Archives par mot-clé : IOHA

Histoire orale et « passés sans traces écrites »

Les 16 et 18 mars 2016 se tenait à l’Institut historique allemand (Paris) une conférence sur le thème Les passés sans traces écrites,  sous la direction de Lisa Regazzoni (Goethe-Universität, Frankfurt am Main). La problématique centrale de la conférence était de comprendre comment les savants, les historiens et les chercheurs des sciences historiques – de l’époque moderne à nos jours – ont abordé les « passés sans traces écrites ». L’objectif était de s’intéresser à la façon dont sont appréhendés ces passés et comment sont reconstruits encore aujourd’hui. Par concept « passés sans traces écrites » les organisateurs de cette conférence désignaient à la fois des évènements, des cultures ou encore des acteurs n’ayant laissé aucun témoignage écrit, voir pour lesquels aucun document écrit n’a été transmis ou conservé et appliquaient ce concept également à l’histoire de l’humanité avant l’apparition de l’écriture ainsi qu’à des groupes spécifiques de personnes qui n’ont, volontairement ou involontairement, laissé aucune trace écrite concernant leur culture actuelle et passée. Florence Descamps (EPHE) y était invitée  à présider une séance le 17 mars 2016 sous les auspices de l’histoire orale. Son intervention publiée ici a conservé ses caractéristiques orales.

L’histoire orale et les « passés sans traces écrites »
Quatre paradigmes,
quatre postures de l’histoire orale, hier et aujourd’hui
Colloque « Les passés sans traces écrites »

Introduction

Alors que la science historique a pendant près d’un siècle affirmé et imposé le primat de l’écrit et du document d’archive primaire pour établir la connaissance du passé, il nous semble qu’on peut considérer l’histoire orale, inventée dans les années 1960 et 1970, comme une tentative pour l’histoire en tant que discipline de prendre en charge les « passés sans traces écrites ». Il s’agirait alors autant d’une forme d’expansion de l’histoire vers des territoires et des objets de recherche qu’elle avait jusque-là laissés aux autres sciences sociales que de l’appropriation ou de l’apprivoisement de nouveaux outils d’investigation et de connaissance venus de ces mêmes sciences sociales.

Mais de quelles sortes de « passés sans traces écrites » s’agit-il ? Comment l’histoire orale les désigne-t-elle et se les approprie-t-elle ? Et ce faisant, comment recompose-t-elle la matrice méthodologique et épistémologique de l’histoire, notamment la relation concurrentielle et toujours sous tension des sources orales et des sources écrites ?

Il me semble que si l’on regarde l’histoire de l’histoire orale, on peut distinguer quatre démarches, qui sont apparues de façon bien distincte, mais qui aujourd’hui dans la pratique des enquêtes orales de terrain se mêlent le plus souvent. Quatre démarches dans lesquelles l’histoire orale, de façon intriquée, définit et qualifie les « passés sans traces écrites » auxquels elle veut accéder ainsi que son rapport aux sources tant orales qu’écrites. Quatre paradigmes qui sont autant de postures possibles pour l’histoire orale et dans lesquelles nous pouvons nous reconnaitre aujourd’hui:

I Premier paradigme : le paradigme militant ou la source orale contre la source écrite.

Ce premier paradigme a donné son identité historique à l’histoire orale telle qu’elle a été inventée et théorisée dans les années 1970. En effet, à compter de la fin du XIXème siècle et de l’installation des bases de l’école historique positiviste et méthodique française, la source orale a été saisie dans un rapport négatif et dissymétrique qui la désigne comme une ressource réservée aux peuples sans écriture, aux sociétés de culture orale, dont l’étude sont dès lors laissées à l’ethnologie, l’anthropologie et l’ethnographie, tandis que les sociétés de l’écrit se voyaient dotées de l’histoire, science des écritures et mémoire nationale institutionnalisée. Cette présentation fondée sur le couple antithétique écriture/oralité est largement une construction polémique, réalisée par les historiens oraux qui dans les années 1960 et 1970 ont voulu construire une autre histoire, une histoire alternative, mais alternative à quoi ? A l’histoire dominante, c’est à dire celle des dominants.

En effet, en Europe, à partir des années 1970, se développe une réflexion historiographique offensive, revendicatrice et militante autour de la source orale : les historiens oraux préconisent le recours aux interviews pour faire l’histoire de populations ou de groupes sociaux qu’ils désignent comme les « anonymes », les « invisibles », ou encore les « oubliés » de l’histoire. Pourquoi sont-ils des « oubliés de l’histoire » ? Pour trois raisons principales, nous disent les historiens oraux :

1) parce qu’ils ne savent ni lire ni écrire et qu’ils ne produisent donc pas d’écrits ; les analphabètes par exemple ;

2) parce qu’ils n’ont pas été objets d’écrits et qu’ils n’ont pas laissé de traces dans les archives;

3) et surtout parce que l’histoire telle qu’elle s’écrit à l’époque, – d’est à dire, l’histoire comme production d’un discours sur le passé – les ignore ou les exclut délibérément de ce récit national.

