Archives par mot-clé : Londres

Lancement d’Europeana Sounds, 17 et 18 février 2014, British Library, Londres

Les 17 et 18 février 2014 a eu lieu le lancement du programme Europeana Sounds et son “Kick‐off Meeting” à la British Library (BL). Le CNRS y était présent avec deux collections sonores, celles du laboratoire de sociologie et d’ethnologie comparative à travers le groupe du CREM et celles de la phonothèque de la MMSH (USR 3125). Après les mots de bienvenue de Roly Keating, directeur de la BL, Richard Ranft le coordinateurs du projet a présenté les grands objectifs du programme Europeana Sounds suivi de  Jill Cousins, directeur exécutif d’Europeana,  qui a explicité les stratégies de ce portail européen dans lequel pour le moment peu de fichiers sonores sont mis à disposition : l’objectif à la fin du programme européen est qu’un million de sons puissent être accessibles sur le portail.  La matinée était assez technique car il fallait en deux jours comprendre à la fois l’objectif du programme mais aussi la façon dont les programmes européens fonctionnent et les règles du jeu à suivre. C’est, Krzysztof Nichczynski (Project Officer à la commision européenne) nous a expliqué comment nous allions devoir fonctionner et à quelles évaluations nous serions soumis.

Puis ce sont tous les coordonnateurs des “work packages” ou WP qui ont présenté de façon synthétique les grandes orientations du projet  :  –

  • WP1 (Aggregation / Agrégation) – Andra Patterson, (BL)
  • WP2 (Enrichment and Participation / Enrichissement et participation) – Maarten Brinkerink Netherlands Institute for Sound and Vision (NISV)
  • WP3 (Licensing Guidelines / Orientations juridiques) – Lissette Kalshoven, Kennisland (KL)
  • WP4 (Channels Development / Développement d’une chaîne thématique) – David Haskiya, Europeana Foundation (EF)
  • WP5 (Technical Infrastructure / Infrastructure technique) – Vassilis Tzouvara, National Technical University of Athens (NTUA) qui développe l’éditeur XML Mint qui sera l’outil utilisé par le programme.
  • WP6 (Dissemination & Networking / Réseaux et communication) – Marion Ansell, Bibiothèque Nationale de France (BnF)
  • WP7 (Project Management & Sustainability / Managment du projet et durabilité) ‐ Catherine Gater (Project Manager, BL) and Roger Gavin (BL finance).

Des ateliers ont été organisés par thématiques pour que nous puissions poser des questions, interroger les porteurs de WP et comprendre nos objectifs.

Après une visite du département de l’audiovisuel de la BL, Laurence Byrne (BL), a présenté des extraits sonores qui laissaient présager de l’intérêt de la diffusion de ces son dont les partenaires sont dépositaires sur la plateforme Europeana, présentés par Marianna Anastasiou (Friends of Music Society), Jane Topp Fargion (British Library), Juozas Markauskas (DIZI), Zane Grosa (National Library of Latvia), Max Kaiser (Max Planck Gesellschaft) and Mairead MacDonald (Tobar an Dualchais)

Outre la rencontre de tous les partenaires, la présentation des différents WP, la compréhension du futur modèle de métadonnées EDM et la façon dont nous allions organiser nos données, ces journées ont été pour nous l’occasion de préciser notre partenariat au sein du CNRS, avec le CREM au sein du laboratoire d’ethnologie et de sociologie comparative, au sein duquel ont été développées le projet Telemeta. Joséphine Simonnot a présenté les archives du CREM-Musée de l’homme et de la MMSH aux participants. Aude Da Cruz Lima et moi-même, avions proposé quelques fichiers en exemple pour les projets de valorisation à venir qui pouvaient être écoutés sur des postes à l’extérieur de l’auditorium. Ces journées ont également été l’occasion de mieux connaître la British Library, visiter les services de l’audiovisuel, interroger leur base de données “de l’intérieur” et mieux comprendre le travail à réaliser. Nous avons beaucoup de route à parcourir avant de pouvoir d'”ingérer” nos propres métadonnées dans MINT ! Une formation est prévue à Athènes d’ici quelques mois… A suivre !

