Archives par mot-clé : Eugène Guinot (luthier)

La lutherie comme un métier et une école de vie

Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)
Le luthier Charles-Luc Hommel dans son atelier à Marseille (5 mai 2014, cliché Hélène Claudot-Hawad)

Charles-Luc Hommel débute sa formation de luthier en 1973, à dix-huit ans, après son baccalauréat. Il fait partie des « nouveaux luthiers », venus à ce métier non par filiation luthière ou racines mirecurtiennes, mais par goût de la musique et du violon. Il commence l’apprentissage de cet instrument à huit ans et demi. Son père, mélomane, amateur de disques, lui a transmis l’amour de la musique. Vers quinze ans, en entrant dans un atelier de lutherie (à Bâle), il découvre une atmosphère qui lui plait beaucoup. Encouragé par son professeur de violon, il part à Mirecourt rencontrer le luthier René Morizot chez qui il fera un stage d’une semaine pendant les vacances d’été en 1972 (il est alors en 1e au lycée). Après son bac, il entre en septembre comme apprenti dans l’atelier Morizot et, au cas où la lutherie ne lui conviendrait pas, s’inscrit à l’université en maths-physique puis en droit. L’Ecole de lutherie de Mirecourt existe déjà mais n’admet d’élèves qu’au niveau de la 3e et âgés de moins de 17 ans.

Entrée en apprentissage (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

René Morizot à la fois enseignait comme professeur technique auxiliaire à l’école de lutherie et avait des apprentis dans son atelier qui se formaient et participaient à la production d’instruments.

Trois ans d’apprentissage à l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

La relance de la musique entraînait des commandes nombreuses d’instruments d’étude, d’où la création de la Sofraluth, manufacture de lutherie à Mirecourt.

Besoin d’instruments (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Les importations étaient difficiles à l’époque. Il fallait donc fabriquer des instruments dont le prix était encore très bon marché : la « façon » d’un violon (sans la tête) était rémunérée, par exemple pour un luthier habile comme Eugène Guinot, 250 francs (soit un peu plus de 30 euros) vers 1974.

Il fallait fabriquer (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Son apprentissage se déroule sans enseignement général, mais avec 40 heures d’atelier par semaine, soit plus du double de temps à l’établi que les élèves de l’Ecole de lutherie, ce qui lui a donné un avantage et un meilleur statut professionnel, bien que son diplôme soit un CAP (Certificat d’Aptitude Professionnelle) et non un BT (Brevet de Technicien).

L’avantage de la pratique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Après sa formation, deux places s’offraient à lui : l’une chez Jacques Camurat à Paris, et l’autre chez Philippe Bodart à Marseille chez qui il va. Il y reste deux ans, se formant dans cet atelier à la restauration, à la réparation, au montage, au raccord de vernis.

Formation à la restauration (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel à Marseille (2014, cliché HCH)

Ensuite, il part chez Etienne Vatelot à Paris, avec comme bagage des techniques particulières de restauration (comme le moulage au plâtre) enseignées par Philippe Bodart qui les a apprises lui-même à Londres.

Moulage au plâtre (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il évoque le souvenir marquant des luthiers qui l’ont formé et dont il a beaucoup appris, non seulement sur le plan professionnel mais également humain.

Des personnes ressources (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

A Paris, il a pu voir, à l’atelier, de grands concertistes qu’il allait écouter le soir. L’ambiance était bonne dans l’atelier et l’équipe jeune (de 22 ans d’âge environ) avec des personnes qu’il connaissait toutes  de Mirecourt.

L’ambiance de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il se plait beaucoup chez Etienne Vatelot qui sait faire comprendre avec talent et générosité le sens du métier. L’atelier fait à la fois de la restauration et du neuf.

Organisation de l’atelier (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Etienne Vatelot supervisait tout le travail de l’atelier, où passaient les plus beaux instruments et les plus grands artistes, un privilège pour l’expérience des jeunes luthiers, comme l’évoque Charles-Luc Hommel.

Une expérience formatrice (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il revient ensuite chez le luthier Philippe Bodart qui accepte qu’il travaille à mi-temps, ce qui permet à Charles-Luc Hommel de faire du neuf chez lui en Ardèche, en attendant de pouvoir s’installer à son compte. C’est une période où on manque de luthiers.

Manque de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il y avait aussi une pénurie de fournitures de lutherie. Les grandes maisons de bois de lutherie à l’ancienne, avec tout leur savoir-faire pour le choix, la conservation, le séchage, avaient disparu.

Pénurie de bois (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Bois de lutherie. Atelier de Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Cette situation va changer dans les années 1980 et on trouve aujourd’hui du très beau bois qui vient de Bohème, Bosnie, Dolomites.

Du très beau bois de lutherie (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Au sujet des techniques, Charles-Luc Hommel évoque les recherches empiriques sur les vernis faites par les luthiers et les progrès réalisés aujourd’hui.

Les vernis (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Il cite différentes expérimentations, dont celle du luthier italien Sacconi.

Vernis de Sacconi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Le luthier Pierre Claudot (qui de son côté avait essayé la térébenthine de Chios) passait souvent à l’atelier, d’où la transmission d’anecdotes de luthiers anciens et également de la connaissance de certains instruments.

