Archives par mot-clé : lutherie

Récit de la vie professionnelle d’un luthier à Mirecourt, des années 1920 aux années 1970

Le luthier Jean Eulry chez lui à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, en 1982. Elle y a rencontré des anciens du métier, ici accompagnée de Bernard Lesaing, photographe au LAPMO (CNRS), dont on entend la voix. Jean Eulry, orphelin de père à sept ans, commence son apprentissage à treize ans en 1920, il passe trois ans dans la maison Laberte.

L’apprentissage (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il travaille encore six mois chez Laberte après  la fin de son apprentissage, puis est embauché dans l’atelier du luthier Amédée Dieudonné.

Embauche chez Dieudonné  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il décrit le rythme d’une journée type de travail partagée entre les heures de labeur à l’atelier et le travail à la maison.

Le rythme de travail  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Un atelier de lutherie à Mirecourt au début du XXe siècle (carte postale)

Il raconte  l’atmosphère au sein de l’atelier (répartition des établis avec des apprentis en face des luthiers confirmés  ; autorité du patron).

Trois établis dans l’atelier  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Chez Dieudonné, il est payé à l’heure : il fait du neuf ainsi que de la réparation.

Neuf et réparation  (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Au-delà de ses heures d’atelier, il travaillait à domicile sur la table de cuisine le soir et les jours de congés (pour une rémunération à la pièce et non plus à la journée). Et il trouvait le temps de cultiver son jardin afin de nourrir la famille.

Les violons à la maison (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494) 


Quand la maison Dieudonné ferme en 1957, il devient premier ouvrier chez Hilaire. A la mort de ce dernier, il dirige l’atelier, forme des apprentis, et prend finalement sa retraite après avoir fait venir un apprenti pour le remplacer.

Fermeture de la maison Dieudonné en 1957 (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Jean Eulry vers 1975. Photo J-D Braconnier (Coll. famille Harmand)
Jean Eulry vers 1975. Photo J-D Braconnier (Coll. famille Harmand)

Jamais il n’aura signé un de ses instruments, mais dit pouvoir naturellement les reconnaître.

La signature (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Il a travaillé en tout quarante-sept ans et quatre mois. Il ne souhaite plus toucher au métier.

La retraite totale (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Tout comme il dit qu’il n’aurait pas aimé que ses fils reprennent l’activité dans les conditions de travail très rudes que lui, et précédemment son père, luthier, et aussi sa mère qui faisait de la broderie, ont connues.

Autre orientation pour les enfants (Jean Eulry, extrait de l’enquête n°3494)

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011.

Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Eulry, Jean (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Bernard Lesaing (photographe). Récit de la vie professionnelle d’un luthier à Mirecourt, des années 1920 aux années 1970,  juin 1982. 1 cass. :  25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3494.

Crédits photographiques : Le luthier Jean Eulry chez lui à Mirecourt en 1982, cliché B. Lesaing (Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, 1980-1982) ;  Atelier de luthier, carte postale (début du XXe siècle) ; Le luthier Jean Eulry dans son atelier vers 1975  cliché de Jacques D. Braconnier (Coll. famille Harmand).

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980

Louis Jeandel, fabricant de chevalets, Ambacourt, 1982 (cliché B. Lesaing) (cliché

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue en 1982 dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier. Le témoin, Louis Jeandel, descend d’une famille de luthiers fabricants de chevalets depuis 120 ans ; son grand-père a créé la célèbre marque familiale Aubert (de son propre nom). Suite aux décès de ses deux maris successifs, sa grand-mère dirige l’affaire, puis elle se fait remplacer par sa fille jusqu’à la seconde guerre mondiale. Louis Jeandel suit son apprentissage dans la maison fondée par son père en 1895 (année de sa naissance), première fabrique spécialisée dans les chevalets à Mirecourt. Il a également une formation de mécanicien spécialiste en fabrication d’outillage spécifique.

L’apprentissage (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Tableau des chevalets Jeandel-Aubert (cliché B. Lesaing)

Après la première guerre mondiale, il réunira les deux ateliers (le premier fondé par son grand-père maternel Aubert et l’autre par son père) et deviendra le seul fabricant de chevalets. Sa production en 1926 atteint 300 000 chevalets par an avec une dizaine d’ouvriers payés à l’heure.

