Archives par mot-clé : Fariba Adelkhah

365 jours dans une geôle de Teheran ça suffit #FreeFariba !

Fariba Adelkhah (CERI-SciencesPo/CNRS) est détenue depuis un an ce 5 juin vient d’être condamnée à six ans de prison, e-Manifestez pour sa libération !

Cliquez sur la vidéo ci-dessus offerte par le plasticien Stéphane Tretz et faites circuler le lien pour son soutien.

Lire à propos de l’incarcération de Fariba Adelkhah

« Pourquoi le combat de Fariba Adelkhah est le combat de tous » par Béatrice Hibou, The conversation, 5 juin 2020 :  https://theconversation.com/pourquoi-le-combat-de-fariba-adelkhah-est-le-combat-de-tous-139892

Roland Marchal  avait également été incarcéré le 5 mars 2019 dans la prison d’Evin, à Téhéran. Il a été libéré le 20 mars dernier après avoir fait l’objet d’un échange avec un ingénieur des Gardiens de la Révolution arrêté en France sur un mandat d’arrêt international émis par les Etats-Unis. Dans une tribune du Monde publiée aujourd’hui il appelle à ne pas oublier les universitaires étrangers incarcérés en Iran, et notamment sa collègue franco-iranienne Fariba Adelkhah.

Suivre le carnet en soutien à sa libération :  https://faribaroland.hypotheses.org

 

300 days of detention for Fariba Adelkhah – 300 jours de détention pour Fariba Adelkhah

Nous sommes confinés depuis 20 jours. Fariba Adelkhah, chercheuse au Centre de recherches internationales de Sciences Po Paris, est en prison depuis 300 jours en Iran. En affichant son visage sur le site des institutions universitaires et des équipes de recherche d’Europe et d’ailleurs, nous voulons manifester le soutien de la communauté scientifique et inciter le gouvernement à tout mettre en œuvre pour sa libération. Fariba est en danger. Nous devons agir d’urgence pour elle !

fariba

Fariba is in danger. We must act urgently for her!

We’ve been in lockdown for 20 days. Fariba Adelkhah, a researcher at the International Research Centre of Sciences Po Paris, has been in prison for 300 days in Iran. By posting her face on the websites of academic institutions and research teams in Europe and elsewhere, we want to show the support of the scientific community and urge the French government to do everything possible to secure her release.

Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Photographie à la une prise sur le site du comité de soutien de Fraiba Adelkhah et photogrpahie dans le billet réalisée par Stéphanie Samper. Diffusées avec leurs aimables autorisations.

Deux universitaires, française et australienne, détenues en Iran en grève de la faim depuis le 24 décembre

Communiqué : Fariba Adelkhah et Kylie Moore-Gilbert, deux universitaires en prison en Iran sont entrées en grève de la faim depuis le 24 décembre  https://faribaroland.hypotheses.org

Fariba Adelkhah, directrice de recherche à SciencesPo-Paris, est entrée en grève de la faim illimitée, avec une autre universitaire, australienne, emprisonnée à Evin (Téhéran), Kylie Moore-Gilbert, le 24 décembre 2019 :  https://www.iranhumanrights.org/2019/12/imprisoned-french-australian-academics-call-for-christmas-eve-hunger-strike-iran/

Nos deux collègues exigent justice pour elles-mêmes, mais aussi au nom de tous et toutes les universitaires persécutés de manière arbitraire en Iran et dans l’ensemble du Moyen-Orient

Selon les sources internes à la prison d’Evin citées par le Center for Human Rights in Iran, elles demandent également leur transfert dans le quartier des prisonniers de droit commun de la prison – elles sont actuellement détenues depuis 7 mois, pour Fariba Adelkhah, 15 mois pour Kylie Moore-Gilbert, dans le quartier des Gardiens de la Révolution où elles sont soumises à des “tortures psychologiques” et à de “nombreuses violations de leurs droits humains fondamentaux”, selon leurs propres termes.

