Archives par mot-clé : FAIR

2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

2018 aura été une année pilote, qui a démontré que le dispositif de la phonothèque, adossé aux principes du FAIR, est fonctionnel et efficace. Pendant plus de cinq mois, l’équipe de la phonothèque a travaillé sans sa responsable qui a obtenu une mobilité professionnelle à l’étranger.  L’activité était intense mais, en s’appuyant sur le dispositif mis en place, Hélène Giudicissi1 et Claire Grégoire2  – outre le travail d’accueil du public, toujours plus nombreux, et du traitement documentaire quotidien –  sont intervenues dans plusieurs colloques et journées d’étude. Elles ont aussi organisé le travail de 14 stagiaires, venus d’horizons divers, qui souhaitaient découvrir les archives sonores et à apporter leur contribution au traitement et à la valorisation des fonds. Elles ont été également soutenues ponctuellement par deux bibliothécaire de la médiathèque de la MMSH, Mathilde Bresc3 et Christian Champaloux4. Enfin, avec l’équipe, plusieurs chercheur.e.s ont participé à l’archivage de leurs données sonores. Merci en particulier à Hélène Claudot-Hawad, de continuer à faire converser les « nouveaux luthiers » avec les anciens comme les amateurs de violon sur Les carnets de la phonothèque.

Ainsi 2018 a été joyeuse et formatrice : ce travail collectif s’appuie sur un système ouvert et structuré, qui respecte les principes du FAIR5 offrant de merveilleux cadeaux de réusages pour le partage – au-delà du traitement documentaire des archives sonores – d’une méthode de travail compréhensible, claire et efficace.

2018 est aussi l’année d’un ancrage profond des archives sonores dans les données de la recherche avec trois signes forts : la publication d’un ouvrage sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, l’accomplissement du traitement du fonds de l’ethnologue Annie Hélène Dufour et la multiplication des thèses sur la question des sources sonores et de leur ré- usage.

Le guide de bonnes pratiques : 2018 se termine avec la publication d’un ouvrage collectif : le Guide de bonnes pratiques éthiques et juridiques pour la diffusion des données en SHS est paru en version papier en novembre aux Presses universitaires de Provence et sera en ligne sur OpenEdition Books en 2019. Une belle aventure qui s’est menée avec Isabelle Gras6, avec le soutien du Consortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num, du SCD d’AMU et de la MMSH.  Le projet continue sur le carnet « Questions d’éthique et de droit » : https://ethiquedroit.hypotheses.org

Le fonds Annie-Hélène Dufour : elle avait choisi de déposer de toutes ses sources sur lesquelles s’appuyaient sa recherche à la phonothèque, les archives d’Annie-Hélène Dufour sont entièrement accessibles sur Calames. Les articles et les source de l’anthropologue connaissent une singulière diffusion posthume puisque les voilà désormais faciles à trouver, interopérables, accessibles et ré-utlisables. A partir de Calames, on accède à une partie des photographies de l’ethnologue sur Medihal, de ses entretiens sur Ganoub, de ses films sur Nakala et de ses articles scientifiques sur HalSHS.

2019, l’année des jeunes chercheurs : Mais surtout, la fin de l’année s’inscrit dans une nouvelle dynamique qui propulse les archives sonores dans le monde académique, avec un intérêt accru des jeunes docteurs. Ainsi, Maëlle Mériaux, qui avait été en résidence à la phonothèque en 2017, a soutenu en décembre 2018 une thèse qui s’appuie sur les archives orales sous le titre Histoires de plantes : les sources ethnobotaniques orales et écrites de Haute-Bretagne, de la fin du XIXe siècle à nos jours, Valeria Zedda, en thèse d’archivistique à l’université de Cagliari a choisi la phonothèque comme lieu d’étude de son projet Erasmus, enfin Matteo Cialone a obtenu un contrat doctoral qui a débuté le premier octobre avec un titre en forme d’hommage à Florence Descamps : L’ethnomusicologue, l’archiviste et le magnétophone: état des lieux, analyse comparative et transdisciplinaire d’archives musicales inédites en méditerranée.

Ce billet est l’occasion de souhaiter à toutes et tous une joyeuse année 2019 et de remercier toutes celles et ceux qui ont participé à l’activité de notre phonothèque cette année – de près ou de loin. Vous pouvez les découvrir ici, de A à Z !

Continuer la lecture de 2018, une année bien FAIR et bien remplie vers l’an tout neuf, 2019 !

