Archives par mot-clé : library of Congress

2015, centenaire d’Alan Lomax, découvreur de musiques traditionnelles

Cette année Alan Lomax (1915-2002) aurait eu 100 ans le 31 janvier. Pour célébrer cet anniversaire, l’American Folklife Center (AFC) au sein de la Bibliothèque du Congrès (Library of Congress – LC) va proposer tout au long de l’année une série d’évènements pour mieux faire connaître ce collecteur qui n’a cessé de collecter des danses et musiques traditionnelles à travers le monde, non seulement pour les préserver et les valoriser mais aussi pour mettre en évidence son influence sur la culture nord américaine. Une belle occasion de découvrir la richesse des collections sonores et photographiques constituées par la famille Lomax et aujourd’hui accessibles à la Bibliothèque du Congrès.

Cette collaboration avec la Bibliothèque du Congrès et la famille Lomax ne date pas d’hier… Le père d’Alan, John Avery Lomax (1857-1948), entré en 1923, y avait été nommé « Honorary Consultant and Curator » des Archives de l’American Folk Song  au moment de leur création au sein du département de la musique en 19281. John Lomax, un des fondateurs de la  Texas Folklore Society était un passionné de ballades anciennes et de chansons de cow-boy : dès 1933, il  se lança avec son fils, âgé alors de 18 ans, dans une vaste collecte sonore et photographique sur le territoire nord américain. Sa formation universitaire l’engage tout suite à utiliser une méthodologie de la collecte rigoureuse que les folkloristes n’avaient pas toujours eue jusqu’ici et il forme à cette école toute sa famille.

John-avery-lomax1

Les premiers enregistrements font découvrir aux Etats-Unis la musique traditionnelle de Louisiane (en particulier la musique cajun) et celle des Etats du Sud (le violon des Appalaches et le blues du delta du Mississippi), le Michigan et le Midwest.

John Henry, chant de travail, enregistré en 1947 dans le Camp B, à Parchman Farm (pénitencier de l’Etat du Mississippi) :

prisonners

En 1937, la bibliothèque du Congrès nomme Alan Lomax « Assistant in charge », c’est dans ce cadre qu’il enregistre avec ses collaborateurs – son père bien sûr2 mais aussi sa femme Elizabeth, Pete Seeger et des collègues d’autres institutions comme John Wesley de l’Université Fisk-.

Il a été ainsi le premier à enregistrer des musiciens issus de la tradition orale, devenus légendaires comme Huddie Ledbetter (« Lead Belly »), Vera Ward Hall, McKinley Morganfield (« Muddy Waters »), Aunt Molly Jackson, Son House, David « Honeyboy » Edwards, Texas Gladden, Ferdinand « Jelly Roll » Morton, Woody Guthrie et bien d’autres.

Proposition d’écoute :  Ain’t right ? chant de travail percussif enregistré sur l’île Saint-Simons, une île de la mer de Géorgie en 1960

Après son départ au front en 1942, il ne reviendra travailler à la bibliothèque du Congrès mais il passera le reste de sa vie à collecter et analyser la culture populaire au service de nombreuses organisations comme la BBC, PBS Télévision, Columbia et Atlantic Records, Hunter College à New York et sa propre organisation, ACE – Association for Cultural Equity – ACE dont nous avions signalé le travail de description des données de terrain en mars 2012. Nombre de chansons collectées par la famille Lomax et qui pouvaient être écoutées à la Bibliothèque du Congrès sont entrées au cours du 20ème siècle dans la culture américaine à travers des reprises de nombreux musiciens.

Proposition d’écoute :  Come Up, Horsey (Go To Sleep And Don’t You Cry) berceuse enregistrée en Alabama en 1948.

Deux ans après sa mort, en 2004, Alan Lomax est revenu à la Bibliothèque du Congrès puisque la totalité de ses archives a été acquise par l’American Folklife Center (AFC).  Ce fonds correspond à l’ensemble des documents recueillis au cours de ses collectes sur une période de plus de 60 ans soit une centaine de collections, incluant 37 mètres linéaires de manuscrits, 10 000 enregistrements sonores, 6000 images fixes et 6000 films, 2000 livres ou revues, des centaines d’estampes et plusieurs bases de données. Les matériaux documentent la création de près de 1000 groupes culturels du monde entier.

A lire sur le blog de la bibliothèque du CongrèsAlan Lomax’s Legacy par Erin Allen, 2 février 2015.

