Archives par mot-clé : musique vivante

Siverio Pessoa & La Talvera – ForrOccitània

Depuis le Pernambouc, Silvério Pessoa a souvent ramené ses musiques et le forró, pour les associer au groupe occitan, La Talvera. Ces rencontres, débutées en 2003, avaient fait naître un nouveau groupe sous le nom de ForrOccitània, ce disque démontre que l’association a fonctionné sur la durée. L’intention est claire : faire parler les langues entre elles et faire jouer les musiciens ensemble. Accordéon, triangle, tambourin sont les instruments du forró, déjà communs dans le Sud de la France ; s’y ajoute le fifre (pifre occitan et pifano du Nordeste). Ils se retrouvent ici quasiment dans tous les morceaux accompagnés parfois du graïle (hautbois languedocien), du cavaquinho (sorte de guitare d’origine portugaise à quatre cordes), de la bodega (famille de la cornemuse), de la viole à 12 cordes et plus classiquement de saxophones, clarinettes et clavierS. De belles bigarrures musicales où les couleurs des deux pays conservent leur originalité tout en réussissant la fusion. On ne sait plus alors si le chant est occitan ou brésilien, la fête est lancée, le voyage engagé – Escotatz (traditionnel portugais)- titre 8 :

Occitània ven brasiliera

O tão linda

Lo Sertão dança la borrèia

La Résistance est clairement le dénominateur commun de cette fusion. Ce n’est certainement pas le choix le plus facile, car rien de plus mystérieux que la réussite d’un texte engagé en musique. L’interpellation pour un monde « sans flic et sans CRS » est éventée, quant aux noms des hommes politiques, ils sont vite balayés par l’actualité (Chora bananeira – titre 4). D’ailleurs, les injonctions qui parcourent le disque semblent ne pas toujours être faciles à suivre malgré leur simplicité apparente « Es a totòm de plan causir sa dralha, E de sortir de la gregaritat » (Nas terras/Las linhas de la man – titre 3). Pourtant, certains airs trouvent une force et une identité étourdissantes et s’illuminent de cette énergie combattante. Cela fonctionne surtout lorsque les deux récits historiques s’entremêlent dans la contestation. La combinaison des trois héros nés à la fin du 19ème siècle de la chanson Landon, Lampao et Padre Ciço (titre 5) mélange des histoires dont on a souvenance même si on les a oubliées ou jamais entendues. Le bandit Virgulino, surnommé « Le Lampion » à cause de sa puissance de feu, le Père Ciço qui l’a soutenu et le chansonnier Landou ne se sont pas croisés mais ils se seraient certainement unis dans leur refus de l’asservissement.

D’autres chants traversent notre imaginaire avec une fulgurance étonnante, nous faisant brusquement changer d’hémisphère : la valse de Jòrdi Amado (titre 2), où l’accordéon prend des accents andins, est une merveille de tendresse où l’on croit voir virevolter Dona Flor dans les bras de ses deux maris. A la fin de l’avant dernier titre (Casa de aranha/Escotish de l’aranha), la brutalité de la force musicale de deux très brèves séquences  d’archives sonores brésiliennes et tarnaises, nous pincent le coeur… A quand le voyage dans le temps ?

Crédits photographiques :

Couverture du disque ForrOccitània, 2012, http://outrobrasil.com

Brazilië door Johannes VingboonsNationaal ArchiefBeschrijving: « Paraijba » Gezicht op Paraiba, João Pessoa, BraziliëDatum: 1665, URL: http://beeldbank.nationaalarchief.nl/na:col1:dat510088. Pas de restrictions de droit connues.

 

Chronique publiée pour Pastel, le 24 septembre 2012 : http://www.pastel-revue-musique.org/2012/09/forroccitania-silverio-pessoa-et-la.html

Nordeste occitan


Quelques accords de banjo suivis de la voix de bluesman méridional de Moussu T, donne le son de ce disque. Dès le premier chant les paroles passent tranquillement du provençal au portugais… il va s’agir de Maratge, d’échanges. Le Brésil et l’Occitanie se rencontrent sur 15 plages ensoleillées et cela semble couler de source : on dirait que les cultures de la Résistance s’entendent bien. Les voix de La mal coiffée, qui habituellement prennent la clé des champs, s’adaptent à la poésie urbaine (plage 6) ; Les bombes 2 bal, lascives, se lancent dans la mélodie tropicale (plage 12)  ; Original Occitana nous offre une version de Diga Janeta très sérieusement « trad » dans sa polyphonie et complètement disjonctée dans ses paroles (plage 14) ; une introduction à la mandole sur un air oriental mélancolique interrompu brutalement par une double voix Karpienna/Pessoa nous foudroie, « Guerra são piores quando são interior / Les pires guerres sont intérieures » ; un pincement de cœur nous étreint en retrouvant les Fabulous troubadors (plage 5) que l’on n’a plus entendu depuis bien longtemps.

