Archives par mot-clé : Maya Saidani

La notation musicale à l’épreuve de la recherche dans l’étude et la sauvegarde des musiques traditionnelles dans le Maghreb

Colloque international

La notation musicale à l’épreuve de la recherche
dans l’étude et la sauvegarde
des musiques traditionnelles dans le Maghreb

Bou Saâda, 30 et 31 janvier 2018

Téléchargement du programme

La notation musicale a de tout temps interpelé musiciens, théoriciens et chercheurs en ethnomusicologie/anthropologie de la musique. Ainsi, à l’instar de la théorie des açâbi° wal madjarî (sorte de tablature) développée à partir du huitième siècle à Baghdad sous la dynastie abbasside par l’école des °udistes ou la sculpture musicale des rythmiques ou tala en Inde du Sud dans le temple Manakshi de Madurai, les civilisations anciennes du monde ont régulièrement fait usage d’iconographies et de divers systèmes de représentation afin de protéger et de perpétuer un répertoire ou une technique de jeu. La tablature développée en Europe à la Renaissance pour la transmission d’interprétations instrumentales diverses dont le luth et l’orgue, et plus tard développée pour l’enseignement de la guitare, en est le meilleur exemple. Continuer la lecture de La notation musicale à l’épreuve de la recherche dans l’étude et la sauvegarde des musiques traditionnelles dans le Maghreb

Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

Du samedi 1er au 5 avril 2017, une formation à la collecte, son archivage et sa valorisation a eu lieu au Centre national de recherches préhistoriques, anthropologiques et historiques – CNRPAH, suivie par une quinzaine d’étudiants, en master 1 et 2 d’ethnomusicologie1. Ce master, dont la branche algérienne a été créée par Maya Saidani, ethnomusicologue au CNRPAH, est dirigé, en convention avec l’université de Gabès et l’Institut supérieur des arts et métiers, par Mohamed Gouja, musicologue2. Continuer la lecture de Formation à la collecte au CNRPAH, Alger, avril 2017

  1. Option « Musique et musicologie, option recherche ». []
  2. Du 12 au 15 Avril 2017 un colloque sera organisé à Gabès en étroite collaboration avec le CNRPAH et l’université de Gabès, dans la lignée de la série de colloques que l’Institut supérieur des arts et métiers organise depuis trois ans. La thématique, cette année, portera sur le thème « Maghreb, Sahara, Sahel : unité et diversité culturelle ». []

Internet et les SHS : la phonothèque à Alger les 17 et 18 octobre 2012

Les 17 et 18 octobre 2012 au Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques (CNRPAH) se tiendront deux journées sur les enjeux et les usages des sciences humaines et sociales sur Internet. Une journée et demi sera consacrée à une formation et une matinée à trois conférences. Les questions abordées porteront sur :

– Le modèle économique des publications scientifiques

– Les recherches documentaires et la veille d’information

– La bibliographie de recherche, individuelle ou partagée

– Le blogging scientifique

– Le référencement des chercheurs

 

Programme

17 octobre 2012

9h30 : Accueil et présentation des journées

10h – 17h :  Journée de formation sur les enjeux de la recherche en SHS sur Internet

Comprendre les enjeux de l’édition électronique scientifique pour mieux cibler sa stratégie de recherche

⎯ Les modèles économiques

⎯ La mise en place d’une stratégie de publication

⎯ La nécessité de l’indexation et de la citabilité

⎯ Mettre en place une stratégie de recherche sur le Web

⎯ Comment utiliser Google mais aussi les moteurs spécialisés

⎯ Utiliser les réseaux sociaux dans ses recherches

⎯ Créer un système de veille documentaire pour sa recherche

⎯ Utiliser Zotero pour gérer sa bibliographiques

 

18 octobre 2012

Matinée : Conférences  sur les questions d’édition scientifique en SHS

9h-10h : Samir Hachani (Université d’Alger) – La plateforme de webreview du CERIST

10h-11h : Daho Jerbal, maître de conférences en histoire à l’Université d’Alger-Bouzaréah – Une expérience d’édition scientifique, la revue Naqd

