Archives par mot-clé : mémoire orale

Témoignages sur la minoterie de la Mure-Argens (04) et sur les différentes farines

Dans les témoignages recueillis en 2012 sur l’histoire de la minoterie de la Mure-Argens la rivière de l’Issole et les usages de la farine prennent une place centrale. L’accès aux cours d’eau, source de vie, pour les hommes, les plantes et les bêtes, intimement dépendants les uns des autres, devient un enjeu. Indispensables aux activités des moulins, des scieries, des draperies et des distilleries, l’accès à l’eau et son usage sont réglementés, objets de querelles, de conflits, de procès, de décisions administratives. Le projet « Secrets de fabriques » dans le cadre duquel ont été recueillis ces témoignages, s’alimente de deux autres ensemble de travaux de recherche : une prospection archivistique réalisée par un cabinet de spécialistes et les recherches historiques spécifiques au monde de la draperie. Les multiples archives glanées par le cabinet d’archivistes attestent de la quantité d’actes notariés et de démarches administratives et juridiques des propriétaires de la minoterie pour utiliser l’eau de la rivière.

Toute l’histoire de l’accès aux cours d’eau est décrite dans les archives des entreprises, dans les archives communales et notariales. La puissance de l’eau et son énergie sont un bien précieux, jalousement gardé, étroitement surveillé et ses canaux entretenus saison après saison. L’eau est un acteur omniprésent de cette aventure industrielle.

L’interrogation de la base de la phonothèque avec les thèmes du cours d’eau, de l’adduction de l’eau ou encore de l’usage et propriété de l’eau ne propose pas moins de quelques 90 références d’enquêtes en Provence, dans les Alpes, en Italie, dans la vallée de la Roya et jusqu’au Yemen. Le thème de l’eau est universel et international comme celui du pain et de la fabrication de la farine et du rôle du meunier, largement enquêté par Christian BrombergerPierre CosteJean-Noël Pelen, Danielle Musset et Claudette Castell et Nicole Coulomb dans différentes régions de France et d’Italie. Danielle Musset, aujourd’hui conservatrice du musée ethnologique de Salagon, et membre du comité scientifique encadrant le collectage des mémoires de l’industrie en pays A3V, a enquêté dans les années 90, Ernest Dol, minotier de la Mure-Argens. En 2012, dans le cadre du projet du pays A3V, sa fille dépose également ses souvenirs.

Explications sur les liens étroits entre l’activité de meunier et l’usage des cours d’eau (extrait de l’enquête 4167)

Au bord de l’eau vit la minoterie. En son sein tournent les machines et leurs pièces de bois, de cuir, de métal. Elle prend une apparence presque humaine, fait vibrer l’ensemble du bâtiment et la famille du meunier qui vit à son rythme. Les témoins se souviennent d’odeurs, d’un bruit sourd permanent auquel le meunier s’est habitué mais qui surprend les visiteurs. Chaque son révèle une action, une circulation du grain. Chacun est connu et reconnu par le meunier qui peut ainsi déceler, avec l’aide de la masselotte et du tintement de sa cloche, une baisse de régime, un problème sur le circuit de production. L’intervention est immédiate et précise. On ne peut quitter ce ventre qui vibre, qui ne peut s’arrêter. « Remettre un moulin en route c’est toute une histoire ». Si le propriétaire s’évade quelques heures pour livrer de la farine, il laisse l’ensemble sous la surveillance de ses meuniers en qui il met toute sa confiance. L’attachement au bâtiment et au métier semble puissants dans les souvenirs : physique, viscéral.

Évocation du son de la machinerie de la minoterie (extrait de l’enquête 4167)

Explications sur les risques d’engorgements dans la machinerie et les interventions du minotier (extrait de l’enquête 4167)

Il n’y a pas de saison de fermeture pour la minoterie. Les souvenirs d’enfance et de vacances se déroulent dans le bâtiment ou sur les berges de l’Issole. Ils témoignent d’une existence intimement liée au moulin et à son fonctionnement toute l’année, quel que soit le débit de l’eau, quelles que soient les quantités de farine et la qualité de ses blés.

Souvenirs de la vie dans la minoterie (extrait de l’enquête 4161)

Mis à part quelques rares achats à l’extérieur, l’espace sauvage environnant le moulin et les terres cultivées, propriétés de la famille du meunier, suffisent à la vie en autarcie.

