Archives par mot-clé : lutherie

Tailler du volume et sculpter dans la masse : le parcours d’un fils de luthier entre carrosserie et lutherie

Le luthier César Sakellarides, Marseille, juil. 2018 (photo Maïa Hawad)

César Sakellarides est aspirant compagnon carrossier lorsqu’il décide à 22 ans en 2014 de se réorienter vers la lutherie, une profession qu’il connaît bien car il s’agit du métier de son père, le luthier marseillais André Sakellarides.

  1. Grandir dans un atelier de lutherie (César Sakellarides, extrait de l’enquête n°5341)

Continuer la lecture de Tailler du volume et sculpter dans la masse : le parcours d’un fils de luthier entre carrosserie et lutherie

De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative

Mieke Bodart devant la porte du 14 Rue Paradis à Marseille vers 1974 (coll. Mieke Bodart)

Mieke Bodart est née et a grandi à Oldenzaal en Hollande. En 1968, après avoir passé son baccalauréat, elle intègre l’Ecole de lutherie de Mittenwald en Allemagne. Elle a 18 ans. Elle fait partie des «nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière mais par goût de la musique, du violon et des activités manuelles. Depuis l’enfance, elle aime « fabriquer ». Vers 8 ans, elle commence à apprendre à jouer du violon et démonte son instrument pour comprendre comment il est construit.

  1. Devenir luthier (Mieke Bodart, extrait de l’enquête n°5187)

Continuer la lecture de De la lutherie à la sculpture ou comment gagner en liberté créative

Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante

Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)
Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)

Nicole LABERTE (soeur de Cécile Laberte avec laquelle un entretien avait été mené en 1982 ) est une descendante de la famille Laberte qui fut à la tête d’une grande manufacture d’instruments de musique à Mirecourt, pendant plusieurs générations. Son père Marc Laberte (1880-1963) fut lui-même directeur de l’entreprise. L’entretien débute par une discussion sur l’origine de la maison Laberte (les dates de fondation de la maison remontant au XVIIIe siècle correspondent en fait au rachat de marques d’ateliers anciens, comme l’a montré Roland Terrier).

Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)
Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)

Nicole Laberte évoque le premier Laberte qui était marchand de violons. Dans ses archives familiales, un acte daté du 27 septembre 1846 mentionne « Augustin François Laberthe, marchand d’instruments de musique, à Mirecourt », comme acquéreur d’une vigne située sur le territoire de Mirecourt, au canton du Neuf Moulin.

Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)
Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)

Parmi les trois fabriques d’instruments de Mirecourt, l’entreprise Laberte fut-elle la seule à ne faire que de la lutherie, comme le dit Nicole Laberte ? C’est certainement le cas pour la période la plus récente.

Seulement de la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Mais des recherches montrent qu’en 1873, « à la suite de la faillite de la société REMY-GENIN, c’est la Maison LABERTE-HUMBERT qui reprend le stock et continue quelques temps la fabrication d’instruments de musique à vent » (Pierre René, « LABERTE, les derniers fabricants d’instruments de musique à vent de Mirecourt (1779-1972). Dans les collections du Musée de la lutherie de Mirecourt figurent par ailleurs une clarinette marquée au fer LABERTE-HUMBERT/ PARIS (vers 1900) et un Piano droit de la marque Laberte-Humbert Frères, Mirecourt/N° 12559 (vers 1910).

La société en nom collectif Laberte-Humbert Frères est créée en 1876 par les frères Laberte  (Auguste et Maurice Emile), fils d’Augustin François Laberthe et de son épouse Rose née Humbert .

Acte Société Laberte, 1876, Mirecourt
Acte Société Laberte-Humbert Frères, 1876, Mirecourt

Pour Nicole Laberte, le grand homme de la famille est son père, Marc Laberte (fils d’Auguste). Celui-ci a une double formation : l’école de commerce à Nancy et l’apprentissage de la lutherie avec Camille Poirson. Les violons le passionnent.

Passionné par la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il connaît bien le bois et part le choisir lui-même en Bosnie-Herzégovine :

Choix du bois de lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte gère la fabrique sur un autre mode que son père, en utilisant tous les moyens de communication modernes. Il constitue par ailleurs une collection de très beaux violons anciens, dont il fait ensuite fabriquer des copies d’excellente qualité.

La collection d’instruments anciens (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Son associé, Fourier Magnié, a beaucoup de compétences techniques et conçoit des machines pour la fabrication des instruments ordinaires qui font tourner l’usine. Marc Laberte de son côté suit de très près les opérations de l’atelier de lutherie d’art.

L’atelier des seigneurs (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)
Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)

Il s’intéresse beaucoup à l’opération de vernissage.

Le vernissage (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Lui et le vernisseur sont les premiers à tester la sonorité des meilleurs violons fabriqués dans l’atelier d’art. Or, ils sont tous les deux sourds. Pourtant, leurs appréciations ont toujours coïncidé avec celles des plus grands violonistes invités ensuite à essayer les instruments.

Tester la sonorité des violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte avait du mal à se détacher des instruments fabriqués sous sa direction et ne les vendait qu’à contrecoeur.

Triste de vendre ses violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il a donné de l’ampleur à l’usine de lutherie. Polyglotte, il était en contact direct avec la clientèle internationale. Son fils Philippe a eu également une formation internationale.

La dimension internationale  (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié
Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié

L’entreprise se diversifie dans les années 1930 en fabriquant des gramophones et des radios en bois de résonance. N. Laberte évoque notamment la correspondance entre son père et Louis Lumière au sujet du Stradivox et la visite de ce dernier dans les ateliers.

