Archives par mot-clé : migration

Feedback de l’edit-a-thon

Enrichir Wikipedia à partir de témoignages issus de l’histoire orale, tel était l’objectif de l’edit-a-thon du 23 octobre qui a eu lieu à la MMSH. Le projet, soutenu par le programme Europeana Sounds, était original. En effet, en général, les « journées contributives » ou « edit-a-thon », ont pour vocation d’enrichir les articles de l’encyclopédie à partir d’images ou de textes. Sur Wikipedia, les seuls liens sonores publiés jusqu’ici dans ce cadre, illustraient des chants d’oiseaux. Lors de cette journée, les liens s’annonçaient plus complexes à établir car il fallait qu’un discours s’instaure pour établir un cadre théorique. Qu’allions-nous entendre et publier ? L’équipe de la phonothèque était curieuse de connaître le résultat de cette expérience qui s’est avérée extrêmement  positive pour la valorisation des archives sonores.

Les 20 participants à cette journée étaient d’origine variée : professionnels de l’IST (bibliothécaires, documentalistes, archivistes, chargés de communication au Conseil régional, au Centre Hospitalier de Montperrin, à la MMSH ou retraités du métier), chercheurs (en architecture ou en sociologie), acteurs associatifs (CIMADE, Paroles vives) ou tout simplement curieux de cette expérience… tous étaient réunis ce jour-là autour d’une table avec une dizaine d’ordinateurs à leur disposition.

Trois Wikipédiens bénévoles étaient présents pour encadrer cette journée collaborative. Deux étaient venus de Paris1 : Varmin, membre de l’association Wikipedia et Jules WMFR chargé de projet Education tandis que Le Fou, qui avait signalé l’information sur le portail Wikipedia des Bouches-du-Rhône, était venu en voisin. Car il faut prendre en compte le fait que l’objectif de ces journées est aussi d’initier de nouveaux contributeurs à l’édition de l’encyclopédie collaborative. En effet, si les utilisateurs de Wikipedia sont nombreux, tous ne saisissent pas toujours les valeurs qu’il véhicule, son organisation interne et ne réalisent pas toujours que chacun peut contribuer à la construction de ce savoir collectif.

Pour le bon déroulement du projet, deux plateformes de Wikimedia  nous ont été présentées : l’encyclopédie libre de Wikipedia pour les articles à enrichir et le portail Wikimedia Commons, une médiathèque de fichiers librement réutilisables pour héberger nos archives sonores. Dans le cadre du programme Europeana Sounds, Harry van Biessum avait préparé en amont la journée en organisant une catégorie regroupant les archives sonores de la phonothèque pour lesquelles les droits de diffusion ont été accordés. Une centaine d’heures sont ainsi désormais accessibles sur Wikimedia Commons et peuvent être réutilisées.

Avant de rentrer de se lancer dans l’écoute participative des archives, une introduction sémantique a été amorcée par Sarah Casella Colombeau, docteure en science politique autour d’une thèse sur la surveillance des frontières après la création de l’espace Schengen (1953-2004).

Ont été abordés des enjeux de définition notamment autour des termes migrants vs réfugiés, étrangers vs immigrés à travers une approche tridimensionnelle : la description d’une réalité, le statut accordé par l’état et le ressenti de ces personnes. Dernier terme abordé, celui de l’exil, qui offre une des pages les plus fournies sur Wikipédia. Cette notion est sans aucun doute une des plus complexes à organiser pour mettre en relief les différentes dimensions évoquées. Des discussions, il ressort que bien que Wikipedia encourage la dualité des points de vue, la réflexivité est bien souvent une difficulté pour que les chercheurs en SHS valident les articles de Wikipedia.

Après un court débat amené par ces questions, une écoute collective a été proposée afin de présenter les différents corpus sélectionnés parmi les archives de la phonothèque de la MMSH :

>Italiens immigrés dans les quartiers Saint-Jean et Panier de Marseille

>Mémoire des arméniens dans les Bouches-du-Rhône

>Grecs d’Asie-Mineure réfugiés à Syros

Pour les archives sélectionnées par le CREM, la plateforme Telemeta a été présentée par Joséphine Simonnot, ingénieure du son. Elle a également expliqué concrètement comment utiliser le logiciel libre Audacity pour découper des extraits et éditer les métadonnées du fichier sélectionné. Wikimedia Commons préconise le format Ogg Vorbis , format libre offrant un taux de compression optimal. Un plan de nommage a également été établi au sein du groupe pour les extraits, se référant au numéro de l’entretien.