Ces affirmations sont nourries de l’idée que l’histoire en tant que récit sur le passé est aux mains des institutions et des classes dominantes et que les sources écrites, miroir et fruit de cette domination, passent sous silence l’existence de ces groupes sociaux, leur déniant tout rôle historique et tout intérêt historique. Dans cette perspective, l’histoire orale, en donnant la parole aux « sans voix », créée la possibilité d’une histoire autre tout en se faisant l’antichambre ou le support d’un projet politique et social de conscientisation et d’émancipation sociale et politique.

Des travaux comme ceux de Mercedes Vilanova sur les analphabètes catalans de la République espagnole se situent dans cette ambition ; on trouverait la même inspiration dans l’histoire orale de la classe ouvrière ou paysanne italienne (Giovanni Contini, Alessandro Portelli, Luisa Passerini), dans l’histoire orale américaine (Stud Terkel, Louis Starr)…En France, c’est plutôt l’histoire des femmes des années 1970 qui recueille ce type de problématique (Michèle Perrot, Françoise CribierYvonne Kniebiehler etc.) : les femmes sont absentes des sources écrites, donc il faut leur rendre leur existence historique par la source orale.

En réalité, je ne pense pas qu’il existait en France au XXème siècle, même dans sa première moitié chronologique, des groupes sociaux qui n’aient pas laissé de traces écrites, il suffit de penser aux archives policières, aux archives judiciaires, aux archives militaires, aux archives de l’éducation ou de la bienfaisance sociale ou plus simplement encore à la presse locale. Mais en réalité ce n’est pas tant l’existence ou non de sources écrites qui a conditionné le déploiement de cette histoire orale militante que l’idée que les historiens oraux se faisaient des archives : selon eux, quand bien même elles auraient existé, ces sources écrites n’étaient ni justes ni ajustées à l’objet étudié, elles reflétaient le point de vue des institutions, une histoire vue d’en haut, elles ne permettaient pas de saisir la réalité historique des groupes sociaux d’en-bas.

Dans ce cas, on ne peut donc pas parler de « passés sans traces écrites », mais plutôt de passé déformé par les traces écrites. En ce sens, la source orale ici s’inscrit en contre-point à la source écrite, voire contre la source écrite…

L’histoire orale américaine, canadienne, l’histoire orale en Amérique latine, celle qui est portée par l’association internationale d’histoire orale a conservé cette « option préférentielle » pour les pauvres, pour les anonymes, les humbles, les petits, les dominés. Les pays concernés par cette histoire orale se sont multipliés avec la montée des pays émergents, mais les populations interrogées et étudiées restent en grande partie les mêmes : toujours des paysans et des ouvriers analphabètes, toujours des sans-papiers, des migrants, des émigrés, des réfugiés et des exilés ; sans doute moins de résistants de la Seconde Guerre Mondiale, mais toujours des résistants, des militants anti-dictatures ou des membres des mouvements révolutionnaires, alternatifs ou dissidents1. A cet égard, actuellement en France, un des courants les plus dynamiques de l’histoire orale est celle de l’histoire orale de l’immigration, qui croise histoire urbaine, histoire de l’industrie et de la désindustrialisation, histoire du travail et de l’émancipation sociale, culturelle ou politique. Une histoire orale qui s’efforce également d’intégrer l’objet dans ses études, ce qui nous ramène à l’idée que pour saisir « les passés sans traces écrites », il faut non seulement recueillir la parole individuelle mais aussi les gestes et les objets, c’est à dire convoquer l’image, qu’elle soit fixe ou animée2.

Dans l’arborescence de cet axe de travail de l’histoire orale sur les « sans voix » et les « sans papiers », il faut faire une place à part aux « victimes » des grands traumatismes du XXème siècle, qui ont pris une place dominante dans l’histoire orale française à partir des années 1990 : au premier rang, les déportés, les survivants de la Shoah, les prisonniers des camps de travail ou des camps de détention politique, les victimes des guerres coloniales, civiles ou internationales…Dans ce programme, les témoignages individuels non seulement libèrent une parole opprimée, empêchée, clandestine ou rendue inaudible, mais révèlent ce que les archives institutionnelles écrites ne disent pas, taisent ou cachent volontairement. Le répertoire militant de l’histoire orale se loge aussi dans cette critique de la source écrite perçue comme trompeuse ou opacifiante.

II Le paradigme documentaire ou la source orale à la place de la source écrite.

Ce deuxième paradigme est plus modeste dans ses ambitions que le précédent, moins spectaculaire, moins bruyant, mais il a été très fécond et le reste aujourd’hui. A sa racine, on trouve l’affirmation ou le constat (exact ou erroné, peu importe) d’un passé dépourvu de traces écrites et la volonté pragmatique de pallier cette absence des sources écrites et plus particulièrement des archives, en contournant l’obstacle par la création d’autres sources d’informations, par la méthode des histoires de vie ou des récits de vie par exemple. On trouve cette volonté tant lors de la naissance de l’histoire orale vue d’en bas aux Etats-Unis grâce aux sociologues de l’université de Chicago William Thomas et Florian Znaniecki3 que pour l’histoire orale vue d’en-haut née après 1945 grâce à l’action d’Allan Nevins journaliste et historien, biographe et fondateur du département d’histoire orale de l’université de Columbia, qui constata en son temps la pauvreté des archives américaines sur le président Cleveland auquel il voulait consacrer une biographie et qui décida en conséquence de recourir aux témoignages oraux.