Fariba Adelkhah est entrée en grève de la faim ce 24 décembre. Elle s’est vue signifier divers chefs accusations : d’espionnage, de désinformation, de propagande contre le régime, et autres contre-vérités dénuées non seulement de tout fondement, mais aussi de toute crédibilité. Il semblerait que Roland Marchal, chercheur CNRS à SciencesPo-Paris, arrêté en même temps que Fariba Adelkhah et lui aussi détenu à la prison d’Evin, soit également sur le point d’être formellement inculpé, vraisemblablement sur la même base erratique.

Nous rappelons que nos deux collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, n’ont jamais eu d’autres activités que scientifiques et qu’ils ont toujours mené leurs recherches en toute indépendance et en toute intégrité. C’est bien de cela dont ils sont accusés. Leur itinéraire personnel est une incarnation de la liberté de la science, qu’ils payent aujourd’hui de leur liberté personnelle.

Nous exigeons leur libération immédiate, ainsi que de celle de tous les universitaires, iraniens et étrangers, détenus arbitrairement en Iran – ils sont hélas nombreux. Nous récusons par avance toute instrumentalisation politique de leur détention, et de leur libération. Nos collègues sont des prisonniers scientifiques, et c’est à ce titre qu’ils doivent recouvrer leur libération.

Nous accordons évidemment une attention particulière à l’intégrité physique de Fariba Adelkhah et de Kylie Moore-Gilbert qui sont entrées en grève de la faim illimitée et dont la vie est désormais en danger. Le gouvernement de la République islamique d’Iran en est responsable, tout comme de la détention arbitraire dont elles font l’objet de la part de l’une de ses branches armées qui engage l’Etat iranien lui-même.

Nous demandons à chacun d’interpeller nos élus, nos institutions, nos entreprises, et de solliciter leur soutien à la cause de nos collègues pour que la liberté leur soit rendue.

Le Comité de soutien : https://faribaroland.hypotheses.org

Lire l’article du Monde, paru le 27 décembre 2019, publié par Allan Kaval « Détenue à Téhéran, l’universitaire franco-iranienne Fariba Adelkhah entame une grève de la faim ».

Que peut-on faire ? Certes, l’État français est en train de travailler à leur libération mais tout de même, vous pouvez

1) leur déposer un message de soutien enregistré ou écrit à déposer sur faribaroland.hypotheses.org
ou sur l’adresse du comité de soutien fariba.roland@gmail.com ou encore à sandrine.perrot@sciencespo.fr et corinne.deloy@sciencespo.fr.

2) offrir à vos proches l’un de leurs livres, pour que leurs travaux continuent à circuler et irriguer notre réflexion : http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=fariba+adelkhah&submit_search= et http://www.karthala.com/search.php?orderby=position&orderway=desc&search_query=roland+marchal&submit_search=

3) participer au séminaire mensuel du CERI « F & R : sociologie et anthropologie sociale du politique » que lance Béatrice Hibou pour penser en pensant avec eux (premier séminaire le 7 janvier de 16h à 19h) https://www.sciencespo.fr/agenda/ceri/fr/event/Guerre+et+formation+de+l%27Etat?event=1859

4) si vous êtes parisien, ou de passage à Paris, déposer une fleur au pied du panneau d’information installé par la mairie de Paris à l’entrée du public de l’Hôtel de Ville

5) et bien sûr signer et faire signer la pétition demandant leur libération : http://fasopo.org/free

Lire le communiqué du Comité international de soutien à Fariba Adelkhah et Roland Marchal

Un Comité international de soutien issu d’un réseau européen déjà existant, le Reasopo, réseau dont Fariba et Roland sont des membres fondateurs a été créé le 17 octobre 2019. Il vise à donner une résonance internationale au soutien déjà exprimé par la communauté et les institutions académiques françaises. Vous pouvez rejoindre ce comité et relayer toutes les informations et mobilisations en soutien à nos collègues Fariba Adelkhah et Roland Marchal, incarcérés en Iran.