Archives par mot-clé : TGIR Huma-Num

Mexico, 24-29 juin : la phonothèque aux DH2018

La phonothèque représentera l’équipe du Consortium des ethnologues lors du congrès international Digital Humanities 2018 à Mexico, du 24 au 29 juin prochain.  Les organisateurs du congrès ont choisi l’image des ponts (bridges/puentes) qui se retrouve dans les différentes interventions. Ainsi, lors d’une première session intitulée Building Bridges With Interactive Visual Technologies1 sous la présidence d’Adeline Joffres, responsable de la coopération internationale à Huma-Num, les travaux réalisés en partenariat avec le consortium 3D-SHS dans le cadre du projet H2020 PARTHENOS seront notamment présentés. Dans ce panel seront présents, outre le consortium Archives des ethnologues, ceux de Cahier, Corli et Masa sous le titre communThe Impact of FAIR Principles on Scientific Communities in (Digital)Humanities. An Example of French Research Consortia in Archaeology, Ethnology, Literature and Linguistics. Leurs différentes expériences et les usages des principes du FAIR y seront présentés. Venez les écouter, jeudi 28 juin, de 11h à 12h30, Mexico City au Sheraton Maria Isabel (salle Constitución C).

En avant première, voilà le titre et le résumé de l’intervention collective du Consortium des ethnologues : Continuer la lecture de Mexico, 24-29 juin : la phonothèque aux DH2018

Le Consortium « Archives des ethnologues » aux Rencontres Huma-Num 2018

Pour la deuxième fois, la TGIR Huma-Num réunira une centaine de participants issus de la communauté scientifique et des institutions et infrastructures de recherche. Les Rencontres se tiendront à Ecully du 11 au 14 juin 2018, avec pour objectif de créer un espace d’échange entre les différents consortiums et services d’Huma-Num, les Maisons des sciences de l’homme et autres partenaires issus du domaine de la recherche en Lettres et SHS.

A travers un programme très riche, les participants évoqueront notamment l’interopérabilité des données, la conservation et l’archivage, la valorisation et le Linked Open Data.

Continuer la lecture de Le Consortium « Archives des ethnologues » aux Rencontres Huma-Num 2018

État des lieux du traitement du fonds Annie-Hélène Dufour

En 2018 la phonothèque de la MMSH a obtenu un financement de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (ABES) pour le catalogage rétrospectif sur Calames du fonds Annie-Hélène Dufour.  Ce billet est l’occasion de faire un état des lieux de ce fonds et de son traitement.

Annie-Hélène Dufour a été enseignante-chercheure à l’Université de Provence Aix-Marseille I (devenue Aix-Marseille Université) et à l’IDEMEC à partir de 1994 jusqu’à son décès le 22 août 2002. Ses matériaux de terrain ont été déposés à la phonothèque en 2007. Ils documentent ses travaux de recherche qui ont porté sur : l’étude des pratiques et les représentations de l’espace en Provence sur différents terrains (terre/mer, espaces cultivés/espaces sauvages, villages urbanisés/campagnes) et à travers différentes pratiques (pêche, chasse, agriculture…) ; la définition et l’expression des identités collectives ; et en fin de carrière, sur l’ethnobotanique à travers les thèmes du platane et du jardinage. Ce fonds est constitué d’archives sonores déposées sous forme de bandes magnétiques et de cassettes audio. Elles sont accompagnées d’ouvrages, de photographies, de vidéos et d’archives papier. Les enregistrements sonores (106h) correspondent aux enquêtes de terrains d’Annie-Hélène Dufour. Celles-ci ont été numérisées et mises en ligne sur la base de données de la phonothèque où elles sont présentées à travers 8 corpus répondant à ses axes de recherches. Continuer la lecture de État des lieux du traitement du fonds Annie-Hélène Dufour

Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

Les projets numériques se multiplient mais comment  savoir s’il sera toujours possible d’y accéder sur le long terme ? En 2015 nous nous en inquiétions déjà avec l’arrêt brutal de Crevilles et depuis cet été c’est la plateforme MedMem, pourtant soutenue par une institution solide comme l’Ina,  qui ne répond plus :