La source orale est ici une source-prothèse, une source palliative, fabriquée à l’échelle quasi-industrielle, corpus par corpus, thématique par thématique, groupe social par groupe social, un ersatz, destinée à suppléer au manque de sources écrites et très paradoxalement à créer de la source écrite, puisqu’à l’origine les interviews orales étaient transcrites et les bandes effacées pour pouvoir resservir. Comme si l’histoire ne pouvait s’écrire qu’avec des sources écrites, quitte à les produire par le subterfuge de l’oralité. Aujourd’hui ces corpus de témoignages oraux archivés et conservés sont tout autant des gisements de ressources documentaires que des corpus patrimoniaux, conservatoires de la mémoire d’un événement à un instant T et témoins-miroirs de la préoccupation mémorielle des contemporains.

Cette inspiration documentaire et palliative, c’est la motivation d’origine du département d’histoire orale de Columbia, c’est aussi en France la motivation du Comité d’histoire de la SGM en 1945-19504, du ministère de La Défense, du ministère des Affaires étrangères, de très nombreux comités d’histoire ministériels, d’entreprises et d’associations d’histoire d’entreprise ou de façon générale des institutions patrimoniales. Il s’agit de documenter les événements du passé pour lesquels les sources écrites n’existent pas ou plus, soit parce qu’elles ont été détruites, soit parce qu’elles sont inaccessibles ou lacunaires. Ce fut et c’est encore la grande motivation de nombreux chercheurs en histoire contemporaine : combler les trous et les interstices des archives ou contourner les délais de réserve qui empêchent la libre communication des archives.

Aujourd’hui, l’emprise bureaucratique de l’Etat a beaucoup augmenté, le filet des archives administratives s’étend désormais très largement jusqu’à la vie privée, et surtout les individus laissent désormais un nombre de traces écrites innombrables dans leur vie quotidienne. Existe-t-il encore dans nos pays occidentaux des « passés sans traces écrites » ? En conséquence, devant les masses d’archives et de sources imprimées, audiovisuelles et photographiques à disposition de l’histoire contemporaine, on pourrait imaginer que la motivation documentaire se soit atténuée ces dernières années, mais elle pourrait bien renaître du fait de la croissance des communications et des transmissions numériques, traces immatérielles, fragiles, éphémères et effaçables d’un seul clic…Car à l’heure du SMS, comment restituer les atermoiements et les émotions du processus décisionnel, en l’absence des petits mots manuscrits en marge d’un document d’archive ?

Mais surtout cette motivation documentaire, elle a été relayée et déployée par un troisième paradigme que j’appellerais le paradigme patrimonial ou mémoriel.

III Le paradigme patrimonial et mémoriel ou la source orale sans la source écrite

Le paradigme patrimonial et mémoriel se greffe sur le paradigme documentaire, mais il peut tout aussi bien avoir des racines dans le premier paradigme militant. Ce courant de l’histoire orale établit la source orale comme le moyen de construire des « monuments à la mémoire de », des monuments commémoratifs qui viennent fixer le souvenir d’un événement du passé, d’un groupe social, d’une personnalité individuelle, d’une institution, d’une technique ou d’une activité, et qui visent à en perpétuer la trace chez les générations futures en l’organisant (accessibilité, diffusion, documentation, esthétisation). C’est sans doute celui qui trouve aujourd’hui sa plus grande diffusion dans l’espace social, car il est à la fois porté par le mouvement de patrimonialisation qui a saisi la société française (patrimoine rural ou urbain, patrimoine industriel, patrimoine paysager etc.) et par les problématiques de mémoire nationale ou collective qui clivent cette même société (l’Occupation, Vichy, la guerre d’Algérie, la décolonisation, l’immigration etc.).

On trouvera ce répertoire dans les musées (musées d’histoire, musées ethnographiques, écomusées, mais aussi musées scientifiques ou techniques), dans les mémoriaux de la Seconde Guerre Mondiale, dans les institutions (publiques ou privées), dans les collectivités locales et dans tous les organismes à mission conservatoire (les Parcs naturels régionaux par exemple) et maintenant, sur les portails ou les plateformes internet qui commencent à se multiplier sous des termes divers comme « mémoire orale de » ou « paroles de ». Ce paradigme patrimonial et mémoriel de l’histoire orale se déploie dans des institutions nationales (le Mémorial de la Shoah par exemple) ou, au contraire, met en avant une forte identité territoriale (musée de pays, PNR) ; il mobilise la double charge émotionnelle de l’oralité et de la mémoire et en définitive, n’a pas besoin de la source écrite, il s’en passe même fort bien. En revanche, il affectionne l’objet, notamment dans le cadre des médiations culturelles, muséographiques ou scénographiques (cf. les biographies d’objets).

IV Le paradigme scientifique ou la source orale en interaction avec la source écrite.