Le son du Stradivox (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte
Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte

Mais pendant la guerre de 40, les machines très onéreuses de l’usine (servant à la fabrication des radios) sont déménagées par les autorités allemandes. Marc Laberte de retour à Mirecourt tentera  de reprendre certaines activités de l’usine (la fabrication des violons) et devra pour cela vendre tous les beaux instruments de sa collection.

La guerre de 40 (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

L’époque est très difficile et les affaires périclitent. Marc Laberte décède en 1963. Son fils lui succède mais n’a pas la même passion pour le violon et pour le bois. Une passion que N. Laberte illustre par plusieurs anecdotes.
Le ton du vernis (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Le vernis blond est une caractéristique des violons Laberte.

Nicole Laberte évoque les rapports de son père avec les clients internationaux et les  grands musiciens.

Après la deuxième guerre mondiale, la grande crise liée à la mécanisation de la musique affecte très durement tous les fabricants d’instruments.

La grande crise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)


La reprise s’est faite plus tard en commençant par une demande concernant les guitares.
La reprise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Nicole Laberte dit sa surprise lorsqu’invitée au repas des luthiers à la Sainte-Cécile à Mirecourt dans les années 1990, elle rencontre des jeunes gens qui gagnent leur vie dans la lutherie.
Les nouveaux luthiers (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle revient sur la Ste Cécile, le grand jour de l’année à Mirecourt, et sur son organisation.

La Sainte-Cécile (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle souligne la différence qui existaient entre les luthiers de Mirecourt centrés sur la fabrication des instruments neufs et les luthiers installés dans les grandes villes qui avaient presque des activités d’antiquaires et restauraient les instruments anciens.

Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié
Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt. Le corpus constitué de 1982 à 1990 puis complété par de nouveaux entretiens depuis 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : L’enquête a concerné les parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt jusqu’aux nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Nicole  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante . 18 mars 2014, Paris. Enregistrement numérique :  66 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4905.

Crédits photographiques : Cartes postales (début du XXe siècle) et H. Claudot-Hawad.

 

La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile

Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris
Pierre Caradot dans son atelier de la rue de Rome à Paris

Pierre Caradot débute sa formation de luthier en 1980 à 14 ans. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Un goût que des circonstances familiales provoquent en faisant de lui l’héritier du prénom, des outils et du violon de son grand-père.

L’héritage du grand-père (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il commence à étudier le solfège et fait du violon pendant sept ans, sans autre expérience de la lutherie que l’entrée dans un atelier de luthier pour faire monter le violon de son grand-père et la rencontre avec un altiste luthier amateur. Il connaît cependant le bois à travers le métier de son père, ingénieur dans l’industrie du bois, passionné par ce matériau. C’est ce dernier qui, revenant d’une foire du bois à Epinal, lui ramène les prospectus de l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt.

Compétences requises pour l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot se décide à envoyer un dossier, qui est accepté. Il part en mai 1980 pour passer les tests d’admission à Mirecourt où il découvre, parmi les élèves venus de toute la France, des passionnés de lutherie.

Les tests d’admission à l’école de lutherie (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Un peu surpris par la rapidité des événements, il se renseigne avec sa famille auprès de différents luthiers qui presque tous l’encouragent dans cette voie.

Les conseils des luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Il arrive à Mirecourt à 14 ans et demi et découvre un « métier incroyable » le confirmant dans son choix. L’enseignement de la lutherie se fait à l’ancienne avec Maître René Morizot dans une structure cependant nouvelle et plus ouverte qui est celle  de l’éducation nationale, attirant ainsi des élèves d’origines régionales  et sociales très variées. Il décrit les locaux et l’organisation spatiale de l’école.

Les locaux (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Sur la disparition de la section d’archèterie suite au décès de Maître Bernard Ouchard, P. Caradot s’interroge, y décelant une certaine peur de la concurrence éprouvée par la corporation.

L’archèterie française en train de se dissoudre (P.  Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’enseignement en lutherie débute par la fabrication des outils comme les canifs. L’école est pauvre en matériel et les outils sont rares et onéreux.

Rareté des outils (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Les outils du luthiers (au centre, la meule à affûter), atelier de Jean Villaume à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

P. Caradot décrit les différentes étapes de l’apprentissage.

Etapes de l’apprentissage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La vitesse d’exécution était alors privilégiée à Mirecourt avec l’idée que la qualité viendrait ensuite, une option qui s’est aujourd’hui inversée.

Rapidité d’exécution (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La méthode enseignée est d’exécuter en répétant sans chercher à comprendre.

Faire sans chercher à comprendre (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Mais ce qu’on appelle la « tradition » transmet un certain nombre d’erreurs dont il faut ensuite s’affranchir. P. Caradot en donne des exemples.

Les erreurs transmises (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Canifs anciens de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse)
Canifs de luthier (atelier de Pierre Claudot, La Bouilladisse), cliché HCH

L’ambiance à l’école est sympathique même si les élèves savent que la sélection de fin de 1e année éliminera une partie d’entre eux (5 élèves sur 8 passeront en 2e année). Il n’y a dans la classe qu’une fille pour qui c’est très dur, dit P. Caradot, dans un milieu qu’il qualifie de misogyne. Les élèves sont logés à l’internat dans des conditions assez austères mais propices à la naissance d’amitiés solides et à la concentration sur un métier qui va devenir rapidement une passion.

Les conditions de vie mirecurtiennes (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

L’école dispense des cours de musique qui font partie de la formation.

