Archives par mot-clé : Mémoire arménienne

Fête de la Science 2013 : voyage insolite au pays des archives sonores

visuel_fete_de_la_science_aix-en-provence_2013Créée en 1991 et pilotée par le Ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche, la Fête de la science a pour objectif de favoriser les échanges entre la communauté scientifique et le grand public. Avec chaque année plus d’un million de visiteurs, cette manifestation propose une découverte conviviale et ludique du monde des sciences à travers des animations et des expositions partout en France.

Fidèle depuis de nombreuses années, la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’homme (MMSH) animait les 10 et 11 octobre dernier l’atelier « Apprendre à collecter des sons », au pavillon « le village des sciences », place François Villon, à Aix-en-Provence.  Ethnologue de formation, j’ai eu l’opportunité de travailler à la phonothèque pendant mes études et par un concours de circonstances, cette année, j’ai été amenée à animer les ateliers qui nécessitaient une bonne connaissance de la méthodologie en anthropologie.

En effet, les ateliers, d’une durée d’une demi-heure, avaient pour objectif de permettre aux enfants de « jouer à l’ethnologue ». Il s’agissait de donner quelques éléments de repère sur les sciences humaines et la méthodologie utilisée pour réaliser une enquête de terrain (grille de questions), enregistrer un entretien et assurer sa diffusion éventuelle en faisant signer un contrat d’autorisation d’exploitation. Chaque enquêteur et chaque enquêté devaient en effet signer un contrat en bonne et due forme, les deux parties comprenant bien les enjeux juridiques et éthiques liés aux enquête de terrain et à leur diffusion.

Pour accueillir les participants, et présenter les collections de la phonothèque, j’avais réuni quelques exemples d’enquêtes gravées sur des disques audio avec les catalogues des corpus (Gens du Val Germanasca réalisé par Christian Bromberger, Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône déposé par Corinne Cassé, réalisé avec les AD13 et Paroles VivesL’autre face « Européens » en Algérie indépendante réalisé par Hélène Bracco). Un panneau représentait l’évolution des différents supports sonores de la bande magnétique à la carte en passant par la cassette audio et DAT et le minidisc. Pour mettre en oeuvre les travaux pratiques, l’enregistreur numérique de la phonothèque était notre outil principal.

Ce sont les secondes du lycée Saint Eloi et des troisièmes du collège Marie Mauron à Pertuis qui ont les premiers expérimenté le métier d’ethnologue tandis que les secondes du lycée professionnel régional Gambetta à Aix-en-Provence clôturait l’atelier. La visite « surprise » d’un groupe de 10 élèves du CM1 Joseph D’Arbaud à Aix-en-Provence fut très animée (photos ci-dessous) même si le temps leur a manqué pour réaliser une enquête.

Le choix du sujet de l’enquête était de circonstance : Qu’est-ce que la science ? Que représente-t-elle pour vous ? Quelles en sont vos représentations ?

Le groupe participait au brainstorming de la grille d’entretien de l’enquête puis ils s’organisaient pour se distribuer rapidement les rôles (qui pose les questions, qui les rédige, qui s’occupe de l’enregistreur, qui trouve un enquêté, qui fait signer les contrats d’utilisation).

Voilà ci-dessous un extrait sonore de l’enquête réalisée par le groupe des jeunes du lycée Gambetta dont les pays d’origines étaient diverses : Roumanie, Brésil, Algérie. Ils se sont montrés très à l’écoute des réponses de leur enquêté, n’hésitant pas à rebondir sur d’autres questions.

Au final, chaque groupe a bien compris le déroulé d’une enquête. La durée très courte de l’atelier n’a pas permis l’approfondissement nécessaire au travail de terrain de l’ethnologue. Cependant, les jeunes ont joué le jeu en observant des règles de base : se présenter ainsi que l’objet de l’enquête, demander l’autorisation d’enregistrer l’enquêté et faire signer l’autorisation d’exploitation,  élargir la grille de questions si nécessaire, ne pas couper la parole, remercier l’enquêté à la fin de l’enquête. Ils ont beaucoup apprécié de pouvoir écouter le fruit de leur travail à la fin de l’atelier.

Outre l’accueil des groupes scolaires, le grand public était présent lui aussi avec des intérêts très différents : certaines personnes ont écouté les enregistrements apportés, exemples d’enquêtes de terrain, et consulté des catalogues de la phonothèque, d’autres ont posé des questions parfois métaphysiques comme l’interrogation sur la part du subliminal qu’engendre le son compressé et la perte d’information.