Et si nous profitions de la nouvelle année pour tirer la leçon de cette inquiétante situation1 ? Continuer la lecture de Les bonnes résolutions sonores 2018 : sauvegarde sur le long terme et principes du FAIR

  1. Il faudrait tenir le compte des disparitions des bases de données et autres projets en ligne, et vérifier où (et si) les données ont été récupérées sur un autre système. Ainsi depuis plusieurs mois maintenant – peut-être même depuis plus d’une année – le site e-corpus [http://www.e-corpus.org] où plusieurs centres de ressources académiques avaient placé leur données n’est plus accessible. Les liens renvoient la plupart du temps à des pages blanches… 10 références sont encore affichées à travers Isidore. []

Le catalogue de la phonothèque sur CLARIN

Voilà une belle nouvelle pour l’été qui ancre la phonothèque de la MMSH un peu plus dans l’Europe : depuis quelques semaine, son catalogue Ganoub est désormais intégré à CLARINEuropean Research Infrastructure for Language Resources and Technology. CLARIN est un ERIC – European Research Infrastructure Consortium, créé dès 2012 avec des objectifs qui sont ceux de l’Open Science. L’un d’eux1 est de fédérer les efforts européens faits autour des données de langage, pour toutes les langues, à destination de toutes les disciplines.

L’information sur de l’intégration du catalogue de la phonothèque de la MMSH est à lire sur le dernier journal de Clarin (juillet 2017).

Interroger Ganoub sur CLARIN. Continuer la lecture de Le catalogue de la phonothèque sur CLARIN

  1. CLARIN développe et offre également des services et des solutions technologiques pour l’interopérabilité, l’analyse, les outils autour des questions du langage. CLARIN soutient aussi les projets universitaires et doctoraux qui permettent de contribuer à une Europe réellement multilingue. []

La phonothèque au salon Innovatives SHS 2017

En 2017, l’institut des sciences humaines et sociales du CNRS a choisi d’organiser sa troisième édition du salon Innovatives SHS, salon de la valorisation en sciences humaines et sociales au Parc Chanot, à Marseille les 17 et 18 mai prochain1. Pour la première fois, l’équipe de la phonothèque de la MMSH y sera présente avec la présentation d’un projet de valorisation sur les sciences collaboratives.

Continuer la lecture de La phonothèque au salon Innovatives SHS 2017

  1. Ce salon professionnel est destiné à présenter une pluralité d’actions de valorisation de la recherche en sciences humaines et sociales à destination d’un public composé, en particulier, de décideurs économiques et politiques []

Les rencontres de la TGIR Huma-Num 2016 : le programme

Du 10 au 13 octobre, se tiendront les rencontres de la TGIR Huma-Num à Lyon-Ecully. La phonothèque y participera, bénéficiant à cette occasion d’une rencontre unique entre professionnels des communautés de recherche, d’institutions et d’infrastructures françaises, européennes et internationales : participants aux consortiums créés au sein d’Huma-Num, habitants des  22 Maisons des sciences de l’homme, partenaires européens impliqués dans les infrastructures de recherche DARIAH et CLARIN ou autres projets H2020 sans oublier l’équipe d’Huma-Num qui présentera ses nouveaux outils et projets. Les questions éthiques et juridiques qui se posent pour la diffusion des sciences humaines et sociales seront au centre de la troisième après-midi, démontrant combien cette problématique est aujourd’hui essentielle :  l’appel à communication lancé récemment par le groupe « Ethique et droit » en est également un témoignage. Continuer la lecture de Les rencontres de la TGIR Huma-Num 2016 : le programme

2016, belle et bonne année collaborative et sonore !

Si le bilan de l’année 2015 s’avère extrêmement riche pour la phonothèque de la MMSH, c’est  parce que, avec le soutien de plusieurs financements1, une équipe efficace y a travaillé toute l’année de façon solidaire et soutenue, facilitant la réalisation de plusieurs projets : l’intégration des collections de la phonothèque sur le portail Europeana , le catalogage de nouvelles archives sur Calames, le traitement des données de l’ANR Colostrum,  la valorisation en langues grecque et française d’une collection sur les réfugiés de Smyrne, la valorisation d’archives sonores autour de la commensalité sur Les Carnets de la phonothèque.

