Archives par mot-clé : musée

Prolongation de l’exposition « Hors champs » jusqu’au 15 décembre 2013

5243245155_7b60b4abf1_z
Il commence à faire vraiment froid… c’est l’occasion de profiter de l’ambiance polaire du Musée d’ethnographie de Neuchâtel qui explore le thème de la construction et de l’usage des images en anthropologie en s’inspirant du monde des inuits et de l’exploration des pôles. De l’approche muséale à une vision poétique associant l’art et l’ethnographie, en passant par la navigation virtuelle (et des réseaux sociaux), l’exposition s’intéresse au choix du point de vue : ce qui est révélé par l’image et ce qui reste hors du cadre. N’hésitez pas à aller ouvrir les frigos du Musée de Neauchâtel, la réflexion proposée sur le patrimoine culturel immatériel dégèle tous les esprits…

Si vous avez la chance d’être à Neuchâtel le 12 décembre pour la clôture, vous pourrez vivre d’étonnantes aventures culturelles immatérielles : le MEN propose un repas (19h) et un concert original (20h15) du duo Bristophe (Brice Catherin et Christophe Schweizer) : du hors-champs à l’hors-chant les musiciens vont proposer de libérer les auditeurs d’une écoute passive en les lâchant dans un monde sonore inconnu…

Depuis le 7 mars et jusqu’au 15 décembre 2013, informations pratiques sur le site web : http://www.men.ch

Catalogue en vente sur le site du Musée.

 

Revue de presse : 

Chardon, Elisabeth. « A Neuchâtel, plongée dans les frigos de l’ethno », Le Temps, 10 novembre 2012, http://www.letemps.ch/Page/Uuid/657d2f70-2ab0-11e2-a2c0-14d6685ecc15%7C0

Gonseth, Marc-Olivier « Politics and poetics of displaying Promenade dans un bac à glaçons », Roots & Routes : research on visual culture, Anno III, n°10, aprile-giugno 2013 http://www.roots-routes.org/2012/11/12/politics-and-poetics-of-displayingprovvisoriodi-marc-olivier-gonseth

Thomas-Bourgnieuf, Martine. « Chez les visages pôles », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/chez-les-visages-poles_871728

« Interview par Martine Thomas-Bourgnieuf, : Marc-Olivier Gonseth, directeur du MEN, explique la singularité de son musée », Libération – Culture, 4 janvier 2013, http://www.liberation.fr/culture/2013/01/04/regarder-le-patrimoine-culturel-immateriel-avec-de-nouvelles-lunettes_871744

 

Crédits photographiques : 

A man from the Umingmaktormiut, an Eskimo tribe that before Rasmussen’s visit had never been described or photgraphed, 1924, Leo Hansen photographer, Smithsonian Archives, no known copyright restrictions.

– Affiche de l’exposition « Hors champs » (MEN).

De la main à la main : une exposition et un ouvrage sur les luthiers

Les modes de transmission sont multiples mais si le luthier peut aujourd’hui consulter en ligne une multitude d’ouvrages sur divers aspects de sa profession, visionner des films sur Youtube ou écouter des témoignages d’anciens professionnels, il semble établi que l’efficacité du geste ne peut se transmettre que de la main à la main. Ainsi Dominique Nicosia1 au cours d’un récit léger, précis et documenté, reprend les différentes phases d’une fabrication d’un instrument et raconte : « Amener l’apprenti à ressentir cette tenue fine de l’outil est de l’ordre de l’indicible. Prenant le rabot de ses mains, le maître lui montre, sans prononcer un mot, comme pour mieux lui dire « Regarde comme le copeau s’enroule, tu entends ce beau sifflement de la lame… » (p. 176).  L’image se retrouve dans l’article de Baptiste Buob au cours d’un entretien avec un ancien luthier de Mirecourt (p.140) anonymisé sous les deux majuscules JP : « (…) On démarre de rien, de l’observation (…) ce n’est pas une information verbale. Dans la pratique, c’est vraiment l’observation. Et à force de voir le mouvement se faire, on le fait soi-même ». Cette observation est elle-même un véritable apprentissage et lorsque René Morel (1932-2011) relate ses quelques années passées chez Amédée Dieudonné (p. 144), lui qui n’est plus un apprenti sait déjà voir au-delà du geste : « Qu’est-ce qu’il m’a appris Amédée ? Moi j’observais et je voyais comment (les luthiers) tenaient leurs outils. Je n’avais pas besoin d’apprendre, je pouvais faire exactement la même chose. Sans me concentrer (…) et puis ça aller tout seul ».