Si la phonothèque avait opté pour le choix d’un atelier pratique, d’autres laboratoires avaient fait le choix du virtuel en proposant des animations 3D. C’est ainsi que le public a pu remonter le temps et visiter la Cénatio Rotunda plus communément appelée  la salle à manger tournante du Palais de Néron,. Une animation 3D était proposée par le Centre Camille Jullian, à l’initiative de Françoise Villedieu, historienne et archéologue1.Il pouvait également visiter virtuellement le Palais comtal d’Aix-en-Provence et suivre ses  évolutions à travers le temps à travers une conception 3D de par Jérémy Terris. 

Merci à Sylvie  Laurens-Aubry, responsable du service communication de la MMSH et organisatrice du projet de la fête de la science, Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque, Nacira Abrous, responsable de la coordination des programmes scientifiques, Julia, Alex et Kahina  des animateurs des stands MMSH.

Crédits photographiques : Affiche officielle de la fête de la science, Classe Joseph D’Arbaud, Christine Durand (CCJ-CNRS)

 

  1. La présentation est actuellement accessible à la médiathèque de la MMSH et librement accessible au public []

LUNDI – L’archive sonore de l’Open Access Week : Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille

La phonothèque de la MMSH est riche de plus de 7000 heures d’enquêtes de terrain enregistrées par des ethnologues, des linguistes, des historiens ou des musicologues sur l’aire méditerranéenne. Ce patrimoine sonore est accessible en ligne lorsque les droits de diffusion et d’utilisation ont été accordés à la phonothèque. Nous profitons de l’Open Access Week pour vous présenter des exemples d’enregistrements qui peuvent être écoutés librement sur la base de données Ganoub.

Une Arménienne venue à Marseille à l’âge de 4 ans raconte son parcours et celui de sa famille (Cote D2364 – N°2126. Enregistré le 19 octobre 2007 à Marseille  par Johana Lees. Durée : 2h).

Ecouter l’enquête en ligne

Cette enquête a été réalisée dans le cadre d’un projet de recherche réalisé en 2006 et 2007 avec l’objectif de décrire l’installation de la diaspora arménienne dans les Bouches-du-Rhône et la transmission de la culture arménienne sur trois générations depuis les années 1920. Plus de 160 heures sont ainsi accessibles en ligne, soit un corpus de 106 enquêtes. Dans l’entretien présenté ici à l’écoute, l’informatrice, âgée de 81 ans, raconte l’histoire de sa famille et de celle de son époux de la fin des années 1920 jusqu’à sa retraite. Elle raconte l’exode et les longues marches subies, l’arrivée en France en 1930 avec un contrat de travail en Ardèche dans les filatures de soie, leur installation à Marseille et les déménagements fréquents, les difficultés pour obtenir des papiers et la vie dans la clandestinité. Elle raconte également comment sa famille est devenue française tout en transmettant aux générations suivantes les racines de leur culture arménienne. Dans sa famille, personne n’a jamais participé à la vie associative arménienne en France : ils se disent non  »arménophile » mais fier  »d’être arméniens ».

Cette enquête (comme l’ensemble du corpus sur la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône) est également consultable dans les locaux des archives départementales des Bouches-du-Rhône. Le projet a été mené par l’association Paroles Vives en collaboration avec la phonothèque de la MMSH.

 

Crédits photographiques : Jeune femme en costume traditionnel arménien à Artin [Armenian woman in national costume, Artvin], photographiée entre 1905 et 1915 par Sergeĭ Mikhaĭlovich (1863-1944), collections de la bibliothèque du Congrès. Pas de restrictions de droits connues.

Agitation de neurones et d’archives sonores à la fête de la science 2011

Du 12 au 16 octobre 2011 la science s’est fêtée à Marseille comme partout en France pour la 20ème édition. Pas moins de 40 animations étaient proposées sur les sites de Marseille aux enfants des écoles primaires, collégiens et lycéens comme à tous les publics. Les archives sonores et la phonothèque de la MMSH tenaient bonne place sur le campus de Saint Charles de l’Université de Provence, dans la salle des conférences au sein… du marché de la chimie ! Quel rapport avec la chimie ? Tout d’abord un lien étroit avec la constitution du savoir comme pouvaient l’exposer au moins trois stands présents. Celui décrivant la fabrication et les multiples usages du savon de Marseille (Compagnie des détergents et du savon de Marseille), un autre sur les huiles essentielles et la fabrication des cosmétiques (Laboratoire Chimie Provence UMR 6264), ou encore celui des connaissances ethnobotaniques (Herbiers de l’Université de Provence). Chacun abordait au cours de son exposé le savoir empirique développé et transmis par les anonymes utilisant au cours des siècles une herbe parfumée, curative, ou le savon comme dentifrice.

