Archives par mot-clé : indexation

Indexer des archives sonores sur Calames avec IdRef

Pour indexer les archives sonores cataloguées sur Ganoub,  l’équipe de la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH)  s’appuie sur un thesaurus orienté vers l’ethnologie. Cet outil, créé au moment de l’intégration de la phonothèque au sein de la MMSH en 1997, a été constitué en relation avec d’autres phonothèques, en particulier celles du réseau documentaire de la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT). Il évolue aujourd’hui indépendamment de ce réseau en fonction du contenu des collections1. Or, suivant les recommandations de l’équipe Calames, qui s’appuient elle-même sur les recommandations de la Bibliothèque Scientifique Numérique (BSN), les opérateurs de l’enseignement supérieur et de la recherche doivent faire usage de référentiels communs tel IdRef (Identifiants et Référentiels). Cette application web développée et maintenue par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche (ABES). permet d’interroger, de consulter, de créer et d’enrichir des autorités des catalogues Calames, Sudoc et thèses.fr.

Afin de garantir la continuité du catalogue de la phonothèque, chaque publication sur Calames nécessite donc, selon les cas :

  • d’effectuer une recherche d’équivalence entre les descripteurs issus du thesaurus de la phonothèque de la MMSH et les notices d’autorités IdRef.
  • de réaliser une mise en adéquation avec la forme Rameau. Par exemple, taille de l’arbre terme dans le thesaurus de la phonothèque devient Arbres fruitiers – Taille  sur IdRef.
  • de créer des notices d’autorités, ou faire des propositions dans Rameau.

Suivant les recommandations de Calames2, la décision de création d’une notice d’autorité est prise en fonction :

  • du degré d’éventualité de ré-exploitation de l’autorité dans d’autres notices, soit la probabilité que le besoin de faire référence à cette autorité réapparaisse exprimée en « entité peu susceptible d’apparaître dans d’autres notices ».
  • de la richesse ou de la précision des informations dont on dispose.

Dans le cadre de la publication sur Calames de l’inventaire du corpus des Luthiers de Mirecourt, des notices d’autorités ont été créées pour les principaux luthiers et maisons de lutherie évoqués dans les enquêtes enregistrées. A l’origine, ces données sont contenus dans un document linéaire qui ne permet pas de renvois direct à une entrée . Ainsi, les notices de la Maison Laberte, de Léon Mougenot ou encore d’Amédée Dieudonné héritent-elles des fonctionnalités d’IdRef, dont l’attribution d’un identifiant PPN (Pica production number) et d’une URL (uniform ressource locator).

Autre exemple, l’indexation des titre de contes traditionnels cévenols collectés par Jean-Noël Pelen dans le cadre de sa thèse a également exigé la création de notices IdRef. Les travaux en littérature orale ont montré que les contes de traditions orales peuvent être classés en conte-types, c’est à dire en « organisation stable de motifs, identifiable dans des contes du monde entier en dépit de variantes locales »3. Jean-Noël Pelen a ainsi mené un travail d’identification de conte-types sur les contes cévenols, suivant la classification Aarne-Thompson4.

Au lieu d’ajouter au référentiel IdRef les différentes versions collectées par Jean-Noël Pelen, les notices spécialement créées correspondent aux titres des conte-types fixés par la classification Aarne-Thompson. Les titres de conte-types sont en effet plus susceptibles de ré-utilisation que leurs versions cévenoles et facilitent les comparaisons. D’autre part, nous pouvons imaginer que leur utilisation à des fins d’indexation concoure à l’établissement d’un catalogue de versions, sonores ou transcrites, de tel conte-type.

Ainsi, chaque notice de type de conte créée dans IdRef comporte :

  • le titre en langue anglaise du conte-type (langue originale de la classification Aarne et Thompson) dans le champ « forme parallèle » ;
  • le titre en langue française du conte-type issu de la traduction fournie par les quatre volumes du Conte populaire français5 dans le champ « forme retenue » ;
  • le numéro d’identifiant ATU qui renvoie à la classification Aarne, Thompson et Uther6.
  • Eventuellement en synonymie (forme parallèle), le titre en langue régionale.

Grâce à la technique de balisage du texte qu’autorise la syntaxe XML, la référence aux conte-types n’efface pas les titres originaux dans l’instrument de recherche. Comme dans l’exemple de moitié de coq, la référence au conte-type (type, forme normalisée, formes rejetées, numéro ATU) est inscrite dans la balise de caractérisation de la portion textuelle, tandis que le texte conserve le titre original. Trois versions de ce conte sont également accessibles sur Ganoub.