Sur un instrument de musique à cordes, le chevalet est une pièce placée entre les cordes et la table d’harmonie de l’instrument : son rôle est de transmettre les vibrations des cordes à la table qui va amplifier le son produit. Le chevalet sert aussi à maintenir l’espacement entre les cordes et, pour les instruments à manche, à les maintenir à la bonne hauteur par rapport à celui-ci. Aujourd’hui, il n’y a pratiquement qu’un seul modèle de chevalets en usage, mais ce modèle a évolué au fil du temps.

L’évolution de la forme du chevalet (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)


Louis Jeandel définit la spécificité de cette pratique artisanale : les outils eux-mêmes sont fabriqués au sein des ateliers, l’essentiel étant autrefois le canif. La fabrication à la main des accessoires comme les chevalets, mais aussi les chevilles, les cordiers, a aujourd’hui partout disparu.

La fabrication artisanale des chevalets (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496



Héritier de l’histoire familiale, il présente à l’enquêtrice un livre de compte datant de son grand père qui témoigne de la production de chevalets dès 1874 et d’activités annexes comme le débit de bois. Il est catégorique, aucun luthier n’a jamais fait jamais de chevalet. Une des raisons est qu’il faudrait trop de bois. Lui-même achète aujourd’hui 25 tonnes de bois par an alors qu’il en utilise seulement 2 tonnes pour ses chevalets, le reste part en chutes, en sciure et copeaux. En effet, le choix du bois du chevalet – qui pèse 3,5 grammes – doit être très strict et exempt de tout noeud. Il expose la nature, la qualité et la quantité de bois d’érable nécessaire à cette fabrication.

Choix du bois pour les chevalets (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Plaquettes de bois pour chevalets, maison Jeandel (cliché B. Lesaing)

Ses clients viennent du monde entier visiter sa fabrique. Il travaille par exemple avec six sociétés au Japon, dont les représentants se sont tous rendus à Mirecourt. Pour palier à la crise de la lutherie, il a gardé ses ouvriers et a fabriqué d’autres objets (meubles de radio, de cuisine…) mais depuis la fin des années 1960 il ne fait plus que des chevalets à nouveau. De la profession des luthiers dans son ensemble, Louis Jeandel distingue ceux d’avant et d’après la guerre de 1914-1918, disant que lui par exemple a eu le temps d’apprendre la musique (le violon) et il jouait dans l‘orchestre à cordes de Mirecourt dirigé par Dieudonné.

Louis Jeandel, fabricant de chevalets, 1982 (cliché B. Lesaing) 

Il répond à l’enquêtrice sur l’état d’esprit frondeur des luthiers (joie de vivre, anticléricalisme, engagement politique, libres penseurs). Bien que soumise à d’importantes heures de travail (à l’atelier et en complément à domicile), toute la profession trouvait des respirations dans ses jours de repos (dimanche et lundi) et des fêtes (la sainte Cécile, patronne des luthiers). Pour illustrer les conditions difficiles de vie dans cette profession, il souligne avoir vu des médecins exercer gratuitement leur métier afin de soigner les ouvriers. Il considère que son métier est luthier, il n’y a pas de terme spécial pour le fabriquant de chevalets. Le récit se prolonge sur la reconstitution et l’énumération des vingt-quatre opérations successives de fabrication d’un chevalet d’autrefois.

24 opérations pour fabriquer un chevalet (Louis Jeandel, extrait de l’enquête n°3496)

Chaque opération se distingue par l’outil et l’usage spécifique qu’elle nécessite, par exemple : 2 : traçage, 6 : dehors de pieds, 7 : entailles de genoux, 8 : genoux, 12 : échancrage des ouïes avec canif, ouverture des ouïes avec la scie, limite de largeur des pieds, finir le pont avec la fraise.

Outillage pour la fabrication des chevalets (cliché B. Lesaing)

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Jeandel, Louis (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980. Mirecourt, 1er juin 1982. 1 cass. : 1h 25min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3496.

Crédits photographiques :  Clichés de B. Lesaing. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Un luthier témoigne de l’organisation et des techniques du métier dans les années 1920 à Mirecourt

L’atelier d’Amédée Dieudonné à Mirecourt vers 1926 – de gauche à droite, au fond, Amédée Dieudonné, Marcel Thomassin, Nono Demengeot (beau-frère de Dieudonné) et devant, Pierre Claudot, Alfred-Eugène Holder, Auguste Mouchot (Fonds d’archives P. Claudot)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier de profession. L’enquêtrice annonce qu’il s’agit ici de leur second entretien et le nomme “La vie dans les ateliers”. L’informateur a été un apprenti rémunéré pendant deux ans et demi à Mirecourt chez Thibouville dans l’atelier de lutherie d’art.