Après avoir été préparé le fichier et ses métadonnées, le fichier son est importé dans Wikimedia Commons. Voici quelques conseils récapitulés sous la forme d’un schéma :

 

Une fois importé, le fichier doit être décrit de manière classique par un titre, une date et un lieu d’enregistrement, des auteurs, une description,  et des catégories. Dans notre cas, les fichiers ont été rattachés à deux catégories : “Europeana Sounds edit-a-thons” et “Media donated by Maison méditerranéenne des sciences de l’homme”. La licence est sélectionnée parmi les Licences Creative Commons en fonction des droits attribués aux archives sonores utilisées. Les 3 collections de la MMSH proposées durant cette journée ont été placées sous licence  :

Attribution 4.0 International (CC BY 4.0)

Une fois importé, l’extrait sonore peut être intégré dans un ou des articles de Wikipedia  grâce au module « insérer un média ».

A l’occasion de cette démonstration, un premier article a été enrichi dans Wikipedia, à partir de la collection des Italiens qui nous renseignent sur la vie du quartier du Panier. L’enrichissement concerne la rue la rue Lacydon, anciennement rue Bouterie, où étaient installées les familles de migrants italiens (navigateurs, pêcheurs et plongeurs) : https://fr.wikipedia.org/wiki/Le_Panier

Les participants ont ainsi pu contribuer à leur tour, tout au long de la journée, en sélectionnant des extraits par groupe, selon la thématique de leur choix. Les sujets retenus concernent en grande partie la ville de Marseille qu’il s’agisse des quartiers du Panier ou des Pierres-Plates (où a été construit le MuCEM), d’attestations de faits divers comme l’affaire du Combinatie (1952) ou encore de personnalités politiques comme Simon Sabiani et son opposant Henri Tasso.

Les témoignages de la communauté arménienne ont également servi à illustrer des articles sur le Camp Oddo à Marseille, leur installation à Martigues et la construction d’une église à La Cabucelle.

Enfin, les récits des réfugiés se Smyrne ont permis la création d’une fiche sur l’Orphelinat américain de Syros, éditée en bilingue avec un lien sur le Wikipedia grec.

A lire encore sur cette journée :
– Un autre compte-rendu de la journée est disponible sur le blog de l’association des anciens diplômés en archivistiques d’AMU.
– La page du projet Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Projet:Journ%C3%A9e_contributive_r%C3%A9cits_et_encyclop%C3%A9die
– Le Storify :

Crédits photographiques de l’image à la une : Les contributeurs en action, le 23 octobre 2015, photographie de V. Ginouvès.
  1. Le financement de la journée a été pris en charge par le programme Europeana Sounds []

Edit-a-thon « Récits et encylopédie – Storytelling and encyclopedia » – Programme/Program

On October 23rd, 2015 from 10:00 to 17:00 at the Mediterranean House of Human Sciences in Aix-en-Provence (room 10) will be organized an edit-a-thon in order to collaboratively enrich Wikipedia articles with sound recordings, either by indicating the links in notes or by illustrating articles with sound clips on the theme of refugees, mobilities and migrations by cutting the relevant parts of the historical recordings they explore and upload them afterwards.

It’s free to participate and open to all! Register only (limited places) – Libre et ouvert à tou.tes sur inscription (places limitées)

Le 23 octobre 2015, de 10h à 17h, a lieu à la MMSH à Aix-en-Provence (room 10) une journée collaborative ou « edit-a-thon » pour enrichir ensemble les articles sur la question des populations en mobilité, des réfugiés et des migrants, à partir de témoignages oraux. A partir de l’écoute de témoignages recueillis auprès de réfugiés ou de migrants du début du 20ème siècle, il s’agira de permettre à tou-te-s de tirer partie de la transmission orale, faire connaître les anonymes de l’histoire et initier de nouveaux contributeurs à utiliser le son en lien avec les articles.

