Archives par mot-clé : Liban

Justice pour le Liban – Justice pour Lokman – 3ème anniversaire de l’assassinat de Lokman Slim

Une nouvelle année sans justice se termine, les assassins de Lokman Slim n’ont jamais été inquiétés. La commémoration de sa vie et de son héritage se tiendra cette année dans le port de Beyrouth, là où Lokman menait sa dernière enquête après l’explosion d’août 2020. Une bibliographie collaborative met régulièrement à jour une sélection d’articles qui informe sur cet assassinat ou le cite comme un exemple de l’étouffement de la liberté d’expression ou du naufrage du système judiciaire libanais : la consulter ou y participer.

Commémoration du troisième anniversaire de l’assassinat de Lokman Slim – Commemoration of the Third Anniversary of Lokman Slim’s Assassination

3 février 2024

Location/Lieu: MINA Image Centre, Port District, Beirut – Beyrouth, quartier du Port

Time/Horaire: 15:00 – 18:00 Continuer la lecture de Justice pour le Liban – Justice pour Lokman – 3ème anniversaire de l’assassinat de Lokman Slim

Les archives de la télévision et de la radio du Liban bientôt accessibles ?

Lorsqu’en mai 2019 s’est tenu à Beyrouth le colloque international intitulé Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie1, Mireille Maurice, déléguée régionale de l’INA Méditerranée, avait présenté les archives télévisées et radiodiffusées conservées en France au sein de l’Institut national de l’audiovisuel, et les collaborations en Méditerranée, illustrées en particulier par le programme Med-Mem2. L’idée de construire un projet pour donner accès aux archives concernant le Liban sur des sites comme celui de la bibliothèque nationale, qui aurait pu accueillir et sécuriser un accès pour la recherche, avait germé. Mais tout s’est interrompu après les événements que l’on sait, la révolution du 19 octobre 2019 et la violente crise économique et politique qui a suivi, l’explosion du Port de Beyrouth le 4 août 2020, et le 4 février 2021, l’assassinat de celui-là même qui  modérait la table ronde lors de ce colloque, Lokman Slim. Continuer la lecture de Les archives de la télévision et de la radio du Liban bientôt accessibles ?

  1. Le colloque, qui s’est tenu du 28 au 30 mai, était co-organisé par l’Institut français du Proche-Orient (Ifpo, MEAE – CNRS UMIFRE 6 – USR 3135), l’Institut français du Liban (IFL), Aix-Marseille Université (AMU), la Maison Méditerranéenne des sciences de l’Homme (MMSH) et le programme de recherche ANR Shakk. []
  2. Le programme Med-Mem – Partager les Mémoires Audiovisuelles de la Méditerrannée a été financé par le Programme EUROMED Héritage IV  entre 2008 et 2012. Il réunissait 20 partenaires dont 14 télévisions de la Méditerranée  – mais aucune libanaise – avec l’objectif de favoriser la numérisation des collections audiovisuelles.  Il a développé un portail, en libre accès, offrant une sélection d’archives vidéos, soit près de 4000 documents, bientôt hors ligne en raison de l’abandon de la technologie Flash à la fin de l’année 2020. . Malheureusement, l’arrêt de la technologie Flash à la fin de l’année 2020 n’a pas permis la maintenant du site. []

Assassinat de Lokman Slim, An II #JusticeForLokman

Deux ans déjà  et pourtant Lokman Slim est toujours vivant. Les médias parlent toujours de lui, de ses projets d’archivage de la mémoire du Liban, de la maison d’édition qu’il avait co-fondé avec sa soeur, de l’enquête qu’il menait sur l’explosion des silos du port de Beyrouth, et pourtant il n’y a toujours aucune information sur les meurtriers, aucun indice n’a été révélé, rien ! pas la moindre information ou avancée depuis le 3 février 2021, ce sont les journalistes qui informent la famille et pas la justice ou les enquêteurs.