Anecdotes de luthiers (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Charles-Luc Hommel s’installe à Marseille ; il aura jusqu’à trois assistants dans les années 1985-90, ce qui était trop lourd comme charges salariales et gestion, d’où un changement de cap en 1990.

Avoir du temps à l’établi (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

Dans cet atelier du centre ville de Marseille, ce sont les réparations et l’entretien d’instruments qui font tourner l’atelier. Certains luthiers ont choisi de faire du neuf et vendent eux-mêmes leurs instruments ; la sous-traitance est devenue plus rare qu’autrefois. Pour élaborer un modèle personnel de violon, Charles-Luc Hommel évoque l’intérêt de s’inspirer non pas des formes connues d’instruments de grands luthiers, mais de certains instruments seulement, car s’ils ont été fabriqués par une même main de maître, ils n’atteignent pas tous le même niveau de perfection sonore ou esthétique.

Des instruments qui sonnent (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Aujourd’hui, les rapports avec les acousticiens se poursuivent, même si ces derniers ont du mal à aider les luthiers. Charles-Luc Hommel pense que les luthiers apporteraient beaucoup au débat en notant leur savoir empirique : quels réglages et ajustements pratiques font-ils quand un violon sonne mal ?

Retranscrire le savoir empirique (Charles-Luc Hommel, extrait d’enquête n° 4912)

Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)
Atelier du luthier Charles-Luc Hommel, Marseille, 2014 (cliché HCH)

 

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur « Les nouveaux luthiers ». Le corpus constitué à partir de 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH en 2016. Présentation du corpus : Après s’être intéressée aux parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt, Hélène Claudot-Hawad poursuit ses recherches sur les nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France. Ni l’origine mirecurtienne, ni l’appartenance à une famille de luthiers n’ont déterminé le choix de ces nouveaux luthiers dont les parcours variés ne passent pas tous par Mirecourt aujourd’hui.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Hommel, Charles-Luc  (narrateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  La lutherie comme un métier et une école de vie, Marseille, 5 mai 2014. Enregistrement numérique :  82 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4912.

Crédits photographiques : H. Claudot-Hawad. Source : Enquête  “Les nouveaux luthiers” , 2012-2016.

Un natif de Mirecourt, capitale vosgienne de la lutherie, raconte son apprentissage et sa vie d’artisan

Le luthier Eugène Guinot chez lui à Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Dans cette enquête, elle interroge Eugène Guinot dit “le Gégène” avec, à ses côtés, son épouse. L’essor de la lutherie dans les années 1910 à Mirecourt provoque un afflux important de jeunes gens en âge d’apprendre un métier. “Gégène” Guinot entre en apprentissage à douze ans chez Emile Audinot.

Apprenti luthier, extrait de l’enquête 3488

Pour ces familles agricultrices, puis ouvrières, le choix de ce métier se fait davantage pour des raisons économiques que par affinité ou par tradition.

A Mirecourt, tout le monde était luthier, extrait de l’enquête 3488

Mirecourt développe de nombreuses activités grâce à la lutherie, comme par exemple la fabrication de l’outillage.

Les outilleurs de Mirecourt, extrait de l’enquête 3488

Après avoir travaillé pour quatre maisons différentes, dont vingt-deux ans chez Amédée Dieudonné, Eugène Guinot poursuit son métier à domicile.

Travailler pour plusieurs maisons, extrait de l’enquête 3488

Il dit avoir lutté toute sa vie pour maintenir des conditions de vie acceptables, et tient en cela à se distinguer des artisans devenus propriétaires d’ateliers. Beaucoup d’ouvriers artisans avaient un atelier dans une pièce de leur maison.

L’atelier à domicile, extrait de l’enquête 3488

L’épouse d’Eugène Guinot travaillait également à domicile en pratiquant la broderie ou en “faisant des perles” (spécialité des femmes de Mirecourt).

“Faire des perles”, extrait de l’enquête 3488


Mme Guinot chez elle à Mirecourt en 1982 (Cliché B. Lesaing)

 

Mais les brodeuses, les dentellières pas plus que les luthiers ne gagnaient correctement leur vie.

La dure vie du luthier et de la dentelière, extrait de l’enquête 3488

Eugène Guinot témoigne du déclin progressif et inexorable, selon lui, des activités artisanales de toute la ville en énumérant divers motifs : la crise économique dans la profession après la seconde guerre mondiale, les modifications des pratiques de la musique… Quant à son métier comme savoir-faire, Eugène Guinot précise qu’il réalisait ses violons deux par deux, alternant les techniques du moule en dedans et du moule en dehors ; il  livrait ses instruments toujours “en blanc”,laissant les vernisseurs pratiquer leur spécialité.

 Fabrication des violons deux par deux, extrait de l’enquête 3488

Il évoque le tablier comme accessoire indispensable pour lui.

Le tablier du luthier, extrait de l’enquête 3488

Les femmes qui travaillaient dans les usines de lutherie portaient d’ailleurs le même tablier.

 Le tablier des femmes, extrait de l’enquête 3488

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Guinot, Eugène (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêteur). Un natif de Mirecourt, capitale vosgienne de la lutherie, raconte son apprentissage et sa vie d’artisan. Mirecourt, 1982. 1 cass. 55min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3488.

Crédits photographiques : photographies de Monsieur et Madame Guinot à leur domicile par Bernard Lesaing, Mirecourt 1982. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982