Le quatrième et dernier paradigme est le paradigme scientifique est assez logiquement celui des chercheurs en sciences humaines et sociales, des laboratoires de recherche ou des universités.  Il consiste à dire :

1° que l’histoire orale ne dit pas l’histoire, mais produit pour l’histoire et à destination des historiens des matériaux, des documents à analyser, à critiquer et à interpréter , à l’instar des autres sources (opéré en France par Dominique Schnapper avec les archives orales de la Sécurité sociale en 1975-1980) ;

2° que l’histoire orale, ce n’est pas la source orale à la place de la source écrite ou la source orale contre la source écrite, mais l’intrication des sources orales et des sources écrites, en interrelation, en interaction, en convergence (ou en divergence) les unes avec les autres.

3° que ces matériaux peuvent en effet être construits et érigés en sources, mais selon des questionnements et des modes de validation appropriés et que c’est à l’historien ou au chercheur de trouver le moyen de faire « parler » ces documents, y compris « malgré eux »et « par-delà l’erreur et le mensonge » pour reprendre les mots de Marc Bloch dans l’Apologie pour l’histoire ou le métier de l’historien.

Ce paradigme suppose en réalité une réflexion spécifique sur les apports cognitifs comparés de chaque source et sur leur fécondité respective : sources archivistiques primaires, sources imprimées, sources audiovisuelles, sources de presse, sources iconographiques, sources secondaires manuscrites ou témoignages oraux rétrospectifs, sources littéraires etc…. De fait on sait mieux aujourd’hui, après quarante ans d’histoire orale, pour quels types de sujets la parole des acteurs est la plus féconde ou la plus efficace: les biographies individuelles et les biographies collectives, la prosopographie des carrières ; l’invisible quotidien et ses « petits faits vrais » ; les conflits, les crises, les traumatismes et les violences ; le fonctionnement concret des systèmes de pouvoir, et plus encore les traces persistantes du vécu et du ressenti, des émotions, des sentiments, des valeurs et des croyances, bref tout ce qui relève des représentations des acteurs, à la fois voilées et épaissies du travail de la mémoire et du temps présent. Dans ce cas de figure, l’histoire orale ne se soucie plus de savoir si elle vient en rejet ou en remplacement de la source écrite, mais elle se conçoit avant tout comme le vecteur premier de l’expression de la subjectivité individuelle, d’un point de vue sur soi, sur les autres et sur le monde.

Pour conclure, je terminerai de façon plus personnelle en disant qu’il me semble que tout historien qui a recours à la parole des acteurs pour ses recherches manie peu ou prou les quatre démarches, selon des degrés qui lui sont propres : donner de l’existence et de l’épaisseur historique à des catégories d’acteurs méconnus, oubliés ou anonymes ; créer des matériaux documentaires nouveaux et complémentaires pour appréhender un passé qui lui semble incompréhensible faute de sources ou d’informations ; faire mémoire d’un monde plus ou moins révolu ; accéder à la subjectivité des individus…

Crédits photographiques de l’image à la une : Martin-Pena Area of Puerto Rico, 04/1972 par Ken Heyman, Archives nationales des Etats-Unis, pas de restrictions de droits connues.

  1. Cf. la BDIC qui en termes de collecte de témoignages oraux est passée chronologiquement de l’interview des résistants FTP-MOI aux militants FLN et aux algériens des cités bidonvilles de Nanterre et organise aujourd’hui une enquête sur les exilés chiliens… []
  2. Cf. la Cité pour la mémoire et l’histoire de l’immigration et tous les groupes de travail, toutes les associations qui multiplient la collecte de corpus, la création de portails de ressources en ligne et les collectes d’objets []
  3. Cf. Le Paysan Polonais 1918-1920 qui met en pratique la méthode des récits de vie []
  4. collecte de témoignages auprès des prisonniers, sur la Résistance, la déportation, les bombardements des villes et des civils []

Florence Descamps

Maître de conférence en histoire contemporaine à l'École Pratique des Hautes Études Lire en ligne : L'historien, l'archiviste et le magnétophone, (2005).

More Posts

Journée mondiale du patrimoine audiovisuel : hommage aux Abuelas de Plaza de Mayo

Madres_y_Abuelas

Depuis 2005, le 27 octobre est devenu la journée mondiale du patrimoine audiovisuel, en commémoration de l’adoption, en 1980 par la 21e Conférence générale de l’UNESCO, de la Recommandations pour la sauvegarde et la préservation du patrimoine audiovisuel. Cette journée donne l’occasion d’attirer l’attention du public, dans le monde entier, sur la nécessité de prendre des mesures urgentes et de reconnaître l’importance des documents audiovisuels.

Le thème pour 2014 est Archives en danger : il reste encore beaucoup à faire. Pour apporter sa petite pierre, la phonothèque voudrait rendre hommage aujourd’hui aux grands-mères (abuelas) de la place de Mai (Plaza de Mayo) qui en Argentine se battent pour retrouver les enfants volés par la dictature militaire entre 1976 et 1983.