A lire sur la revue de la bibliothèque du Congrès : Alan Lomax’s Legacy : a century after his birth, folklorist Alan Lomax is remembered for his preservation of the nation’s cultural heritage par Stephen Winick3, vol. 4,n°1, janvier-février 2015, Library of Congress Magazine – LCM, p.8-9.

Rechercher des images dans la collection Lomax de la bibliothèque du Congrès : http://www.loc.gov/pictures/collection/lomax

Crédits photographiques :

Alan Lomax et sans doute Raphael Hurtault écoutent un enregistrement, photographie d’Antoinette Marchand, La Plaine, Saint Patrick (île de la Dominique), 1962, collection de l’ACE. 

John Lomax serre la main du musicien « Uncle » Rich Brown à Sumterville, Alabama, USA, collection de la bibliothèque du Congrès, domaine public.

[Prisoners breaking up rocks at a prison camp or road construction site], photographie prise entre 1934 et 1950, collection de la bibliothèque du Congrès, pas de restrictions de droit connues.

  1. Les archives de l’American Folk Song deviendront en 1978 une partie du  les archives du American Folklife Center et seront alors renommées Archive of Folk Culture. []
  2. A cette époque son père a quitté la LC depuis un an, il est devenu conseiller en conservation du folklore, à la fois auprès de l’Historical Records Survey et du Federal Writers’ Project []
  3. Ethnologue, écrivain et éditeur auprès de l’American Folklife Center []

Flickrland

Ce texte a été publié dans le Telemme Infos du mois de mai 2009 dans un format plus court.

Flickr est un site web de partage de photos et de vidéos gratuit qui fait partie de ce qui s’appelle communément aujourd’hui, les outils du web 2.01. Ce site, qui héberge plus de 3 milliards de photos, est utilisé à travers le monde aussi bien par des photographes professionnels que des amateurs de tous genres.

Mais voilà que les institutions se sont emparées de Flickr. En janvier 2008, la bibliothèque du Congrès a lancé un nouveau service sous le titre de Flickr Commons, traduit en français par « Flickr organismes publics ». Elle a été très vite rejointe2 par d’autres organismes, musées, instituts ou bibliothèques du monde entier. De quoi s’agit-il ? Les institutions qui le souhaitent mettent à la disposition des internautes une partie de leurs collections d’images photographiques libres de droits. Toutes les images sont téléchargeables3 en haute définition, ce qui autorise une très large gamme d’usages.

Qu’est-il donc passé par la tête des dirigeants de ces vénérables institutions pour qu’ils mettent ainsi leur précieux patrimoine à disposition de tous à travers, un site dont le service semble de prime abord bien éloigné des systèmes habituels des grandes bibliothèques ?

D’abord ils en avaient assez de détenir depuis si longtemps un patrimoine public inexploité et méconnu. Des millions de plaques de verre, de tirages, de diapositives ou de négatifs sont enfouis dans les archives des bibliothèques et des musées depuis l’invention de Nicephore Niépce. La numérisation des données est certes onéreuse au départ mais ensuite, la diffusion du document numérique est simple, surtout pour la photographie qui bénéficie de normes connues et utilisées par tous4. En recourant à un gestionnaire d’images comme Flickr, ces directeurs de musées et de bibliothèques se donnaient la possibilité de dévoiler enfin leurs images à un public immense5 qui jamais n’aurait mis un pied dans leurs bâtiments.

Mais ils espéraient bien aussi en tirer certains avantages. Car le puissant système de tags6, de géolocalisation et de commentaires, offert par Flickr permet très simplement à l’internaute d’indexer et de commenter les images. Il peut ainsi proposer son interprétation, fournir des informations sur la localisation, la période de prise de vue, l’identité des personnes représentées ou le photographe. Mieux encore, il diffuse autour de lui ces images et le public s’élargit d’autant plus. En exploitant le réseau social de Flickr, ces directeurs de bibliothèques et de musées font donc tout simplement travailler les foules. Sur le web, cela s’appelle le crowdsourcing7.