11h-12h : Jean-Christophe Peyssard, Responsable des partenariats, Cléo (Marseille) – La nouvelle économie de la publication numérique en sciences humaines et sociales. OpenEdition.org, une plateforme complète de publication et de communication en libre accès pour les sciences humaines et sociales

14h30-17h30

Formation au blogging scientifique : la plateforme hypotheses.org

 

La formation et les conférences sont ouvertes à tous, sur inscription auprès de Maya Saidani (CNRPAH) : mayasaidani<@>gmail.com

La formateurs est assurée par Véronique Ginouvès (Responsable de la phonothèque de la MMSH) et  Jean-Christophe Peyssard (Cléo – OpenEdition, Responsable du Pôle Freemium)

 

Crédits photographiques : Arab Fountain, Rue de la Casbah (GRI) Postcard of Algiers, early 20th century Creator: Edition des Galeries de France, Alger. Getty Research Institute. Pas de restrictions de droit connues.

Murmures de la foggara – 23 mars 2012, amphithéâtre de la MMSH

A la suite de la journée d’étude Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l’inventaire vendredi 23 mars à la MMSH, Maya Saidani présentera son film Murmures de la foggara. Ce film,  réalisé en 2011, en collaboration avec le réalisateur Mohamed Yargui, raconte les aventures de Mohamed Ben Ali Ben Sadiq, récit de vie  à la croisée de deux langues, de deux cultures similaires en apparence, celle du Touat et celle du Gourara. Le film, pièce d’un ensemble de 12 collectes audiovisuelles, est  l’occasion d’inventorier les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar, dans le sud ouest algérien.

Durée : 52 minutes.

Lieu : amphithéâtre de la MMSH

Horaire : 18h-19h

Auteur : Maya Saidani est ethnomusicologue au CNRPAH, engagée dans l’inventaire du PCI en Algérie.

Collecter le patrimoine culturel immatériel : Pratiques, usages, bricolage de l’inventaire

Le vendredi 23 mars aura lieu à la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme à Aix-en-Provence (salle 02) une journée d’étude et de formation sur la collecte du patrimoine culturel immatériel (PCI). Le PCI est aujourd’hui l’objet d’appropriations diverses par les acteurs du terrain. Le Ministère de la Culture a mis en place une démarche d’inventaire basée sur la collecte de fiches. Ces journées s’adressent à tous ceux qui souhaitent  échanger sur la méthodologie des enquêtes liées à la collecte du patrimoine culturel immatériel. Après une présentation du cadre général du PCI et d’expériences déjà réalisées, des ateliers consacrés aux exemples des jeux, des musiques et des danses veulent envisager concrètement l’utilisation de ces fiches d’inventaire.

PROGRAMME

Matin

9h

Présentation de la convention UNESCO sur le PCI

Sylvie Grenet, chargée de mission à la Mission ethnologie, Ministère de la Culture et de la Communication

9h45 discussion

10h

Expérience d’une approche régionale de l’inventaire du PCI

Jean-Jacques Casteret, Responsable du Pôle Culture & Société, InÒC Aquitaine

10h30

La collecte du PCI en Aquitaine : de l’Inventaire à la mise à disposition des données

Patricia Heineger, Maître de conférences à l’Université de Pau

11h discussion

11h30

Cartographier le PCI en Algérie : la musique et la danse

Maya Saidani, Ethnomusicologue, Chercheur au Centre national de la recherche préhistorique, historique et anthropologique.

12h discussion

Après-midi

14h

Un projet d’inventaire des jeux traditionnels en France

Laurent Sébastien Fournier,  Maître de conférences à l’Université de Nantes et MMSH  (IDEMEC UMR 7307 CNRS)

14h20

Exemple d’une collecte en cours : les jeux et les sports traditionnels bretons

Baptiste Monchablon,  confédération FALSAB  (Fédération des amis de la lutte et

des sports athlétiques bretons).