Mais l’un des traits de caractères de Lokman Slim était sa ténacité, alors tant pis si certains évitent de parler de la violence de son meurtre et des responsables présumés1, nombre de médias ne se taisent pas, pas plus que les citoyens2. La vérité finira par surgir. Pendant ce temps, le travail de la fondation UMAM Documentation and Research co-créée avec Monika Borgmann, continue son puissant travail de fourmi. Le coeur de leur travail est ainsi caractérisé par Monika Borgmann au moment où le prix franco-allemand des droits de l’homme et de l’État de droit lui a été remis :

The core of our work is in our title: documentation. We have been guided and always followed evidence and materials, and this is what has led us to compile our archives, an ever-growing collection of different versants of Lebanese heteroclite collective memory. We always refer to our archive as being a “citizen archive,” meaning that it has an open access for everybody, out of our conviction that archives can be an invaluable tool for dealing with the past, to better understand the present, and to see a path for a better future.

Lokman continue de nous parler et nous raconter son histoire du Liban à travers les archives collectées à UMAM, les créations qui les utilisent ou les revisitent. L’année dernière deux magnifiques expositions se sont tenues, chacune issue de discussions ardentes avec Lokman Slim ; l’une documentée et attachante sur le cinéma dans la ville de Tripoli, Tripoliscope par Nathalie Rosa Bucher et l’autre, prodigieuse et troublante, Memory of a Paper City – Mémoire d’une ville de papier, par Alfred Tarazi.

A très vite pour de nouveaux projets, Lokman !

A lire : une sélection d’articles (plus de 300) “Pour Lokman Slim” est accessible sur une base Zotero. Si vous souhaitez y participer, vous êtes bienvenu·e·s !

 

Crédits photographiques : The tomb of Lebanese intellectual Lokman Slim at the UMAM documentation center in Beirut, who was assassinated in 2021, 22 novembre 2021, Roman Deckert, Wikipedia Commons, CC-BY-SA.

  1. Je pense par exemple à un documentaire qui vient d’être diffusé sur la chaîne Arte, qui propose une forme d’histoire récente du Hezbollah soporifique et à sa gloire, alors que d’autres au même moment  racontent une réalité bien différente. []
  2. Il suffit de noter dans la bibliographie en ligne le nombre de témoignages de lecteurs de L’Orient le jour. []

Avent 2022 – Lieux – Photographies de la Médiathèque, MMSH – 4, Liban et Syrie, 1974

Pour ce calendrier de l’Avent 2022, l’équipe du secteur Archives de la recherche de la Médiathèque MMSH vous propose de parcourir le livre de George Perec Lieux sur le site du Seuil tout en suivant le fil de 24 images (et parfois plus) représentatives de nos fonds qui traversent des lieux multiples au gré des recherches de celles et ceux qui ont déposé leurs archives à la Médiathèque de la MMSH.

Quelques mois avant la guerre civile qui éclatera au Liban en 1975, Jean et Françoise Métral enregistre des récits de Français installés à Beyrouth (Liban). Sur les 71 enquêtes, 62 sont conservées au sein du secteur Archives de la recherche de la Médiathèque de la MMSH. Peu de photographies documentent le fonds ou la vie de Jean et Françoise Métral à Beyrouth. Trois ont été publiées avec l’instrument de recherche dans un numéro spécial de Sonorités – Le bulletin de l’AFAS (n°1).  Ce fonds est entièrement inédit et extrêmement riche est décrit entièrement sur Calames et a fait l’effet de nombreux réusages.

La première image donne une idée de la vie sociale de Jean Métral (veste blanche) qui, avec l’archéologue Maurice Dunand1 fait visiter Saïda en 1974 à André Leroi Gourhan (au centre).

Visite à Saïda

La seconde est une photographie de Françoise Métral prise par son mari alors qu’ils visitent le Ksar des chevaliers en Syrie

France Métral

et la dernière est un portrait de Jean Métral, photographié par Jean Dufour dans les années 1970.

Jean Métral

Les photographies sont librement réutilisables sous la licence CC-BY et accessibles sur MédiHal.