Voilà peut-être une nouvelle façon de travailler à un inventaire du conte traditionnel… informez-nous si vous avez l’occasion de l’utiliser et décrivez-nous vos pratiques.

Crédits photographiques de l’image à la une : Image issue de la page 128 du livre « East of the sun and west of the moon : old tales from the North », New York : G.H. Doran, 1922. Domaine public.

  1. Un export de ce thesaurus en SKOS est en cours de réalisation et il sera bientôt accessible en ligne. []
  2. Manuel de catalogage Calames, p. 86 []
  3. Voir : Josiane Bru, « Le repérage et la typologie des contes populaires. Pourquoi ? Comment ? », Bulletin de liaison des adhérents de l’AFAS [En ligne], 14 | automne 1999, mis en ligne le 02 septembre 1999, consulté le 26 décembre 2014. URL : http://afas.revues.org/319. []
  4. Jean-Noël Pelen, Le conte populaire en Cévennes, Payot, 1994, 795p. []
  5. Le conte populaire français par Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze, édité en un seul volume et en fac-sim. des quatre tomes publiés entre 1976 et 1985, Maisonneuve et Larose, 2002, 1943p. auquel s’ajoute Le conte populaire français [2], contes-nouvelles par Paul Delarue et Marie-Louise Ténèze ; avec la collaboration de Josiane Bru, Éd. du C.T.H.S,  2000, 229p. []
  6. The types of international folktales: a classification and bibliography: based on the system of Antti Aarne and Stith Thompson by Hans-Jörg Uther ; editorial staff, Sabine Dinslage, Sigrid Fährmann, Christine Goldberg… [et al.], Suomalainen Tiedeakatemia, 2004-2005, 3 vol. (619, 536, 285 p. []

Un index des luthiers original : extrait du catalogue documentaire du corpus créé par Hélène Claudot-Hawad, « Le métier de luthier »

Les Carnet de la phonothèque ont publié régulièrement, entre 2012 et janvier 2013, le traitement documentaire des enquêtes orales réalisées par l’ethnologue Hélène Claudot-Hawad dans les années 1980 sur le métier de luthier dans la première moitié du XXe siècle. Un catalogue documentaire sera bientôt publié. Il présentera non seulement les notices contextualisées mais aussi différents index (informateurs, sujets, lieux et personnes citées). Ce catalogue est un outil documentaire qui synthétise, sous une forme papier, la base de données et c’est déjà un de ses intérêts car tout le monde n’est pas connecté. Mais c’est aussi l’occasion de visualiser d’un coup d’oeil le contenu de ces archives et leurs thématiques à travers les index. Celui des noms propres cités ou évoqués a fait l’objet de la part d’Hélène Claudot-Hawad d’un travail de recherche pour retrouver les noms, les dates et les lieux de vie de tous les acteurs. Dans sa présentation, elle remercie pour son aide précieuse et amicale Roland Terrier, luthier et historien de la lutherie. Elle a croisé ses données orales avec diverses sources écrites (notamment le Dictionnaire universel des luthiers de René Vannes, La lutherie lorraine et française d’Albert Jacquot, le Dictionnaire des luthiers d’H. Poidras) et avec la quantité de références fournies par divers sites dont ceux de Roland Terrier, luthier à Mirecourt, du Musée de Mirecourt et de plusieurs maisons de lutherie qui se sont intéressées à leurs fondateurs et auxquelles renvoient certaines notices . Les chiffres correspondent aux numéros d’enquêtes que vous pouvez interroger sur Ganoub, la base de données de la phonothèque.

Index des luthiers cités et évoqués dans les archives sonores Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine)

 

Apparut-Hilaire (atelier) (1925-1967) – Maison de lutherie à Mirecourt, créée par Georges Apparut qui reprit l’atelier de Victor Joseph Charotte (1859-1925) et s’associa plus tard avec son élève Paul Hilaire (1906-1967). Après le décès de ce dernier, l’atelier fut géré par le premier ouvrier, Jean Eulry, jusqu’à sa retraite.
3494

Aubert (atelier puis manufacture de chevalets, 1865-1984) – Maison fabriquant des chevalets fondée par Emile Aubert qui s’installe à Ambacourt en 1865. Son établissement, dont le développement se poursuivra avec ses descendants (maison Jeandel-Aubert), exportera des chevalets dans le monde entier. Voir Jeandel, Louis.
3496

Aubry, Joseph (1873 Domjulien – 1937 Le Havre)Luthier à Mirecourt, puis au Havre
3492

Audinot, Emile (1880 Mirecourt – 1941 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, a formé de nombreux apprentis.
3488

