Archives par mot-clé : Marseille

La recette du mois : les tautènes, calamars ou encornets farcis

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH, une fois par mois le dernier lundi, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain . Le choix de ce mois-ci s’est porté sur une recette  marseillaise  de poisson.

Cécile Février, ((qui a  réalisé une série d’entretiens portant sur les traditions orales sur le territoire marseillais dans le cadre d’une collecte lancée par La compagnie du Lamparo.)) est  ethnologue. Elle s’entretient le 3 mars 2007  avec Yolande Hérault,  une habitante de Sormiou (Marseille). Au cours de l’enquête 2291, celle-ci nous livre sa recette de tautènes farcies dont voici un extrait :

Ingrédients pour 6 personnes :
Continuer la lecture de La recette du mois : les tautènes, calamars ou encornets farcis

Promenade sonore sur les traces des arméniens de la Cabucelle à Marseille

L’association Paroles Vives a déposé de nombreuses collections sonores à la phonothèque de la MMSH dont une série d’entretiens avec des témoins d’origine arméniennes dont les familles s’étaient réfugiées dans les Bouches-du-Rhône après le génocide de 1915. Cette collecte de récits de vie est aussi un appui pour retrouver les traces visibles et matérielles des communautés arméniennes de certains quartiers de Marseille. Ainsi, le 14 octobre prochain, l’association organise une balade dans le quartier de la Cabucelle.
Extrait de l’enquête 2100 sur le quartier de la Cabucelle :

Le circuit vous amènera à découvrir l’installation des exilés, dans le camp Oddo puis dans différents quartiers de Marseille ; comment la communauté arménienne a imprégné  le territoire et et s’est inscrite dans le patrimoine culturel marseillais.  Le témoignage oral est aujourd’hui la meilleure façon de se représenter comment était la vie des réfutés dans le camp Oddo. En effet ce camp, créé au moment de l’arrivée massive des arméniens à Marseille en 1922, a été fermé en 1927 et  il n’en reste trace principalement qu’à travers des registres. Vous pouvez ainsi écouter un extrait sonore issu de la collection réalisée par l’association Paroles Vives qui complète un article de Wikipédia (extrait de l’enquête 2072).

Cette balade patrimoniale est une proposition à fouler le bitume mais aussi à tendre ses oreilles. Des témoignages oraux ponctuent cette marche et redonnent vie à cette tranche de l’histoire collective. Les mémoires vivantes et les documents vous feront entrer dans l’épaisseur historique de Marseille. Des livrets-découvertes sont distribués aux participants afin de rendre la visite interactive, le marcheur est invité à des jeux d’observations. Si vous voulez vous faire une idée de « comment ça marche ? », vous pouvez jetez un coup d’oeil ici sur de précédents événements.

Continuer la lecture de Promenade sonore sur les traces des arméniens de la Cabucelle à Marseille

La recette du mois : la soupe de poissons et sa rouille

Pour mieux faire connaître les archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Le dernier lundi du mois, nous vous faisons découvrir des recettes de cuisine enregistrées et révélées par les informateurs sur le terrain.  Le choix de ce mois de mars s’est porté sur la réalisation d’une soupe de poissons.

Pour la compagnie Lamparo, Cécile Février, ethnologue, a enquêté sur le territoire marseillais dans l’objectif de collecter toutes les formes de savoirs liés à l’oralité . Continuer la lecture de La recette du mois : la soupe de poissons et sa rouille

Alors que j’attendais…

Voilà comment le metteur en scène Omar Abussaada évoque la  Syrie dans un entretien au journal La terrasse1 : « On parle souvent de guerre à propos de la situation en Syrie. Je ne suis pas très à l’aise avec ce terme-là. Car ce qui se passe aujourd’hui est la conséquence directe de la répression brutale qui mit fin, en 2011, à l’impulsion révolutionnaire. C’est à partir de ce moment-là que ma vie a définitivement changé. Ma famille a quitté Damas. La plupart de mes amis sont partis vivre à l’étranger. Et parmi ceux qui sont restés, certains ont été arrêtés par les autorités (…). Aujourd’hui, plus que jamais, le théâtre est la chose qui me permet de continuer à vivre, de faire face à la mort. » Continuer la lecture de Alors que j’attendais…