 

 

 

 

  1. Mireille Dunand, épouse de l’archéologue Maurice Dunand, est enregistrée dans un entretien conservé au secteur Archives de la recherche. []

Du Nord au Sud, la révolution bruit : archiver le son des luttes au Liban

Le dossier Anthropologies libanaises. Entre dispersion et lignes de force paru en 2021 et coordonné par Nicolas Puig et Michel Tabet pour la revue Ethnologie française, croise les regards d’une dizaine d’anthropologues qui explorent le Liban en mobilisant des sources multiples.  Lama Kabbanji a choisi de solliciter les sources enregistrées à travers une Enquête sonore des 20 premiers jours de l’intifada d’octobre 2019 au Liban1. Avec l’aimable autorisation de la revue, nous proposons ici une écoute sonore de l’article, accompagnée d’un bref résumé. Vous pouvez retrouver le contexte de chaque enregistrement en cliquant sur l’icône d’Internet Archives qui héberge les sons2.

“Tous veut dire tous.” Du nord au sud, ces mots reviennent, faisant écho à l’importance historique d’un mouvement insurrectionnel sans précédent. Une déclaration du ministre des télécommunications, Mohammad Choucair, annonçant la taxation de l’utilisation des applications de messagerie instantanée comme WhatsApp, Skype ou Viber met le feu aux poudres le 17 octobre 20193. Occupation des grandes places dans les villes et villages du pays, blocages des artères principales, manifestations devant certains symboles de la corruption comme la banque centrale du Liban, les répertoires d’action sont variés.


Discours d’un leader politique libanais hué au début de l’Intifada libanaise de 2019, 25 octobre 2019.

Continuer la lecture de Du Nord au Sud, la révolution bruit : archiver le son des luttes au Liban

  1. Lama Kabbanji, « Enquête sonore des 20 premiers jours de l’intifada d’octobre 2019 au Liban: », Ethnologie française, vol. 51, no 2, 1er juillet 2021, p. 239‑54, https://doi.org/10.3917/ethn.212.0239. []
  2. La mise en ligne des sons a pu être effectuée en 2021 grâce au financement de l’Institut SOMUM qui a permis l’accueil par la phonothèque de deux stagiaires, Lyna Benaissa, étudiante en master 1 d’anthropologie à l’Université d’Aix-Marseille et Mahmoud AbdelSalam, étudiant en M1 Traduction et interprétation à l’Université d’Aix-Marseille. Les liens sonores sont ainsi affichés dans l’article publié dans la revue Ethnologie française permet d’en savoir plus sur cette enquête sonore et ses résultats. []
  3. Pour la première fois depuis la fin de la guerre civile, une grande partie de la société libanaise est unie contre l’oligarchie au pouvoir. Certaines agences de presse estiment que 2,2 millions de personnes étaient dans la rue au plus fort du mouvement : https://www.leparisien.fr/international/liban-cinq-minutes-pour-comprendre-la-contestation-21-10-2019-8177196.php. []

1 an : Lokman est vivant #JusticeForLokman

Un an que Lokman Slim a été exécuté sans que l’on ait encore arrêté ses assassins. Pendant ce temps UMAM Documentation & Research et la maison d’édition Dar al-Jadeed ont continué à travailler, à suivre ce qu’il avait créé, l’enquête sur l’explosion sur le port se poursuit difficilement selon ses intuitions, ses mots courent dans nos têtes et son rire  brise toujours les idées reçues. Sa mort n’y peut rien. Lokman Slim nous conduit paisiblement vers un monde qui doit changer dans ce film joyeux où s’entretiennent Salma Merchak, Rasha al Ameer  et Monika Borgmann avec Ronnie Chatah, à travers le présent, le passé et le futur.

 

Signez la déclaration publiée sur le site de la Fondation Lokman Slim : Fin de la violence politique à l’occasion du premier anniversaire de l’assassinat de Lokman Slim https://umam-dr.org/statement

Crédit photographique : en-tête du twitter de la fondation Lokman@Lokman_Slim_LSF

Avent 2021 – Métral, le sociologue compréhensif et le réusage de ses archives

L) Raison et pensée : Quelle relation, au fait, y a-t-il entre la raison et la pensée (indépendamment du fait que ce furent les titres de deux revues philosophiques) ? Les dictionnaires ne nous aident guère à répondre ; par exemple, dans le Petit Robert, pensée = tout ce qui affecte la conscience, et raison = la faculté pensante ; on trouverait plus facilement, me semble-t-il, une relation ou une différence entre les deux termes en étudiant les adjectifs dont ils peuvent s’agrémenter: une pensée peut être émue, profonde, banale, ou libre ; la raison peut être profonde aussi, mais également sociale, pure, suprême, inverse, d’Etat ou du plus fort. Penser/Classer, Georges Perec, Hachette, 1985, p.156.