Bailly, Charles (1879 Mirecourt – 1957 Mirecourt)Luthier à Mirecourt. Il a travaillé chez Georges Lotte, Paul Mangenot puis Laberte (1906). Installé de 1909 à 1957 rue de colonel Mangin à Mirecourt.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/bailly_charles_1921.htm
3488, 3489, 3492

Bazin, Charles-Alfred (1907 Mirecourt – 1987 Epinal)Archetier à Mirecourt, successeur de son père Louis.
3490

Bazin, Charles-René (1906 Mirecourt – 1982 Munich)Luthier à Munich.
3490

Bazin, François-Xavier (1824 Mirecourt – 1865 Mirecourt)Archetier, fondateur de la maison Bazin à Mirecourt en 1840.
3490

Bazin, Gustave (1871 Mirecourt – 1920 Mirecourt)Luthier à Mirecourt. Formé chez Darte-Vuillaume, il travailla notamment à Paris chez Collin-Mézin Père avant de s’établir à son compte à Mirecourt. 
3490

Bazin, Louis (1881, Mirecourt – 1953, Mirecourt)Archetier, né et décédé à Mirecourt. Formé dans l’atelier paternel dont il prit la succession en 1915.
3490

Bisch, Paul (1893, Mirecourt -1967)Luthier, établi à Mirecourt et Paris, élève de L. Mougenot et de Caressa-Français.
3495

Bodart, Philippe (1945 Paris – 2007 Cucuron)Luthier, formé à Mittenwald en Allemagne puis à Mirecourt, successeur de Pierre Claudot à Marseille en 1973, avant de s’établir à Besançon en 1981.
Voir http://www.besac.com/actualite-besancon/lame_du_violon_-143.htm
3486

Boulanger, Pierre-Eugène (1864 Mirecourt – 1940 Mirecourt )Luthier à Mirecourt.
3491

Charotte (famille, fin XVIIIe-XXe s.)Famille de luthiers mirecurtiens dont certains descendants se sont établis à Angoulême et Nice.
Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/luthiers_de_mirecourt.htm
3493, 3496

Chevrier (famille, fin XVIIIe-XXe s.)Famille de luthiers mirecurtiens dont certains descendants se sont établis à Cherbourg, Beauvais, Chalon-sur-Saône, Paris (Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/genealogie_chevrier.htm).
3493, 3496

Claudot, Albert (1899 Mirecourt – 1980 Dijon) Luthier à Dijon, originaire de Mirecourt, fils du luthier Félix Claudot ; travailla dans l’atelier de son oncle François à Dijon avant de s’établir à son compte.
3483, 3485, 3488, 3489, 3491, 3492

Claudot, Félix (1871 Mirecourt – 1906 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, spécialiste de contrebasses ; élève de H.C. Sylvestre ; après avoir travaillé trois ans à Paris, puis chez Jacquet à Mirecourt, il s’installa à son compte vers 1899.
3483, 3485, 3486, 3493

Claudot, François, dit Le-Sourd (1865 Mirecourt – 1937 Mirecourt)Luthier du conservatoire à Dijon, élève de Darte et de Grandjon ; travailla chez Gand et Bernardel à Paris avant de d’établir en 1889 à Dijon.
3483, 3485, 3486, 3493

Claudot, Pierre, dit le Pézot (1906, Mirecourt-1996, La Bouilladisse)Luthier à Marseille, successeur de Denis Granier ; fils du luthier Félix Claudot ; élève de Camille Poirson et Marius Didier chez Thibouville à Mirecourt, puis d’Amédée Dieudonné, chez qui il travailla trois ans avant de partir à Marseille en 1928.
3487, 3488, 3489, 3490, 3491, 3492, 3493

Claudot, Pierre II (1942, Mirecourt-1985, Dijon) – Luthier à Dijon et violoncelliste, associé à son père Albert Claudot.
3492

Cognier, Jean-Philippe (né en 1955, Auxerre)Luthier établi en 1980 à Mirecourt en association avec Roland Terrier.
3191, 3490, 3492

Collin-Mezin (atelier Mirecourt/Paris, 1823-1960)Maison de lutherie créée à Mirecourt en 1823. Une succursale est installée à Paris en 1867. La maison Collin-Mezin a fermé ses portes en 1960.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/collin_mezin.htm
3488, 3492

Couesnon (fabrique) 1885-1967Fabrique de lutherie à Mirecourt qui faisait les instruments du quatuor et des guitares.
3191, 3487, 3488, 3489, 3494

Darche, Hilaire (1865, Bruxelles-1929, Ixelles) – Luthier à Bruxelles, d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt, associé pendant quelques années à son frère.
3483