Inscriptions closes

To go to MMSH / Aller à la MMSH

Clôture des inscriptions mardi 20 octobre  –  Closing registration Tuesday , October the 20th

Pour en savoir plus/To learn more in english /en langue anglaise  – en langue française/in french

Lire le récit cette journée/Read the storytelling

Programme/Program

10:00 – 10:15 : welcome coffee and arrivals
10:15 – 11:30 : partners speech, about mobilities lexicon by Sara Casella-Colombeau (post PHD LabexMed) and audacity training by Joséphine Simnonnot (LESC/CREM).
11:30 – 13:00 : contribution
13:00 – 14:00 : lunch
14:00 – 16:30 : contribution
16:30 – 17:00 : conclusion and debats

17:00 : end of the day

***

10h – 10h15 : bienvenue et café
10h15 – 11h30 : présentation des partenaires, le vocabulaire des mobilités par Sara Casella-Colombeau (post doc LabexMed), quelques mots sur l’usage d’audacity par Joséphine Simnonnot (CREM/LESC).
11h30 – 13h : contribution des participants sur wikipedia
13h – 14h : lunch
14h – 16h30 : contribution des participants sur wikipedia
16h30 – 17h : conclusion et échanges

17h : fin de la journée

This collaborative day is organized with the support of the Europeana Sounds project.

Journée collaborative organisée avec le soutien du programme européen Europeana Sounds.

Dans le cadre de / part of Ateliers numériques du Labexmed.

Thanks to reply / Merci de répondre à l’enquête bilan par formulaire Survey feedback

Voir aussi la page Facebook du projet

ou l’information  présentée sur le site de l’ADBS ou des CORIST

Credits: children from the Syros orphanage, christmas 1923, Cycladis historical archives. Public domain.

La danse en fresque

L’Institut national de l’audiovisuel (INA) ne propose pas moins de 18 fresques interactives, sur des sujets aussi différents que la magie des montagnes, l’électroacoustique ou le festival de Cannes. L’objectif est d’accompagner le public au sein d’une sélection thématique d’extraits sonores ou vidéo choisis par des spécialistes parmi les milliers d’heures du fonds d’archives de l’INA. Deux d’entre elles, mémoires audiovisuelles de la Méditerranée – MEDMEM et repères méditerranéens,  ont d’ailleurs été réalisées en collaboration avec les chercheurs de la Maison méditerranéenne des sciences de l’homme (MMSH). Pour faciliter l’interactivité des parcours, un outil a été créé dès 20031 alliant l’intuition de la navigation électronique et la réflexion. Ainsi, les « fresques interactives » ne se limitent pas à placer les extraits sélectionnés dans un contexte historique, géographique, économique et culturel mais ces extraits sont éditorialisés et commentés par des spécialistes du domaine. Le grand public peut s’y promener facilement à travers des entrées et un affichage – cartographique, chronologique et thématique – qui se retrouvent systématiquement au fil des fresques.

7561486876_09d847ea54_o

Pour sa dernière fresque, l’INA s’est associé au CDC – centre de développement chorégraphique Toulouse Midi-Pyrénées2 pour la publier. Le CDC de Toulouse a conçu le projet, organisé les parcours et produit la moitié des vidéos spécifiquement pour le site Danse sans visa. Le système de fresques propose une lecture originale de l’histoire des danses selon la circulation des peuples à travers le monde. Cinquante-huit vidéos mettent ainsi en avant des parcours de danses emblématiques analysés et présentés par des danseurs, des chorégraphes, des universitaires, des chercheurs et des écrivains, reconnus pour leur légitimité pour chacune des danses3. Sans s’attacher à une recherche des origines hypothétique ou à un inventaire exhaustif, le projet présente avant tout les facettes multiples d’une danse, ses filiations, ses évolutions ou ses liens avec les mouvements migratoires. Il rappelle que lorsque les hommes voyagent – librement ou de façon forcée-, ils emportent avec eux les rythmes et les musiques, faisant évoluer les pas de la danse et ses mouvements. D’ailleurs, si le voile des origines possibles se soulève parfois, il prend toujours en considération l’accélération actuelle de la diffusion des danses « grâce aux nouveaux outils de communication qui propulsent dans la société des danses à la vitesse de l’électronique, là ou il a fallu parfois plusieurs siècles pour les déplacer ». Sont abordées au lancement de cette fresque les danses et claquettes irlandaises, la capoeira, les danses afropop actuelles, le tango et la salsa, le haka, les danses de société, le hip hop, les danses d’Outre-mer, le flamenco.