Du mois de janvier au mois de mai 1975 auprès des Français installés à Beyrouth (Liban), le sociologue Jean Métral s’investit dans un projet de thèse d’État, sur le thème « Les Français au Liban depuis 1945, une minorité allogène »1. Il est alors maître assistant à l’université de Lyon et il est détaché depuis 1969 à l’École supérieure des lettres de Beyrouth (ESL) où il dirige la section de sociologie et d’anthropologie. Il enregistre 71 enquêtes dont 62 ont été conservées. Continuer la lecture de Avent 2021 – Métral, le sociologue compréhensif et le réusage de ses archives

  1. L’instrument de recherche de ce fonds a été publié sur la plateforme Calames et dans la revue Sonorités, sous forme de numéro spécial (n°1, 2019). Le texte de ce billet reprend pour partie l’introduction du fonds documentaire que j’avais rédigé pour la publication, en collaboration avec Hélène Giudicissi, alors archiviste à la phonothèque de la MMSH. []

Parcours des artistes, de fabricants de musiques et arts traditionnels : le Fonds Elisabeth Cestor à la phonothèque de la MMSH

Élisabeth Cestor, actuellement adjointe au responsable du département du développement culturel et des publics du MuCEM – Musée des Civilisations de l’Europe et de la Méditerranée, a déposé les sources sonores de diverses recherches qu’elle a menée entre 1993 et 2006 sur la représentation de la ville de Marseille dans l’art et la fabrication des musiques traditionnelles1.

Deux corpus viennent alimenter ce fonds : un corpus sur la représentation et les activités de la ville de Marseille dans l’art et un second la fabrication des musiques traditionnelles : le provençal, le gaélique et l’orientale.

Continuer la lecture de Parcours des artistes, de fabricants de musiques et arts traditionnels : le Fonds Elisabeth Cestor à la phonothèque de la MMSH

  1. Un billet précèdent rédigé dans le cadre du calendrier de l’avent sur le thème de la disparition présente certaines thématiques du fonds []

Assassination of Lokman Slim (1962-2021): homage from the academic community

The death of Lokman Slim, cowardly assassinated on February 3, 2021, in southern Lebanon, raises deep feelings of sadness and revolt.

Lokman Slim was a man of culture and engagement. He paid a heavy price for his freedom of thought and his uncompromising freedom of speech.

Humanities and social scientists working in the Near East have regularly benefited from Lokman Slim’s work through Umam Research & Documentation, an association he co-directed with his wife Monika Borgmann. Umam was created in 2004 with a twofold objective: to build a citizen archives centre accessible to as many people as possible, and to raise public awareness on the subjects of war and violence through the arts. Together, they also founded the Hangar, a cultural centre in which many exhibitions have been organized, notably on memories of the war and of the Ghobeiri district where it was located. The building of an archive of Lebanon’s contemporary and present history constitutes a significant contribution to the work research in the field.

Lokman Slim was committed to the development of an open and democratic society in Lebanon. He was a main actor of Lebanon’s cultural life. In 1990, together with his sister, the writer Racha Al-Ameer, he founded Dar Al-Jadeed editions. Its innovative choices had a key impact on the Lebanese and Arab publishing landscape. With Monika Borgmann, he made two essential documentaries: Massaker (2004) is based on the testimonies of former militiamen who participated in the massacres in the Palestinian camps of Sabra and Chatila in 1982; Tadmor (2016) focused on the daily life of detainees in the Syrian prison of Tadmor (Palmyra).