Darte, Auguste (1829 Paris – 1892 Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Nicolas Vuillaume à Mirecourt et de Jean-Baptiste Vuillaume à Paris.
3487, 3489, 3496

Deblaye, Albert  (1874 Bouzemont-1929 Mirecourt)Luthier établi à Mirecourt, dont l’atelier comptait jusqu’à cinquante-quatre ouvriers en 1926.  Fondateur de l’entreprise Deblaye & Meunier, domicilée à Paris. Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/deblaye_albert.htm
3488

Dieudonné, Amédée (1890, Mirecourt -1960, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Gustave Bazin (1871-1920). Ouvrier de la maison Darche à Bruxelles, puis installé à son compte dans cette ville, il revint s’établir à Mirecourt en 1920. Il forma de nombreux apprentis et fournit des violons de qualité à beaucoup de luthiers établis à Paris ou en province.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/dieudonne_amedee.htm
3483, 3485, 3486, 3488, 3489, 3494, 3495, 3496

Enel, Charles (1880, Mirecourt – 1954, Saint-Brieuc)Luthier établi à Paris. Elève de Gustave Bazin, ouvrier chez Léon Mougenot puis dans diverses maisons (Paris, Genève, Lyon, Linz, Augsburg et Stuttgart), il installa son atelier à Paris à 29 ans et fit venir son neveu Pierre Enel en 1920 pour travailler avec lui, notamment à la restauration d’instruments anciens. Voir http://www.boyerlutherie.com/qui/charles_enel.htm
3489, 3493

Enel, Pierre (1903 Mirecourt – 1984 Mirecourt) Luthier établi à Mirecourt, spécialiste de la restauration des violons anciens. Elève de Léon Mougenot puis de son oncle, Charles Enel, pour qui il travailla à Paris. Après un passage à Lyon, il revint s’installer dans sa ville natale.
3489, 3492

Espinasse et Etienne (société)Société créée en 1911 : tourneurs sur bois et métaux, fondeurs en cuivre et bronze, fournissant des outils de lutherie au début du XXe siècle.
3488

Eulry, Charles ( ? – vers 1914) Luthier, tué à la guerre de 1914, qui travaillait dans la maison Bazin à Mirecourt. Père de Jean Eulry.
3494

Eulry, Jean (1907 Mirecourt – 1986 Rouen)Luthier qui fit la plupart de sa carrière chez A. Dieudonné de 1923 jusqu’à la fermeture de l’atelier en 1956, puis devint premier ouvrier chez Hilaire jusqu’à sa retraite en 1967.
3488, 3491, 3492

Gand et Bernardel Frères, puis Gand et Bernardel (atelier, 1866-1901)Atelier parisien créé en 1866 par l’association entre Charles Eugène Gand et les deux frères Bernardel, Gustave Adolphe et Ernest Auguste. Après le retrait de ce dernier en 1886, l’atelier est dirigé par Ch. E. Gand et G. A. Bernardel sous le nom de Gand et Bernardel.
3483

Gerome Famille (1892-1994)Atelier mirecurtien de fabrication d’instruments à cordes pincées (mandolines, guitares), fondé par Louis Gerome auquel succède en 1920 son fils René (1884-1968) qui, à partir des années 1930, travaille avec ses  quatre fils, André, René, Roger et Lucien, qui reprennent l’atelier en 1994 sous le nom Gerome Frères.
3488

Grandjon, Jules (1824, Mirecourt-nd) Luthier à Mirecourt, beau-frère et élève de L. Bernardel à Amsterdam.
3483

Granier et Barbet, puis Granier (atelier, 1877-1934, Marseille)Maison de cuivres et instruments à cordes, fondée par deux ouvriers-luthiers de l’atelier marseillais d’E. Daniel lorsque celui-ci cède son affaire à Guérin, son troisième ouvrier. Après le retrait de Barbet en 1910, Edmond Granier (1851, Le Puits Ste Répérade-1931) se recentre sur la lutherie, travaillant avec ses fils, André et Denis. En 1922, ces derniers prennent la suite de leur père, puis, à la mort d’André en 1924, Denis Granier continue seul jusqu’en 1934 où lui succède Pierre Claudot associé d’abord à André Granier II, neveu de Denis, puis propriétaire de l’atelier à partir de 1937.
3483, 3485, 3486, 3488

Granier, André I (1881, Marseille-1924, Marseille)Fils et élève d’Edmond Granier, luthier à Marseille, dont lui et son frère Denis prendront la succession en 1922. S’est formé à Mirecourt chez Brugère et Charles-Louis Bazin.
3488