  1. La terrasse, 26 juin 2016, n°245. []

Voyager sur les ailes d’une enquête

Finiels-Img1Lorsque j’étais enfant je regardais passer les avions. J’étais captivée par le fait que, là, derrière ce hublot si minuscule si loin de moi il y avait une autre personne bien réelle. Peut-être une petite fille comme moi, accompagnée d’une autre maman. Je me demandais si elle me verrait, ce qu’elle tenait à la main, quel était son jouet, la langue qu’elle parlait. Elle était là, sous mes yeux pendant quelques secondes. Au milieu de ces autres gens qui voyageaient avec elle, avec leur univers, leur vie, leur destin et leurs projets, leur passé. Tout cela me plongeait dans un rêve d’inconnu. Cet autre si proche de moi qui s’éloignait si vite me fascinait. Cette curiosité m’est restée, comme de connaître l’intime, le dévoiler pour le comprendre.

Fraissinet-de-Lozère_01La définition du voyeur dans le Littré ou le Larousse concerne un individu qui regarde, voit, assiste curieux mais sans participer. La démarche ethnographique s’en écarte du simple fait de l’échange qui se noue entre l’enquêteur et l’enquêté. Échange de confidences, de rires, d’humanité, de plaisirs, d’empathie comme en témoignent les enquêtes de Claudette Castell et Nicole Coulomb. Pendant leurs enquêtes, si elles se tiennent en retrait par souci de placer l’enquêté en posture principale, elles ne sont pas moins présentes, de toute leur humanité et de leur savoir être respectueux, curieux et attentif. Elles respectent leurs interlocuteurs jusque dans leurs restitutions fidèles et si vivantes. Ce que laissent ces enquêtes ? Au delà des connaissances culturelles sur un contexte, elles transmettent un formidable sentiment d’humanité commune. L’interviewé derrière la fenêtre n’est jamais le « sauvage » observé mais bien le « même », l’autre différent mais si proche, comme deux frères qui n’ont pas les mêmes yeux.

Marseille_Accoules

Ces deux dames ont connu, après leurs enquêtes ethnographiques, une carrière de documentaliste. Comme moi. Par souci de transmettre, de faire glisser le savoir d’une étagère à une oreille , disponible, au moment opportun.

Le_Pont-de-Montvert_02

Je ne sais toujours pas ce qui se cache derrière les fenêtres. Sauf certaines du quartier du Panier à Marseille ou des villages du Mont Lozère, grâce à mesdames Castell et Coulomb. Regardez ces images et laissez vous glisser vers cet univers, ce feu qui crépite ou ce grillon qui chante, tendez l’oreille vers ces voix parfois claires et bondissantes, parfois rugueuses, comme soufflées. Écoutez et rêvez. Merci mesdames pour cet infini voyage.

Marseille_Panier

Mes préférées :

La vie du quartier St Jean avant la guerre de 1939-1945

La vie du quartier du Panier par une femme d’origine italienne née à Marseille dans les années 1930

Chansons de l’enfance

Conversation autour des veillées et des chansons : La fille d’une riche

Souvenirs de la vie autrefois, la sociabilité et l’origine de certains contes par une ancienne agricultrice des Cévennes

Crédits photographiques : Entering Finiels, Photographer unknown Issues de Wikimedia, licence CC-BY-SA : Rue de Fraissinet-de-Lozère, Ancalagon, octobre 2008 ; Le Panier, à Marseille, Michiel1972, octobre 2009 ; Le Pont de Montvert, GIRAUD Patrick Août 2005 CC BY-SA ; Le Bazar du Panier, Georges Seguin, octobre 2013 CC BY-SA.

 

Raconter l’histoire des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône

La collection sonore sur la Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône a la volonté de décrire, à travers 120 entretiens,  l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Pour plusieurs raisons, cette collection est emblématiques pour la phonothèque de la MMSH.