La musique à l’école (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pendant les vacances d’été, P. Caradot fait un stage chez les luthiers de Besançon, Philippe Bodart et Jérôme Dariel. Il découvre d’autres aspects du métier et des méthodes différentes de celles de Mirecourt.

Le premier stage (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Au cours de la 2e année, les élèves luthiers – plus sereins car ils ne craignent plus d’être éliminés – fabriquent des violons complets, sauf le montage et le vernissage.

La 2e année (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

P. Caradot continue à faire des stages pendant les vacances mais évite d’utiliser à Mirecourt les techniques apprises ailleurs, car s’écarter de la méthode mirecurtienne est mal vu.

Exclusivement la méthode mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le contact avec les anciens luthiers de Mirecourt n’est pas très aisé. Pierre Caradot avec un camarade de promotion parvient à faire la connaissance du luthier Gustave Villaume qui leur parle un peu du passé.

La lutherie partout mais nulle part (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

C’est plutôt en fréquentant les ateliers des jeunes luthiers installés à Mirecourt que P. Caradot peut se faire une idée plus précise du rôle qu’a joué la lutherie dans cette ville. Il rapporte le silence des Mirecurtiens au sujet de leur passé à une souffrance collective et aux frustrations endurées par les luthiers mirecurtiens exploités et privés de reconnaissance. Immergés dans la mentalité mirecurtienne, les élèves commencent à s’en imprégner et à se distinguer des élèves luthiers formés ailleurs, comme à Crémone.

Attraper la mentalité mirecurtienne (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

La 3e année est marquée par le passage du Brevet de technicien, obtenu par les 5 élèves de la promotion.

Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)
Atelier de Pierre Caradot (Paris, 2016)

A l’école, chaque année, un événement important avait lieu lors de la Sainte Cécile (patronne des luthiers): la visite des membres du GLAAF (Groupement des Luthiers et Archetiers d’Art de France) qui, à l’occasion de leur congrès, venaient rencontrer les élèves, examiner leurs travaux et leur donner des avis et des conseils. Pierre Caradot décrit ces moments marquants et les contacts précieux qu’ils permettaient de nouer avec le milieu professionnel.

Contacts avec les luthiers (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Le réseau professionnel des élèves sortant de Mirecourt était à l’époque quasi exclusivement français, contrairement à aujourd’hui. Après l’obtention de son diplôme (Brevet de Technicien) en 1983, P. Caradot va travailler dans différents ateliers : un an chez Bodart & Dariel à Besançon, puis 3 mois chez J. Dariel qui s’est installé à Paris, ensuite 4 mois chez R. Garmy à Aix-en-Provence. Il énumère les différents maîtres luthiers qui lui ont transmis chacun quelque chose d’important. Finalement, il est embauché à Paris par Etienne Vatelot en septembre 1985.

L’embauche chez Etienne Vatelot (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans cet atelier qui compte 5 ouvriers, il fait de la restauration, un peu de neuf sous la direction d’E. Vatelot ; il voit de très beaux instruments et rencontre de grands musiciens. Selon ses termes, c’est « un paradis pour un jeune luthier ». Il y restera 15 ans, devenant en 1988 chef d’atelier. Il décrit la méthode de restauration d’Etienne Vatelot, la plus légère possible, contrairement à l’option choisie par d’autres ateliers.

Deux théories pour la restauration (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Dans la Maison Vatelot, il a la chance de voir une grande variété d’instruments et d’acquérir une connaissance experte des divers styles et écoles de lutherie, ce qui le passionne.

Apprendre les instruments (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Après le départ à la retraite d’Etienne Vatelot auquel succède Jean-Jacques Rampal en 1998, Pierre Caradot travaille à mi-temps pour se rapprocher de son foyer. En 2000, il rencontre Philippe Dupuy qui cherchait un successeur. Avec l’archetier Christophe Schaeffer, ils s’associent avec Philippe Dupuy dont ils reprendront l’atelier, après six ans de travail convivial, en 2006. Pierre Caradot cite d’ailleurs ses maîtres luthiers comme des seconds « pères » qui lui ont transmis un savoir qui n’est pas seulement technique mais de l’ordre du sensible.

Des maîtres et des pères (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

A l’atelier, il a deux assistants (un Japonais, une Canadienne). Mais lui n’a plus le temps de faire du neuf. Il est devenu un luthier relationnel et administratif, rôle qui lui pèse. Finalement il parvient à recentrer son activité en travaillant seul et en dégageant du temps pour faire du neuf. Il décrit ses différentes sources d’inspiration.

Faire du neuf (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pour conclure, il se trouve chanceux dans son parcours jalonné de rencontres essentielles pour un métier qui le passionne.

Une bonne étoile (Pierre Caradot, extrait d’enquête n° 4971)

Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016
Pierre Caradot dans son atelier, Paris, 2016

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Caradot, Pierre (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). La lutherie comme un parcours sous une bonne étoile. Paris, 17 février 2016. Enregistrement numérique : 69 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4971.

Crédits photographiques : Le luthier Gustave Villaume ; L’atelier de Jean Villaume : clichés B. Lesaing , Mirecourt, 1982  ; autres : H. Claudot-Hawad.

 

De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt

La luthière Anne-Sophie Trivin travaillant sur les collections du musée de la lutherie et de l'archèterie à Mirecourt (2014, cliché HCH)
La luthière Anne-Sophie Trivin en train de classer un fond d’atelier au  musée de la lutherie et de l’archèterie à Mirecourt (2014, cliché HCH)

Anne-Sophie Trivin (ex Benoit) a débuté sa formation de lutherie en 1982, à 15 ans. Elle fait partie des « nouveaux luthiers » venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle commence le violoncelle à 12 ans. Les activités artisanales – qu’elle connaît par son grand-père, tailleur de pierre et sculpteur et un grand-oncle ébéniste – l’attirent. Après la 3e, elle est admise à l’Ecole nationale de lutherie de Mirecourt, établissement ouvert depuis douze ans.