Granier André II, dit Boubous (1912-1986, Marseille)Fils d’André Granier I (1881-1924), fit son apprentissage chez A. Dieudonné à Mirecourt, travailla dans l’atelier familial et s’associa entre 1934 et 1937 au luthier P. Claudot qui reprit ensuite la maison. Il dut changer métier suite à des problèmes de santé.
3488

Granier, Denis (1893-1966)  Fils d’Edmond Granier, luthier à Marseille, descendant de l’un des fondateurs de la maison Granier-Barbet en 1877. Formé par son père, puis à Mirecourt chez Laberte, et chez Charles Bazin pour l’archèterie.
3483, 3486

Guinot, Eugène, dit « Le Gégène » (1905, Mirecourt – 1991, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, a travaillé chez Bailly, puis chez Dieudonné de 1929 à 1950, et enfin pour diverses Maisons.
3492, 3495

Hilaire, Paul (1906, Rozerotte – 1967, Mirecourt )Luthier à Mirecourt, successeur de Georges Apparut
3492, 3494

Hill W. E. & Sons (atelier 1887-1992)Atelier de lutherie et archèterie installé à Londres, où travaillèrent plusieurs luthiers de Mirecourt, dont Léon Mougenot qui conserva des liens avec cette maison pour laquelle il fit de nombreux violons.
3487

Jaquet, Gabriel  (1870, Mirecourt -1945, Mirecourt), dit Jacquet-Gand, Luthier de Mirecourt réputé en particulier pour ses belles contrebasses.
Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/jacquet_genealogie.htm
3485

Jacquot, Albert (1853, Nancy – 1915, Nancy)Luthier à Nancy et historien de la musique, auteur de La Lutherie lorraine et française, paru en 1912, descendant d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt.
Voir  http://www.inha.fr/IMG/article_PDF/article_a2373.pdf
3487

Jacquot, Fernand (1884, Nancy – 1936, Nancy)Luthier de Nancy, descendant d’une famille de luthiers originaire de Mirecourt.
3487

Jacquot, Pierre-Charles (1828, Nancy – 1900, Nancy)Luthier originaire de Nancy.
3487

Jeandel, Louis (1895, Mirecourt – 1984, Ambacourt)Fabricant de chevalets à Mirecourt, héritier de la marque Aubert, fondée par son grand-père maternel, Emile Aubert.
Voir http://www.savarez.fr/flash_aubert/histoire_lutherie.swf

3485, 3492, 3493

Laberte, Auguste (1849-1929)Luthier et fondateur de la manufacture Laberte.
Voir généalogie in http://www.luthiers-mirecourt.com/laberte_genealogie.htm
3488, 3491, 3493

Laberte, Marc (1880, Mirecourt – 1963, Mirecourt) – Luthier ayant succédé à son père Auguste Laberte à la tête de la manufacture Laberte.
3491

Laberte, Philippe (1906, Mirecourt-1969, Mirecourt)Luthier, gérant de la fabrique Laberte.
3491

Laberte (manufacture, 1876-1972) qui porte le nom de Laberte-Humbert Frères, puis Laberte & Magnié – Maison qui fait remonter son activité initiale à 1775 (sans précision de lieu).  En 1876, la société Laberte Frères est créée à Mirecourt par Auguste et Maurice Emile Laberte, négociants et fabricants d’instruments. La Maison prendra les noms de Laberte-Humbert Frères, puis Laberte-Humbert-Frères & Fourier Magnié (1914), enfin Laberte & Magnié (1919). La transformation de l’atelier en fabrique serait l’oeuvre d’Auguste Laberte (1849-1929), auquel succède son fils Marc (1880-1963). Après le décès de Philippe Laberte (1906-1969), fils de Marc, la Maison est définitivement fermée en 1972 par la descendante de la lignée, Cécile Laberte (1905 Mirecourt – 1999 Mirecourt).

Voir Fonds d’Archives Laberte et Magnié : http://www.vosges-archives.com/fichiers/privees/inv16J.pdf

3487, 3488, 3489, 3490, 3491, 3492, 3493, 3494

La Fille ou Lafille (XVIIIe siècle)Célèbre sculpteur de têtes de violon, vivant au XVIIIe siècle à Paris.
3483

Lapierre, Marcel (1907 Mirecourt – 1979 Mirecourt) – Archetier qui après avoir travaillé pour divers ateliers d’archèterie (François Lotte, Louis Bazin, Louis Morizot), partit à Genève dans la maison Pierre Vidoudez, pour ensuite s’établir à son compte à Mirecourt en 1948.
Voir :
– Vatelot, Etienne (1976). Les Archet Français, Sernor, M. Dufour ;
– Raffin, Jean-Francois & Millant, Bernard (2000). L’Archet, Paris, L’Archet Éditions ;
– http://atelier-raffin.blogspot.fr/2012/08/un-archet-un-auteur-marcel-charles.html
3490