(Extrait de l’enquête 4167)

Tous les témoins interrogés situent un tournant crucial avec l’arrivée des grands moulins (Storione, Moulins de Paris) dans les rapports entre meuniers et boulangers. Changements dans les rapports humains et dans le contrat moral qui semblait lier les deux : d’un commerce de proximité et d’une sorte de fidélité au fournisseur à un rapport commercial plus distancié, plus systématique avec des représentants concurrents. Autrefois, le boulanger pouvait aller chercher à pied une petite quantité de farine, traverser le village avec son charreton à bras jusqu’au moulin où le temps se suspendait l’espace de la visite et de l’achat.

Souvenirs d’une femme de boulanger de l’achat de farine directement à la minoterie (extrait de l’enquête 4164)

Dans l’univers de la farine, comme dans toute branche professionnelle, la recherche des compétences fines existe à tous les niveaux. De même un bon professionnel capable de faire tourner une turbine hydroélectrique sera recherché à travers toute la vallée (ce fut le cas pour la turbine de Colmars), un bon boulanger, sachant « travailler » la farine, quelle que soit sa qualité et sa « force », sera identifié comme un expert. Ce qui semblerait être dû au talent et au hasard est en fait le produit d’une longue suite d’expérimentations, d’observations, d’éliminations et d’essais renouvelés. Tel boulanger est réputé plus « dégourdit » que les autres, il fait du « bon pain avec tout », il sent sa farine, en mesure la température, suit sa fermentation avec attention et curiosité. Son savoir s’avère être issu d’un processus rôdé, organisé et qui fait ses preuves. Son travail et ses connaissances seront utilisés au même titre que l’expertise d’un laboratoire par la filière commercialisant la farine.

Explications sur les savoir-faire du boulanger (extrait de l’enquête 4182)

Ces enquêtes autour de la culture du blé dans les environs de Saint-André-les-Alpes, la fabrication de la farine et du pain nous apportent des informations sur les évolutions des professions à travers les époques et à chaque génération…

Explications sur les apports de modernité dans la boulangerie familiale (extrait de l’enquête 4186)

…la vie quotidienne des enfants du meunier

(extrait de l’enquête 4161)

… et les différents usages de la farine

et de ce que l’on appelle les « issues »

Crédits photographiques

Elie et la veuve de Serepta, Bernardo Strozzi, huile sur toile, 1644-Kunsthistorisches Museum, Creative Commons Attribution-Share Alike. La veuve s’apprête a utiliser sa dernière huile et sa dernière farine pour nourrir le prophète Elie. Wikimedia Commons.

Chercheurs et organisations communautaires: un exemple de collaboration réussie

Le projet ARUC (Alliance de Recherche Universités-Communautés)- Histoires de vie Montréal a débuté en 2007 et s’achèvera en 2012.  Un projet de 5 années durant lesquelles une équipe de plus de 150 chercheurs universitaires et communautaires réalisent des entrevues auprès de résident(e)s montréalais(e)s ayant été victimes de violations aux droits de la personne. Ces entrevues sont enregistrées en format vidéo ou audio et sont conservées au Centre d’histoire orale et de récits numérisés de l’Université Concordia (CHORN) et éventuellement chez des organismes communautaires partenaires.

La notion d’ « autorité partagée » entre les chercheurs, les intervieweurs, ainsi que les personnes interviewées est le concept clé de ce projet. Ceci est possible notamment grâce à l’obtention d’un « consentement éclairé » des personnes interviewées lors des collectes (Cf. le code déontologique décrivant l’éthique du projet). De plus, le projet prévoit des stratégies de partage d’autorité après l’entrevue:  les personnes interrogées participent également à la production de la recherche et notamment à l’interprétation des propos recueillis. Il s’agit en définitive de développer une relation de confiance qui favorise  la collaboration et les prises de décision partagées.

Ce projet est structuré en 7 groupes de travail autour de thèmes géographiques (« Cambodge », « Haïti » , « Rwanda ») ou transversaux  (« Jeunes réfugiés », « Shoah et autres persécutions contre les  juifs », « Histoires de vie en éducation »)  et le groupe « Histoires orales et représentations artistiques ». Ce dernier groupe de travail se base sur les histoires de vies recueillies lors des interviews et élabore des œuvres  musicales, théâtrales, dansées ou encore des expositions, conférences etc. Ainsi les témoignages recueillis participent à la création artistique contemporaine engagée: une façon de donnée une autre vie aux archives ainsi constituées.

Différents outils ont été développés dans le cadre de cette collaboration:

Le projet Histoire de Vie démontre (encore une fois) l’intérêt et la richesse d’une collaboration à grande échelle entre universitaires et communautés, de sorte que ces dernières ne soient pas uniquement observées mais deviennent des partenaires de la recherche. (Nous reprenons ici les propos de Steven High).

