Archives par mot-clé : Faro

La randonnée du patrimoine culturel

 

Depuis quelques temps, on trouve dans certaines villes des propositions pour de nouvelles façons de marcher ensemble. Je viens de faire une voyage dans mon quartier, le 15e arrondissement de Marseille avec l’Agence touriste. Cette drôle d’agence présente ses balades comme « partitions de promenades » et elle en profite pour transmettre des bribes de mémoire locale. A travers les voix des artistes qui nous emmènent « par monts et par vaux », nous entendons – entre autres choses – les récits de ceux qui habitent, jouent, traversent ou travaillent dans ces espaces. Le fonctionnement de ces « balades patrimoniales », qui s’inscrivent dans le cadre la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société1 est très bien décrit dans Wikipedia. Je n’ai pas trouvé traces d’autres balades de ce type qu’à Marseille (qui en a fait un projet pour 2013) et Venise mais si un lecteur entend parler d’autres sites, qu’il nous le signale dans un commentaire du billet !

Quoiqu’il en soit, tout en marchant, j’imaginais qu’il serait intéressant d’inviter les artistes qui organisent ces promenades à venir écouter les entretiens de terrain archivés : ils pourraient alors les réutiliser directement dans ces balades, sur les sites où leurs captations se sont faites, comme un écho de ceux qui ont jadis occupé cet espace. La lecture de la convention de Faro devrait bousculer les gestionnaires de fonds patrimoniaux et les pousser à la multiplication des publics, à la recherche de nouveaux usagers qui  écouteraient (enfin ?) ces archives de notre mémoire collective qui racontent l’histoire des anonymes et tissent la diversité culturelle du terrain.

En effet, j’exagère sans doute, mais il me semble que si les centres d’archives sonores mettent aujourd’hui de plus de documents en libre accès, les consultations et les réutilisations restent limitées au regard du coût que représentent la numérisation, l’analyse et la mise en ligne. D’ailleurs, cette question n’est pas propre aux archives sonores mais se retrouve dans de nombreuses collections patrimoniales à travers le monde, et certains osent le dire. Les bibliothécaires de la Library of Congress confiaient dans leur premier bilan d’activités du projet Flickr Commons2 qu’ils ne s’attendaient pas à recevoir autant de félicitations de la part leurs concitoyens pour la mise en ligne de leurs collections sur Flickr puisqu’elles étaient déjà accessibles sur leur site de puis plusieurs années :

Ironically, some of the email and comments we received after launch noted how pleased people were to see the Library “begin” to digitize their photographs and make them available online. In fact, the Library of Congress Prints and Photographs Online Catalog (PPOC) contains more than one million digitized images that have been available on the Library’s Web site for years. Feedback of this nature suggests that as a result of this project the Library is reaching new audiences—people who did not or could not find this material on our own site, and people who never thought to look here. (p. 14)

Il existe donc des façons de sortir des centres d’archives et de partir en direction de nouveaux usagers, à nous de les découvrir.

Crédits photographiques : balade avec l’agence tourisme, en dessous du Plan d’Aou, juste au-dessus de la Bricarde, vendredi 10 juin 2011, photogr. Véronique Ginouvès.

 

  1. Ou convention de Faro, cette convention vient d’entrer en vigueur le premier juin 2011 []
  2. Deux billets sur Flickr Commons ont été publiés dans les Carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/3658 et http://phonotheque.hypotheses.org/452 []

1er juin 2011 : entrée en vigueur de la Convention de Faro

1er juin 2011, belle nouvelle pour les citoyens européens : aujourd’hui la Convention-cadre du Conseil de l’Europe sur la valeur du patrimoine culturel pour la société (ou Convention de Faro du 27 octobre 2005) entre en vigueur. Le texte est passé de justesse en février dernier grâce à la ratification de la Géorgie : 10e Etat pour la ratifier1, mais ne cherchez pas, la France n’est pas dans les neuf autres2.

Cette convention est importante pour tous les citoyens européens car elle considère la connaissance, la vie et la pratique du patrimoine culturel comme un droit fondamental, dans la lignée de la Déclaration universelle des droits de l’homme,.