Forte de cette équipe, en 2015, la phonothèque s’est résolument engagée en faveur des biens communs de la connaissance. Non seulement en transférant ses métadonnées dans le domaine public (sous la licence Creative Commons CC-0) pour leur exposition dans le cadre du programme Europeana Sounds mais aussi à travers deux projets participatifs originaux. Le premier, l’organisation d’une  journée contributive ou Edit-a-thon, a – pour la première fois – relié des articles de wikipedia à des extraits d’enquêtes d’histoire orale issus des collections de la phonothèque. Le second est encore en cours de réalisation et s’inscrit dans le projet collectif du Consortium des archives des ethnologues coordonné par Huma-Num (la très grande infrastructure de recherche des humanités numériques). Il s’agit de rendre possible la transcription des matériaux de terrain en sciences humaines et sociales, à travers une plateforme présentant des carnets d’ethnologues manuscrits numérisés. Actuellement, la version beta est en face de finalisation… nous auront l’occasion d’en parler plus longuement en 2016.

2015 aura donc été une année riche en réalisations, mais rien n’aurait  été possible sans un travail d’équipe, à partir des projets menés par les phonothécaires Hélène Loukou, Ariane Néroulidis, Marine Soubrié, avec le soutien et la participation active de Mathilde Bresc.

23912906402_0a76faf9b3_o

Dans le cadre de l’ANR Colostrum, Joël Candau2, son coordinateur, a pris en compte les enjeux de la collecte et de la conservation des données de la recherche. Il a confié à la phonothèque de la MMSH le traitement, l’archivage et la mise en accès des données constituées sur le terrain puisqu’une série d’entretiens a été enregistrée avec la même grille d’enquête dans les 7 pays participants : l’Allemagne, le Brésil, le Burkina-Faso, le Cambodge, le Maroc. Grâce au financement de l’ANR, Marine Soubrié a catalogué l’ensemble des entretiens et les a mis en ligne en prenant en compte les questions éthiques et juridiques . C’est également elle qui a organisé la formation au catalogage EAD (Encoded Archival Description) sur Calames en juin 2015, accompagnant le formateur, Patrick Latour3 dans l’installation technique de l’outil d’édition XML pour Calames, XMETAL. Enfin, elle a  participé au catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger.

Après avoir réalisé son stage de Master 2 « Archives numériques » soutenu à  l’ENSSIB  – Ecole Nationale Supérieure des Sciences de l’Information et des Bibliothèques, de mars à mai 2015 à  la phonothèque, Ariane Néroulidis a été chargée du catalogage en EAD des archives de Christian Bromberger appuyée par un financement de l’ABES. Devenue experte dans la structuration des données sonores, elle a représenté la phonothèque de la MMSH au séminaire d’Europeana Sounds à Athènes, et contribué au data mapping4 des données de la phonothèque à travers l’éditeur XML MINT pour l’intégration des archives de la phonothèque sur le portail Europeana

Marine Soubrié et Ariane Néroulidis ont également représenté la phonothèque lors de deux évènements professionnels. Le premier, en collaboration avec Françoise Acquier, documentaliste au CRESSON, lors des journées des FREDOC 2015 à Sainte-Foy-Lès-Lyon (29 septembre – 2 octobre). Le second,  le 26 novembre dernier à la MMSH, avait pour objectif de faire se rencontrer les acteurs des  humanités numériques d »AMU dans le cadre du PR2I5.

23393838423_83001683d6_oHélène Loukou avait  effectué en 2013 un stage Erasmus à la phonothèque de la MMSH dans le cadre de son master en bibliothéconomie soutenu à  l’université de Thessalonique. A cette occasion elle avait réalisé un  film documentaire sur les activités de la phonothèque.

