Archives par mot-clé : Musée de Salagon

La recette du mois : orties ou fanes de radis, bonnes pour la soupe

En continuation de la série des recettes du mois, nous partageons ce lundi une nouvelle recette de cuisine issue des archives sonores de la phonothèque de la MMSH. Ce mois-ci : la soupe aux fanes de radis ou aux orties.

Dans le cadre d’un stage réalisé en 2015 au Musée de Salagon, Pauline Mayer, alors étudiante en ethnobotanique, a réalisé une enquête sur la cueillette et la consommation d’herbes sauvages1 dans les Alpes-de-Haute-Provence. Elle a rencontré ainsi une douzaine de témoins amateurs de cueillette et de cuisine des plantes sauvages. Geneviève Riboud (enquête n°5787 dont un extrait est disponible en ligne) est une passionnée de botanique originaire des Hautes-Alpes, elles’est entretenue avec Pauline Mayer au sujet de l’origine de ses connaissances en botanique, des espèces comestibles locales et des recettes qu’elle tient de sa grand-mère. Continuer la lecture de La recette du mois : orties ou fanes de radis, bonnes pour la soupe

  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []

Alpes de Lumière’s inventory of Provence dry stone sheds

The “Bories” operation was launched in 1956 by Alpes de Lumière, an association working on the preservation of the natural and cultural heritage of the region of Haute-Provence in south-eastern France, created by Pierre Martel. The use of paper cards as datasheets is a substantial practice in Pierre Martel’s process of documentation and promotion of the lower Alps territory.

The inventory aspect of the association’s work was central since its beginnings. The aim of mapping the heritage of the territory was to promote a revival of its rich cultural legacy while the region was highly affected by the desertification of its inhabitants, its economical activities and its cultural facilities during the fifties.

Filing index cards was one of Pierre Martel’s constant concern, who used to document each of his own discoveries on heavy paper cards. Continuer la lecture de Alpes de Lumière’s inventory of Provence dry stone sheds

Les fiches d’Alpes de Lumière sur les cabanons en pierre sèche

En 1956, l’association Alpes de Lumière lance l’opération “Bories” pour recenser les constructions en pierre sèche des Alpes-de-Haute-Provence. La réalisation de fiches est une pratique centrale dans le travail scientifique de Pierre Martel pour la connaissance et la valorisation du territoire bas-alpin.

Dès ses débuts, le volet “inventaire” d’Alpes de Lumière fut central à son action patrimoniale. L’objectif était alors de conserver, étudier mais aussi valoriser la culture de la Haute-Provence et impulser une renaissance de ce territoire rural, fortement touché par la désertification des campagnes. Inventorier est un moyen de servir cet objectif de valorisation du territoire. De plus, ficher était une préoccupation constante de Pierre Martel qui avait pour habitude de documenter chacune de ses découvertes. Continuer la lecture de Les fiches d’Alpes de Lumière sur les cabanons en pierre sèche

La recette du mois : la pâte de coings sauvages

Dans la série des recettes du mois, animée jusqu’ici par Mathilde Bresc, nous partageons ce lundi une nouvelle recette de cuisine issues des archives sonores de la phonothèque de la MMSH, la pâte de coings sauvages.

Illustration du coing à l'aquarelle, par Amanda Newton, 1909.

La recette du mois est une confiserie que notre témoin trouve facile à réaliser qui nécessite très peu d’ingrédients : du sucre et des coings sauvages. Après la salade à sauce de poireaux sauvages, Jean-Yves Royer, dans une enquête portant sur la cueillette de plantes sauvages1, décrit la préparation de la pâte de coing sauvage à sa façon. Continuer la lecture de La recette du mois : la pâte de coings sauvages

  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []

La recette du mois : la salade à la sauce de poireaux sauvages

Depuis 2014, Mathilde Bresc nous a réjouis de recettes de cuisines issues des archives sonores de la phonothèque de la MMSH chaque dernier lundi du mois. Elle fait désormais partager son savoir faire à ses proches puisque la voilà bientôt partie à la retraite mais pour prolonger le plaisir de l’écoute de recettes révélées par les témoins sur le terrain, nous en avons retrouvé quelques autres. Ce mois-ci , la salade à la sauce de poireaux sauvages.

Cet entretien avec Monsieur Jean-Yves Royer (enquête n°5781) a été enregistré dans le cadre d’une enquête réalisée par Pauline Mayer alors en stage au Musée de Salagon. Elle s’intéressait à la cueillette des plantes sauvages comestibles en Haute-Provence1. Dans ce corpus, les témoins sont invités à parler de leur pratique de la cueillette, de leur représentation de la plante sauvage mais aussi de la place de l’aliment sauvage dans leur alimentation. Jean-Yves Royer donne ici une de ses recettes qui a pour intérêt de distinguer chaque variété de salade sauvage au moment de sa dégustation, à sélectionner en fonction de ses goûts : la douce, l’amère, les deux et dans l’ordre que l’on souhaite… Les feuilles sont trempées à l’envers dans une sauce de poireaux sauvages assez épaisse. Pour obtenir cette consistance, il coupe les poireaux sauvages en petits morceaux, les fait cuire dans le vinaigre jusqu’à évaporation. Puis il les place dans un récipient où ils sont mixés avec de l’eau, du sel et du poivre. Il peut y ajouter une poignée d’amandes ou du pain rassis. Une fois l’ensemble mixé, il convient de le mélanger pour moitié d’huile d’olive et placer la sauce dans une jolie coupelle.