L’exploration de la base de données de la phonothèque de la MMSH sur le thème des savoirs scientifiques et de leur transmission nous a permis l’extraction de quelques extraits pertinents : le témoignage d’un descendant d’arménien devenu chimiste à Lyon, les souvenirs de la fille d’un chimiste d’Erevan sur la carrière de son père, le récit du développement d’une usine d’engrais chimique par deux de ses anciens employés, les soins aux brebis décrits par un berger ou encore l’utilisation de la saponaire dans le lessive. Les visiteurs du stand de la phonothèque, scolaires et collégiens pour les jeudi et vendredi, ont découvert les méthodologies en sciences sociales, le traitement documentaire source de réappropriation des archives sonores, la sauvegarde des supports fragiles, la démarche d’une cession de droits patrimoniaux. Ils ont pu aussi expérimenter l’entretien qualitatif au cours d’un jeu de rôle. Formant un binôme, les jeunes devaient se partager les rôles d’enquêteur et de témoin en ayant déterminé au préalable une thématique d’entretien de leur choix. Seules règles à respecter : éviter les questions trop personnelles ou gênantes, éviter de porter des jugements sur les réponses obtenues et ne pas se couper la parole. Sans rien écrire, ils se sont lancés dans l’enregistrement. Se sont succédés des essais d’entretien sur les émissions de télévision favorites, les goûts musicaux, la pratique de différentes danses, le hip-hop de Nicki Minaj,

les recettes des grand-mères, les goûts culinaires et vestimentaires, la pratique des jeux video, du vélo,

et les groupes d’amis au collège.

Les enquêteurs en herbe ont pu ainsi découvrir la richesse des récits oraux, leur finesse et leur originalité par rapport aux productions écrites par exemple. Ils comprenaient ainsi la place particulière de ces archives, au carrefour des intérêts de plusieurs disciplines, décalées des productions journalistiques qu’ils peuvent connaître au quotidien. Une discussion pouvait s’engager parfois entre les jeunes gens et leur enseignant sur de nouveaux termes de vocabulaire, sur leurs histoires familiales, sur notre patrimoine commun.

Le samedi, l’accueil proposait au grand public des écoutes d’extraits sonores choisis en explorant la base de données de la phonothèque de la MMSH. Ces journées permettent aussi des échanges entre chercheurs de discipline différentes et la découverte mutuelle de leurs travaux, de leurs outils dans des présentations ludiques, dans un langage accessible, pédagogique, servit par une grande volonté de partage, d’ouverture et de curiosité.

 

Crédits photograpiques : Corinne Cassé, Marché de la chimie octobre 2011, Fête de la Science, Campus de Saint-Charles.

Crédits phonographiques : merci à tous les élèves qui ont suivi les ateliers de la phonothèque et accepté de devenir, un instant,  collecteur de témoignages.

Ecouter en Provence un chant venu de Syrie : Lena Chamamyan

Lena Chamamyan est syrienne. J’ai eu la chance de l’entendre un soir de juin 2009 à Damas, où elle est née et elle vit. J’avais eu connaissance de son concert un peu par hasard, aucune diffusion dans les journaux, et pourtant il n’y avait déjà presque plus de places lorsque je suis arrivée  très en avance dans la maison arabe de la vieille ville où elle chantait. Toute la soirée, des gens de toutes les générations – hommes et femmes – ont chanté avec elle les chansons traditionnelles arabes, arméniennes, araméennes, réécrites par le trompettiste Basel Rajoub avec qui elle essaie de transmettre l’âme de la tradition par l’harmonie du jazz. Je découvre qu’elle chantera au mois d’octobre en Provence, emmenée par le festival Ecume. Un enchantement d’entendre sa voix aérienne, à la croisée de plusieurs mondes, pour éclairer celui de demain :

le 15 octobre à 20h30 à l’Église Notre-Dame des Marins de Martigues (avec Marombrina)

le 16 octobre à 17h30 à l’Église Saint-Barthélémy d’Auzet

le 17 octobre à 20h30 à l’Espace Jean Ferrat de Septèmes-les-Vallons

le 19 octobre à 20h30 au Théâtre du Rocher de La Garde (avec Cheikh Zein Al Masri)

le 21 octobre à à 20h30 à l’Église Saint-Nicolas de Marignane

le 22 octobre à 21h00 au Théâtre Henri Fluchère de Sainte-Tulle

le 23 octobre à 17h00 au Théâtre Comoedia d’Aubagne (avec Marombrina).

Crédits photographiques : Lena Chamamyan et Basel Rajoub, Damas, juin 2009. Photographie de V. Ginouvès

Intangible Cultural Heritage. Retours du Congrès international de Bilbao sur le Patrimoine Culturel Immatériel

La ville de Bilbao en Biscaye (Pays Basque, Espagne) a accueilli du 13 au 16 octobre derniers un congrès international sur le Patrimoine Culturel Immatériel organisé par l’association Txoke! association pour la promotion des recherches et des activités liées au patrimoine culturel tangible et intangible.