Apprentissage et rémunération (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

En 1923, il change d’atelier. Il est recruté par le luthier Amédée Dieudonné, revenu s’établir à Mirecourt après quelques années passées en Belgique.

 Circulation entre les ateliers  (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Pierre Claudot expose l’organisation de l’emploi du temps journalier et hebdomadaire des ouvriers luthiers dont la journée du lundi est consacrée au pâquis (jardin).

“Le paquis” (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Il explique le mode de rémunération à la pièce et la nécessité d’efficacité qu’elle engendre ; une prime est d’ailleurs créée chez Thibouville pour inciter les apprentis à aller plus vite.

Les primes (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

La fabrique Thibouville et Lamy à Mirecourt en 1908 (carte postale)

L’ambiance de l’atelier est décrite avec sa rigueur quotidienne mais aussi ses moments de rire et de détente.

L’ambiance dans les ateliers de lutherie (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

La tradition des farces pratiquée par les luthiers est évoquée.

Les farces (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484) 

L’économie de Mirecourt repose à cette époque en grande partie sur la lutherie (et activités liées, comme la confection des étuis de violons, des tabliers de travail, etc). Tous les luthiers portent alors le long tablier bleu fabriqué en toile des Vosges.

Le tablier (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Le canif du luthier Pierre Claudot (cliché H. Claudot-Hawad)

Les autres secteurs économiques importants sont la dentelle artisanale de Mirecourt et l’agriculture (vigne). Les outils des ouvriers sont fournis par l’atelier. Le canif est l’outil principal du luthier qui le passe à la meule pour en aiguiser la lame et obtenir un biseauplat, cela entraîne une forte usure des doigts et des blessures pour les débutants.

 Savoir affûter les lames  (Pierre Claudot, extrait de l’enquête n°3484)

Au moment de l’entretien, dans les années 1980, la profession ne trouve plus à se fournir sur place en matériel et matériaux. Les luthiers doivent commander outils et bois d’érable, nécessaires à la fabrication des instruments, à l’étranger (principalement en Allemagne et en Bohème où l’érable pousse lentement à cause de la densité des forêts et fournit un bois à fibres serrées propices à la diffusion du son). Les marchands de bois de lutherie et les outilliers ont disparu de Mirecourt pendant la crise des années 1930.

Sur l’établi du luthier Pierre Claudot (cliché H. Claudot-Hawad)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Un luthier témoigne de l’organisation et des techniques du métier dans les années 1920 à Mirecourt. La Bouilladisse, 26 avril 1981. 1 cass. : 20 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3484.

Crédits photographiques :  L’atelier d’Amédée Dieudonné à Mirecourt vers 1926 (collection particulière), Carte postale de Mirecourt (collection particulière) Le canif du luthier P. Claudot, L’établi du luthier (clichés de H. Claudot-Hawad). Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

 

 


Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite

Le luthier Pierre Enel et l'enquêtrice à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)
Le luthier Pierre Enel et l’enquêtrice à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier et s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, en 1982. Elle y a rencontré des anciens du métier. Pierre Enel, désormais mal voyant, commence par ces quelques mots : “triste métier”. Il a mené trente ans de sa carrière en dehors de Mirecourt. Il parle des conditions rudes du métier plus que des traditions de la ville liées à la profession, et, se jugeant trop critique, souhaite régulièrement interrompre l’entretien.

Pas le choix (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

A douze ans, en 1914, beaucoup d’hommes sont à la guerre, le petit Pierre est d’abord ferblantier avant de débuter son apprentissage de luthier en 1916 dans la Maison Mougenot.

L’apprentissage  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Enseigne du luthier Pierre Enel à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

Il part ensuite à 16 ans chez son oncle, le luthier Charles Enel, installé à Paris, chez lequel il restera jusqu’en 1934. Ensuite, il ira à Lyon. Suite à des soucis personnels, il décide de rentrer à Mirecourt et travaillera à distance pour son oncle pendant huit ans. Il se spécialisera dans la restauration fine d’instruments anciens, développant aussi, par l’observation, son estimation de la valeur des instruments (selon lui, ceux réalisés à Mirecourt ne dépassent pas l’instrument d’étude).