Écoutez la recette pour réaliser la sauce aux poireaux sauvages :

Crédits photographiques : Albums à colorier : Les légumes en goguette, date d’édition et éditeur inconnu, 12p, 18cmX13cm, domaine public, Identifiant :ark:/12148/bpt6k97990068, Source :Ville de Paris / Fonds Heure joyeuse. Notice du catalogue : http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb453183448 
  1. La recherche a été réalisée dans le cadre de son mémoire de Master, soutenu en 2015 au Muséum d’histoire naturelle de Paris. Le stage de Pauline Mater s’est déroulé dans les Alpes-de-Haute-Provence, il a été encadré et financé par le Musée de Salagon. []

A la recherche de l’histoire orale des Alpes-de-Haute-Provence

 

Nouveau sur le carnet, j’ai rejoint la Phonothèque à la MMSH il y a peu, où je travaille1 sur les archives sonores du Musée de Salagon. Le fonds est constitué principalement des enquêtes orales menées depuis plusieurs décennies dans le département par Danielle Musset directrice du Musée et par l’association Alpes de Lumière dont l’ensemble des collections sonores a été déposé et traité à la phonothèque de la MMSH. D’autres enquêteurs ont parcouru ce territoire comme Magali Amir, Corinne Cassé ou Jean-Pierre Joly dont les archives ont également été déposées à la phonothèque. Au terme de mon stage, je devrais proposer au Musée un catalogue documentaire d’une partie de ses archives sonores et je présenterai une synthèse de l’ensemble des enquêtes de terrain réalisées dans les Alpes-de-Haute-Provence (04) qui ont été déposées à la phonothèque de la MMSH. Ce stage sera ainsi l’occasion de rédiger des billets sur les archives orales de ce département.

 

Un homme est à l’origine du Musée de Salagon, Pierre Martel, ecclésiastique, mais aussi chercheur et écrivain. Abbé de Simiane-la-Rotonde, il fonde en 1953 dans son village l’association Alpes de Lumière afin d’oeuvrer “pour la protection et la valorisation du patrimoine en Haute-Provence”. Dans un contexte de reconstruction d’après-guerre, il souhaite montrer les richesses du territoire et lui redonner son identité. Lui et quelques compagnons mettent alors en place des inventaires du patrimoine de Haute-Provence, sensibilisent les habitants, organisent des conférences et lancent des chantiers bénévoles ainsi que des publications. C’est dans cet esprit de “Renaissance” qu’est entrepris la restauration du prieuré roman de Salagon qui devient dans le début des années 1980 musée départemental ethnologique, et plus tard ethnopôle. Il servira de lieu d’expérimentation pour l’association qui multiplie les formations et la sensibilisation auprès du public mais aussi des professionnels et des chercheurs. Lorsque le Conseil Général prend entièrement en charge le musée, l’association se repositionne davantage dans le développement local et les animations. Le décès de son fondateur en 2001 n’empêche pas  l’association de continuer sa quête de valorisation du territoire rural. C’est à cette période que l’association a déposé à la phonothèque de la MMSH l’intégralité de ses collections sonores qui n’avaient pas été réalisées dans le contexte de Salagon. Laetitia Nicolas, etnologue et documentaliste, qui travaillait alors au sein de l’association a traité ce fonds en partenariat avec la MMSH.

 

Je profite de ce billet pour introduire la journée d’étude organisée le 7 juin 2013 à l’occasion des 60 ans de l’Association Alpes de Lumière qui se déroulera en matinée à la Maison méditerranéenne des sciences humaines (MMSH). Les méthodes d’intervention de l’association sur le territoire à travers des outils et des exemples concrets seront présentées. L’occasion de réécouter Pierre Martel dans une lecture enregistrée en septembre 1981. Dans cet extrait sonore, Pierre Martel aborde le mouvement Alpes de Lumière, ses missions et ses moyens d’action. Il insiste sur la mission éducative au près des habitants de Haute-Provence :

L’après-midi, une visite de sites (dont le prieuré de Salagon) ayant bénéficié de l’accompagnement de l’association est organisée par Alpes de Lumière.

Elle est ouverte à tous en remplissant un coupon-réponse.


Programme : 


MATIN 9h – 12h15

1. Genèse d’Alpes de Lumière en 1953

2. Principes d’intervention sur le territoire en 5 points

3. Boîte à outils

4. Présentation de l’expérience du prieuré de Salagon (1980-2000)

5. Deux autres exemples : Forcalquier et le Frioul

 

Pause déjeuner

 

APRES-MIDI 13h30 – 18h

Visites de sites qui ont bénéficié d’un accompagnement ” Alpes de Lumière ” : Prieuré de Salagon et Citadelle de Forcalquier

 

Vous trouverez plus d’informations sur le programme détaillé de la journée.

 

 

Crédits photographiques :  Farm windmill outlined against setting sun near Seward, May 1973, O’Rear, Charles (1941- ), Persistent URL: research.archives.gov/description/547341, U.S. National Archives. Pas de restrictions de droit connues.

  1. J’effectue actuellement un stage dans le cadre du Master 1 “Métiers des archives et des bibliothèque” du domaine Histoire et humanités d’Aix-Marseille Université – AMU []