  1. Hélène Giudicissi est en reconversion professionnelle et a intégré l’équipe de la phonothèque depuis deux ans et demi maintenant. En 2018, avec le soutien  des stagiaires, elle a finalisé le traitement du fonds Pierre Laurence et sa mise en ligne dans le respect des questions juridiques et éthiques. Une collaboration avec l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad, a permis la naissance d’un nouveau corpus sur les luthiers sur Ganoub. Elle a aussi développé les  collaborations avec le MuCem et le CHU Montperrin. []
  2. Claire Grégoire, après un stage à la phonothèque de la MMSH, a obtenu plusieurs contrats à durée déterminées sur des projets divers. Dans le cadre d’un projet collectif mené par le Consortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num, elle a réalisé un référentiel sur les contes populaires, puis s’est consacrée au catalogage complet du fonds Annie-Hélène Dufour sur Calames. Un fonds dont le traitement et la numérisation a également été soutenu par leConsortium « Archives des ethnologues » de la TGIR Huma-Num. []
  3. Mathilde Bresc est responsable du traitement du fonds Salagon et nous régale chaque mois avec les recettes issues des fonds de la phonothèque. []
  4. Christian Champaloux a permis la numérisation de divers articles et documents du fonds Annie-Hélène Dufour. Dans le cadre du Pôle images, sons, pratiques numériques en SHS, il  est aussi le contact principal pour les recherches et la formation aux postes Inathèque de la médiathèque qui permettent l’interrogation des archives de l’Ina et du CNC. []
  5. Voir les voeux 2017 : https://phonotheque.hypotheses.org/23328. []
  6. Isabelle Gras est conservatrice de bibliothèque au sein du SCD AMU, au sein du département de l’ingénierie documentaire où elle est responsable des publications numériques en sciences et négociatrice Couperin pour le pôle sciences juridiques et politiques. Elle est également chargée de mission Open Access et participe au déploiement de l’archive ouverte HAL-AMU en étant notamment référente pour les questions juridiques. À ce titre, elle travaille dans le projet Jurisguide piloté par la bibliothèque Cujas et elle est également impliquée dans le groupe juridique Couperin en faveur de l’accès ouvert aux publications de la recherche. Vous pouvez la suivre sur Twitter : @IsaGr_pro. []

Partage et diffusion : la disponibilité des données de la recherche

Le programme « CommonData » de la Maison des sciences de l’homme de Montpellier, dirigé par Agnès Robin1, a pour objectif d’engager une réflexion collective entre différents champs disciplinaires de la communauté scientifique montpelliéraine, sur les dimensions juridiques et sociales des données scientifiques et sur les pratiques des chercheurs et institutions. La problématique a été construite en interdisciplinarité autour principalement, mais non exclusivement, des pôles d’excellence régionaux : agronomie, informatique, écologie, environnement et santé.

Le vendredi 13 juillet se tiendra la quatrième journée de ce programme qui en comprend xis. Les deux prochaines se tiendront en octobre et en novembre. Les informations sont à venir sur le site du projet. Continuer la lecture de Partage et diffusion : la disponibilité des données de la recherche

  1. Agnès Robin est Maître de conférences, HDR , à l’Université de Montpellier et rattachée à l’UMR 5815 « Dynamiques du Droit ». Elle est également directrice du Master 2 Droit de la propriété intellectuelle et techniques de l’information et de la communication à la faculté de Droit de Montpellier. []

Mexico, 24-29 juin : la phonothèque aux DH2018

La phonothèque représentera l’équipe du Consortium des ethnologues lors du congrès international Digital Humanities 2018 à Mexico, du 24 au 29 juin prochain.  Les organisateurs du congrès ont choisi l’image des ponts (bridges/puentes) qui se retrouve dans les différentes interventions. Ainsi, lors d’une première session intitulée Building Bridges With Interactive Visual Technologies1 sous la présidence d’Adeline Joffres, responsable de la coopération internationale à Huma-Num, les travaux réalisés en partenariat avec le consortium 3D-SHS dans le cadre du projet H2020 PARTHENOS seront notamment présentés. Dans ce panel seront présents, outre le consortium Archives des ethnologues, ceux de Cahier, Corli et Masa sous le titre communThe Impact of FAIR Principles on Scientific Communities in (Digital)Humanities. An Example of French Research Consortia in Archaeology, Ethnology, Literature and Linguistics. Leurs différentes expériences et les usages des principes du FAIR y seront présentés. Venez les écouter, jeudi 28 juin, de 11h à 12h30, Mexico City au Sheraton Maria Isabel (salle Constitución C).

En avant première, voilà le titre et le résumé de l’intervention collective du Consortium des ethnologues : Continuer la lecture de Mexico, 24-29 juin : la phonothèque aux DH2018

Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

Les projets numériques se multiplient mais comment  savoir s’il sera toujours possible d’y accéder sur le long terme ? En 2015 nous nous en inquiétions déjà avec l’arrêt brutal de Crevilles et depuis cet été c’est la plateforme MedMem, pourtant soutenue par une institution solide comme l’Ina,  qui ne répond plus :

Et si nous profitions de la nouvelle année pour tirer la leçon de cette inquiétante situation1 ? Continuer la lecture de Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

  1. Il faudrait tenir le compte des disparitions des bases de données et autres projets en ligne, et vérifier où (et si) les données ont été récupérées sur un autre système. Ainsi depuis plusieurs mois maintenant – peut-être même depuis plus d’une année – le site e-corpus [http://www.e-corpus.org] où plusieurs centres de ressources académiques avaient placé leur données n’est plus accessible. Les liens renvoient la plupart du temps à des pages blanches… 10 références sont encore affichées à travers Isidore. []