En 2015, Hélène Loukou a décidé de suivre un second master sur le métier des archives et des bibliothèques, cette fois-ci à Aix-Marseille Université. Dans le cadre de ce stage elle a traité une collection en langue grecque sur les réfugiés de Smyrne sur l’île de Syros qui a fait l’effet d’une convention entre les archives historiques des Cyclades et la MMSH.

23392454944_f383be7fd4_oDepuis l’automne 2014, Mathilde Bresc, également bibliothécaire à la médiathèque de la MMSH, soutien l’équipe de la phonothèque en traitant des collection sonores, en particulier celles en langue provençale. Cuisinière amatrice, elle a  eu l’idée de proposer de rédiger des billets de blogs mensuels pour valoriser les archives sonores évoquant la commensalité, l’alimentation ou les recettes culinaires.  Ainsi, en 2015, vous avez pu écouter et peut-être goûté la soupe de potimarron vert,  les plats du souper traditionnel provençal de Noël, la tourte à la bourrache, les loukoums, le gratin de pissenlits, les panisses à la pomme-de-terre, les ganses, la soupe verte  ou recevoir quelques conseils sur la façon de conserver le fromage dans une courge ou de cuisiner les amandes et les noisettes. Toute l’équipe de la médiathèque en a bénéficié car chaque recette a été testée !

2016 s’annonce…  La fin des financements adossés à ces projets et leur réussite va disperser une partie de l’équipe mais les archives sonores demeureront un lien indéfectible. Nous sommes curieuses de découvrir ce que le web apportera dans l’année à venir et l’expérience de chacune se mêlera à l’aventure pour mettre en avant l’oralité du monde. Nous vous retrouverons peut-être le 14 janvier pour la première journée d’étude de l’année organisée par la phonothèque sur les questions juridiques et éthiques pour la diffusion des données en SHS, mais en attendant toute l’équipe  envoie ses meilleurs voeux à tous les lecteurs des Carnets de la phonothèque !

Crédits photographiques : Ariane Néroulidis et Marine Soubrié à la médiathèque de la MMSH puis photographies de l’edit-a-thon du 27 octobre où a participé toute l’équipe de la phonothèque : Mathilde Bresc, Hélène Loukou, Ariane Néroulidis et Marine Soubrié. Photographies de Véronique Ginouvès, CC-BY-NC. Image à la une : l’équipe olympique de natation anglaise en 1948.

 

  1. Outre le financement de l’USR 3125, les financements obtenus par la phonothèque en 2015 ont plusieurs sources : l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur – ABES, L’Agence nationale de la recherche – ANR, la Commission européenne dans le cadre du programme Europeana Sounds, Huma-Num à travers le Consortium des archives des ethnologues, le LabexMed. []
  2. Professeur des Universités, Laboratoire d’Anthropologie et de Sociologie «Mémoire, Identité et Cognition sociale» – E.A. 3179 []
  3. Voir le portrait de Patrick Latour sur Arabesque n°80. []
  4. Dans ce cas précis, il s’agissait de réaliser une  correspondance entre deux modèles de données : le DC -Dublin Core, exporté de la base Ganoub dans un fichier en CSV – Comma-separated values, en EDM – Europeana Data Model []
  5. Les Pôles de Recherche Interdisciplinaire et intersectoriels PR2I ont été mis en place à AMU pour promouvoir la transdisciplinarité au sein de l’université []

Compte-rendu de la formation ANF Huma-Num 2015

La TGIR Huma-Num organise et soutient différentes actions de formation autour des Digital Humanities dont des Actions de Formation Nationale (ANF). En 2014, une ANF avait été organisée par Huma-Num autour du thème du Web sémantique (voir le programme). Cette année c’est l’interopérabilité qui a été au cœur des discussions à travers la problématique suivante : “Gérer les données de la recherche : de la création à l’interopérabilité”.

Cette formation a eu lieu à Fréjus du 21 au 25 septembre 2015. Voir le programme détaillé.

Qu’est-ce que la TGIR Huma Num ? Cette très grande infrastructure de recherche est avant tout un ensemble de services destinés à mieux gérer les données de la recherche : afin de stocker, traiter, diffuser, archiver, signaler et exposer ces données.

