Archives par mot-clé : Fonds Roche-Taranger

Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

C’est la question posée par Jean-François Bert lors du séminaire intitulé Histoire comparée des sciences sociales : une approche matérielle qui a eu lieu à l’EHESS de Marseille à La Vieille Charité, le 19 janvier 2017. Il était convié par Christelle Rabier, Maîtresse de conférences à L’EHSS, à l’occasion de la sortie de son ouvrage  Une histoire de la fiche érudite, Lyon, Presses de l’ENSSIB, janvier 2017. Continuer la lecture de Qu’est-ce qu’une archive de chercheur ?

Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France

En 1984 deux chercheuses, Anne Roche et Marie-Claude Taranger, décidèrent d’intégrer un cours sur le cinéma des années 1930  avec des entretiens faits par les étudiants en DEUG1 Cinéma à l’Université de Provence2 pendant l’année académique 1984-1985. Ces enregistrement ont été déposés à la phonothèque de la MMSH avec le corpus de Celles qui n’ont pas écrit, les cassettes étaient simplement scotchées entre elles et le titre « Le cinéma des années 1930 » inscrit sur leur jaquette sans plus d’information. A la différence des autres enquêtes de la collection, aucune transcription ne les accompagnait. Continuer la lecture de Le cinéma des années 1930 dans le midi de la France

  1. Diplôme d’études universitaires générales, supprimé en 2006. []
  2. Aujourd’hui Aix-Marseille Université. []

Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Dans le cadre de mes études en master 1 « métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation visuelle », j’ai choisi de travailler sur huit témoignages d’appelés de la guerre d’Algérie. Dans la continuité des précédents articles sur les appelés d’Algérie issus du corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie et lui-même intégré au fonds Roche-Taranger, voici la dernière thématique abordée ici : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne, faisant suite à l’annonce de l’incorporation et à leurs relations avec les populations locales.

La majorité des appelés interrogés est favorable à cette indépendance : monsieur Morel, Michel Pietrogiorno, Bernard l’expriment clairement. D’autres comme Roger, Michel, Alain, l’expriment moins explicitement.

Indépendance_day-Algeria
Continuer la lecture de Corpus sonore des appelés de la guerre d’Algérie : les opinions des appelés à propos de l’indépendance algérienne

Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

Etudiante en Master 1″métiers des archives, des bibliothèques et de la documentation audiovisuelle, j’ai travaillé sur le  corpus des appelés de la guerre d’Algérie faisant partie du fonds sonore « Celles qui n’ont pas écrit ».1. Ce titre faisait référence à leur volonté de mettre en avant des paroles de femmes, qui souvent écrivent mais sont très peu publiées. Cependant, au sein de ce corpus sonore beaucoup d’hommes ont été sollicités ne serait-ce que pour la période de la guerre d’Algérie2. L’échantillon sur lequel j’ai travaillé est composé de huit entretiens, illustrant la diversité des ressentis vécus et valorisé dans ce carnet sur trois thématiques : l’annonce de l’incorporation, les relations entre appelés et populations locales, les opinions de ces appelés sur l’indépendance algérienne.

L’annonce du départ :
Dès 1954 jusqu’au début des années 1960, les jeunes gens savaient pertinemment qu’ils allaient effectuer leur service militaire en Algérie et qu’ils y risqueraient leur vie. C’est ce que nous dit Bernard, un appelé dauphinois qui a perdu plusieurs amis partis en Algérie.

La plupart d’entre eux ont été appelés l’année de leur vingt ans mais certains ont pu bénéficier d’un sursis temporaire : comme le disent M.Morel et M.Pietrogiorno.

Beaucoup d’entre eux ressentaient une forte appréhension à être éloignés de leurs proches, comme Alain qui était alors fiancé. Certains pouvaient bénéficier d’une dérogation en cas de situations particulières comme l’explique Michel.

