Le procédé permettait de satisfaire la demande – qui était importante – et les copies pouvaient atteindre des prix élevés. En effet – on l’oublie trop souvent et pourtant c’est aussi ce qu’on attend encore aujourd’hui des copies numériques -, faire copier  un tableau était, le meilleur moyen d’avoir près de soi une œuvre convoitée mais dont l’original était inaccessible, pour des raisons financières ou pratiques.

 L’adoration des mages ici mise en puzzle de 500 pièces

Un vaste espace était consacré à Albrecht Dürer, un des premiers artistes qui ait témoigné de l’importance qu’il portait à l’originalité de son œuvre et des bénéfices qu’il pouvait en tirer. Sur les panneaux de présentation, les commissaires de l’exposition supposent qu’après un procès pour réclamer ses droits, Dürer avait fait directement la demande à Marcantonio Raimondi2 de reproduire sa « Vie de Marie » pour une diffusion en Italie avec son monogramme.  L’affaire est embrouillée car il y reste peu de traces des échanges mais elle est passionnante car elle éclaire l’histoire des questions de droit d’auteur en Europe. Lionel Maurel vient tout juste d’écrire sur Owni un billet qui s’appuie sur cet épisode pour illustrer l’importance de la citation dans la rediffusion d’images sous le titre « Et si Albrecht Dürer avait eu un TUMBLR ? ». L’occasion de mieux comprendre l’importance des monogrammes du maître copié et recopié. L’exposition montrait en exemple plusieurs exemplaires du « Jeune couple et la mort » : au début du 16e, les gravures portaient d’autres monogrammes que celles du véritable créateur, puis, lorsque  l’œuvre de Dürer est devenue renommée et s’est internationalisée, sa signature a été de nouveau imprimée car elle augmentait la valeur commerciale de la gravure3. Plus tard, Rubens va choisir d’employer ses propres graveurs pour bénéficier de l’exclusivité de ses oeuvres et les protéger de la contrefaçon.

Les gravures apparaissent comme les œuvres qui auront été les plus diffusées et reproduites à grande échelle. Une salle entière leur était consacrée et l’accent mis sur le moment où l’habitude se prend, à la fin du 16ème siècle, de citer, pour chaque pièce, le créateur, le graveur et l’éditeur4.

Pour illustrer par des exemples la question de la « copie créative » avec plus de force, l’exposition donnait à voir des œuvres de peintres connus habituellement par leur originalité. Ainsi, Matisse, a repris La desserte de Heems ou Van Gogh, la Pietà de Delacroix5. Mais déjà Delacroix lui-même, Géricault ou Fantin la Tour, eux aussi, copiaient les maîtres ; Titien a été l’un des plus repris, avec en particuler La mise au tombeau. Goya, qui lui même avait copié Las Meninas de Velasquez, fait aussi partie des peintres qui ont souvent été copiés. La reprise, extraite de ses caprichos,  d’El sueno de la razon produce monstruos par l’artiste londonien d’origine nigériane, Yinka Shonibare, qui décline le dormeur, est particulièrement troublante.

El sueno de la razon produce monstruos / Goya

L’ingéniosité des dispositifs dans les salles des oeuvres contemporaines faisait partie de l’intérêt de la viste : tablettes, installations, capteurs qui permettaient de prendre en considération la nouvelle diffusion artistique par le numérique ; Google EarthFlickr et Youtube étant les trois plateformes mises en avant. Les oeuvres choisies pour la période contemporaine étaient également très marquantes mais difficile d’afficher ici les oeuvres, sans les autorisations des artistes.  Même si vous ne comprenez pas l’allemand, n’hésitez pas à visioner ce film qui présente l’équipe qui a réalisé l’exposition. Il vous permettra de visualiser de nombreuses oeuvres exposées et de comprendre comment a été conçue cette exposition réalisée en coopération avec l’Université de Karlsruhe et la Staatliche Hochshule für Gestaltung.

Cette exposition n’était pas seulement belle, inattendue et instructive, elle était souvent drôle. Elle se terminait avec clin d’oeil sur une oeuvre exposée accompagnée des tribulations de sa reproduction : la photographie d’une fleur, imprimée puis photocopiée, puis peinte puis passée au scanner puis ronéotypée puis à nouveau photographiée pour être de nouveau numérisée, imprimée, photocopiée, et accrochée aux cimaises du musée…

Crédits photographiques :

– L’affiche  de l’exposition présentée en tête du billet est une reprise par Aneta Grzeszykowska d’une image de Cindy Sherman, prise de Untitled Film Still #22.

Cycle de la Passion : Le Christ Kreuzannagelung, Maître de la Passion de Karlsruhe (Hans Hirtz?), Strasbourg 1450/55, domaine public

Bruegel, Adoration des mages, domaine public, ici repris dans un puzzle de 500 pièces de la marque Michèle Wilson.