Chaque danse est analysée à travers son parcours d’Afrique, d’Océanie en Europe en passant par les Caraïbes et les Amériques depuis les années 1960 à nos jours. La recherche est possible à travers la date de la prise de vue, la référence dans les archives INA, le titre de l’émission et la durée ou elle peut être affinée par le nom des danseurs représentés. Une « visionneuse exportable » vous permet d’afficher les vidéos sur des sites distants. Enfin, pour être informé-e des nouveautés de la fresque, vous pouvez vous rendre sur la page Facebook du projet.

Crédits : Image à la une, Dancing on a pier during the Kilmakilloge Pattern in Co. Kerry, 1913, archives nationales d’Irlande,  Wacana Elementary School students dancing at the 1959 Florida Folk Festival: White Springs, Florida, 1959, photographe : Robert R. Leahey,projet archives du projet Florida Memory. Pas de restrictions de droit connues. Vidéo : L’Apartheid, le récit du corps, 2013, fresque « Danse sans visa », INA.

  1. Il s’agissait alors de la fresque interactive Jalons pour l’histoire du temps présent,  []
  2. Plusieurs partenaires se sont réunis pour la réaliser : le CDC – centre de Développement Chorégraphique Toulouse/Midi-Pyrénées,  l’A-CDC – association des Centres de Développement Chorégraphique  et la délégation Ina Pyrénées. Ils ont travaillé avec le soutien  des services numériques culturels innovants du Ministère de la Culture et de la Communication en répondant à l’appel à projet 2014, de la Direction Générale de la Création Artistiquedu Ministère de la Culture et de la Communication, des théâtres départementaux de La-Réunion TEAT Champ Fleuri – TEAT Plein Air,  , de l’iconothèque historique de l’océan Indien, de la compagnie James Carlès, des étudiants de la licence professionnelle médiation et développement de projets en danse et arts du cirque du département Art et Com de l’Université de Toulouse – Jean Jaurès,   et du laboratoire LLA-Créatis /Lettres, Langages, Arts/Programme Danse []
  3. Ainsi Eric Falc’her-Poyroux, Stan Lehericy, Florence Boyer, Edmony Krater, Corinne Frayssinet-Savy, Christian Dubar, Simon Valzer, Marie-Christine Vernay, Thomas Jacques Le Seigneur, Fabrice Hatem, Pol Briand et James Carlès sont ici les auteurs des présentations des vidéos. Leurs textes peuvent être lus en langue française et  anglaise. []

APPEL À CANDIDATURES – Atelier numérique en Méditerranée : frontières, migrations, mobilités

Cadre de l’atelier doctoral

Cet atelier doctoral (ATED) s’adresse à des doctorants en sciences sociales de toute université et de tous les pays. Il s’inscrit dans les objectifs du LabexMed qui se positionne comme acteur de la recherche internationale, des pratiques interdisciplinaires et de la promotion des Digital Humanities dans le champ des études méditerranéennes, en collaboration avec les laboratoires TELEMME , IREMAM,  LAMESIRMC et le Pôle Images/Sons, pratiques du numérique de la MMSH. L’atelier a l’ambition de constituer un réseau d’études doctorales et de créer les conditions d’une communauté collaborative dynamique autour des Digital Humanities sur l’aire méditerranéenne.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015, repoussée au 25 mars

Argumentaire

A l’intersection des sciences humaines et sociales, de l’informatique et des usages numériques cette école doctorale met en avant les Digital Humanities (DH) comme une pratique de recherche mobilisant des technologies numériques de façon structurelle, des modèles épistémologiques et des manières de diffuser les résultats scientifiques qui tirent profit de la communication en réseau. Deux thématiques sont proposées pour cette cession, les frontières et les migrations, en appuie à une réflexion autour du numérique dans la mesure où les TIC bouleversent les pratiques de recherche en SHS et parce que la Toile est devenue une donnée centrale du monde actuel.  Son intégration dans les études méditerranéennes est porteuse d’interrogations multiples qui offre de nombreuses pistes de réflexions.

Le numérique est devenu un objet de recherche de l’étude du changement en Méditerranée. D’abord outil de travail et d’analyse, le numérique est devenu un nouveau terrain d’étude pour appréhender les transformations à l’œuvre dans les sociétés méditerranéennes.