– Elle est le fruit d’une collaboration fructueuse entre les Archives Départementales des Bouches-du-Rhône, une association de jeunes chercheurs, Paroles Vives, et la phonothèque de la MMSH1 ;

– Le protocole de la collecte, décrit avec précision dans une annexe méthodologique accessible en ligne, est devenu un véritable outil méthodologique pour la mise en oeuvre de collectes patrimoniales puisqu’il a été réutilisé par diverses institutions avec succès ;

– La totalité des témoins a signé un contrat d’autorisation d’utilisation et de diffusion qui a permis la mise en ligne les 162 heures d’enregistrements et leur réutilisation par tou-te-s sans demande préalable, sous réserve de citer les sources avec précision (noms de l’informateur et de l’enquêteur, date et lieu d’enquête, site d’accès).

– L’ensemble du corpus a été entièrement catalogué et analysé en suivant les normes et formats internationaux en vigueur. L’accès peut se faire à travers la base de données des archives départementales des Bouches-du-Rhône ou de Ganoub, la base de la phonothèque2 mais aussi sur la plateforme Calames, au format EAD.

L’année 2015, année de la commémoration du 100e anniversaire du génocide des arméniens, va ainsi être l’occasion de valoriser ces témoignages et de continuer notre collaboration avec les archives et l’association Paroles Vives. Ainsi, une exposition itinérante, intitulée Mémoires arméniennes dans les Bouches-du-Rhône, accompagnera un cycle de trois tables rondes à travers lesquelles dialogueront des documents d’archives, des extraits d’entretiens sonores, des chercheurs, des membres associatifs et témoins de la collecte.

– Mardi 21 avril à 18h30 Migrations arméniennes : un ancrage dans les Bouches-du-Rhône, avec Véra Fritz, historienne, chercheure associée au laboratoire TELEMME, Aix-Marseille université.
Mon frère est venu en 1929 en France avec nos parents, ils venaient de l’île de Chypre après beaucoup d’errance et ils ont atterri à Marseille parce que, en ce temps-là il y avait du travail. Notre papa était tailleur d’habits. Il est venu en France parce que son cousin qui était venu quelques temps avant l’a appelé en lui disant : “Viens, il y a du travail” et en effet il y en avait. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 84 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2146)

Jeudi 28 mai à 18h30 Des cultures arméniennes en exil : entre échange et permanence,  avec Martine Hovanessian, anthropologue, URMIS, Université Paris Diderot et Karine Michel, anthropologue, IDEMEC, Aix Marseille Université.
Je sais qu’il y a des choses dans la culture arménienne qui me touchent, me parlent […] Mais à côté de ça, je me sens pas plus Arménien que Français […] Je crois qu’aujourd’hui quand tu es enfant, en France, de troisième génération d’Arméniens ou de n’importe quel autre immigré ou exilé, je crois que tu es fait d’identités multiples ou de bribes et que tu vas faire avec et essayer de construire quelque chose de propre à toi, quelque chose d’intelligent. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 17 1 / 12 AV 17 2, enquête en ligne sur Ganoub, n°20178).

Mardi 2 juin à 18h30 Une nouvelle vie Avec Marie-Françoise Attard-Maraninchi, historienne, TELEMME, Aix Marseille Université.
Mes parents par leur profession fréquentaient quelques fabricants de chaussures qui sont naturellement d’origine arménienne, ils fréquentaient des commerçants, des détaillants qui étaient pour la plupart d’origine arménienne et puis ils avaient leurs représentants qui étaient ou pas d’origine arménienne. (Extrait du document sonore : AD13 12 AV 89 1, enquête en ligne sur Ganoub, n°2151).