Voilà comment s’éclaire le titre de cet ouvrage, en écho à une exposition temporaire du Musée de lutherie et de l’archèterie françaises à Mirecourt, qui rappelle ce mode très particulier de transmission avec en creux, l’image d’un apprentissage secret lié à l’expression homonyme ou encore du passage intentionnel d’un objet. Les auteurs, issus de parcours multiples, ouvrent aux curieux des fenêtres multiples sur ce métier,  dessinées par des historiens, des ethnologues, des conservateurs, des musiciens et des luthiers. Certains s’appuient sur des archives qu’il s’agisse des instruments eux mêmes, de photographies, de dessins, d’enregistrements ou de correspondances, d’autres sur la pratique elle-même. Ainsi l’ouvrage, richement illustré, se découpe entre « Artefacts » et « Arts de faire ». Parmi toutes les images que l’on retient au fil du texte, il y a celle d’un réseau professionnel international de luthiers, où filiations et alliances, qu’elles soient artistiques, économiques ou familiales se tricotent serrées. Un réseau complexe où les valeurs de solidarité et d’attachement au métier sont fortes, appuyées par l’objectif de transmettre des méthodes, des formes, des esthétiques… de faire durer la musique dont les pratiques qui évoluent au cours des siècles avec des conséquences parfois inéluctables sur le métier.

La publication de cet ouvrage est l’occasion de rappeler le travail réalisé par Hélène Claudot-Hawad qui a enregistré au début des années 1980 une série d’entretiens avec des luthiers mirecurtiens2. Elle a déposé ses archives sonores à la phonothèque de la MMSH qui les a numérisées et analysées. Pour un accès à un plus large public elle a éditorialisé les notices documentaire en choisissant des extraits sonores et des photographies pour les illustrer. Ce dépôt a été l’occasion d’un travail mutuel fructueux dont le Musée de Mirecourt bénéficiera puisqu’une copie des fichiers son et un catalogue documentaire qui les contextualise y seront bientôt accessibles. A la lecture des brefs extraits d’entretiens de l’article de Baptiste Buob ou du chapitre consacré à la dynastie des Bazin, on aimerait pouvoir faire parler les archives entre elles, croiser les voix des luthiers et redonner la parole autrement que par le livre à tous ces hommes détenteurs d’un savoir séculaire. Les Carnets de la phonothèque et le blog de Baptiste Buob sur Culture visuelle leur donne la parole. Ils parlent avec simplicité et précision – faisant fi des idées reçues – de leur regard sur la technique et ses évolutions, des processus d’observation, de leurs réseaux professionnels ou de leur rêves… des bribes de vie qui nous intéressent bien au-delà de la fabrication instrumentale. 

Luthiers. De la main à la main, sous la direction de Valérie Klein et Baptiste Buob. Musée de la lutherie et de l’archèterie françaises, Actes Sud, 2012. 187p.

 

 

Sommaire

Préambule

Marina Chauliac

Introduction

Valérie Klein et Baptiste Bu

Artefacts

La juste mesure du violon, un art oublié

François Denis

Trois générations de fabricants de guitare à Mirecourt au 19e siècle

Catherine et Bruno Marlat

« La lutherie se meurt… » Chronique épistolaire de la crise des années 1950-1960

Hélène Claudot-Hawad

Une dynastie d’archetiers : les Bazin

Valérie Klein

Mirecourt et la facture instrumentale : rappel historique

Valérie Klein

Art de faire

De quelques idées reçues en lutherie

Lothaire Mabru

Du vol à l’appropriation d’un savoir

Baptiste Buob

Les gestes du luthier

Hélène Claudot-Hawad

De la main à l’oreille

Dominique Nicosia

  1. Luthier, formateur à l’école nationale de lutherie de Mirecourt []
  2. Ces entretiens documentent un article publié en 1985, republié pour l’occasion dans ce catalogue sous le titre « Les gestes du luthier » p. 152-173 []