Il évoque son travail comme celui d’un martyre obligé, afin de faire vivre la famille au prix d’un travail énorme, disant à la fois la vie inimaginable d’alors et la normalité que cela représentait. Les patrons d’ateliers ne vivaient pas forcément mieux que leurs ouvriers. C’était une vie de labeur et de rigueur pour tous.

La dureté du métier  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Tout le monde devait beaucoup travailler, mais pour des rémunérations très faibles qui ne permettaient pas de vivre de manière décente.

Travailler beaucoup pour gagner peu  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Atelier du luthier Pierre Enel à Mirecourt. Au mur, la photo de son ami d'enfance, le luthier Albert Claudot (cliché J. D. Braconnier)
Atelier du luthier Pierre Enel à Mirecourt. Au mur, la photo de son ami d’enfance, le luthier Albert Claudot (cliché J. D. Braconnier)

Mirecourt jusqu’à l’après guerre était isolée et ni les clients, ni les musiciens n’y venaient. Les artisans vendaient leurs instruments aux collègues installés dans les grandes villes et aux professeurs qui prenaient une commission importante sur la revente de l’instrument.

Les clients des luthiers de Mirecourt  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Pierre Enel dénigre l’évolution de la lutherie vers quelque chose de scientifique ou d’artistique, soulignant les éléments fondamentaux : l’épaisseur et la qualité du bois. Pour avoir une bonne formation, il évoque l’importance de “qui vous dresse” et où vous pouvez voir beaucoup de beaux instruments.

L’importance de “qui vous dresse”  (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

Enfin, pour faire un vrai luthier, il faut au moins 15 ans de métier.

Le temps utile pour acquérir le métier (Pierre Enel, extrait de l’enquête n°3493)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque :http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Enel, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite. Mirecourt, 1982. 1 cass. 41 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3493.

Crédits photographiques : Monsieur Pierre Enel avec l’enquêtrice, Hélène Claudot-Hawad, chez lui en 1982 ; Enseigne du luthier Pierre Enel à Mirecourt, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers

Le luthier Robert Baumann, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, ainsi que leurs proches. Robert Baumann a évolué dans un milieu professionnel impliqué dans le domaine de la lutherie (son frère, sa femme). Le monde ouvrier à Mirecourt avait le choix entre la lutherie ou la Cotonnière (fabrique de textile).

A Mirecourt, tout le monde était luthier, extrait de l’enquête n°3492

La stature imposante de R. Baumann l’amène à se spécialiser dans les contrebasses et violoncelles. Il reproche beaucoup aux anciens du métier leur prétention et leur élitisme.

“Tous des maîtres” (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Moule de contrebasse. Atelier de Robert Baumann à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Il raconte comment, venant d’un autre milieu, il a subi du dédain dès son apprentissage (débuté à treize ans) et un manque de reconnaissance tout au long de sa carrière (il a travaillé jusqu’à l’âge de soixante-sept ans). Il dit n’avoir jamais aimé la mentalité de cette profession et a d’ailleurs voulu la quitter pour le syndicat agricole. Au retour d’une absence de trois ans pendant la guerre 1939-1945, Robert Baumann quitte la Maison Thibouville et installe son atelier à domicile.

La mauvaise mentalité (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Il était très demandé car il était un des seuls fabricants de contrebasses. Il les réalisait toutes de manière anonyme, elles étaient ensuite signées par les maisons.

La signature de l’instrument (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

En tout, il dit avoir fabriqué plusieurs centaines de contrebasses ; n’ayant pu, pour des nécessités économiques, se cantonner à l’instrument “à la main”, il a dû accepter la fabrication d’instruments plus usuels, c’est-à-dire moulés. Comme beaucoup de luthiers, pendant son temps libre, il cultivait son jardin ou celui des autres, ce qui permettait de nourrir sa femme et ses trois enfants.

Monsieur et Madame Baumann chez eux à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

Madame Baumann a également suivi un apprentissage dès l’âge de treize ans, spécialisée dans le finissage des archets manufacturés, dont elle décrit ici la technique. Il fallait en traiter une douzaine par jour pour pouvoir survivre.

Le polissage de l’archet (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Après le polissage, elle faisait la mortaise, posait la mèche et le recouvrement en nacre de l’archet.

Mortaise mèche et recouvrement (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

 

Il y avait beaucoup de femmes regroupées en “chantiers” dans ces ateliers. Elle a travaillé de 1919 à 1939 puis de 1945 à 1948. Autour de 1927, la profession connaît une crise : elle passe alors au montage des moules de violons, tandis que Robert Baumann est envoyé à la scierie.