Il s’agira, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation des usages du numérique et de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la Méditerranée. Depuis les années 1990, l’émergence de l’internet a été intégrée dans une réflexion plus large menée sur les relations entre les TIC et les migrations (Tristan Mattelart, 2014). Ces travaux ont mis en évidence la place croissante des technologies numériques dans les pratiques diasporiques. Les outils de communication du web sont d’abord utilisés par les migrants pour pallier l’absence de la famille et des proches. Les courriels, les dispositifs de discussions instantanées, les téléconférences et les réseaux sociaux sont des modes de communication réguliers, rapides et interactifs qui participent au renforcement les liens diasporiques. Ces relations constituent également un marché de « niche » qui se manifeste, sur la toile, par la multiplication des sites diasporiques et des médias de minorité. Cette

« marchandisation de l’identitaire » est à l’origine de sites de plus en plus spécialisés qui participent à la segmentation de l’espace public (Isabelle Rigoni, 2012). Les migrants sont ainsi insérés dans de nouvelles stratégies communautaires mises en réseau. L’atlas augmenté e-diaspora (Dana Diminescu (dir.), 2009) rend compte de ces nouvelles dynamiques migratoires en proposant une cartographie des diasporas numériques, constituées sur le web (http://www.e-diasporas.fr/). Ces travaux invitent à repenser les migrations en Méditerranée et permet de sortir d’une approche européo-centrée mettant en exergue les flux Nord-Sud. Ils invitent également à reconsidérer la notion d’espace, en « dépassant la simple dichotomie espace physique / espace numérique (Sabrina Marchandise, 2012) : les liens virtuels créés sur le réseau s’appuient sur les relations préexistantes émanant du vécu de l’étudiant (famille, école, université, associations…). S’instaure ainsi, une nouvelle relation à la distance dans laquelle le réseau ouvre le champ des déplacements et des rencontres.

Les études sur les relations entre TIC et migration sont à l’origine de la figure du « migrant connecté » (Dana Diminescu, 2005), inséré dans une culture transnationale et en prise avec de nouvelles formes de participations. Relié à son pays d’origine mais aussi acteur dans sa société d’accueil, le « migrant online » est ainsi davantage en situation de « double présence » par opposition à la problématique traditionnelle de la « double absence » d’Abdelmalek Sayad. La cyberculture est ainsi à l’origine d’une nouvelle façon d’exister dans un monde de plus en plus caractérisé par la mobilité et le cosmopolitisme. Néanmoins, ces pratiques du « migrant connecté » ne peuvent faire l’objet d’une généralisation dans la mesure où elles s’insèrent dans des situations migratoires hétérogènes n’impliquant pas systématiquement le recours possible aux TIC. De plus, comme le souligne Tristan Mattelart, en étant connecté, le migrant s’intègre dans des relations de pouvoir et des logiques économiques à l’œuvre sur le réseau Internet qui ne sont pas sans conséquence sur ses propres pratiques.

La généralisation du numérique, transforme également les modalités d’élaboration, de valorisation et de patrimonialisation des mémoires migrantes. Grâce à la numérisation, le web apparaît comme un espace de sauvegarde et de valorisation du patrimoine audiovisuel méditerranéen, souvent conservé sur des supports analogiques fragiles. Le projet « Med-Mem, partager les mémoires audiovisuelles de la Méditerranée » (2009-2011) a abouti à la mise en place d’un site proposant des extraits d’archives audiovisuelles du bassin méditerranéen (http://www.med-med.ue). L’internet permet également d’interroger les stratégies mises en place par les différents acteurs mémoriels sur la toile pour faire valoir leurs revendications. Dans le cas français, les mémoires de l’immigration maghrébine n’ont pas intégré la mémoire collective malgré la création en 2007 d’une cité nationale pour l’histoire de l’immigration. Pour ces mémoires souvent perçues comme délaissées, le web constitue ainsi un nouvel espace d’expression et de mobilisation.

Déroulement de la session

Des exposés seront prolongés par des séances de discussion, des ateliers de travail autour des recherches doctorales des étudiants qui participent à la session avec un focus sur la place des Digital Humanities.

Dates

Arrivée le dimanche 21 juin 2015 départ le vendredi 26 juin 2015 à 14h.

Lieu

Sidi-Bou-Saïd, Tunisie

Modalités de sélection

Un jury sélectionnera dix candidatures qui comprendront :

– un CV ;

– une lettre de motivation de 8 000 signes maximum, rédigée en français résumant la thèse avec focus sur les questions que se pose le-la doctorant-e sur les humanités numériques en lien avec son projet. Aucune compétence ou de connaissance particulière en informatique n’est demandée pour participer à cette école doctorale.