Lors de la 13ème conférence internationale d’histoire orale qui a eu lieu à Rome en 2004 du 23 au 26 juin, j’ai eu la chance d’entendre en clôture des journées Estella de Carlotto. Cette dame, de 75 ans, nous a raconté la disparition de sa fille, l’existence d’un bébé disparu né sur son lieu de détention, la création de l’association des grands-mères de la place de Mai et son combat pour retrouver son petit fils ou sa petite fille. Les enfants de desaparecidos ont été évalués à environ 500, à l’époque de la conférence d’Estella de Carlotto soixante dix seulement étaient retrouvés. Elle a fait le récit du combat des grands-mères et de la méthode mise en place pour faciliter les recherches. Les grands-mères ont créé une base de données, appelée « El tesoro ». A chaque famille de disparu correspondait un ensemble de données : un peu de leur sang bien entendu pour qu’une personne dans le doute puisse comparer son ADN, des objets en lien avec la famille, des lettres mais aussi des témoignages enregistrés ou filmés des grands-parents qui puissent à la fois évoquer comment étaient ces parents disparus et leur histoire de vie. Une personne dans le doute de sa famille biologique pouvait ainsi faire une recherche d’ADN dans cette base et en comparant son empreinte avoir la preuve que sa famille faisait partie des desaparecidos. Toutes données du « tesoro » correspondant à sa famille lui étaient alors accessibles. Ainsi, même si les parents ou grands-parents étaient décédés, il pouvait alors comprendre combien, même inconnu, il avait été important et aimé.  A la fin de son intervention, elle nous souriait face à une assemblée en larmes. Nous entendions dans nos écouteurs les sanglots de ceux qui étaient chargés de la traduction simultanée, la tension était à son comble. J’ai souvent pensé à Estella de Carlotto au fil des ans.

Presque 10 ans plus tard, Estella de Carlotto a retrouvé son petit fils. A 36 ans, celui-ci a découvert à partir de cette base de donnée, consultée au siège de l’association des Grands-Mères, que 99,9 %, de son ADN correspondait à celui de Laura de Carlotto, exécutée en août 1978, deux mois après avoir accouché. Il est le 114ème à retrouver son identité. Une merveilleuse nouvelle pour Estella et pour toutes les grands-mères. La nouvelle touche aussi tous les gestionnaires d’archives sonores qui ont écouté Estella de Carlotto ce jour de juin 2005 et qui ont su précisément à cet instant combien les archives peuvent être riches, utiles et vivantes. Au travail, effectivement il reste encore beaucoup à faire !

En 2017, une 125e enfant retrouve la vérité : https://www.pagina12.com.ar/80500-se-encuentra-feliz-de-saber-la-verdad

Crédits photographiques : Grands-mères de la place de Mai, on reconnaître Estella de Carlotto au milieu de la photographie de la manifestation, 16 septembre 1988, Archivo Hasenberg-Quaretti, licence  Creative Commons Attribution-Share Alike 3.0.

Programme du 18e congrès international d’histoire orale : Pouvoir et démocratie

Le 18e congrès international d’histoire orale se tiendra à Barcelone du 9 au 11 juillet 2014, sous le titre de Pouvoir et démocratieAu cours de ces journées, cinq grands thèmes seront abordés à travers une série de conférences plénières, d’ateliers, de posters et de tables rondes : Continuer la lecture de Programme du 18e congrès international d’histoire orale : Pouvoir et démocratie

Pouvoir et démocratie : innombrables voix de l’histoire orale (Barcelone, juillet 2014)

Du 9 au 12 juillet 2014 se tiendra à Barcelone le 18ème congrès de l’IOHA – International Oral History Association sous le titre « Power and Democracy: the many voices of Oral History ».  Une magnifique occasion de rencontrer les acteurs internationaux de l’histoire orale. D’autant que Barcelone est aussi la ville où se publie une des meilleures revues du domaine1 Historia, Antropología y Fuentes Orales.

Plus de 400 propositions ont été envoyées aux organisateurs du congrès après leur appel à communication, preuve de la vitalité de l’histoire orale. La phonothèque de la MMSH y sera présente puisqu’avec Myriam Fellous-Sigrist de l’Association pour l’histoire des chemins de fer nous interviendrons dans le cadre du panel dirigé par Rob Perks (British Library) « What happens when oral history goes public ? », dans une conférence à deux voix sous le titre : Back to identity : sound archive databases and the issue of witness privacy and acknowledgement.

Vous pouvez suivre l’actualité sur le congrès grâce au compte twitter IOHA Conférence 2014 et sur le blog créé pour l’occasion, Power and Democracy: the many voices of Oral History.

A très bientôt à Barcelone !

Crédits photographiques : Un cargo entre dans le port de Barcelone, photographie de Véronique Ginouvès, 2001.

  1. La revue est publiée par l’association Historia y Fuente Oral, l’Arxiu Històric de la ville de Barcelone et l’université de Barcelone. Elle paraît de 1989 à 1995 sous le titre Historia y Fuente Oral, puis depuis 1996, sous le titre Historia, Antropología y Fuentes Orales. Malheureusement aucun numéro n’est en libre accès, la revue est uniquement accessible sur JSTOR. Vous pouvez lire la version papier à la médiathèque de la MMSH où la collection est quasiment complète… Il manque seulement le n°43, sur le thème « Mundos intangibles » : si vous en avez un exemplaire en double, merci de nous le faire parvenir ! []

Compte rendu de la 16e Conférence de la Société internationale d’histoire orale (IOHA) à Prague, du 7 au 11 Juillet 2010

Après un master recherche en histoire où j’exploitais des entretiens1, j’ai voulu assister à la conférence de l’IHOA , une conférence essentielle pour faire le point sur les travaux actuels dans le domaine qui a lieu tous les deux ans. Durant cinq riches journées, plusieurs centaines de personnes venues du monde entier se sont réunies pour participer à cette seizième Conférence de la Société internationale d’histoire orale. Pour la première fois depuis la création de l’Association, il y a trente-deux ans, la Conférence avait lieu dans un pays de l’ex-Union soviétique et il n’y avait jamais eu autant de participants (environ quatre cents rien que pour les orateurs). L’anglais et l’espagnol étaient les langues d’échange, avec traduction simultanée des exposés dans trois des neuf salles. Seuls cinq Français figuraient parmi les conférenciers.