L’objectif était de croiser les regards et les pratiques des acteurs de son collectage, de la sauvegarde de ses archives jusqu’à sa restitution au large public. Le colloque regroupait trente cinq experts des archives sonores (archivistes, scientifiques, documentalistes, enquêteurs) de cinq nationalités différentes et issus d’institutions publiques et privées. Les actes de ce colloque devraient être publiés au premier semestre 2011.

J’y étais invité pour présenter la collection sur la mémoire orale arménienne des Bouches du Rhône réalisée en partenariat avec l’association Paroles Vives, la phonothèque de la MMSH et les Archives Départementales des Bouches du Rhône en 2008. Je devais également présenter le Portail du Patrimoine Oral, projet du pôle associé FAMDT, soutenu par la Bibliothèque Nationale de France. Ce portail moissonne auprès de cinq centres partenaires de la FAMDT  leurs notices descriptives d’archives sonores et  audiovisuelles. En octobre 2010, il proposait l’accès en ligne à plus de 80 000 notices.

Je n’ai pu malheureusement participer à ce colloque que deux demi-journées, les 13 et 14 octobre. Il faut saluer la qualité d’organisation de telles rencontres où il nous est possible de présenter nos travaux, échanger sur nos méthodologies et conceptions théoriques mais où il nous est aussi donné de relativiser nos approches et de visiter les structures qui gèrent et génèrent de l’archive sur le patrimoine immatériel.
Suite aux présentations de travaux de collectages aussi divers que l’ethnographie des communautés féminines de Ténès-Chlef, la tradition en danger des conteurs de la place Djemaa el Fna ou des campagnes de collectages en territoires basques (espagnols ou français) ou breton, les institutions de diverses nationalités (espagnoles, françaises, allemandes, mexicaines) ont présenté leurs collections et leurs moyens de conservations. Ainsi, une image plurielle de l’archive sonore s’est dessinée. Evidemment, chaque fonds ainsi identifié attire le regard et la curiosité. On a envie d’aller voir plus près, d’écouter, d’aller plus loin, peut-être même de rencontrer les collectionneurs, les informateurs… Reste toujours en suspens la question de la diffusion au public ; mais l’ensemble des participants au congrès se rassemblent autour de la même idée : il faut sauvegarder et documenter ces archives. La consultation est  à venir.
L’origine institutionnelle de chaque intervenant a proposé d’autres points de départ pour un chantier de sauvegarde et de restitution vers le large public ou un public spécialisé ; mais aussi d’autres partis pris, d’autres moyens et d’autres partenariats. Somme toute, les positions de chacun sont légitimes et pas si éloignées finalement. De nouveaux axes de travaux peuvent émerger de telles rencontres car chaque procédure connaît des limites, pas toujours budgétaires. Le travail en réseau représente un gain de temps, de nombreuses solutions aux problèmes techniques, juridiques, éthiques que peut soulever l’archive du patrimoine immatériel. La pluralité des acteurs peut s’avérer complémentaire : le tissu associatif se présente dynamique et innovateur, là où l’institution publique apporte stabilité dans le temps et dans les outils utilisés. D’autant que le statut de l’archive sur le patrimoine immatériel n’a pas toujours et partout des défenseurs et que son usage est parfois sujet à caution ou au moins à questionnement.
Il est à souhaiter que de tels échanges se reproduisent souvent au niveau européen. Celui-ci a gagné son pari ; les actes en rendront compte et, pourquoi pas, de prochains chantiers en partenariat.

Crédit photographique : Pont Biscaye – Bilbao – Février 2009 et Arbol imperfecto – Février 2009, Photographe : Chiara Abbate.  Les images sont sous Creatives Commons.

pont biscaye

Compte-rendu d’une journée d’étude sur les archives orales en sciences humaines et sociales

 

Conrad & Deans, Puss 'n Boots display
Conrad & Deans, Puss

Les textes des journées des 18 et 19 septembre sur les archives scientifiques en sciences humaines et sociales commencent à être mis en ligne sur le site du Pôle images, sons, recherches en sciences humaines de la MMSH. La phonothèque se devait de proposer un compte-rendu de la journée du 19 qui était spécifiquement consacrée aux archives sonores et audiovisuelles : le voici.

Les travaux de la matinée ont permis d‘apprécier combien l’exploitation des corpus oraux exige une collaboration étroite, d‘une part  entre chercheurs des différentes SHS et d‘autre part entre chercheurs et professionnels de l’archive sonore ou audiovisuelle.