Montage du moule du violon (Mme Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Tous deux soulignent la dureté du travail à cette époque et le peu de rémunération des ouvriers qui vivaient dans la misère. La lutherie  (jusqu’à son déclin à partir de 1927) employait beaucoup de gens, permanents ou intérimaires comme les paysans qui taillaient le bois en hiver.

Un travail mal rémunéré (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Certains se faisaient payer à l’avance pour des travaux qu’ils n’avaient pas encore commencés : on appelait cela “faire des chiens”.

“Faire des chiens” (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

Robert Baumann évoque la fête de la Sainte-Cécile, patronne des luthiers, que l’on honorait de manière variée à Mirecourt.

La fête de la sainte Cécile (Robert Baumann), extrait de l’enquête n°3492

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Baumann, Robert (informateur) ; Baumann (Madame) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers. Mirecourt, 1982. 1 cass. 45min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°34892

Crédits photographiques : Le luthier Robert Baumann à l’établi ; Moule de contrebasse (atelier de Robert Baumann) ;  Monsieur et Madame Baumann à leur domicile à Mirecourt 1982, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt

Gustave Villaume présente un de ses violons, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens avec son père de 1981 à 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Elle est reçue ici par Gustave Villaume et sa femme qui se livrent aux souvenirs : anecdotes professionnelles, évocation des camarades et collègues. Rejoints par Jean Vuillaume, frère du premier témoin et également luthier, les conversations se croisent jusqu’à provoquer parfois un joyeux brouhaha. Au cours de l’apprentissage, commencé dès l’âge de douze ans à la suite du certificat d’études et pour une durée de trois ans, les jeunes garçons de Mirecourt sont formés plus qu’à un métier ; imitant les habitudes de leurs collègues adultes, ces enfants apprentis sont aussi formés à l’école de la vie. Gustave Villaume a été formé chez Léon Mougenot.

L’apprentissage du luthier (Gustave Villaume,  extrait de l’enquête 3487)

Le métier tel que Gustave Villaume l’a connu n’existe plus aujourd’hui. Il évoque les conditions d’apprentissage de la lutherie et les concours qu’on faisait faire aux apprentis chaque année.

Les concours de lutherie (Gustave Villaume, extrait de l’enquête 3487)

Après avoir débuté sa carrière comme ouvrier luthier à Mirecourt, il part travailler à Nancy chez Jacquot, et quand cette maison fait faillite, il s’installe à son compte en 1924.

Monsieur et Madame Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

A la fin de sa carrière, il a fabriqué des contrebasses. Les différences extrêmes de rémunérations qu’il découvre pour un même travail entre Mirecourt et Paris l’indignent et lui font refuser la restauration de harpes qu’il avait dans un premier temps acceptée. Les salaires de misère répandus à Mirecourt ont incité les vieux luthiers à orienter leurs enfants vers d’autres métiers.

Orientation des enfants vers un autre métier (Gustave Villaume, extrait de l’enquête 3487)

Chez le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)


Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Villaume, Gustave (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt. Mirecourt, 1982. 1 cass. 1h 10min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3487.

Crédits photographiques : Gustave Villaume présentant un violon ; Monsieur et Madame Villaume à leur domicile ; chez Gustave Villaume à Mirecourt, 1982, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Un natif de Mirecourt, capitale vosgienne de la lutherie, raconte son apprentissage et sa vie d’artisan

Le luthier Eugène Guinot chez lui à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Dans cette enquête, elle interroge Eugène Guinot dit “le Gégène” avec, à ses côtés, son épouse. L’essor de la lutherie dans les années 1910 à Mirecourt provoque un afflux important de jeunes gens en âge d’apprendre un métier. “Gégène” Guinot entre en apprentissage à douze ans chez Emile Audinot.

Apprenti luthier, extrait de l’enquête 3488

Pour ces familles agricultrices, puis ouvrières, le choix de ce métier se fait davantage pour des raisons économiques que par affinité ou par tradition.

A Mirecourt, tout le monde était luthier, extrait de l’enquête 3488

Mirecourt développe de nombreuses activités grâce à la lutherie, comme par exemple la fabrication de l’outillage.

Les outilleurs de Mirecourt, extrait de l’enquête 3488

Après avoir travaillé pour quatre maisons différentes, dont vingt-deux ans chez Amédée Dieudonné, Eugène Guinot poursuit son métier à domicile.