Lotte, François (1889, Mirecourt – 1970, Mirecourt)Archetier de Mirecourt.
3490

Magnié, Fourrier (1868,  Mirecourt – 1946, Mirecourt) S’est associé en 1915 à la famille Laberte pour créer l’entreprise Laberte-Humbert Frères et Fourier Magnié Réunis
3489, 3491

Mamlok, Michel (1871, Plock en Pologne – après 1946)Luthier qui s’installe à Mirecourt pour créer une manufacture d’instruments de musique en 1924 et y reste au moins jusqu’en 1934. Voir http://www.luthiers-mirecourt.com/mamlock_michel.htm
3489, 3491

Mangenot, Paul (1862 Mirecourt – 1941 Mirecourt), dit « Le Zon »Luthier de Mirecourt, élève de Paul Bailly. Après avoir travaillé à Lille, Paris, Lyon et Genève, il prend la succession de Justin Derazey à Mirecourt et s’installe en 1890 sous l’enseigne « A la ville de Crémone ». Il vend son propre nom à la fabrique Laberte. Il a formé de nombreux apprentis. Référence : http://www.luthiers-mirecourt.com/mangenot1.htm
3488

Maucotel, Eugène (1893, Mirecourt – 1947, Mirecourt)Luthier de Mirecourt ; premier ouvrier de l’atelier Dieudonné de 1927 à 1932 ; travaille ensuite à la manufacture Laberte avant de s’installer à son compte.
3483, 3491

Millant, Bernard (né en 1929, Paris)Luthier et archetier, fils de Max Millant, établi à Paris en 1950. Co-auteur notamment de l’ouvrage L’Archet – Les archetiers français 1750 -1950
3487, 3488

Millant, Max (1903, Paris – 2005, Cannes)Luthier établi à Paris. Elève de son grand-père Sébastien Auguste Deroux (Mirecourt, 1848-1919) et de Léon Mougenot à Mirecourt.Travailla quelques années à Londres chez Harry Dykes. Associé à son frère Roger depuis 1923, il publia avec lui en 1952 le « Manuel pratique de lutherie ».
Voir http://home.pi.be/~tor-4879/millant.htm
3487, 3491

Morizot, Louis (1874, Darney – 1957, Mirecourt) – i>Archetier à Mirecourt, apprenti chez Cuniot puis chez Charles Nicolas Bazin. Il s’établit vers 1919 et travaille pour de nombreux luthiers. Vers 1933, il s’associe avec ses  cinq fils archetiers.
Voir : http://www.musee-lutherie-mirecourt.fr/index.php?rub=autour_de_la_lutherie&idmenu=3&idpage=33
3488, 3489

Morizot, René (1917, Mirecourt – 2001, Vittel)Luthier à Mirecourt
3488, 3495

Morizot, Yves (né en1937, Mirecourt)Luthier qui, après son apprentissage chez son oncle, René Morizot, se réorienta à cause de la crise des années 1950.
3489

Mougenot, Léon (1874, Mirecourt – 1954, Mirecourt), dit « Le Quinze Grammes »Luthier qui après avoir travaillé à Lyon, Paris et Londres, revint s’établir en 1899 à Mirecourt. Il forma de nombreux apprentis français et étrangers.
Voir : http://www.luthiers-mirecourt.com/mougenot.htm
3487, 3489, 3491, 3493, 3495

Ouchard, Emile Auguste (1900, Mirecourt – 1969, Gan)Archetier qui exerça à Mirecourt dans l’atelier paternel, puis à Paris et aux Etats-Unis (New York et Batavia) avant de se réinstaller en France à Gan dans les Basses Pyrénées en 1964.
3490

Pagès, Jean-Jacques  (né en 1947, Paris)– Luthier établi à Mirecourt
3191, 3492

Poirson Camille (1891, Mirecourt – 1979, Mirecourt) – Luthier de Mirecourt, fils de Poirson dit « Le roi de Rome » ; a formé de nombreux apprentis chez Thibouville dans l’atelier de lutherie d’art (aux côtés de Marius Didier  [1873-1958] et de Marcel Voiry).
3491

Poirson Jules, dit « Le roi de Rome » – Luthier de Mirecourt
3491

Quenoil, René (1921, Mirecourt – vivant)Luthier à Paris ; formé par son père, Victor Quenoil établi à Massy, et par Amédée Dieudonné à Mirecourt.
3488