La plupart des textes présentés étaient centrés sur la production, l’utilisation et la diffusion des sources orales appliquées au récit historique. La grande diversité des textes proposés pourrait s’expliquer du fait des multiples secteurs professionnels d’où venaient les conférenciers (tout comme le public) : université, recherche, éducation, associations, médias, documentation. Le thème très large de la conférence favorisait sans doute cette diversité Entre passé et futur : histoire orale, mémoire et signification. Ce thème était lui-même divisé en quatorze sous-thèmes. L’abondance des présentations réparties sur les cent huit séminaires a empêché, pour celles au moins auxquelles j’ai pu assister – un cinquième, puisqu’il fallait bien choisir !- de consacrer plus de temps aux débats. Néanmoins, le grand nombre de sujet abordés offre un aperçu des tendances actuelles de l’histoire orale à travers le monde, ne serait-ce qu’à l’échelle de cette Association. Il m’a semblé notamment intéressant de saisir à cette occasion la multiplicité des projets élaborés et l’état de la réflexion autour de l’histoire orale.

Des diverses façons d’utiliser les sources orales

A partir des treize panels auxquels j’ai assisté, et ceux dont j’ai eu écho à travers des discussions et les interventions des membres de l’auditoire, se dessinent trois types de projets en histoire orale. Ceux-ci ne sont pas exclusifs les uns des autres et chaque institution, porteur de projet ou période historique peut se retrouver dans un ou plusieurs d’entre eux.

1/ Des études longues, lancées par des universitaires ou archivistes, sur une histoire dépassionnée et distanciée. Les sources orales sont utilisées ici conjointement avec d’autres sources, pour enrichir la documentation historique. Ces études s’accompagnent d’une réflexion épistémologique ainsi que d’un questionnement sur la période abordée et sur le corpus lui-même (utilisation, conservation, valorisation). En voici deux exemples :

Martina Gugglberger (doctorante autrichienne) a présenté les résultats de sa thèse sur l’histoire d’une congrégation de nones catholiques installée en Afrique du Sud depuis les années 1930. Elle utilise pour son travail les méthodes d’observation participante et de récits de vie. Elle nous a fait part des réactions des personnes interviewées à qui elle avait envoyé sa thèse achevée : celles-ci lui ont par exemple demandé son avis sur l’avenir de la communauté religieuse. Cette démarche a permis d’aborder la question de changement de posture du chercheur dans un travail qui se veut distancié.

Luciana Heymann (conservatrice au Centre de recherche sur l’histoire contemporaine à Rio de Janeiro) a exposé ses réflexions sur les campagnes de collecte d’archives orales au Brésil depuis les années 1970. Elle observe notamment l’impact des financements privés: ils réduisent la durée des projets ainsi que la longueur et la profondeur des interviews collectées. Elle souligne un des risques suscités par l’accès illimité aux archives en ligne : les interviews peuvent être écoutées sans lien avec la description de leur contexte historique et de leur cadre d’enregistrement.

2/ Des projets destinés à un public large et non-spécialiste en histoire, menés par des professionnels en contact direct avec celui-ci, tels qu’enseignants, membres d’associations, artistes, journalistes, conservateurs, etc. Ces programmes portent sur des sujets en résonance avec l’actualité publique, comme le racisme, les genres, les rapports interculturels et intergénérationnels, etc. Le recours aux sources orales vise à donner un espace d’expression au public pour faire part de son expérience singulière et collective. Dans ce type de projet le public lui-même est encouragé à devenir acteur participant.

– Ainsi, Marc Cave (conservateur dans un centre d’histoire de la Nouvelle Orléans) a présenté la collecte de plusieurs centaines d’interviews peu après le passage de l’ouragan Katrina en 2005. Il a évoqué les difficultés de mettre en confiance les personnes interviewées alors que celles-ci étaient assaillies par les médias. Le projet a permis l’expression de récits occultés que les journalistes avaient ignoré du fait d’une demande générale d’informations résolument positives dans le contexte de reconstruction de la ville à ce moment là.

Paul Ashton (historien à l’Université de Technologie de Sydney) a décrit comment une association l’avait contacté afin de réaliser une exposition sur la communauté italienne de Sydney, installée depuis les années 1890 et spécialisée dans le commerce maraîcher. L’exposition a eu lieu dans un bâtiment public de la mairie ; l’objectif était de décrire la vie quotidienne des familles vivant de ce petit commerce.