Jeune couple menacé par la Mort Albrecht Dürer v. 1498 19,9 x 12,4 cm; image: 19,6 x 12,1 cm gravure au burin sur papier vergé Ici, gravure acquise en 1956 Musée des beaux-arts du Canada (nº 6817), domaine public

– [Los caprichos]. P. 43, El sueno de la razon produce monstruos : [estampe] / Goya, Francisco de (1746-1828). Graveur, 1799-1937 : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84518119

– Film de présentation de l’exposition « Déjà vu » de la Kunsthalle de Karlsruhe, form-art.tv, 2012 : http://www.hfg-karlsruhe.de/features/deja-vu-die-kunst-der-wiederholung.html

  1. Le tableau a d’abord été créé à Strasbourg puis copié sans la figure du donateur, une femme insérée dans le coin inférieur droit. Son emblème a, tout de même, été conservé sur la copie []
  2. Marcantonio Raimondi (vers 1480 – vers 1534) est un graveur italien réputé pour ne reproduire que des œuvres d’artistes sans créer les siennes en propre []
  3. Voir aussi, sur L’Alsace du 29 juin 2012, une autre illustration de l’exposition sur cette période avec Le Chevalier, la Mort et le Diable, gravé par Albrecht Dürer en 1513 et mise en regard avec la peinture de Johann Geminger vers 1600 []
  4. Voir à 4min 50s du film de présentation de l’exposition. []
  5. Des illustrations de la Pietà par Delacroix reprise par Van Gogh sont visibles sur le billet d’Elisabeth Itti, chroniqueuse sur le blog Une dilettante, qui présente l’exposition avec des images diffusées avec l’autorisation gracieuse de la Kunsthalle de Karlsruhe []

Tout est son – Tutto è suono : une exposition à Alghero (Sardaigne)

 

 

 

A Alghero, jusqu’au 30 mars 2012, a lieu une expostion d’instruments issus de la collection privée du musicien Enzo Favata. Cette exposition orignale, est difficilement classable entre organologie et émotion. En effet, ce polyinstrumentiste qui parcourt le monde et sa Sardaigne natale depuis des années n’a cessé de rencontrer et d’échanger avec des musiciens et des luthiers. Ainsi, “Tutto è suono” présente une centaine d’instruments, tous uniques puisque chacun d’eux a été  fabriqué par un artisan. Certains ont été commandés par Enzo Favata lui-même, d’autres collectés ou offerts au grè de ses voyages et de ses concerts, d’autres enfin sont de véritables pièces d’antiquité acquises au fil du temps. Il s’agit donc d’une “expostion d’auteur” où chaque instrument raconte une histoire et évoque le contexte et la communauté au sein de laquelle il a été fabriqué et joué.

L’exposition offre un voyage dans la nature et le monde ancien à travers les matériaux des instruments eux-mêmes (roseau, bois, terre cuite, os, peau d’animaux, crin, boyaux, métal) mais aussi les évènements d”une vie quotidienne où la musique scandait le monde (danse, combat, mariage, naissance, funérailles, fêtes, Carnaval, prières, travail). Les catégories organologiques organisent l’espace où l’on peut admirer flûtes, clarinettes popualires, haubois, trompettes, flûtes globulaires, orgues à bouche.. L’occasion est trop belle de pouvoir admirer les flûtes sardes magiues : aluneddas, benas et pipiolos.

Enzo Favata, n’est pas que musicien, il est aussi le fondateur, avec Enedina Sanna ici commissaire de l’exposition, de l’association Archivi del Sud, qui réunit depuis les années 1980 de nombreuses collectes des traditions orales en Sardaigne. Soucieux de faire le lien avec la mémoire sonore de ces instruments, les deux artistes ont associé l’écoute d’archives à la découverte de qui accompagnent ces maginifiques instruments qui viennent venus de Sardaigne mais aussi du Brésil, d’Egypte, du Maroc, des Balkans, du Tibet, d’Australie, d’Inde ou du Japon.

Cette visite est une belle façon de découvrir un musicien et son histoire, des instruments traditionnels et leurs contexte de fabrication et d »interpréation et tout un monde de musiques et de sons. Si vous n’avez pas la chance d’aller à Alghero, vous pouvez contacter isoladeisuoni@gmail.com et faire venir la Sardaigne chez vous.

Zummara du Maroc (clarinettes populaires, à anche simple)

Texte de présentation de l’exposition en langue italienne

La mostra si basa su una collezione di strumenti di proprietà del musicista Enzo Favata, che ha raccolto gli esemplari nel corso di molti anni nei quali, per la sua attività concertistica, è entrato in contatto diretto con musicisti e artigiani della Sardegna e di altri paesi, in particolare Brasile, Egitto, Marocco, Balcani, Giappone, India. Gli strumenti esposti sono per lo più pezzi unici realizzati da artigiani, altri sono pezzi d’antiquariato, altri ancora sono stati costruiti su commissione dello stesso musicista.