Continuer la lecture de Corpus sonore sur les appelés de la guerre d’Algérie : l’annonce du départ

  1. Ce fonds  a été déposé en 2009 à la phonothèque de la MMSH sous forme de cassettes audio et de transcriptions. Il est né des enquêtes orales réalisées au sein du cours de littérature enseigné par Anne Roche, professeure de littérature, entre 1977 et 1992, en collaboration avec Marie-Claude Taranger, professeure de cinéma, à l’Université de Provence []
  2. Dans le cadre de cet enseignement, les étudiants pouvaient enregistrer leurs entretiens avec des membres de leurs familles, des amis de leurs parents ou grands-parents. Pour en savoir plus au sujet de ce fonds et de son élaboration, l’article de Matthieu Andreani est assez éloquent :  à lire ici. Concernant la thématique de la guerre d’Algérie, c’est en tout trente-trois entretiens  qui ont été, pour la plupart, enregistrés au cours de l’été 1991 par les étudiants ayant suivi l’enseignement d’Anne Roche sur lesquels elle s’est appuyée pour publier un article en 1992 : Je vous le raconte volontiers parce qu’on ne me l’a jamais demandé : autobiographie d’appelés en Algérie. []

DIMANCHE – L’archive sonore de l’Open Access Week : Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante Cote : F 3354 – N°4155 – enquêteur Baude, Janine ; informateur A., Adrienne s.l., 1983.

Cette enquête a été enregistrée dans le cadre du corpus « Celles qui n’ont pas écrit », réalisé par des étudiants à l’Université de Provence dans le cadre d’un cours de littérature axé sur le récit autobiographique. Anne Roche et Marie-Claude Taranger, responsables de cet enseignement, proposaient aux étudiants de réaliser une enquête auprès d’un témoin de leur choix sur des thématiques variants au cours des années (années 30, guerre de 1939-1945, guerre d’Algérie,…). Pour l’évaluation de ce travail étaient demandé la cassette originale ainsi qu’une transcription de l’enquête. Ces enregistrements sont donc à écouter dans la perspective d’un cours de littérature. Par exemple, les enquêtes et évaluations se concentrent moins sur les locuteurs (informateurs-enquêteurs) que sur le récit, ainsi, la date et le lieu d’enregistrement ne sont pas centrale et sont rarement précisées. La pièce centrale, notée par les enseignants (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin), est la transcription. Il peut arriver d’ailleurs que l’enregistrement n’ait pas été conservé et que seule demeure la transcription et l’évaluation de l’enseignant. A chaque enquête correspond un nouvel enquêteur, le corpus peut être considéré comme collectif, regroupant l’ensemble des étudiants de l’année universitaire. S’il arrive souvent que l’informateur choisi soit une « figure », se démarquant par l’originalité de son parcours, c’est notamment par soucis de l’enquêteur de produire une enquête au contenu fort en vue de l’évaluation. La dynamique de ce corpus collectif est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre enquêteurs. Lorsque c’était possible, le résumé des professeurs a été utilisé pour établir le résumé de la notice. Les enregistrements ne sont pas les originaux mais des copies que les enseignants ont faites d’après les enregistrements des étudiants : en plus de la dégradation de la qualité sonore due à la copie, l’intégrité du support original n’est pas toujours respectée et n’a pas toujours pu être retrouvée. Le nom donné à ce corpus « Celles qui n’ont pas écrit » est celui du livre éponyme des deux enseignantes qui s’appuie sur tous les témoignages, ceux des hommes comme ceux des femmes.