Plusieurs autres animations sont prévues dans le cadre de cette commémoration, en particulier sur le Pays d’Aix :

Faculté de Droit :
– le 7 mars de 9h30 à 18h, colloque sur la problématique du génocide des Arméniens.
– les 15 et 16 septembre, colloque : 1915 – 2015 : La question du génocide des Arméniens aujourd’hui et demain en Turquie.
Salle Armand Lunel :
– le 10 mars à 18h30, conférence sur le génocide des Arméniens par Patrick Donabédian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 15 mars de 10h à 15h, master-class et à 16h, conférence du compositeur Arthur Aharonian suivie d’un mini concert.
– les 24, 25, 26, 27 de 18h à 19h, concerts d’élèves salle Villette et le 27 à 20h30, concert des professeurs du conservatoire à l’auditorium Campra.
Archives départementales d’Aix-en-Provence :
– les 10, 11 et 12 avril, rencontre avec Pinar Selek auteur du livre : Parce qu’ils sont Arméniens.
– du 22 avril au 11 juillet, L’immigration arménienne se raconte au pluriel, exposition sur l’immigration arménienne avec l’association Paroles vives.
– le 21 mai, Fantôme arménien, conférence animée par Christian Artin (ARAM).
Office de Tourisme :
– du 23 avril au 7 mai, exposition sur le génocide des Arméniens.
Allées Provençales :
– le 24 avril, commémoration, stèle du génocide.
Prieuré de Sainte Victoire :
– le 8 mai, procession.
Espace Jeunes Bellegarde :
– du 26 mai au 5 juin, présentation de l’histoire arménienne à l’intention des élèves des écoles.
Institut de l’Image :
– le 4 juin à 18h30, conférence à l’amphithéâtre de la Verrière et à 20h30, projection salle Armand Lunel.
– le 6 à 18h30, rencontre suivie d’une projection.
Hôtel Maynier d’Oppède :
– le 15 juin à 21h30, concert du quintette à vent de Marseille et Araïk Bartikian.
Conservatoire Darius Milhaud :
– le 11 août à 20h30, concert, au sein de l’auditorium Campra,de l’Orchestre National de Chambre d’Arménie sous la direction de Vahan Mardirossian.
Entrée libre sauf pour les concerts et les projections.

 

Crédits photographiques : Image from page 262 of « A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise » (1907) Identifier: triptoorientstor00jacorich Title: A trip to the Orient; the story of a Mediterranean cruise. Domaine public.

  1. Le projet a obtenu en 2008 le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. []
  2. La phonothèque suit les règles du guide de bonnes pratiques réédité en 2014 par la FAMDT. []

MARDI – La semaine de l’Open Access Week : Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

L’enquête que nous vous proposons aujourd’hui est issue du corpus : mémoires orales des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône. Ce corpus est composé de 106 enquêtes recueillies auprès de 126 personnes. Le collectage de ce corpus se déroula entre fin 2006 et fin 2007, il fut piloté par un comité composé d’anthropologues et d’historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH.1

L’enquête choisie va vous faire découvrir les souvenirs d’une famille descendant d’Arméniens à Marseille et de la transmission des éléments de la culture arménienne sur deux générations.

Souvenir familiaux et commentaires de deux générations de marseillais, descendants d’arméniens, D2315-1, D2315-2, n°2077, enregistrée à Marseille le 23 novembre 2006, durée : 1h 58min.

Crédit photographique: Service, Bain News, Armenians, 1899. http://www.loc.gov/pictures/collection/ggbain/item/ggb2006002495/. Pas de restriction de copyright connue.

  1. L’ensemble du corpus est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH. []

LUNDI – La semaine de l’Open Access Week : Ambiance de match

World cup_Netherlands - Czechoslovakia_1938

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Nous vous proposons d’écouter deux extraits d’ambiance sonore de stade lors de matchs de football issus du corpus le match de football1 Ce corpus est composé d’enquêtes de terrain réalisées par trois enquêteurs : Christian Bromberger, Alain Hayot et Jean-Marc Marriotini, en France et en Italie, qui rendent comptent de la passion du football et des activités des supporteurs, des joueurs et des entraîneurs des équipes de l’Olympique de Marseille, de la Juventus de Turin et de la San Paolo de Naples dans les années 1980.