La convention de Faro3  pourrait être considérée comme une forme de mise en pratique de la convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de l’UNESCO. Toutefois, le lecteur habitué aux débats sur ces questions, constatera très vite que le texte rend compte du cheminement juridique du concept de « patrimoine culturel immatériel » et propose sa propre optique. Par exemple, dans l’article 9 « Usage durable du patrimoine culturel », il est dit que « le patrimoine culturel sert à promouvoir l’utilisation des matériaux, des techniques et du savoir-faire issus de la tradition, et à explorer leur potentiel dans la production contemporaine ». Il est bien question ici d’immatérialité, telle que la convention de l’UNESCO l’évoque dans sa définition. Toutefois, le texte préfère faire appel à d’autres concepts, sans doute parce que le terme « immatériel »ne fait pas l’unanimité dans tous les Etats européens. Ici, c’est le mot « tradition » qui émerge, plus ancien pourtant, mais peut-être plus « tangible ». De même il est également question de « communautés patrimoniales » et non de « groupes ethniques » comme on le trouve dans d’autres textes4.

Au-delà des questions de lexique, l’approche de la Convention de Faro est particulièrement innovante car elle ne part pas de l’objet à protéger − le patrimoine − mais du sujet bénéficiaire, à savoir toute personne « seule ou en commun » et des responsabilités individuelles et collectives envers ce patrimoine Le texte est d’abord de nature philosophique, éthique et déontologique mais il propose aussi des modes d’actions. Il ne se contente pas de préconiser le renforcement de la participation du public au processus de valorisation du patrimoine, il rappelle également l’importance du débat public dans la fixation des priorités nationales en matière de patrimoine culturel et de son utilisation durable.

Ainsi, le Titre IV de la Convention prévoit une coopération entre les différents Etats pour promouvoir la reconnaissance d’un patrimoine européen en commun. La coopération inclut le maintien, le développement et la contribution de données pour un système d’information partagé, accessible au public qui facilite l’évaluation de l’engagement de chaque partie à la Convention5.

Dépositaires d’archives enregistrées par des chercheurs qui s’intéressent au patrimoine culturel des populations sur le terrain, les phonothèques de l’oral sont donc confrontées à de nouvelles responsabilités : la gestion de l’héritage culturel de ces archives. Les centre de recherche ne peuvent rester indifférents à ce vaste mouvement de restitution des données culturelles vers les citoyens.

Crédits photographiques : Les vainqueurs du Palio 2011, contrade Tartuga,  font le tour du Campo de Sienne, Août 2011, Véronique Ginouvès.

 

  1. Suivant la série des traités du Conseil de l’Europe n° 199, la convention a pu entrer en vigueur après enregistrement de dix ratifications. Elle était ouverte à la signature des Etats membres du Conseil de l’Europe et à l’adhésion de la Communauté européenne et des Etats européens non membres. C’est l’article 19b qui stipule « Pour tout Etat adhérent, ou pour la Communauté européenne en cas d’adhésion, la Convention entrera en vigueur le premier jour du mois qui suit l’expiration d’une période de trois mois après la date de dépôt de l’instrument d’adhésion près le Secrétaire Général du Conseil de l’Europe. » []
  2. Les dix Etats ayant ratifié la Convention de Faro sont : la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, la Lettonie, la Moldavie, le Montenegro, la Norvège, le Portugal, la Serbie et la Géorgie. En mars 2011, le sénateur Serge Lagauche a interrogé le gouvernement français sur la convention de Faro et sa ratification. []
  3. Du nom de la ville portugaise de Faro où elle a été adoptée le 27 octobre 2005. []
  4. Par exemple, l’expression est employée dans les texte de la Convention internationale sur l’élimination de toutes les formes de discrimination raciale (1965) ou celui de la Convention concernant la lutte contre la discrimination dans le domaine de l’enseignement (1960) ou encore plus récemment, on la retrouve dans des présentations sur le site de l’UNESCO d’éléments inscrits sur la liste représentative du patrimoine culturel immatériel de l’humanité comme la danse des fermiers du groupe ethnique coréen en Chine ou encore le grand chant du groupe ethnique Dong []
  5. A ce titre, il sera intéressant de suivre le développement du Réseau Herein qui tient d’ores et déjà compte des orientations de la Convention de Faro. Ce réseau se veut un un système permanent d’information sur les politiques du patrimoine en Europe à la disposition des administrations, des professionnels, des chercheurs et du public. Le site propose notamment une base de données sur les politiques patrimoniales et systèmes de protection en Europe, avec un outil informatisé permettant d’effectuer des recherches sur des thématiques précises et des comparaisons entre les pays ; un thésaurus multilingue en 14 langues (allemand, anglais, bulgare, croate, espagnol, français, grec, hongrois, lituanien, néerlandais, polonais, portugais, roumain, slovène) dans le domaine du patrimoine ; une sélection de liens de référence dans le domaine du patrimoine culturel et naturel en Europe ; des expositions virtuelles, des évènements en cours en Europe… []