Travailler pour plusieurs maisons, extrait de l’enquête 3488

Il dit avoir lutté toute sa vie pour maintenir des conditions de vie acceptables, et tient en cela à se distinguer des artisans devenus propriétaires d’ateliers. Beaucoup d’ouvriers artisans avaient un atelier dans une pièce de leur maison.

L’atelier à domicile, extrait de l’enquête 3488

L’épouse d’Eugène Guinot travaillait également à domicile en pratiquant la broderie ou en “faisant des perles” (spécialité des femmes de Mirecourt).

“Faire des perles”, extrait de l’enquête 3488


Mme Guinot chez elle à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)

 

Mais les brodeuses, les dentellières pas plus que les luthiers ne gagnaient correctement leur vie.

La dure vie du luthier et de la dentelière, extrait de l’enquête 3488

Eugène Guinot témoigne du déclin progressif et inexorable, selon lui, des activités artisanales de toute la ville en énumérant divers motifs : la crise économique dans la profession après la seconde guerre mondiale, les modifications des pratiques de la musique… Quant à son métier comme savoir-faire, Eugène Guinot précise qu’il réalisait ses violons deux par deux, alternant les techniques du moule en dedans et du moule en dehors ; il  livrait ses instruments toujours “en blanc”,laissant les vernisseurs pratiquer leur spécialité.

 Fabrication des violons deux par deux, extrait de l’enquête 3488

Il évoque le tablier comme accessoire indispensable pour lui.

Le tablier du luthier, extrait de l’enquête 3488

Les femmes qui travaillaient dans les usines de lutherie portaient d’ailleurs le même tablier.

 Le tablier des femmes, extrait de l’enquête 3488

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Guinot, Eugène (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Un natif de Mirecourt, capitale vosgienne de la lutherie, raconte son apprentissage et sa vie d’artisan. Mirecourt, 1982. 1 cass. 55min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3488.

Crédits photographiques : photographies de Monsieur et Madame Guinot à leur domicile par Bernard Lesaing, Mirecourt 1982. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan

L’archetier Charles-Alfred Bazin à l’établi, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur le métier de luthier et d’archetier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Charles-Alfred Bazin raconte son parcours d’archetier. Son père, Louis Bazin, le fait travailler dans son atelier durant l’été 1922. Il en est propriétaire et l’atelier connaît alors un plein essor. La rentrée venue, il imposera à son fils d’y rester. Charles-Alfred Bazin était déjà au collège et espérait poursuivre des études, finalement il restera au sein de l’atelier familial et y mènera son apprentissage.

Extrait de l’enquête n°3490,  De l’école à l’apprentissage

La maison Bazin, qui comptait jusqu’à cinquante ouvriers, déployait une fabrication automatisée tout en maintenant, d’autre part, une fabrication artisanale sur laquelle reposait sa renommée.

Extrait de l’enquête n°3490, Les marques

La fabrication “à la division” – chaque élément de l’instrument est conçu indépendamment des autres et en série par un ouvrier –  est rémunérée à la pièce et pousse les ouvriers à la rentabilité (avec des gestes plus efficaces et rapides). Par contre, la pratique artisanale reste rémunérée à l’heure.

Extrait de l’enquête n°3490, Un bel archet

En 1936, Charles-Alfred Bazin quitte le giron familial, part à Paris exercer un autre métier, mais il est rattrapé par l’obligation de reprendre l’affaire de son père accidenté. Après la guerre, le commerce décline en perdant son client américain. La disparition des orchestres et l’émergence des enregistrements musicaux participent également de la crise. Les jeunes luthiers doivent changer de métier, la ville de Mirecourt les oriente vers la poste, les douanes… Charles-Alfred Bazin pense que l’origine ouvrière des patrons de Mirecourt les a empêchés de valoriser et de commercialiser leur fabrication sur le plan artistique. Il pointe la concurrence déloyale entre Paris et Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3490, A propos de la concurrence entre Paris et Mirecourt

Par une suite d’anecdotes, il dresse le portrait de sa famille d’archetiers et de luthiers, dans le métier depuis la seconde moitié du XIXe siècle et de la profession à l’échelle de Mirecourt. Il présente divers catalogues d’archets (façon, matières, prix), une liste d’appréciations sur le travail artisanal des ouvriers…

 Baguettes d'archets dans l'atelier de Charles Bazin à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)
Baguettes d’archets entreposées dans l’atelier de Charles Bazin à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)

Il évoque certaines coutumes liés à la profession comme le congé du lundi, pendant lequel les luthiers, propriétaires de lopins de terre depuis la révolution, cultivaient et élevaient, afin également de compléter leurs revenus. Il décrit les rituels de la sainte Cécile, patronne des luthiers, fête revivifiée récemment par les jeunes luthiers.