Ecouter l’enquête en streaming

Résumé de l’enquête :

L’informatrice est issue d’une famille paysanne qui cultive le blé. Vers l’âge de 15 ans elle est placée dans une maison bourgeoise à Avignon. Le travail de domestique est difficile, elle se rend à Marseille pour y échapper et connaît une période de chômage. Elle trouve plus tard du travail dans une entreprise traitant les dattes, avenue Arenc. Ce travail lui convient mieux que celui de domestique. Elle trouve ensuite une place de serveuse au « Boeuf à la mode », cours Belsunce, où elle est payée au pourboire. Pour chacun de ses emplois, elle fournit à l’enquêtrice ses horaires et son salaire avec précision. Après sa journée de travail, elle fréquente la salle de spectacle l’Alcazar où elle voit se produire de nombreuses vedettes. Elle se souvient d’une ville marquée par le chômage. Elle évoque la crainte du proxénétisme à Marseille, le soir, activité qu’elle associe à la famille Guerini. En revanche, elle ne craint pas le vol et les « bandits » qui sont rares. A l’époque du Front populaire, elle parle d’un « délire » à Marseille auquel elle ne prend pas part. L’informatrice relate ensuite son parcours durant la guerre de 1939-1945. Ayant fait des économies, elle devient propriétaire d’un café à Avignon. Là, elle est contactée par des résistants et collabore avec eux. Elle déclare qu’elle cachait des personnes juives chez elle et son inquiétude à l’époque. L’informatrice n’appuie pas l’épisode de son entrée en résistance qu’elle semble considérer comme naturel ou de bon sens. Elle fait le récit de son transport de cartes d’identités falsifiées à Toulouse où elle est suivie et arrêtée. Elle parle de la délation à cette époque, dont elle a été victime. Elle raconte son parcours en déportation (camp de Ravensbrück puis de Litomerice), la dureté des conditions de vie (atteinte du typhus, elle s’efforce de masquer sa maladie). L’informatrice revient à plusieurs reprises et avec de nombreuses précisions à la demande de l’enquêtrice sur son expérience dans les camps (traitant ainsi du contact avec l’extérieur, du peu de solidarité, de ses relations avec ses camarades ou ses surveillants, du travail – assèchement de marais, déchargement de wagons -, évoquant la dureté du traitement – le défilé des prisonnières nues dans le froid, les fusillés creusant leur propre tombe – et parfois le contraire – bon traitement de certains surveillants). Certaines images et certains épisodes vécus persistent dans son esprit après la guerre. Lors de la Libération, elle est incapable de se réjouir. L’entretien se termine sur sa vision du statut de la femme dans les années 1930, de son départ de chez elle et de son placement, de sa relation avec ses patrons en tant que domestique, et du syndicalisme à son époque.

Crédits photographiques : Free coffee wagon, Lotzen [between ca. 1910 and ca. 1915], Bain News Service publisher, 1 negative : glass ; 5 x 7 in. Pas de restrictions de droit connues.

Présentation d’un corpus sonore : Celles qui n’ont pas écrit

Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911

Pour leur mise en lumière et analyse des récits de femmes de la région marseillaise de 1914 à 1945, publiées dans un ouvrage de 19951, Anne Roche et Marie-Claude Taranger se sont appuyées sur un ensemble d’enquêtes orales réalisées entre 1977 et 1992 dont les supports (cassettes audio) et les transcriptions ont fait l’objet d’un dépôt à la phonothèque de la MMSH respectivement en 2009 et en 19992. L’année 1983-1984, qui comprend une cinquantaine d’enquêtes soit la quasi-totalité des enregistrements réalisés cette année, est en cours de numérisation et de traitement (voir la liste des notices d’enquêtes). Nous présentons ici les grandes caractéristiques de ce corpus.

Fabrication du corpus

Les circonstances de constitution de ce corpus n’ont pas d’équivalent dans les fonds de la phonothèque : ces enregistrements s’inscrivent en effet dans le cadre d’un enseignement de Lettres Modernes à l’Université de Provence, que Marie-Claude Taranger et Anne Roche avaient axé, dans la lignée des travaux de Philippe Lejeune qui préface leur ouvrage, sur le récit autobiographique3. Pour les étudiants qui suivaient ce cours, l’examen consistait à mener une enquête orale auprès de l’informateur de leur choix. L’évaluation portait sur la méthodologie d’enquête, l’intérêt du témoin et du témoignage, et la qualité de la transcription. Pour cela, les étudiants devaient remettre aux enseignants un enregistrement de l’enquête (sur cassette) accompagné d’une transcription.