Un monde à part (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Dans sa classe formée de six élèves, le nombre de filles est égal à celui des garçons, marquant une tendance forte des années 1980 : la féminisation du métier, favorisée par l’insertion de la formation en lutherie dans le système de l’éducation nationale.

Féminisation du métier (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

A l’école, pour la formation, elle n’a pas senti de différence faite entre filles et garçons.

Pas de différence  filles/garçons (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Par contre, l’ambiance lui apparaît dure et compétitive, les aînés ont une autorité écrasante sur les plus jeunes.

Ambiance de compétition (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Elle est gauchère et doit faire encore plus d’efforts que les autres pour suivre le rythme, une manière, dit-elle, de forger le caractère.

Les gauchers (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2006 (cliché Catherine Baroin)
Anne-Sophie Trivin vernissant un violon, Mirecourt, 2006 (cliché Catherine Baroin)

Elle évoque l’équipe des enseignants pour la lutherie et la jeunesse des formateurs, à peine sortis de l’école et qui prennent le relai des anciens partant à la retraite.

Enseignants en lutherie (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

En 2e année, la pression est moins forte. On acquiert une certaine aisance grâce à la répétition des gestes techniques qui deviennent « naturels ».

La méthode d’apprentissage (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Pour Anne-Sophie Trivin, l’époque est privilégiée car il existe un véritable suivi des jeunes.

Suivi des élèves (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Gabarits. Collections du Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises à Mirecourt (2014, cliché HCH)
Gabarits (Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises à Mirecourt ,2014) Cliché HCH

La 2e année, elle fait un stage chez le luthier René Quenoil, qui est gaucher comme elle. Elle voit dans cet atelier toutes les facettes du métier (réparation et neuf).

Stage chez René Quenoil (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

L’ambiance de travail est silencieuse, le savoir se transmet essentiellement en « montrant ».

On ne parlait pas (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2007 (cliché Catherine Baroin)
Anne-Sophie Trivin en train de fabriquer un violoncelle, Mirecourt, 2007 (cliché Catherine Baroin)

Elle considère qu’on apprend beaucoup en regardant et durant ses trois années d’études à l’école de lutherie à Mirecourt, elle rend visite tous les mercredis à l’archetier Charles Alfred Bazin pour le regarder travailler.

Apprendre en regardant (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

A la fin de la 3e année, après le diplôme, elle est employée chez Jacques Camurat à Paris. Dans l’atelier, le travail est intense et l’ambiance bonne et bienveillante. Elle fait de la réparation. Cependant, elle ne reste pas dans la capitale où elle ne se sent pas bien et tombe souvent malade. Elle retourne à Mirecourt, embauchée par Jean-Jacques Pagès qui vient d’ouvrir un atelier en Italie et n’est présent que 15 jours par mois à Mrecourt.

Embauchée dans l’atelier JJ Pagès (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

La vitrine du luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt (2012, cliché HCH)
La vitrine du luthier Jean-Jacques Pagès à Mirecourt (2012, cliché HCH)

Au début, elle préfère la réparation, mais elle apprend aussi dans cet atelier à aimer fabriquer du neuf et à travailler sur les effets de sonorité, ce qui la passionne. Elle évoque une  expérience faite à partir de copies d’un violon de Nicolas Amati.

Obtenir un son puissant (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Il y a un style atelier, mais chacun a sa personnalité, identifiable dans chaque instrument.

Chacun sa main (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

En 2002, après 17 ans passé dans la maison Pagès, elle perd son emploi suite à la création par ce dernier d’une nouvelle structure (Ecole internationale de lutherie Jean-Jacques Pagès) où elle n’est pas incluse. Après une pause d’un an, elle reprend la lutherie en partageant un atelier avec l’archetière Catherine Baroin, installée dans l’ancien atelier René Morizot à Mirecourt. C’est l’expérience professionnelle la plus positive de sa carrière.

Tester les instruments (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne Sophie Trivin évoque la relation de travail équilibrée et enrichissante qu’elles partagent pendant trois ans et l’entraide qui caractérise cette « lutherie au féminin », nom du site que la luthière et l’archetière fondent pour faire connaître leur atelier.

La lutherie au féminin (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)

Anne-Sophie Trivin à l'établi, Mirecourt, 2005 (cliché Cathy Baroin)
Anne-Sophie Trivin à l’établi, Mirecourt, 2005 (cliché Catherine Baroin)

Cependant, la clientèle n’est pas suffisante. Elle fait de la sous-traitance, mais son travail ne lui permet pas de vivre. Elle doit renoncer avec tristesse à la lutherie et changer d’activité professionnelle en 2008, après plus de vingt ans passés à l’établi.

Difficile d’arrêter l’atelier (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Elle obtient ensuite en juin 2009 un poste au Musée de la lutherie et de l’archèterie de Mirecourt pour travailler notamment sur les collections d’instruments et les inventaires d’ateliers, dans une perspective incluant les facteurs d’instruments, les musiciens et autres acteurs des métiers de la musique .