Crédits photographiques : Europeana Sounds, Kick Off à la British Library, Elizabeth Hunter, 18 février 2015, CC-BY-SA.

“On prenait Londres tous les soirs…” : Témoignages sur les usages de la radio dans les années 1930 et 1940

John Frost and daughter listening to radio in their home. Tehama County, California Digital ID: (digital file from original) fsa 8c00054 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/fsa.8c00054 Reproduction Number: LC-DIG-fsa-8b00054 (digital file from original) LC-USF34-037961-D (b&w film neg.) Repository: Library of Congress Prints & Photographs Division Washington, DC 20540 http://hdl.loc.gov/loc.pnp/pp.print

Les entretiens de terrain témoignent souvent de pratiques ou d’usages culturels qui ne sont pas toujours les objets d’enquêtes des chercheurs qui les ont enregistrés. Ainsi la radio apparaît régulièrement dans les récits des années 1930-1945, témoignage d’un medium qui diffuse parfois des informations cruciales difficiles à obtenir par d’autres biais ou propose des divertissements. Nous présentons ici une série d’extraits sonores, issus pour la plupart du corpus d’Anne Roche et Marie-Claude Taranger1.

Ainsi, par manque de moyens ou en temps de guerre apparaissent des difficultés pratiques d’accès à l’information que les témoignages individuels peuvent révéler. Par exemple, les mouvements ouvriers ayant lieu en France ne sont pas connus de cet ouvrier habitant l’Algérie dans les années 1930. Contrairement à ses supérieurs, il n’a pas accès aux journaux internationaux et n’a pas de radio :
Extrait de l’enquête n°4124 (voir la notice sur Ganoub)

Dans les années 1940, les difficultés financières ont amené cette informatrice Oranaise à troquer son transistor contre de la nourriture. Ces circonstances l’empêchent de suivre l’actualité et lui permettent de vivre quotidiennement avec moins d’inquiétude et d’attente que les personnes informées :
Extrait de l’enquête n°4134 (voir la notice sur Ganoub)

A cause de la confiscation des postes de radio à Djibouti, le militaire témoignant dans cette enquête ne connaît pas l’existence des Forces Françaises Libres. Il est étonné d’apprendre leur existence, lorsque, ayant refusé l’armistice, il s’évade en 1940 et rejoint les forces alliées à Aden :
Extrait de l’enquête n°4143 (voir la notice sur Ganoub)

Deux extraits montrent en particulier la radio comme un moyen de suivre l’actualité politique et culturelle. Dans cet extrait, l’informateur aborde la presse écrite et se souvient avoir suivi l’actualité de la guerre d’Ethiopie à la radio :
Extrait de l’enquête n°4145 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur exprime le rôle culturel de la radio (et la station Le Poste Parisien) grâce à laquelle il suivait les retransmissions de représentations théâtrales :
Extrait de l’enquête n°4137 (voir la notice sur Ganoub)

Royal Oak, Michigan. A family listening to the radio and reading Father Coughlin's newspaper

Enfin, trois enquêtes contiennent des informations sur les pratiques d’écoute et des récits de l’expérience des discours radiodiffusés. Dans la première, l’informatrice, habitant Marseille, se remémore les discours de Maurice Schuman et les slogans diffusés par la BBC dénonçant Radio-Paris. La formule “on prenait Londres tous les soirs” suggère les efforts que demandait à cette époque la captation des stations :
Extrait de l’enquête n°4150 (voir la notice sur Ganoub)

Cet autre informateur écoutait pendant la deuxième guerre mondiale, chaque dimanche matin, tranquillement couché, les radios en langue anglaise, française et allemande :
Extrait de l’enquête n°4154 (voir la notice sur Ganoub)

Les informations et les discours radiodiffusés donnent lieu à des séances d’écoute collective :
Extrait de l’enquête n°3032 (voir la notice sur Ganoub)

Crédits photographiques : – première photographie :  John Frost et sa fille écoutent la radio chez eux, Tehama County, California (1940) ; Lee Russell (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues. – deuxième photographie : Une famille écoute la radio en lisant le journal “Social Justice” du père Coughlin, Raoyal Oak, Michigan (1939) ; Siegel, Arthur S. (auteur) ; Library of Congress, Prints & Photographs Division, Washington, DC. Pas de restrictions de droit connues.