3/ Des projets réalisés en vue d’enrichir la documentation sur diverses périodes historiques à vif, souvent violentes, dont les témoins directs sont restés longtemps silencieux. Plusieurs projets présentés lors ces cinq journées, ont porté sur l’histoire du XXeme siècle en Amérique Latine et dans les pays issus du Bloc soviétique. L’histoire orale parait un outil performant pour narrer et construire cette histoire. Des universitaires tout comme des journalistes, des enseignants, ou des membres d’associations ont recours à cet outil. Ainsi :

– Les projets de Zeila de B. F. Departini et Nancy A. Magalhaes (professeurs à l’Université de Brasilia-UnB) ont porté sur les migrations croisées entre le Brésil, l’Angola et le Portugal des années 1970 à 2000, dans des contextes troublés de dictatures et de guerres d’indépendance. Les premières générations de migrants ont jusqu’ici gardé le silence sur ce qu’ils avaient vécu en ces temps là.

– Lucie Böhmovà (étudiante et enseignante dans une école tchèque) a détaillé les différentes manières qu’elle avait d’utiliser l’histoire orale auprès de ses élèves, dans le cadre du programme d’étude de la période communiste. Cette approche est essentielle, pour des jeunes qui n’entendent plus parler de cette période. Elle invite les enfants (âgés de 6 à 15 ans) à interviewer les membres de leur famille puis à analyser les liens entre l’histoire familiale et l’histoire du pays, en les encourageant à noter les « mythes familiaux » en décalage ou en résonance avec le récit national.

Quelques éléments de réflexion sur l’évolution de l’histoire orale

Au niveau théorique et épistémologique, cette Conférence n’ambitionnait pas, me semble-t-il, une réflexion critique sur l’histoire orale. Cela pourrait être du à l’abondance et la variété des sujets abordés. J’ai toutefois relevé plusieurs questions d’ordre méthodologique et théorique soulevées lors de quelques débats et d’un panel le dernier jour. Ceux-ci offraient une riche matière à réflexion sur l’évolution de l’histoire orale.

1/Le développement rapide des nouvelles technologies et de leur accès reste une source de problèmes pour les chercheurs, archivistes et autres éditeurs de journaux en ligne. La question de la mise en ligne des interviews et du type d’accès est centrale. Le problème pointé par les intervenants concerne la protection des témoins, ainsi que celle des enquêteurs face au risque d’utilisation malveillante d’extraits d’interviews particulièrement. Dans l’un des groupes de réflexion, Michael Frisch (professeur à l’université de Buffalo, New York) a cependant rappelé que la réflexion épistémologique ne devait pas se borner aux questions relevant de l’évolution technologique: l’accès illimité aux sources n’est peut-être pas le seul enjeu aujourd’hui, ne serait-ce que par le nombre – somme toute limité- de personnes dans le public que cela concernerait. Marc Cave, quant à lui, a souligné que dans son projet sur l’après-Katrina à la Nouvelle-Orléans les interviews avaient été recueillies pour être archivées et servir à une future recherche sur la catastrophe. Ces témoignages n’étaient pas destinés à être accessibles en ligne, ce qui a rassuré les témoins lorsqu’ils ont été approchés par les enquêteurs et les a convaincu qu’ils n’avaient pas à faire à des journalistes.

On s’est également interrogé sur le phénomène culturel, relativement récent, d’ «auto-narration » et  « auto-publication », qui sont facilitées et encouragées par les nouvelles technologies de communication, les réseaux sociaux du Web 2.0 et la mode des reality-shows entre autres. Il s’agit de comprendre si ces pratiques modifient l’action de témoignage, leur contenu et le rapport aux enquêteurs.

2/ Le dernier panel auquel j’ai assisté, qui s’intitulat « L’histoire orale a-t-elle perdu son aspect radical ? », a été le plus riche en termes de réflexion critique. Il a notamment réuni Alessandro Portelli (professeur de littérature américaine à l’Université de Rome et un des moteurs de la réflexion en histoire orale depuis les années 1990 ) et Sean Field (professeur et directeur du Centre de la Mémoire Populaire à l’Université du Cap ). Ils ont rappelé et poursuivi avec l’audience un questionnement initié par Alessandro Portelli au cours d’un séminaire tenu en 2008 et dont on peut retrouver une courte présentation sur le Forum de l’IOHA. En voici les principales idées échangées.

La réflexion des praticiens de l’histoire orale se fait essentiellement en dehors du monde académique. En effet si l’usage des sources orales en histoire semble de plus en plus « légitime», les chercheurs doivent toujours justifier lorsqu’ils y ont recours, comme j’ai pu l’entendre à plusieurs reprises lors de Conférence. La critique théorique viendrait plutôt de la société civile, des associations et organisations qui se saisissent de cet outil. Un des dilemmes est alors l’antagonisme de ces deux espaces –monde académique et société civile- qui sont relativement étanches l’un à l’autre. Alessandro Portelli soulignait cependant qu’il ne s’agit pas de choisir entre l’un ou l’autre monde ni approche, mais que l’historien a le devoir d’être entre les deux : participer à l’élaboration d’une histoire critique et, conjointement, à la construction d’une feel-good history (ce concept pourrait être défini comme étant une « histoire engagée et réparatrice »).