Lokman Slim was also a lively and impactful writer and speaker. He spoke in a chiselled language, in Arabic as well as in French or English. Two of his writings, available in French, testify to the delicacy and refinement of his reflections and his uncompromising love of Lebanon: “Lebanese peace, or the art of reconciliation without moderation”((translated from French to English by the author)) (Liban. Espaces partagés et pratiques de rencontre, Cahiers de l’Ifpo, 2008 [Online] https://books.openedition.org/ifpo/105) and “Beyrouth. A capital which capitulates “(Beyrouth à mots découpés”), Poitiers, 2000, http://www.worldcat.org/oclc/495443604) in which he revealed a few false pretences of Beirut and the publishing profession.

This assassination raises fears of a new cycle of violence targeting intellectuals. The academic community engaged in the study and research of Near Eastern societies associates with the grief of Lokman Slim’s family and honours his memory.[SL1]

With the support of CERMOM – Centre de recherches Moyen-Orient Méditerranée/Inalco,  CéSor – Centre d’études en sciences sociales du religieux (UMR 8216 – EHESS / CNRS), Ifpo – Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 / USR 3135-MEAE / CNRS), Sciences-Po CERI – Centre de recherches international, département “Etudes arabes” de l’Inalco Institut National des Langues et Civilisations Orientales –  IREMAM – Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310 – CNRS), MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme USR 3125 (AMU/CNRS, GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, SEMOMM – Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans, Unité de Recherches Migrations et Société (IRD UMR 205 URMIS).

Emma Aubin-Boltanski (CéSOR), Sandra Barrère, (Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire TELEM), Hamit Bozarslan (CETOBaC), Myriam Catusse (IREMAM), Frédérik Detue (Université Côte d’Azur), Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH Phonothèque), Eberhard Kienle (CERI), Pauline Koetschet (Ifpo), Stéphanie Latte-Abdallah (CERI), Franck Mermier (IFEA), Sabrina Mervin (CéSOR), René Otayek (Sciences Po Bordeaux/LAM), Anna Poujeau (Ifpo), Nicolas Puig (IRD UMR 205), Candice Raymond (Ifpo), Jean-Christophe Peyssard (MMSH), Elsa zakhia (Ifpo).

For an international investigation into the assassination of Lokman Slim: https://www.change.org/p/l-assassinat-de-lokman-slim-au-liban-pour-une-enqu%C3%AAte-internationale-ind%C3%A9pendante?signed=true

French language: https://phonotheque.hypotheses.org/33107

Photographic credits: Lokman Slim leading a round table on “Sharing digital data in the Middle East” on May 29, 2019, during the international conference New digital archives in the Middle East: sound, image, film and the web. Challenges of sharing field data in Lebanon, Jordan and Syria, photograph V. Ginouvès, CC-BY

More information (selection on Zotero).

Assassinat de Lokman Slim (1962-2021), hommage de la communauté scientifique

C’est avec une immense tristesse et un sentiment de révolte que nous apprenons la mort de Lokman Slim lâchement assassiné le 3 février 2021 dans le Sud du Liban.

Homme de culture et d’engagement, Lokman Slim paye d’un lourd tribut sa liberté de pensée et sa pratique sans concession de la liberté d’expression.

Les chercheur·es en sciences humaines et sociales sur la région du Proche-Orient ont régulièrement bénéficié du travail de Lokman Slim à travers Umam Research & Documentation, une association qu’il co-dirigeait avec son épouse Monika Borgmann. Umam avait été créée en 2004 avec un double objectif : construire un centre d’archives citoyennes accessibles au plus grand nombre et sensibiliser le public aux sujets de la guerre et de la violence à travers les arts. Ensemble, ils avaient aussi fondé le Hangar, un centre culturel dans lequel ont été organisées de nombreuses expositions, notamment sur les mémoires de la guerre et du quartier de Ghobeiri où il était situé.

Porté par une parole située et engagée dans le développement d’une société ouverte et démocratique, ce travail de construction d’une archive de l’histoire immédiate du Liban constitue un apport décisif à nos travaux de recherche.