Il s’agit d‘abord en effet de commencer par repérer et identifier les collections  sonores issues des SHS existantes, et susceptibles d ‘être revisitées par les chercheurs après leur constitution et leur dépôt dans des institutions patrimoniales. Le caractère urgent et nécessaire de ce travail de recensement a été souligné par Pascal Cordereix pour les collections folkloriques et ethnographiques constituées depuis les années 1930 au MNATP, à la BnF, au Musée de l’Homme et au Musée Guimet, trop souvent ignorées des chercheurs en SHS et très peu consultées. Cet « inventaire des inventaires », qui révèle dès maintenant une grande hétérogénéité dans la « documentation » des collections et le traitement des documents  (inventaire minutieux pièce à pièce d‘un côté, enregistrements non datés non légendés ou non traduits de l’autre, fiches manuscrites ou interrogation informatique etc.), se révélera un instrument de travail précieux pour les chercheurs en SHS, pour revisiter certains « terrains », pour faire l’histoire de la recherche en ethnologie ou en ethnomusicologie ou pour faire la biographie de tel ou tel chercheur.

Ensuite, la nécessité de « documenter » les corpus oraux et audiovisuels a été réaffirmée par tous les intervenants et un véritable consensus s’est dégagé pour lister d’un commun accord « les bonnes pratiques » en la matière (C. Cassé, L. Nicolas, C. Isnart, S. Combe) :

1° rédiger une « annexe méthodologique » générale exposant les circonstances du lancement de l’enquête ou de la constitution du corpus (commande  publique, contexte associatif, recherche collective ou individuelle, thèse etc.) et explicitant les hypothèses de recherche  ou les décisions prises en matière de collecte (méthodes d‘entretien, sources utilisées, définition du corpus des informateurs, lieu, durée, choix des intervieweurs, choix de filmer les entretiens, contexte social ou historico-politique etc.) ;

2° élaborer les instruments de travail accompagnant le corpus des enregistrements (identification de chaque document [lieu, date, auteur],  rédaction des fiches d‘entretien, séquençage et indexation des enregistrements, transcriptions éventuelles, inventaire analytique ou chronothématique, résumés des entretiens, biographies des interviewés etc.) ; établissement des méta-données et conservation des archives de l’enquête (carnets ou journaux de terrain, questionnaires, guides d‘entretien, bibliographie, voire mise en ligne en même temps que les entretiens eux-mêmes)…

C’est cette contextualisation et cette explicitation des conditions de production qui permettent la « revisitation » et la réutilisation  des corpus par d‘autres personnes que les auteurs originels ; ce sont elles en particulier qui permettent de fonder une étude sur le travail de mémoire ou sur la manière dont on écrit l’histoire au sein d‘un même groupe social ou à travers des générations différentes (S . Combe, H. Bracco).

La complexité de ces tâches et leur caractère chronophage exigent  une collaboration étroite entre ceux qui ont produit et déposé les corpus (mettre au point les données les plus précises et exhaustives possibles), ceux qui les réécoutent pour les documenter   (faut-il être anthropologue pour écouter et mettre en fiche des entretiens d‘anthropologues [L. Nicolas] ?), ceux qui les mettent en fiches et cataloguent (établir des instruments de travail les plus restitutifs possibles), ceux qui les transcrivent ou qui les traduisent, ceux qui les perfectionnent (traitement sonore), ceux qui les mettent en ligne ou les publient (informaticiens, techniciens du numérique, éditeurs, juristes) et ceux qui les diffusent en direction de publics variés (associations, institutions ou acteurs culturels, éditeurs, arts du spectacle, conteurs, musiciens ou chanteurs, interprètes etc.[C. Cassé, C. Isnart])…

Les chercheurs eux-mêmes, ceux qui viendront utiliser ces corpus, devront à leur tour faire l’effort d‘intégrer ces données pour faire la comparaison et la critique des documents (H. Bracco, S. Combe). De fait, le dépôt des corpus et leur réécoute par d‘autres chercheurs offrent la possibilité d‘un croisement des sources, d’une vérification des informations et des affirmations et d‘une mise en résonance croisée des témoignages (H. Bracco, S. Combe).Ils permettent aussi le rebond sur de nouvelles pistes de recherche et une véritable « circularité » de la recherche et des savoirs, entre la première enquête, sa revisitation, sa réception, ses prolongements sociaux ou culturels et la constitution de l’ensemble en nouvel objet de recherche (C. Isnart).