Océane Chotard

Après avoir obtenu un master recherche en musicologie-spécialité ethnomusicologie: "Les sillons du Gwo ka de la Guadeloupe" (2008) à l'Université François-Rabelais de Tours, Océane complète sa formation par une maîtrise des sciences de l'information à l'Ecole de Bibliothéconomie et des Sciences de l'Information à l'Université de Montréal (en cours). Ses intérêts professionnels résident dans la préservation, la valorisation et la diffusion du patrimoine musical et particulièrement en ce qui concerne les documents sonores.

More Posts - Website

Compte-rendu d’une journée d’étude sur les archives orales en sciences humaines et sociales

 

Conrad & Deans, Puss 'n Boots display
Conrad & Deans, Puss

Les textes des journées des 18 et 19 septembre sur les archives scientifiques en sciences humaines et sociales commencent à être mis en ligne sur le site du Pôle images, sons, recherches en sciences humaines de la MMSH. La phonothèque se devait de proposer un compte-rendu de la journée du 19 qui était spécifiquement consacrée aux archives sonores et audiovisuelles : le voici.

Les travaux de la matinée ont permis d‘apprécier combien l’exploitation des corpus oraux exige une collaboration étroite, d‘une part  entre chercheurs des différentes SHS et d‘autre part entre chercheurs et professionnels de l’archive sonore ou audiovisuelle.

Il s’agit d‘abord en effet de commencer par repérer et identifier les collections  sonores issues des SHS existantes, et susceptibles d ‘être revisitées par les chercheurs après leur constitution et leur dépôt dans des institutions patrimoniales. Le caractère urgent et nécessaire de ce travail de recensement a été souligné par Pascal Cordereix pour les collections folkloriques et ethnographiques constituées depuis les années 1930 au MNATP, à la BnF, au Musée de l’Homme et au Musée Guimet, trop souvent ignorées des chercheurs en SHS et très peu consultées. Cet « inventaire des inventaires », qui révèle dès maintenant une grande hétérogénéité dans la « documentation » des collections et le traitement des documents  (inventaire minutieux pièce à pièce d‘un côté, enregistrements non datés non légendés ou non traduits de l’autre, fiches manuscrites ou interrogation informatique etc.), se révélera un instrument de travail précieux pour les chercheurs en SHS, pour revisiter certains « terrains », pour faire l’histoire de la recherche en ethnologie ou en ethnomusicologie ou pour faire la biographie de tel ou tel chercheur.

Ensuite, la nécessité de « documenter » les corpus oraux et audiovisuels a été réaffirmée par tous les intervenants et un véritable consensus s’est dégagé pour lister d’un commun accord « les bonnes pratiques » en la matière (C. Cassé, L. Nicolas, C. Isnart, S. Combe) :

1° rédiger une « annexe méthodologique » générale exposant les circonstances du lancement de l’enquête ou de la constitution du corpus (commande  publique, contexte associatif, recherche collective ou individuelle, thèse etc.) et explicitant les hypothèses de recherche  ou les décisions prises en matière de collecte (méthodes d‘entretien, sources utilisées, définition du corpus des informateurs, lieu, durée, choix des intervieweurs, choix de filmer les entretiens, contexte social ou historico-politique etc.) ;

2° élaborer les instruments de travail accompagnant le corpus des enregistrements (identification de chaque document [lieu, date, auteur],  rédaction des fiches d‘entretien, séquençage et indexation des enregistrements, transcriptions éventuelles, inventaire analytique ou chronothématique, résumés des entretiens, biographies des interviewés etc.) ; établissement des méta-données et conservation des archives de l’enquête (carnets ou journaux de terrain, questionnaires, guides d‘entretien, bibliographie, voire mise en ligne en même temps que les entretiens eux-mêmes)…

C’est cette contextualisation et cette explicitation des conditions de production qui permettent la « revisitation » et la réutilisation  des corpus par d‘autres personnes que les auteurs originels ; ce sont elles en particulier qui permettent de fonder une étude sur le travail de mémoire ou sur la manière dont on écrit l’histoire au sein d‘un même groupe social ou à travers des générations différentes (S . Combe, H. Bracco).