Des bruits à Neuchâtel

L’exposition Bruits, échos du patrimoine immatériel devrait intéresser les gestionnaires de fonds d’archives sonores en ce qu’elle questionne les différentes façons dont les sociétés humaines appréhendent, organisent, conservent et mettent en valeur leurs productions sonores. Elle y scrute les processus de patrimonialisation, mettant à mal l’opposition matériel / immatériel, démontrant que l’objet n’est intéressant que parce qu’il nous dit d’immatériel : impossible de saisir le matériel sans user de formes matérielles. A l’heure des inventaires qui ne cessent d’être entrepris sous les auspices de l’UNESCO, quand les archives sonores sont souvent jugées bien trop matérielles pour représenter un patrimoine « vivant », voilà qui nous fait dresser l’oreille… Car à explorer l’immatériel, voilà bien le paradoxe, il nous faut pourtant – pour le conserver, le revoir ou le réentendre – prendre soin des supports sur lequel on l’a capturé. L’exposition pose ainsi de nombreuses questions cruciales pour le gestionnaire de collections sonores. Par exemple, alors que dans les années 1970 le chercheur sur le terrain économisait soigneusement sa bande analogique pour réaliser ses enquêtes, celui du 21e siècle a à sa disposition des moyens de captation sonores compacts, efficaces, simples d’utilisation… que va-t-on garder de ces heures d’entretiens, de ce flot d’information continu ? Ou encore, plus cruelle : comment gérer intelligemment la masse de données sonores accumulées dans les archives du monde entier et dont les contenus intéressent au premier chef les vendeurs et les gestionnaires de données des plateformes ou des portails Internet ? Impitoyable enfin : ne faudrait-il pas accepter que certains éléments disparaissent, pour que d’autres prennent sens, faute de quoi le monde serait englouti par son double muséal ?

Cette exposition, première d’une trilogie consacrée au patrimoine culturel immatériel (PCI), se rit de notre folie patrimoniale.  Organisée par le Musée d’ethnographie de Neuchâtel en collaboration avec l’institut d’ethnologie de l’Université de Neuchâtel, elle mène le visiteur sur un parcours poétique, musical, dérangeant, joyeux et savant. Un catalogue l’accompagne1, magnifiquement illustré, édité par Marc-Olivier Gonseth, Bernard Knodel, Yann Laville et Grégoire Mayor. ; l’affiche de l’exposition, réalisée par François Schuitten, renvoie à la forme de surréalisme muséal que l’on retrouve dans l’aventure de la visite. Les deux autres expositions sur le PCI qui l’attendent en 2012 et 2013  semble tout aussi  déconcertantes puisqu’au lieu d’évoquer les images il sera question de hors-champs et la parole sera présentée à travers le secret, pour « Bruits », il vous reste jusqu’au 15 septembre pour vous y rendre.

Le catalogue Bruits: échos du patrimoine immatériel (2011, 21 x 27 cm, 360 p., ISBN 978-2-88078-037-1) peut être commandé au musée ethnologique de Neuchâtel, 50.00 CHF/ 38€.

Pour avoir une idée plus précise de l’exposition, vous pouvez également lire sur le Temps du 4 octobre 2010, Les ethnologues font du bruit au musée par Elisabeth Chardon, un long article qui décrit l’ensemble du parcours du visiteur (accès libre au texte sur inscription au journal).

  1. En langue française, anglaise et allemande, le catalogue présente une série d’articles de Salvatore Bevilacqua, Karin Bijsterveld, François Borel, Gaetano Ciarcia, Marc-Olivier Gonseth, Yann Laville, Grégoire Mayor, Gérôme Guibert, Jean-Pierre Gutto, Fabien Hein, Caleb Kelly, Walter Leimgruber, Pierre Mariétan, Alain Mueller, Jean-Marie Privat, Béatrice Ramaut-Chevassus, Pablo Vidal González, Nicolas Walzer []