Archives par mot-clé : JP Olivier-de-Sardan

Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?

Le 22 avril dernier a eu lieu la 6ème séance du programme interlaboratoires « Archives de la recherche » à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) durant laquelle il a été question des collections documentaires des études africaines contemporaines, leur collecte, leur conservation et leur diffusion. Cette matinée a été notamment l’occasion d’une intervention de Jean-Pierre Olivier de Sardan autour de la question, qui le concerne personnellement, « Pourquoi un chercheur dépose-t-il ses archives et pour qui ? ».

En effet, en 2017, l’anthropologue africaniste Jean-Pierre Olivier de Sardan a fait don d’une partie de ses archives à la MMSH. Cette démarche s’est accompagnée de la la volonté d’en produire une copie numérique à transmettre au LASDEL, le Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Développement Local qu’il a contribué à fonder en 2001 à Niamey au Niger. Ses réflexions sur la conservation des archives de la recherche, leur partage et la possibilité de collaborations entre les laboratoires de recherche en France et en Afrique s’appuyait donc sur une expérience concrète. Continuer la lecture de Archives de la recherche : Pourquoi et pour qui un chercheur dépose-t-il ses archives ?

Fédérer des ressources pour les études sur les mondes africains, 22 avril, MMSH

La 6ème séance du programme inter laboratoires « Archives de la recherche » de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH), s’intéresse aux collections documentaires des études africaines contemporaines. Cette matinée (en distanciel) nous donne l’opportunité d’aborder tous les types de matériaux qui sont accessibles à la médiathèque de la MMSH sur le domaine, de réfléchir aux modalités d’acquisition et aux grandes orientations qui vont permettre de développer ces fonds et faciliter l’accès aux utilisateurs. L’objectif est également de mieux appréhender comment il serait possible de s’engager dans des collaborations avec les laboratoires de recherche spécialisés dans le domaine en France et en Afrique.

Pour rappel, le séminaire est ouvert à tou·te·s,  sur inscription1

Programme de la matinée, 22 avril, 9h-12h30 :

Jean-Pierre Olivier de Sardan, anthropologue, directeur de recherche émérite au CNRS, a fait don d’une partie de ses archives à la MMSH tout en œuvrant pour qu’une copie numérique documentée soit déposée dans un laboratoire au Niger qu’il a contribué à fonder le LASDEL, Laboratoire d’Études et de Recherche sur les Dynamiques Sociales et le Continuer la lecture de Fédérer des ressources pour les études sur les mondes africains, 22 avril, MMSH

  1. Pour vous inscrire au séminaire, il suffit d’,envoyez un courriel à veronique<dot>ginouves<at>univ-amu<dot>fr, un lien « zoom » vous sera transmis. []

Avent -16 : L’archive en madeleine

Amis du Gai Savoir, amis du doux plaisir, un chat va sans un bruit dans un coin tout obscur. (La disparition, Georges Perec, 1969, p 59)

Travaillant sur l’archivage du fonds de l’anthropologue Jean-Pierre Olivier de Sardan, j’ai visionné un film qu’il a co-réalisé dans les années 1980, intitulé Faudrait pas nous prendre pour des indiens (le pays derrière la fête). Cette œuvre, d’une durée de 32 minutes décrit les rites festifs d’un village de la Lozère – Grandrieu – et enregistre également les réactions des habitants au visionnage de leur propre mise en scène. Ayant connu cette époque, j’ai dégusté ce moment avec curiosité et délectation, à la fois en recherchant les signes du passé et en mesurant les écarts dans les façons de se vêtir, de parler ou d’agir. Spectatrice d’un temps encore présent dans ma mémoire, j’ai pensé à l’analyse d’une étudiante de master qui déclarait, à propos du film lors d’un exercice, qu’il s’agissait d’un autre temps, d’une époque … disparue. Alors je vous invite à vous installer confortablement, bien au chaud sous une petite couverture pour embarquer dans la machine virtuelle à remonter le temps, en cliquant ici :

 

Nous remercions Monsieur Pierre Arragon, co-réalisateur du film, qui nous a transmis les copies numériques de cette œuvre ainsi que celles de quatre autres films réalisés par lui-même et Jean-Pierre Olivier de Sardan (Le jaune et le noir, 1987; Un matin une pirogue, 1992; La bouche déliée, 1970; Saint Joseph le crocodile, 1992). Il nous a également permis l’utilisation de l’url pour la visualisation du film.

Crédit photographique de l’image « à la une » : capture d’image du film à 1 min 35s

Rédigé par Annick Boissel, archiviste audiovisuel

Avent -19 : L’archive sonore froissée par le temps

Abasourdis par l’inoui pouvoir marginal qui, contournant la signification tabou, la saisit pourtant, la produit pourtant par un biais subtil, la disant plus, l’ultradisant par l’allusion, l’association, la saturation, nous garantirons, lisant, la validation du signal sans tout à fait pourtant l’approfondir. (La disparition, Georges Perec, 1969, p. 95)

En 2017, l’anthropologue franco-nigérien Jean-Pierre Olivier de Sardan, né en 1941,  a déposé à la phonothèque de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme des dizaines de cassettes audio, bandes son et documents papier, afin de préserver et valoriser son travail de recherche produit entre 1967 et 2003, en grande majorité en Afrique de l’ouest. Il s’agit d’entretiens en langues zarma et française, de transcriptions manuscrites de témoignages oraux, de notes de recherche, de bandes son des films “La Bouche déliée”, “Sassalé”, ou “La vieille et la pluie”. Le chercheur a souligné l’importance qu’il attache au partage de ce corpus avec le LASDEL (Laboratoire d’études et de recherche sur les dynamiques sociales et le développement local), laboratoire de recherche en sciences sociales à Niamey (Niger) et au Bénin, créé en 2001 et dont Jean-Pierre Olivier de Sardan est le co-fondateur.

  Continuer la lecture de Avent -19 : L’archive sonore froissée par le temps