Extrait de l’enquête n°3490, La fête de sainte Cécile

Charles Bazin, quant à lui, avec un groupe d’amis dénommé “Les célibataires endurcis” et luthiers pour la plupart, proposait d’amuser la ville avec des parades musicales sur le mode comique et d’autres activités comme les concours de pêche.

Extrait de l’enquête n°3490, les luthiers amusent la population de Mirecourt

Concours de pêche des “Célibataires endurcis” à Haroué vers 1926. Charles Bazin est le 2e en bas en partant de la gauche. Parmi les autres luthiers qui participent à cette partie de pêche, on reconnait en haut du groupe en partant de la gauche: Pierre Claudot (1), Camille Tourel (2), Albert Claudot (4). Fonds Archives Pierre Claudot.

C’est suite à sa requête auprès de l’Académie française, comme il le précise, que le mot “archetier” a été introduit dans le dictionnaire de la langue française. Cette distinction était souhaitée par les luthiers fabricants de violons, altos, violoncelles et contrebasses.

Extrait de l’enquête n°3490, A propos du terme “archetier”

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices documentaires qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt en 1982, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Mittenwald en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut dix ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

 

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Bazin, Charles-Alfred (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan. Mirecourt, 1982. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3490.

Crédits photographiques : L’archetier Charles-Alfred Bazin à l’établi et Baguettes d’archets dans l’atelier de Charles Bazin, photographies de Bernard Lesaing, Mirecourt 1982 ; Concours de pêche des “Célibataires endurcis” à Haroué vers 1926 (Fonds Pierre Claudot). Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier à Marseille et originaire de Mirecourt comme la plupart des luthiers français de sa génération. Il s’agit ici de leur premier entretien. L’informateur descend d’une longue lignée de luthiers, mais n’a connu parmi eux que l’un de ses oncles, François Claudot, luthier à Dijon (auquel succèdera Albert Claudot, frère aîné de Pierre). Son père, Félix Claudot, luthier à Mirecourt, est décédé un mois après sa naissance, aussi la vie des ateliers ne lui était pas familière avant son apprentissage. A 12 ans, après le certificat d’étude, Pierre obtient un emploi de commissionnaire dans une banque. Sa mère, veuve, ne veut pas qu’il soit luthier. Il parvient à la convaincre grâce à l’instauration nouvelle, en 1920, d’un apprentissage rémunéré, destiné à former des luthiers d’art capables de fabriquer un violon complet (par opposition à la lutherie manufacturée où des ouvriers se spécialisent dans la fabrication de certaines pièces).

Extrait de l’enquête n°3483, L’apprentissage payé

Pierre Claudot témoigne d’un apprentissage long et exigeant pour atteindre la maîtrise parfaite de l’outil et de la matière

Après deux ans et demi d’apprentissage chez Thibouville, il reste encore six mois dans cette maison.

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans – face

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17ans – dos

 

Inscription sur le fond d’un violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans

Puis il est sollicité par Amédée Dieudonné, luthier qui revient de Bruxelles et introduit des modèles d’instruments différents de ceux qu’on utilise alors à Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot chez Amédée Dieudonné

Pierre Claudot détaille les différentes opérations dans la fabrication d’un instrument. La plupart des ateliers confient la fabrication des têtes des instruments à des spécialistes et livrent les instruments en bois blanc à des vernisseurs.

Après avoir travaillé trois ans chez Dieudonné, Pierre Claudot part à Marseille où il est embauché par la maison Granier. L’informateur, à travers sa carrière de luthier, a vécu l’histoire du 20e siècle : de la crise économique mondiale de 1933 qui pousse son employeur à Marseille, le luthier Granier, à abandonner la lutherie et à lui céder son entreprise,


jusqu’à la seconde guerre mondiale qui maintient le commerce dans un fragile équilibre.

Pierre Claudot chez Granier à Marseille en 1928 (ici avec André, dit “Boubous”, neveu de Denis Granier)

 

Au lendemain de la guerre, la profession connaît de nouvelles difficultés face au développement des techniques d’enregistrement audio entraînant la disparition de nombreux orchestres. Pierre Claudot situe enfin une renaissance de la profession à partir des années 1960, dûe entre autres à un retour culturel à la musique et à l’apprentissage d’un instrument par les nouvelles générations.

