Archives par mot-clé : Georges Perec

Avent -22 : Disparition des billets du blog d’Europeana Sounds

Voilà grosso modo six mois Hassan Ibn Abbou proposa pour son doctorat à la Commission ad hoc du CNRS un rapport succinct mais plutôt pas mal foutu, du moins à mon avis, traitant du Jus latinum, du droit latin quoi, qu’il connaissait jusqu’au bout du doigt ; Il discourait surtout sur un point jusqu’ici obscur qui avait fait pâlir maints savants pourtant trapus : y avait-il ou non obligation pour un pagus ou un oppidum d’offrir à sa population (paysans ou parfois marchands) un statut ignorant la distinction qui faisait ipso facto du Romain un individu plus important qu’un habitant du Sahara ? (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 43)

Entre février 20141 et février 2017, la participation de l’équipe de la phonothèque au programme Europeana Sounds avec celle du CREM a été une magnifique expérience. Joyeuse, collective, assidue, elle nous a appris beaucoup en particulier pour travailler à ce qui a été nommé, quelques mois plus tard par l’Europe les principes du FAIR. L’objectif était bien de rendre interopérables nos données en les “aggrégeant” à travers le modèle EDM – Europeana data model à la plateforme Europeana, et en les rendant réutilisables, en travaillant tout au long du projet sur les questions éthiques et juridiques pour leur diffusion2. Un formidable travail en direction des publics pour l’enrichissement participatifs de ces données ou sur leur diffusion à travers différents outils multimédia a été réalisé durant cette période. Nous nous sommes formées3 pour utiliser la plateforme MINT – Metadata Interoperability Platform, hébergée en Grèce, à la National Technical University of Athens4 afin de réaliser les exports en EDM. Continuer la lecture de Avent -22 : Disparition des billets du blog d’Europeana Sounds

  1. Le lancement du projet s’est fait entre les 17 et 18 février 2014 à la British Library, Londre, le programme du “Kick-off meeting” est ici. []
  2. Voir en  particulier dans le cadre du WP3, Licensing Guidelines / Orientations juridiques, coordonné par Lisette Kalshoven, Kennisland – KL []
  3. En effet l’équipe était plutôt féminine et je salue ici Françoise Acquier, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié : ensemble nous avons beaucoup discuté pour comprendre comment effectuer ces exports/imports de la meilleure des façons en respectant les normes de l’EDM. []
  4. Une présentation de nos ateliers de travail peut être retrouvée sur les carnets, à Athènes en juin 2015 et à Dublin en avril 2016 ou Nikolaos Simou (NTUA) a présenté l’outil MINT et  Tom Miles (BL) la méthode de travail. []

Avent -23 : Disparition d’Anne Sylvestre

Qui aurait cru voir surgir la Mort dans un Paradis où tout paraît si doux ? (La disparition, Georges Perec, 1969).

Lorsque l’équipe de la phonothèque a lancé le projet du calendrier de l’Avent des disparitions nous pensions à celles des objets numériques, des formats et plateformes et en oubliant les personnes… Nous avons bouleversé notre organisation bien huilée hier en apprenant celle d’Anne Sylvestre (1934-2020). Rien de très relié au numérique sans doute mais cet adieu brutal à une histoire sonore nous interroge… comment l’archiviste du son peut continuer dans le temps à faire partager, avec le répertoire, tout le contexte social, culturel et politique qui accompagne une interprète et ses chansons  ? voilà une question à garder en tête au moment de la documentation de ses fonds…

Nous reprendrons demain le cours de notre Avent des disparitions numériques – avec des mélodies d’Anne Sylvestre dans la tête…

 

Image “à la une” : coucher de soleil sur Beyrouth, juin 2018, photographie V. Ginouvès, CC-BY-NC.

Avent -24 : Disparitions : un calendrier de l’Avent pour les raconter

Anton Voyl n’arrivait pas à dormir. Il alluma. Son Jaz marquait minuit vingt. Il poussa un profond soupir, s’assit dans son lit, s’appuyant sur son polochon. Il prit un roman, il l’ouvrit, il lut ; mais il n’y saisissait qu’un imbroglio confus, il butait à tout instant sur un mot dont il ignorait la signification. Il abandonna son roman sur son lit. Il alla à son lavabo ; il mouilla un gant qu’il passa sur son front, sur son cou. Son pouls battait trop fort. Il avait chaud. Il ouvrit son vasistas, scruta la nuit. Il faisait doux. Un bruit indistinct montait du faubourg. Un carillon, plus lourd qu’un glas, plus sourd qu’un toscin, plus profond qu’un bourdon, non loin sonna trois coups. (La disparition, Georges Perec, 1969)
 
Pourquoi un calendrier de l’Avent qui raconterait les disparitions ? et quelles disparitions ? L’idée de réfléchir à ce sujet nous est venue parce que tout récemment nous avons découvert que les billets rédigés par les équipes du Crem et de la phonothèque de la MMSH dans le cadre du programme Europeana Sounds entre 2014 et 2017 avaient tout bonnement disparu, … envolés, même pas archivés sur la Wayback machine. Et tout cela sans que nous nous en soyons rendu compte, croyant de bonne foi que l’Europe qui incite à la sustainaibility avait pris la peine d’archiver les contenus rédigés dans le cadre de son projet Europeana Sound. En repensant à l’excitation de la rédaction de nos textes collectifs, de nos balbutiements en langue anglaise, de nos recherches dans nos bases pour partager nos collection, plutôt que nous appesantir sur la déception, l’idée est apparue comme évidente : que faire de la disparition ? et si elle était envisagée comme une ré apparition ? une transformation ?  Un déplacement somme toute positif pour peu qu’on garde une forme de trace.

Continuer la lecture de Avent -24 : Disparitions : un calendrier de l’Avent pour les raconter