La lutherie comme aventure humaine (Anne-Sophie Trivin, extrait de l’enquête n° 4915)

Classement d'un fond d'atelier (Musée de la lutherie, Mirecourt, 2014) cliché H. Claudot-Hawad
Classement d’un fond d’atelier (Musée de la lutherie, Mirecourt, 2014) cliché H. Claudot-Hawad

Elle revient sur l’apprentissage de la lutherie et l’idée que la violence et l’humiliation utilisées par certains vis-à-vis des apprentis n’aboutissent finalement qu’à entraver la transmission des savoirs.

Une méthode dure et inutile (Anne-Sophie Trivin, extrait d’enquête n°4915)(

Anne-Sophie Trivin, Musée de la lutherie et de l'archèterie françaises, Mirecourt, 2014 (cliché HCH)
Anne-Sophie Trivin, Annexe du Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises, Mirecourt, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Trivin, Anne Sophie  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  De l’atelier au musée : la reconversion d’une luthière de Mirecourt, Mirecourt, 7 juillet 2014. Enregistrement numérique :  85 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4915.

Crédits photographiques : C. Baroin (photos 3 et 5 : Anne Sophie Trivin à l’établi) ; autres : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête d’Hélène Claudot-Hawad sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

 

Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles

Anne Houssay dans l'atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. A. Houssay)
Anne Houssay dans l’atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. A. Houssay)

Anne Houssay commence sa formation de lutherie en 1976, à vingt ans, après deux ans d’études universitaires. Elle fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique. Elle a été « élevée dans le disque » par des parents mélomanes. Elle commence le hautbois à 10 ans, joue dans un orchestre d’enfants et prend plaisir à faire des tournées. Son professeur de hautbois lui apprend à faire des anches elle-même. Pouvoir modifier le son de l’instrument en ajustant une pièce la fascine.

Changer le son d’un instrument (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Parce qu’elle aime la musique et le travail manuel, l’orientatrice scolaire lui signale le lycée de la lutherie à Mirecourt qu’elle va visiter ainsi que l’atelier Morizot pour un premier contact. Mais ses parents l’incitent à passer d’abord son baccalauréat.

1er contact avec Mirecourt (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Le luthier René Morizot (Mirecourt, cliché J. D. Braconnier)
Le luthier René Morizot (Mirecourt, cliché J. D. Braconnier)

Elle s’inscrit ensuite à l’université en mathématiques-physique et suit des cours d’acoustique en auditeur libre, tout en continuant le hautbois au conservatoire de Strasbourg. Démotivée par les conséquences de la physique nucléaire, elle repense à lutherie et apprend que des écoles à l’étranger prennent les élèves à un âge plus tardif qu’à Mirecourt (qui ne recrute pas au-delà de 17 ans et qui, en France, paraît incontournable).

Des écoles de lutherie à l’étranger (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle envoie plusieurs demandes et, en attendant, s’inscrit en musicologie, tout en fréquentant l’atelier d’un facteur de clavecin, Rémi Gug, chez qui elle commence à s’initier au travail de précision de la facture instrumentale. Elle rend visite aux luthiers parisiens de la rue de Rome. L’attitude assez  moqueuse et misogyne de certains ne fait qu’amplifier sa détermination.

Une attitude misogyne (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Quel que soit l’accueil réservé par les ateliers qu’elle visite, on lui fait comprendre que la priorité est donnée aux luthiers formés à l’école de Mirecourt

Remontée de la rue de Rome (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle est admise en 1976 à l’Ecole anglaise de Newark-on-Trent (The Newark School of Violin Making) dans le Nottinghamshire au centre de l’Angleterre.

L’école de Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Les outils d'Anne Houssay (canifs, rabots, trusquin, racloirs), cliché A. Houssay
Les outils d’Anne Houssay (canifs, rabots, trusquin, racloirs), cliché A. Houssay

La 1e année, sa classe compte douze personnes dont deux femmes. L’apprentissage se faisant par mimétisme, elle découvre un nouveau rapport à la connaissance. Les élèves apprennent également à fabriquer les outils et les meubles utiles au luthier.

La formation à Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Les enseignants de lutherie ont des spécialités différentes (restauration, neuf, vernis…).

L’équipe de formateurs à Newark (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Ingrédients pour le vernis, atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1994 (cliché HCH)
Ingrédients pour le vernis (atelier du luthier Pierre Claudot, La Bouilladisse, 1994, cliché HCH)

Anne Houssay décrit le programme d’apprentissage en 3 ans, avec un choix à faire la dernière année entre neuf et restauration.

Le programme (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Sa formation lui a paru difficile mais enthousiasmante. En dernière année, on les initiait également à l’expertise.

Initiation à l’expertise (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Sortie de l’école de Newark en 1979, elle retourne à Longwy, ville sinistrée par l’effondrement de la sidérurgie. Après un tour de France des ateliers (hormis Paris), elle  décide de s’installer en indépendante à Avignon et constate que la plupart des musiciens vont à Paris. Pour acquérir plus d’expérience, elle tente d’entrer dans un atelier, comme d’autres jeunes luthiers formés à l’étranger, notamment à Crémone. Mais il est très difficile de s’intégrer au réseau professionnel français, ce qui va s’améliorer par la suite.

Difficulté d’insertion dans le réseau français (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Elle prend un travail de laborantine à Metz et fait des violons chez elle à la maison. Elle rend visite au luthier de Metz, Paul Didier, pour avoir des conseils. Un jour, ce dernier, selon la méthode ancienne qui préfère le geste au mot, intervient énergiquement sur son moule de violoncelle.

Visite à l’atelier de Paul Didier (Anne Houssay, extrait de l’enquête n°4913)

Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982
Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

En 1983, elle fait un stage de trois mois à Lyon chez le luthier Jean Schmitt avec Dominique Camard comme chef d’atelier. Elle y apprend une méthode ergonomique de montage de l’instrument. On la charge de vernir 17 violons dans une pièce spéciale consacrée au vernissage.