14h40

Utiliser les enquêtes orales dans la collecte du PCI

Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH

15h  Discussion et pause

15h30

Travaux pratiques : discussion sur la méthodologie des fiches d’inventaire, avec la participation d’étudiants collecteurs :

Marie-Véronique Amella et Mickaël Boyer, étudiants en Licence, Département d’anthropologie, Université de Provence

Mathilde Lamothe, doctorante en anthropologie, laboratoire ITEM (Identités, Territoires, Expressions, Mobilités) EA 3002, UPPA (Université de Pau et des Pays de l’Adour)

Cendrine Lagoueyte, post-doc en anthropologie, laboratoire ADES (Aménagement, Développement, Environnement, Santé et Société) UMR 5185, Université Bordeaux Ségalen

Réalisation d’une fiche d’inventaire sur les jeux, la musique ou la danse et échanges avec les participants et les acteurs de terrain
17h

Conclusion par Sébastien Fournier, Maître de conférences à l’Université de Nantes et MMSH (IDEMEC UMR 7307 CNRS)

18h

Diffusion du film  Murmures de la foggara un film sur sur les danses et les répertoires musicaux de la région de Timimoune et Adrar (52 minutes) réalisé par Maya Saidani et Mohamed Yargui (amphithéâtre de la MMSH)

 

Entrée libre, sur inscription auprès de Véronique Ginouvès : ginouves[at]mmsh.univ-aix.fr

Journée organisée avec le soutien de l’USR 3125 (Programme inter MSH Archives de terrain) l’IDEMEC UMR 7307 CNRS et du Ministère de la culture ; préparée en collaboration avec l’Arcade-PACA (contact: Philippe Fanise, Service des musiques et danses traditionnelles du monde).

Crédits photographiques : Japanese New Year tradition. The making of silk cords (shimes), a good luck charm to the bearer. Japan, 1934. Collection des archives nationales des PaysBas, SPAARNESTAD PHOTO/Het Leven. www.spaarnestadphoto.nl

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, deuxième journée (4 octobre 2010)

La deuxième journée des rencontres d’Alger sur le patrimoine immatériel avaient deux objectifs concrets. Il s’agissait  d’une part de  faire des propositions pour organiser des projets de numérisation et de diffusion de sources sonores et audiovisuelles dans le domaine de l’ethnomusicologie mais aussi de mettre en place un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie.

Discutante de la première séance, je n’ai pu prendre toutes les notes nécessaires à la retransmission des communications de Nasredine Baghdadi, directeur des archives de la radio nationale algérienne et de Hadj Miliani, professeur en littérature comparée à l’université d’Oran.  N. Baghdadi a relaté point par point la chaîne de traitement numérique mise en place pour les archives sonores radiodiffusées  tandis que H. Miliani  présentait la construction d’un catalogue des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000).  Cette dernière intervention, très documentée, a mis en lumière tout l’intérêt à ne pas se limiter aux seuls documents de terrain dans la collecte. Il est encore possible d’identifier des documents édités chez de nombreux collectionneurs, ces enregistrements sont fragiles, complexes dans leur histoire éditoriale et il est capital de les numériser et de les cataloguer aux côtés des enregistrements de terrain. A l’écoute des interventions, il apparaît fondamental d’introduire dans le système d’enseignement algérien les digital humanities, discipline qui émerge progressivement en Europe. Les besoins en terme de formation et de réalisations numériques sont importants chez les chercheurs algériens. Ils pourront s’appuyer sur les méthodes et les outils développés par cette jeune communauté pour travailler sur la structuration des données et leur édition.

La question de l’enseignement est au coeur des missions du CNRPAH . Une école doctorale d’archéologie a déjà été mise en place. Elle accueille des étudiants licenciés en archéologie pour préparer un magister (le Master en Europe) ou un doctorat dans le domaine. Dans la même lignée, va être mis en place en 2011 au CNPRHA un nouveau programme pour les métiers de la culture, sur le patrimoine culturel immatériel. L’ethnomusicologie fera partie intégrante du projet. Dans une conférence introductive, Mehena Mahfoufi, ethnomusicologue, a dressé un état des lieu des différentes catégories des musiques algériennes qui pourraient intéresser les études d’ethnomusicologie en s’appuyant sur son expérience de terrain en Kabylie. Pour pouvoir être étudiées dans leur complexité, ces catégories sont destinées à se répondre : musiques professionnelles et non professionnelles, musiques religieuses et profanes, musiques familiales et publiques, pratiques féminines et masculines… Au-delà de la catégorisation, il est également nécessaire d’aménager de nouvelles formes d’écriture de la musique. En effet, l’écriture de la musique occidentale s’avère insuffisante pour les musiques traditionnelles. A titre d’exemple, Mehena Mahfoufi a évoqué le concert organisé la veille par le CNRPAH sur la musique de type « Sraoui ». Il a rappelé à l’auditoire un son étonnant et récurrent qui s’entendait, une sorte de gloussement effectuée par le chanteur. Voilà un élément vocal évoqué déjà  Bartok1 lors de ses collectes en 1913, impossible à noter sur les partitions classiques…

