Archives par mot-clé : histoire coloniale

Algérie-France 1954-1962 : Éléments de mémoire historique pour aujourd’hui

Dans le cadre de la semaine anti-coloniale et antiraciste à Marseille, une soirée est organisée autour du thème de la mémoire historique Algérie-France  le 1er avril 2016 (19h, Dar Lamifa, 127 rue d’Aubagne, 13006 Marseille). Elle se propose d’apporter des éclairages sur la face souvent ignorée de la colonisation et de la guerre d’indépendance algérienne de 1954-1962.

Trois moments composeront cette soirée, chacun suivie d’un débat :

Parcours de recherche par Hélène Bracco , historienne à propos de son ouvrage : Des « Européens » restés en Algérie indépendante aux actes de refus pendant la guerre d’Algérie•.
Voir le catalogue des archives sonores déposées à la phonothèque de la MMSH par Hélène Bracco.

Vernissage : « Algérie, un retour pour la paix » : Exposition photographique et fragments filmés, par Carole Filiu Mouhali et Ferhat Mouhali.

Représentation : La blessure
Texte théâtral de Michel Bracco, mis en scène par Pauline Estienne (avec la participation de l’auteur) et interprété par Charlotte Lavigne et Pauline Estienne.(libre participation aux frais).

En 1830, l’État français commence la conquête de l’Algérie, alors partie de l’Empire Ottoman. A partir de la deuxième République (1848), l’Algérie devient trois départements français ouverts à une politique de peuplement : Français de la « métropole » mais aussi Européens (Espagnols, Italiens principalement). Des terres « indigènes » furent distribuées à certains arrivants afin d’enraciner socialement le nouveau peuplement. Les enfants d’Européens nés en Algérie purent opter pour la nationalité française à leur majorité tandis que les« indigènes » furent soumis au code de l’indigénat (les Juifs d’Algérie devinrent citoyens français en 1870 ; Ils cessèrent de l’être sous le régime de Vichy). Les « indigènes » furent également soumis comme « sujets français » à la conscription qui les fit participer aux guerres de la France et en particulier aux deux guerres mondiales.Les insurrections, comme les manifestations contre la colonisation, furent réprimées.L’insurrection algérienne du 1er novembre 1954 suscita la réponse du ministre de l’intérieur de l’époque, François Miterrand : « La seule négociation c’est la guerre ». On appela cette guerre« opération de maintien de l’ordre » (colonial en l’occurrence) jusqu’en 1999.

Crédits photographiques : olivier peigné par le vent à Tipaza, photogr. 2012, V. GInouvès CC-BY-NC.

 

Dosso à la période coloniale : nouveau dépôt d’archives sonores à la phonothèque

L’historien Jean-Paul Rothiot (né en 1947 à Mirecourt, Vosges) a mené, entre 1978 et 1979, des enquêtes sur le passé colonial de la région de Dosso (actuel Niger). Il était alors conseiller pédagogique à l’INDRAP (Institut national de documentation et d’animation pédagogique) de Niamey, poste qu’il a occupé de septembre 1973 à juin 1979, et préparait une thèse – soutenue en juin 1984 à l’université de Paris VII sous la direction de Catherine Coquery-Vidrovitch : Zarmakoy Aouta, les débuts de la domination coloniale dans le cercle de Dosso (1898-1913). Les enquêtes orales ont été menées en même temps que des dépouillements d’archives coloniales à Niamey et Dosso.

Archives de JP Rothiot : dossiers et cassettes
Archives de JP Rothiot : dossiers et cassettes

Le corpus sonore a fait l’objet d’un dépôt en novembre 2015 à la phonothèque. Il comprend 22 cassettes audio dont le son est assez mauvais dans l’ensemble et certains passages difficilement perceptibles. L’ensemble a été numérisé à la phonothèque. L’ensemble peut être écouté en ligne à partir de la notice du corpus ou par le formulaire de recherche.

Extraits de l’enquête menée à Dosso le 20/07/1979 (Casette 22, JP Rothiot)

Une présentation détaillée du contenu des cassettes, des thèmes abordés, du nom des informateurs, des villages, cantons et secteurs concernés documente ce corpus, accompagnée d’un entretien de 18 mn avec Jean-Paul Rothiot (réalisé par Hélène Claudot-Hawad le 22/11/2015 à Mirecourt), destiné à contextualiser l’élaboration de ces documents sonores. L’auteur explique sa méthode d’enquête.

Méthode d’enquête (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Ali Seybou et Mounkaila Alpha, deux élèves de terminales du lycée Issa Korombe (dont Jean-Paul Rothiot avait été enseignant en 1973-75 au CEG 3 de Niamey) ont participé activement à ces enquêtes comme interprètes et aides.

Participants aux enquêtes (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Les personnes interrogées ont souvent été les kwarakoy (chefs de village) entourés des anciens, qui s’exprimaient en langue zarma (djerma-songhay). Quelques informateurs, anciens fonctionnaires, se sont exprimés en français qu’ils possédaient parfaitement (Moumouni Saley, Wadibi Goubekoy, Mayaki Issa, Zaroumei Adamou…).

Informateurs à Guiwaye (Enquêtes orales de JP Rothiot), 1979
Informateurs à Guiwaye (Enquêtes orales de JP Rothiot), 1979

Cependant, pour rédiger sa thèse, l’historien est parti non des enquêtes audio, un matériau auquel il n’était pas habitué, mais des notes qu’il avait prises au cours des entretiens. L’enquête portait sur les origines de chaque village, les migrations, les questions de lignage, de chefferie (transformation de la chefferie sous l’impact colonial) et la réaction des populations face à la domination coloniale (perception des impôts, travail forcé, greniers de réserves, famines, aménagement rural, arachide, coton…) avec comme résultat l’acceptation ou les révoltes. Les notes ont été classées en fiches thématiques.

Archives Rothiot (fiches d'enquêtes), cliché HCH, 2015
Archives Rothiot (fiches d’enquêtes)
Archives Rothiot (Fiches thématiques)
Archives Rothiot (classement de diapositives sur la région de Dosso)

 

 

 

 

 

 

 

Fiches classées par thème (Jean-Paul Rothiot, extrait entretien n° 4976)

Comme l’écrit Jean-Paul Rothiot, ces informations orales ont été importantes car elles l’ont amené au cœur de sa thèse, avec le personnage du Zarmakoy (chef des Zarmas), Aouta, et ses relations complexes avec les autorités coloniales. D’autres enquêtes ont été menées en décembre 1982 et janvier 1983 au cours d’un bref séjour, alors que la rédaction de la thèse était commencée.

L'historien JP Rothiot et ses archives, 2015, Mirecourt (cliché HCH)
L’historien JP Rothiot et ses archives, 2015, Mirecourt (cliché HCH)

 

Crédits photographiques :Jean-Paul Rothiot (photo à la une : Sambara, 1979), sauf clichés 4 et 6 (Hélène Claudot-Hawad)

L’entretien intégral avec Jean-Paul Rothiot qui présente et contextualise la constitution de son fonds sonore sur la domination coloniale dans la région de Dosso est accessible en ligne : Contextualisation d’un fonds sonore enregistré à propos de la domination coloniale dans le cercle de Dosso (Niger) entre 1898 et 1913 (enquête n°4976)