  1. Cette collection a fait l’objet d’un premier billet qui présentait la nature générale du corpus []

A propos des archives sonores ethnographiques de la British Library

L’UNESCO vient d’inscrire les collections sonores ethnographiques de la British Library (BL) dans le Memory of the World International Register, une sorte d’inventaire international de la mémoire du monde qui peut s’apparenter – pour les documents et les archives – à la liste des sites du patrimoine mondial. C’est une belle reconnaissance de cette collection sonore mais aussi du travail des archivistes qui ont oeuvré non seulement à sa numériser mais aussi, et surtout, à sa mise en ligne. Vous pouvez ainsi écouter en interrogeant la base Archival Sound Recordingsdes complaintes gaéliques enregistrées en 1908, des airs irlandais sifflés (1915) ou encore des chants et des musiques de l’Inde de la fin du 19e siècle et du début du 20e.

Pour cette mise en ligne, l’équipe du département des archives ethnomusicologiques de la BL, sous la direction de Janet Topp-Fargion, a mené une réflexion sur les questions de droit et d’éthique, en travaillant en collaboration avec la World Intellectual Property Organization (WIPO ) et en particulier l’IGC ou Intergovernmental Committee on Intellectual Property and Genetic Resources, Traditional Knowledge and Folklore.  Au moment de l’interrogation des archives ethnomusicologiques, une déclaration conjointe WIPO/BL s’affiche pour les internautes. Cette déclaration, sorte de charte juridique pour les collections, pourrait être intéressante à reprendre sur un site d’archives sonores du même type, si ce n’est en l’état en tout cas dans l’esprit : le texte pourra être discuté lors des réunions de travail qui s’annoncent dans le cadre de la rédaction du Guide de bonnes pratiques sur les questions de  droit et d’éthique pour la diffusion des données en SHS. Je tente ici une traduction, n’hésitez pas à faire d’autres propositions à travers les commentaires.

“La British Library a numérisé ses collections sonores dans un but de conservation mais aussi afin que ces enregistrements puissent être diffusés et utilisés dans le cadre d’exploitations non commerciales pour la recherche, l’éducation ou toute autre utilisation qu’elle soit privée ou appartenant au cercle familial. Ces collectes sont des matériaux sensibles sur la culture de différentes sociétés, enregistrés au cours de recherches ethnographiques. Ainsi, ces enregistrements ne doivent pas être modifiés ou utilisés d’une façon qui pourrait heurter  les communautés autochtones et locales qui sont dépositaires mais aussi vecteurs de la musique traditionnelle et de leurs chants, des savoir faire, des contes, des spectacles et autres matériaux créatifs que l’on trouve dans ces enregistrements sonores.

La British Library, ainsi que ceux qui ont contribué à la constitution des collections, est certes détentrice de la propriété intellectuelle de la numérisations des documents  sonores et propriétaires des supports mais elle reconnait des droits plus étendus à tous ceux qui ont transmis ce patrimoine culturel immatériel, ainsi qu’à ceux qui sont considérés comme les “gardiens traditionnels” de ces matériaux – en vertu des lois nationales, coutumières ou autre -, qu’il s’agisse de musiques, de paroles ou de autres créations enregistrés dans ces collectes. C’est pour cela que, pour toute réédition ou utilisation commerciale de tout ou partie de ces matériaux, il est obligatoire d’obtenir  le consentement préalable de la British Library, comme de tous ceux qui ont contribué à la création de l’archive, mais aussi des “gardiens” de ces cultures.