Cette intervention a donné lieu à un débat sur la question des aires culturelles : quelles sont celles qui doivent être l’objet d’étude de la discipline ? A la question,  ”Le genre musical dépasse-t-il les frontières nationales ?” l’auditoire est unanime, oui la musique ne se préoccupe pas des frontières. Par contre la question de la dénomination de la musique en fonction d’une aire (quelle qu’elle soit) enflamme la discussion. Ainsi peut-on utiliser le terme de “musique arabo-musulmane supranationale » ? Pour Mahmoud Guettat, l’entité “arabo-musulmane supranationale” repose musique modale, éloignée de la musique tempérée et tonale de l’occident. De cette musique modale, un fil conducteur (qui reste encore à analyser avec précision) permettrait à un marocain -par exemple- d’être sensible à la musique iranienne ou turque. En réponse à cet argumentaire, plus d’un participant rappelle que la modalité existe dans nombre de musiques traditionnelles qui ne font pas partie du monde musulman, à commencer par l’Australie… Mais tous s’accordent à dire que l’ethnomusicologie doit, en tout cas, s’attacher aux diversités locales, plutôt que de produire des discours génériques sur les pays.

Dans sa conférence Mahmoud Guettat avait pour objectif de proposer des méthodes à mettre en œuvre pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb et il a commencé par souligner le travail qui restait à faire.. Il s’est appuyé sur trois expériences concrètes. La première a donné lieu à la publication d’un ouvrage en 2004, réédité en 2009 par le ministère de la culture algérien sur la musique du monde arabo musulman2 qui présente une bibliographie analytique et critique de plus de 2000 titres d’ouvrages et de 600 disques. La deuxième s’appuie sur son expérience de chercheur et d’enseignant à l’ISM (institut supérieur de musique) de Tunis qu’il a créé en 1982. Enfin, la troisième expérience est celle déjà évoquée du centre de musiques traditionnelles créé dans le sultanat d’Oman. Le répertoire musical, très riche et varié, est représenté dans une collection sonore qui couvre tout le terrain d’Oman. Très largement soutenu par l’UNESCO, ce projet ne donne encore aucun accès au grand public. Enfin, parmi les outils à constituer, il s’avèrerait très productif de dresser une carte musicale du Maghreb qui valorisant les travaux réalisés dans le domaine ethnomusicologique. En effet, ombre d’études ont été menées mais malheureusement, la plupart demeurent dans l’obscurité : la matière existe mais elle n’est pas archivée, diffusée, distribuée.

D’après Mahmoud Guettat  la culture musicale algérienne est encore méconnue et elle offre une matière abondante pour la recherche, laissant imaginer la richesse des recherches à venir. En tant qu’enseignant, il considère comme essentiel de trouver un équilibre entre l’enseignement de la musique traditionnelle, trop souvent oubliée, et celui de la musique classique.  La profusion des recherches sur la Nouba ne devraient pas en empêcher d’autres sur les musiques populaires. Car la recherche doit aussi servir à balayer les lieux communs. Il faudrait dépasser certains mythes comme celui du système tonal et de l’échelle à 24 quarts de ton institué comme modèle musical, refuser de continuer à colporter l’idée d’une origine mythique de la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, arrêter d’essayer de reconstituer la musique antique ou médiévale à partir des musiques du Maghreb… Nombreux sont les clichés qui ont la vie dure ! Et pourtant, il est évident qu’au fil des ans, des siècles, le répertoire n’a pas seulement été copié mais il a été enrichi, modifié profondément. Il est temps désormais de revenir sur les corpus, de les écouter, de partir sur le terrain pour des lectures musicologiques et saisir les marqueurs dans la société, de réaliser un vrai travail critique, exhaustif, sur l’histoire musicale de la musique  algérienne et d’aiguillonner les étudiants vers une recherche loin de tous préjugés. Un enseignement de ce type ne peut se fonder sur la reproduction pétrifiée d’un répertoire, il doit laisser la place au changement, aux réinterpréations, à la création. Dans cette dynamique, toutes les universités du Maghreb doivent s’ouvrir vers l’étude des musiques du monde dans leur ensemble…