La suite du récit d’Anne Houssay sur son parcours professionnel a fait l’objet d’un deuxième entretien, onze mois plus tard, en février 2015. Voir « Lutherie et acoustique : un parcours professionnel entre atelier, université et musée« , enquête n° 4914 [23 mars 2016].

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Houssay, Anne (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Devenir luthière dans les années 1970 : un parcours d’obstacles. 18 mars 2014. Enregistrement numérique : 49 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4913.

Crédits photographiques : A. Houssay dans l’atelier de Jean Schmitt à Lyon en 1983 (coll. privée A. Houssay) ; Le luthier René Morizot, vers 1995, Mirecourt, cliché J. D. Braconnier ; Les outils d’Anne Houssay (cliché A. Houssay) ; Ingrédients pour le vernis, atelier de P. Claudot, 1994, La Bouilladisse, cliché H. Claudot-Hawad ; Moule de violoncelle. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing).

La lutherie comme un métier et une école de vie

Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)
Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)

Charles-Luc Hommel débute sa formation de luthier en 1973, à dix-huit ans, après son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique et du violon. Il commence l’apprentissage de cet instrument à huit ans et demi. Son père, mélomane, amateur de disques, lui a transmis l’amour de la musique. Vers quinze ans, en entrant dans un atelier de lutherie (à Bâle), il découvre une atmosphère qui lui plait beaucoup. Encouragé par son professeur de violon, il part à Mirecourt rencontrer le luthier René Morizot chez qui il fera un stage d’une semaine pendant les vacances d’été en 1972 (il est alors en 1e au lycée). Après son bac, il entre en septembre comme apprenti dans l’atelier Morizot et, au cas où la lutherie ne lui conviendrait pas, s’inscrit à l’université en maths-physique puis en droit. L’Ecole de lutherie de Mirecourt existe déjà mais n’admet d’élèves qu’au niveau de la 3e et âgés de moins de 17 ans.

Entrée en apprentissage (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

René Morizot à la fois enseignait comme professeur technique auxiliaire à l’école de lutherie et avait des apprentis dans son atelier qui se formaient et participaient à la production d’instruments.

Trois ans d’apprentissage à l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

La relance de la musique entraînait des commandes nombreuses d’instruments d’étude, d’où la création de la Sofraluth, manufacture de lutherie à Mirecourt.

Besoin d’instruments (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Les importations étaient difficiles à l’époque. Il fallait donc fabriquer des instruments dont le prix était encore très bon marché : la « façon » d’un violon (sans la tête) était rémunérée, par exemple pour un luthier habile comme Eugène Guinot, 250 francs (soit un peu plus de 30 euros) vers 1974.

Il fallait fabriquer (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Son apprentissage se déroule sans enseignement général, mais avec 40 heures d’atelier par semaine, soit plus du double de temps à l’établi que les élèves de l’Ecole de lutherie, ce qui lui a donné un avantage et un meilleur statut professionnel, bien que son diplôme soit un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et non un BT (Brevet de Technicien).

L’avantage de la pratique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Après sa formation, deux places s’offraient à lui : l’une chez Jacques Camurat à Paris, et l’autre chez Philippe Bodart à Marseille chez qui il va. Il y reste deux ans, se formant dans cet atelier à la restauration, à la réparation, au montage, au raccord de vernis.

Formation à la restauration (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)

Ensuite, il part chez Etienne Vatelot à Paris, avec comme bagage des techniques particulières de restauration (comme le moulage au plâtre) enseignées par Philippe Bodart qui les a apprises lui-même à Londres.

Moulage au plâtre (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il évoque le souvenir marquant des luthiers qui l’ont formé et dont il a beaucoup appris, non seulement sur le plan professionnel mais également humain.

Des personnes ressources (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

A Paris, il a pu voir, à l’atelier, de grands concertistes qu’il allait écouter le soir. L’ambiance était bonne dans l’atelier et l’équipe jeune (de 22 ans d’âge environ) avec des personnes qu’il connaissait toutes  de Mirecourt.

L’ambiance de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il se plait beaucoup chez Etienne Vatelot qui sait faire comprendre avec talent et générosité le sens du métier. L’atelier fait à la fois de la restauration et du neuf.

Organisation de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Etienne Vatelot supervisait tout le travail de l’atelier, où passaient les plus beaux instruments et les plus grands artistes, un privilège pour l’expérience des jeunes luthiers, comme l’évoque Charles-Luc Hommel.

Une expérience formatrice (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il revient ensuite chez le luthier Philippe Bodart qui accepte qu’il travaille à mi-temps, ce qui permet à Charles-Luc Hommel de faire du neuf chez lui en Ardèche, en attendant de pouvoir s’installer à son compte. C’est une période où on manque de luthiers.

Manque de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il y avait aussi une pénurie de fournitures de lutherie. Les grandes maisons de bois de lutherie à l’ancienne, avec tout leur savoir-faire pour le choix, la conservation, le séchage, avaient disparu.

Pénurie de bois (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Cette situation va changer dans les années 1980 et on trouve aujourd’hui du très beau bois qui vient de Bohème, Bosnie, Dolomites.

Du très beau bois de lutherie (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Au sujet des techniques, Charles-Luc Hommel évoque les recherches empiriques sur les vernis faites par les luthiers et les progrès réalisés aujourd’hui.

Les vernis (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il cite différentes expérimentations, dont celle du luthier italien Sacconi.