Ces images racontent notre histoire depuis la fin du 19e siècle, avec une dominante de photographies anciennes. Vie quotidienne, monde du travail, photographies de vacances, portraits d’hommes et de femmes connus ou inconnus, paysages, monuments, intérieurs d’habitations… Vous pouvez les visualiser sur la « Galerie » de chaque institution ou les rechercher à partir d’un mot. Sur les seize institutions qui ont jusqu’ici rejoint The Commons, cinq sont établies aux États-Unis, une au Québec, trois en Australie et une en Nouvelle-Zélande ; les autres sont en Europe (une au Portugal, trois en Grande-Bretagne, une aux Pays-Bas et une en France). Ainsi, aux côtés du Brooklyn Museum qui propose – par exemple- des daguerréotypes réalisés en Égypte à la fin du 19e siècle et de la Smithsonian Institution qui présente de magnifiques portraits d’indiens, la bibliothèque de Toulouse est devenue le premier organisme public français à participer à ce projet. Elle met à disposition 310 photographies anciennes transférées de plaques de verre, faisant partie du fonds Trutat8, datant des années 1880 à 1920. Jusqu’à présent, ces images n’étaient consultables que sur place. Aujourd’hui, vous pouvez admirer des paysages pyrénéens, arpenter les glaciers avec les randonneurs ou observer des scènes de vie quotidienne dans la ville de Luchon au début du 20e siècle.

A des niveaux plus petits, mais tout aussi riches, des laboratoires ou des responsables de projets de recherche ont lancé des albums d’images librement mises à disposition. Un des plus anciens exemples est celui du laboratoire d’histoire visuelle contemporaine9 un des plus récents est celui que vient d’ouvrir l’Institut français du Proche Orient10. D’un autre genre, l’album « Photos Normandie », invite les internautes à améliorer les légendes des 2 763 photos de la Bataille de Normandie11. Flickr nous offre aujourd’hui assez d’images que nous n’aurons jamais le temps de visualiser en une vie !

***

1 A propos des outils du web 2.0, je vous renvoie vers un article de l’inventeur du terme, Tim O’Reilly, qui date déjà de septembre 2005 : http://www.eutech-ssii.com/ressources/view/1

2 Un rapport sur l’histoire du projet et ses résultats a été publié le 11 décembre 2008 sur le blog de la Library of Congress : http://www.loc.gov/blog/?p=394 Aujourd’hui Flickr Commons compte presque 5000 photos.

3 Pour les droits de ce téléchargement Flickr Commons a inventé un nouveau type de copyright, celui qui n’est pas connu (l’expression consacrée désormais est : No known restrictions on publication). D’autres images sont simplement libres de droits et une partie est placée sous copyright .

4 Depuis 1965 la norme IPTC (International Press Telecommunications Council) domine les formats de métadonnées pour la description des images. La norme XMP (Extensible Metadata Platform) lancée par Adobe Systems – Photoshop en 2001, est en train de la remplacer.

5 Le site compte plus de 54 millions de visiteurs uniques par mois dans le monde dont 880 000 visiteurs uniques en France, selon les chiffres de la société comScore (avril 2008).

6 Le mot-clé est appelé communément « tag » sur les sites dits de réseaux sociaux appartenant au Web2.0.

7 Ce terme a été inventé en 2006 par deux rédacteurs du magazine Wired, Jeff Howe et Marc Robinson. Il s’oppose à l’outsoucing qui renvoie à une externalisation des tâches tandis que le crowdsourcing souligne la contribution ouverte à tous à une oeuvre collective qui n’aurait pu être menée seul.

8 Eugène Trutat, conservateur au Muséum d’Histoire Naturelle de Toulouse et photographe, a sillonné les Pyrénées et photographié sur plaques de verre entre 1870 et 1920 autant les paysages, les villages, que les habitants.

9 Le LHIVIC a plusieurs Flickr dont celui de son directeur, André Gunthert : http://www.flickr.com/photos/gunthert/

11 Pour plus d’informations sur ce projet (http://flickr.com/people/photosnormandie/), lire l’article de Patrick Pécatte, « Une plate-forme sociale pour la redocumentarisation d’un fonds iconographique » (deuxième conférence sur le document numérique et Société les 17 et 18 novembre 2008, CNAM-Paris) http://blog.tuquoque.com/post/2008/09/16/Une-plate-forme-sociale-pour-la-redocumentarisation-d-un-fonds-iconographique

Crédit photographique : la photographie a été prise entre 1907 et 1930 par Edward S. Curtis (1868-1952), technique : photogravure. Titre : In the land of the Sioux – No known restrictions on publication URL : http://photography.si.edu/SearchImage.aspx?id=5207