Ambiance de stade lors d’un match Toro-Bari, enquête n°1335, enregistrée à Turin en 1985, 9min.

Crédits photographiques : Lagendaal schiet naast / Dutch player shoots on goal but misses, aprile 17, 1932. Nationaal Archief – Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681461103/.

 

Ambiance sonore  de stade lors d’un match OM-Lille, enquête n° 1334, enregistrée à Marseille  en 1985, 15min.

Crédits photographiques : Nederlands elftal, WK 1938- Dutch national team, 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265073/.

Crédits photographiques : Wedstrijd Nederland-Tsjechoslowakije, WK 1938 / Netherlands – Czechoslovakia match in het Stade Municipal in Le Havre (France), 1938 World Cup, 5 juin 1938. Nationaal Archief-Nederland. Aucune exception de copyright connue. https://www.flickr.com/photos/nationaalarchief/4681265127/.

 

  1. Voir l’ouvrage suivant : Bromberger, Christian, Alain Hayot, Jean-Marc Mariottini, Le match de football: ethnologie d’une passion partisane à Marseille, Naples et Turin, Paris, France, Éd. de la Maison des sciences de l’homme, 1995. []

DIMANCHE – L’archive sonore de l’Open Access Week : Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Récit de vie d’une femme serveuse à Marseille puis cafetière à Avignon dans les années 1930 et récit de sa déportation en tant que résistante Cote : F 3354 – N°4155 – enquêteur Baude, Janine ; informateur A., Adrienne s.l., 1983.

Cette enquête a été enregistrée dans le cadre du corpus « Celles qui n’ont pas écrit », réalisé par des étudiants à l’Université de Provence dans le cadre d’un cours de littérature axé sur le récit autobiographique. Anne Roche et Marie-Claude Taranger, responsables de cet enseignement, proposaient aux étudiants de réaliser une enquête auprès d’un témoin de leur choix sur des thématiques variants au cours des années (années 30, guerre de 1939-1945, guerre d’Algérie,…). Pour l’évaluation de ce travail étaient demandé la cassette originale ainsi qu’une transcription de l’enquête. Ces enregistrements sont donc à écouter dans la perspective d’un cours de littérature. Par exemple, les enquêtes et évaluations se concentrent moins sur les locuteurs (informateurs-enquêteurs) que sur le récit, ainsi, la date et le lieu d’enregistrement ne sont pas centrale et sont rarement précisées. La pièce centrale, notée par les enseignants (méthodologie d’enquête, contenu, qualité du témoin), est la transcription. Il peut arriver d’ailleurs que l’enregistrement n’ait pas été conservé et que seule demeure la transcription et l’évaluation de l’enseignant. A chaque enquête correspond un nouvel enquêteur, le corpus peut être considéré comme collectif, regroupant l’ensemble des étudiants de l’année universitaire. S’il arrive souvent que l’informateur choisi soit une « figure », se démarquant par l’originalité de son parcours, c’est notamment par soucis de l’enquêteur de produire une enquête au contenu fort en vue de l’évaluation. La dynamique de ce corpus collectif est ainsi marquée par cette forme de rivalité entre enquêteurs. Lorsque c’était possible, le résumé des professeurs a été utilisé pour établir le résumé de la notice. Les enregistrements ne sont pas les originaux mais des copies que les enseignants ont faites d’après les enregistrements des étudiants : en plus de la dégradation de la qualité sonore due à la copie, l’intégrité du support original n’est pas toujours respectée et n’a pas toujours pu être retrouvée. Le nom donné à ce corpus « Celles qui n’ont pas écrit » est celui du livre éponyme des deux enseignantes qui s’appuie sur tous les témoignages, ceux des hommes comme ceux des femmes.