Vernis de Sacconi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Le luthier Pierre Claudot (qui de son côté avait essayé la térébenthine de Chios) passait souvent à l’atelier, d’où la transmission d’anecdotes de luthiers anciens et également de la connaissance de certains instruments.

Anecdotes de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Charles-Luc Hommel s’installe à Marseille ; il aura jusqu’à trois assistants dans les années 1985-90, ce qui était trop lourd comme charges salariales et gestion, d’où un changement de cap en 1990.

Avoir du temps à l’établi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Dans cet atelier du centre ville de Marseille, ce sont les réparations et l’entretien d’instruments qui font tourner l’atelier. Certains luthiers ont choisi de faire du neuf et vendent eux-mêmes leurs instruments ; la sous-traitance est devenue plus rare qu’autrefois. Pour élaborer un modèle personnel de violon, Charles-Luc Hommel évoque l’intérêt de s’inspirer non pas des formes connues d’instruments de grands luthiers, mais de certains instruments seulement, car s’ils ont été fabriqués par une même main de maître, ils n’atteignent pas tous le même niveau de perfection sonore ou esthétique.

Des instruments qui sonnent (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Aujourd’hui, les rapports avec les acousticiens se poursuivent, même si ces derniers ont du mal à aider les luthiers. Charles-Luc Hommel pense que les luthiers apporteraient beaucoup au débat en notant leur savoir empirique : quels réglages et ajustements pratiques font-ils quand un violon sonne mal ?

Retranscrire le savoir empirique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Charles-Luc  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  La lutherie comme un métier et une école de vie, Marseille, 5 mai 2014. Enregistrement numérique :  82 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4912.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête  « Les nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Un jeune luthier devient mirecurtien et se passionne pour l’histoire de la lutherie

Le luthier Roland Terrier (cliché JD Braconnier)
Le luthier Roland Terrier (cliché J. D. Braconnier), années 1990)

Roland Terrier fait partie des « nouveaux luthiers » venus à cette profession pour d’autres motifs que la filiation luthière ou l’origine mirecurtienne, deux déterminismes à l’œuvre jusqu’au milieu du XXe siècle.  Comme beaucoup de luthiers formés dans les années 1970, il s’oriente vers la lutherie par goût de la musique et aussi par attrait pour les métiers de précision. Très jeune, il veut jouer du violon qu’il étudiera à l’école de musique de Bourg-en-Bresse.

« Un violon dans une malle » (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

En 1972, à quinze ans, il candidate à la toute nouvelle Ecole nationale de lutherie de Mirecourt, où il est admis. Sur les dix inscrits de sa promotion, quatre seulement  auront le diplôme final.

La sélection (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Avec le plan Malraux-Landowski qui relance les métiers de la musique, les élèves luthiers sont alors assurés d’avoir du travail après leur formation. A cette époque, contrairement à aujourd’hui, ils cherchent à trouver un poste en France plutôt qu’à l’étranger.

Assurés d’avoir du travail (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Roland Terrier raconte sa formation avec le maître-luthier René Morizot qui a connu la relance du métier après avoir peiné pour en vivre. Il a des facilités pour le travail du bois grâce à son père menuisier-ébéniste. Dans l’école de lutherie, les formes anciennes de l’apprentissage en atelier subsistent : le maître travaille devant les élèves qui en imitent les gestes. L’idée inculquée est que le savoir se « mérite ».

L’apprentissage selon la méthode ancienne (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

La manière de transmettre changera plus tard grâce aux nouvelles générations de luthiers qui cherchent à instaurer une attitude fondée sur l’entraide et le partage des connaissances davantage que sur la compétition et les vexations.

L’entraide (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Outils de lutherie (atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014), cliché HCH
Outils de lutherie (atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014), cliché HCH

Roland Terrier décrit le programme des trois années d’apprentissage de la lutherie dans le cadre de l’école.

Un programme de formation  en 3 ans  (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

L’enseignement général dispensé pour le diplôme final, c’est-à-dire le Brevet de technicien option facture instrumentale, n’est pas encore  adapté aux besoins de la lutherie. Par ailleurs, il n’y a pas cours de gestion.

Un enseignement général peu adapté (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

La rapidité d’exécution du travail de lutherie, exigée par l’Ecole à cette période, a permis à Roland Terrier de toujours gagner sa vie.

La rapidité d’exécution (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Atelier du luthier Roland Terrier à Mirecourt (2014), cliché HCH
Atelier du luthier Roland Terrier à Mirecourt (2014), cliché HCH

Pour fabriquer un instrument de qualité, il faut concilier les exigences de rapidité et de netteté du geste pour que le violon soit beau et travailler sur les épaisseurs du bois pour en obtenir de bonnes qualités acoustiques.

La sonorité (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Après avoir travaillé deux ans comme enseignant à l’école de lutherie et comme luthier dans l’atelier Morizot, R. Terrier a plusieurs propositions d’embauche. Il choisit d’aller chez Etienne Vatelot à Paris, mais finalement est envoyé dans l’atelier de René Quenoil où il apprend la restauration d’instruments.

Les postes après le diplôme (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Il évoque les deux méthodes de restauration en concurrence, en les illustrant d’un exemple concret.

Deux écoles pour la restauration (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Exemple des deux méthodes de restauration (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Atelier de Roland Terrier, Mirecourt, 2014 (Cliché H. Claudot-Hawad)
Atelier du luthier Roland Terrier, Mirecourt, 2014 (Cliché H. Claudot-Hawad)

Après avoir travaillé trois ans dans la Maison Quenoil à Paris, il s’installe en 1980, avec son collègue Jean-Philippe Cognier, à Mirecourt, petite ville dont il apprécie la proximité avec la nature. Il pensait pouvoir faire du neuf, mais la relance de la musique nécessite la restauration d’instruments anciens, qu’il fait en sous-traitance.