Lokman Slim occupait une place éminente dans la vie culturelle libanaise. Il avait fondé en 1990, avec sa sœur l’écrivaine Racha Al-Ameer, les éditions Dar Al-Jadid qui ont marqué le paysage éditorial libanais et arabe par ses choix innovants. Avec Monika Borgmann, il avait réalisé deux documentaires incontournables: Massaker (2004) livrait les témoignages d’anciens miliciens ayant participé aux massacres des camps palestiniens de Sabra et Chatila en 1982, Tadmor (2016) portait sur le quotidien des détenus dans la prison syrienne de Tadmor/Palmyre.

Lokman Slim était aussi un écrivain et un orateur au style vif et percutant. Il s’exprimait dans une langue ciselée, aussi bien en arabe qu’en français ou encore en anglais. Deux de ses écrits disponibles en français témoignent de la finesse de ses réflexions et de son amour sans concession du Liban : « La paix à la libanaise, ou l’art de la réconciliation sans modération » (Liban. Espaces partagés et pratiques de rencontre, Cahiers de l’Ifpo, 2008 [En ligne] https://books.openedition.org/ifpo/105) et « Beyrouth. Une capitale qui capitule » (Beyrouth à mots découpés, Poitiers, 2000, http://www.worldcat.org/oclc/495443604) dans lequel il dévoilait quelques faux-semblants de Beyrouth et du métier d’éditeur.

Cet assassinat fait craindre un nouveau cycle de violence visant les intellectuel·les. La communauté académique engagée dans l’étude et la recherche sur les sociétés du Proche-Orient s’associe à la douleur de la famille de Lokman Slim et honore sa mémoire.

Avec le soutien du CERMOM – Centre de recherches Moyen-Orient Méditerranée/Inalco, CéSor – Centre d’études en sciences sociales du religieux (UMR 8216 – EHESS / CNRS), l’Ifpo – Institut français du Proche-Orient (UMIFRE 6 / USR 3135-MEAE / CNRS), Sciences-Po CERI – Centre de recherches internationales, le département « Etudes arabes » de l’Inalco Institut National des Langues et Civilisations Orientales, IREMAM – Institut de recherches et d’études sur les mondes arabes et musulmans (UMR 7310 – CNRS), la MMSH – Maison méditerranéenne des sciences de l’homme USR 3125 (AMU/CNRS, GIS Moyen-Orient et Mondes Musulmans, la SEMOMM – Société des études sur le Moyen-Orient et les Mondes musulmans, l’Unité de Recherches Migrations et Société (IRD UMR 205 URMIS).

Emma Aubin-Boltanski (CéSOR), Sandra Barrère, (Université Bordeaux-Montaigne, laboratoire TELEM), Hamit Bozarslan (CETOBaC), Myriam Catusse (IREMAM), Frédérik Detue (Université Côte d’Azur), Kamel Doraï (Ifpo), Véronique Ginouvès (MMSH), Eberhard Kienle (CERI), Pauline Koetschet (Ifpo), Stéphanie Latte-Abdallah (CERI), Franck Mermier (IFEA), Sabrina Mervin (CéSOR), René Otayek (Sciences Po Bordeaux/LAM), Anna Poujeau (Ifpo), Nicolas Puig (IRD UMR 205), Candice Raymond (Ifpo), Jean-Christophe Peyssard (MMSH), Elsa zakhia (Ifpo).

Communiqué en langue anglaise.

Publication du communiqué sur Academia.

Lien vers la pétition pour obtenir une enquête internationale indépendante sur l’assassinat de Lokman Slim

Crédits photographiques : Lokman Slim anime une table ronde sur le thème « Partager les données numériques au Proche-Orient » le 29 mai 2019 lors du colloque international Nouvelles archives numériques au Proche-Orient : le son, l’image, le film et le web. Enjeux du partage des données de terrain au Liban, en Jordanie et en Syrie, photographie V. Ginouvès, CC-BY

lokman

 

 

 

 

Communiqué du Ministère de l’Europe et des affaires étrangères sur l’assassinat de Lokman Slim, 3 février 2021.

Communiqué de la délégation de l’Union européenne au Liban sur l’assassinat de Lokman Slim, 5 février 2021.

Communiqué des Nations Unis sur l’assassinat de Lokman Slim, UN Says Killing of Lokman Slim is a Loss for Lebanon, 4 février 2021.

***

Revue de presse partagée (sélection)