La complexité de ces tâches et leur caractère chronophage exigent  une collaboration étroite entre ceux qui ont produit et déposé les corpus (mettre au point les données les plus précises et exhaustives possibles), ceux qui les réécoutent pour les documenter   (faut-il être anthropologue pour écouter et mettre en fiche des entretiens d‘anthropologues [L. Nicolas] ?), ceux qui les mettent en fiches et cataloguent (établir des instruments de travail les plus restitutifs possibles), ceux qui les transcrivent ou qui les traduisent, ceux qui les perfectionnent (traitement sonore), ceux qui les mettent en ligne ou les publient (informaticiens, techniciens du numérique, éditeurs, juristes) et ceux qui les diffusent en direction de publics variés (associations, institutions ou acteurs culturels, éditeurs, arts du spectacle, conteurs, musiciens ou chanteurs, interprètes etc.[C. Cassé, C. Isnart])…

Les chercheurs eux-mêmes, ceux qui viendront utiliser ces corpus, devront à leur tour faire l’effort d‘intégrer ces données pour faire la comparaison et la critique des documents (H. Bracco, S. Combe). De fait, le dépôt des corpus et leur réécoute par d‘autres chercheurs offrent la possibilité d‘un croisement des sources, d’une vérification des informations et des affirmations et d‘une mise en résonance croisée des témoignages (H. Bracco, S. Combe).Ils permettent aussi le rebond sur de nouvelles pistes de recherche et une véritable « circularité » de la recherche et des savoirs, entre la première enquête, sa revisitation, sa réception, ses prolongements sociaux ou culturels et la constitution de l’ensemble en nouvel objet de recherche (C. Isnart).

Il y a une véritable chaîne professionnelle depuis la production de l’entretien jusqu’à son interprétation, sa valorisation et sa réception. Où l’on voit que la conservation et

L’après midi avait pour objectif de montrer les outils collaboratifs existants ou en cours de construction pour les archives sonores et audiovisuelles. Ce qui apparaît clairement c’est que le document numérique a complexifié la gestion des archives sonores. En effet, lors de ces deux journées ont été présentés pas moins de trois projets qui mettaient en avant les mêmes types de besoins. Le premier avait été présenté la veille par Laurent Dousset, directeur du CREDO à la Maison Asie Pacifique. Il portait plus largement sur tous les types d’archives de la recherche mais posait à plusieurs titres à la question de la pérennité des documents numérisés et de leur accès.

Les deux projets présentés l’après-midi du 19 septembre étaient entièrement accès sur les documents sonores. Le premier, TELEMETA, a été mis en place par le Centre de Recherche en Ethnomusicologie – LESC et le Laboratoire d’Acoustique Musicale auxquels se sont associés le MuCEM, le Muséum National d’Histoire Naturelle et la Phonothèque de la MMSH d’Aix-en Provence. TELEMETA s’intéresse avant tout aux archives provoquées par les chercheurs en anthropologie, en histoire ou en musicologie. Cet outil souhaiterait proposer une facilitation de l’accès aux sources orales par les chercheurs, à leur diffusion, à leur édition et à leur éventuelle réutilisation. L’objectif est aussi d’offrir un système de conservation à long terme en créant un système de sauvegarde intégré. Le second projet a été développé dans le cadre d’un centre de ressource national le CRDO (centre de ressources pour la description de l’oral). Il s’adresse avant tout à la communauté des linguistes à qui il propose de partager et d’échanger leurs données. La plate-forme met en ligne non seulement des corpus sonores et filmés mais aussi des outils dédiés à la linguistique et des ressources (lexiques, bases de référence, systèmes de représentation, grammaires, …) et gère les droits en fonction des profils des utilisateurs.

L’intervention de Sonia Zilhart a permis de prendre connaissance des partenariats que propose le Ministère de la culture à travers le programme du plan national de numérisation. Ce dernier souhaite augmenter significativement l’offre de ressources numériques culturelles en proposant des ensembles cohérents et de taille critique accessibles librement afin de permettre l’accès de fonds patrimoniaux à un large public. Les projets de numérisation d’archives sonores qui ont pu entrer dans ce cadre sont nombreux, au cours de ces deux journées deux projets ont été d’ailleurs financés dans ce cadre : la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône présenté par l’association Paroles Vives et l’enquête ethnomusicologique de Bernard Lortat-Jacob, présentée par Cyril Isnart. Mais voilà qui rend tout aussi essentielle la réalisation de projets tels que TELEMETA car au bout du compte, une fois tout ce patrimoine numérisé, comment y accédera-t-on et pourra-t-il être conservé de façon pérenne ? La question reste entière car l’objectif premier du ministère de la culture est avant tout d’offrir une mise en ligne de masses critiques importantes pour un large public. D’autant que l’analyse documentaire des fonds sonore est centrale : une archive sonore non documenté et diffusée hors de son contexte est muette.