Enfin, tout se termine sur une poésie lancinante chantée à la forme du pays de Pernambouc : un dizain de vers de sept syllabes qui énumère les uns après les autres les artistes de ce Nordeste occitan qui ont participé au projet et leurs qualités. Silvério Pessoa nous explique sa démarche sur son titre « Mix raça » (plage 13) : cada um tem un pouco de cada cor / Dos navios negreiros / Da força dos índios / Edas melodias do povo Europeu (Chacun a en lui un peu de chaque couleur / Des navires négriers / De la force des indiens / Et des mélodies du peuple européen). C’est Marc Régnier, un parisien amoureux du Brésil qui a eu l’idée après avoir écouté un peu par hasard Massilia Sound System (plage 3) de se lancer dans cette aventure. Il a très vite découvert que cette idée était déjà ancienne, puisque dès les années 1980 Claude Sicre puis le groupe la Talvera (plage 2) étaient partis à la recherche des musiciens du Nordeste et que leurs liens avec cette terre et ces hommes ont perduré. Sans doute la qualité sonore de l’ensemble du cédé aurait pu être meilleure mais les enregistrements ont été réalisés dans des endroits multiples et parfois improbables de Nice à Toulouse en passant par Carcassonne, Cordes-sur-Ciel et Peyriac au fond du Minervois, cela n’a pas dû faciliter le mixage. Peu importe, l’aïoli a prise, le disque renvoie à une ambiance de fête, de danse d’un monde populaire énergique et rebelle. Un Nordeste occitan dont on aimerait entendre clamer la vitalité plus souvent.

Référence : Silvério Pessoa invite, Collectiu : encontros occitan, 2011 : http://www.silveriopessoa.com.br Chronique rédigée pour la revue Pastel.

Crédits photographiques : Bonecos de barro de Caruarú – Pernambuco, Brésil, photographie de Paula FJ, 2007. Licence CC.

Polyphonies des archives sonores en Corse : chacun cherche sa voix

En 2004 a eu lieu à Corte une formation sur l’initiation à la collecte : il s’agissait d’une des premières actions du Centre musiques et danses traditionnelles de Corse en lien avec la Fédération des associations de musiques et danses traditionnelles (FAMDT). L’objectif affiché de ce nouveau centre était la promotion et de développement des pratiques des musiques, des danses et du chant traditionnel corse. Depuis, le CMT a grandi et Damien Delgrossi, son nouveau directeur1, vient d’inviter la FAMDT à tenir son assemblée générale à Corte. Cet évènement a été l’occasion d’organiser des tables rondes sur des sujets au coeur des questionnements des musiciens traditionnels. L’une d’entre elle portait sur le traitement et la valorisation des archives sonores.  Dastum et la phonothèque de la MMSH y ont présenté leurs archives ainsi que le portail du patrimoine oral et deux institutions corses exposaient leurs projets : l’association Voce et le musée régional d’Anthropologie de la Corse.

Le centre culturel Voce a été évoqué plusieurs fois sur Les carnets de la Phonothèque. Créée en 2099, la base de données Repertorium qu’il a développé, met en ligne plus de 100 heures de collectage2. Ecoutez par exemple, ce chant d’un bouvier enregistré en 1978 à Pigna, le lamentu di Guagnu inteprété par Anghjula Maria Leca née en 1910  à Ortu ou encore les paghjelles issues du répertoire de mesdames Luiggi et Volpei, deux merveilleuses chanteuses de Pioggiola. Originalité du projet, le centre fait directement appel aux corses pour documenter les enregistrements qui sont mal informés : dans la rubrique à analyser, vous pouvez écouter des enquêtes pour lesquelles le centre Voce posséde peu d’éléments et signaler les informations dont vous seriez détenteurs à Sarah Mallet, responsable du projet documentaire.

Le projet Estru paisanu3 a pour objectif de partager la mémoire des territoires sonores de la Corse à travers des séances d’écoute d’archives issues des collections de la phonothèque du musée régional d’Anthropologie de la Corse. Antoine Leonelli, du service de la médiation musique traditionnelle du musée, se déplace pour quadriller les différentes Pievi4 et restituer dans les villages les voix enregistrées des anciens paysans qui ont été capturées par les collecteurs. Mémoire et territoire se tissent ainsi dans des micro régions, sans mise en scène mais plutôt dans une dans une démarche intimiste, volontairement hors de la période touristique. Chaque année, de février à mai, sont prévues six séances. Chacune réunit une cinquantaine de personnes, souvent émue d’entendre une voix familière et joyeuse de retrouver le fil de sa culture.