La British Library est très attentive à la prise en compte des sensibilités culturelles et des interdits religieux en lien avec les sociétés auxquelles appartiennent les témoins enregistrés. Lorsque elle détient les information identifiant l’enregistrement, la British Library le documente le mieux possible, en indiquant en particulier le lieu et la date de de la prise de son, les noms des interprètes, des compositeurs et de tous les témoins qui transmettent leurs savoirs, leurs récits, leurs musiques ou leurs chants. La British Library s’applique à ne jamais déformer ou altérer de quelque façon que ce soit ce matériau. Toutefois, si un représentant d’une communauté ou une communauté se sent lésée par la numérisation et la mise à disposition de ces matériaux, la British Library invite la communauté à la contacter afin d’engager une discussion et résoudre la situation à l’amiable.

 

The following statement has been prepared together with the World Intellectual Property Organization

The British Library has digitised these collections of recordings and made them available purely for the purposes of safeguarding them and for making them available for non-commercial research, study and private enjoyment. The collections include culturally sensitive materials, among them ethnographic sound recordings. These recordings should not be altered or used in ways that might be derogatory to the indigenous and local communities who are traditional custodians of the traditional music, lyrics, knowledge, stories, performances and other creative materials embodied in the sound recordings.

While the British Library, or contributors to its collections, may be the owner of intellectual property in the digitisations of the sound recordings and in the sound recordings themselves, the Library recognises that broader rights and interests in intangible cultural heritage, including traditional music and other creative materials embodied in the sound recordings may, under national, customary and other laws, reside with the traditional custodians of such materials. Therefore the prior informed consent of the British Library and/ or other contributing third parties, as well as the traditional custodians is required for the republication and commercial use of part or whole of these materials.

The British Library always seeks to take account of cultural sensitivities and any religious or other restrictions in the recordings its possesses and/or owns. Where possible, the location and date of the recording, the names of original performers and traditional custodians of the music, and the lyrics, knowledge, stories and performances embodied in the sound recordings have been identified. The Library takes considerable care not to distort or alter this underlying material in any derogatory way. In the event, however, that any community or community representative feels aggrieved by the digitisation and making available of these materials, the British Library invites such community to contact it via the link below in order to resolve the matter amicably through mutual discussion.

 

A propos des collections sonores de la British Library lire aussi http://phonotheque.hypotheses.org/4517

Crédits photographiques : vue extérieure de la Bristish Library, Londres, février 2011, Véronique Ginouvès.

Une après-midi à la British Library Sound Archive

L’installation de la Bristish Library dans un nouveau bâtiment à Saint-Pancras avait pour objectif de regrouper l’ensemble des collections éparpillé sur plusieurs sites londoniens.  Le bâtiment, dont la construction s’est terminée en 1998, été conçu comme évolutif ; le département des documents sonores l’a intégré en 2007. Les crédits alloués à cette bibliothèque nationale ne sont sans doute pas à la hauteur des exigences du projet initial mais les archives sonores ont réussi à y faire entendre leur voix.

La Bristish Libray Sound Archive conserve plus de 3 millions d’enregistrements dont plus d’un million de disques, 200 000 milles bandes magnétiques et 3000 cylindres. Le dépôt légal des documents sonores édités n’existe pas au Royaume Uni aussi les documents inédits occupent  naturellement une place importante dans les collections (10% environ de la totalité). Voilà un bref compte-rendu d’une visite professionnelle que j’ai pu faire le 4 février dernier où j’ai rencontré les responsable de quatre services différents  : la conservation, le catalogage, l’ethnomusicologie et l’histoire orale.

Will Prentice, qui dirige  le Technical Services, Sound & Vision1 a présenté  les installations techniques. Ce département a largement bénéficié de l’installation dans le nouveau bâtiment de Saint-Pancras avec la création de 3 studios de numérisation, l’acquisition de serveurs, de  logiciels et  de machines de numérisation et le matériel de nettoyage des différents supports sonores source. Plus de 4000 heures ont ainsi été numérisées entre 2008 et 2011 (format wave 96khz/32bits) avec le logiciel Wavelab.