Alors que la plateforme d’accès Isidore offre un signalement des documents et données numériques en SHS via le processus de moissonnage, l’outil de Nakala permet une exposition des données par les producteurs de données. L’occasion pour Huma-Num de présenter son nouveau service destiné à éditorialiser ces données sous forme d’un “pack bibliothèque numérique” intégrant le logiciel de gestion OMEKA1 à Nakala.

Cette session 2015 a permis la présentation du nouveau directeur d’Huma-Num, Olivier Baude, qui depuis le 1e septembre remplace Marc Renneville.

La conférence inaugurale a été portée par Valérie Tesnière, directrice de la BDIC2, qui a proposé une mise en perspective des professionnels de l’IST impliqués dans l’interopérabilité et pris dans un véritable tournant numérique.

Durant cette formation aux aspects techniques, il a été question de standards (DC, EAD, IPTC…) et de syntaxe d’écriture (XML, RDF, JSON), de  protocole OAI-PMH, de formats de fichier pérennes3 et d’outils permettant de les identifier (DROID, JHOVE, Facile…), de référentiels (IdRef, VIAF, ISNI…) d’identifiants uniques (Purl, Handle, DOI, ARK) et de Web des données : des triplets RDF à l’interrogation SPARQL, en passant par le modèle de données SKOS4

Des retours d’expériences variés ont été partagées : développement de l’application mobile Isidore par Adrien Desseigne, élaboration de bonnes pratiques pour l’encodage des textes en TEI par Vincent Jolivet dans le cadre du consortium CAHIER5, exploitation des données de data.bnf par Philippe Glorieux, membre du Labex OBVIL6. Véronique Ginouvès a présenté des exemples de pratiques d‘interopérabilité au sein d’une phonothèque de recherche.

 

La conclusion de cette semaine  a été menée par Nicolas Larousse et Stéphane Pouyllau sur l’évolution des données et des métadonnées dans la sauvegarde, en soulignant le besoin de documenter le plus possible la donnée. Les services proposés par Huma-Num doivent permettre de répondre à ces impératifs, tout en anticipant  “les ruptures de charge” pour éviter les risques de perte de données et d’incompatibilité des formats dans le processus de transfert des données, du stockage vers l’archivage sur le long terme.

À la fin de ces quelques jours de formation, les stagiaires étaient sensibilisés aux différents aspects de l’interopérabilité grâce à quelques règles à suivre dans le cadre d’un programme de recherche, à savoir :  décrire les métadonnées et savoir anticiper sur sa localisation et son stockage,  choisir les bons formats et  standards à suivre pour préparer le dépôt des données dans les structures adaptées comme le CINES7 et enfin définir et comprendre la complexité des métadonnées qui peuvent être indexées par couches sémantiques.

Pour suivre le fil Twitter #interop2015

Vous pouvez lire  d’autres comptes-rendus sur les Carnets d’Hypothèse :

Alambic numérique – Le blog de la bibliothèque numérique de Clermont-Ferrand

Consortium Archives des Mondes Contemporains – Inventaires et documents numériques

 Crédits photographiques : Ouverture de la semaine de formation ANF-Huma-Num, le 21 spetembre 2015, Fréjus. Photographie de Marine Soubrié. Pas de restrictions de droits.

 

 

 

  1. Omeka est un logiciel Open Source qui se situe à l’intersection entre des systèmes de gestion de contenu web (CMS) comme Drupal ou WordPress, des systèmes de gestion d’archives comme Fedora ou Dspace et des systèmes de gestion de musées tels que TME ou KE Emu. []
  2. Un atelier sur les outils numériques de la BDIC sera proposé le 16 novembre 2015 par le Labexmed []
  3. Voir le Référentiel Général d’Intéropérabilité (RGI) produit par le Système d’Information de l’Etat []
  4. Simple Knowledge Organisation System []
  5. Corpus d’auteurs pour les humanités : informatisation, édition, recherche []
  6. Lien vers son Carnet de recherche []
  7. Centre Informatique National de l’Enseignement Supérieur []