Les archives sonores qui sont valorisées dans le cadre de ces séances d’écoute sont puisées dans le fonds de la phonothèque du musée, créée en 19965 et située au sommet de la citadelle de Corte. Bernardu Pazzoni est le responsable de cette phonothèque dont les missions principales sont à la fois le traitement documentaire du fonds sonore « historiques », sa mise à disposition auprès de tous les publics et l’enrichissement de la collection par des campagnes de collectages. Il faut noter que cette phonothèque est la seule en France, qui ait bénéficié d’une copie numérique d’une collection sonore importante de la part de la Bibliothèque nationale de France (BnF). Il s’agit du fonds Félix Quilici, enregistré entre 1948 et 1963. L’objectif de la BnF était alors de mettre à disposition en région des enquêtes de terrain enregistrées et favoriser l’accessibilité de ces ressources. Dans le même démarche, le musée a également bénéficié d’une copie des collections enregistrées en Corse par les chercheurs de l’ancien musée national des arts et traditions populaires (aujourd’hui le MuCEM). L’intérêt du projet Estru paisanu au sein du musée est amplifié par le fait que, pour le moment, la phonothèque du musée ne permet pas encore d’accéder facilement à un inventaire ou d’écouter les archives en ligne ; étant donné que l’amplitude de ses horaires d’ouverture pour la consultation sur place est très limitée (la phonothèque est ouverte deux après-midi par semaine), l’attente de la population, des spécialistes ou tout simplement des curieux et des amoureux de la musique corse est grande. Bernardu Pazzoni constate d’ailleurs que la demande est telle qu’il existe aujourd’hui sur le web des dizaines de blogs de musique traditionnelle corse qui permettent l’écoute de collectes ou de groupes actuels. Pour ne pas être en reste, en attendant la consultation des archives du musée, le CMT a mis en place un « Youtube de la musique traditionnelle corse » qui permet d’entendre une quarantaine d’airs interprétées par des musiciens et des chanteurs issus de la tradition orale de Corse.

Crédits photographiques : Corte, 5 mai 2011, V. Ginouvès

  1. Il a pris ses fonctions en octobre 2009 []
  2. Pour les documentalistes, il peut être intéressant de noter que leur base de données est présentée sur le Joomla, une façon originale de détourner ce CMS très puissant qui finalement permet beaucoup de choses dans le domaine de l’IST puisque c’est aussi avec Joomla que le portail Crévilles.org s’est développé []
  3. L’expression pourrait être traduite par « l’esprit paysan » []
  4. La pieve correspond aux anciennes circonscriptions territoriales et religieuses dirigée par une église rurale avec un baptistère en Corse, calquée sur l’Italie du moyen-âge. Ethymologiquement, le mot « pieve » dérive du latin plebspeuple désignant une tribu, une peuplade. L’objectif est donc bien de passer sur les découpages administratifs pour retrouver des territoires plus anciens []
  5. Pour en savoir plus, vous pouvez lire cet article de Libération d’Annick Peigne-Giuly (18 novembre 1996), sous le titre « Une quatrième voix pour la Corse », qui réalise une sorte de synthèse sur les acteurs de la musique traditionnelle Corse à ce moment là et reprend plusieurs informations sur la collecte de Quilici []

Babel Med Music : dissémination des musiques de la Méditerranée à Marseille

Depuis 2005 se tient à Marseille à la fin du mois de mars et pendant trois jours, un des plus grands marchés mondial des musiques du monde : Babel Med Music. Des professionnels venus de plus de 60 pays utilisent cet « espace marché » pour développer leurs activités, détecter de nouvelles tendances, échanger, découvrir des artistes. Le public marseillais découvre principalement le monde de Babel Med le soir, à travers sa superbe programmation musicale. Cette année encore il sera possible d’aller écouter dans les salles des « Docks des Suds » une dizaine de spectacles tous les soirs et profiter d’une salle de projection dédiée pour visionner des documentaires et des concerts.