Le cataloge est déployé sur le logiciel Dynix (Symphony). Il n’est pas encore intégré à l’ensemble du catalogue de la British Library qui, lui, l’est sur Aleph. Antony Gordon, Senior Cataloguer, en est l’administrateur système. Les recherches sur le catalogue se font donc de façon indépendante soit sur l’ensemble des enregistrements organisés en 8 grandes thématiques2 soit sur les enregistrements accessibles en ligne (23 200 items) organisé suivant 32 corpus.

Le département d’ethnomusicologie que dirige Janet Topp Fargion a analysé et mis en ligne de nombreux documents de terrain. Parmi les 244 cylindres enregistrés entre 1898 et 1915 vous pouvez écouter en ligne des musiques traditionnelles d’Angleterre, d’Ecosse et d’Irlande mais aussi d’Australie, d’Inde et du Pakistan : Inanim na pina est une belle interprétation de Kripa Ram Bali enregistré par un aristocrate anglais  Arthur Fox Strangways (1859-1948) en 1911 dans le Hindostan.  Plus récents, les enregistrements réalisés par Klaus Wachsmann (1907-1984) en Ouganda, où on peut entendre par exemple ce chant à boire très joyeux (1954) ou, plus près de nous encore, ce Réel entrainant3 Les questions de droit et d’éthiques sont au centre des problématiques de ce service qui réfléchit à la façon dont les archives vont pouvoir être diffusées en ligne en s’appuyant sur les démarches proposées par la WIPO4. L’onglet Legal and ethical usage explicite la démarche de la Bristish Libray Sound Archives.

En Grande-Bretagne – comme en France5 – la pression des financeurs est forte pour que les documents sonores soient mis en ligne. Il est ainsi toujours difficile pour les phonothèques de traiter les documents anciens qui ne peuvent être diffusés librement faute de  pouvoir retrouver les témoins pour leur demander leur accord. Le département d’histoire orale dirigé par Robert Perks6 a développé une stratégie très intéressante afin de bénéficier de financements substantiels dans l’objectif de constituer des archives d’histoire orale conséquentes.  Il a créé en 1987 la National Life Stories qui finance des chercheurs pour la collecte de récits de vie pour lesquels l’ensemble des questions de droit sont réglées. Le département d’histoire orale de la bibliothèque nationale  présentait d’ailleurs en ce début d’année 2011 une grande exposition sur les langues et les dialectes dans le Royaume-Uni.

Le dynamisme de ce département est aussi lié aux différentes associations internationales auxquelles les professionnels de l’information participent activement : IASA (International Association of Sound and Audiovisual Archives), IAML ou AIBM (international association of music libraries and documentation) et IOHA 5International Oral History Association). Les archives sonores inédites trouvent leur place dans les institutions nationales et peu à peu les masses critiques des collections augmentent intéressant un public toujours plus nombreux, et c’est tant mieux.

Crédits photographiques : entrée de la British Library – Saint-Pancras, département des archives sonores de la BL, par Véronique Ginouvès, 4 février 2011.


  1. Sur cette couverture de Playback (n°43), la revue que la Bristish Library Sound Archive a publié jusqu’en 2010, vous pouvez voir Will Prentice en train de donner une formation []
  2. Langues et dialectes, Art – littérature et théâtre, Musique classique, Environnement et nature, Jazz et musique populaire, Histoire orale, Documents historiques, Musique traditionnelle []
  3. Interprété par “Big John” (bodhran). Blaney, Frank (banjo). Hall, Reg (piano). Malynn, Paddy (accordion). O’Neill, Kathleen (fiddle). Power, Jimmy, 1918- (fiddle). Sheridan, Tommy (uilleann pipes). Waldren, Kathrine (flute). []
  4. The World Intellectual Property Organization []
  5. Voir le point 4 de l’introduction de Florence Descamps à la journée du 30 novembre 2010, “Le chercheur et ses sources sonores et audiovisuelles” []
  6. Robert Perk dirige le Oral History Society Journal []