L’installation à Mirecourt (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

En fait, les instruments neufs en copie d’anciens (avec usure) se vendent mieux que le violon qui a l’air neuf. Il constate que parfois les copies se retrouvent vendues comme des originaux, ce qui l’a un peu écoeuré. Il arrête de faire du neuf pendant dix ans car pour vendre, il faut faire des salons et passer beaucoup de temps à la commercialisation, ce qu’il n’a pas appris à faire.

Faire des salons (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Son collègue Jean-Philippe Cognier va devenir professeur à l’Ecole. Lui se consacre à la restauration d’instruments et commence ses recherches historiques avant 1988, où il a déjà fait des fiches sur les luthiers à partir des instruments vus dans l’atelier. Il s’aperçoit que les dictionnaires existants ne conviennent pas toujours et fait aussi des recherches à l’Etat civil car les Mirecurtiens signaient souvent en ajoutant à leur patronyme le nom de leur épouse. Il découvre le rôle de la parenté à Mirecourt et le fonctionnement des familles qui incluent des luthiers fabriquant, des marchands de musique, des facteurs d’orgue, etc.

L’énigme Henri Thouvenel (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Roland Terrier dans ses travaux d'histoire de la lutherie (juil2014, Mirecourt, cliché H. Claudot-Hawad)

A l’arrière de son atelier, le luthier Roland Terrier poursuit ses travaux d’histoire de la lutherie (juil 2014, Mirecourt, cliché H. Claudot-Hawad)

Ces recherches le fascinent et il n’a, depuis, jamais arrêté. Il dit avoir ainsi pris la relève d’Albert Claudot (luthier à Dijon), qui avait fait beaucoup de recherches et avait un correspondant à Mirecourt pour ses investigations dans l’Etat civil. Les luthiers l’appelaient pour identifier certains instruments. En fait, il y a des énigmes constantes à résoudre. Roland Terrier en donne quelques exemples.

Qui est Vuillaume cadet ? (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Au début, il s’est intéressé à tous les luthiers inconnus qui l’ont fait progresser en expertise avec le style de chaque époque, les évolutions, parfois les changements de signature . Il a découvert des étiquettes correspondant à des magasins de musique pour des violons fabriqués à Mirecourt avec un sigle spécial permettant de ne pas se tromper d’époque. Roland Terrier offre sur son site professionnel une documentation très riche issue de ses recherches sur la lutherie.

Les luthiers inconnus  (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Carnet d'étiquettes de luthiers (atelier Granier, archives P. Claudot), cliché HCH
Carnet d’étiquettes de luthiers (atelier Granier, archives P. Claudot), cliché HCH

 

Il a ouvert un site d’identification des instruments et reçoit des photos d’instruments du monde entier, grâce à internet qui facilite les échanges.

Un site d’expertise sur internet (Roland Terrier, extrait de l’enquête n° 4910)

Son projet de dictionnaire des luthiers est bien avancé, il en montre la maquette. Un volume à part sera consacré aux photographies d’instruments. Il souhaite que son dictionnaire soit maniable, peu encombrant pour le mettre au coin de l’établi et le consulter facilement.

L'atelier de Roland Terrier (Mirecourt, 2014), cliché HCH
L’atelier de Roland Terrier face à la Halle aux grains (Mirecourt, 2014), cliché HCH

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Terrier, Roland  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un jeune luthier devient mirecurtien et se passionne pour l’histoire de la lutherie, Mirecourt, 5 juillet 2014. Enregistrement numérique :  71 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4910.

Crédits photographiques : Cliché 1. JD Braconnier ; suivants : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête d’Hélène Claudot-Hawad sur les « nouveaux luthiers » , 2012-2016.

Retour aux sources : le métier de luthier

luthier geste pour carnet

Au cours de l’année 2013, une série d’extraits sonores ont été publiés sur les Carnets de la Phonothèque pour présenter le corpus Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine). L’intégralité des enregistrements  – hormis les restrictions d’usage pour des raisons éthiques et juridiques – est désormais accessible en ligne sur Ganoub, la base de données de la phonothèque. Les fichiers son complet peuvent être consultés sur place, à la phonothèque de la MMSH, à Aix-en-Provence, sur demande motivée. Bonne écoute, merci de vos retours !

Consulter le corpus en ligne.

 

Crédits photographiques : Les gestes de travail de luthier par Hélène Claudot-Hawad, 1982.

Vient de paraître : Être luthier au début du XXème siècle

 

Le catalogue des enquêtes orales du corpus sonore réalisé par Hélène Claudot Hawad « Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine) » vient d’être publié aux Publication de l’Université de Provence. Une nouvelle manière pour la phonothèque de valoriser les archives sonores, dans une collection qui pourrait à l’avenir présenter d’autres enquêtes orales.

Ce petit livret n’aurait pas pu exister sans le soutien de nombreuses personnes que je remercie ici. En particulier Sabine Partouche (IREMAM) qui a créé sa mise en page, en collaboration avec Hélène Claudot-Hawad, et Bruno Baudoin (CCJ) qui a numérisé les photographies.

Citer l’ouvrage : Hélène Claudot-Hawad, Véronique Ginouvès, Être luthier au début du XXème siècle : catalogue d’enquêtes orales. Aix-en-Provence : Publications de l’Université de Provence, 2013. 35p.