Le rapport au temps dans l’élaboration d’entretiens constitue une autre voie de réflexion développée lors de ce panel. Au cours d’un rapide bilan historiographique de la situation en Afrique du Sud, Sean Field a ainsi montré comment l’histoire orale s’est jusqu’ici concentrée sur le passé dans une sorte de course à la sauvegarde et à la patrimonialisation. Il propose de se pencher davantage sur le présent. Il en donne pour exemple un projet que son département de recherche réalise en partenariat avec une association sud-africaine: à partir d’histoires de vie, ils travaillent à enrichir la documentation sur les processus de transmission du VIH et sur l’expérience vécue des traitements par les personnes séropositives. A un autre niveau, Alessandro Portelli nous a rappelé que les sources orales induisent un bouleversent de la périodisation historique : elles permettent d’étudier les parcours des individus au delà du temps long et au-delà des dates dites clés dans l’histoire collective.

Enfin, le rapport entre les historiens et le pouvoir établi constitue un des importants axes de réflexion évoqués lors de cette séance. Une tendance commune se dessine dans plusieurs pays : celle d’un alignement des projets d’histoire orale sur certaines versions du récit national. Sean Field estime ainsi que l’histoire orale en Afrique du Sud se rapproche d’une version officielle de l’histoire du pays,ce qui, du coup, l’y enferme. Sherna B. Gluck (directrice du Programme d’histoire orale à l’Université d’Etat de Californie) s’interroge sur l’impact des financements de projets sur l’orientation des projets d’histoire orale. Ainsi, le cas du Royaume-Uni est révélateur, puisque la plupart des projets sur le patrimoine développés par des institutions culturelles ou des associations voir même des universités, sont presque tous financés par un même organisme : le Heritage Lottery Fund. Cet organisme national réserve depuis les années 90 un tiers de l’argent qui provient de l’achat des tickets de la loterie nationale à des programmes de conservation et valorisation du patrimoine britannique, notamment le patrimoine immatériel. Il y aurait un risque d’homogénéisation des projets.

Au cours de la séance, les participants ont soulevé la question du positionnement de l’histoire orale vis-à-vis du pouvoir en place en général. S’agit-il de le soutenir, de converser avec , de l’étudier, de le critiquer ou de s’y opposer? Pour ce qui est de l’histoire sociale, l’historien spécialiste d’histoire orale doit-il se cantonner à l’étude de chacune des communautés ou bien doit-il tenter de susciter un dialogue entre elles ?

Ces éléments de réflexion sur l’évolution de l’usage de l’histoire orale renvoient à des questions épistémologiques fondamentales, communes aux chercheurs en histoire orale et à la recherche en sciences humaines. L’entretien avec des témoins directs et l’analyse de documents audiovisuels font partie des méthodes auxquelles ont recours les historiens pour étudier les phénomènes du temps présent ou du temps proche; cependant la difficulté demeure de pouvoir garder un regard le plus objectif possible avec aussi peu de distance. Tout chercheur est concerné par la dialectique entre objectivité et subjectivité dès lors qu’il a recours à des méthodes impliquant le face à face avec un témoin. La dimension singulière des témoignages, recueillis dans l’après-coup, enrichit la problématique et ouvre en même temps à de nouvelles questions. L’une de ces questions concerne l’engagement du chercheur et le choix de ses objets d’études; elle touche à son rapport au pouvoir, et à l’impact de son travail sur la société dans laquelle il vit.

Enfin, pour un compte-rendu plus large de la Conférence, on peut se reporter à l’article d’Alexander Freund de l’Université de Winnipeg sur le Oral history Forum d’Histoire orale. L’inscription est gratuite.

Crédits photographiques : Myriam Fellous-Sigrist. Université Charles, discours d’accueil: au centre, Pilar Domínguez, avec à sa droite, Alexander von Plato et à sa gauche, Miroslav Vanek; puis travail collectif en panel avec, de gauche à droite, Sean Field, Sherna B. Gluck, Alessandro Portelli et Alexander Freund. Juillet 2010.

  1. Master Life History Research, London Metropolitan University, Londres []

Prague 2010 : congrès de l’association internationale d’histoire orale

2387159031_6638cf8a20Le congrès de l’association internationale d’histoire orale a lieu tous les deux ans. L’année prochaine il se tiendra à Prague et j’espère que la communauté française sera représentée car les grands acteurs du monde de l’histoire orale aujourd’hui se trouvent principalement dans le monde anglo-saxon et hispanique. Alors pour modifier un peu ce paysage, j’encourage les francophones qui ont des recherches en cours dans le domaine de l’histoire orale à venir les présenter. Le thème général du congrès est vraiment très large :  Between Past and Future: Oral History, Memory and Meaning… Vous pouvez effectuer votre proposition d’intervention directement en ligne jusqu’au 6 septembre 2009 (la date a été prolongé le 15 juillet).

A l’année prochaine, à Prague !

Crédit photographique : Guerre des Balkans, 1942, Les immigrants grecs quittent New-York, Library of Congress, Prints and Photographs Division, Washington, D.C. 20540 USA, George Grantham Bain Collection, pas de restriction connue de publication. Permalien : http://hdl.loc.gov/loc.pnp/ggbain.10828