Ecouter l’enquête en streaming

Résumé de l’enquête :

L’informatrice est issue d’une famille paysanne qui cultive le blé. Vers l’âge de 15 ans elle est placée dans une maison bourgeoise à Avignon. Le travail de domestique est difficile, elle se rend à Marseille pour y échapper et connaît une période de chômage. Elle trouve plus tard du travail dans une entreprise traitant les dattes, avenue Arenc. Ce travail lui convient mieux que celui de domestique. Elle trouve ensuite une place de serveuse au « Boeuf à la mode », cours Belsunce, où elle est payée au pourboire. Pour chacun de ses emplois, elle fournit à l’enquêtrice ses horaires et son salaire avec précision. Après sa journée de travail, elle fréquente la salle de spectacle l’Alcazar où elle voit se produire de nombreuses vedettes. Elle se souvient d’une ville marquée par le chômage. Elle évoque la crainte du proxénétisme à Marseille, le soir, activité qu’elle associe à la famille Guerini. En revanche, elle ne craint pas le vol et les « bandits » qui sont rares. A l’époque du Front populaire, elle parle d’un « délire » à Marseille auquel elle ne prend pas part. L’informatrice relate ensuite son parcours durant la guerre de 1939-1945. Ayant fait des économies, elle devient propriétaire d’un café à Avignon. Là, elle est contactée par des résistants et collabore avec eux. Elle déclare qu’elle cachait des personnes juives chez elle et son inquiétude à l’époque. L’informatrice n’appuie pas l’épisode de son entrée en résistance qu’elle semble considérer comme naturel ou de bon sens. Elle fait le récit de son transport de cartes d’identités falsifiées à Toulouse où elle est suivie et arrêtée. Elle parle de la délation à cette époque, dont elle a été victime. Elle raconte son parcours en déportation (camp de Ravensbrück puis de Litomerice), la dureté des conditions de vie (atteinte du typhus, elle s’efforce de masquer sa maladie). L’informatrice revient à plusieurs reprises et avec de nombreuses précisions à la demande de l’enquêtrice sur son expérience dans les camps (traitant ainsi du contact avec l’extérieur, du peu de solidarité, de ses relations avec ses camarades ou ses surveillants, du travail – assèchement de marais, déchargement de wagons -, évoquant la dureté du traitement – le défilé des prisonnières nues dans le froid, les fusillés creusant leur propre tombe – et parfois le contraire – bon traitement de certains surveillants). Certaines images et certains épisodes vécus persistent dans son esprit après la guerre. Lors de la Libération, elle est incapable de se réjouir. L’entretien se termine sur sa vision du statut de la femme dans les années 1930, de son départ de chez elle et de son placement, de sa relation avec ses patrons en tant que domestique, et du syndicalisme à son époque.

Crédits photographiques : Free coffee wagon, Lotzen [between ca. 1910 and ca. 1915], Bain News Service publisher, 1 negative : glass ; 5 x 7 in. Pas de restrictions de droit connues.

Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille

Pierre Claudot à Mirecourt en 1923

Hélène Claudot-Hawad, ethnologue, interroge son père Pierre Claudot, luthier à Marseille et originaire de Mirecourt comme la plupart des luthiers français de sa génération. Il s’agit ici de leur premier entretien. L’informateur descend d’une longue lignée de luthiers, mais n’a connu parmi eux que l’un de ses oncles, François Claudot, luthier à Dijon (auquel succèdera Albert Claudot, frère aîné de Pierre). Son père, Félix Claudot, luthier à Mirecourt, est décédé un mois après sa naissance, aussi la vie des ateliers ne lui était pas familière avant son apprentissage. A 12 ans, après le certificat d’étude, Pierre obtient un emploi de commissionnaire dans une banque. Sa mère, veuve, ne veut pas qu’il soit luthier. Il parvient à la convaincre grâce à l’instauration nouvelle, en 1920, d’un apprentissage rémunéré, destiné à former des luthiers d’art capables de fabriquer un violon complet (par opposition à la lutherie manufacturée où des ouvriers se spécialisent dans la fabrication de certaines pièces).

Extrait de l’enquête n°3483, L’apprentissage payé

Pierre Claudot témoigne d’un apprentissage long et exigeant pour atteindre la maîtrise parfaite de l’outil et de la matière

Après deux ans et demi d’apprentissage chez Thibouville, il reste encore six mois dans cette maison.

