Archives par mot-clé : Jean Dérive

Oralité première, oralité seconde

Après ces journées sur le patrimoine immatériel de Rennes, j’ai trouvé par sérendipité un article Jean Dérive (LLACAN) sur l’oralité qui m’a semblé un bel écho à cette formation qui a réuni plus de 150 personnes. L’article a été publié ces jours-ci sous le titre « Les modes spécifiques de transmission du patrimoine oral : traditions et perspectives » sur HAL-SHS. Il est destiné à un livre d’hommages à Jean-Pierre Perrot qui paraîtra en 2009.

Dans ce texte, Jean Dérive rappelle qu’au Moyen-âge, les artistes – souvent musiciens – réalisaient de véritables performances culturelles devant leur public, en récitant leur texte de mémoire, selon les principes habituels de l’oralité. Si des manuscrits circulaient, ils n’étaient qu’un support graphique pour raviver la mémoire. A partir de cet exemple médiéval, et en s’appuyant sur son terrain en Afrique noire, il démontre ainsi que l’oralité n’est pas une culture par défaut, placée sous le signe du manque : manque d’écriture, manque d’auteur (les oeuvres en sont souvent anonymes), manque du raffinement que seul permettrait le recul de l’écrit. Elle est plutôt un choix culturel impliquant un type de rapport au verbe incarné, consommé à chaud dans le cadre « immédiat » d’une cohésion communautaire qui adhère collectivement.

Se référant à W. J. Ong et à son ouvrage Orality and Literacy. The technologizing of the word (Londres, New-York, Methuen, 1982) il suggère que la concurrence entre « oralité première » (transmise de bouche à oreille) et « oralité seconde » (relayée par des médias) se rapproche de la situation médiévale. L’oralité seconde, est capturée par les enregistrements – hier magnétiques, aujourd’hui numériques -, qui deviennent matériellement consultables et conservés, au même titre qu’un ouvrage dans une bibliothèque. Son texte se clos sur cette idée qui mériterait d’être développée dans un autre article : selon Jean Dérive nous assistons, dans les sociétés de l’oral, à une révolution comparable à cette dont nous parle Mc Luhan. Ainsi, de la même manière que le livre a permis de passer de l’audition collective à la lecture individuelle, la consultation des archives sonores substitue à une écoute, ou à des pratiques, collectives, la solitude de l’auditeur devant son écran et son fichier MP3 ou avec son casque sur les oreilles dans une phonothèque. De quoi trouver matière à réflexion pour nous aider à la mise en place du portail portail du patrimoine oral, ou portail de « l’oralité seconde », encore naissant…

Consulter la notice détaillée de l’article de J. Derive sur HAL-SHSLire l’article en texte intégral

Crédits photographiques : soirée du 12 décembre, 21h, après avoir discuté longuement (entre autres choses) d’oralité seconde, les participants aux journées sur le patrimoine immatériel à Rennes passent à l’oralité première et écoutent les conteurs et les chanteurs qui se succèdent au cours du repas. V. Ginouvès CC