A une question dans la salle sur l’existence de collectes sur la musique berbère en Tunisie, Mahmoud Guettat souligne que cette musique est bien vivante dans le Sud du pays. Pour lui, c’est bien la preuve que la musique n’a rien à voir avec les frontières politiques et que parfois, si elle a été étouffée, elle peut ressurgir ou réapparaître, « digérée » dans des régions limitées. Au chercheur de la découvrir.

La conférence de Maya Saidani, membre du comité organisateur de ces journées, a rappelé les missions du CNRPAH en insistant sur la volonté de l’Algérie de rompre son isolement. Trois axes dominent les projets à venir : la formation, la numérisation des sources à grande échelle et leur structuration, et surtout bien entendu, ne jamais cesser de faire de la recherche. Pour étayer cette position, dans une dernière série de conférences, Jürgen Elsner, Pierre Augier et Abdelmadjid Merdaci ont présenté leurs différentes recherches dans le domaine. Enfin, Youssef Nassib a listé l’ensemble des recommandations émanant de ces deux journées afin que tous les projets à venir puissent en tenir compte.

En conclusion, Slimane Hachi (directeur du CNRPAH) a exprimé tout l’intérêt qu’il a porté à l’ensemble des communications, confiant à l’auditoire qu’il était bien loin d’imaginer la qualité des résultats lorsqu’il avait confié la direction scientifique de ces journées à Maya Saidani. Non seulement elles se sont avérées riches de propositions et encourageantes pour l’avenir mais elles sont aussi venues confirmer la place capitale de l’ethnomusicologie en tant que discipline dans le travail d’inventaire à mener pour l’UNESCO sur le patrimoine immatériel en Algérie. Slimane Hachi a confirmé la volonté du CNRPAH de prendre une place centrale dans les questions de culture en Algérie, de la préhistoire à nos jours. Si le Ministère de la Culture est le responsable et le comptable de l’état de santé du patrimoine culturel algérien, le CNRPAH, lui, en est le bras scientifique. La rigueur des méthodes engagées, des cheminements que le laboratoire a suivis, valident ce choix. A la différence de l’inventaire classique demandé par l’UNESCO, la base de données sur le patrimoine immatériel de l’Algérie qui va être mise en place, est un acte de souveraineté nationale : il s’agira d’un chantier permanent. Les thèses, les articles, les ouvrages, les films, les entretiens, les analyses multiples et les supports sous toutes leurs formes qui pourront y être intégrés seront collectés par des scientifiques, qu’ils appartiennent au CNRPAH ou à son réseau de collaborateurs. Ils pourront y verser tout les savoir  qu’ils ont accumulés depuis des années et ceux des années à venir. Cette base de données constituera un véritable  vivier pour former les futurs cadres de la nation dans le domaine culturel et offrira des outils permanents et structurels pour consolider la mise en place d’une école doctorale sur l’ensemble du patrimoine immatériel : savoir faire, ethnomusicologie, littérature orale… Des appels internationaux seront lancés pour récupérer le patrimoine algérien collecté par les chercheurs étrangers et les programmes de coopération seront amplifiés. De beaux projets en perspective, à suivre sur le site du CNPRAH.

Le programme des journées : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

Le compte rendu du 3 octobre 2010 : http://phonotheque.hypotheses.org/3904

Crédits photographiques : vue du port d’Alger ; Véronique Ginouvès, Nasredine Baghdadi et Hadj Miliani (de gauche à droite) ; Mehena Mahfoufi discute avec Mahmoud Guettat (de dos) ; Maya Saidani (au micro) et Mahmoud Guettat ; Mahmoud Guettat, Pierre Augier et Jürgen Elsner (de gauche à droite) ; Maya Saidani, Slimane Hachi et Youssef Nassib (de gauche à droite). Photographies de V. Ginouvès, octobre 2010.