Pour terminer, Marie-Christine Hélias a présenté les procédures mises en place par l’institut national de l’audiovisuel (INA) pour permettre aux chercheurs de consulter les fonds radio et télédiffusés. L’INA s’appuie sur le dépôt légal de la radio et de la télévision  (loi du 20 juin 1992) pour mettre en place son programme de conservation patrimoniale et offrir une  consultation gratuite de ses fonds dans les cadres académiques. Ces accès sont toujours difficiles car la base « professionnelle » n’est accessible aux chercheurs uniquement sur les sites INA. La base en ligne du dépôt légal ne permet pas d’effectuer de requêtes précises.

En conclusion, l’échange entre les différents professionnels qui gèrent ou valorisent les archives sonores est essentiel et il faudrait pouvoir le renouveler régulièrement. Un lieu commun s’écroule : le document sonore numérisé est tout aussi, et même encore plus, complexe à appréhender que sous forme analogique… Son analyse, sa conservation, sa pérennisation, sa valorisation atteignent des coûts difficiles à prendre en compte par des centres isolés. Ces interventions ont démontré que seule la collaboration permettra de mettre en place des projets pérennes et proches des usages des chercheurs et des utilisateurs.

Merci à Florence Descamps qui a rédigé le compte-rendu de la matinée dont elle était modératrice.

Crédit photographiques :

Conrad & Deans, Puss ‘n Boots display / Adolph B. Rice Studio (1954)
No known restrictions on publication.
Library of Virginia, Prints and Photographs, 800 E. Broad St., Richmond, VA, 23219, USA, digitool1.lva.lib.va.us:8881/R

Quand l’ethnologue crée une source pour la mettre à disposition du public dans une phonothèque de recherche

Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0)Du 24 au 26 septembre 2008, se tiendra à Montpellier le huitième congrès de l’association des archivistes français. C’est la section « archives communales et intercommunales » qui a été chargée de l’organisation et a choisi d’aborder la question des archives sonores. A cette occasion sera présenté un projet sur la mémoire orale des Arméniens des Bouches-du-Rhône mené en collaboration avec l’association Paroles Vives, les archives départementales des Bouches-du-Rhône et la phonothèque de la maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH) . Vous trouverez ci-dessous le texte de l’intervention conjointe de Corinne Cassé (responsable de l’association Paroles Vives) et de Véronique Ginouvès (MMSH).

Le projet Mémoire orale des Arméniens des quartiers de Marseille et des Bouches-du-Rhône initié en avril 2005 avait comme objectif de départ la création d’un outil pédagogique sur l’histoire de la diaspora arménienne à destination des collégiens et lycéens, basé sur une méthodologie ethno historique. L’évolution de nos partenariats institutionnels a abouti à la production d’un corpus d’entretiens ethnographiques. En avril 2008, l’association Paroles Vives a déposé auprès des Archives Départementales des Bouches-du-Rhône et de la phonothèque de la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, une collection numérique d’archives sonores inédites comprenant des entretiens avec les familles de descendants d’Arméniens résidant dans 18 communes des Bouches-du-Rhône depuis les années 1920. Le projet a obtenu le label Arménie mon amie des commissariats français et arménien pour l’année de l’Arménie. Il a été réalisé grâce au financement du conseil général des Bouches-du-Rhône, de l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances et de la Mission de la recherche et de la technologie du Ministère de la culture dans le cadre du plan national de numérisation. Une convention tripartite engageant les Archives départementales des Bouches-du-Rhône, la MMSH et l’association Paroles Vives a été signée dès le début du projet pour attribuer les fonctions de chacun des partenaires.

La collection numérique a été collectée et traitée sur une période totale de huit mois en deux phases : fin 2006 et fin 2007. Le corpus se compose de 106 enquêtes soit 162 heures d’entretiens recueillis auprès de 126 personnes. Un comité de pilotage a encadré ce collectage. Il était composé d’anthropologues et historiens spécialistes de Marseille et de la diaspora arménienne, de François Gasnault, directeur des archives départementales des Bouches-du-Rhône et de Véronique Ginouvès, responsable de la phonothèque de la MMSH. Pour l’équipe des sept ethnologues chargées du collectage, cette expérience fut la première du genre et fut souvent en contradiction avec leurs méthodes habituelles sur des points précis que je vais exposer ici. C’est pourquoi, par commodité, lorsque j’emploierai le pronom « nous » ce sera au groupe d’ethnologues que nous avons constitué durant le projet auquel je ferai allusion. Ainsi, nous avons considéré que l’intérêt d’une telle collection, notamment au sein d’une bibliothèque scientifique, peut dépasser la parole recueillie de nos informateurs, dans la mesure où nous avons désiré communiquer sur nos difficultés épistémologiques, les solutions choisies et les conditions de production scientifique de nos données.