Il y a une véritable chaîne professionnelle depuis la production de l’entretien jusqu’à son interprétation, sa valorisation et sa réception. Où l’on voit que la conservation et

L’après midi avait pour objectif de montrer les outils collaboratifs existants ou en cours de construction pour les archives sonores et audiovisuelles. Ce qui apparaît clairement c’est que le document numérique a complexifié la gestion des archives sonores. En effet, lors de ces deux journées ont été présentés pas moins de trois projets qui mettaient en avant les mêmes types de besoins. Le premier avait été présenté la veille par Laurent Dousset, directeur du CREDO à la Maison Asie Pacifique. Il portait plus largement sur tous les types d’archives de la recherche mais posait à plusieurs titres à la question de la pérennité des documents numérisés et de leur accès.

Les deux projets présentés l’après-midi du 19 septembre étaient entièrement accès sur les documents sonores. Le premier, TELEMETA, a été mis en place par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie – LESC et le Laboratoire d’Acoustique Musicale auxquels se sont associés le MuCEM, le Muséum National d’Histoire Naturelle et la Phonothèque de la MMSH d’Aix-en Provence. TELEMETA s’intéresse avant tout aux archives provoquées par les chercheurs en anthropologie, en histoire ou en musicologie. Cet outil souhaiterait proposer une facilitation de l’accès aux sources orales par les chercheurs, à leur diffusion, à leur édition et à leur éventuelle réutilisation. L’objectif est aussi d’offrir un système de conservation à long terme en créant un système de sauvegarde intégré. Le second projet a été développé dans le cadre d’un centre de ressource national le CRDO (centre de ressources pour la description de l’oral). Il s’adresse avant tout à la communauté des linguistes à qui il propose de partager et d’échanger leurs données. La plate-forme met en ligne non seulement des corpus sonores et filmés mais aussi des outils dédiés à la linguistique et des ressources (lexiques, bases de référence, systèmes de représentation, grammaires, …) et gère les droits en fonction des profils des utilisateurs.

L’intervention de Sonia Zilhart a permis de prendre connaissance des partenariats que propose le Ministère de la culture à travers le programme du plan national de numérisation. Ce dernier souhaite augmenter significativement l’offre de ressources numériques culturelles en proposant des ensembles cohérents et de taille critique accessibles librement afin de permettre l’accès de fonds patrimoniaux à un large public. Les projets de numérisation d’archives sonores qui ont pu entrer dans ce cadre sont nombreux, au cours de ces deux journées deux projets ont été d’ailleurs financés dans ce cadre : la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône présenté par l’association Paroles Vives et l’enquête ethnomusicologique de Bernard Lortat-Jacob, présentée par Cyril Isnart. Mais voilà qui rend tout aussi essentielle la réalisation de projets tels que TELEMETA car au bout du compte, une fois tout ce patrimoine numérisé, comment y accédera-t-on et pourra-t-il être conservé de façon pérenne ? La question reste entière car l’objectif premier du ministère de la culture est avant tout d’offrir une mise en ligne de masses critiques importantes pour un large public. D’autant que l’analyse documentaire des fonds sonore est centrale : une archive sonore non documenté et diffusée hors de son contexte est muette.

Pour terminer, Marie-Christine Hélias a présenté les procédures mises en place par l’institut national de l’audiovisuel (INA) pour permettre aux chercheurs de consulter les fonds radio et télédiffusés. L’INA s’appuie sur le dépôt légal de la radio et de la télévision  (loi du 20 juin 1992) pour mettre en place son programme de conservation patrimoniale et offrir une  consultation gratuite de ses fonds dans les cadres académiques. Ces accès sont toujours difficiles car la base « professionnelle » n’est accessible aux chercheurs uniquement sur les sites INA. La base en ligne du dépôt légal ne permet pas d’effectuer de requêtes précises.

En conclusion, l’échange entre les différents professionnels qui gèrent ou valorisent les archives sonores est essentiel et il faudrait pouvoir le renouveler régulièrement. Un lieu commun s’écroule : le document sonore numérisé est tout aussi, et même encore plus, complexe à appréhender que sous forme analogique… Son analyse, sa conservation, sa pérennisation, sa valorisation atteignent des coûts difficiles à prendre en compte par des centres isolés. Ces interventions ont démontré que seule la collaboration permettra de mettre en place des projets pérennes et proches des usages des chercheurs et des utilisateurs.

Merci à Florence Descamps qui a rédigé le compte-rendu de la matinée dont elle était modératrice.

