Archives par mot-clé : Marcel Vatelot

Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante

Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)
Grand hall de la Maison Laberte-Humbert Frères (carte postale, extrait)

Nicole LABERTE (soeur de Cécile Laberte avec laquelle un entretien avait été mené en 1982 ) est une descendante de la famille Laberte qui fut à la tête d’une grande manufacture d’instruments de musique à Mirecourt, pendant plusieurs générations. Son père Marc Laberte (1880-1963) fut lui-même directeur de l’entreprise. L’entretien débute par une discussion sur l’origine de la maison Laberte (les dates de fondation de la maison remontant au XVIIIe siècle correspondent en fait au rachat de marques d’ateliers anciens, comme l’a montré Roland Terrier).

Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)
Papier à entête Laberte et Magnié (archives N. Laberte)

Nicole Laberte évoque le premier Laberte qui était marchand de violons. Dans ses archives familiales, un acte daté du 27 septembre 1846 mentionne « Augustin François Laberthe, marchand d’instruments de musique, à Mirecourt », comme acquéreur d’une vigne située sur le territoire de Mirecourt, au canton du Neuf Moulin.

Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)
Acte daté de 1846 (Archives N. Laberte)

Parmi les trois fabriques d’instruments de Mirecourt, l’entreprise Laberte fut-elle la seule à ne faire que de la lutherie, comme le dit Nicole Laberte ? C’est certainement le cas pour la période la plus récente.

Seulement de la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Mais des recherches montrent qu’en 1873, « à la suite de la faillite de la société REMY-GENIN, c’est la Maison LABERTE-HUMBERT qui reprend le stock et continue quelques temps la fabrication d’instruments de musique à vent » (Pierre René, « LABERTE, les derniers fabricants d’instruments de musique à vent de Mirecourt (1779-1972). Dans les collections du Musée de la lutherie de Mirecourt figurent par ailleurs une clarinette marquée au fer LABERTE-HUMBERT/ PARIS (vers 1900) et un Piano droit de la marque Laberte-Humbert Frères, Mirecourt/N° 12559 (vers 1910).

La société en nom collectif Laberte-Humbert Frères est créée en 1876 par les frères Laberte  (Auguste et Maurice Emile), fils d’Augustin François Laberthe et de son épouse Rose née Humbert .

Acte Société Laberte, 1876, Mirecourt
Acte Société Laberte-Humbert Frères, 1876, Mirecourt

Pour Nicole Laberte, le grand homme de la famille est son père, Marc Laberte (fils d’Auguste). Celui-ci a une double formation : l’école de commerce à Nancy et l’apprentissage de la lutherie avec Camille Poirson. Les violons le passionnent.

Passionné par la lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il connaît bien le bois et part le choisir lui-même en Bosnie-Herzégovine :

Choix du bois de lutherie (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte gère la fabrique sur un autre mode que son père, en utilisant tous les moyens de communication modernes. Il constitue par ailleurs une collection de très beaux violons anciens, dont il fait ensuite fabriquer des copies d’excellente qualité.

La collection d’instruments anciens (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Son associé, Fourier Magnié, a beaucoup de compétences techniques et conçoit des machines pour la fabrication des instruments ordinaires qui font tourner l’usine. Marc Laberte de son côté suit de très près les opérations de l’atelier de lutherie d’art.

L’atelier des seigneurs (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)
Atelier de vernissage, maison Laberte-Humbert Frères (carte postale)

Il s’intéresse beaucoup à l’opération de vernissage.

Le vernissage (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Lui et le vernisseur sont les premiers à tester la sonorité des meilleurs violons fabriqués dans l’atelier d’art. Or, ils sont tous les deux sourds. Pourtant, leurs appréciations ont toujours coïncidé avec celles des plus grands violonistes invités ensuite à essayer les instruments.

Tester la sonorité des violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Marc Laberte avait du mal à se détacher des instruments fabriqués sous sa direction et ne les vendait qu’à contrecoeur.

Triste de vendre ses violons (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Il a donné de l’ampleur à l’usine de lutherie. Polyglotte, il était en contact direct avec la clientèle internationale. Son fils Philippe a eu également une formation internationale.

La dimension internationale  (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié
Stradivox mentionné sur le papier à entête de la maison Laberte et Magnié

L’entreprise se diversifie dans les années 1930 en fabriquant des gramophones et des radios en bois de résonance. N. Laberte évoque notamment la correspondance entre son père et Louis Lumière au sujet du Stradivox et la visite de ce dernier dans les ateliers.

Le son du Stradivox (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte
Courrier de Louis Lumière à Marc Laberte

Mais pendant la guerre de 40, les machines très onéreuses de l’usine (servant à la fabrication des radios) sont déménagées par les autorités allemandes. Marc Laberte de retour à Mirecourt tentera  de reprendre certaines activités de l’usine (la fabrication des violons) et devra pour cela vendre tous les beaux instruments de sa collection.

La guerre de 40 (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

L’époque est très difficile et les affaires périclitent. Marc Laberte décède en 1963. Son fils lui succède mais n’a pas la même passion pour le violon et pour le bois. Une passion que N. Laberte illustre par plusieurs anecdotes.
Le ton du vernis (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Le vernis blond est une caractéristique des violons Laberte.

Nicole Laberte évoque les rapports de son père avec les clients internationaux et les  grands musiciens.

Après la deuxième guerre mondiale, la grande crise liée à la mécanisation de la musique affecte très durement tous les fabricants d’instruments.

La grande crise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)


La reprise s’est faite plus tard en commençant par une demande concernant les guitares.
La reprise (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Nicole Laberte dit sa surprise lorsqu’invitée au repas des luthiers à la Sainte-Cécile à Mirecourt dans les années 1990, elle rencontre des jeunes gens qui gagnent leur vie dans la lutherie.
Les nouveaux luthiers (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle revient sur la Ste Cécile, le grand jour de l’année à Mirecourt, et sur son organisation.

La Sainte-Cécile (Nicole Laberte, extrait d’enquête n°4905)

Elle souligne la différence qui existaient entre les luthiers de Mirecourt centrés sur la fabrication des instruments neufs et les luthiers installés dans les grandes villes qui avaient presque des activités d’antiquaires et restauraient les instruments anciens.

Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié
Bas de page du papier à entête Laberte et Magnié

Ce billet présente l’une des enquêtes menées par l’anthropologue Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt. Le corpus constitué de 1982 à 1990 puis complété par de nouveaux entretiens depuis 2012 a été déposé à la phonothèque de la MMSH. Présentation du corpus : L’enquête a concerné les parcours professionnels des luthiers nés au début du XXe siècle, la plupart originaires de Mirecourt jusqu’aux nouvelles générations de luthiers formés à partir des années 1970 dans un contexte professionnel en pleine renaissance après une crise qui a menacé ce métier de disparition en France.

En savoir plus

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/a-sonores/le-metier-de-luthier

Citer cette enquête : Laberte, Nicole  (narratrice) ; Claudot-Hawad, Hélène (enquêtrice). Grandeur et déclin d’une fabrique de lutherie : le récit d’une descendante . 18 mars 2014, Paris. Enregistrement numérique :  66 min. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°4905.

Crédits photographiques : Cartes postales (début du XXe siècle) et H. Claudot-Hawad.