Une démarche inédite pour des ethnologues

Quel est l’objet « parole » ? La parole demandée, provoquée ou simplement entendue, captée de façon informelle est un objet, un centre d’intérêt classique en ethnologie parmi d’autres. Nous avons appris à valoriser le discours de l’informateur comme une des sources principales d’informations. Souvent les personnes interviewées sont surprises de l’intérêt que l’on porte à leurs propos sur certaines thématiques (ce qui peut être différent pour le collectage de littérature orale où la dimension nostalgique est forte). Mais la parole n’a pas vraiment de valeur en soi hors du contexte qui l’a produite. Je veux dire qu’il est rare que notre analyse ethnologique se base exclusivement sur des discours. L’analyse ethnologique est le produit de tous nos objets recueillis sur le terrain :

  • recherche bibliographique thématique ;
  • observations de pratiques et comportements, observation participante ou non ;
  • collecte d’objets divers (vêtements, ustensiles) ;
  • observation de l’organisation des espaces ;
  • interrogation de notre propre rapport au terrain et de notre démarche de construction de l’altérité. Ces différents objets se croisent et s’interrogent sans cesse tout le long du terrain.

Quelles sont les conditions de production de l’objet « parole » ?

Le premier outil d’un terrain ethnographique est la présence prolongée sur le terrain qui permet une certaine relation entre l’enquêteur et ses informateurs, basée sur la confiance et l’échange mutuel. L’ethnologue aborde et utilise différemment l’objet parole au cours de son travail. Il peut s’agir :

  • d’une parole captée de manière informelle qui donne lieu à des prises de notes ;
  • d’une parole provoquée par l’engagement d’une discussion informelle ;
  • d’une parole provoquée et archivée par un entretien formel enregistré.

La parole, dans quasiment chacun de ces cas, est destinée au seul chercheur au cours d’une relation interpersonnelle de confiance. Ceci est d’autant plus vrai lorsque l’entretien est enregistré par le chercheur. Il n’y a alors qu’un contrat moral. D’autre part l’informateur attend que le chercheur ait certaines connaissances du sujet et se basera sur ces connaissances pour se faire comprendre. Le chercheur, en tant qu’initié, placera cette parole dans un ensemble sémantique complexe. En tant que chercheur nous nous accommodons des conditions de production de cette parole : ces conditions dépendent de nos besoins d’informations et du seuil de précision attendu, de notre capacité relationnelle et de celle de nos informateurs. Notre intégration au terrain et la durée de notre présence nous permettent de renouveler la prospection et de palier d’éventuelles lacunes.

La parole nous est destinée, elle reste notre propriété, nous sommes maîtres des conditions de production et de son avenir. Elle n’est pas conservée telle quelle et n’est pas considérée comme une archive. D’ailleurs la plupart des entretiens enregistrés au cours de notre carrière et de notre cursus ont été détruits ou perdus. La parole peut être retranscrite (avec tous les filtres que cela induit) mais rares sont les rapports d’analyses ethnologiques communiquant en annexe l’intégralité de la parole recueillie. Seuls certains passages sélectionnés sont disponibles au public, sortis de leur contexte d’énonciation et insérés dans le développement de la pensée du chercheur, en quelque sorte manipulés. Il n’est pas question pour nous ici de faire le procès de cette pratique. Nous sommes convaincues de la richesse que représente l’analyse d’un chercheur investit longtemps sur le terrain. Nous sommes d’autant plus convaincues de la richesse que représentent les variations d’analyses de chercheurs différents à des époques différentes sur un même contexte. D’où l’intérêt évident de soumettre tout ou partie des objets qui ont servi notre propre analyse au regard, à la critique et à l’analyse de nos pairs, des disciplines voisines et du grand public.

La mise à disposition du corpus

Cette collection est désormais accessible à tous les publics depuis la base de données de la phonothèque de la MMSH qui a pris pour nom Ganoub (le Sud en arabe). Cela n’a été possible que parce que les questions de droit ont été réglées par l’association Paroles Vives au fil des enquêtes. La commande impliquait d’agir dans un cadre précis de réalisation en terme de budget, de temps et de restitution. L’objet produit devait être de la parole enregistrée.