Crédit photographiques :

Conrad & Deans, Puss ‘n Boots display / Adolph B. Rice Studio (1954)
No known restrictions on publication.
Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R

L’ethnologue et l’enquête de terrain enregistrée

Anges sur la place de la Comédie, Montpellier
Anges sur la place de la Comédie, Montpellier

Les interventions des journées organisées par l’association des archivistes français à Montpellier du 24 au 26 septembre dernier ont permis de prendre connaissance de nombreuses expériences de valorisation menées à partir d’archives sonores au sein de services d’archives communales et départementales. La matinée du vendredi portait sur la valorisation scientifique et, inévitablement, est apparue la nécessité de définir avec précision non seulement le témoin, mais aussi celui qui enquête, si on veut pouvoir revenir vers les entretiens enregistrés. Géographes, ethnologues, sociologues, historiens, archivistes, psychanalystes, militants… Les figures se sont succédées au cours de ces trois jours pour évoquer des entreprises autour de l’enquête enregistrée qui auraient pu, chacune, être racontée différemment en fonction des postures des enquêteurs. Christian Hottin a abordé celle de l’ethnologue en s’appuyant sur son expérience de chef de la mission ethnologie au ministère de la culture qu’il occupe depuis 2006. La réflexion était riche et il m’a semblé important d’essayer de restituer ses idées aux lecteurs de ce carnet qui s’intéressent à la constitution des archives sonores en ethnologie. En particulier parce que cette expérience s’inscrit en écho à la réflexion menée par Corinne Cassé de l’association Paroles Vives dans le texte qu’elle propose sur la mémoire arménienne des Bouches-du-Rhône et à l’histoire de la constitution du fonds sonores de la phonothèque de la MMSH.

Nota bene : Pour ne pas que la lecture de la synthèse de Christian Hottin ne soit troublée par celle de mes commentaires, j’ai choisi de les signaler en italique.

Christian Hottin constate tout d’abord que la mission de l’ethnologie elle-même, créée au début des années 1980, a généré très peu d’archives consultables. Cela ne faisait d’ailleurs pas partie de ses objectifs : elle se voulait plutôt un levier pour la production de la recherche en ethnologie et la conservation n’était pas inscrite dans ses problématiques. Elle y a certes réussi, lorsqu’on regarde la variété des titres de rapports de recherche qui ont été financés par la mission depuis sa création. La mission de l’ethnologie a eu une action importante dans le développement d’une « ethnologie de la France » alors que les anthropologues se tournaient presque uniquement vers les sociétés « exotiques ». Quoiqu’il en soit, cette absence d’accès aux archives des ethnologues est plutôt emblématique. Une partie des sources créées par ces appels d’offre sont aujourd’hui en ligne soit tout simplement en proposant le PDF du rapport soit en mettant en ligne des extraits audiovisuels de 118 films réalisés sur des financements de la mission. La mission a également créé PORTETHNO, un répertoire qui recense les recherches et les ressources en ethnologie de la France. Christian Hottin a rappelé aussi que de nombreux partenaires du ministère de la culture avaient pour charges, entre autres, la conservation des sources comme le MuCEM, ancien MNATP, le conservatoire ethnologique de Salagon ou l’écomusée de la Roudoule. Il a rappelé l’importance du plan national de numérisation et a renvoyé l’assemblée vers le portail du patrimoine numérique du ministère de la culture qui permet de repérer rapidement les projets de numérisation de documents sonores et audiovisuels.

 J’aurais voulu ajouter qu’il ne faut pas oublier que les archives sonores à la source de la rédaction de ces rapports d’étude de la mission ethnologie sont parfois conservées dans des institutions auxquels appartiennent, ou ont appartenu, les chercheurs enquêteurs. Par exemple, à la phonothèque de la MMSH, sont déposées plus de 350 heures issues des rapports de Jean-Luc Bonniol sur Les passés du Larzac (2001), de Pierre Laurence sur La mémoire orale en Cévennes, vallée Française et pays de Calberte (1998), Nicole Coulomb sur les Jeux et jouets en Cévennes (1989) ou de Jean-Noël Pelen sur Le pays d’Arles (1987). Les enregistrements sonores peuvent ainsi être consultés en même temps que les rapports.

En consultant l’ouvrage d’Agnès Calu et Hervé Lemoine, un répertoire sur le patrimoine sonore et audiovisuel, Christian Hottin n’a trouvé que peu d’institutions qui gèrent des archives sonores. L’EHESS, le CNRS ou l’ENS détiennent quelques entretiens de l’histoire de leurs institutions mais rien n’est organisé. Il s’interroge donc : où se trouvent donc les archives issues de la pratique des chercheurs en ethnologie ? Pour analyser ce phénomène, il développe deux arguments. Le premier tiendrait dans la faiblesse de l’implantation de l’archivistique dans l’espace universitaire. Le chercheur français aurait un rapport à son institution très distancié. Il serait peu enclin à déposer car il n’existe pas de service d’archives digne de ce nom dans les laboratoires et les universités françaises. Pour preuve, il renvoie l’assemblée au réseau AURORE (voir sa liste de diffusion : aurore@ac-poitiers.fr) dont l’un des objectifs est de consolider la place des archives au sein des universités. Autre raison évoquée, la constitution volontariste d’entretiens destinés à l’histoire des établissements : les ethnologues s’intéressent peu à ce type de corpus le plus souvent organisés par des historiens.