Mais la journée, seuls les professionnels de la musique peuvent y entrer : programmateurs, responsables de festivals, musiciens, institutions représentant le spectacle vivant, directeurs de labels, journalistes… C’est tout un monde qui s’active sur les 2000m² qui ont été mis à sa disposition, autour de stands (130 en 2010), de lieux de convivialité créés pour l’occasion et d’un espace de projection. Chaque année, des conférences qui éclairent un angle des musiques traditionnelles sur la région PACA est organisées par le service des musiques et danses traditionnelles et du monde d’ARCADE, souvent en collaboration avec l’IRMA et/ou la FAMDT. Je n’ai pas participé à tous ces rendez-vous mais ceux auxquels j’ai pu assister ont été des moments de rencontre riches et passionnants :  en 2006 il s’agissait d’évoquer l’adoption par l’Unesco de la Convention sur la sauvegarde du Patrimoine immatériel puis l’année suivante c’était la singularité des musiques traditionnelles qui était interrogée à travers un clin d’oeil sous forme d’aphorisme Les musiques traditionnelles ne sont pas un long fleuve tranquille (2007). L’année dernière il était question des « petits lieux » de la diversité (2010).  Cette année Philippe Fanise propose une table ronde sur le thème Roms et Gitans en Provence : un patrimoine culturel et humain à sauvegarder, thème dont il explicite clairement l’actualité dans son texte de présentation :

« Leurs musiques, Oui ! mais eux, Non ! » En même temps que se manifeste depuis plusieurs années un regain d’intérêt pour les musiques et cultures du monde rom et gitan – musiques gitanes, gypsy music, jazz manouche, ensembles tsiganes, fanfares et tarafs d’Europe orientale, cirque, cinéma – et que l’UNESCO inscrit le Flamenco au Patrimoine Culturel Immatériel de l’humanité, on observe en France et en Europe une recrudescence du rejet et de la discrimination à l’encontre des communautés roms et des « Gens du voyage ».

Cette table-ronde réunit des artistes gitans et roms de familles française, espagnole, russe, roumaine, italienne, des associations culturelles locales, des chercheurs et élus régionaux pour s’interroger sur ce paradoxe qui n’épargne pas la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, espace privilégié de sédentarisation et de passage de nombreux gitans et roms depuis des siècles, terre de flamenco et de rumba, où a lieu chaque année le plus célèbre pèlerinage gitan du monde aux Saintes-Maries de la Mer.

Philippe Fanise animera cette table-ronde où artistes, chercheurs, responsables de festival, élus et acteurs sociaux se rencontreront pour discuter :

– Jean Fernandez, dit « Tchoune », chanteur gitan aixois, interprète du spectacle « Chants sacrés gitans en Provence » produit par Opus 31 (sélection Babel Med Music 2011)

– Claudio Cavallo Giagnotti, chanteur rom de Mascarimiri (Italie du sud). Projet Gitanistan auprès des tsiganes du Salento, (Dilino, Centre des musiques alternatives et de Méditerranée)

– Armelle Audigane, conteuse rom d’origine russe de la Compagnie Audigane, installée dans le Var. Spectacles itinérants de contes et musiques tsiganes.

– Ghitsa Iorga, musicien rom roumain, fondateur de Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie, basée à Marseille.

– Laurence Janner, metteur en scène, et Nicolas Martin, cinéaste, co-fondateurs de Latcho Divano, Festival des cultures tsiganes à Marseille.

– Emilia Sinsoilliez-Iorga, présidente de Bari Bahtali, association marseillaise de promotion et diffusion de la culture tsigane.

– André Gabriel, professeur de musique provençale (Conservatoires de Marseille et Avignon), auteur d’une exposition de santons sur les boumians (bohémiens) dans l’imaginaire provençal.

– Marc Bordigoni, anthropologue, chercheur CNRS à la Maison Méditerranéenne des Sciences de l’Homme, auteur du livre « les Gitans » dans la collection «Idées Reçues»

– Alain Fourest, président de Rencontres Tsiganes en Provence-Alpes-Côte-d’Azur.

– Association de lutte contre les discriminations et pour la défense des droits des tsiganes.

– Cécile Février, médiatrice de l’association Petit-à-Petit. Projet « Partage de mémoires tsiganes » à Arles, commandité par le Museon Arlaten en partenariat avec Marseille-Provence 2013.

– Gaëlle Lenfant, Vice-Présidente de la Région PACA chargée des solidarités, prévention, sécurité et lutte contre les discriminations.

La rencontre se terminera en musique avec Vagabontu, fanfare tsigane de Moldavie basée à Marseille. Pour y participer, il faut vous inscrire très vite (avant lundi 21 mars) auprès d’ARCADE.

Il y a d’autres rencontres qui sont présentées pendant les trois jours de Babel Med : n’hésitez pas à y aller !