Archives par mot-clé : Gustave Villaume (luthier)

Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980

 

Le luthier Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens sur ce métier entre 1981 et 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt, et y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Ici elle s’entretient avec Jean Villaume (Jean-Baptiste à l’état civil), dit le Jeanjinot, déjà  interrogé lors d’une précédente enquête menée chez son frère, le luthier Gustave Villaume.

Une pièce du logis – dans lequel vit toujours le témoin – était déjà réservée à l’atelier du temps où son père travaillait, lui aussi luthier de profession. La maison est située dans un quartier du vieux Mirecourt, anciennement fief de la profession.

Le luthier Jean Villaume et son épouse à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 Le quartier des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Ce père sera mobilisé lors de la guerre de 1914, dont il reviendra pour mourir (en 1921). Les deux frères aînés de Jean sont dans la lutherie, sa mère le place par commodité en apprentissage en 1917, il n’a pas encore douze ans. Trop petit de taille, on doit le surélever pour qu’il travaille à l’établi.

Luthiers de père en fils (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

De ses premières années dans le métier,  Jean Villaume raconte l’effort de travail difficile à fournir pour un enfant et  les étapes de l’apprentissage sous le contrôle des plus grands.

L’apprentissage (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489).

Il évoque les distractions du dimanche à Mirecourt  (bal, cinéma, fanfare municipale).

La « Musique » à Mirecourt en 1924 (Archives Pierre Claudot)

Les loisirs des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Il travaille dans la Maison Mougenot quelques années mais la quitte pour des raisons financières. Il embauche alors dans une nouvelle maison dont il n’apprécie cependant pas le travail qu’il juge grossier (pratique du moulage de la voûte et du fond au détriment du travail à la main).

L‘expérience du violon moulé (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Au contraire, la fabrication artisanale des violons à la main est restée quasi identique des temps anciens jusqu’à aujourd’hui.

La fabrication à la main (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

L’atelier de Jean Villaume à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

 Jean Villaume travaille finalement à domicile, grâce aux commandes de son frère Gustave, devenu propriétaire d’un atelier à Nancy. Ils évoquent, avec l’enquêtrice, les différents hommes de leur famille liés à la lutherie et le rôle des femmes et filles dans les ateliers. 

Emploi du grand-père maternel chez Darte (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

 

Les outils du luthier. Atelier de Jean Villaume à Mirecourt (cliché B. Lesaing)

 

Après avoir donné le contexte familial de son enfance, Jean Villaume revient sur les types de rémunération des luthiers, sur leurs difficiles conditions de vie et sur son souhait (assouvi) que ses enfants connaissent d’autres métiers avec de meilleures situations.

Véritablement passionné par chaque étape de la fabrication d’un instrument, Jean Villaume a encore les gestes dans les mains ; il illustre ce qu’il décrit par l’exposition des outils et la démonstration de leur usage. Il dit pouvoir reconnaître les violons de sa fabrication parmi tous, chaque luthier possèdant une facture et un style singuliers : “chacun a sa main”.

 

« Chacun a sa main » (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)


Il se fait aussi chroniqueur de la vie luthière de Mirecourt : il distingue les grandes maisons que sont les manufactures (Laberte-Magnié, Thibouville-Lamy) des artisans (dont Dieudonné, Mougenot…) dans les années 1920, et décrit quelques us et coutumes des luthiers (leur apparence vestimentaire, leur esprit frondeur et jovial, leur pratique de l’alcool).

L’esprit frondeur des luthiers (Jean Villaume, extrait de l’enquête n°3489)

Chez le luthier Jean Villaume à Mirecourt en 1982 (cliché B. Lesaing)

 

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour “faire la main” d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Villaume, Jean (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice).  Récit de vie d’un luthier qui fabriqua des violons dans sa maison natale de Mirecourt des années 1920 aux années 1980. Mirecourt,  juin 1982. 1 cass. :  40 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3489.

Crédits photographiques : Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.

 

Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt

Gustave Villaume présente un de ses violons, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue et descendante d’une famille de luthiers, a mené plusieurs entretiens avec son père de 1981 à 1993. En 1982, elle s’est rendue dans leur ville d’origine et capitale de la lutherie, Mirecourt. Elle y a rencontré des anciens du métier, issus de la même génération que son père. Elle est reçue ici par Gustave Villaume et sa femme qui se livrent aux souvenirs : anecdotes professionnelles, évocation des camarades et collègues. Rejoints par Jean Vuillaume, frère du premier témoin et également luthier, les conversations se croisent jusqu’à provoquer parfois un joyeux brouhaha. Au cours de l’apprentissage, commencé dès l’âge de douze ans à la suite du certificat d’études et pour une durée de trois ans, les jeunes garçons de Mirecourt sont formés plus qu’à un métier ; imitant les habitudes de leurs collègues adultes, ces enfants apprentis sont aussi formés à l’école de la vie. Gustave Villaume a été formé chez Léon Mougenot.

L’apprentissage du luthier (Gustave Villaume,  extrait de l’enquête 3487)

Le métier tel que Gustave Villaume l’a connu n’existe plus aujourd’hui. Il évoque les conditions d’apprentissage de la lutherie et les concours qu’on faisait faire aux apprentis chaque année.

Les concours de lutherie (Gustave Villaume, extrait de l’enquête 3487)

Après avoir débuté sa carrière comme ouvrier luthier à Mirecourt, il part travailler à Nancy chez Jacquot, et quand cette maison fait faillite, il s’installe à son compte en 1924.

Monsieur et Madame Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)

A la fin de sa carrière, il a fabriqué des contrebasses. Les différences extrêmes de rémunérations qu’il découvre pour un même travail entre Mirecourt et Paris l’indignent et lui font refuser la restauration de harpes qu’il avait dans un premier temps acceptée. Les salaires de misère répandus à Mirecourt ont incité les vieux luthiers à orienter leurs enfants vers d’autres métiers.

Orientation des enfants vers un autre métier (Gustave Villaume, extrait de l’enquête 3487)

Chez le luthier Gustave Villaume, Mirecourt, 1982 (cliché B. Lesaing)


Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Villaume, Gustave (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Conversation tissée d’anecdotes autour de la carrière d’un luthier originaire de Mirecourt. Mirecourt, 1982. 1 cass. 1h 10min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3487.

Crédits photographiques : Gustave Villaume présentant un violon ; Monsieur et Madame Villaume à leur domicile ; chez Gustave Villaume à Mirecourt, 1982, photographies de Bernard Lesaing. Tous droits réservés. Source : Enquête ethnologique d’Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt (Vosges, Lorraine), 1980-1982.