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans – face

Violon réalisé par Pierre Claudot à 17ans – dos

 

Inscription sur le fond d’un violon réalisé par Pierre Claudot à 17 ans

Puis il est sollicité par Amédée Dieudonné, luthier qui revient de Bruxelles et introduit des modèles d’instruments différents de ceux qu’on utilise alors à Mirecourt.

Extrait de l’enquête n°3493, Pierre Claudot chez Amédée Dieudonné

Pierre Claudot détaille les différentes opérations dans la fabrication d’un instrument. La plupart des ateliers confient la fabrication des têtes des instruments à des spécialistes et livrent les instruments en bois blanc à des vernisseurs.

Après avoir travaillé trois ans chez Dieudonné, Pierre Claudot part à Marseille où il est embauché par la maison Granier. L’informateur, à travers sa carrière de luthier, a vécu l’histoire du 20e siècle : de la crise économique mondiale de 1933 qui pousse son employeur à Marseille, le luthier Granier, à abandonner la lutherie et à lui céder son entreprise,


jusqu’à la seconde guerre mondiale qui maintient le commerce dans un fragile équilibre.

Pierre Claudot chez Granier à Marseille en 1928 (ici avec André, dit « Boubous », neveu de Denis Granier)

 

Au lendemain de la guerre, la profession connaît de nouvelles difficultés face au développement des techniques d’enregistrement audio entraînant la disparition de nombreux orchestres. Pierre Claudot situe enfin une renaissance de la profession à partir des années 1960, dûe entre autres à un retour culturel à la musique et à l’apprentissage d’un instrument par les nouvelles générations.

Ce billet est une proposition d’éditorialisation des notices qui présentent le corpus sonore réalisé par  Hélène Claudot-Hawad sur les luthiers de Mirecourt, déposé à la phonothèque de la MMSH en 2011. Présentation du corpus : L’enquête ethnologique menée par Hélène Claudot-Hawad concerne les luthiers de Mirecourt. La plupart des entretiens ont été effectués à Mirecourt dans les années 1980, alors que le terrain saharien de l’ethnologue était interdit d’accès. Mirecourt est une petite ville vosgienne où est née et s’est développée la lutherie de facture française. C’est l’un des trois grands pôles européens de lutherie, les autres étant Crémone en Italie et Garmish-Partenkirchen en Allemagne. La lutherie est un métier hautement spécialisé qui nécessite un long apprentissage (on dit qu’il faut 10 ans pour « faire la main » d’un luthier). Elle se caractérise par ses techniques artisanales complexes, son outillage particulier adapté à la main de chaque luthier, ses secrets de fabrication, son savoir sur l’histoire des instruments anciens qui circulent entre les musiciens et entre les ateliers de lutherie… Il s’agit enfin d’une corporation à laquelle on prête une culture, des opinions (notamment anticléricales) et des manières d’être originales. Les enquêtes se sont intéressées aux luthiers et archetiers mirecurtiens, à leur parcours, à la vie des ateliers, à la transmission du savoir, à l’apprentissage du métier, aux gestes du travail, aux coutumes vestimentaires, à la concurrence entre fabrications artisanale et industrielle des violons, enfin à l’histoire des grandes familles qui ont fait la réputation de la lutherie de Mirecourt du 17e au début du 20e siècle. Ces entretiens sont accompagnés de 1277 diapositives, portraits de luthiers et instantanés de leurs gestes au travail. En savoir plus…

Présentation du corpus sonore sur Les carnets de la phonothèque  : http://phonotheque.hypotheses.org/7470

Citer cette enquête : Claudot, Pierre (informateur) ; Claudot-Hawad, Hélène. Le parcours professionnel d’un luthier à travers l’histoire du XXe siècle, de Mirecourt à Marseille. La Bouilladisse, janvier 1981. 1 cass. Consultable à la phonothèque de la MMSH, n°3483.

Crédits photographiques : fonds Pierre Claudot (image 1 et 5) et Hélène Claudot-Hawad.