Comme le souligne Christian Hottin au début de son intervention, les bases de données qui permettent d’accéder aux corpus sonores sont éparpillées et les fonds sonores sont mal cartographiés. Le travail mené par PORTETHNO ou celui de Patrimoine numérique, référencé par le portail européen Michael, est en ce sens essentiel. Cependant, repérer des fonds sonores à partir du seul ouvrage d’A. Calu et H. Lemoine revient à limiter sa recherche aux archives historiques et administratives. En effet, c’est sur ce domaine que le recensement s’est focalisé. L’ethnologie n’était pas au centre de l’enquête. La musique, en particulier, en a été exclue et, avec elle, une grande partie des grands corpus ethnomusicologiques. Et puis, à la différence des bases en ligne, l’ouvrage papier est déjà obsolète puisque l’enquête s’est terminée en 2003.

De façon plus structurelle, les documents sonores de la pratique ethnologique ne seraient pas abordés comme des archives mais relèveraient de la source personnelle. Christian Hottin renvoie, en exemple, à un numéro de Genèse reprenant un débat de 2005 entre Florence Descamps et Florence Weber (« Un débat entre Florence Descamps et Florence Weber, animé par Bertrand Müller », Genèses n° 62, mars, p. 93-109). Dans cet article apparait dans le débat entre l’historienne et l’ethnologue, une différence de statut des archives sonores ; en particulier, chez l’ethnologue où prime l’observation de la société et la prise de note qui va croiser les entretiens. L’historien aurait un objectif quantitatif lors de la réalisation de ses enquêtes, tandis que l’ethnologue n’a pas besoin de « faire nombre » : lorsque de nouveaux entretiens n’apportent plus rien à sa recherche il cesse d’enregistrer. Le statut du témoin, lui aussi, est différent dans les deux disciplines. En histoire, le témoin est de plus en plus valorisé, voire sacralisé, tandis qu’en ethnologie, la notion de témoin n’est pas essentielle ; l’exemple est celui de Florence Weber qui évoque le « témoin malgré lui ». Enfin il revient sur la place de l’observation pendant l’entretien et sur l’importance de la prise en compte du contexte pour l’ethnologue. Il vient tempérer cette remarque en citant Florence Descamps qui rappelle les recherches de nombreux historiens qui prennent en compte le contexte de leur enquête. Pour exemple les recherches de Marc Gillet qui, étudiant la mine au 19e siècle, a interrogé des mineurs qui ont travaillé durant les années 1950. La question de la patrimonialisation elle-même n’est pas envisagée de la même manière dans les deux disciplines. Pour terminer, C. Hottin a évoqué le problème de l’anonymisation, thème central chez Florence Weber. Pour elle, la relation avec le témoin est avant tout une relation de l’ordre de l’intimité : l’ethnologue est un confident discret qui ne peut dévoiler les informations personnelles. L’usage public qu’il réalisera de ces entretiens ne pourra se faire qu’au terme d’un processus d’anonymisation. Il donne comme exemple ultime celui de Bruno Latour qui, dans « La fabrique du droit », recrée des dialogues à partir de ses notes et anonymise ainsi les discours eux-mêmes.

C’est cette partie de l’intervention, particulièrement riche, qui a donné lieu à un débat avec les participants. Florence Descamps a signalé à cette occasion que Florence Weber avait, depuis, accepté l’idée que les historiens eux aussi pouvaient à la fois enregistrer et observer les témoins et la société. Il me semble que ces remarques sont ici l’écho du texte de Corinne Cassé présenté lors du même colloque. Elles sont incontestables, mais l’attitude de l’ethnologue évolue rapidement. A la phonothèque de la MMSH plus de 60% des dépôts émanent de chercheurs de cette discipline et chaque année de nouveaux enregistrements sonores d’ethnologues affluent à la phonothèque (environ 200 heures par an). En 2008, nous avons ainsi reçu les dépôts (nouveaux ou complémentaires) de Christian Bromberger et d’Annie-Hélène Dufour.

Pour conclure, Christian Hottin revient sur la nécessité d’avoir accès à l’ensemble des sources dans le contexte de la revisite des terrains. Dans cette nouvelle exploration d’un terrain par un nouveau chercheur, les entretiens sont alors réutilisés comme le ferait un historien. Il donne l’exemple de Gilles Laferté qui revisite actuellement les archives de Minot. Une nouvelle question se pose alors, au-delà de la place des archives orales en anthropologie, de la place de l’archive dans l’écriture.

Crédit photographiques : Véronique Ginouvès, CC