La vue du contexte de constitution permet ordinairement de comprendre le choix des informateurs. Dans le cadre d’une évaluation, il ne fait pas de doute que les étudiants ont parfois cherché à se distinguer par le choix d’un témoin prestigieux (figures militaires, de la résistance). La dynamique de ce corpus est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre étudiants-enquêteurs en quête de vedettes. Cette tendance, en mettant l’accent sur l’intérêt du témoin, menace dans certains cas l’intérêt de l’enquête. Par exemple, dans certaines d’entre elles l’informateur se contente de lire le récit déjà écrit (parfois publié comme dans cet entretien) de son parcours. Dans le choix des informateurs par les étudiants, l’aspect pratique apparaît également : les liens de parenté entre enquêteur et informateur sont fréquents. Ces liens ne sont toutefois pas systématiques et dans de nombreux cas le lien reste à identifier.

Bien que la méthode de chacun diffère (à chaque enquête correspond un enquêteur), les consignes des professeures donnent un axe général. Pour Roche et Taranger, le projet de départ est de « faire mener à leurs étudiants une série d’interviews sur le souvenir du Front Populaire dans le Midi » (les enregistrements de 1977 à 1979 le montrent), mais « la richesse du matériau recueilli a aussitôt modifié les buts des enquêteurs »4 : le récit des personnes interrogés se trouve être « plein d’informations variés que la seul rubrique  »souvenirs du Front populaire » »5 ne contient plus. Une fois la période relayée au second plan au profit du récit de vie, la méthode s’achemine vers sa forme finale : une « interview semi-directive, à consigne ouverte (« racontez votre vie depuis vos premiers souvenirs jusqu’à 1945 »), sans questionnaire fermé (contrairement aux enquêtes de type statistique), […] le but étant de créer une situation de parole dans laquelle les femmes (mais aussi les hommes) puissent donner leur version privée, personnelle, de la grande Histoire »6. Cependant, de la variété des informations recueillis et des informateurs peuvent ensuite émerger des ensembles cohérents comme le sous-corpus de l’année universitaire 1991-1992 référencé sous le titre « Appelés en Algérie ».

Nature du corpus

Les deux auteures caractérisent leur corpus par un découpage temporel : le témoignage peut débuter à la petite enfance (jusqu’à la guerre de 1914-1918 pour certain), mais doit s’arrêter en 1945. Un découpage géographique intervient également : le corpus est « centré sur des témoins habitant […] le midi de la France »7. Si la plupart des témoins sont originaires des Bouches-du-Rhônes, du Var et du Vaucluse, il s’agit parfois de retraités venant d’autres régions ainsi que des témoins d’origine étrangère : « Italiens ayant fui le fascisme ou la misère du Sud, Espagnols exilés de la guerre civile et du franquisme, Allemands ou Autrichiens, juifs ou non, ayant fui le nazisme »8. Roche et Taranger soulignent aussi la variété socio-professionnelle des informateurs et l’absence consciente de découpage de cet ordre.

Exemple d’une analyse par M.-C. Taranger d’après une enquête de N. Morel auprès de P. Pinguet (1990)

Le titre de l’ouvrage (Celles qui n’ont pas écrit), parce qu’il suggère un corpus composé exclusivement de témoignage de femmes, n’en exprime pas la véritable nature. En effet, la distinction des genres est une problématique propre à l’ouvrage, étrangère aux consignes fournies aux étudiants (ils étaient alors libres d’interroger un homme ou une femme). Ainsi, le corpus déposé à la phonothèque est mixte. Par ailleurs, si l’ouvrage s’appuie essentiellement sur des témoignages de femmes, les auteures font également usage de témoignages d’hommes, non seulement via les témoignages mixtes, mais aussi par leur emploi à titre de « contre-épreuve »9.