Tous les champs disciplinaires demeurent en principe éligibles s’ils sont en lien avec l’argumentaire de l’école doctorale. La langue de l’atelier est le français.

Logistique

Les candidats seront prévenus de leur sélection au plus tard le 20 avril 2015. Les frais de transport et de séjour seront pris en charge. Les candidats retenus s’engagent à assister à la totalité de la session et à respecter les dates de départ et de retour qu’impliquent la session.

Date limite de réception des candidatures : 15 mars 2015, repoussée au 25 mars

Elles seront adressées par courriel à Claude Bruggiamosca qui enverra en retour un accusé de réception <bruggiamosca@mmsh.univ-aix.fr>

Comité scientifique pour la sélection des dossiers : Maryline Crivello (Telemme), Virginie Baby-Collin (Telemme), Blandine Descamps-Julien (LabexMed), Karima Dirèche (IRMC), Véronique Ginouvès (USR 3125), Stéphanie Latte (Iremam), Nicolas Maï (Lames), Sylvie Mazzella (LAMES), Cédric Parizot (IREMAM) , Stéphane Pouyllau (Huma-Num).

Comité d’organisation
Maryline Crivello (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Claude Bruggiamosca (UMR TELEMME – MMSH, AMU-CNRS) http://telemme.mmsh.univ-aix.fr
Karima Dirèche (IRMC) http://www.irmcmaghreb.org
Mathilde Favier (LABEXMED)
Véronique Ginouvès (USR 3125 – MMSH, AMU-CNRS) http://phonotheque.hypotheses.org
Sylvie Mazzella (LAMES – MMSH, AMU-CNRS) mazzella@mmsh.univ-aix.fr
Cédric Parizot (IREMAM – MMSH, AMU-CNRS) http://iremam.cnrs.fr

Information sur Calendahttp://calenda.org/316245

Crédits photographiques de l’image à la une : carte des îles de la Méditerranée, Florence, 1489 insérée dans Google Maps. Collection de la British Library (Follow Account of the Islands of the Mediterranean. – caption: ‘World map by Martellus’). Pas de restrictions de droits connues.

 

 

/

Mémoires des migrations et usages du numérique, 7 avril 2014, MMSH

Le projet de « L’atelier numérique de l’histoire et des mémoires des migrations en Méditerranée » soutenu par le GIS IPAPIC et par l’UMR TELEMME, dans le cadre de l’appel à projets de recherches 2013 Pratiques interculturelles dans les institutions patrimoniales du Ministère de la Culture, offre l’occasion d’approfondir nos connaissances sur les usages et les pratiques numériques. Il s’agit, à travers le champ des études migratoires, de questionner les enjeux épistémologiques et sociaux liés à la généralisation du recours au numérique. Ce séminaire se propose de revenir sur les usages du numérique dans les projets de recherche liés aux mémoires migrantes à l’échelle de la MMSH.

Le séminaire a lieu à Aix-en-Provence, Maison méditerranéenne des sciences de l’homme, salle Paul-Albert Février de 14h à 17h, le lundi 7 avril 2014.

Maryline Crivello, UMR TELEMME, CNRS-AMU : Introduction

Penser les mémoires des migrations

Stéphane Mourlane, UMR TELEMME, CNRS-AMU: Les mémoires de l’immigration, objet d’histoire

Le numérique et le champ des migrations

Sophie Gebeil, UMR TELEMME, CNRS-AMU : L’internet et le renouvellement des études migratoires

Véronique Ginouvès, Phonothèque de la MMSH, CNRS-AMU : Histoires de migrants : le fonds sonore de la phonothèque de la MMSH

Projets audiovisuels et numériques

Jacques Sapiéga, SATIS, CNRS-AMU : « Je me souviens… de la Méditerranée » (MP13, SATIS, TELEMME, CNRS-AMU)

Marie-Christine Hélias, INA-Méditerranée (Sous réserve): « Med-Mem, Mémoires méditerranéennes » (INA –Euromed-Heritage IV), la question des migrations

Migrants in a group on the MV TOSCANA at Trieste January 1954. Don privé au Musée national martime australien. Pas de restrictions de droits connues.