  1. Bartók and Arab Folk Music PC CD-ROM. UNESCO, European Folklore Institute, Institute for Musicology of HAS, Ministry of Cultural Heritage. Budapest, 2006. []
  2. Mahmoud Guettat. Musiques du monde arabo-musulman : guide bibliographique et analogiques. Approche analytique et critique. Dãr Al-‘Uns, 2004. 243p. []

Compte-rendu des rencontres autour des sciences du patrimoine immatériel à Alger, première journée (3 octobre 2010)

Depuis la ratification par l’Algérie de la convention de l’UNESCO DE 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel, le Ministère de la culture algérien s’est engagé sur la réalisation d’un inventaire de ce patrimoine sur le sol national et a confié cette mission au CNRPAH (Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques et historiques). Cet inventaire, Slimane Hachi directeur du CNRPAH, l’envisage comme un chantier ouvert et permanent, qu’il rapproche – non sans humour – aux constructions des maisons algériennes pour lesquelles on prévoient toujours de construire un nouvel étage sur la terrasse…  Pour réaliser au mieux cette entreprise, le CNRPAH organise régulièrement des journées thématiques dans une volonté de formation et de réflexion sur le patrimoine immatériel et ce dans toutes les disciplines. Déjà des journées d’étude avaient été organisées en 2008 sur la littérature orale. Le centre est en train d’en programmer de nouvelles, sur tous les thèmes qui touchent au patrimoine immatériel.  Le programme scientifique de celles d’octobre a été élaboré par Maya Saidani, maître de conférence à l’école normale supérieure d’Alger, et Ouiza Gallleze, philosophe. Les musiques algériennes de tradition orale sont riches, multiples et certaines demandent encore à être mieux connues.  Dans cette quête de la préservation et de la valorisation du patrimoine immatériel, le CNRPAH a plusieurs projets et il en est un que Maya Saidani porte depuis longtemps : pouvoir numériser et traiter les archives sonores musicales déposées dans le centre. Une quinzaine de jours avant ces journées, le centre a justement reçu une station de numérisation du son. Elle va être installée très vite et sera mise au service de l’inventaire du patrimoine culturel immatériel. C’est dans cette effervescence qu’ont eu lieu à Alger, les 3 et 4 octobre 2010, ces rencontres sur l’ethnomusicologie.

Slimane Hachi, directeur du CNRPAH, Louise Gallezez, philosophe, et Maya Saidani, ethnomusicologue, lors de l'ouverture des journées sur l'ethnomusicologie le 3 octobre 2010

Ces deux journées se sont avérées d’une extrême densité. Elles ont été également très constructives pour le CNRPAH, qui a pu y puiser des idées non seulement pour la mise en place de l’inventaire du patrimoine immatériel algérien à préserver mais aussi pour la création de la cellule de numérisation et d’archivage des entretiens de terrain qui sera mise en production très prochainement au sein du centre.

Trois axes orientaient les discussions : la définition de la discipline et ses perspectives, la  formation à l’ethnomusicologie au niveau des doctorats, les questions de numérisation et d’archivage du patrimoine musical. En guise d’introduction, les interventions sur les questions de définition de ces deux journées se sont appuyées sur deux colloques internationaux organisés au CNRPAH en 2007 et 2009 et qui avaient déjà tenté de définir les études algériennes du domaine. Mehenna Mafoufi a rappelé combien l’Algérie avait été arpentée par des passionnés, démontrant la variété de la substance musicale et l’importance de l’inscription anthropologique et sociale de ces musiques. Il a rappelé les noms des pionniers qui ont commencé à raconter cette musique aux nombreux pays et aux multiples facettes : Francisco Salvador Daniel (1831-1871), Bela Bartok venu enregistrer en Afrique du Nord en 1913, Robert Lachmann (1892-1939) ethnomusicologue allemand spécialiste de la musique kabyle, Paul Arma 1904-1987), compositeur français d’origine hongroise qui vint collecter en Algérie en 1954, et tant d’autres plus contemporains dont Jürgen Elsner venu de Berlin présenter ses recherches de terrain menées il y a bien longtemps. Car la musique algérienne a intéressé et intéresse de nombreux ethnomusicologues.