Si tratta di una “collezione d’autore”, dove ogni strumento è accompagnato da una sua storia personale, che evoca l’ambiente e la comunità al quale appartiene. Ciò permette che l’esposizione sia visitabile su un doppio un percorso, da una parte quello oggettivo, di informazione musicologica, dall’altra un percorso “emozionale” che invita ad accostarsi senza preconcetti all’ascolto e alla scoperta di culture musicali diverse.

Nell’epoca del suono digitale e della musica de-materializzata che pervade la nostra vita quotidiana con strumenti di elaborazione e riproduzione sempre più piccoli e leggeri, questa esposizione mette in risalto il suono “materiale”, prodotto da strumenti che nella loro materia sono una sintesi del mondo naturale: canna, legno, terracotta, osso, pelle di animali, crine, budella, metallo risuonano da migliaia di anni, accompagnando la vita dell’uomo in ogni sua espressione comunitaria, la danza e la battaglia, il matrimonio e il funerale, la preghiera e il lavoro.

Gli strumenti esposti rappresentano la tradizione musicale di diversi paesi del mondo. Sono rappresentati in modo particolare gli strumenti a fiato, suddivisi in flauti, clarinetti popolari, oboi, trombe, flauti globulari e organi a bocca. Tra gli strumenti a fiato della Sardegna si possono ammirare diversi esemplari di launeddas, benas e pipiolos.

Numerosi gli strumenti provenienti da altri paesi, in particolare da America Latina, diverse regioni europee e del Mediterraneo arabo, e il lontano Oriente, Cina, Giappone, India, Tibet, fino all’Australia rappresentata dal didgeridoo. Ciò consente una comparazione tra gli strumenti occidentali più noti e quelli diffusi in altre aree geografiche: ad esempio si potranno raffrontare i diversi tipi di clarinetti popolari, come le launeddas sarde, l’arghoul egiziano, la zummara del Maghreb.

Accanto a diversi esemplari di percussioni e idiofoni, vi sono anche oggetti e giocattoli sonori che pur non essendo propriamente strumenti musicali, incuriosiscono per le modalità di produzione del suono e l’ambito d’uso: da su furrianughe sardo alla sudafricana vuvuzela.

Una sezione è dedicata ai suoni delle feste più significative della Sardegna, in particolare il Carnevale barbaricino. Un’ultima sezione ripercorre la storia degli archivi sonori e dei ricercatori che nel corso del Novecento hanno contribuito a far conoscere la straordinaria ricchezza del patrimonio costituito dalle musiche popolari in tutto il mondo.

La mostra è dotata di supporti per l’ascolto dei suoni e la visione di filmati relativi agli strumenti esposti. Si possono programmare visite speciali per le scuole dalle primarie alle superiori, elaborate sulla base delle esigenze didattiche e educative. Per informazioni: isoladeisuoni@gmail.com tel. 393 8946954

Texte de présentation de l’exposition en langue anglaise

The exhibition is based on the collection owned by the musician Enzo Favata, who collected the specimens in the course of many years in which, for its concerts, came into direct contact with musicians and artisans of Sardinia and other countries, particularly Brazil, Egypt, Morocco, the Balkans, Japan, India. The instruments are mostly unique pieces made by artisans, others are antiques, others were built on commission of the same musician.

This is an artistic collection, where each instrument is accompanied by his personal story, which evokes the environment and the community to which it belongs. This allows the exposure is visited by a dual path, on the one hand the objective, musicological information, on the other path « emotional » approach that invites you to listen without preconceptions, and to discover different music cultures.

In the era of digital sound and music de-materialized that pervades our everyday life with tools for processing and reproduction ever smaller and lighter, this exhibition highlights the sound « material », produced by instruments that are a synthesis of the natural world: cane, wood, clay, bone, animal skin, hair, entrails, metal resonate thousands of years, accompanying the man’s life in every community expression, dance and battle, marriage and funeral, prayer and work.

The instruments exposed are representative of the musical traditions of different countries of the world. They are represented in a particular way the wind instruments, divided into flutes, clarinets popular, oboes, trumpets, flutes, mouth organs and globular. Among the wind instruments of Sardinia you can see several examples of launeddas, and benas pipiolos.

Many instruments from other countries, particularly Latin America, several countries of the Mediterranean regions of Europe and the Far East, China, Japan, India, Tibet. This allows a comparison between the Sardinians and those instruments typically spread to other geographical areas: in essence, you can compare the different types of clarinets popular, such as sardines launeddas, the arghoul Egypt, the Maghreb zummara.