Sakellaridès, AndréLuthier autodidacte établi à Marseille en 1970.
3486

Schmitt, Jean-Frédéric (1937, La Tronche – 2012, Lyon)Luthier établi à Lyon en 1967, formé à Mittenwald en Allemagne, qui a travaillé à Copenhague, à Paris chez Vatelot et au Japon, avant de s’établir à son compte.
3491

Serdet, Paul-Henri (1905-1983)Luthier à Mirecourt (1905 Mirecourt – 1983 Mirecourt), (généalogie des luthiers de la famille Serdet sur http://www.luthiers-mirecourt.com/serdet_genealogie.htm)
3492

SofraluthSociété Française de Lutherie à Mirecourt.
3492, 3495

Somny, Victor-Emile (1875 Mirecourt-sd)  Luthier de Mirecourt qui, avec ses frères également luthiers, a travaillé notamment chez Magnié puis à la manufacture Laberte & Magnié.
3491

Terrier, Roland (né en 1956, Bourg-en-Bresse)Luthier établi en 1980 à Mirecourt en association avec Jean-Philippe Cognier.
3490, 3492

Thibouville, Jérôme (1833, Mouette – 1902 Paris)Héritier d’industriels fabriquant des instruments à vent dans l’Eure, il épouse en 1861 la nièce de Lamy, luthier à Mirecourt et devient son associé, créant la fabrique Thibouville-Lamy.
3483, 3486, 3487

Thibouville-Lamy (manufacture, 1857-1968)A la fin du 19e siècle, la fabrique Thibouville-Lamy comprend quatre usines dans les Vosges : à La-Couture pour les instruments à vent en bois, à Grenelle pour les cuivres et les cordes harmoniques, à Mirecourt pour les instruments à cordes et à Poussay pour les accessoires et le débit.
3483, 3484, 3486, 3487, 3488, 3491, 3492, 3493

Thomassin, Joseph (1866, Mirecourt – 1946 ,Mattaincourt)Archetier de la maison Bazin à Mirecourt.
3490

Thomassin, Marcel (1891, Mirecourt-1976, Mirecourt)Luthier à Mirecourt, élève de Gustave Bazin, premier ouvrier dans l’atelier Dieudonné.
3483

Tourte, François, dit Tourte Le Jeune (vers 1747-1835)
3496

Vatelot, Etienne (né en 1925 à Provin)Luthier établi à Paris,  élève de son père, Marcel Vatelot, ainsi que d’Amédée Dieudonné à Mirecourt et de Victor Quenoil à Massy Palaiseau. Prend la succession de son père en 1959. Il contribua à la création de l’Ecole de lutherie française à Mirecourt.
Voir http://www.vatelot-rampal.com/imgbd/File/Biographie_etienne_vatelot.pdf
3483, 3488

Vigneron, Louis, dit le Zico (1887, Mirecourt – 1971, Mirecourt)Vernisseur de violons à Mirecourt.
3489, 3495

Villaume, Gustave (1899, Mirecourt – 1983, Mirecourt)Luthier établi à Nancy, formé par Léon Mougenot, a travaillé à Mirecourt puis chez Fernand Jacquot à Nancy, avant de s’établir à son compte en 1924 quand cette maison fit faillite.
3489

Villaume, Jean-Baptiste (1905 Mirecourt –1989 Mirecourt), dit le JeanjinotLuthier à Mirecourt, apprenti chez Léon Mougenot ; en 1924 il intègre la manufacture Mamlok où il gagne davantage mais pour un travail qui ne lui plait pas (violons moulés) ; il travaille ensuite pour son frère Gustave installé à Nancy.
3487

Vuillaume, Jean-Baptiste (1798, Mirecourt – 1875, Paris)Célèbre luthier du XIXe siècle établi à Paris ; il travailla dans l’atelier de F. Chanot puis s’établit à son compte en 1827. Voir Roger Millant, Jean-Baptiste Vuillaume, sa vie, son œuvre ( W.E. Hill & Sons, London, 1972) ; Sylvette Millot, L’histoire de la lutherie parisienne du 18e siècle à 1960, Tome 3 (2 volumes) : Jean-Baptiste Vuillaume et sa famille ». (Editions Les Amis de la Musique, Spa, Belgique, 2006).
3487, 3489

Vuillaume, Nicolas (1800, Mirecourt – 1872, Mirecourt) Luthier à Mirecourt, travailla d’abord chez son frère Jean-Baptiste Vuillaume à Paris de 1832 à 1842 puis, de retour à Mirecourt, continua à fabriquer pour ce dernier. Il eût pour 1er ouvrier  le luthier  Darte qui prit sa succession.
3487, 3489

 

Crédits photographiques : carte postale sur les activités de la lutherie à Mirecourt, 1920, collection privée famille Morizot.