Mehenna Mafoufi, Jürgen Elsner et Jean Lambert

Pour entamer les discussions d’un bon pied, Jean Lambert et Jürgen Elsner avaient la mission de définir le terme d’ethnomusicologie. Mais à la fin de la séance, tous les participants se demandaient si le terme était finalement bien adéquat. Les définitions de cette discipline hybride, créée dans les années 1950, se comptent par dizaines …  Peu importe, comme le répètera dans les discussions Maya Saidani, chercheure au CNRPAH et à l’origine du programme scientifique de ces journées, l’important c’est de commencer à travailler sur les musiques de tradition orale nationales et d’asseoir cette discipline en Algérie.

Cette tradition orale, d’où émanent les musiques étudiées par l’ethnomusicologie, est certes difficile à comprendre par des publics éduqués dans le cadre de programmes qui proposent de longs processus d’apprentissages par l’écriture. Dans les réticences à l’étude de ces musiques, il faut aussi prendre conscience que les formes de la musique habituelles aux oreilles des occidentaux sont limitées à sept notes, une gamme hégémonique qui ne rend pas compte des variétés d’échelles à travers le monde. Selon Jürgen Elsner, il est essentiel de se détacher de l’histoire occidentale pour comprendre les musiques de tradition orale qu’il faut écouter en intégrant la multitude de cultures et de régions. Quant aux musiques du Maghreb, Mahmoud Guettat, fondateur de l’ISM (Institut Supérieur de Musicologie) de Tunis souligne qu’elles sont encore, pour beaucoup, à découvrir et qu’il serait précieux d’en dresser une cartographie. Car la matière existe mais elle n’est ni archivée, ni diffusée, ni distribuée. Parmi les expériences qui lui sont parues exemplaires, il a décrit celle du sultanat d’Oman où un centre de musique traditionnelle a réalisé un travail de terrain en profondeur, présentant un répertoire riche et varié qui couvre tout le terrain d’Oman.

Mehenna Mafoufi et Mahmoud Guettat

Si on veut pouvoir mettre en œuvre de véritables recherches scientifiques, il convient de dépasser certains clichés qui ont la peau dure. Ainsi, il est primordial de trouver un équilibre entre musique populaire et musique classique car le plus souvent c’est au détriment de la musique populaire que les recherches s’engagent ; il faut aussi dépasser le mythe des origines qui jusqu’ici présente la musique classique du Maghreb comme un simple héritage andalou, alors qu’elle n’a cessé d’être en évolution et qu’elle s’appuie sur une école antérieure, l’école du Maghreb… La matière est riche mais elle est mal connue et Mahmoud Guettat nous invite à écouter les corpus, revenir sur le terrain, sortir la musicologie de l’histoire fabuleuse et mythique qui limite le cheminement scientifique.

L’après-midi, la numérisation et l’archivage étaient au cœur des interventions. Le laboratoire attendait des conférenciers des conseils et des orientations en la matière. Il est apparu clairement, dans la communication de Véronique Ginouvès ou dans celle de Jean Lambert que cette numérisation n’a de sens que si elle permet de restituer l’analyse du document sonore et le contexte de sa production pour que le document puisse être exploité. Jean Lambert l’a exprimé en décrivant le long travail de classification qu’il a mené sur le chant de Sanaa et Fayçal Belkelfat un travail collectif d’inventaire du patrimoine musical maghrébo-andalou qui sera bientôt publié par le Ministère de la Culture algérien.

La journée s’est terminée par le concert d’un groupe d’hommes originaires des hauts plateaux (nord est), les Chaouis, qui ont interprété un répertoire de chant non mesuré très ancien, le çrâwî. Certains y ont entendu les échos des enquêtes de Bela Bartok enregistrées à Birkra en 1913. Un moment magique et serein après une journée où les discussions fusaient. Une belle occasion d’ouvrir nos oreilles aux musiques algériennes de tradition orale, d’imaginer les bergers danser, avec leurs troupeaux, sur les montagnes des Aurès.