Au dépôt des cassettes s’ajoute celui des transcriptions et des analyses de contenu. Les résumés analytiques de Marie-Claude Taranger et Anne Roche, bien que destinés dans un premier temps à l’évaluation de l’enquête, manifestent déjà l’intérêt du chercheur. Ils témoignent de l’évolution de ce corpus, passé du statut d’archive « pédagogique » à celui de source scientifique lors de la publication de l’ouvrage.

Dans son compte-rendu de l’ouvrage de Roche et Taranger10, Sonia Branca-Rosoff regrettait l’absence des sources orales elles-mêmes, en rappelant que le toilettage que nécessitent la transcription empêche par exemple tout travail syntaxique sur ces discours.  L’accès à cette source orale est désormais possible sans concours de l’écrit.

Liste non-exhaustive de publications exploitant ce corpus

Anne Roche, « Popular Front in the South of France : memory and oral transmission », communication au colloque « 1936 », Université d’Essex, 1978, paru dans  Practices of literature and politics, Colchester, 1978.

Anne Roche, Marie-Claude Taranger, « Ne compte pas que tu vas boire l’huile de l’olivier que tu viens de planter » analyse de l’interview d’un militant communiste, dans « Mémoire du chantier de Port-de-Bouc », Technologies, idéologies et pratiques, 1980.

Anne Roche, « Deuil et mélancolie dans quelques autobiographies « nostalgériques » de l’après 1962″, Cahiers de sémiotiques textuelle, 4, 1985.

Marie-Claude Taranger, « Pouvoir dire le pouvoir », communication au 5e Colloque international d’histoire orale « El Poder a la Societat », Barcelone, 1995.

Anne Roche, « La perte et la parole. Témoignages oraux de pieds-noirs », dans J.-P. Rioux, La guerre d’Algérie et les Français, Paris, Fayard, 1990.

Anne Roche, « Un défaut de vision. Les Arabes vus par des Pieds-noirs. Analyse d’entretiens », dans Mots, mars 1992, N°30, Images arabes en langue française, pp. 72-89. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/mots_0243-6450_1992_num_30_1_1681, consulté le 05 décembre 2012.

Crédits photographiques : Adrienne Pagnette, and adolescent French illiterate, speaks almost no English, September 1911. U.S. National Archives’ Local Identifier: 102-LH-2395 ; Photographe: Hine, Lewis ; Lien permanent : research.archives.gov/description/523447. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit. Récits de femmes dans la région marseillaise. 1914-1945, Aix-en-Provence, Edisud, 1995, 238 p. (voir notice SUDOC) []
  2. Il existe quelques divergences entre le corpus déposé à la phonothèque et le corpus de l’ouvrage. L’index des enquêtes établi par Roche et Taranger et qui figure à la fin de l’ouvrage permet de constater que toutes les cassettes n’ont pu être déposées. A l’inverse, l’exercice demandé aux étudiants s’étant poursuivi alors que l’ouvrage était en cours de rédaction certaines enquêtes déposées ne sont pas indexées. []
  3. des recherches sont en cours auprès des archives de l’Université Aix Marseille pour déterminer avec plus de précision le contenu de ces enseignements []
  4. Roche, Anne ; Taranger, Marie-Claude, Celles qui n’ont pas écrit, op. cit., p. 10 []
  5. Ibid. p. 10 []
  6. Ibid. p. 11 []
  7. Ibid. p. 12 []
  8. Ibid. p. 12 []
  9. Ibid. p. 12 []
  10. Sonia Branca-Rosoff. Anne Roche, Marie-Claude Taranger – Celles qui n’ont pas écrit, Langage et société, 1995, vol. 73, n° 1, pp. 91-93. Lien permanent : http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/lsoc_0181-4095_1995_num_73_1_2712. Consulté le 03 décembre 2012. []