A section is devoted to the most important festivals in Sardinia, in particular, Carnival Barbaricino. A final section covers the history of sound archives and researchers in the twentieth century have helped to raise awareness of the extraordinary richness of the music made ​​by people all over the world.

The exhibition features support for listening to sounds and watching movies on instruments on display. Special visits can be programmed for tourists. For more information, please contact: isoladeisuoni@gmail.com tel. 393 8946954

 

Revue de presse de l’exposition :

Ciao Sardinia : http://www.ciaosardinia.com/ita/sardegna/news/mostra-tutto-e-suono-alghero-15-dicembre—30-marzo

Sardegna Oggi : http://www.sardegnaoggi.it/Spettacolo_e_Cultura/2011-12-21/17229/Tutto_e_suono_strumenti_da_tutto_il_mondo_in_mostra_ad_Alghero.html

 

Crédits photographiques : Enedina Sanna

Des bruits à Neuchâtel

L’exposition Bruits, échos du patrimoine immatériel devrait intéresser les gestionnaires de fonds d’archives sonores en ce qu’elle questionne les différentes façons dont les sociétés humaines appréhendent, organisent, conservent et mettent en valeur leurs productions sonores. Elle y scrute les processus de patrimonialisation, mettant à mal l’opposition matériel / immatériel, démontrant que l’objet n’est intéressant que parce qu’il nous dit d’immatériel : impossible de saisir le matériel sans user de formes matérielles. A l’heure des inventaires qui ne cessent d’être entrepris sous les auspices de l’UNESCO, quand les archives sonores sont souvent jugées bien trop matérielles pour représenter un patrimoine « vivant », voilà qui nous fait dresser l’oreille… Car à explorer l’immatériel, voilà bien le paradoxe, il nous faut pourtant – pour le conserver, le revoir ou le réentendre – prendre soin des supports sur lequel on l’a capturé. L’exposition pose ainsi de nombreuses questions cruciales pour le gestionnaire de collections sonores. Par exemple, alors que dans les années 1970 le chercheur sur le terrain économisait soigneusement sa bande analogique pour réaliser ses enquêtes, celui du 21e siècle a à sa disposition des moyens de captation sonores compacts, efficaces, simples d’utilisation… que va-t-on garder de ces heures d’entretiens, de ce flot d’information continu ? Ou encore, plus cruelle : comment gérer intelligemment la masse de données sonores accumulées dans les archives du monde entier et dont les contenus intéressent au premier chef les vendeurs et les gestionnaires de données des plateformes ou des portails Internet ? Impitoyable enfin : ne faudrait-il pas accepter que certains éléments disparaissent, pour que d’autres prennent sens, faute de quoi le monde serait englouti par son double muséal ?

Cette exposition, première d’une trilogie consacrée au patrimoine culturel immatériel (PCI), se rit de notre folie patrimoniale.  Organisée par le Musée d’ethnographie de Neuchâtel en collaboration avec l’institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel, elle mène le visiteur sur un parcours poétique, musical, dérangeant, joyeux et savant. Un catalogue l’accompagne1, magnifiquement illustré, édité par Marc-Olivier Gonseth, Bernard Knodel, Yann Laville et Grégoire Mayor. ; l’affiche de l’exposition, réalisée par François Schuitten, renvoie à la forme de surréalisme muséal que l’on retrouve dans l’aventure de la visite. Les deux autres expositions sur le PCI qui l’attendent en 2012 et 2013  semble tout aussi  déconcertantes puisqu’au lieu d’évoquer les images il sera question de hors-champs et la parole sera présentée à travers le secret, pour « Bruits », il vous reste jusqu’au 15 septembre pour vous y rendre.

Le catalogue Bruits: échos du patrimoine immatériel (2011, 21 x 27 cm, 360 p., ISBN 978-2-88078-037-1) peut être commandé au musée ethnologique de Neuchâtel, 50.00 CHF/ 38€.

Pour avoir une idée plus précise de l’exposition, vous pouvez également lire sur le Temps du 4 octobre 2010, Les ethnologues font du bruit au musée par Elisabeth Chardon, un long article qui décrit l’ensemble du parcours du visiteur (accès libre au texte sur inscription au journal).

  1. En langue française, anglaise et allemande, le catalogue présente une série d’articles de Salvatore Bevilacqua, Karin Bijsterveld, François Borel, Gaetano Ciarcia, Marc-Olivier Gonseth, Yann Laville, Grégoire Mayor, Gérôme Guibert, Jean-Pierre Gutto, Fabien Hein, Caleb Kelly, Walter Leimgruber, Pierre Mariétan, Alain Mueller, Jean-Marie Privat, Béatrice Ramaut-Chevassus, Pablo Vidal González, Nicolas Walzer []