Chaque entretien était unique car il n’était pas possible de retourner voir les informateurs. La durée prévue allait de une à trois heures, le cours de la discussion devait être aussi complet et cohérent que possible. Cette étape a obligé les ethnologues enquêteurs à les focaliser sur la production de cet objet unique, la parole enregistrée, et donc d’opérer un déplacement, une concentration d’attention sur la parole et sur sa source : l’informateur. L’informateur devenait producteur principal du sens, source principale d’informations même si la relation avec l’enquêteur et les interventions de celui-ci avaient leur importance.

La relation étant clairement basée sur la démarche volontaire de dépôt aux archives départementales des Bouches-du-Rhône. La production d’informations a été sollicitée volontairement dans une visée de conservation et de communication au public. Les personnes savaient que le public pourrait faire une copie de ce qu’elles allaient dire. Dans le suivi et l’encadrement du chantier il était souvent rappelé aux enquêteurs : « Soyez attentifs à ce que les personnes n’oublient pas le micro ». Une autre divergence par rapport aux terrains ordinaires où il est préférable que la personne fasse abstraction du micro.

La grille d’enquête a été aussi un élément structurant de l’ensemble de la collection qui pose des questions essentielles pour un fonds destiné au dépôt : l’entretien formel était-il une injonction de parole, une archive provoquée ? La grille d’enquête permettait de répondre à plusieurs objectifs :

  • assurer la cohésion d’ensemble du corpus, réalisé par 7 enquêtrices ;
  • assurer la couverture durant l’entretien d’un certain nombre de thématiques ;
  • proposer un support de discussion dans la relation établie entre l’enquêteur et l’informateur ;
  • permettre aux auditeurs de comprendre notre méthode d’investigation ;
  • permettre une éventuelle mise en parallèle de plusieurs entretiens.

De part cette position centrale de l’informateur et de sa parole, un contrat de cession de droits pour la conservation et l’utilisation des enregistrements était indispensable. Ils ont été obtenus pour tous les enregistrements. Ces signatures ont permis à la phonothèque de la MMSH de mettre en ligne l’ensemble des entretiens puisque la totalité des informateurs avaient signé un contrat d’utilisation et de diffusion mais aussi de contextualiser les différents entretiens avec précision avec le lien constant avec la méthodologie de l’enquête. La collection, une fois analysée et saisie dans la base de données de la MMSH, a été également décrite dans plusieurs catalogues :

  • Une copie de la totalité du traitement documentaire a été exporté en format texte et intégré à la base de données Clara-Loris des archives départementales des Bouches-du-Rhône.
  • Une notice descriptive de la collection a été rédigée sur la base Patrimoine numérique du Ministère de la Culture.
  • Cette base est interopérable avec le moteur MICHAEL qui explore les collections numériques des musées, services d’archives, bibliothèques et de nombreuses institutions culturelles européennes ; par conséquent, la notice de la collection y est accessible ;
  • Une notice descriptive de la collection est également accessible sur le catalogue collectif de France de la bibliothèque nationale de France.
  • A la fin de l’année 2008 les références de ces notices et leurs fichiers numériques seront également mises en ligne sur un catalogue collectif d’archives sonores réalisé dans le cadre du pôle associé de la BnF de la fédération des associations de musiques et danses traditionnelles.

[Télécharger l’annexe méthodologique au corpus réalisé par Paroles-Vives, 2007]

Ce catalogue est basé sur le principe du moissonnage des métadonnées (harvesting) d’après les spécifications du protocole OAI PMH (Open Archives Initiative Protocol for Metadata Harvesting).

Les bases de données sonores des cinq centres de documentation composant, sous l’égide de la FAMDT sont accessibles par une interface unique. Les bases de données en ligne sont toutes structurées de la même façon et utilisent les mêmes métadonnées, facilitant ainsi l’interopérabilité. Les cinq centres pôles associés ont tous des catalogues en ligne qui présentent leurs fonds sonores :

Le principe est d’alimenter un dépôt avec les notices de chaque base de données sonores et audiovisuelles. Ce dépôt sera créé à partir d’un réservoir alimenté régulièrement par les centres qui effectuent un tri sur les notices déversées. Seules les notices des enregistrements sonores et audiovisuels inédits seront exportées, les documents texte, documents sonores édités et les émissions de radio n’y sont pas intégrés. Le format adopté est celui des 15 éléments du Dublin Core (DC). Le résultat des requêtes posées au catalogue collectif sur le méta portail renvoie vers le catalogue d’origine par l’URL, permettant la lecture de la notice complète ainsi que l’écoute du fichier son mis en ligne sur les bases locales. L’interface d’accès au dépôt sera publique proche de la proposition de la Fondation Knowledge Project (PKP).