Le programme : http://phonotheque.hypotheses.org/3883

A suivre dans un prochain billet, la synthèse de la journée du 4 octobre.

Quelques images du concert


Centre national de recherches préhistoriques anthropologiques
et historiques)

Alger : rencontre autour des sciences du patrimoine immatériel, l’ethnomusicologie

Les 3 et 4 octobre 2010 sont organisées à Alger deux journées de rencontre internationale autour des sciences du patrimoine immatériel organisées par le CNRPAH (Centre National de Recherches Préhistoriques, Anthropologiques et Historiques), sous l’égide du Ministère de la culture. Ces deux journées seront l’occasion de dresser un bilan des actions de sauvegarde et de mise à dispositions des fonds ethnomusicologiques et de proposer des bonnes pratiques dans le domaine.

9h30 : Ouverture officielle

10h – 12H

L’ethnomusicologie : définitions et perspectives

Mehenna MAHFOUFI : Discutant

Jean LAMBERT

L’ethnomusicologie en perspective avec les sciences humaines et les sciences de la nature.

Mahmoud GUETTAT

Perspectives de l’ethnomusicologie dans le Maghreb

Jürgen ELSNER

Pourquoi l’ethnomusicologie ?

Débat

14h – 16h

Quand la numérisation sert l’ethnomusicologie

Ahmad SKOUNTI : Discutant

Véronique Ginouvès

Ecouter les enquêtes de terrain : analyse, numérisation, valorisation des archives sonores

Jean LAMBERT

Ethnomusicologie et numérisation du patrimoine musical.

Fayçal BELKELFAT

Méthode de sauvegarde par numérisation du patrimoine musical Maghrebo-andalou

Débat

Concert  Srâwî : Laïd BADAWI accompagné de deux gaçbâ-s et deux bandîr-s

4 octobre 2010

9h-11h

Quel programme pour un enseignement des sciences de l’homme adapté au savoir musical en Algérie?

Abdelmadjid MERDECI : Discutant

Mahmoud GUETTAT

Quelles méthodes pour l’enseignement des répertoires musicaux dans le Maghreb

Mehena Mahfoufi

Catégories des musiques algériennes pouvant intéresser les études d’ethnomusicologie

Maya SAIDANI

L’ethnomusicologie en Algérie : état des lieux et perspectives

Débat

11h15-13h

Techniques d’archivages en ethnomusicologie

Véronique GINOUVES : Discutant

Ahmed SKOUNTI

La Convention pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel de 2003 et l’inventaire du patrimoine ethnomusicologique maghrébin

Nasredine BAGHDADI

La gestion électronique des documents (ged) à la radio algérienne

Hadj MILIANI

La Mise en place d’un catalogage des enregistrements discographiques des musiques traditionnelles en Algérie (1900-2000)

Débat

14h-16h30

Perspectives de la recherche en ethnomusicologie en Algérie

Mahmoud GUETTAT: Discutant

Jürgen ELSNER

Travaux réalisés et expériences vécues – Nûba, Aiyai et le reste

Pierre Augier

De la musique entendue au village à celle proposée aux mass médias

Abdelmadjid MERDECI

Quels outils pour une ethnomusicologie des musiques d’Algérie ?

Débat

Recommandations

REVUE DE PRESSE

Journée du 3 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3904

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3386

Journée du 4 octobre 2010 :

Les carnets de la Phonothèque http://phonotheque.hypotheses.org/3988

El Moudjahid http://www.elmoudjahid.com/fr/actualites/3415

Signalement de la journée sur Calenda : http://calenda.revues.org/nouvelle17476.html

Crédits photographiques : Algiers: Music Kiosk in Bresson Square (GRI)  Postcard of Algiers, early 20th century  Creator: unknown Date: early 20th century Featured in the exhibition, Walls of Algiers: Narratives of the City, May 19 – October 18, 2009 at the Getty Research Institute.  Pas de restrictions de droits connus http://www.flickr.com/photos/gettyresearchinstitute/3362583659/#/

Diaporama intervention de V. Ginouvès – Alger, 3 octobre 2010