A propos de l’indexation de corpus sonore en langue rare

Si le métier de phonothécaire est parfois méconnu, le rôle que joue ce spécialiste au sein de la communauté des professionnels de l’information et de la documentation, n’en est pas moins primordial : à une époque où les NTIC révolutionnent littéralement le travail des documentalistes, les archives sonores, jusque là peu valorisées, prennent tout leur sens dans un tel contexte de développement et de mutualisation des informations.

C’est dans cet état d’esprit que j’ai décidé d’effectuer mon stage de Licence Professionnelle Information et Documentation [PDF] au sein de la phonothèque de la MMSH d’Aix en Provence. En effet, bien que les missions confiées au phonothécaire soient communes à tous les documentalistes, la spécialisation dans le domaine de l’audiovisuel constitue à mon sens, un enjeu de taille compte tenu de l’évolution rapide et constante du métier.

Le documentaliste audiovisuel [PDF] et notamment le phonothécaire, doit aujourd’hui être capable de gérer le passage d’un fonds manuel en fonds numérique, et c’est bien là que se situe son défi. La gestion de projet, qui suppose l’investissement croissant dans la production et le travail éditorial, la responsabilité de la diffusion en ligne et la gestion des droits, constitue l’essence même du métier.

C’est pourquoi le projet de stage que m’a proposé Véronique Ginouves m’a séduite : le fonds sonore en juba-arabic sur lequel je travaille actuellement, m’a ainsi permis d’appréhender efficacement les enjeux du métier. La démarche de réflexion qu’exige un tel travail s’articule autour de quatre axes principaux :

  • Travail d’inventaire des documents
  • Numérisation et archivage
  • Analyse documentaire
  • Valorisation du corpus (édition de catalogue et mise en ligne)

Plus concrètement, le projet de traitement et de valorisation du fonds sonore de Catherine Miller repose sur le dépôt à la phonothèque de ses enregistrements audio réalisés au cours de ses recherches en ethnolinguistique. Catherine Miller a enregistré sur deux années (1981 et 1984) cinquante-sept enquêtes au Sud Soudan. Dans cette région charnière entre le monde arabo-musulman et le monde africain, s’est développée à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, une variété d’arabe véhiculaire appelée juba-arabic. Ce phénomène, qui s’est répandu tout au long du 20ème siècle, a été particulièrement observé à Juba où ont été réalisées la plupart des enquêtes. A partir de ces matériaux, Catherine Miller a étudié l’expansion du juba arabic au détriment des langues vernaculaires du Sud Soudan et le lien avec la situation économique, culturelle, politique du pays à ce moment là.

Évidemment, travailler sur un corpus sonore dont on ne connaît pas la langue rajoute encore à la difficulté de traiter le fonds. Il s’agit donc d’entretenir avec le déposant des échanges réguliers au sujet de l’avancement du travail. Au départ, mon choix s’est porté sur le corpus de Catherine Miller car mon goût pour les langues étrangères rares et l’ethnologie m’y ont poussé. Et il convient de souligner que le corpus en question était non seulement numérisé mais aussi très bien documenté.

Pourtant, même avec des fonds numérisés au préalable, le traitement documentaire reste délicat. Car qui dit documentation dit interprétation, et rien n’est plus difficile qu’interpréter une langue inconnue. Il faut dès lors se concentrer sur le contenu en faisant sans cesse des liens entre les informations léguées par le chercheur et les informations récoltées au cours de l’analyse du fonds sonore (environnement sonore, intonations des voix, hésitations, silences, rires…)

Et bien que je ne parle pas le juba-arabic, je constate cependant avec satisfaction qu’au fur et mesure de la progression de mon traitement, j’acquiers des réflexes utiles et des connaissances précieuses en matière de documentation (méthode et organisation dans le travail, méthode d’archivage, utilisation de logiciel de SGBD, thésaurus).

Vive la phonothèque!

Aline Dang Van Sung

Crédits photographiques :

Fritzi Scheff demonstrating Magnavox for for Fith Liberty Loan in New York City, 1895. Photographie imprimée en noir et blanc. Gabriel Moulin, San Francisco, USA. Powerhouse Museum Collection. Permalien: http://www.powerhousemuseum.com/collection/database/?irn=322920 . Pas de restriction de diffusion connue.

Soudanais de la tribu Gâlièh [1860-1920], photographie de 25 x 20,5 cm. Source Photographs and prints of Egypt and Syria. Stephen A. Schwarzman Building / Photography Collection, Miriam and Ira D. Wallach Division of Art, Prints and Photographs. Permalien: http://digitalgallery.nypl.org/nypldigital/id?88421. Pas de restriction de diffusion connue.