Pour conclure,

Les archives sonores sont encore trop mal perçues dans les disciplines des sciences humaines et sociales pour de multiples raisons. Ce projet de collection sonore de la mémoire des arméniens des Bouches-du-Rhône va à l’encontre des idées reçues :

– les collections sonores sont mal enregistrées car le plus souvent le chercheur s’intéresse plus au contenu qu’à la restitution sonore : les enquêtes auprès des Arméniens des Bouches-du-Rhône ont été réalisées dans d’excellentes conditions. D’abord sur minidisque couplé avec un micro externe, les enregistrements ont ensuite été réalisés directement en format WAVE 44.1khz/16bits en utilisant toujours un micro externe.

– les collections sonores ne sont jamais accessibles parce que les informateurs ne signent pas de contrat d’utilisation. Le collecteur a souvent l’impression que la signature du contrat va limiter la parole de l’informateur et l’inquiéter : la totalité des informateurs enregistrés dans le cadre de ce corpus ont signé des autorisations de diffusion et d’utilisation qui permettent la mise en ligne des entretiens.

– les collections sonores sont mal documentées : les ethnologues enquêteurs ont tenu à jour un carnet de terrain et on rédigé un texte qui décrit avec précision les méthodes d’enquête et donne accès à la grille du questionnaire. Attachée à la notice corpus de la base de données de la phonothèque ce document intègre l’ensemble de nos réflexions et les outils utilisés pour la constitution du réseau d’informateurs, la réalisation des entretiens, les carnets de terrain des enquêtrices et des informations sur la façon dont les documents ont été numérisés et analysés.

– les collections sonores sont mal cataloguées : le catalogage de ces enquêtes suit un système d’analyse qui a été rédigé par un groupe de phonothèques en France et traduit en 2007 en langue espagnole, il est utilisé dans de nombreux centre d’archives sonores. Ce sont des ethnologues documentalistes qui ont saisi les données et se sont attachées à comprendre la méthodologie de l’enquête et à documenter les termes du domaine de l’arménité.

– les collections sonores sont mal indexées : il n’existe pas de thesaurus propre aux archives sonores inédites sur le domaine de l’anthropologie de la France. Le thesaurus de la phonothèque de la MMSH utilisé pour l’indexation de la collection a été réalisé dans le cadre d’un réseau de phonothèque (celui des pôles associés) qui s’appuyait sur d’autres thesaurus comme Ethnophoto publié par une équipe du MNATP/MuCEM. Mais l’association Paroles Vives, qui a réalisé le traitement elle-même, a créé et documenté de nouveaux mots clefs, noms de personnes, de collectivités, de périodes et de lieux cités sur le domaine de l’Arménie et de l’arménité, validés par la Phonothèque de la MMSH.

– les collections sonores ne valorisent pas les informateurs : dans le cas de ce corpus chaque informateur a été tenu au courant de l’évolution du projet. Ceux qui voulaient avoir des copies de leurs enregistrements en ont obtenu. Au moment de la signature du contrat, l’anonymat a été proposé à tous les informateurs. La grande majorité des personnes interviewées ont choisi de communiquer leur identité. Cette particularité peut permettre le prolongement du travail entrepris dans le cadre d’autres études ou restitutions culturelles.

– les collections sonores ne sont pas citables : la mise en ligne des sources offre la possibilité de citer la ressource documentaire au cours de la rédaction d’un texte scientifique, qu’il s’agisse de la notice ou directement du fichier son.

– les collections sonores sont mal cartographiées, inconnues des chercheurs comme du grand public : la collection est repérée sur les grands outils de recherche internationaux et francophones.

Voilà donc un projet pilote qui pourrait faire évoluer les usages et les pratiques que l’on a pu avoir jusqu’ici des collections d’archives sonores. Nous pourrions pour conclure, enrichir l’injonction lancée dans les années 1970 par Philippe Joutard (L’Histoire, n°12, mai 1979, p.106-112) toujours passionné par les enquêtes orales aujourd’hui : « Historiens mais aussi ethnologues, sociologues… à vos micros, archivistes à vos catalogues ! ».

Crédit photographique : Sevan Highway sign in Armenia par Thomas Frederick Martinez (CC 2.0) http://flickr.com/photos/thomasfrederick/206227407/