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque  : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille. La Bouilladisse, janvier 1981. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3483.

Crédits photographiques : fonds Pierre Claudot (image 1 et 5) et Hélène Claudot-Hawad. 

 

Hélène Claudot-Hawad

https://cv.archives-ouvertes.fr/helene-claudot-hawad

More Posts - Website

Présentation d’un corpus sonore : Enquête ethnologique sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine)

En 2011, Hélène Claudot-Hawad, directrice de recherche au CNRS,  a déposé à la phonothèque de la MMSH, une série d’enregistrements sonores1 et de photographies ((1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail dont une partie est accessible sur Medihal)) concernant les luthiers de Mirecourt. Ces archives documentent des recherches qu’elle a menées à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien sur lequel elle travaillait  était interdit d’accès2

Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut dix ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des familles d’artisans qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle.

La collection sonore a été documentée par Marie Lelardoux et les notices documentaires complétées et augmentées par Hélène Claudot-Hawad. Les notices sont accessibles sur Ganoub, la base de données de la phonothèque de la MMSH.  Pour offrir à l’internaute une vision plus complète de cette enquête, Hélène Claudot-Hawad a proposé d’éditorialiser ces notices documentaires sur Les carnets de la Phonothèque en les illustrant d’extraits sonores et de photographies.

A lire à propos de cette collection :

Une sélection sonore est accessible sur la base Ganoub en lien avec les notices documentaires. Une copie numérique de ces archives accompagnée du traitement documentaire va être déposée au Musée de la lutherie et de l’archèterie française à Mirecourt.

Lire les notices, écouter des extraits sonores :

1. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille (enquête 3493), 9 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/7121

2. Un enfant de Mirecourt reprend malgré lui l’archèterie familiale et tente toute sa vie de patron de demeurer un artisan (enquête 3490), 23 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/7797

3. Un natif de Mirecourt, capitale vosgienne de la lutherie, raconte son apprentissage et sa vie d’artisan (enquête 3488), 28 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/7984

4. Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt (enquête n°3487), 29 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/7965

5. Un artisan facteur de contrebasses retrace sa carrière à Mirecourt et blâme l’élitisme de certains luthiers (enquête n°3492), 29 août 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8071

6. Un luthier fait un récit amer de sa vie professionnelle depuis son apprentissage en 1916 jusqu’à sa retraite (enquête n°3493), 14 septembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8222

7. Un luthier témoigne de l’organisation et des techniques du métier dans les années 1920 à Mirecourt (enquête n°3484), 20 octobre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8247

8. Un fabricant de chevalets retrace la vie des ateliers de Mirecourt du début du 20e siècle aux années 1980 (enquête n°3496), 21 octobre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8394

9. Récit de la vie professionnelle d’un luthier à Mirecourt, des années 1920 aux années 1970 (enquête n°3494), 14 novembre 2012  http://phonotheque.hypotheses.org/8518

10. La condition des luthiers de Mirecourt dans les années 1910 illustrée par l’histoire d’une famille (enquête n°3485), 19 novembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/8678

11. Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980 (enquête n°3489), 29 novembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/9008

12. La fille du propriétaire d’une fabrique de lutherie de Mirecourt dresse le portrait de la profession et de l’entreprise familiale (enquête n°3491), 11 décembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/9094

13. Témoignage d’un apprenti luthier des années 1950 qui se réoriente à cause de la crise de la lutherie (enquête n°3495), 13 décembre 2012 http://phonotheque.hypotheses.org/9127

14. Un luthier lorrain raconte son implantation à Marseille, en présentant des instruments et ses gestes techniques (enquête n°3486), 3 janvier 2013 http://phonotheque.hypotheses.org/9245

15. Un luthier explique comment est choisi le bois pour la fabrication du violon (enquête n°3488). 18 janvier 2013 http://phonotheque.hypotheses.org/9063

 

 

Crédits photographiques : Le métier de luthier, Gustave Villaume, Mirecourt 1982, photographie de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

  1. 13 heures d’enquêtes []
  2. Hélène Claudot-Hawad , ethnologue, et Bernard Lesaing, le photographe qui l’accompagnait sur le terrain, étaient alors membres du LAPMO – Laboratoire d’anthropologie et de préhistoire des pays de la Méditerranée occidentale, URA164. []